100%.png

Privilége des Enfans Sans-Souci

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Privilége des Enfans Sans-Soucy, quy donne lettre patente à Madame la comtesse de Gosier-Sallé, à Monsieur de Bricquerazade, pour aller et venir par tous les vignobles de France avec le cordon de leurs ordres.

fin du XVIIe siècle



Privilège des Enfans Sans-Soucy1 quy donne lettre patente à Madame la comtesse de Gosier-Sallé, à Monsieur de Bricquerazade, pour aller et venir par tous les vignobles de France avec le cordon de leurs ordres.
In-8.

Bacchus, par grâce du Destin, empereur des Enfans-sans-Soucy, prince des Gosiers-Brûlans, comte de Bois-sans-Soif, marquis de l’Alteration, de l’Haleine-Vineuse et Haut-Appetit, commandeur absolu et universel sur les vignobles de Bacarat, Rheims, Ay, Tesse, Chablis, Tonnerre, Beaune, Vermanton, Langond, Coulange, Costerotie, l’Hermitage, Cahors, Medoc, Grave, Saint-Emilion, la Palu, Caberpton, S.-Laurent, Frontignan, Chambertin, Malvoisie, Canarie, Madère, Port-en-Port2 et autres que le soleil eclaire sous la vaste etendue des cieux,

À tous passez, presens et à venir, salut. Ayant remarqué que le plus sûr moïen de maintenir nostre monarchie bachique estoit d’establir en differons endroicts de nostre empire des ordres composés de plusieurs sortes de dignités, pour recompenser ceux de nos sujets quy auront esté les plus fidèles et les plus attachés aux interests de nostre trongne vineuse, afin qu’en leur donnant par ce moyen esperance d’estre un jour recompensés sur des services qu’il nous auront rendus, nous puissions les exciter à la pratique de la vertu, qui se trouve parmi les pots et les verres, que nous avons toujours possedez à un si sublime degré :

À ces causes, ayant fait mettre cette affaire en deliberation sur nostre table, après avoir bien bu en la compagnie de nostre ancien amy l’ivrogne Silène et les bacchantes, nos chères nourrices, de leurs advis et de leurs consentemens, nous avons creé, estably, creons et establissons par ces presentes, perpetuelles et irrevocables, un ordre general sous le tiltre de l’ordre du Tonneau3, que nous voulons reserver à notre personne ; d’un chancelier, d’un secretaire, de quatre commandeurs et de quatre chanceliers, lesquels officiers cy-dessus, creez et etablis à perpetuité, jouiront de tous les priviléges, prerogatives, immunitez, franchises et exceptions bachiques, même du droit de bourgeoisie, dans tous les cabarets, lieux de bonne chère de notre obeissance, où nous voulons qu’ils soient reçuz gratis sans qu’on les en puisse chasser, pour quelque chose que ce puisse être, à la charge toutefois que tous les aspirants auxdits offices et dignitez seront tenus de faire preuve de leurs capacités dans l’exercice de la vendange, en buvant chacun vingt-cinq razades le jour qu’ils voudront estre admis dans toutes les dignités desdites charges, à la reserve toutefois de notre chère et bien-aymée la comtesse de Gosier-Sallé, que nous avons gratifié de la charge de chancelier de nostre ordre, et de nostre bon yvrogne Biguerazade, à qui nous avons aussy donné celle de secretaire du mesme ordre, lesquels, en consideration des services qu’ils nous ont rendus en plusieurs occasions et de la certitude que nous avons de leurs capacitez aussy bien de boire, nous les avons dechargés de toutes preuves à faire pour parvenir à la possession desdites deux dignitez de chancelier et de secretaire. Et tous lesdits officiers releveront de la comtesse de Gosier-Sallé, notre chancelière, et seront tenus de prendre d’elle le cordon de notre ordre et des lettres-patentes signez et contresignez par Biguerazade, son secretaire, pour ce quy concerne les affaires dudit ordre, qu’ils seront tenuz de porter à perpetuité, sous peine d’estre declarés incapables de frequenter jamais nos assemblées bachiques, et d’y estre traictez comme infracteurs de nos ordres, rebelles à nostre estat ; defendons à tous les officiers dicts de boire de leur vie goutte d’eau, de manger aucunes sortes de confitures, fruits, lactage ny autres choses capables de prejudicier à nos interests, en ce que tous ces choses peuvent empescher la soif ; defendons semblablement de repandre jamais goutte de vin, si mechant qu’il puisse être ; de casser verres, bouteilles ny flacons ; et enjoignons de faire toujours ruby-sur-l’ongle après avoir beu ; de manger force cervelats, fromages, persillages, harangs sorets, force jambons de Mayence, saucissons de Boulongne, cuisses d’oyes, gorges de porcs, et generallement tout ce quy pourra procurer l’alteration4 ; surtout de ne point oublier à mettre dans leurs sausses nos chers amis le marquis de la Poivrade et le baron de Salinieri5 partout comme nos plus intimes bienfaiteurs.

Pourra partout notre dict chancellier pourvoir à quy bon luy semblera de nos officiers de l’ordre, quy porteroient toutefois les noms suivans, savoir :

Le premier des commandeurs s’appelle Long-Boyaux ; le second, Bequillard ; le troisième, Bois-sans-Façon ; et le quatrième, de la Goinfretière.

Les chevaliers s’appellent par les noms suivans, savoir :

Le premier, Longue-Haleine ; le second, Large-Avaloire ; le troisième, Pretatrinquer ; et le quatrième, Gosier-Coulant.

Et tous les dits officiers par elle pourvus jouiront des privileges cy-dessus specifiez, sans trouble ny empeschemens, car ainsy nous l’avons resolu et ordonné.

Si nous donnons en mandement à tous les confrères de la jubilation et gens tenans nos sièges bachiques, cabarets, tavernes, tabagies et autres qu’il appartiendra, de tenir chacun en droit la main à l’execution des presentes, sans diminution ny ogmentation que ce puisse être, à peine de ne boire que de la lie du vin de Brie : car tel est notre plaisir.

Donné en notre conseil, sur le cul d’un tonneau, dans notre cave imperiale, après être bien saoûl.

Signez : Bacchus, Dieu des Vendanges ;

Silène,s Vendanges ;

Et sur les replis : Cher Bouchon. danges ;

La comtesse de Gosier-Sallé, garde des bouteilles, protectrice de l’université vineuse et chancelière de l’ordre bachique du Tonneau, salut : Nous etant entierement fait informer de la capacité de notre bon amy le sieur de Chifle-Museau, et lui ayant trouvé toutes les qualités requises pour être de l’ordre excellent du Tonneau, après avoir de lui pris et receu le serment prevu, prealablement faict dessoubz l’experience au fait bachique, nous l’avons pourvu de la dignité de commandeur de Bois-Sans-Façon, pour en jouir sa vie durante sans trouble ny empeschements ; pour marque de quoy nous luy avons accordé le cordon de l’ordre du Tonneau, en luy enjoignant d’observer les statuts, reiglements et privileges portez par ladite creation dudict ordre de la part du souverain Bacchus, à peine d’estre degradé et declaré indigne de posséder la dite dignité, et comme tel estre dechu du benefice de ces presentes, aux quelles nous avons grifonné notre signe, après y avoir fait apposer le cachet de nos armes.

Donné en nostre hotel de la Halle-au-Vin, et moy presente, à moitié grise,

La comtesse de Gosier-Sallé.

Avec permission.




1. Il ne s’agit point ici des Enfants sans soucy, joyeux compères et joueurs de farces du XVIe siècle, pour lesquels Marot écrivit en vers un cri resté célèbre ; dans cette pièce, du XVIIe siècle, ce nom n’est pris que par souvenir.

2. Ou plutôt Port-à-Port, nom francisé de la ville de Porto.

3. Nous n’avons pas trouvé d’autres traces de cet ordre bachique, constitué, sans doute, comme celui de la Grappe, que Damas de Gravaison établit à Arles à la fin du XVIIe siècle, et dont les statuts et ordonnances furent publiés en 1697, in-12. On peut trouver, dans le Glossaire du Rabelais de de l’Aulnaye, la liste des ordres bachiques institués du XVIe au XVIIIe siècle, et dont l’ordre de la Boisson, fondé en 1700 à Avignon par de Pesquière, fut l’un des plus célèbres.

4. Rabelais appelle tous ces mets aiguillons de vin.

5. Ces noms rappellent ceux que prirent les membres de l’Ordre de la Boisson. La Gazette qu’ils publioient, et qui étoit rédigée en partie par Mogier et l’abbé de Charnes, avoit pour titre les nouvelles de l’Ordre de la Boisson, chez Museau-Cramoisi, au Papier Raisin. Les noms des bachiques rédacteurs étoient à l’avenant : Frère des Vignes, frère Mortadelle, natif de Saint-Jean-Pied-de-Porc ; dom Barriquez Caraffa y Fuentez Vinosas, M. de Flaconville, le sieur Villebrequin…

6. C’est aussi un frère Béquillard, et l’on sait ce que ce mot signifie en argot, qui rédigea en 1724 les statuts d’un autre ordre bachique, dit la Société de la Culotte.