Poésies (Marie de France)/Fable LXXXIV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 349-352).

FABLE LXXXIV.

D’uns Hums, de l’Arundeille è des Moingniaus [1].

Uns Huns, ce dit, entasseit blé
E l’Arunde la esgardé.
Cum li Moinet dehors esteient,
Qui au blé adéser [2] n’oseient,
L’Arundele les apela
K’avant venissent lur rouva [3].
[a]Tant sunt de lui asséurés. [4]
K’en la granche si sunt entrés.

Du blé mangièrent durement [5]
Dunt li Vileins fu moult dolent ;10
Adunc jura k’il les prenreit
E que ses huis estupereit [6].
L’Aronde les en a garni [7]
Ki le cunseill celui oï ;
Les Moinel se sunt desturnés
[b]Wit jurs entiers n’i sunt entrés.
Li Vilains dist à sun Sargant
Que merveille li sanle grant,
Que li Moingniaus sunt devenu :
E li Varlet a respundu20
[c]Que l’Arundelle l’aveit feit
Que il s’esteient enssi retreit ;
Mais s’il vuleit sun cunssel creire
Tel parule direit pur veire,
Dunt l’Arundeille décevreit [8],
E li Moingnels li remanreit [9].

En halt pallast qu’ele l’oïst,
L’asséurast è pramisist,
Que jamais Oisel ne pranreit
[d]E que riens ne lor forfereit.30
Li Vileins dist ceste parole :
E li Arunde ki fu fole,
[e]As Moissuns l’ala tost cunter,
Si les fist en la granche entrer.
Li Vilains a ses angins faiz,
Les Moinaus prist et à mort traiz ;
Dunques crièrent à l’Arondele
Que lur a dit male novele.
[f]Ele respunt : cil me menti
E je vus menti autresi.40

MORALITÉ.

Pur ce di cum est en escrit
Maintes foiz est truvé è dit,
De maint Hume ki mentir velt

Pur celui ki mentir li selt ;
Nus saiges Huns ne devreit croire
Parole s’ele n’esteit voire.
Tex croit mensunge en sun curaige,
Qi li aturne à grant damaige ;
Si fist l’Arunde le Vilain
Qui les Moigniax prist lendemain.50


  1. La Fontaine, liv. I, fab. viii. L’Hirondelle et les petits Oiseaux.
    AEsop., fab. 290.
    Anon. Nil., fab. 20.
  2. Approcher, toucher.
  3. Les invita.
  4. Les moineaux avoient une si grande confiance dans l’Hirondelle.
  5. Beaucoup, en quantité.
  6. Et qu’il boucheroit toutes les ouvertures.
  7. Prévenus, avertis.
  8. Tromperoit.
  9. Reviendroient.
Variantes.
  1. Ele les a asséurés.

  2. Deus jors tos plains ni sont entrés.

  3. Que ch’avoit li Aronde fait.

  4. Ne jamais mal ne lor feroit.

  5. L’ala as moneax reconter
    Ses fîst en la granche rentrer,

  6. Si m’eust dit voir et jou vous
    Or est li mal torné seur vous.