Poésies (Marie de France)/Fable XLVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 225-228).

FABLE XLVI.

Dou Renclus et dou Villeins [1].

Dun Reclus cunte qui aveit [2]
Un Vilein qui od lui esteit ;
Qant li Renclus de Diu parleit,
Dunc li Vilains li demandeit
Purqu’Adan ot mengié le fruit [3]
Qui l’Umain Pule aveit destruit [4] ;
E qant il la Pume menja [5]
Pur coi Diex ne li parduna.
Au Recluz furment en pesa
Tant k’une foiz se purpensa,10
Que li Vileinz apeisereit,
De la demande qu’il feiseit.
Une grant gate demenda [6]

Sur une taule l’adenta,
Une Suriz a desoz mise ;
Puis kemanda qu’en nule guise [7]
Au Vileins qu’il ni adesast
Ne que desoz ne regardast.
Car il voit près à un mustier [8]
A oroisun pur Deus proier.20
Qant li Renclus s’en fu alez,
Si s’est li Vilainz porpenssez
Que grant merveilles li sanbla
De l’escuele ke il garda ;
[a]Ne se pot pas de ce tenir
Que il ne vueille descuvrir,
Pur veir ce ke desoz il a ;
Si a véu qant il l’osta
La Suriz qui li escapa ;
E kant ses Sires repaira [9]30
Mult se curruça durement.

Li demanda par maltalent
Porqoi ot l’esquiele ostée
Ne sa deffense pas gardée.
Li Vilains li respunt après :
Sire, feit-il, geo n’en poi mès ;
Ou li cuers me déust partir
Ou j’alasse tot descuvrir.
E qu’est la Suriz devenue ?
Por-coi ne l’as tu retenue,40
Ta folie te fust pardonée ?
[b]Tost, fet-il, me fu eschapée.
Amis, dit-il, laissiez ester
N’aiez mais soing d’Adan blasmer,
Se le fruit de l’arbre menja,
[c]Ke Jhesus-Cris li dévéa.
C’est que Diables li cunseilla,
Par sa Fame qui l’engingna
E li pramist si grant honur
Que pers sereit au Criatur [10].50

MORALITÉ.

[d]Porce ne deit nus encorper

Autrui faisance ne blasmer,
Ne metre max séur sun pruisme [11].
Chascuns reprengne sei-méisme,
Tex puet blasmer les fais d’autrui
Qui mielx devreit reprendre lui.


  1. Le Grand d’Aussy, tom. IV, p. 236.
  2. Un hermite demeuroit avec un vilain.
  3. Purqu’Adam, pourquoi Adam, par quelle raison.
  4. L’umain pule, toute l’humanité.
  5. Et pourquoi Dieu n’avoit pas pardonné au premier homme d’avoir mangé une pomme.
  6. Ayant demandé une grande jatte, et l’ayant renversée sur une table, il y cacha une souris.
  7. Le villain étant revenu, il lui enjoint de ne pas vouloir regarder dessous.
  8. Mustier, église, chapelle, monasterium.
  9. L’hermite rentré au logis, fut très-fâché contre le paysan ; il demande à ce dernier pourquoi enfreignant la défense qui lui avoit été faite, il avoit levé la jatte.
  10. Que pareil eût été au créateur.
  11. Pruisme, prochain, proximus.
Variantes.
  1. Ne se pooit mie détenir.

  2. Tost, se ne te fust escapée.

  3. Qant nostre sires li véa.

  4. Por ce ne doit nus hons culper
    Autrui affaire, n’encolper.