Poésies (Marie de France)/Fable XVII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 116-119).

FABLE XVII.

D’une Soris qui défoula un lion [1].

Dun Léon dist qui se dormeit
En un buschage ù il esteit ;
Entur lui se vunt desduisant [2]
[a]Suris petitetes è grant.
L’une corrut, ne s’en garda [3],
Sur le Léon si l’esveilla ;
Li Lyons fu mult curreciez
Prist la Suriz tant fu iriez [4],

De li voleit faire justise ;
El respoundist k’en nule guise [5]10
A escient ne l’aveit fait,
E li Liuns à-tant l’a lait.
Petite Honur, ce dist, areit
De la Suris s’il l’ocieit.
Guières de tens ne demoura
[b]K’uns Huns, ce dist, appareilla
Une fosse croese dedenz.
La nuit fut pris li Lions enz,
Grant paor a k’um ne l’ocie,
Dedenz la fosse brait è crie.20
La Soriz vait o cri tut dreit [6],
Maiz ne saveit ke ce esteit
Cil k’où bois l’aveit esveillié.
[c]Qant Lions vit si engigné
Demanda li qui l’ot là mis,
E cil respunt k’il ère pris,
Osciz sera à grant dulor ;
Dist la Suris, n’aïez poor,

Or vus rendrai le guerredun [7]
Qant à mei féistes le pardun,30
Qant à mes piex tus ai marchié.
Gratez la terre à vostre pié
Tant que ferme vus i puissiez ;
E puis à-munt bien vus sachiez [8].
Ensi purrez ça forz issir,
E je ferai od moi venir
Autres Suriz pur mei aidier
As cordes k’ici sunt trenchier ;
E as roiseus qui sunt tenduz,
Ne serez mie retenuz.40
L’ensengnement à la Soriz [9]
Fist li Lions, si fu gariz
E de la fosse est eschapez,

Là li valu humilitez [10].

MORALITÉ.

Par ceste fable nus assoume [11]
K’exanple i preingnent li Riche Houme
Qui seur les Povres unt pooir ;
Si lur meffunt par nun savoir ;
K’il en aient bune merci,
A venir lur puet autresi [12]50
Ke cil li puet aveir mestier
E miauz li saura cunseiller
[d]Au besong s’il est entrepris
Que li meaudres [13] de ses amis.

  1. La Fontaine, liv. I, fab. XI, Le lion et le Rat.
    AEsop., f. 221.
    Phædr. append. Burm., fab. 4, Leo et Mus.
    Romul. Nil., lib. I, f. 16. Léo et Mus,
    Anon. Nil., fab. 18.

    Clément Marot a traduit cette fable dans l’épître à son ami Lyon.

  2. Jouant, s’amusant.
  3. Et sans y prendre garde, elle monta sur le lion qu’elle éveilla.
  4. Fâché, en colère, iratus.
  5. Elle lui répondit ingénument qu’elle ne l’avoit pas fait à dessein ; le lion radouci lui rendit la liberté.
  6. Aller o cri, porter du secours du côté où l’on entendoit crier ; le vassal étoit obligé de crier lorsqu’il s’appercevoit d’un vol, d’un assassinat ou de tel autre crime, afin qu’on vînt au secours et qu’on arrêtat le criminel. Lorsque ce dernier parvenoit à s’évader, et que la huée (le cri), avoit été faite, tout le village étoit mis à l’amende, ou soumis à une peine plus forte ; celui qui avoit entendu le cri, étoit obligé de le répéter ; et si, l’ayant entendu, il n’étoit pas sorti de chez lui pour porter secours, il répondoit du criminel jusqu’à ce que celui-ci fût arrêté. Voy. Gloss. de Langue Romane, au mot Harauder.
  7. La récompense, le salaire.
  8. Et tenez-vous bien droit, afin que le filet soit tendu.
  9. Le lion suivit le conseil de la souris et s’en trouva bien.
  10. Ce mot signifioit bonté, grandeur d’ame.
  11. Montrons, invitons.
  12. Il peut leur en arriver autant.
  13. Meilleur.
Variantes.
  1. Soris petitetes joant.

  2. Que li Leons s’enprisona
    En une fosse qu’uns hom faite a.

  3. Qant el le volt si enseignié.

  4. A son besoing s’il est sorpris.