75%.png

Promenade d’un Français dans l’Irlande/Conomara

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




CONOMARA – MANNER OF BAKING WITH LEAVEN

REVERIES ANTI-DILUVIENNES.



JE résolus de commencer enfin la tournée du redoutable Conomara : à peine, fus-je hors du village d’Authterard, que les chevaux, que Sir John avait eu la complaisance de me fournir, commencerent à se défendre ... ils ne paraissaient pas se soucier de faire cette promenade, ils sautaient et s’écartaient dans les bruyeres : celui même que je montais, se coucha par terre : il ne se releva qu’avec beaucoup de peine et ce ne fut pas sans difficulté que je parvins à le faire marcher. L’ane de Balaâm ne fit pas plus de cérémonie à son maitre, pour le porter chez les Israélites : il ne manquait à mon pauvre cheval, que de parler : voyant cependant que c’était une chose résolue il s’y détermina et j’entrai dans le Conomara.

Ce pays est certainement très extraordinaire, il est presqu’inculte, et couvert de hautes montagnes et de lacs. Dans quelques endroits cependant, on apperçoit une herbe verte qui donne lieu de croire, qu’il ne serait pas incapable de culture ; ce pays qui a plus de soixante milles d’étendue, sur quarante de large appartient presqu’en entier au Colonel Martin : c’est une terre très considérable et qui malgré son apparence sauvage ne laisse pas de lui rapporter dix à douze mille livres sterlings par an : il est sùr, que ce n’est qu’à peine quatre sous par acres.

Il avait, il y a quelques années, un valet de chambre français assez intelligent à qui il donna des terres à cultiver et lui bâtit même une maison ; cet homme réussit rééllement à cultiver un assez grand espace de terrain près de la maison, que l’on voit encore et qui récrée la vue au milieu de ces déserts : mais se trouvant seul et trop séparé de la société, il s’ennuya de sa situation et disparut.

Je me rendis bien vite à Ballinahinch, chez le Colonel Martin, qui, pour un homme de sa fortune, a choisi au milieu d’un pays bien sauvage, une retraite qui ne l’est pas moins ; sa maison fut bâtie par son pere pour servir d’auberge et la ville la plus près est Galway, qui est à trente cinq milles ; l’on est obligé d’y envoyer pour toutes la provisions, même pour le pain dont on manque souvent par le défaut de Barw, ou l’écume de la bierre qui sert de levain.

Il est fort singulier que dans la grande Bretagne et l’Irlande, on ne sache pas faire de pain comme on le fait en France où en Allemagne et qu’il faille toujours, qu’on envoie chercher de l’écume de bierre chez le Brasseur : dans les pays récullés, c’est presque impossible et cela force à se passer de pain. Je n’aurais jamais imagine que faire du pain fut quelque chose de si difficile. Nos bonnes femmes sur le continent le font avec la plus grande facilité. Toute l’opération consiste à laisser aigrir quelque peu de pâte fermentée et à la mêler avec la farine nouvelle dont on veut faire du pain, ayant l’attention de n’en mettre que la juste quantité, crainte de rendre le pain aigre. Je suis bien sùr que l’expérience de huit jours apprendrait à faire cette opération comme elle doit l’être, mais Messieurs les Grands Bretons sont peu disposés à changer leur maniere.

Comme mon intention est de tacher de rendre cet ouvrage aussi utile qu’il est en mon pouvoir, je me suis occupé de cet objet : l’on pourra voir plus bas les détails les plus minutieux, de la maniere dont les peuples du continent font usage, pour faire le levain et l’employer.

Ce passage est tiré de je ne sais quel auteur : il m’a été envoyé de Londres par un de mes amis, que j’avais chargé de s’informer en Allemagne, de la maniere dont nos paysans font le pain. Il me l’a envoyé en Français, mais pensant à le rendre plus utile, je l’ai traduit en Anglais ; il se pourrait qu’il y eut quelque gallicisme : pourvu qu’on me comprenne, c’est tout ce que je demande. Ceux qui savent comment on fait le pain, ou qui ne veulent pas le savoir, ce qui revient parfaitement au même, feront tout aussi bien de passer entièrement ce qui est en Anglais, quoique cependant, je pense que c’est une piece d’un style rare.


Manner of baking with leaven.


They give the name of leaven to a quantity of dough put into fermentation, occasioned by the addition of some of the old dough preserved from the precedent kneading.

The manner of getting it good, is to mix (the day before one intends to bake, and before going to bed) a little of the old dough before mentioned, with a third of of the flour intended to make bread : the whole is to be mixed and diluted with cold water : this forms a firm and compact dough, which ought to be left all night in a corner of the trough, covered with a proportion of flour, raised in rolls and pressed hard to give it more solidity and to prevent the leaven from extending itself out of its limits. The day after, at about six in the morning, it is fit to be used ; with cold water it takes commonly seven or eight hours to be ready, with warm water about three, but the dough is always soft.

If found that on the following day, the leaven was passed, that is, already turned sour, as may happen in the great heat of summer, or when a storm has taken place during the night ; it is sufficient then to renew and to refresh it, by adding to it half of its weight in new flour and cold water : three hours after, it is fit to be used.

When the leaven is thus prepared, they begin by putting it entire without breaking it, with a proportion of water and it ought to be diluted very quickly and very exactly, to prevent any lumps from remaining ; when it is sufficiently diluted, they add to it the remainder of the water, which ought to be cold in summer, and tepid or warm on the contrary in winter, to counteract the effects of the hands in the two seasons, and to produce an opposite one. They then mix all the flour destined to be employed with that leaven, and assemble the whole in a lump which they work with the hands, carrying it from left to right, heaving it up, cutting and dividing it with the open hands, nipping and pulling the dough with the fingers folded and the thumbs stretched out : that is what is called thrilling ; they work it up several times in the same manner, scraping the trough every time ; they introduce afterwards in the lump the dough that has been detached from it with a little water and carry it, in the same manner on the other side ; that is what is called contre sraser, or thrilling in the opposite way. The kneading is ended by making a hollow place in the dough and pouring water in it : this labour serves to confound and divide the coarsest part of the flour, and by the continued, quick and speedy motion, forms new air, which renders the dough more viscous, more equal, longer, and lighter, and it produces a bread better tasted and whiter ; this third labour is called Baffinage or fomentation. To add yet to the perfection which the fomentation gives to the dough, they strike it with the hands, pressing it by the sides and folding it up on itself, extending and cutting it with the hands closed, and letting it fall with effort.

The dough being thus sufficiently worked out, is taken from the trough and divided into such parts as are judged proper, cutting and striking it still, and placing it in a lump near the oven, where it must remain half an hour in winter, to enable it to preserve its warmth and to ferment, it must be turned and divided on the contrary, when the weather is hot. The effect of fermentation is to divide and to attenuate the new dough, to introduce in it a good deal of air, which as it cannot disengage itself entirely, being prevented by its viscosity and consistency, forms in it eyes, or little concavities, raises it up, widens and swells it : it is for that reason, that this portion of flour kneaded with the old dough, which determines all its effects, has obtained the name of leaven or levain from the French lever, to raise. This operation requires a certain degree of heat to be made slowly and gradually : it is essential to accelerate or to stop the fermentation, according to the season of the year, to make it produce its effects about in the same time summer or winter ; for that purpose the dough ought to be put in baskets covered, with linen or flannel, in a warm or cold place, according to the season ; fire must be put in the oven, as the necessary time to heat it, is much about that required for the fermentation to come to its point, or for the bread to have taken what is called, its due preparation.

_________


I am sure, this is an eloquent piece, filled with fine hard words, which I have got with hard labour in the dictionary. I could have delivered this fine method, as a physician does his pills, perhaps also, some people will think me a fool not to have done it ; every body has his way of seeing things : as for me, had I discovered a marvellous receipt to cure the plague, the ague, and even the Ministerial or Antiministerial fever, I would think it my duty, to give it to the public as generously.

I perceive after all, that I have no great difficulty in writing English. I regret now, that my promenade is in French, but since I have begun I must continue, and come back to the wild Conorama, where I think this dissertation is placed with more propriety than at London, where likely John Bull, would have scorned and d― ―d my labour.

Je n’ai de ma vie été dans la maison d’un homme riche qui parut se soucier si peu des choses de ce monde que le colonel Martin. [...] c’est un homme qui a les meilleures intentions : il n’a rien plus à cœur, que l’amélioration du pays qui lui appartient. Malheureusement quelques avanturiers ont abusé de sa bonne foi et en ont tiré des sommes assez considérables sous le prétexte de chercher des mines, ou de faire des défrichemens et ensuite l’ont abandonné.

La fortune d’un particulier, ne saurait suffire pour peupler et cultiver un territoire aussi étendu que le Conomara ; si le gouvernement faisait un arrangement avec le propriétaire et bâtissait des cabanes pour soixante mille habitans, en leur fournissant des instrumens de labourage, du terrain pour rien, du grain pour ensemencer, et des vivres pour les deux premieres années ; je suis bien convaincu qu’ils seraient en état de se maintenir la troisieme.

Le seul bon plan que puisse suivre le propriétaire, est celui que le Colonel Martin a adopté dernierement, il donne asyle sur sa terre aux malheureuses victimes que la fureur a obligé de quitter le nord de l’Irlande. J’y ai vu nombre de familles qui avaient été obligées de quitter leur pays, et qui y avaient formées des établissemens : il leur donne des terres pour rien pendant un certain nombre d’années et ensuite il les leur loue, à un prix extrêmement modéré.

La maniere dont ces malheureux ont été chasses de leur pays est bien cruelle : ils recevaient une carte point signée conçue en ces termes. Pierre, Jacques &c. vous avez tant de jours pour vendre vos effets, and to go to Connaught or to hell, for here you must not dwell. J’expliquerai, lorsque je serai sur les lieux, le sujet de ces querelles politiques et religieuses. Je me contenterai de dire ici que ceux qui ne se sont pas soumis à ces ordres barbares de leurs antagonistes, ont souvent été massacrés, ou ont eu leur maisons brulées.

J’ai vu plusieurs de ces établissemens qui semblaient être dans un état de prosperité que l’on ne pouvait gueres attendre de ce terrain. Si un propriétaire mettait tous les ans de côté, de quoi bâtir douze où quinze cabanes, et acheter autant de vaches, il lui serait aisé d’attirer beaucoup de cultivateurs. On avait bien pensé à cela, mais il faut que des offres avantageuses séduisent le laboureur, pour l’engager à venir s’établir dans un coin de terre séparé de la société, couvert de tourbes, et tellement noyé d’eau que du sommet de la montagne Leitrig où je montai, il ressemble à une mer semée de hautes montagnes et de langues de terre, tant les lacs sont communs et rapprochés les uns des autres.

Le Colonel avait commencé à bâtir une maison superbe sur les bords d’un joli petit lac au pied de cette montagne, mais lorsque les fondations ont été hors de terre, il a vu que ce serait si couteux qu’il l’a abandonné pour le présent du moins. Un palais, il est sur, aurait l’air bien extraordinaire au milieu de ces tourbes, mais je ne doute pas, qu’il n’y fit du bien en engageant à les cultiver.

Dans quelques endroits près des lacs, on voit de petits bois et quelque peu de verdure qui recrèent la vue ; il est évident qu’avec un peu de soin, il pourrait y en avoir bien davantage. Il ne faut pas croire que le peu d’habitans qui demeurent dans ce pays, soyent plus méchans, où plus pauvres qu’ailleurs, (l’observation que j’ai faite sur les pays riches et pauvres peut s’appliquer ici) ils semblent mieux vêtus qu’auprès de la Capitale. Il est fort aisé d’appeller les gens sauvages, de s’en moquer et de rire de leur misere. Voulez vous, bonnes gens, que je vous dise où j’ai rééllement trouvé des hommes sauvages et barbares ... c’est à Paris, à Londres, à Dublin, à Edimbourg, dans toutes les grandes villes enfin. Quel animal dans l’univers, est plus farouche et plus cruel que ces hommes qui, fiers de leur richesses mal acquises, traitent avec mépris tout ce qui n’est pas comme eux couvert d’or : qui insultent au génie et au mérite indigent ; qui loin d’aider un ami plus honnête qu’eux, le voyent froidement se ruiner, faute de vouloir faire banqueroute ainsi qu’ils ont fait eux-mêmes et sont les premiers à le faire languir en prison pour une dette dont le renboursement ne leur serait pas d’un grand avantage, et qu’ils scavent ne pouvoir leur être fait.

Me voilà plus calme à présent, j’entre en colère, en ecrivant comme en parlant, et dans l’un et l’autre cas, elle eu bientôt passée. Oui ! c’est vrai, il y a des sauvages et des barbares dans toutes les sociétés d’hommes, mais aussi il y a des ames précieuses, qui ne pensent qu’au bonheur de leurs semblables, et le plaisir d’en rencontrer une, fait oublier entièrement la vue détestable de ceux, qui comme les diables ne sont heureux qu’en faisant du mal, C’est assez, revenons au Conomara.

Les bayes sures et profondes dont le pays est coupé, aussi bien que la liberté du débarquement sans crainte des commis, engagent un certain nombre de gens à venir s’établir sur les côtes for the smuggling business, comme on l’appelle tout ouvertement, ainsi qu’un autre métier. Je suis entré dans plusieurs cabanes et y ai demandé tout simplement de l’eau de vie et du Claret, sans qu’on parut très surpris de ma demande : une bonne femme, entre-autres me dit après un moment, " il n’y en a pas à présent dans la maison, mais mon Mari est en mer, et si vous revenez dans un mois, vous en aurez tant que vous voudrez. "

Quoique les côtes soient à-peu-près de la même nature que le reste du pays ; elles sont cependant passablement habitées par la raison de leur commerce : elles sont aussi plus seches, et communément couvertes de grosses pierres, dont les habitans cultivent avec assez de soin les intervalles.

Dans tout pays, les hommes sont toujours disposés à profiter du malheur de leurs semblables ; le naufrage des vaisseaux surtout, excite extrêmement l’avidité des gens du commun ; c’est avec des peines infinies que la loi parvient à garantir les vaisseaux d’être pillés, et souvent même ce qui reste de l’équipage à être mis à mort, s’il parait vouloir s’y opposer. Pour prévenir ce malheur, le gouvernement a donné à tout propriétaire qui arrache un vaisseau au pillage, certains droits pour le dédommager de ses frais : ce droit se nommer Salvage. Pendant que j’étais en Conomara, un vaisseau fit malheureusement naufrage sur le terrain d’un propriétaire qui était absent ; les gens du pays ne tarderent pas à l’aborder et à piller : le Capitaine du vaisseau, qui était à bord, envoya prier le Colonel Martin de venir à son secours, et effectivement il lui envoya quelques uns de ses métayers avec des armes, qui remirent l’ordre et disperserent les pillards.

Ce pays peut s’appeller les bornes de l’ocean du côté de l’Est : il n’y a pas une seule isle, depuis ces côtes jusqu’à l’Amérique ; on suit cependant au fond de la mer, un banc considerable, où plutôt des montagnes dans la direction de celles de ce pays, jusqu’à l’isle de Terre Neuve et c’est sur ce banc, que se fait la pêche de la morue.

Les anciens Auteurs Grecs, Platon particulierement, nous ont rapportés la tradition de l’ancien monde : ils prétendent qu’une isle immense, ou plutôt un vaste Continent, a été englouti dans la mer, à l’Ouest de l’Europe. Il est plus que probable, que les habitans du Conomara, n’ont jamais entendu parler de Platon, ni des Grecs ; cependant c’est aussi leur ancienne tradition. Notre pays reparaitra un jour, disent les vieillards aux jeunes gens, en les menant un certain jour de l’année sur une montagne et leur montrant la mer ; les pêcheurs des côtes aussi, prétendent voir des villes et des villages au fond de la mer. Les déscriptions qu’ils font de ce pays imaginaire, sont aussi emphâtiques et éxagérées, que celles de la Terre Promise ; le lait coule dans des ruisseaux et le vin dans d’autres : ceci certainement n’est pas de leur invention, car ils auraient sans doute fait couler quelques parts, des ruisseaux de whisky et de porter.

Ils ne peuvent point fixer l’époque, à laquelle leur pays comme ils l’appellent, fut englouti dans les vagues ; mais ils paraissent convaincus que ce malheur est arrivé dans les temps anciens ; ils croyent seulement, que ce furent quelques Magiciens ennemis qui opérèrent sa destruction et qu’un temps viendra où leur pays sortira du sein de la mer, aussi florissant qu’il l’était, avant que les vagues ne l’eussent submergé.

Ces opinions singulieres peuvent induire à faire quelque refléxions sur la situation de l’Irlande, et sur différentes productions que l’on y a trouvé, dont on ne voit aucunes traces sur le continent de l’Europe. L’Irlande semble être un vaste rocher situé au milieu de la mer. Contraire aux autres pays, dont les côtes s’élevent graduellement vers le milieu ; les côtes ici, sont, à l’ouest particulierement, toujours le point le plus élevé ; les grandes rivieres ne prennent point leur source dans l’intérieur de l’isle, mais sur la côte à quelques milles de la mer. Ainsi le Shannon s’éleve près de Sligo, la riviere Derg près de Ballyshannon, &c. &c. Tout semble annoncer qu’un vaste territoire établi sur des bases moins solides, s’en est détaché, et s’est engoufré dans le sein de la mer.

Cette idée peut paraitre ridicule, mais après la description que j’ai faite du pays près de Galway, qui serait étonné d’entendre dire un jour, que toute cette partie des Comtés de Clare et Galway a disparue tout à coup, et que là où n’a gueres, il y avait des rochers sauvages supportés sur une voute, les vagues de la mer flottent à présent. Je suis même convaincu que ce malheur lui serait sans doute arrivé il y a longtemps, sans la ceinture de hautes montagnes qui l’entoure du côté de la mer et le défend de ses attaques. Cette même chaine de montagnes aussi, dont on peut suivre la trace au fond de la mer jusqu’en Amérique, ne semble-t-elle pas annoncer, que cette isle faisait partie d’un grand continent, qui même, était peutêtre joint avec le nouveau monde.

Aucune tradition quelconque, n’a jamais fait mention, de l’animal monstrueux qui portait, ces cornes énormes que l’on trouve souvent dans les morasses. Eh ! certes, ce devait être cependant, un objet bien remarquable dans un pays resserré que cet animal aurait pu parcourir en deux ou trois jours sans trop se gêner. Or, peut-on supposer que cette éspece gigantesque de cerf, ait été placée par la nature, toujours sage et toujours uniforme, dans une isle étroite qui devait lui paraitre une prison, pendant que l’ancien continent de l’Europe, de l’Asi et de l’Affrique, n’en offrent pas le moindre véstige : que même dans la grande Bretagne, qui n’est séparée par le Nord que d’une douzaine de milles de l’Irlande, on n’ait jamais rien trouvé de pareil ?

Cette race, éxiste cependant encore dans les bois du Nord de l’Amérique, quoique, à ce qu’il semble, beaucoup plus petite que celle dont on a trouvé les cornes et les ossemens dans les morasses d’Irlande. Mais elle peut y avoir dégénérée, ainsi que l’ont fait toutes les espéces d’animaux, particuliéres aux deux mondes.

Chacun est maitre d’établir son systême : Je mien enfin, est que le globe a éprouvé des révolutions et des bouleversemens terribles : que ce qui était terre, est dans bien des endroits couvert par l’eau : que là où les poissons nageaient on voit à présent des villes florissantes et que d’après les observations que j’ai faites, je suis convaincu que l’Irlande était un cap de rocher d’un continent immense qui a disparu et l’a laissé seule flotter sur les eaux, parce que le goufre qui s’est trouvé sous lui ne s’étendait que jusques là.

Voici encore une autre observation assez singuliere. La submersion subite d’une terre aussi considérable, que je supposerais s’étendre d’un côté, jusqu’au Spitzleberg et de l’autre en formant un large golphe, joindre l’Irlande, les isles Açores et l’isle de Terre Neuve, doit naturéllement remuer les eaux du fond de l’abysme et les faire monter au dessus des terres qui feraient réstées sur leur fondemens ; de la, le déluge, suivant même les paroles de la Bible, qui disent que les portes de l’abyme furent ouvertes et qu’elles se fermerent ensuite.

Dans un tel bouleversement, toutes les matieres plus légeres que l’eau, flotteraient au gré du vent sur la surface, et à la retraite des eaux, s’arrêteraient et se déposeraient dans les vallées et contre le côté des montagnes opposé à celui du courant. Dans les pays chauds, ces matieres hétérogenes par le mélange de secheresse et de pluie, feraient bientôt réduites en poussierre, que le vent disperserait et unirait avec la terre, sans qu’on put guères distinguer, que celles qui d’une nature plus solide, pourraient garder leur formes premieres. Dans les pays humides au contraire, elles s’assembleraient et s’augmenteraient des plantes qui pourraient croitre dessus. Delà les morasses où bogs si fréquentes en Irlande, et que l’on trouve comme au Nord de l’Ecosse, toujours à l’Est des montagnes qui les ont arrêtés, lorsque les eaux se sont rétirées à l’Ouest, et les ont déposées sur leurs flancs de ce côté ; si leur origine était entièrement dùe à l’humidité, on les trouverait plutôt de l’autre, puis qu’il est beaucoup plus exposé à la pluie, qui vient de l’ouest.

L’on dit que les bogs croissent et qu’il y a certains éxemples, que là où il y avait des bois on en trouve à présent. C’est par la même raison, si ces bois eussent été coupés où brulés dans un climat sec et chaud, ils auraient bientôt été detruits sur le terrain par le changement perpétuel du froid au chaud et du sec à l’humide. Mais dans un climat humide, ils se couvrent d’abord de mousse et d’autres plantes, forment bientôt une masse et deviennent bogs ou morasses par la continuité de leur situation, qui ne change jamais de l’humide au sec. Il n’y a pas de doute d’après cela, que les plantes qui couvrent le sommet de ces morasses, n’en augmentent la quantité à la longue, ou que même des tourbieres qui ont dejà été coupées ne puissent par la suite le redevenir, si on ne les a pas entierement extirpées et qu’on n’ait pas donné de cours aux eaux.

Oh, la noble chose de rêver ! je ne suis pas étonné que nous ayons eu tant de fous dans ce genre . . . On se croit presque à la création du monde et on l’arrange à sa fantaisie ; rien n’est plus amusant pour l’Auteur, mais comme il se pourrait que ce ne fut pas de même pour le Lecteur, il est temps d’y mettre fin et de revenir au Conomara.

Je m’enfonçai dans les montagnes, sans autre guide que mon cheval, qui ne paraissait pas s’en soucier. C’est bien effectivement un pays de loups quoiqu’il n’y en ait point. La vue est, de temps-en-temps, flattée par les belles et larges bayes qui sont si communes et qui pour ainsi dire dentellent ce pays ; elles sont toutes tres profondes et leurs bords sont plus verds que le reste du pays : On y voit aussi une ou deux maisons qui semblent aisées et quelques villages.

Il me fallait souvent descendre de cheval pour éviter une fondriere : il avait assez de peine à s’en tirer tout seul pour me faire croire qu’il n’eut pu en venir à bout, s’il eut été chargé. Je rencontrais souvent des femmes, qui, tout en allant d’un endroit à l’autre, tricotaient ces bas de laine, qui seuls peuvent donner à penser à bien des gens même en Irlande que Conomara éxiste. Il m’était fort difficile de connaitre mon chemin : dans quelques endroits il n’était qu’à peine tracé et je ne voyais que fort peu de cabanes où je pus aller dire mon ca whill an sighe : je trouvai quelques hommes sur mon chemin qui en passant près de moi, me faisaient l’amitié de s’arrêter tout court, d’ôter leur chapeau et de me faire la réverence jusqu’à terre, en disant dans leur language, puissiez vous arriver sain et sauf au bout de votre voyage, God bless you Sir. Si je leur addressais la parolle, ils paraissaient très satisfaits : il y en à un, qui pour avoir le plaisir de causer avec un étranger et en Anglais, m’a suivi jusqu’à un mille, le chapeau sous le bras, et pour rien au monde ne l’aurait voulu mettre sur sa tête.

Je rencontrai, dans un des endroits où le chemin cesse, le guide du Colonel Martin qui, du sommet de la montagne où il avait pris la traverse, me voyant embarrassé fit retentir la vallée, de l’écho de sa voix. A peine était il près de moi, que mon cheval mettant le pied sur une grosse pierre ronde, tombat sur le nez et moi sur le côté : pendant tout le temps que dura ce changement de position : mon homme, comme ses compatriotes s’écriait God bless you Sir, God bless you ; et lorsqu’il me vit relever, pleasure honor, you are hard to be hurt, dit il. Faisant le tour d’une baye considérable qui s’avance dans les montagnes, j’arrivai sans autre accident, chez Mr. Anthony O’Flaharty à Renville, sur le bord de la magnifique baye de Killery : elle n’a guères plus de neuf milles dans l’intérieur du pays, mais elle est très profonde partout et on y est garantie de toutes espèces de vent aussitôt qu’on y est entré. Si ce Conomara pouvait jamais devenir plus habité et acquérir quelque industrie, ses nombreuses, belles et sûres bayes, seraient un grand avantage pour le commerce.

Cette partie du pays le long des côtes, semble avoir été habité autrefois ; on rencontre souvent des marques de sillons, dans des endroits qu’aucuns des habitans ne se rappellent avoir vu cultiver et ici comme ailleurs, tout ce dont les habitans n’ont point d’idée, ils l’attribuent aux Danois. La culture ancienne de ce pays, est certainement dùe à un peuple intelligent, quelqu’il fut : il avait desseché des tourbieres assez considérables et les avait rendues profitables ; il parait que sa méthode était, après avoir donné un cours aux eaux, de jetter sur la tourbe du gros sable de mer et de petits cailloux. Cette opération seule, sans le secours de la chaux, a été suffisante pour l’affermir et la rendre propre à la culture.

De ce coté-cy des montagnes du Conomara, on ne trouve point du tout de pierre à chaux, mais il y avait autrefois un dépôt considérable d’écailles d’huitres, dont on faisait une chaux extrêmement compacte ; on s’en est servi pour bâtir un vieux chateau sur le bord de la mer ; les pierres sont tellement jointes, qu’elles semblent n’en former qu’une, Mr. O’Flaharty s’en est servi pour bâtir sa maison ; malheureusement le dépôt est épuisé.

Les habitans brulent les herbes marines sur les côtes et en forment une matiere grisatre et très dure, qu’ils appellent Kelp, pour faire le verre ; c’est là l’industrie la plus considérable qui ne laisse pas d’être assez profitable : à peine peut-on appercevoir un arbre, mais ce pays a certainement du en être couvert autrefois : on en trouve souvent dans, la tourbe : la maniere de les découvrir est fort simple. Les habitans parcourent les tourbières à la rosée du matin avec une longue broche de fer ; ils enfoncent leur broche dans les endroits où ils apperçoivent que la rosée a d’abord disparue et ils sont presque sùrs de trouver du bois et même de pouvoir en dire la longueur, la grosseur et la qualité, en renouvellant l’opération le long de l’arbre. Lorsqu’ils se croyent certains de leur affaire ils creusent alors dans la tourbe. Ces arbres sont assez sains et sont les seuls bois, dont les habitans puissent faire usage pour bàtir leurs cabanes.

_________