Poésies de François Malherbe/« Il n’est rien de si beau comme Caliste est belle »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sonnet pour la vicomtesse d’Auchy
Poésies de François Malherbe, Texte établi par J. B. Tenant de Latour et A. de LatourCharpentier (p. 119).


SONNET
Pour la même.

1608.


Il n’est rien de si beau comme Caliste est belle :
C’est une œuvre où nature a fait tous ses efforts ;
Et notre âge est ingrat qui voit tant de trésors,
S’il n’élève à sa gloire une marque éternelle.

La clarté de son teint n’est pas chose mortelle :
Le baume est dans sa bouche, et les roses dehors ;
Sa parole et sa voix ressuscitent les morts,
Et l’art n’égale point sa douceur naturelle.

La blancheur de sa gorge éblouit les regards ;
Amour est dans ses yeux, il y trempe ses dards,
Et la fait reconnoître un miracle visible.

En ce nombre infini de grâces et d’appas,
Qu’en dis-tu, ma Raison ? Crois-tu qu’il soit possible
D’avoir du jugement et ne l'adorer pas ?