Projets de trente fontaines pour l’embellissement de la ville de Paris/Planche X

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


PLANCHE X.



FONTAINE DE LA PLACE SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS.


Le bassin on serait circulaire et élevé sur trois marches ; au centre serait un dé portant un pied octogone, avec consoles par le bas et modillons par le haut pour soutenir la vasque principale. La seconde vasque serait portée par un fût de colonne tronquée, ornée d’écaillés, avec base et chapiteau ; un jet partant du centre, retomberait en nappe au pourtour des vasques, et alimenterait le bassin d’usage.




FONTAINE DE LA PLACE DES PYRAMIDES.


Entourée d’architecture régulière et près du jardin des Tuileries d’où elle est aperçue, cette place demande une fontaine d’un effet pittoresque et simple tout à la fois. Celle que je propose pour cet emplacement est composée d’un bassin carré, entouré d’une balustrade à jour ; au centre s’élèvent deux vasques : la première soutenue par un pied octogone, ornée de petits bas-reliefs ; la seconde par une espèce de balustre, autour duquel sont groupés quatre petits Génies qui semblent la maintenir au-dessus de leur tête. Cette fontaine, de pure décoration, est surmontée d’une statue posée sur un Dauphin qui lance plusieurs jets.




FONTAINE DE LA PLACE LOUIS XV.


La fontaine ici gravée est celle que le conseil municipal de Paris et le préfet de la Seine adoptèrent en 1830 pour l’ornement de la place Louis XV, où elle devait se trouver répétée quatre fois. Son bassin est circulaire et son soubassement octogone. Chacune des faces principales du soubassement est ornée d’un bas-relief ; au-dessus sont figurés quatre Fleuves ou Rivières ; aux huit angles des pans coupés, sur des espèces de pilastres, des Monstres marins, dont les queues enroulées forment un ornement qui se rattache et se lie avec le support de la grande vasque, sont montés par des Génies armés de tridents, qui semblent les exciter de leur dard à lancer de l’eau dans le grand bassin ; le dessus du soubassement est orné d’écailles de poissons formant gradins, sur lesquels l’eau glisse en bouillonnant jusqu’au moment où elle se précipite en nappe dans le réservoir de distribution.

La vasque principale est supportée par un ornement composé de feuilles d’eau, d’enroulements, de modillons, de consoles qui lui donnent de l’empâtement. Au-dessus et au centre, s’élève un petit socle sur lequel pose un fût de colonne orné, autour duquel sont groupées quatre Naïades tenant des attributs et paraissant soutenir la coupe qui est surmontée d’un petit ornement, d’où s’élance un jet-d’eau dont l’élévation serait d’au moins douze mètres au-dessus du sol.

Cette fontaine est ornée de figures, d’ornements et d’emblèmes nombreux et caractéristiques, afin que, dans les temps de gelée, ou aux époques de l’année où l’économie demanderait que l’on diminuât son volume d’eau, elle puisse encore satisfaire l’œil et ne point cesser d’être un des ornements significatifs de la place qu’elle est destinée à embellir et à la décoration de laquelle elle se lie essentiellement. (Voyez planche XII.)



Lusson - Projets de trente fontaines pour l’embellissement de la ville de Paris, planche 10.jpg