Poésies et Œuvres morales (Leopardi)/Poésies/XIV

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Traduction par F. A. Aulard .
Alphonse Lemerre, éditeur (Tome premierp. 273).
Le Songe  ►
À la Lune

XIV

À LA LUNE.

(1819.)


Ô gracieuse lune, je me souviens qu’il y a un an je venais sur cette colline te regarder, plein d’angoisse : et tu te suspendais alors, comme tu fais maintenant, sur cette colline que tu éclaires tout entière. Mais, nuageux et tremblant des larmes qui baignaient mes cils, apparaissait ton visage à mes yeux : car douloureuse était ma vie, et elle l’est encore et n’a pas changé, ô ma lune chérie. Et cependant j’aime à me souvenir et à calculer l’âge de ma douleur. Oh ! comme il est doux, au temps de la jeunesse, quand la carrière de l’espérance est encore longue et celle de la mémoire encore courte, de se rappeler les choses passées, même tristes, et même si le chagrin dure encore !