Polichinelle (de Guignol)/Polichinelle

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par Gustave KahnE. Sansot et Cie (p. 42-45).
PERSONNAGES


Polichinelle.

Madame Polichinelle.

L’Enfant.

Hector, cheval de Polichinelle, personnage muet.

Scaramouche.

Charlotte, fille de Scaramouche.

Turc, chien de Scaramouche.

Le docteur.

Le domestique italien.

L’aveugle.

Le commissaire.

Le gendarme.

Le bourreau.

Le diable.


POLICHINELLE


ACTE PREMIER

SCÈNE PREMIÈRE

POLICHINELLE, seul.

On entend Polichinelle derrière la scène, sifflant l'air de Malbroug s’en va-t-en guerre : il fait alors son entrée et danse autour du théâtre ; puis après avoir chanté l’air de Polichinelle, il salue respectueusement les spectateurs, une fois au milieu, une fois à droite, une fois à gauche, et se retire.


SCÈNE II
POLICHINELLE, LE CHIEN TURC


POLICHINELLE

Eh bien ! Turc, qui est-ce qui vous appelle ? (Turc grogne sourdement : Polichinelle reprend sur un ton plus doux). Comment vous portez-vous, monsieur Turc ? J’espère que cela va très bien, monsieur Turc.


TURC

Huouh, huouh, huouh !


POLICHINELLE

Comment se porte mon excellent ami, votre maître, Turc ? comment se porte M. Scaramouche ?


TURC

Huouh, huouh, huouh !


POLICHINELLE

Je suis bien aise d’apprendre cela. Pauvre Turc, va ! quel bon caractère de chien ça fait ! Il n’est pas étonnant que son maître l’aime tant.


TURC, montrant les dents.

Arr, arr, rrrrrrouah ! rrrrouah.


POLICHINELLE

Ah ! Turc ! vous êtes taquin ce matin. Sur quelle herbe avez-vous donc marché ?


TURC, montrant encore les dents.

Arr ! arr !


POLICHINELLE, il passe avec précaution sa main sur le dos de Turc.
Ce pauvre Turc !

TURC

Rrrrrrrrouah ! rrrrouah !

POLICHINELLE

Eh bien, encore ! Fi ! le vilain chien ! décampez ! allons ! vite !

TURC

Rrrrrrrrrouah ! rrrrouah !

Il saisit Polichinelle par le nez.

POLICHINELLE

O mon Dieu ! mon Dieu ! Mon nez ! mon pauvre nez ! mon beau nez ! Lâcheras-tu ! lâcheras-tu, vilain chien ! je le dirai à ton maître. O mon Dieu ! mon Dieu ! (Il appelle.) Ma femme ! ma petite femme !!!

Polichinelle secoue son nez mais ne peut se débarrasser du chien qui tourne avec lui pendant qu'il se sauve autour du théâtre ; il continue d’appeler sa femme, enfin le chien lâche prise et sort.


SCÈNE III

POLICHINELLE, seul, il se frotte le nez avec les deux mains.

Oh ! mon nez ! mon joli petit nez !


Texte incomplet, en cours de correction