Poésies (Marie de France)/Fable LXXXII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE LXXXII.

D’un Prestre et du Lox.
alias
D’un Prestre qui mist un Leu à lettre [1].

Par vieil essanple mustre ci
[a]Que li Leu sunt tuit envielli,
En cele pel ù il sunt né
[b]Remainent trestut lur aé.
Qui sur le Leu metreit bun Mestre,
Q’il doctrinast pur fère Prestre,
Sereit-il tuz-jurs Lous cruex,
Fel et engrez, lais et hidex [2].
Uns Prestre vult jadis aprendre [3]

Un Leu et faire letre entendre [4].10
A, dit li Prestres ; A, dist li Leux
Qi mult est fel et engingneux.
B, dist li Prestres, di od mei ;
B, dist li Leus, la lettre vei.
C, dit li Prestres, di avant ;
C, dist li Lox, a-il dunc tant ?
Li Prestres feit, o di par toi.
Li Loz respunt jeo ne sai qoi.
Di ke t’en samble et si espel
Respunt li Lox, Aignel, Aignel.20
Li Prestres dist que verté tuche,
Tel en penssé, tel en la buche.

MORALITÉ.

De plusurs le veit-hum suvent ;
Ce dunt-il pensent veirement
Est par lur buce cunnéu
Ainçois ke d’autrui seit séu.
La buche munstre le penser,
Tut deit-elle de li parler.


  1. Le Grand d’Aussy, Fabliaux in-8°, tom. IV, p. 220.
  2. Trompeur et avide, laid et hideux.
  3. Instruire.
  4. Apprendre à lire.
Variantes.
  1. Que tuit li Louz sont envielli.

  2. La remanront tout lor cié.