Procession à Saint-Gibrien de Moncourt (écart de Sauvigny) pour faire cesser la sécheresse, le 29 juin 1719

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anonyme

Procession à Saint-Gibrien de Moncourt (écart de Sauvigny) pour
faire cesser la sécheresse, le 29 juin 1719.


O mil sept sot déich’ nieuf
Dou mouïe de Jun l’vingt-nieuf,
On v’nèye et saint Jeubrin (Saint-Gibrien).
Pâ tourtous les chemins.


Trâveron et Sauvigney
Avôt loue bôgne cueurey[1],
Que poutôt nout’ Saint-Laoue (Saint-Loup),
D’argeot, qu’o vaut bin daoue.


Et peuïe nout’ mèyete d’ocolle[2],
Que n’vaut pue daoues pistoles,
Poutôt l’Asperges me
Et noue gach’ lou pèné.


Taillocoue et Beurey
(Taillancourt et Burey),
Goussaincoue et Breuchey
(Goussaincourt et Brixey),
Jeubinville et Tiairey
(Jubainville et Clérey),
Pûn’rot et Mâtigney
(Punerot et Martigny),


Auteurville et Pâgney
(Autreville et Pagny l. bl. c.),
Hermonville et Machey
(Harmonville et Maxey-sur-Meuse),
Gerbonval ecôt Groue
(Gerbonvaux aussi Graux),
Bermont v’nèrent et Moncoue (Moncourt).


Je faut bin dire tourtous,
De d’peuïe bin octante joues,
L’selo (soleil) iun après l’aute
Brûlô tourtous sans faulte.


Poues, febves, fruïes, seilles et bieds,
Avoines, oûges étint bieds,
N’y avôt pon d’herbaiges
N’o preis, n’o pesturaiges.


Bin malheuïeraouse année,
In’ tarre si dassochéye,
Let Mûse (Meuse) atôt si coûte,
Beurey n’ n’avôm’ in’ goutte.


Forteune o set méchancetez,
Ovouïèye d’aute pertalitez
Comme dos l’tôt d’Isréel
On r’vie cot des saut’rell’s.


C’atôt pou noue peschez,
Fallôt los chuepouter,
Diûe qu’on ellèye prier
N’los fièm’ pour c’let pesser.


Onques noue pélerins
Chantant dos les chemins,
Dos milles, chèye (six) atint bin
Qu’atint tourtous chagrins.


Pou prier, s’ovenint
Nout’ Moussue Saint-Jeubrin[3]
Epeuïe cot let Boun’ Virge[4],
On lie d’nèye in bé cirge.


Frère Toussaint[5] que riôt
Et que carillonnôt,
Comptôt jè los denèys
Que l’arôt de set joûnèye.


V’let qu’on s’mot et chanter,
Jeubrin, qu’ie bin aiemet
Mignon d’let Virge, Oyet,
Davue chaud, j’on bin esset.


On s’o r’va o creuyant
Qu’ n’y arô chaing’mot d’temps,
Mâ let pugnition d’Diûe
D’morèye inco pavue pue.


Poutant nout’ Saint Jeubrin
V’lèye cot nous fèyere daoue bin,
Ca n’grièm’ los razins
Et on fie daoue bon vin.


Et chi conséquentement,
On v’ovouïat té temps
Fayet bin pénitence
Et v’arôt indeulgence.

  1. Le curé de Sauvignty, en 1719, était Grimon. Il avait été vicaire de Clérey et Traveron quelques années auparavant ; il était borgne.
  2. Le maître d’école, à cette époque, était François Noël, qui y resta depuis l’année 1706 jusqu’en 1737. Il n’était généralement pas estimé.
  3. Monsieur saint Gibrien
  4. Et puis encore la bonne Vierge.
  5. Frère Toussaint était ermite ou garde-chappelle de Moncourt, depuis 1706 ; il mourut le 20 mai 1740, à l’âge de 70 ans.