Poésies (Marie de France)/Fable LXXV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 315-317).

FABLE LXXV.

Dou Dragon è d’un Villain [1].

Or vus cunterai d’un Dragun
K’un Vilains prist à compaignun ;
E cil suvent li prometeit
Qe loiaument le servireit.
Li Dragons volut espruvier
[a]Si se purreit en lui fier,
Un Oef li cummande à garder ;
Si li dit qu’il voleit errer [2].
De l’Uef garder mult li pria
E li Vilains li demanda
Pur coi li cummandeit enssi :
E li Draguns li respundi
Que dedenz l’Uef ot enbatu [3]10

[b]Tute sa force et sa vertu,
Tut sereit mort s’il fust brisiez [4].
Qant li Draguns fu eslungiez
Si s’est li Vileins purpenssez
Que li Hués n’iert plus gardez ;
Par l’Oues ocirra le Dragun
S’ara sun or tut-à-bandun [5].
E qant li Oës fu despéciez20
Si est li Dragons repairiez ;
L’eschaille vit gésir par terre,
Si li cummencha à enquerre [6]
[c]Purquoi ot l’Oef si mesgardé [7].
Lors sot-il bien la vérité
Bien aparçut la tricherie ;
Départie est lur cumpaignie [8].

MORALITÉ.

Pur ce nus dit icest sarmun,

Q’à trichéour ne à félun30
Ne deit-l’en cummander sun or [9],
N’abandunner sun chier thrésor ;
En cunvoitex ne en aver
Ne se deit nus Hums affier.


  1. Le grand d’Aussy, tom. iv, p. 245.
  2. Aller en voyage.
  3. Placé, mis, enfermé.
  4. Enfin que le Dragon mourroit aussitôt que l’œuf seroit brisé.
  5. Entièrement.
  6. Lui demander.
  7. Mal gardé, mal conservé.
  8. Et leur société fut rompue.
  9. On ne doit confier son or ni ses richesses.
Variantes.
  1. Comment se pot en lui fier.

  2. Trestout son sens et sa vertu.

  3. Por l’oef qu’avoit mal gardé
    Or sot-il bien sa volenté.