Poésies (Marie de France)/Fable LXXXV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 353-354).

FABLE LXXXV.

Li Bués et li Vileins [1].

Ci vus racunte en ceste Fable
C’uns Vileins traist fors de s’estable [2]
Od ses Bués le fiens que il firent ;
Li Bués par tençun l’assaillirent.
Si reprouchèrent au Vilain ;
La bune cervoise et le pain [3],
Que par lur traveil ot éu.
Mais malement lui a rendu
K’à grant hunte les démena ;
Li Vileins si lur demanda10
Pur ce esteit ke lur fist faire
Le fiens de l’estable fors-traire ;
Dist li Vilains vus le semastes
E la mèsun en encunbrastes :
Li Buef dient c’est véritez ;
Dunc s’est li Vileinz purpensez,

Si lur respunt ke hors le traient
[a]Bien est dreit que le mal en aient.

MORALITÉ.

Ensi vet dou malvais Sergant [4]
[b]Qi tute jur va repruchant20
Sun grant servise à sun Ségnur ;
Ne se prent garde à l’ennur,
Ne des biens, ne du gueredun [5],
Qu’il a éus en sa maisun ;
De çou quit meffet è mesprent
Ne li puet survenir noient,
Qant sun travail velt réprimer
De sun meffait li deit menbrer.


  1. Le Grand d’Aussy, Fabliaux in-8°, tom. IV, p. 229.
  2. Qu’on paysan retiroit hors de son étable, le fumier produit par ses bœufs.
  3. Cervoise, bière.
  4. Serviteur, domestique, ouvrier, apprenti. Serviens.
  5. De la récompense, des cadeaux.
Variantes.
  1. Et que toute le paine en aient.

  2. Qui tot adès va reprovant.