Poésies de Benserade/Je languis dans les fers

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Benserade, Texte établi par Octave UzanneLibrairie des bibliophiles (p. 41).

MADRIGAL.


Je languis dans les fers d’une jeune merveille,
Depuis que ses beautez ont surpris ma raison ;
Ô cruelle justice ! ô rigueur sans pareille !
Après qu’on m’a volé, on me met en prison.



Attention : la clé de tri par défaut « Je languis dans les fers » écrase la précédente clé « je languis dans les fers ».