Poésies (Marie de France)/Fable XLV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 222-224).

FABLE XLV.

Coment un Bretons ocist grant conpeignie de Brebis [1].

Jadis avint k’en un pasquis [2]
Ot grans cumpengnies de Berbis.
[a]Un Bret [3] s’aleit esbanoier
Parmi le chams od sa Moulier [4].
Les Berbiz sans garde truva,
Une en ocist, si l’empurta ;
[b]E chascun jur i reveneit
Si les ocioit è porteit.
Les Berbis mult s’en currecièrent,
Entr’aus distrent è cunseillièrent,10

Que ne se volrunt pas deffendre [5]
Par droite iror se lerunt prendre,
Ne jà ne se desturnerunt
[c]Ne pur rien môt ne li dirunt.
Tant atendirent lor Berchun [6]
Qe ni remest fors un Moutun,
Qui tus seus se vit sans cumpengne
Ne pot tenir que ne s’en plengne.
Grant lasqueté, fet-il, féismes [7],
E mult mavais cunssel préismes,20
Qant nus grant cumpaigne estiens

Et qant nus ne nus deffendiens
Verz chest Homme qui à grant tort
Nus a tus pris è trait à mort.

MORALITÉ.

Pur ce dit-um en reprovier,
Plusour ne sevent damagier
Ne contrester lur anemis
Qu’il ne facent à auz le pis.


  1. Anon. Nilant. Verveces et Lanius.
    Le Grand d’Aussy, Fabliaux in-8° tom. IV, p. 248.
  2. paturage.
  3. Quelques manuscrits portent Loup au lieu de Breton.
  4. Avec sa femme.
  5. Qu’elles ne se défendront nullement et qu’elles se laisseront prendre.
  6. Tant attendirent à prévenir leur gardien, le berger, qu’il ne resta plus qu’un seul mouton.
  7. Nous avons commis une grande lâcheté et pris un bien mauvais conseil.
Variantes.
  1. Uns Brés aloit à sa moillier
    Parmi le champ esbanoier.

  2. Chascuns jours au camp revenoit
    S’es emportoit et ocioit.
    Autre version.
    Si les emportoit et manjoit
    Quant mortes a, s’els emportoit.

  3. Ne por morir, môt ne diront.....
    Ni demoura fors lo mouton.
    Qant sol se vit par la campeigne.