Poésies (Marie de France)/Fable LXXXIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 347-348).

FABLE LXXXIII.

Dou Champ et de la Sarpent.

Une Sarpent trespasseit jà
Parmi un champ, si se hasta.
Li Chans li dist : regarde tei,
Tu n’enporte nient de mei.

MORALITÉ.

[a]Autresi funt li Useriez
Qant il se sunt acumpaigniez ;
Entr’ax se vuelent se gaitier [1],
[b]Tant se quident sorvezier [2]
Qe li uns pur l’autre ne perde,

Ne tex seurfès sor ax n’aerde [3],10
Dunt entr’ax seient encunbrez
Li uns vers l’autre, ne blasmez ;
[c]Nus Hum à eus nule riens prent
Plus que li Chams fist dou Serpent.


  1. Surveiller.
  2. Tromper, surprendre.
  3. Ou tel autre poids, fardeau ne tombe sur eux.
Variantes.
  1. Autresi est des vésiez

  2. Com li Camps fist du Serpent fier.

  3. Li uns de l’autre riens ne prent.