Poésies (Marie de France)/Fable XXXI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE XXXI.

De totes les Bestes è des Oiseax li parlemenz,
alias
Dou Lyon et de l’Aygle [1].

Dun Léon dist qui assambla
Tutes les bestes, è manda
Cil ki aleient sur quatre piez ;
E li Aigles i a purchaciez [2]
Tuz les Oisiaus qui èles unt,
E qui volent en l’air à munt [3].

Grant batailles deveient tenir
Quant ensanle durent venir.
Or la Chauve-Suris les vit,
En son cuer a pensei et dit :10
Que reduteit mult cel afère,
Ne sot ausquiex se déust trère [4] ;
Od celx velt estre qui veincrunt
E qui la greingnur force arunt.
Seur un halt fust s’en est muntée
Pur esgarder cele assamblée ;
Si li fu vis en sun escient [5]
Que Lions aveit plus de gent,
E qu’il ert de gregnur justise,
Od les altres Suriz s’est mise.20
Li Aigles fu à-munt volez
Od les Oisiaus k’il ot mandez,
Tant en i out, tant en i vindrent,
Que les Bestes pou de lui tindrent.
Qant la Cauwe-Soris les veit,

Moult li pesa k’od eaus n’esteit [6].
Des Bestes s’est lors départie ;
Ses piez muça si fist folie,
Mès quant les èles entruvri,
Par devant tuz les descuvri.30
Dunc fu la félenie aperte
E sa traïsons descuverte ;
Oisiaus è Bestes la huèrent
[a]Et à Nature s’en clamèrent.
De la Cauve-Suris se vengent
Moult la honissent è blastengent [7] ;
E munstrent li sa felounie,
E cum ele a sa foie-mentie [8].

[b]Lors la Nature lor a juré
Q’ele en fera lur volenté,40
Que mult tost les venjera ;
Puis la maudist è si ora [9]
Qe jamès en liu ne venist,
Q’Oisiaus ne nul Beste la véist ;
Tute clarté li a tolue
Que jamais n’iert par jur véue [10] ;
Après rova por li hunir [11]
Sa plume oster por descuvrir.

MORALITÉ.

Autresi est dou Trahitor
Qui meseire vers son Seingnor [12]50
Cui il devreit honur porter
E loiauté et foi garder.
Se sun Mestre a de lui mestier

Et il le voie aféblier [13]
A sun besung li vieut faillir,
Od les aultres se vient tenir.
Se sun Seinhur vient au-desus
Ne puet lessier sun malvès us [14],
Lors volreit à lui returner,
De tutes parz veult meserrer60
Par-tut en est au doi moustrez
Et avilliez è vergundez [15],
S’onur en pert è sun avoir
E reprovier en unt si hoir [16].
A tuz-jurs maiz en est houniz
Come fu la Chauve-Souriz
Qui ne deit mès par jur voler,
Ni ne deit plus en Court parler.


  1. Phædr. Append. Burm., f. xviii.

    Romulus Nilant., lib. III, fab. xxvii.

    Anon. Nilant., fab. xxxviii.

    Volucres, Quadrupedes et Vespertilio.

    Vincent. Bellovacens.

  2. Invité, fait venir, mandé.
  3. C’est ce qu’on appeloit publier le ban pour inviter tous  les feudataires à venir au secours de leur seigneur. Les feudataires convoquoient à leur tour leurs vassaux, qui, conduits par des baillis, des avoués et des vidames, se rendoient au lieu désigné. Les bannerets amenoient ceux qui devoient former la cavalerie, et les comtes ou vicomtes les milices dont se composoit l’infanterie. Telle fut, pendant long-temps, en France, la manière de lever les troupes ; il n’y en avoit point de réglées, celles-ci datent du règne de Charles VII ; cependant Philippe-Auguste et Philippe-le-Bel sont les premiers qui eurent des corps à leur solde.
  4. Elle ne sut de quel côté elle se mettroit. Au surplus la chauve-souris veut passer du côté du plus fort.
  5. Elle pensa en elle-même.
  6. Il lui fit peine de ne pas être avec les oiseaux ; la chauve-souris quitte donc les animaux, mais ayant eu la maladresse de cacher ses pattes, qu’elle fut obligée de découvrir en prenant sa volée.
  7. Blâment et diffament.
  8. Et lui reprochent sa déloyauté, son manque de foi.
  9. Et de plus ordonna.
  10. Qu’on ne la verra de jour.
  11. Puis, pour la punir et pour attester son crime, elle ordonna que la chauve-souris seroit privée de ses plumes.
  12. Qui trahit son seigneur.
  13. Si son maître a besoin de lui et qu’il le voie être le moins fort, il veut l’abandonner pour se joindre à ses ennemis.
  14. Son crime découvert.
  15. Déshonoré, couvert de honte.
  16. Le reproche s’étend sur tous ses enfants.
Variantes.
  1. A leur Sépaude se clamèrent.
    Autre version.
    A le Sépeude s’en clamèrent.

  2. Le Sépeude lor a juré,
    Autre version.
    La Serpent bien lor a juré.