Poésies (Marie de France)/Fable XXV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE XXV.

Dou Vilain qui prieit tant soulement pur sa mainie.
alias
De la Proière as Vileinz [1].

Uns Vileins ala au Munstier [2]
Suventes feiz pur Diex preier.
A Dieu requist qu’il li aidast
E que sa fame cunseillast,
E ses anfanz è nului plus ;
Ceste proière aveit en us [3]
[a]Suvent le dist à si hault cri [4]

Que uns autres Vileins l’oï ;
Si li respunt isnelement, [5]
Te maudie Dex omnipotent [6]10
Ta fame è tes enfanz petiz,
E nus autres ne seit maudiz.

MORALITÉ

Par cest example voil retraire [7]
[b]Que tel proière doit-hum faire
Qui à la gent ne seit nuisable,
E qui à Deus seit acceptable.


  1. Le Grand d’Aussy, Fabliaux, in-8° tom. IV, p. 247.
  2. Église, paroisse, monastère, monasterium.
  3. Cette prière avoit en usage, en coutume, usus.
  4. Il la répétoit si souvent et à si haute voix.
  5. Sur-le-champ, vivement, igniter.
  6. Dex omnipotent, Dieu tout-puissant ; Deus omnipotens.
  7. Retracer, raconter, retrahere.
Variantes.
  1. Sovent disoit à si halt cri
    C’un autre home bien l’entendi ;
    Donc li respont hastivement.

  2. Chascun doit tele proière faire.