Promenade d’un Français dans l’Irlande/Texte entier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄   Texte complet   ►

Note de Wikisource


L'ouvrage a été imprimé en Irlande et composé par des typographes qui ne connaissaient pas la langue française. L'orthographe, les accents, la ponctuation, sont donc ceux du manuscrit de l'auteur, et s'écartent sensiblement des usages actuels. Le texte original a été respecté, sauf quelques fautes d'impression évidentes, et les erreurs du transcripteur.



PROMENADE


D’UN FRANCAIS


DANS


L’IRLANDE


Orné de Gravures en Taille Douce


Troisieme Volume, d’un Ouvrage dont le Premier contient les Cauſes de la Révolution de France, et les efforts de la Nobleſſe, pour en arrêter le progrès et le Second Promenade dans la grande Bretagne.



par DE LATOCNAYE



à DUBLIN

imprimé aux frais de l’auteur, par m. et d. graisberry


1797.




T O

THE EARL CONNYNGHAM.


My Lord,

IT is well known, how spirited for the public good, was your late respectable uncle, Mr. Burton Connyngham : Ireland has lost him and will long remember the loss. It is by his kind protection, that I have been enabled to execute this work : I wish, My Lord, it may not prove unworthy the protection he afforded to it. Should it prove what engaged him not to disdain my endeavours : in a hundred thoughts thoughts one be useful, my labour will not have been lost.

In putting it under the sanction of your Lordship’s name, I think myself highly flattered to have an opportunity of paying homage to the memory of the man, that all good men regret, and also to acknowledge the kind attentions I have received from you, My Lord, whose ambition is to follow the same steps, and whose benevolence has already won the hearts of the numerous inhabitants that live on his Estates.

I have the honor to be, with great regard,

____My Lord,

_________your most obedient

_______________humble servant,

___________________DE LATOCNAYE.



TABLE DES MATIERES

_______

Explication des planches IV
Advertisement V
Addition to the Subscribers Names VIII
Londres ― Quiberon 1
Dublin 13
La Mine d'or ― Wicklow, Wexford 42
Waterford ― Cork ― Bantry 72
Killarney ― Ardfert ― le Shannon 115
Limerick ― Killaloe ― la Sainte Fontaine 132
Le Chemin des Plats ― Galway ― Eyre Conaught 158
Conomara ― Manner of Baking with Leaven. Rêveries
Anti-diluviennes
179
Westport ― Sligo ― La source du Shannon 196
Enniskillen ― L'Isle de Murry ― Donnegal ― Les Maisons de
Sueur ― Le Purgatoire de St Patrice
211
Londonderry ― Le Grand Chemin des Géans ― Ballycastle
Fair Head
223
Lough Neagh ― Belfast ― Donaghadee 244
Petite visite à l'Ecosse ― Edimbourg 255
Belfast ― Armagh ― Newry 278
La Peine du Tallion, conte. ― Drogheda ― Champ de Ba-
taille de la Boyne ― Slaine ― Retour à Dublin
301






Le Géneral Vallancey ayant donné plusieurs planches, de differents objets dont j’ai eù occasion de parler, a eù la complaisance de me permettre d’en faire usage. Je profite de cette occasion pour lui offrir mes respects et lui en faire mes remerciemens aussi bien qu’à Mr. White, l’editeur de son ouvrage, dans la possession de qui elles étaient et qui a bien voulu me les prêter.

Explication Des Planches.


Plate X. Autels et autres monumens des Druides trouves en différents endroits en Irlande. Page 164

Plate V. Plan des caves expiatoires dédiées à Muidhr, dans l’Isle Murry pres de Sligo. Figure 1, le grand cercle de pierre autour des caves. Figure 2, la pierre Irlandaise dediee à Muidhr. Figure 3, la pierre Indienne dediee au Soleil. A. B. Ruines des chapelles dediées à St. Malase et à St. Columb c. c. c. c. les caves. D. place de la pierre, h, les entrees du cercle. 216

Plate IV. Figure 1, vue de l’interieur de la caverne de New Grange. 310

Plate III. Figure 2, vue de la montagne qui la couvre, des grosses pierres qui l’entoure et de la forme du monument.




I Fulfil, at length, the engagements which I had contracted with the Encouragers of this Work. If it appears later than it was promised, let the difficulty of publishing a French book in a strange country, plead my apology. More pains have perhaps been taken to avoid typographical errors in this volume than in the first : Not having a French compositor, the labour has wholly fallen on myself, and while correcting, I may often have read what should have been written for what was really written ; I earnestly request of the reader to do the same, not merely with respect to the typographical part, but to the style and subject-matter.

Some pleasantry may have escaped me, but none I will be bold to say, that bears the stamp of ill-humour ; and I trust to the reader’s candour to make no meaning out of the book but such as a well-intentioned mind may be supposed to have indulged in.

Encouraged by the success of my first work, I passed over from Great Britain into Ireland, in the intention of publishing such another there, as much with a view to my own instruction, as to the utility it might be of to the country I visited. Not only have I been received with the greatest kindness, but I have been provided with every thing which could promote the execution of my plan. In taking the circuit of the Island, I have employed eight or nine months, during which space of time I was every where received with a hospitality which has nothing surprising in Ireland : That in such a length of time I have been but six times at an inn, will give a better idea of this hospitality, than could be done by many a laboured phrase.

On what was merely personal to myself, I have generally been silent ; some inconveniences must have been sustained in an expedition of the kind ; but they were much fewer than could have been expected. What has most affected me, has been the death of Mr. Burton Conyngham, whose plan is in great part followed throughout this work ; could I have profited by his advice to its completion, it might have proved a more extensive and a more useful one.

At my return to Dublin, I was to have followed the course of all the canals made or projected ; and of the navigable rivers ; and to have visited the coal-mines of Kilkenny and Leitrim ; this tour, through the interior of the country would have rendered my work more complete ; but the disturbances which prevailed, would have let me hope but little safety or satisfaction. Though in the journey from Belfast to Dublin, no accident had befallen me, I had however seen enough to anticipate nothing seducing, in a renewed ramble on foot through high roads ; so remained in the capital, where I have put in order the remarks I had been able to collect, and which I now publish in the hope that they may interest the respected individuals by whom I have been treated with so much kindness, and not prove unworthy the notice of the public at large.

Fate having denied me the happiness of being useful to my own country, it is at least flattering to me under that misfortune, to have endeavoured to make myself so, to that which has afforded me an asylum. Such has been my invariable object, whether on some occasions affecting severity, or on others giving way to that native gaiety, which is the only good that adverse circumstances have not been able to take from me. Light as my style and manner may sometimes be, after what I have said, it can scarce be necessary to add, that I can never by possibility have meant to offend. Never have I knowingly deviated from the exactest truth ; and never have I spoken truer, than when I now declare, that if restored to my own country, my dearest satisfaction would be, to try to return to my kind entertainers, that hospitality which it is my pleasure and pride to repeat, they have bestowed upon me.




( VIII )


Addition to the List of Subscribers of the First Volume.


Dr. A. Brown, M. P. 5 copies. Dr. Stopford.
John Brown, Sovereign of Bel- Theophilus Swift, Esq.
  fast. Samuel Starling, Esq. Stamp-
Captain Brabezon.   Office.
Hon. Thomas Barnwell. Lord Trimlestown.
My Lady Connyngham. Lady Trimlestown.
Francis Carleton, Esq. Armagh. Rofs Thompfon, Esq. Newry.
Alderman Carleton. Rev. S. Radcliff.
General Craig. Lady Sarah Wynne.
Wm. Carter, Esq. Newry. Rev. Richard Wynne.
George Casson, Esq. Mrs. Richard Wynne.
Lord Viscount Dillon. Joseph Cooper Walker. Esq.
John Francis Gordon, Esq. Samuel Walker, Esq.
John Hutchinson, Esq. SCOTLAND.
Donaghadee. Miss "Carnasgie, of Craigo.
Rev. Daniel Kelly, Armagh. Miss Joan Carnaigie, of Craigo.
Richard Kirwan, Esq. Robert Campbell, Esq. Glasgow.
Joseph Lefanu, Esq. John Campbell, W. S. Senior.
Right Hon. David Latouche. Mrs. Duncan, of Rosebank.
Mrs. David Latouche. David Dale, Banker, Glasgow.
Miss Latouche. Major Frazer, of Newtown.
Wm. Digges Latouche, 2 copies. Lord Adam Gordon.
Doctor Lindfay. Miss Jngliss, Edinburgh.
Hon. Valentin Lawless. Adam Lorymore, Esq.
The Earl of Moira. Adam Marshall, Merchant,
Dr. Percival.   Glasgow.




PROMENADE

EN

IRLANDE.
___________


LONDRES — QUIBERON.



APRES deux ans et plus de séjour en Ecosse, pays fameux des Cakes, (galettes d’avoine) bien traité de tout le monde, quoique comme le bon-homme Pardrige, often in great danger of starving, in the middle of my compassionate friends : Feu Lord Dreghorn, qui avait eu la bonté de lire les observations que j’avais faites sur le pays, m’engagea à les faire imprimer.

L’idée de publier en Ecosse, un livre sur L’Ecosse, peut d’abord paraitre singuliere : à quoi bon disaient quelques uns, vouloir nous instruire de notre pays ! nous ne le connaissons que trop, disaient les autres. Après bien des refléxions sur ce sujet, je conclus que ce dont on aimait mieux à entendre parler, c’était de soi et je publiai mon livre, qui réussit parfaitement.

Lord Dreghorn voulut bien prendre la peine de relire les feuilles avec moi comme elles venaient de la presse ; je n’étais pas alors de tres bonne humeur, et ainsi, elles étaient souvent remplies de traits de satyre assez originaux, sur les differentes situations où je m’étais trouvé ! — mais me disait quelques fois mon vieux juge, ceci est fort drôle, c’est fort original, cela fera rire tout le monde….. excepté nous ; je crois en vérité que vous ne devez pas faire aboyer les chiens, avant d’être hors du village :… et je corrigeais, je retranchais, jusqu’à ce qu’enfin la plaisanterie put le faire rire lui même.

Dans ce tems, on parlait de je ne sais quelle maudite expédition sur les côtes de France, dans laquelle des milliers d’émigrés avaient péri inutilement. Je résolus d’aller revoir mes amis, pour avoir du moins la douceur, de me plaindre en liberté, et de consoler ceux qui restaient.

Je fus me présenter à Berwick aux personnes qui m’y avaient accueilli lors de mon premier passage et je fus tres flatté, de voir qu’elles se rappellaient encore de moi.

Deux compagnies Anglaises, qui ont affermé la pêche du saumon de la Tweede ont des smacks, où petits vaisseaux très légers dans le port : Les uns ont des puits pratiqués dans le corps du batiment qui reçoivent l’eau de la mer : Ceux là apportent le saumon vivant jusqu’à Londres, mais il en périt beaucoup dans le chemin : dans les autres on le renferme dans des caisses de sapin, assez semblables à une bierre et on le couvre de glace ; il arrive à Londres tres bien conservé, quoique là distance par mer soit de plus de quatre cent milles. Les propriétaires pour profiter de ce voyage qu’ils sont obligés de faire reçoivent des passagers à bord qui sont assez bien nourris, prennent le thé deux fois par jour, ont un bon lit dans la cabine et ne payent que quinze shellings pour leur passage. Pour que ces compagnies, puissent gagner quelque chose à ce marché, il faut absolument qu'elles supposent que la plupart des passagers n'étant pas accoutumes à la mer, seront malades et ne mangeront rien pendant les trois premiers jours, qui est communément le tems que leurs vaisseaux mettent à se rendre.

Je pris place dans un de ces smacks et fis le voyage avec les saumons : mais malheureusement le mauvais tems et le vent contraire ne nous permit pas d'aller tres vite ; aussi j'avais coutume de dire au capitaine, lors que je n'eus plus le mal de mer, que s'il ne se dépêchait, je le ruinerais.

Je fus huit jours dans la traverseé : pendant ce tems nous passames souvent assez près des côtes pour pouvoir distinguer les villes sur le rivage. La premiere fut Flamborough, puis Scarbourough, une de ces villes fameuses par les oisifs qui s'y rassemblent en été, sous le prétexte de se baigner dans la mer ; son chateau situé sur un roc élevé, présentait un tres beau point de vue: à la hauteur de Yarmouth la mer était couverte de vaisseaux qui allaient et venaient comme les bateaux dans un canal. Deux où trois fois cependant, comme le smack s'écarta en pleine mer, j'eus quelques regrets d'avoir pris cette maniere de voyager. Il eut été peu agréable de rencontrer quelques Carmagnols, qui m'eussent fait l'amitié de mt conduire à Paris, pendant que je ne voulais aller qu'à Londres. Il est toujours facheux d'être dérangé dans ses voyages ..... Ce fut avec beaucoup de plaisir que j'apperçus enfin l’embouchure de la Tamise, et comme la douane n’a rien à dire aux Smacks, passant tout droit sans s’arrêter il alla debarquer à la tour de Londres. Ce fut pour moi un vrai plaisir de me retrouver dans une ville où j’avais beaucoup de parens et d’amis après avoir été plus de deux ans séparés d’eux et n’avoir vécu pendant tout ce tems qu’avec des étrangers.

Cependant l’instant de mon arrivée etait bien affligeant ; c’est à cette époque que l’on venait d’apprendre le désastre effroyable de Quiberon : il n’y avait pas une famille Française à Londres, qui n’eut à pleurer la perte d’un pere, d’un mari, où d’un frere ; on se fuyait ... tous les liens de la société semblaient rompus, une douleur aveugle et farouche faisait traiter avec défiance, le peu d’amis qui restaient. Deux partis s’étaient formés, l’un soutenait M. D’hervilly, l’autre M. de Puisaye ; ils s’accusaient mutuellement et défendaient avec chaleur, celui dont ils avaient embrassé la cause. J’étais étranger à tous les partis, et j’admirais le courage fougueux de l’un, sans cependant jamais croire l’autre un traitre ; quoique je sois loin d’approuver sa conduite, il est sur cependant que ce qu’il avait promis, s’est éxécuté presque à la lettre : Le débarquement et la jonction d’un grand nombre de chouans, il n’y a que les secours qui devaient le joindre quelques jours après, qui ne sont pas arrivés. Cette funeste expédition a couté la vie à une grande partie de la noblesse de Bretagne et à un très grand nombre des anciens officiers de la marine de France qui furent sacrifiés inutillement.

Il parait que lorsque les corps qui furent fait prisonniers, eurent mis bas les armes, l'intention des chefs républicains n'était pas de les mettre à mort ; ils étaient plus de quinze cent, et on ne leur donna pour escorte qu'une garde de trois cents hommes ; la nuit était très obscure, et pour ne pas s'écarter ils se tinrent les uns les autres par la basque de leur habit ; plusieurs cependant se trouverent éloignés du corps principal et furent obligés de crier pendant très longtemps, avant qu'on vint les prendre. Quelques officiers républicains qui prévoyaient le sort qui les attendait, engagerent (à ce que j'ai entendu dire) plusieurs de leur connaissances à s'évader, mais les gentilshommes avaient donnés leur parole et ne voulurent pas profiter de leur bonne disposition. Ils furent à Vannes prisonniers sur parolle pendant quelque jours, mais enfin l'ordre de leur mort arriva, on fit la moquerie de faire leur procès et on les fusilla ; Quelques uns cependant, réussirent à s'échapper après leur détention et c'est d'eux, qu'on a feu les détails horribles de cette sanglante tragédie.

Il parait d'après leur récit, que les habitans de la ville et les troupes, avaient leur supplice en horreur. Les chouans étaient maitres du pays et cependant une poignée d'étrangers, (de Liégeois) ministres des volontés barbares des tigres qui les employaient, réussirent par la terreur qu'ils inspiraient, à les mettre à éxécution. C'est ainsi que les actes les plus atroces de la révolution ont été commis. Les nations de l'Europe, s'émerveillaient dans bien des occasions de la bravoure et de l'énergie du peuple de Paris ... c'était plutôt sa lacheté et sa foiblesse qui devaient les étonner. Le commun des hommes est un vil troupeau, toujours prêt à marcher à la voix du chien, dont ils craignent le plus le morsure. Qui pourrait douter, que les sept huitiémes des soldats qui ont assisté au Martyr de Louis seize, ne l'eussent vu s'échapper avec plaisir et que parmi le reste un tres grand nombre ne fut indifférent.

On crierait étrangement au paradoxe, si je disais que je ne crois pas, que plus d'une douzaine d'hommes fussent acharnés à sa perte et ces douze hommes encore, ne brillaient peut-être pas d'un feu qui leur appartint et servaient avec leur rage, l'ambition de deux où trois. On, m'objectera les victoires étonnantes et les succès brillans de leurs armées ; eh ! n'avait on pas vu avant la révolution de France, le grand Frederick battre les rois de l'Europe avec leurs propres sujets ; ne se rappelle-t-on pas les quarante mille Saxons, qu'il fit prisonniers de guerre, et qu'il enrôla malgré eux dans ses troupes. Lorsque deux armées sont en présence, les opinions particulieres des individus qui les composent, ne signifient rien, il faut qu'ils se battent pour leur défense personnelle ; les dangers de la désertion sont si grands qu'à moins de circonstances particulieres, il y a fort peu d'hommes qui osent les braver. D'ailleurs ce n'était plus, pour où contre le roy, que la guerre se faisait : il était malheureusement notoire, que c'était pour, où contre la France. Dans ce cas, chaque individu avait un intérêt puissant à défendre son pays, quelles que fussent ses opinions politiques.

Au bruit qui fit l'expédition de Quibéron, des émigrés arriverent des quatres coins du monde, pour apprendre en débarquant la catastrophe qui l'avait terminée. Monsieur, frere du roy, arriva du fond de l'allemagne, et ne l'apprit que sur les côtes d'Angleterre. Cependant la guerre de la Vendée était dans toute sa force et les braves défenseurs de la royauté demandaient les secours qu'on leur avait si longtems et si vainement promis. On résolut enfin de faire une éxpédition sur leur côtes : si on y eut porté d'abord, les forces que l'on a perdu sur celles de Quiberon, cela eut certainement produit une diversion considérable en leur faveur.

Il ne parait pas qu'on eut des intentions bien sérieuses ; plusieurs propriétaires de ce pays, offrirent de s'embarquer comme volontaires sur la flotte, afin seulement d'être jetté sur la côte et d'y faire leur possible pour armer leurs paysans ; on refusa de les prendre, à moins qu'il ne s'engageassent entièrement comme les autres. L'éxpédition cependant eut lieu, on transporta le prince à l'Isle Dieu et après bien de la fatigue, on fit rentrer la flotte deux mois après, sans coup férir.

Cependant j'observai à mon grand étonnement que les émigrés à Londres, étaient moins mal qu'à mon départ, deux ans avant : quelque soit la situation où la providence nous place, le tems et la résignation rend tout supportable ; plusieurs s'étaient attachés à quelque genre d'industrie, qui leur fournissait le moyen d'éxister ; toutes les dames brodaient, et le gouvernement leur accordait toujours un léger secours aussi-bien qu'aux prêtres, et à ceux qui avaient plus de cinquante ans. Ceux qui souffraient le plus, étaient les riches propriétaires en France, qui accoutumés à vivre sur leurs revenus, sans s'inquiéter du lendemain et sans aucun travail de leur part, ne pouvaient trouver en eux, les ressources que les autres avaient.

Après avoir renouvellé connaissance avec mes amis, mon génie observateur ne me permit pas de me tenir tranquille. Je courus tous les endroits où les hommes se rassemblent, depuis la taverne, jusqu'au parlement et depuis l'eglise, jusqu'à dog and duck : et partout comme dit Salomon je ne vis que vanité et n'éprouvai que véxation d'esprit.

J'avais quelques lettres de recommandations, j'en avais pour des gens très riches : Oh ! la drole de figure qu'ils faisaient, lorsque je m'approchais d'eux, le nom d'émigré ne parraissait pas leur plaire extrêmement : à coup sùr il ne leur déplaisait pas tant qu'à moi.

Plusieurs cependant, qui avait lu ma Promenade Dans la Grande Bretagne, m'engagerent à passer en Irlande et à en faire une autre dans ce pays ! je n'avais rien à faire, c'était un pays nouveau pour moi, on me fournissait de passe-ports superbes et de lettres de recommandations : je fus tenté.

Avant mon départ, je voulus savoir ce que ces aimables et savans Messieurs les libraires, avaient fait de mes livres, et bientôt j'appris à le connaitre dès le premier pas dans la boutique. Lorsque je voyais venir le book monger au devant de moi d'un air riant et honnête, je ne lui addressais seulement pas la parolle et je m'en allais sur le champ. Mais lorsqu'au contraire, il me faisait la grimace et me traitait Mal, c'était une autre affaire, j’étais sur qu’il les avait vendu et je ne le quittais pas, qu’il ne m’en eut donné le prix.

Je fus aussi témoin, de la maniere honnête dont le roy fut reçu au parlement au commencement de 1796 ; j’avoue que la fureur de la populace me surprit etrangement : comme j’en avais vu d’à-peu-près semblable, les suites m’en semblaient effrayantes ; j’étais alors avec un vieux officier Anglais, ce n’est rien, dit il, ils seront tout aussi tranquilles après qu’avant, c’est seulement pour faire connaitre leur bon plaisir à sa majesté. Les hurlemens etaient épouvantables, et deux jeunes femmes assez jolies, effrayées de la bagarre, se jetterent toutes tremblantes entre nos bras. Après avoir éxaminé celle qui se jettat dans les miens, je l’embrassai bien cordialement ..... pour tacher de la rassurer : Quant à mon Anglais, il mit sur le champ ses deux mains dans ses poches crainte de surprise. Je pense que dans bien des cas, ceci ne ferait pas une représentation très défectueuse, de la maniere d’agir des gens des deux nations.

Je fus un jour, dans un des club politiques qui sont si nombreux à Londres ; après avoir reglé le destin de l’Europe, un des orateurs élevant la voix plus haut qu’a l’ordinaire, s’ecria : " ce Clairfait est vraiment un maitre homme, il vient de sauver l’Allemagne par la prise du Rhin," et se tournant de mon côté avec un air d’importance, " vous avez sans doute été dans ce pays là, " dit il, " ce doit être une ville terriblement fortifiée " " oui certainement, " " lui repondis je, " c’est une grande place d’eau. " Alors, l’un d’eux, après avoir ri immodérément, prenant un air sage, " je vous prie me, dit il, quel était le nom de l’Amiral Français dans cette occasion ;" lorsque je leur eus fait savoir, que le Rhin n’était pas beaucoup plus large que la Tamise à Chelsea, ils s’étonnerent fort qu’on en eut tant parlé, car dirent ils avec beaucoup de sagacité, " il n’y a rien de si aisé de passer la riviere dans un bateau." M’empaquetant dans la diligence je fus chez Mr. Blair, à Beacon’s Fields, où je passai une huitaine très agréable ; c’est dans ce voisinage que le vieux et fameux Edmond Burke pleurait son fils et les malheurs de l’Europe. J’arrivai bientôt à Bath, où je fus bien aise de profiter des plaisirs qui s’y trouvent et malgré les quels, les oisifs qui y habitent, ont l’air si ennuyé ; ils s’en vont bâillant de la pompe au jeu, du jeu au bal, du bal chez le libraire et du libraire au lit, qui du moins pour quelques heures, les empêche de sentir le poids de leur éxistence.

Cette ville infiniment agréable à tous égards, cesse cependant de l’être après quelque temps lorsque l’on n’y a pas de société formée; on y court tellement après le plaisir, que le plaisir s’enfuit et qu’on n’est rien moins que sùr de l’attrapper.

Il y avait à Bath, un petit nombre d’émigrés qui s’y tiraient mieux d’affaire qu’à Londres, où ils se nuisaient les uns-les-autres. Depuis mon dernier passage dans cette ville, elle s’était beaucoup augmentée on y avoit bâti des quartiers considérables et magnifiques, ce qui prouve qu’elle a encore augmentée de faveur, parmi les habitans de la grande Bretagne.

Je fus de là à Bristol, pour tacher de m’y embarquer pour l'Irlande : le vent étant contraire j'y réstai quelques jours et fus visiter dans l'intervalle, l'assemblée des eaux : dès le premier moment, je fus sur le ton de familiarité avec tout le monde, ou me proposa une carte je jouai avec les dames .... je perdis.

Las d'attendre le vent, je crus devoir courir aprés. La machine qui nous portait avec les lettres et sans beaucoup plus de cérémonie, allait si vite, que tout ce que je pus voir dans ce long voyage, c'est que d'abord, elle pensa nous, jetter à l'eau sur les cayoux de la Séverne, où il semble, qu'on aurait bien du faire une chausseé et un port convenable pour l'arrivée du bateau.

Cette partie du pays de galles est coupée d'une maniere agréable de collines et de vallées peu profondes et qui semblent tres fertiles. Les femmes des paysans portent communément un vieil habit d'homme par dessus leur jupes et un large chapeau de paille qui les couvre entièrement. Les maisons des paysans ressemblent assez à celles des montagnards Ecossais, et ils ont un language Celtic, qui leur est particulier et qui a beaucoup de rapport avec le bas Breton.

Swansey est un port assez considérable, qui sert de passage plus ordinairement pour Bristol et le sud de l'Angleterre. ... Tout ce que je pus remarquer des manieres de ce pays, c'est à Cormarthen, où les habitans font usage pour la pêche du saumon d'un bateau quarré où plutôt d'un panier de jonc et couvert d'une peau de cheval ; ils se tiennent au milieu et préservent leur équilibre très adroitement ; quand ils ont fini leur pêche, ils le tirent de l'eau et l'emportent chez eux, où il a encore cet avantage de leur servir quelques fois de berceau pour leurs enfans.

Les Cimetieres aussi, attirerent mon attention : ils ne sont point défigurés par une foule incohérente de tombes et d’inscriptions ridicules ; ils cultivent sur celles de leurs amis, les fleurs et les plantes qu’ils chérissaient et viennent souvent les visiter, ainsi les cimetieres ont plutôt l’air de jardins agréables, que du séjour de la mort. Il est impossible qu’un peuple qui suit une telle coutume, n’ait pas les moeurs tres douces ; je regrettai de ne pouvoir vivre quelques tems avec lui, mais j’étais en route pour l’Irlande, et je me rendis à Milford Haven, qui est bien le plus vilain trou, dans lequel voyageur pressé, puisse manger jusqu’à son dernier sou, en attendant le bon vent. Trois où quatre fois, nous mimes à la voile et aussi souvent nous fumes obligés par les vagues de rentrer dans le port, à la quatrieme enfin, nous nous arrêtames à Deal, petit village à l’entrée de la baye où nous restames huit jours.

Dans, le cours ordinaire des choses, oh ! comme j’aurais juré et me serais impatienté, en dépit de la belle et large baye et du pays singulier ; mais le hazard avait fait prendre place dans le même paquet, à une famille aimable D’Ecosse et à un Irlandais qui avait servi long tems en France, et je scus si bien prendre mon parti, que je craignais, plutôt que je ne désirais le bon vent. Nous passames enfin, et même assez rapidement, car nous joignimes l’autre côté, dans moins as vingt quatre heures.

Les commis de la douane se sont arrogés un tribut des deux côtés de l’eau sur les passagers et leur demandent un petit écu par tête, pour la permission d’embarquer où de débarquer leurs effets : Un d’eux ayant refusé de le payer eut son petit sac bouleversé d’une manière cruelle. Le prix du passage est exorbitant, une guinée et demie dans la cabine, et le Paquet-Boat, est loin d’être des plus commodes et des plus propres : j’avais pris cette route par économie, et les frais revinrent à plus du double que par Hollyhead, nous gagnames enfin la rivière Suire, à l’embouchure de laquelle, il y a un château fort, situé sur un roc qui avance dans la mer : Mr. Latin, qui étoit dans le même Paquet-boat, eut la bonté de m’engager à débarquer chez lui à Drumdouny, et ainsi dès le premier jour j’eus à me louer des attentions, et de l’hospitalité Hibernoises.

_________


DUBLIN.



LES bords de la Suire sont couverts de maisons de campagne agréablement situées, et elle est tres profonde jusqu’à Waterford, cette ville fait un grand commerce de salaison, et semble tres florissante : Il y a un quai qui aurait pu être de tres grand ornement, si les magistrats ne s’étaient avisés dernièrement, d’y bâtir des chantiers pour la construction des vaisseaux et quelques bicoques d’assez mauvais gout pour le service du public. On croirait d’abord, que les chantiers eussent été infiniment mieux de l’autre côté de la rivière pour les ouvriers qui y sont employés, qu’ensuite l’odeur du goudron, n’aurait pas empésté les maisons du voisinage, et que le quai n’aurait pas été interrompu, mais oh ! sweet smell of gain. Le pont est le premier de ce genre construit en Irlande : les piles de bois sont couvertes par trente trois pieds d'eau à la marée haute, sa beauté et sa solidité dans un endroit aussi profond de la rivière, fait beaucoup d'honneur à l'architecte qui en a construit plusieurs autres sur le même modéle.

Il y avoit alors dans la riviére un vaisseau Américain, chargé de passagers Nantais pour New York : il avoit fait naufrage sur les côtes et n'avait quitté la France que depuis quelque-jours. Les habitans firent une souscription en leur faveur et leur fournirent de vivres, jusqu'a l'endroit de leur destination. Je fis à ces passagers beaucoup de question sur le pays qu'ils venaient de quitter : ils étaient tous des gens du commun, des artizans pour la plupart, qui ne pouvaient me répondre autre chose, si non que le pain était cher, qu'il y avait bien de la misere et qu'ils allaient à New York, pour tacher d'y trouver de l'ouvrage.

Comme mon intention était de me rendre à Dublin, aussitôt que possible, je pris une place dans le coche qui ne me conduisit pas plus loin que Gorum, où il joignit la malle de Cork, mais malheureusement toutes les places étant prises, on me laissa dans ce misérable village, sans autre moyen quelconque d'aller plus loin avec mes effets, que de louer ce qu'ils appellent un car. Leur car est une espèce de charette très basse, sur des roues de deux pieds de diametre d'une, où deux pieces de bois,attachées à un gros essieu de bois, eù de fer qui tourne avec elles, je crois cette singuliere construction très bien calculée pour porter des poids considérables, mais pas si bien pour les travaux de la campagne aux quels on l'employe communément. Elle est cependant fabriquée de telle maniere qu'on pourrait imaginer que quelque fermier vigilant en a été l'inventeur, car le car est si près et tellement placé sous la queue du cheval, que tout ce qu'il peut laisser tomber y est reçu.

Ayant donc fait marché avec un carrier, de me conduire à six milles, au prix modéré d'une chaise de poste, je m'arrangeai dessus avec mon bagage. Mon conducteur s'arrêtait à toutes les portes pour boire, où causer, et cependant je restais au milieu du chemin, et exposé à la pluie : je le priai dabord très honnêtement, de continuer sa route, mais comme, après deux où trois fois, je m'apperçus qu'il n'en tenait compte, je commençai à répéter de toute ma force, ces compliments éloquens que l'on peut apprendre sur les ports et dans les marchés de Londres ; je m'apperçus bien vite, que cela le touchait extrêmement, car je lui entendis dire, en quittant ses amis, by phesbus, I am sure he is a gentleman, for he swears most confoundedly. Après cette petite leçon je n'eus pas la moindre peine avec lui, mais la pluie et les dragées dont le cheval avait rempli mes poches, me mirent de si mauvaise humeur, que je me promis bien, de ne plus m'exposer à leur faire tort de leurs denrées.

Je fus de là à Carlow, où l'on vient d'établir un séminaire pour les prêtres catholiques : cette ville est située sur la Barrow qui se joint avec le grand Canal d'Irlande : désirant en avoir une idée, je me rendis à Athy, où il y a tous les jours des bateaux publics qui se rendent à Dublin. En entrant dans le village, je fus arrêté par quatre où cinq personnes qui me demanderent la charité : ... c'était, disaient elles, afin de procurer un enterment honorable à un pauvre diable, qui était mort de faim : je leur répondis, que puisqu'il était mort, il n'avait plus besoin de rien, cette raison ne parut pas les satisfaire ; je contribuai à sa pompe funebre ! cette occasion est peutêtre la seule, où ses amis se soyent intérréssés à son sort.

Les bateaux du canal sont très commodes, et ressemblent beaucoup à ceux de Hollande, mais le prix du voyage est près du double. Celui dans lequel je voyageai, était rempli de discoureurs politiques, assez semblables a ce que nous appellions en France, des Mouchards ; m'appercevant étranger, un d'eux m'addressa plusieurs fois la parolle, sur des matieres assez délicates du governement. Après avoir fait quelque tems des réponses ambigùes, crainte d'interprétations fausses,je crus à-propos de faire semblant de dormir, et je me mis à ronfler : c'est une assez bonne manière de se tirer d'affaire en pareil cas.

Ce canal est un ouvrage superbe, il passe au travers de tourbes immenses, où l'on a été obligé de creuser dix où douze pieds, avant d'arriver à la terre, pour former les côtés et le fond du canal. On passe plusieurs aqueducs, entrautres un dont la hauteur et la longueur sont vraiment prodigieuse.

Dublin est une ville très considérable, a peu près la quatrieme partie de Londres, dont elle est l'image en petit ; les rues mêmes portent le même nom : la beauté de ses bàtimens pourrait le disputer à ceux de cette capitale : on est étonné de leur magnificence et de leur nombre. Le palais où le parlement s'assemble, fait honneur aux représentans ds la nation, c'est un immense batiment circulaire et entouré d'une colonnade magnifique.

Il est digne de remarque, que l'endroit où s'assemblent les députés où représentans des plus grandes nations, est communément un vieux bâtiment irrégulier et fort laid, auquel on a tant d'attachement qu'on ne pense pas à en bâtir un plus commode.

La Bourse où le royal Exchange, est assez semblable à la maison du Maire à Londres quoique plus petite : la Douane aussi est beaucoup trop belle pour son usage, et le nouveau bâtiment que l'on appelle les Quatres Cours de justice, donne le plaisir à Thémis de se voir logée dans un endroit décent, ce qui dans tous les pays de l'Europe est assez rare. Son ancienne résidence était vraiment quelque chose d'éffrayant, tant par ses suppôts, que par l'air lugubre et sombre de l'antre dans lequel ils se tenaient : je me suis souvent amusé à me promener au milieu d'eux ; comme il n'était guères probable, que dans la situation où je me trouvais, j'eusse rien à démêler avec eux : je riais en moi-même de leur large perruque, sous laquelle était enterrée presque toute la figure, dont on n'appercevait gueres qu'un long nez, ainsi que ces faucons qu'on a dressé à fondre sur leur proie et dont le bec seul est à découvert. Si j'en crois la renommée, leurs attorneys ne le cédent en rien à nos procureurs et même par quelques petites histoires dont j'ai entendu parler, il semblerait qu'ils soient encore plus habiles.

Les places sont larges et bien bâties, le port seul, ne semblait pas répondre au reste de la ville, on vient de creuser un bassin immense qui remédiera à ce défaut, lorsque quelques maisons auront été bâties sur les bords pour le garantir du vent. Il est singulier que jusqu’à présent on n’ait pas encore pensé à avoir une belle Eglise à Dublin, elles sont toutes vieilles, et sans la moindre décoration ; il n’y a en tout, que deux misérables clochers, ce défaut empêche la ville de paraitre à quelque distance autant qu’elle le devrait faire.

Comme mon objet n’est pas de donner une description topographique de cette grande ville, je ne m’étendrai pas davantage sur les palais et les beaux batimens qu’elle contient. Les carosses brillans et l’opulence apparente des principales maisons, rendent encore plus choquante la vue des mendiants, dont la pauvreté abjecte fait horreur. On les voit collés pendant des heures, sur les grilles des étages souterrains, et forcer la charité en privant les gens qui y demeurent de la lumière du jour : d’autres aussi, sont très insolens et obtiennent en quelque façon par force, ce qu’on ne parait pas disposé à leur donner de bonne volonté. Ces scênes dégoutantes endurcissent le cœur peu-à-peu, et je n’ai jamais été moins disposé à faire la charité, que quelque tems après avoir demeuré à Dublin.

J’employai mon loisir, les premiers jours de mon arrivée comme je fais odinairement dans pareil cas, à courir de côtés et d’autres et à me mêler autant que possible a la foule. J’en joignis une qui me semblait attendre quelque chose avec beaucoup d’impatience, et j’arrivai auprès d’un gros batiment qui avait l’air d’un vieux chateau ; il y avait une petite plateforme au niveau d’une fenêtre au sécond étage ; plusieurs hommes d’assez mauvaise mine parurent dessus, je crus d’abord qu'il allait se passer quelque cérémonie singuliere ; mais bientôt je fus désabusé, car l'un d'eux passa une corde au cou de l'autre et l'acrocha à une barre de fer au dessus de lui ... je voulus m'éloigner au plus vite, mais la foule était trop grande : le pauvre malheureux resta un moment tout seul, exposé à la vue du peuple et bientôt la table sur laquelle ses pieds portaient, tomba et se replia sur la muraille ! .. on peut voir que les Irlandais ont encore enchéri sur leurs voisins, dans la manière de pendre les gens avec grace : mais je le répéte, je pense que c'est une très grande cruauté, que de faire une espéce de parade de la mort d'un homme : en diminuant l'horreur du suplice, on augmente les crimes et on multiplie les exécutions : je ne serais pas éloigné de croire que ce pourrait bien être la raison, pourquoi il y a plus de gens pendus dans la grande Bretagne et l'Irlande, que dans tout le reste de l'Europe.

La foule sembla se diriger vers un autre endroit, je la suivis encore et elle me conduisit au parc du Phoenix, où il y avait une course de chevaux ; je ne saurais trop dire le quel des deux, de la course où de l'éxécution, fit plus de plaisir au monstre à cent têtes.

Quoique la ville où les gens aisés demeurent soit peut-être une des plus belles de l'Europe, cependant les quartiers, où le bas peuple végéte, ne peuvent être comparé à rien par la malproperté et la misere qu'on y rencontre, on appelle ces quartiers, les Libertés de Dublin, et cela m'a souvent fait penser qu'après les Libertés de France sous Robespierre, il n'y en avait pas de plus dégoûtantes dans l'univers.

Parmi les personnes à qui j'étais recommandé, il y avait des Généraux et des Médecins, des Evêques et des Curés, des Banquiers et des Auteurs, des Lords et des Professeurs, des Avocats et des Plaideurs. Mr. Burton Conningham fut un de ceux qui m'accueillit le mieux, il eut la bonté de m'encourager dans mon plan : c'était un homme très respectable, ami du bien public et de tout ce qui lui semblait pouvoir être utile à son pays ; je puis en dire du bien sans crainte de passer pour flatteur, car il est mort. Il eut la complaisance de me conduire dans les différentes sociétés de gens de lettre et me fit faire connaissance avec quelques uns deux ; il y en a de très aimables et de très instruits, mais je n'en n'ai pas connu un seul, qui n'eut quelque choie d'original dans sa manière.

Le cabinet d'histoire naturelle pour les pierres, dont Mr. Kirwan prend soin, mérite l'attention du curieux ; On y trouve réuni un assemblage intéressant de toutes les pierres et de tous les minéraux connus. La bibliothéque de Lord Charlemont est un bijou charmant, où l'on voit rassemblé l'élégance et le bon gout.

On croirait, à voir les Irlandais dans les pays étrangers, qu'ils doivent être très galants et qu'ils ne peuvent vivre sans société : les mêmes gens, qui semblent avoir tant de plaisir à courtiser nos dames, ne paraissent pas en avoir du-tout, à voir les leurs exposées à la fleurette. Lorsqu'un Irlandais se présente à la porte d'un Jaques Roastbeef en Angleterre, celui-ci craint sur le champ quelque conspiration contre sa bourse, sa femme, sa fille où son vin. à Dublin en revanche, on rend cela assez passablement à l'étranger, et l'on est ce qu'ils appellent shy à le recevoir : on dirait que ces bonnes gens se rappellent leur tours de jeunesse.

On ne connait gueres d'autres sociétés, que ce qu'on appelle des routs où qu'avec plus de raison j'appellerais déroute, c'est à dire, que lorsque la maison peut contenir vingt personnes, on en invite soixante, ainsi de suite : j'ai vu de ces routs où depuis le vestibule jusqu'au grenier, toutes les salles étaient pleines de belles dames bien parées, qui sont si serrées les unes contre les autres qu'à peine elles peuvent se remuer et ne se parlent qu'avec l'éventail. Un étranger a quelques raisons d'être embarrassé dans ces assemblées trop brillantes, car il peut y voir plus de femmes rééllement charmantes, que dans bien des villes : il pense seulement que c'est grand domage de leur voir ainsi perdre dans les escaliers, un tems qu'elles pourraient passer plus agréablement avec un petit nombre d'amis, qui sauraient les apprécier.

Les gens riches dépensent presque tous, plus que leur revenu, et ainsi sont toujours obligés d'avoir recours à des expédients ruineux pour soutenir leur dépense : dans les pays plus fréquentés de l'Europe, cette prodigalité, est loin de faire tort à la société, en ce qu'elle encourage tous les arts et les talents qui servent à rendre la vie agréable ; en Irlande cela produit un effet tout à fait contraire et leur ôte la vie, parceque les fantaisies qui les ruinent, ne sont pas le produit du pays et qu'ainsi les beaux arts restent sans encouragements et ceux qui les cultivent se voyant meprisés, sont obligés de chercher une terre, qui sache mettre un prix à leur travaux. La seule chose que je voudrais recommander aux Lords qui veulent se ruiner, serait d’employer des choses faites en Irlande ; ce serait vraiment patriotique.

Lorsque l’on scut, que j’étais venu avec l’intention d’écrire les fariboles, dont le lecteur s’occuppe à présent, cela engagea plusieurs personnes à me procurer quelques agréments et m’ouvrit la porte d’établissements, où l’étranger n’avait jamais été admis.

D’autres me firent l’amitié, de me montrer le pot de chambre, au fond duquel on a mis la figure de Mr. Twiss, comme un petit encouragement. Ce Twiss était un Anglais, qui ne manquait pas d’ésprit, mais un Anglais comme on en voit beaucoup, remplis de préjugés en faveur de leur pays et qui regardent tous les autres peuples de la terre, comme des espéces tres inférieures. Après avoir couru toute l’Europe dans ces dispositions, il vint enfin en Irlande et eut l’imprudence de témoigner quelque mécontentement, de ce que les personnes à qui il était recommandé, ne l’invitaient pas plusieurs fois chez elles .... il aurait pu se rappeller que c’est un usage copié de l’Angleterre, où même on vous fait quelques fois l’amitié de vous inviter à la taverne et de vous faire payer votre écot. Cela lui valut quelques réponses un peu séches qui le mortifièrent: il commença la dessus son voyage et éprouva dans les villes, ce que j’y ai éprouvé moi-même, c’est-à-dire une hospitalité trop cérémonieuse ; la personne à qui vous présentez une lettre, vous fait une visite en cérémonie le lendemain et vous envoie une carte d’invitation à trois où quatre jours de distance. Il est sùr qu’il est assez singulier, d’obliger un voyageur à rester aussi longtemps dans une petite ville, où il n’a point de connaissance, pour lui procurer enfin le plaisir de voir de belles pièces d’argenterie, bien luisante sur le buffet, des domestiques en livrées, une grosse piece de bœuf au bout de la table et des questioneurs enragés autour ; mais enfin c’est l’usage et on croit faire une tres grande politesse, en ne vous invitant pas dès le premier jour ; il y a cependant dans toutes les villes des gens qui suivent la bonne vieille coutume, ainsi la seule chose à faire, c’est de tâcher d’avoir des lettres pour des gens d’un état différent et alors on passe son temps assez agréablement.

Cette maniere déplut fort à Mr. Twiss et comme dans le monde, le désagrement comme l’ennui, est une monnaie qui se donne et se reçoit, les siennes par conséquent, furent aussi loin de plaire : il acheva son voyage aussi vite qu’il put sans presque s’arrêter et à son retour, il publia une cinquantaine de pages, non pas tant sur ce qu’il avait lui même observé, que sur le rapport de voyageurs, il y a quatre où cinq cents ans ; il est sùr que ses rapports sont forts originaux, particulierement sur la maniere dont les filles faisaient le pain à Cork, en 1400. Il se permit aussi quelques plaisanteries sur les pelures de pommes de terre et sur les jambes des dames ; avec tout la véracité possible, ceci est un article fort délicat et on doit garder pour foi, toutes les observations que l’on a été assez heureux, de faire à ce sujet. Cela déplut extrêmement et pour s’en venger, on fit l’enfantillage de le représenter la bouche ouverte au fond d’un pot de chambre !

C’est une position nouvelle pour un voyageur de profession, allons Mr. Twiss, un autre volume, communiquez nous vos remarques, et surtout Soyez vêridique ! cependant il y eut quelque chofe qui dut le consoler, c’est que son ouvrage qui au fait ne signifie pas grand chose, se vendit si bien, qu’à peine pourrait-on en trouver un éxemplaire à Dublin. Pour moi, je n’ai de rancune contre personne, les préjugés de ce pays me sont étrangers, les querelles politiques et religieuses qui l’ont déchiré si longtems, me sont aussi indifférentes que celles des Chinois ; d’après cela, pour quoi ne dirais je pas ce que je pense et quel mérite aurait mon ouvrage, si je m’abaissais à flatter dans quelque occasion que ce soit.

Une de mes connaissances me mena au théatre de société : c’est assurément un des établissement les plus somptueux que j’aye vu de ce genre, la salle est fort belle et l’assemblée tres nombreuse et parfaitement choisie ; le nombre de belles femmes qu’on y voit, a vraiment quelque chose de séduisant et une des seules foules dans laquelle je ne craindrais pas de me trouve pressé, est celle de la salle qui sert de caffe lorsque le spectacle est fini. Cependant je dois dire que ce théatre fait le plus grand tort au spectacle public ; on ne doit espérer avoir de bons acteurs que lorsqu’ils sont bien payés, et si les jeunes gens riches se ruinent à être acteurs eux mêmes, ils feront bien loin d’être disposés à encourager leur rivaux en tout, car les actrices viennent du théatre public. Les hommes ne sont point reçus sans être souscribteurs et le prix de la souscription revient à environ une guinée par représentation : chaque homme peut conduire deux dames avec lui, et le jour que j’y fus admis, cela engagea un jeune homme de la ville à s’affubler de cotillons et à s’y faire introduire par un de ses amis. Malheureusement il était un peu gai et il prononça quelques juremens peu féminins, cela fit scandale et on le mit à la porte ; je vis quelques uns des acteurs jouer passablement, mais j’en demande pardon, j’avoue que je ne puis me faire à voir des gens de rang, paraitre sur le théatre devant le public, car l’assemblée est assez nombreuse pour avoir ce nom. Au surplus je dois profiter de cette occasion pour remercier les personnes qui ont eu la complaisance de m’y admettre.

La salle de spectacle public est assez laide, le théatre étant peu suivi, les acteurs ne sont pas meilleurs que dans une petite ville de province.

On avait imaginé à Dublin un plaisir assez singulier dont le produit servait à maintenir l’hopital des femmes en couche ; c’est ce que l’on appellait, Promenade : en faveur du nom, j’ai voulu savoir ce que c’était : on se promenait dans une salle circulaire que l’on appelle la Rotonde, il y régnait un peu plus de liberté que dans les maisons, quoique cependant on ne se mêlat et on ne parlat qu’avec des gens de sa société ; après un certain tems on sonnait une cloche, et toute la compagnie se portait avec vivacité vèrs une porte que l’on ouvrait et chacun se plaçait avec ses amis autour de différentes tables de thé ; ma sociécé ne consistait que dans moi seul, et je ne pus jamais parvenir à me joindre avec un autre ; cela me donna occasion d’éxaminer les différentes parties : il y régnait vraiment une joie tranquille qui me fit d’autant plus de plaisir, que je ne m’attendais pas à l’y trouver. Les bonnes mamans étaient assez rares et semblaient distraites, les jeunes personnes au contraire étaient tres nombreuses et semblaient occupées, en un mot je ne doute pas que cette Proménade ne répondit parfaitement à son objet .... d’aider les couches des femmes. L’argent qui en provenait est à peu près tout ce que l’hopital avait pour se maintenir ; on y donne maintenant quelques fois des bals, pour lesquels, la salle semble mieux construite que pour les promenades.

Il y a plusieurs autres hopitaux, tous tenus par souscription ainsi qu’en Angleterre ; je ne puis souffrir de voir les secours donnés aux pauvres, dépendre du caprice et de la mode du moment. Si ce n’était plus la mode de souscrire que deviendraient tout ces établissemens ; ils étaient autrefois maintenus par des terres, mais à la réformation on les leur a ôté et quelques familles riches s’en sont emparés, pour prévenir la malversation, dont on accusait les administrateurs.

L’hopital des vieillards fait honneur aux habitans de cette ville, qui font éxister ainsi, un très grand nombre de pere de famille tombés dans la misere sur la fin de leur jours.

La maison d’industrie est un établissement considérable, où il y a près de dix sept cent pauvres, elle est en partie maintenue par leur travail ; leur ordinaire est infiniment meilleur, que dans la plupart des maisons de paysans, ils ont de la viande une fois par semaine, du pain, des pommes de terre et autres légumes tous les jours, des lits tres propres, il n’y a guères que leurs habits qui soient les mêmes qu’ils avaient avant. Tout pauvre qui se présente à cette maison, a droit d’y être reçu : ceux qui viennent ainsi s’offrir d’euxmêmes, peuvent sortir un jour de la semaine. Cependant malgré ces avantages, l’amour de la liberté est tellement enraciné dans le cœur de l’homme, qu’il y en a fort peu qui y viennent de leur bon gré et que les autres ne pensent qu’à s’évader.

Les artisans et gens de métier s’occupent souvent de plusieurs objets qui semblent entièrement opposés : on pourrait peutêtre attribuer à cette raison, la médiocrité de la plupart des choses qu’ils fabriquent.

Pendant que j’étais à Dublin, c’était la mode pour les gens de haute volée, d’aller entendre les sermons de charité d’un fameux prédicateur, Mr. Kirwan ; il est souvent arrivé que l’on y a fait des quêtes, qui ont monté jusqu’à mille ou douze cent livres sterlings : le but de ces aumônes, est pour maintenir des écolles de charité pour les orphelins. Les dames de Dublin s’occupent de petits ouvrages, dont elles fournissent les premiers matériaux à leurs frais et qu’elles font vendre ensuite au profit de ces mêmes Ecolles : j’ai été admis dans peu de maison riches, où je n’en n’aye vu d’occuppées de cet objet. Comme les gens d’un ordre mitoyen, sont toujours disposés à imiter leur supérieurs, cela a rendu les sermons de charité très fréquens par toute la ville ! c’est fort heureux quand ils ont d’aussi bons éxemples à suivre. Je trouve Mr. Kirwan, un prédicateur parfait, qui joint à un discours excellent une éloquence peu commune ; il fait tirer de la bourse du pécheur, les secours que la froide charité toute seule, aurait beaucoup de peine à en faire venir. Cependant la chaleur de ses expressions et ses gestes animés ont fait tres grand tort à la chaire dans cette ville ; ils y font souvent monter des forcenés qui par leur fureur ridicule, pourraient faire croire aux gens faibles de leur audience, que le diable en personne s’est affublé de la chasuble, pour venir les prêcher. Il est singulier comme tout est mode dans ce monde : à Dublin pour imiter un prédicateur favori et qui certainement a beaucoup de mérite, la tourbe des prêcheurs affecte une declamation et des gestes plus que théâtrales, tandis qu’à Edimbourg où un Mr. Greenfield, le ministre favori, a adopté une manière différente, on les voit immobiles, les yeux fixés sur un objet et articuler avec froideur, un froid sermon ; ils font communément si peu de geste et parlent avec si peu de chaleur, qu’autant vaudrait revêtir un morceau de bois de la cassoque presbytérienne dans l’un et l’autre cas, ils sont guidés par le désir d’imiter un homme que le public admire avec raison. Le prétexte de Mr. Greenfield pour son immobilité, c’est que la nature l’a formé d’une maniere si singuliere, que si dans le cours de son discours, quelque objet ridicule frappait sa vue, il ne pourrait s’empêcher d’éclater de rire ... voila une des raisons les plus originales que j’aye entendu donner : si un homme moins connu, s’avisait d’en offrir une pareille dans le cours de la vie, qu’en penserait-on ? dans tous les cas, je ne vois pas plus de raison pour les autres ministres, d’affecter sa maniére, qu’à Dublin, d’outrer celle de Mr. Kirwan, in medium veritas.

La justice est distribuée à peu-près de la même manière qu’en Angleterre et aussi comme en Angleterre, le prix des loix et de la médecine est éxorbitant : non seulement le pauvre est absolument privé des secours de cette derniere, mais encore tous ceux qui n’ont pas une fortune considérable ; même dans le fond des provinces de la Grande Bretagne, aussi bien que de l’Irlande, la classe mitoyenne ne peut guères espérer de voir un de Messieurs les suivans d’Hippocrate, à moins d’une, ou deux guinées par visite, et encore feraient ils capables de demander si elles sont de poids. Cependant les médecins, se font souvent un devoir, de visiter pour rien les personnes qu’ils savent n’avoir pas le moyen de payer, et l’on trouve dans cette classe des gens tres instruits, et très réspectables.

Il y a aussi des établissemens, afin de faciliter au pauvre le moyen d’avoir justice, mais ces moyens ne peuvent être employés avec décence que par l’homme qui n’a rien du tout, et c’est avec assez de peine que le pauvre plaideur peut à la fin faire entendre sa cause à l’oreille du juge ; il y a des éxemples d’hommes pauvres qui ont obtenu justice prompte, mais ce n’est guères que par le canal de gens riches, qui ont pris leur cause en main, et en ont fait la leur propre.

La classe des avocats, est dans les trois royaumes sur un pied tres respectable, et est composée de gens instruits et de tres bonne famille. Quoique on en dise, les attorneys ne sont pas si diables qu’ils sont noirs, j’en ai trouvé de fort honnêtes et de fort aimables ; cependant on assure, que quand on a quelques affaires avec un d’eux, à Londres aussi bien qu’à Dublin, il faut bien se donner de garde de lui souhaiter le bon jour dans la rue, car ce ferait mis sur le memoire, comme une consultation : il faut dit-on, encore bien moins l’inviter à diner, car en outre de l’abyme immense de son estomac, qu’on aurait beaucoup de peine a remplir, il pourrait arriver qu’il vous chargeat une guinée ou deux, pour l’usure de ses dents mâchelieres.

J’ai entendu parler d’un de ces Messieurs, qui chargeait régulièrement son client, pour avoir pensé à lui pendant son diner. Un d’eux, pendant que j’étais à Dublin, fut chargé par une dame à la campagne de porter une lettre à sa sœur : mon homme aussitôt arrivé en ville, prend une voiture et se rend chez elle, et comme elle était absente, il revint ainsi quinze jours de suite, lorsqu’à la fin l’ayant rencontrée, il lui remit sa lettre avec un mémoire de quinze guinées, pour ses peines et frais. Je ne finirais pas si je racontais toutes les histoires qui courent sur leur compte ; on pourrait leur appliquer la réponse de Lord Chesterfield, a Mademoiselle Chardleigh, (depuis Duchesse de Kingston,) qui se plaignait, qu’il était bien cruel, que l’on cherchat à détruire sa réputation en faisant courir le bruit dans la ville, qu’elle était accouchée de deux enfans ! " oh, dit-il," " cela ne doit pas vous inquiéter, vous savez bien qu’on ne doit jamais croire, que la moitié de ce qu’on dit."

Il m’a semblé, que dans la jurisprudence Anglaise, on emploie beaucoup trop la formule du serment, on fait jurer à tout bout de champ, et l’on semble y attacher beaucoup d’importance : n’est-il pas évident que l’homme sans foi, n’aura pas grande peine à charger sa conscience d’un crime de plus, s’il prévoit qu’il puisse lui être utile, et que l’homme de bien, n’a pas besoin de cette formalité. Voici une petite histoire qui explique allez bien, ce que je viens d’avancer.

Pierrot avait emprunté le Chaudron,
De son voisin Lucas ! puis le trouvant tres bon
Ne voulut pas le rendre et lui chercha querelle !
De propos insultans une longue Kirielle
S’en suivit: après quoi le juge déclara,
Qu’il fallait que Pierrot jurat,
N’avoir pas du voisin emprunté la marmite !
" De tout mon cœur, s’écria l’hypocrite,"
Et sur le champ en l’air sa dextre il lui montra,
" Mais mechant," dit Lucas, " tu vas perdre ton ame ! "
" Toi, ton chaudron," lui repartit l’infame.


La Cour du Vice-Roi à Dublin est presqu’aussi brillante que celle du roy à Londres et le chateau dans laquelle il la tient efc d’une ancienne structure qui a aussi bonne apparence au moins, que le palais de St. James. Mr. Burton Conyngham eut la complaisance de me présenter à Lord Camden, qui ayant été informé de mon plan, crut qu’il pourrait être de quelque utilité et eut la bonté de m’engager à le mettre à éxécution, de ce moment, je m’en occuppai plus sérieusement et me mis à lire toutes les anciennes histoires et les ouvrages qui parlent du pays.

Si l’on ajoutait foi, aux récits de quelques uns de leurs Auteurs, on aurait bien de la peine à imaginer que leur histoire n’a rapport qu’à l’Irlande ; les descriptions pompeuses du grand monarque et des rois sans nombre qui composaient sa cour, pourraient faire croire que sa splendeur effaçait celle d’Aléxandre, après la conquête de l’Asie.

En tâchant d’écarter les fables, dont tous les peuples se plaisent à entourer leur origine, il parait qu’à remonter à une époque très recullée, ce pays avait toujours excité l’avidité des étrangers ; les Thuatha d’ha Denan (dont le nom Irlandais signifie les tribus des Danois,) succéderent aux Belges. Les chroniques Irlandaises, rapportent qu’une nation errante venant de la Tartarie, fixa pendant longtemps son séjour en Phénicie, qu’elle envoyat différentes colonies en Egypte et enfin forma une monarchie en Espagne, dans cette partie qui joint la France près des côtes de Galice, et après trois où quatre cents ans de séjour dans ce pays, une armée considérable sous la conduite de Milesius s’embarqua pour les côtes voisines de l’Irlande. Trouvant dans cette isle, le peuple dans un état peu différent de celui de pure nature, elle n’eut pas de peine à le vaincre, en dépit des sortiléges des Tuatha d’ha Denan ; Milesius, établit dans l’Irlande un gouvernement féodal pas très différent de celui qui éxiste encore à present en Allemagne. L’Isle entiere était divisée en quatre et quelques fois en cinq royaumes, qui eux-mêmes étaient subdivisés dans un très grand nombre de principautés. Il parait que les quatre principaux souverains s’étaient réservés le droit d’élire un monarque entre eux, ainsi qu’en Allemagne, où les sept Elécteurs, dont les états sont morcelés en petites principautés, ont le droit d’élire l’empereur, qui est le chef de la constitution Germanique.

Durant un cours de près de dixhuit siécles ils n’eurent d’autres ennemis étrangers, à combattre que les Danois, qui furent pendant un tems, maitres de presque tout le pays, quoiqu’à la fin O’Brien Boromh, roi de Munster, et alors grand Monarque d’Irlande, les défit si complettement à Clontarf près de Dublin, qu’ils n’oserent plus se montrer après ; ils ont laissé par toute l’Irlande plusieurs traces de leur séjour, tels que ces forts que les habitans appellent Rath, et dans la culture de terreins près de la mer et sur des hauteurs, qui y semblent peu propres à present ; il parait qu’ils les avaient choisis pour leur sureté personnelle, où pour s’éviter la peine de couper les bois, dans les parties que l’on cultive à present.

Ce nombre de princes et de petites nations dans l’Irlande y éxcitait des divisions et des guerres sans fin ; les différens partis se battaient avec l’acharnement des guerres civiles ; il est fort peu de grands Monarques, où de rois particuliers qui ne soient morts violement ; ce Boromh qui délivra son pays du joug des Danois, fut tué dans la bataille et son fils au lieu d’être reçu avec reconnaissance par ses compatriotes, fut obligé de les combattre à tous momens et ne parvint qu’avec beaucoup de peine dans ses états.

Il est singulier que dans un état de guerres perpétuelles, les beaux arts puissent fleurir en Irlande ; il parait cependant, que ces querelles et ces jalousies nationales n’avaient point éteint les lumieres qui leur avaient été apportées par Milesius et ses suivants ; quoique l’isle fut dans un état de troubles et dissentions perpetuelles, il s’en fallait cependant beaucoup qu’elle fut dans la situation de la plupart des pays sur le Continent, où les Goths, les Vandales et autres barbares se succédaient les uns aux autres.

Les Grecs semblent offrir un éxemple à peu près pareil : leur pays n’était pas beaucoup plus grand, il était comme l’Irlande, divisé en petites principautés et qui pis est, en petites républiques, sans avoir de chéfs suprême comme l’Allemagne et l’Irlande, qui put les contenir par son autorité : aussi était il déchiré de guerres intestines, de nations à nations et de villes à villes : cependant quel peuple dans l’univers, a porté les sciences et les arts à un plus haut point de perfection.

La fureur des partis, avaient toutes fois été poussée si loin, deux cents ans avant l’arrivée des Anglais sur leurs côtes, que la nation était affaiblie et était tombée dans un état de barbarie dont l’Europe ne faisait que de sortir ; peutêtre même, le progrès des lumieres sur le continent contribua-t-il à leur chute en Irlande en privant le pays de gens sçavans et paisibles, que la crainte avoit forcée d’y prendre asyle.

Il reste encore quelques monumens qui ont echappés à la rage du tems et des factions ; on peut encore consulter quelques ordonnames des roys d’Irlande qui prouvent que la Nation avait atteint un haut degrés de Civilisation.

Le général Vallancey, dans ses recherches ingénieuses sur les antiquités d’Irlande a fait une découverte singuliere qui constate évidemment les traditions qui s’étaient conservées par les habitans sur leur origine. Plaute dans une de ses comédies dont la scêne est en Sicile, introduit un général Carthaginois, qui se plaint dans sa langue, de la perte de sa fille : les Sçavants s’étaient vainement éxercés sur ce passage et avaient enfin renoncés à l’éxpliquer. Les copistes avaient joints ou déjoints les mots, comme il leur avait plu ; le général Vallancey sans déranger les lettres, mais seulement les distribuant où elles devaient être, a réussi avec beaucoup de peine à l’expliquer et a prouvé évidemmènt que l’Irlandais et la langue que parlait ce général Carthaginois étaient la même.

Il y a des passages tres altérés, mais cependant où la différence n’est pas beaucoup plus grande, qu’entre le Français de Rabelais et celui de nos jours, mais il y en a plusieurs, où il n’y a pas une seule lettre de différence et qui sont exprimés comme on le fait encore à présent : ainsi au milieu des plaintes du géneral Carthaginois, sur le perte de sa fille, on vient lui annoncer quelle est retrouvée et qu’elle a pris asyle dans le temple de Vénus sur quoi ; il récite ce vers,

Handone silli hanum bene silli in mustine

Tes faveurs ô Vénus, sont souvent bien ameres.

Où mot-à-mot, quand elle (Vénus) accorde une faveur, elle l’accorde enchainée avec le malheur.

Il y avait deux languages en Irlande, la langue des scavants et celle du peuple, qui en était une corruption ; la premiere se parlait à la cour, et devait être suivant toute apparence la langue punique ; l’autre parlé par le peuple devait être l’Erse, l’Irlandais, le Celtic ou le Gaellic. L’histoire nous aprend, que les Carthaginois étaient une colonie de Phéniciens, qui devaient par conséquent parler la même langue et lorsque l’on retrouve cette même langue, chez un peuple presqu’ignoré pendant très longtems des autres nations de l’Europe et que ses traditions et son histoire se réunissent à declarer que leurs ancêtres étaitnt une colonie Phénicienne, il faudrait être bien incrédule pour se refuser à les croire.

Les Ecossais reclament la même origine et comme le language des deux nations, n’a pas plus de différence que l’Anglais d’un comté à l’autre, on ne peut gueres en douter, d’autant que les deux histoires s’accordent parfaitement en ce point, même pour les noms des chefs : la seule différence c’est que la chronique Irlandaise place cette émigration des Scots à une époque beaucoup plus rapprochée que l’histoire d’Ecosse. Il parait par elle, que ce fut à peu près au même tems, que les généraux romains poursuivaient les Calédoniens, les ancients habitans ; soit, que ce fut pour les aider a repousser leur vainqueur où pour profiter de leur malheur et s’emparer d’une partie du pays qu’ils venaient d’abandonner ; ils s’établirent comme je l’a déja dit, sur les côtes de l’ouest et après de longues et de sanglantes guerres contre les Romains, les Pictes, les Calédoniens et les Danois, ils se rendirent enfin, maitres de tout le pays.

L’Irlande quoique peu connue, portait le nom de Scotia, dans les livres de géographie des anciens. Les habitans dans dans les anciens manuscrits du pays, étaient désignés sous le nom de Schuidh où même Scots, où Scyts ; on a dérivé ce nom avec quel apparence de raison, des anciens Scythes où Tartares dont le pays semble avoir été la pepiniere du genre humain. *


  • Il y a peu de nations en Europe et en Asie qui ne tirent leur origine des Tartares sous des noms différent, à commencer par les Francs et avant eux les Gaulois, qui ont laissé des traces de leur passage, les dernièrs dans l’Asie mineure, la Grece, et l’Italie, et les autres dans différents endroits depuis les confins de leur pays, en Transilvanie et en Allemagne.


Le nom de l’Irlande dans la langue du pays, est Erin ou Ennis Erin, qui veut dire l’isle de l’ouest, au surplus c’est assez indifférent ; cependant quand on parle des gens il est bon de connaitre, leur prétensions, leur origine, leur noms et surnoms afin d’éviter toutes méprises et pour ne pas les offenser.

St. Patrice le grand saint de pays, y vint planter la foi, des le troisième siecle de la Chrétienté ; il eût de grands débats avec les Druides, mais enfin il l’emportat, et pour récompenser son peuple fidele et le maintenir dans sa foi, il sut s’y prendre si adroitement, qu’il attirat tous les diables dans un certain endroit, sur le haut d’une montagne et et les jetta les uns après les autres dans un trou tres profond au sommet ; il eut aussi le bon esprit de faire venir les serpents, les Pies, les Rats, les Grenouilles, les Tigres, les Lions, et autres bêtes venimeuses, (comme dit l’histoire) et il les précipita dans le même trou ; puis quand cette opération fut faite, il poussa une grosse pierre dessus, que l’on voit encore à Croagh Patrick, près de Westport. Aucun de ces animaux n’ont oie se montrer pendant longtemps en Irlande, mais malheureusement la foi commençant à s’affaiblir dans ces derniers temps, les Rats, les Pies, et les Grenouilles, ont osé reparaitre et il est fort à craindre qu’avant peu, tous les autres ne s’échappent.

Le jour de la fête de ce grand Saint, les paysans viennent en ville, et après s’être fait saigner, ils courent les rues avec une certaine herbe à leurs chapeaux, la cour assiste à une cérémonie de l’ordre, et le soir donne un grand bal.

Je me rendis un jour de grande revue, au parc du Phœnix, on tira le canon, on fit de grandes pétarrades, pour moi, je laissai les badauds voir pirouetter les soldats, n’en n’ayant que trop vu et je fus passer en revue les dames qui étaient sur le parapet du jardin ; il y avait trois bonnets jaunes qui formaient une batterie beaucoup plus attrayante que celle du Général, et presqu’aussi formidable. Si je n’avais devant les yeux, le sort funeste du pauvre Twifs, oh ! comme j’en dirais, il suffit Mesdames, de vous faire connaitre que jamais endroit ne fut plus convenable pour prouver à toute la terre, combien il vous a calomnié en disant du mal de ―― chut taisons nous, il vaut mieux laisser le plaisir de la découverte.

Je me trouvai à l’ouverture du nouveau bassin, l’importance d’un ouvrage aussi considérable, augmentait de beaucoup, l’intérêt de la pompe de la cérémonie. Le yacht du Viceroi fut le premier qui passa les écluses au bruit d’une vôlée de coups de canons ; et lorsqu’il fut arrivé dans le bassin, il créa Chevalier sur le vaisseau même, la personne qui avait entrepri et fourni aux frais de ce superbe ouvrage national ; il complette de ce côté, la jonction des canaux avec la mer ; Le Viceroi se promena ensuite d’un bout à l’autre dans un bateau élégant, toujours suivi et précédé des acclamations du peuple : l’enthousiasme de la foule immense, qui entourait la piéce d’eau, me faisait craindre que plusieurs ne s’y précipitassent, où ce que j’aurais encore moins aimé, ne m’y jettat moi-même ; dans quelque pays que l’on se trouve, on se laisse aisément électriser par le sentiment de la joie publique, surtout lorsquelle a des motifs raisonables comme dans cette occasion.

L’esprit de parti * soit politique, où religieux, s’est beaucoup affaibli dans ces derniers tems et j’ose espérer qu’avant dix ans il n’éxisterat plus du-tout. La religion catholique, a beaucoup plus de sectateurs que la dominante, qui n’est au fait que la religion des riches. Tous les gens de bas étage, par toute l’Irlande, excepté dans le nord, sont catholiques, Ils observent le carême et les jours de jeûne avec une régularité effrayante pour un homme qui n’aime à jeuner qu’à la maniere D’Ecosse. Le samedy saint en maniere de réjouissance, quelque bouchers proménent dans les rues, un hareng couvert de rubans et le fouettent avec des verges à chaque carrefour, pendant qu’une troupe d’enfants les suit en criant, baye baye baye, comme les moutons.


  • Je veus parler de l’esprit de parti en faveur de la maison de Stewart.


Les gens du commun appellent le shilling Anglais a hog (un verrat) et la piece de six sous a pig, (un petit cochon) comme ce shilling vaut un sou de plus que celui du pays ; il fallait bien le distinguer du leur et on lui a donné le nom de l’animal le plus commun en Irlande, comme aussi le plus utile. Les Irlandais ont beaucoup d’amitié pour le cochon, il vit de pair-à-compagnon avec les habitans des campagnes, et souvent lorsque les Nourices veulent dire quelque douceur à leur marmôt, elle les font sauter dans leurs bras en leur chantant, my dear little pig, pig, pig, sweet little pig, & c’est un terme de grande tendresse à peu-près comme quand nos bourgois en France, appellaient leurs femmes, mon chou, ma poule, où mon rat.

Il y a à Dublin, une université fameuse : les places de Professeur sont, on pourrait presque dire, trop richement dotées, quoique ce ne soit pas leur avis : on trouve parmi eux, des gens tres instruits et fort aimables. Avant la Réformation, il fallait vraisemblablement être Prêtre pour avoir une chaire, et comme tels, ils ne pouvaient se marier. Par un caprice assez singulier de vieille fille, la reine Elizabeth a aussi éxigé la même chose, dans la nouvelle chartre qu’elle a accordé au Collége. Quoique presque tous les Professeurs soient mariés, ils ont cependant l’air de se soumettre à cette loi, car leurs femmes ne portent pas le nom de leurs maris.

On peut voir au college une belle bibliothèque, bien fournie de livres et de manuscrits rares, particulièrement dans la langue Irlandaise : Il y a aussi un Cabinet d’histoire naturelle et d’Anatomie ; dans ce dernier, on voit le squelette d’un homme dont tous les joints s’étaient ossifîés, et même une partie de sa chair ; il a vécu de cette maniere pendant des années, jusqu’à ce qu’enfin le mal a attaqué les parties nobles. On boit infiniment moins à Dublin, et même par toute l’Irlande, que je n’en avais d’idée : communément dans les principalles maisons, une heure où même une demie-heure après que les dames ont quittées la table, le maitre de la maison pousse son verre au milieu, et se léve ; cependant je ne prétends pas dire, qu’il n’a y ait pas quelques fois des parties absolument à boire, alors morbleu, on se grise d’une manière honnête ; J’en ai vu un éxemple assez original : un soir que je me retirais, un homme un peu gris, où plutôt tres sou, fut donner du coude contre un autre qui passait, celui-ci le reçut sans bouger, et le fit tomber par terre ; mon ivrogne se reléve, saisit son antagoniste au collet, lui demande son addresse, veut se battre à toute force, donne son nom, **** : l’autre ne voulait point, et répondait tres froidement. Après une dispute assez chaude, le premier lui dit, " je vois bien que vous n’êtes pas homme à vous battre comme un gentleman, eh bien ! je vais vous boxer pour six pences, " l’autre parut y consentir, mais malheureusement pour boxer, il faut ôter ses vêtemens : force lui fut, de lâcher le collet de son adversaire, qui profita de ce moment pour se mêler dans la foule sans que personne le vit.


  • Boxer, c’est se battre à coups de poings, pour le faire en regle, il faut déposer et parier quelque argent, sans quoi on ferait responsable des conséquences : mais lorsqu’on a parié quelque chose, on peut en sureté de conscience pocher les yeux et casser la gueule à son homme.


Quand il fut tout nud, il chercha des yeux son antagoniste, et ne le voyant pas, il commença à jurer et à crier, where is the lousy rascal, where is &c. et il s’approchait de tout le monde, disant are you not the lousy scoundrel ? après cependant qu’il eut bien éventé sa rage, personne ne croyant devoir répondre à une question aussi malhonnête, il voulut se r’habiller : votre serviteur, la chemise avait disparue, et il ne put jamais la r’avoir.

Après avoir visité, ce qu’il y avait de curieux, et avoir préparé tout, pour rendre ma promenade sure et agréable, je pensai à la mettre à éxécution. Mr. Burton Connyngham eût la bonté de me procurer un passe-port du Lord Lieutenant, et de me donner un grand nombre de lettres pour ses amis à la campagne : il m’engagea aussi à lui communiquer de temps-en-temps mes refléxions, et enfin à commencer ma promenade par sa maison dans le Comté de Wicklow. Le Commandant en Chef, Général Cunningham me donnat aussi une letre générale de recommendation, et je fixai le 25 de May pour le jour de mon départ.

Je devais partir dans la matinée, mais on m’invitât à diner dans une famille charmante : de jolies femmes et un bon diner, sont deux choses auxquelles je n’ai jamais su résister.

_________


LA  L A G É N I E  ou  L E I N S T E R.

La Mine D’or— Wicklow — Wexford



AYANT donc définitivement pris ma résolution, mon bagage dans ma poche, et mon bâton à la main, je commençai gaiement mon voyage : bien m’en prit d’avoir ce bâton, car sans lui, un des enfants de St. Patrice se serait cassé la tête sur le pavé. Comme je passais le long des trottoirs, près d’un jeune garçon, qui s’amusait à sauter par dessus les grilles de fer qui sont devant les maisons : j’apperçus son pied arrêté par la pointe d’une des piques. L’effort qu’il avait fait, étant tres considérable, il n’eût pas été maître de l’arrêter et sa tête aurait certainement touché le pavé ; d’un grand coup de bâton sous le pied, je le dégageai, avant que le saut fut fini, et il tomba sur ses jambes. J’éxaminai alors sa playe, le pied était presque percé d’outre-en-outre ; je le fis porter chez un apothicaire, et quand il fut pansé, don’t be such a fool another time, lui dis-je, en lui mettant un shilling dans la main. Ma promenade, me dis-je alors, en moi-même, ne saurait manquer d’être utile, à peine est elle commencée, que j’ai déja sauvé la vie à un homme ! je regardai cela comme un très heureux présage, et je poursuivis mon chemin.

Je m’arrêtai à la porte d’une maison pour demander ma route, à un homme à cheval qui causait avec quelqu’un. Après avoir cheminé une demie-heure, cet homme me joignit, me parla, et enfin me dit, " I am an old soldier, je vais près de l’endroit, où vous allez vous même, si la crouppe de mon cheval vous convient, elle est fort " à votre service :" " Monsieur, " lui répondis-je," I am a young soldier, et je vous suis bien obligé ! " j’avais à peine fini de parler, que j’étais déja à califourchon derriere lui ; bientôt nous commençâmes à parler de vieilles guerres, et ce fut avec régret que je me séparai de ce bon humain, dont je n’ai pas la moindre idée, à moins que par quelque chose qu’il m’a dit, je ne puisse le croire aide major à Dublin.

Je n’avais pas trop calculé la distance, quand je quittai la ville, et encore moins l’heure du jour, huit milles disais-je, ce n’est rien : huit milles Irlandais, c’est quelque chose ; il était onze heurs passées, lorsque j’arrivai à la maison où j’avais dessein d’aller : Les portes étaient barricadées et pour comble de malheur, la personne qui m’avait invité n’était pas à la maison, point d’auberges qu’à quatre milles, et en retournant du côté Dublin : retourner quatre milles sur mes pas, morbleu, j’aimerais mieux en faire dix en avant, et je fus en avant : a minuit et demi, je me trouvai dans un village .... tout le monde dormait ; à la fin cependant, j’apperçus de la lumiere dans une cabane : c’était la demeure de pauvres ouvriers qui revenaient de la ville ; je demandai l’hospitalité, on m’offrit ce qu’il y avait dans la maison et je passai la nuit sur un trépied de bois, le dos appuyé contre la muraille. Pour le premier jour, le début n’était pas très agréable, mais enfin, force me fut de prendre patience, il en résulta qu’au matin on n’eut pas besoin de m’éveiller.

Dès le point du jour, tous les animaux qui dormaient pêle-mêle avec leurs maitres, m’apprirent bientôt que le soleil était levé : je sortis de la retraite malheureuse de l’indigence ! Combien cette nuit m’eut été profitable si j’avais toujours été l’enfant chéri de la fortune ! j’engagerais presque les parens de forcer leurs enfants à passer ainsi quelques nuits de leur jeunesse ; elles leur seraient plus avantageuses que des années à l’école. Pour prendre compassion du pauvre et avoir le désir de lui être utile, il faut s’en approcher : le riche insouciant, qui ne l’a jamais vu de près, n’entend parler de lui qu’avec mépris et détourne la vue avec horreur.

Vèrs les quatre heures du matin, je me rendis au camp près de Bray et je pus éxaminer à mon aise, le bon ordre, même l’élégance de l’arrangement des barraques : éxcépté quelques sentinelles, personne ne bougeait ; j’étais fort scandalisé de voir les soldats si paresseux et de me trouver éveillé de si bonne heure : à la fin cependant après bien des tours dans l’enceinte, je me trouvai fatigué; je m’assis à quelque distance au pied d’un arbre et je m’endormis aussi. Vèrs les sept heures du matin, je sentis je ne sais quoi, remuer dans ma poche et une voix me demanda : " êtes vous mort Monsieur " ! " oui ! Lui répondis je, et l’apparition qui n’était autre que le diable en personne, où du-moins quelque vieille sorciere du camp, s’en fut au plus vite.

Je quittai mon lit sans beaucoup de peine et m’étant informé si la demeure de Mr. Burton Conyngham n’était pas dans le voisinage, on me l’indiqua à trois milles, J’arrivai enfin à Rochestown, mais il n’était que huit heures et demie ; ce fut avec peine que je pus parler à quelqu’un, on me dit que le maitre de la maison était malade et qu’on ne déjeunerait pas avant onze heures : il fallut bien encore prendre patience. On ne connait pas le prix d’un bon déjeuner, quand on dort la grasse matinée, mais après une pareille nuit et un souper aussi léger, c’est autre chose.

Mr. Burton Conyngham, était entouré de sa famille et d’une phalange de Chirurgiens, Apothicaires et Médecins : je ne pùs même pas lui parler : tout cela me parut fort étrange pour un rhûme, mais cependant je n’en étais pas autrement inquiet : quand l’homme riche me disais-je, a une égratignure, les gens qui l’entourent prennent un air désolé, et s’il a un rhûme, on appelle la faculté, qui avec gravité, lui fait avaller ses pillules, pour s’acquérir une certaine réputation et pour tâcher de prolonger la bienheureuse toux qui remplit ses poches. J’avais tort cependant, car sa maladie était mortelle.

Il me fallut donc poursuivre mon chemin : traversant les montagnes sauvages, qui semblent couvrir Dublin, après trois ou quatre heures de marche j’arrivai à Enniskerry, où je fus reçu par Mr. Walker, qui a fait de grandes recherches sur les antiquités Irlandaises. Cette petite ville appartient au Lord Powerscourt : son parc et sa maison, sont un des objets de plus grande curiosité près de la Capitale : c’est dans l’enceinte du parc que coule la riviere Dargle, dans la vallée charmante à la quelle elle donne son nom et dont les habitans sont si fiers avec juste raison : c’est aussi dans ce parc, qu’on voit la cascade de Powerscourt que les étrangers, viennent visiter de loin. La masse d’eau n’est pas très considérable et elle ne se détache pas du rocher, mais la cascade est très élevée et ressemble par sa blancheur à la chévelure agitée, d’un vieillard vénérable : c’est une comparaison assez originale, mais j’espere qu’on me la passera. La vallée dans laquelle elle tombe, est sans contredit, la plus Romanesque et la mieux boisée de toute l’Irlande.: les quatre où cinq milles que parcourt ce ruisseau, sont assez jolis, pour qu’une petite maitresse desirât rassembler dans son jardin toutes les beautés qui s’y trouvent.

C’était le printemps, les arbres étaient couverts de leur feuillages : la verdure charmante invitait à s’y reposer, je ne sais quelles idées m’occupaient alors ; je me mis à rêver et bientôt j’accouchai de ce rondeau, il n’a pas grand rapport à mon voyage, mais c’est égal.

à votre aise, vous pouvez rire
Du tourment que cause l’amour :
Vous connaitrez à votre tour
Qu’aimer est un cruel martyre
Quand on n’attend point de retour.

Il me semble entendre en ce jour
Pour vos mechans traits de satyre
Le dieu d’amour piqué vous dire

         à votre aise.

De ce dieu, charmante * * *
Craignez sur vous, d’attirer l’ire,
Aimez, que votre cœur soupire,
Que pour moi son feu vous inspire
Et je vous dirai sans détour,

         à votre aise.


J’ai vu tant de beaux livres, même sur la politique et sur la morale, où l’auteur fait au public l’amitié de lui présenter sa douce amie, que j’ose espérer qu’on excusera cette courte apostrophe et que même on me saura gré de ne pas m’étendre plus au long, sur les belles qualités, la peau blanche, les yeux noirs et les doigts pleins d’espiéglerie, de ma Maria, Lodoïska où Carolina.

L’Aubergiste d’Enniskerry est le répresentant des O’Toole à qui ce beau territoire appartint, et dont les propriétés furent confisquées, pour n’avoir pas voulu se soumettre au joug des Anglais. Il a pris pour son enseigne les armes des nouveaux propriétaires.

Si les émigrés rentrent jamais en France et qu’on ne leur rendent pas leurs biens, ce ne sera pas du-moins sur ma terre que je me ferai aubergiste.

On voit de la hauteur près la ville, une de ces ouvertures singulieres, que la Nature a pratiqué dans plusieurs endroits des montagnes de ce pays : on y a fait passer le chemin ici comme dans presque tous les autres et avec d’autant plus de raison que ces chasmes comme on les appelle, sont les seuls endroits où l’on puisse passer, sans gravir jusqu’au sommet.

Retournant à l’èst presque sùr mes pas, j’accostai un bon paysan qui m’expliqua différentes choses du pays avec beaucoup de bon sens : les habitans du comté de Wicklow en général sont tres intélligents, et le pays est fort bien cultivé, près des côtes particulièrement ; les montagnes peu élevées et la quantité de Maisons riches que l’on y voit, le rendent aussi le plus agréable.

J’atteignis bientôt Olly Brook, où je fus reçu par Lord Moleswortb, des bontés de qui, j’avais déja eû lieu de me louer pendant mon séjour à Dublin. Le Laurier, l’Arboisier, le Houx et même le Mirthe, sont communs dans cette partie, quoique les fruits y soient assez rares ; le fait est, que pour faire mûrir le fruit, il faut de la chaleur, mais que ces arbres verds en ont moins besoin que d’un climat tempéré en hiver.

C’est dans cette maison que vivait, ce Robert Adair, si fameux dans nombre de chansons en Ecosse et en Irlande. J’ai vu son portrait, il est l’aieul de Lord Molesworth, et de Sir Robert Hodson à qui Olly Brook appartient, On m’a conté son histoire de cette maniere. Un Ecossais, un maitre ivrogne apparemment, ayant entendu parler des prouesses Bachiques de Robert Adair, vint d’Ecosse éxprès pour le défier à la bouteille ; à peine débarqué à Dublin, il demanda à de tout le monde dans son jargon, Ken ye, one Robin Adair, tant qu’à la fin on lui indiqua son homme. Il se rendit chez lui, demanda à lui parler et lui fit part de son projet : Robert Adair était alors à table ; il lui offrit de vuider le différent sur le champ, mais l’Ecossais ne voulut rien accepter chez lui et lui dit que tout était prêt à l’auberge de Bray.

Nos deux champions, se rendirent sùr le champ de Bataille, mais après dix bouteilles l’Ecossais se laissa tomber sous la table : Robert Adair la dessus, tira la sonnétte, en demanda une onzieme et en présence des garçons se mettant à cheval sur le pauvre Ecossais, il l’avalla entièrement sans prendre haleine et se mit a hurler huzza à gorgée déployée.

Quand le bon-homme d’Ecosse, eut cuvé son vin, il s’en retourna en ville : son histoire avait fait du bruit, et l’on venait lui demander en ricannant, Ken ye, one Robin Adair, et il répondait, I ken the dil.

C’est fort bien pour ce temps là, mais comme je suis un auteur impartial et qu’il faut rendre justice à tout le monde, je suis bien convaincu que si la bataille avait encore lieu, l’Ecosse l’emporterait cette fois.... pourvù que je ne sois pas un des combattans, c’est tout ce que je demande.

Suivant les détours d’une vallée romanesque, resserée dans des montagnes escarpées et qui sont pour la plupart couvertes de bois et de verdure jusqu’au sommet, j’arrivai à Belvue, chez Mr. Peter Latouche. Mde Latouche a u»e écolle de vingt quatre jeunes filles, qu’elle maintient à ses frais, et dont elle est elle-même la maitresse d’Ecolle. Lorsqu’elles sont d’age, elle les dote et les marie à de bons laboureurs. Ceci est un des amusemens les plus nobles et les plus raisonnables dont j’aye vu des gens riches s’occupper. Rien dans le monde n’est fait pour changer plutôt la face d’un pays, qu’une succession de jeunes femmes vertueuses accoutumées au travail, à l’industrie et au bien être qui les suit.

Comme à mon ordinaire, je me suis souvent promené dans les environs, entrant dans les cabanes des paysans et causant avec eux : c’est là, que l’on voit souvent la fausseté de ces réputations usurpées de bienveillance, mais aussi lorsqu’elles sont fondées sur la vérité, c’est là que l’on en voit le vrai triomphe. Grand nombre de maisons étaient assez propres et bien tenues, une honnête industrie y fixait l’aisance ; ceux mêmes parmi les paysans dont l’humanité attentive, n’avait pu changer les manieres, bénissaient la providence d’avoir cette fois, si bien placé les richesses.

On voit dans l’église de la paroisse, un monument superbe en marbre blanc, élevé en l’honneur de David Latouche, par ses trois fils. Ce David, était venu de France, lors de la révocation de l’édit de Nantes et par une continuelle industrie de plus de quarante ans avait acquis une fortune tres considérable : quoique Banquier, c’était un homme humain et charitable : on rapporte, que sur ses vieux jours, il ne sortait jamais sans avoir ses poches pleines de shillings, qu’il donnait aux pauvres ; comme on lui représentait, que s’il donnait à tous ceux qui lui demanderaient, il ferait la charité à bien des mauvais sujects : " oui " répondit il, mais si mon shilling tombe à propos une fois dans dix, c’est assez. "

L’eglise dans laquelle on voit son monument avoit été bâtie par lui: on lit sur le portail cette inscription touchante. Of thy own, Oh ! my God, do I give unto thee.

Ce fut à Belvue que j’appris la nouvelle affligeante de la mort de Mr. Burton Conyngham ! quoique je fusse à mon douzieme jour de marche et que j’eusse rééllement fait du chemin, je n’étais cependant aprés tout, qu’à dix sept milles de Dublin ; je fus quelques temps embarrassé, sur le parti que je devais prendre, car je voyais clairement qu’après ce malheur j’aurais beaucoup de peine et beaucoup de fatigue, sans aucune espéce d’avantage pour moi du-moins ; à la fin cependant, après bien des refléxions, l’idée de l’utilité dont je croyais mon projet susceptible, me fit passer sur les considérations qui ne m’étaient que personnelles, je me déterminai a le poursuivre vigoureusement et à laisser le reste à la providence. Je résolus même, de présenter les lettres que Mr. B— C— m’avait donné, dut-on me prendre pour un méssager de l’autre monde.

Je fus offrir mes respects, au plus vieux et au plus gros arboisier que l’on puisse voir non seulement en Irlande, mais même dans les montagnes de Nice et de Provence. On le voit dans dans le beau jardin de Mont-Kennedy : le corps de l’arbre, a au moins trois pieds de diametre : le vent et le temps l’ont jetté sur le côté et dans cette situation, il a pris racine et a poussé des branches d’une grosseur démesurée, de sorte qu’à lui seul, il forme un petit bois d’arboisiers.

Je m’enfonçai de là, dans les montagnes arides du comté de Wicklow et je fus à Loughilla, une des maisons de Mr. Peter Latouche, que l’on est fort surpris de trouver dans un endroit aussi sauvage ; la maison la plus proche, est à cinq où six milles ; il n’y a même des cabanes de paysans qu’à une grande distance : c’est un petit coin de terre fertile près d’un joli Lac, et aussi distinct du reste du pays, qu’une isle l’est de l’eau qui l’entoure. Suivant le cours du ruisseau qui sort du Lac, je me rendis à Glandalough qui veut dire la vallée des deux lacs. Il est assez singulier qu’il n’y ait pas un seul ancien nom dans ce pays qui n’ait sa signification particuliere ; dans cet endroit, elle est bien évidente car il y a effectivement deux lacs, qui se joignent à l’endroit même, que l’on appelle aussi les sept eglises. C’est dans ce lieu désert, que l’on voit les plus anciens restes de la dévotion des siecles passés et dont l’antiquité remonte aux premiers ages de la Chrétienté. St. Kevin où Cavan, y fonda un monastere dans le troisieme, où quatrieme siecle de l’ère Chrétienne, vraisemblablement sur les ruines d’un établissement des Druides, qui cherchaient toujours les lieux les plus sauvages, pour leur culte. Ce fut longtemps un Evêché ; il est à présent réuni à celui de Dublin. On y voit encore les ruines de sept eglises et une de ces tours rondes dont on ne connaît point l’origine et qui sont assez communes en Irlande. Elles se ressemblent toutes : elles ont une porte à quinze où vingt pieds de terre, communément à l’est, quelques fenêtres étroites et pas le moindre vestige d’escalier dans l’intérieur, à moins que ce ne soit quelques pierres d’attente, qui au fait pouvaient fort bien y avoir éte placées, pour supporter différents planchers, dans lesquels il devait y avoir une trappe pour parvenir de l’un à l’autre, par le moyen d’échelles : ces tours se trouvent toujours à quelque distance d’une église, et entièrement isolées. Celle que l’on voit en Ecosse à Brechin près de Montrose, est absolument du même genre.

J’ai lu il y a quelques temps, dans un voyage au Nord de l’Asie, la description de tours semblables. Le voyageur, n’avait (à ce que je présume) aucune connaissance de l’Irlande : il s’était echappé de Sibérie, où il avait éte forcé de vivre pendant plusieurs années ; il rapporte avoir vu de ces tours extraordinaires, dans cette partie de la Tartarie, aun nord-est de la Mer Caspienne : il donne la gravure d’une d’elles, avec les ruines qui sont auprès, qui étaient dit il, " une maison de priere auprès desquelles ces tours se trouvent toujours situées." Si ce n’etait pour le costume et la figure des gens qu’il a placé au pied, on croirait voir l’estampe d’une ruine Irlandaise.

Quoiqu’il en soit, les Irlandais ont la plus grande vénération, pour les ruines de Glandalough, ils y viennent de très loin faire des pélerinages et des pénitences, le jour de la fête du saint qui arrive le 3 de Juin : ils dansent ensuite et s’amusent jusqu’à la nuit.

On trouve dans cette enceinte sacrée, un reméde à bien des maux ! avez vous mal au bras, il suffit de le passer dans un trou pratiqué dans une pierre pour cet effet : il y a aussi un endroit où l’on se frotte le dos et un autre où c’est la tête ; si l’on peut embrasser un pilier qui est au milieu du cimetierre, on est sur de sa femme. Le lit du saint est on trou long de six pieds creusé dans le roc ; il a une vertu toute particuliere ; on n’y parvient qu’avec beaucoup de peine, en suivant la pente rapide de la montagne, au-dessus du lac : toute personne qui a allez de résolution pour se glisser jusques là et qui s’étend dans le lit, est sure de ne point mourir en mal d’enfant : sur cette assurance grand nombre de femmes et de filles, (qui esperent le devenir bientôt) y viennent faire leur dévotion. Je serais presque tenté de croire que c’est par cette raison qu’elles les pondent si aisément et en aussi grande quantité.

Tout ceci me sembla venir fort à-propos au commencement de ma promenade ; je passai mon bras dans le trou, je frottai mon dos contre une pierre, ma tête contre une autre et fus ainsi me précautioner de santé pour le reste de mon voyage. J’essayai même d’embrasser le pilier .... mais je n’en dirai pas le résultat : quant au lit du saint, je pensai qu’il n’y avait pas grand danger que je pus jamais mourir, du mal dont il prévient les conséquences funestes et je ne m’en inquiétai pas beaucoup.

Rath-drum, est une petite ville à quelque distance de cet endroit fameux ; elle est assez florissante, on y fabrique une quantité prodigieuse de flannelles ; le paysan m’y a semblé assez industrieux et plus aisé qu’ailleurs. Tous les premiers lundys de chaque mois, il s’y tient un marché, où l’on m’a assuré, qu’il se vend pour plus de quatre mille livres sterlings de flannelle. Lord.... (je ne me rappelle pas son nom) a bâti à ses frais, un magasin assez grand pour les déposer : C’est lui qui a encouragé cette nouvelle manufacture, cela lui fait beaucoup d’honneur et sera aussi très avantageux à sa terre.

Les paysans sont très curieux de savoir l’heure du jour : à tout moment les femmes et les enfants sortent des cabanes et viennent demander au voyageur l’heure qu’il est, peutêtre pour avoir le plaisir de voir une montre, ou d’entrer en conversation.

Il y a dans ce voisinage une mine de cuivre très considérable : les premiers frais on montés à plus de 6o,ooo l. (douze cent mille livres tournois) avant que la compagnie put rien retirer ; elle est à present dans le plus grand état d’activité et emploie près de trois cents ouvriers. On fait passer l’eau qui sort de la mine sur des plaques de mauvais fer faites éxprès : elle les dissout en partie et le cuivre, qu’elle contient s’y attache. On use d’un expédient assez ingénieux pour renouveller l’air au fond de la mine : on a détourné le cours d’un petit ruisseau, que l’on fait tomber dans l’ouverture sur des fagôts d’épine : l’eau tombe en pluie et forme un courant d’air.

La mine d’or qui a fait tant de bruit à la fin de 1795 n’est qu’à six où sept milles à travers les montagnes : il me fallait souvent demander le chemin ; ma demande excitait la plus vive curiosité ; les paysans quittaient leur travaux et avant de me répondre, me faisaient à leur tour mille questions, et s’informaient si on allait y travailler, si le gouvernement m’y avait envoyé & ils me contaient ensuite, coment pierrot avait envoyé ses enfants un dimanche matin après la pluye et qu’ils lui avaient rapporté de l’or pour plus de vingt guinées. Dans des cas pareils, on cite ceux qui trouvent, mais on ne parle pas de ceux qui ont perdu leur temps et même la vie dans leur recherches infructueuses. Il y a plusieurs ouvriers qui ont passé des jours et des nuits à l’ouvrage, sans rien trouver qui put les dédommager de leur peines et qui enfin accablés de fatigues sont revenus dans leur famille le troisième où quatrième jour et y sont morts presque sur le champ.

Il y avait dans mon chemin une rivière assez rapide, avec deux où trois pieds d’eau il fallait la passer à gué, ou faire, quatre où cinq milles : il faisait chaud ; je profitai de l’occasion pour prendre un bain ; un paysan assez bien vêtu, qui causait avec moi de la mine d’or se trouva tellement intérréssé dans cette affaire, que pour avoir le plaisir d’en parler, plus longtemps, il imita mon éxemple et porta même mes habits à l’autre bord.

L’endroit où les paysans ont creusé pour trouver l’or, est au pied d’une montagne assez élevée, (appellée Cruachan) dans le lit d’un ruisseau ou plutôt d’un torrent qui y prend sa source. Aucun d’eux n’a eu l’idée d’aller fouiller sur le penchant de la montagne, d’où il parait certain, qu’est venu l’or qui se trouve dans le ruisseau.

Ce torrent se nommait en Irlandais, ruisseau d’or et ensuite en Anglais, le ruisseau du pauvre homme ; cela semblerait donner à croire qu’on y avait trouvé de l’or autrefois. Voici un passage singulier des recherches du Général Vallancey sur les antiquités Irlandaises, qui ont été imprimées plus de vingt ans avant la découverte de la mine d’or dans le comté de Wicklow.

" L’ancienne histoire d’Irlande rapporte que cette isle, abondait en or, (afosd ou aphosd) et qu’il y avait une fonderie de ce métal précieux à un endroit appellé aphost, sur la rivière Laiphi où l’or était bearvain, rafiné : qu’on y trouvait deux espéces d’or, l’or jaune or buidh, et l’or blanc, or ban, que le nom de l’artiste qui a le premier purifié et travaillé ce métal, était inachadan. Ce passage est exprimé de cette maniere dans le liber lacanus, ecrit sous le regne du Roy Tighearmas."

" Ce prince civilisa son peuple ; il introduisit la teinture des étoffes en pourpre, bleu et verd ; on lui attribue le rafinement de l’or — inachadan ainm an cearda ro bearbh an d’or agus i foarhhith, (no aphosd) irrthir ’laiphi ro bearbhan, " c’est-à-dire, le nom du rafineur était inachadan, et il rafinait l’or, à soarvi, (où aphosd) sur le côté de l’Est de la Laiphi, où de la riviere Liffey."

Ce qu’il y a de plus singulier, c’est que le savant Général qui ne croyait pas qu’on eut jamais trouvé d’or en Irlande, introduit ce passage, pour appuyer la tradition reçue de la colonie Scythienne transportée en Irlande ; Voici la conclusion qu’il en tire ; " ici nous avons le mot aphosd pour or, un mot inconnu à toutes les nations Celtiques. On sait que l’Irlande n’a jamais produit d’or, par conséquent ce mot est étranger : mais nous savons que les Scythes habitaient sur les bords de la riviere phasis dans la colchide, où l’or abonde &c. " Il donne ensuite à entendre que c’était une tradition corrompue de la colonie Scythienne, qui attribuait au pays dans lequel elle se trouvait, une chose qui éxistait, dans celui qu’elle avait quittée.

La riviere Liffey, prend sa source à quatre ou cinq milles de l’endroit, où on a trouvé l’or et s’en approche à l’Est, jusqu’à deux ou trois milles de l’autre côté de la montagne Croghan, avant de faire le tour du Comté de Kildare, pour se jetter dans la mer à Dublin. Cette indication, ne pourrait elle pas donner du crédit aux manuscrits des anciens historiens, d’autant que les bijoux et ornemens militaires que l’on a souvent trouvé dans les tourbieres, particulierement dans celle de Cullen * Comté de Tipperary, et les autres endroits où il y a eu des batailles, semblent être d’un or, de la même qualité que celui que l’on a trouvé au pied de la Montagne Croghan, ou Cruachan.


  • On a de plus trouvé dans la tourbiere pres de Cullen, des sabres d’airain ; j’en ai vu au college, qui ressemblaient en tout, à ceux que l’on attribua aux Carthaginois.
         L’essayeur de la monnaie à Londres, après avoir comparé ces épées d’airain, avec celles que Sir William Hamilton déterra il y a quelques années, sur le Champ de bataille de Cannes declara : qu’elles se ressemblaient tellement pour la forme et la composition du métal, qu’il croyait qu’elles avaient été fondues dans le même fourneau et le même moule.


J’avais une lettre de Mr. Burton Connyngham pour l’officier de son régiment commandant le poste de troupes que le gouvernement y a placé pour garder la mine et empêcher les paysans d’y travailler. Il s’est promené quelques temps avec moi sur l’endroit même ; le nombre de trous que la soif de l’or, a fait creuser dans ce ruisseau est inconcevable : quelques personnes m’ont assurées avoir vu travailler à la fois jusqu’à quatre mille hommes ; il n’est pas un seul de ces trous, où l’on n’ait trouvé quelque chose, quoique ce fut rarement l’ouvrier qui en profitat, mais les femmes et les enfants qui allaient de l’un à l’autre, et qui n’avaient autre chose à faire, qu’à éxaminer de tous leurs yeux.

La somme totale de ce qu’on y a trouvé, peut monter entre trois où quatre mille livres sterlings ; la plus grosse piece d’or pésait vingt deux onces et pouvait valoir 80 guinées : il semble que cet or ait été dans un état de fusion et ait été entrainé de la montagne par le courant, avec les pierres, la tourbe et les arbres que l’on trouve dans le lit du ruisseau : cette piece de 22 onces, était attachée à une pierre, comme si elle eut été fondue dessus, et le laboureur qui l’a trouvée, ne put l’en détacher qu’à coups de marteau. Le gouvernement a défendu fort à-propos d’y travailler plus longtemps, car s’il ne l’eut pas fait promptement, tous les vagabonds non seulement de l’Irlande, mais de l’Angleterre, et peutêtre du Continent, s’y seraient rendus en foule et le grand nombre se trouvant frustré dans ses espérances, aurait fini par piller les maisons du voisinage pour y trouver de quoi vivre. Il y a toujours une garde de vingt ou trente hommes dans un petit village à quelque distance et une sentinelle sur l’endroit même, pour empêcher qui que ce soit d’y travailler.

Reste à savoir à présent, s’il serait avantageux ou non, d’exploiter ce terrein.

Le gouvernement ne peut pas toujours avoir une garde dans cet endroit et il est certain, qu’aussitôt qu’elle l’aura quittée, les paysans reviendront y travailler, fut-ce dans mille ans. Supposé qu’on y travaillat, le profit qui pourrait en résulter pour le gouvernement, ne peut guères se mettre en ligne de compte, car je suis bien convaincu que les frais seraient beaucoup plus considérables, à moins que l’on employat, des esclaves à cet ouvrage, (comme dans les mines du Perou) sur qui l’on éxerçat tous les raffinemens possibles de cruautés ; sans cela, toutes les fois qu’un ouvrier se baisserait, on pourrait le soupçonner de voler et la facilité qu’il aurait à le faire, l’y engagerait vraisemblablement. Il faut cependant qu’on s’en occuppe, afin de ne pas laisser un appât aussi tentant à la misere et prévenir le désordre qui pourrait en résulter.

Après avoir satisfait ma curiosité, je fis dans le voisinage un diner frugal de pommes de terre et d’eau ; puis revenant à l’Est, je me rendis à Arklow, où je fus reçu avec bonté par le révérend Mr. Bailly recteur de la ville : il eut la complaisance de me donner les observations suivantes, tant sur la pièce d’or dont j’ai parlé, que sur l’endroit en général. Comme on les trouvera détaillés dans ce qui précède, je me dispenserai de les traduire.

Voyez la page opposée.
____________


The gold is found in marshy spots by the side of a smalh stream in a gravelly stratum, and in the clifts of the rock which lies beneath, of all forms and sizes, from the above down to the smallest perceptible pieces, bearing all the appearance of having been in a state of fusion — Also when the mud and gravel are carefully washed, they afford a considerable quantity of gold dust.

The secret of the Mine was discovered about eleven or twelve years ago, by some poor people in the neighbourhood, who have since occasionally collected considerable quantities — but it was not publicly known, untill the beginning of September, 1795, from that time several hundreds, (sometimes thousands) of the country people, have been daily employed in the search. — It is computed that Gold to the value of several thousand pounds has been collected. On the I4th of October, two companies of the Kildare Militia, marched into Arklow, and on the following day, proceeded to guard the Mine, on the part of his Majesty.

N. B. This piece is the property of eight poor Labourers, who agreed to join shares in the search.
Esquisse d’une piece d’or pesant 22 onces, trouvée en Septembre
1795, Pres d’Arklow, au pied de la montagne Crogban,
dans le Comté de Wicklow.

Circonference d’un des côtés.    (En Pouces.)
Latocnaye promenade dans l irlande.djvu

Le pays près de la petite ville d’Arklow, est très joli et bien coupé de bois, de montagnes, de plaines et de vallées. La compagnie des mines de cuivre, a l’intention de rendre la riviere navigable jusqu’auprès de Rathdrum ; c’est un objet qui pourrait être de la plus grande utilité, mais les frais sont si considérables qu’à-moins que le gouvernement ne vienne à son aide, je ne crois pas qu’elle l’entreprenne ; le port d’Arcklow d’ailleurs, est si mauvais, que c’est plutôt une rade : le rivage est si plat que les vaisseaux sont obligés de rester à près d’un mille en mer et de se mettre au large, à la moindre apparence de mauvais temps.

Cheminant avec une pluie à-verse et sans autre chose pour m’en garantir, qu’une piece de toile cirée, dont je m’étais pourvu à Dublin et qui paraissait assez étrange aux habitans des villages par où je passais : je m’arrêtai un moment à Fernes, pour examiner une petite tour ronde près des ruines de la Cathedrale et du vieux chateau, aussi bien que le palais de l’Evêque, qui est beaucoup plus considérable que la ville principale de son Evêché. J’accostai un homme qui me parut être un bon humain ; je lui fis quelques questions, et au lieu de me répondre, il me toisa des pieds à la tête, puis me demanda, si j’étais né dans quelque coin recullé du royaume ? comme je fuis toujours préparé à de pareilles questions, je lui répondis en Ecossais et en riant ; I dinna ken, I dinna mind, sur quoi il me demanda, d’où je venais et où j’allais ? I come front hence, lui dis je, en lui montrant le nord and I gang there, en lui montrant le sud. " I know ta your linguage " dit il alors, en m’appliquant une tappe sur l’épaule " you are a d__ d cunning Scotch, you are come in this country to make your fortune ; well well, we shall soon hear of you, for you are a d__ d lucky set ! " " Ne’er sash mon, " lui dis-je alors en riant et ensuite je lui demandai mon chemin, qu’il m’indiqua de bonne grace.

C’est une petite ruse dont j’ai bien souvent fait usage, dans ma promenade et qui m’a presque toujours réussi. Les habitans pouvaient bien aisément distinguer que j’étais étranger sans trop savoir de quelle nation, mais en leur appliquant quelque mets de broad Scotch, ils n’avaient pas de peine à me croire Ecossais.

Les Irlandais sont assez accoutumés, à voir des gens de toute éspéce venir d’Ecosse et au bout de quelques années faire des fortunes assez considérables ; c’est vraiment chez l’étranger que le caractere Ecossais est remarquable. Il suffit, qu’il y en ait un, dans une ville qui aye fait fortune, pour y attirer un grand nombre de ses compatriotes ; ils viennent tous se ranger sous ses ailes et il les pousse, les protége, les aide de son crédit et les met en bon chemin : aussi, il n’y a pas de villes un peu considérable en Europe, où on ne soit sùr d’en trouver dans un état assez brillant et d’autres attirés par la fumée du rôt. C’est sans doute fort respectable, et un étranger qui ne les aurait vu que chez eux, aurait de la peine à s’imaginer comment ils peuvent être si attachés et si serviables les uns aux autres, loin de leur foyers.

La pluie est dans ce pays quelque chose de terrible, elle vous perce jusqu’aux os, et vous fait trembler de froid au milieu de l’été, mais heureusement le vent qui lui succéde presque toujours, vous seche bientôt. Voila précisement ce qui m’arriva avant d’entrer à Enniscorthy, après avoir été mouillé tout le jour comme si j’eusse voyagé dans la riviere, Je ne m’arrêtai dans cette ville qui est assez considérable, et où il y a beaucoup de manufactures, qu’autant de tems qu’il m’en fallut pour me reposer, et je fus me présenter trois milles plus loin à Wikon, chez Mr. Alcock, dont l’hospitalité fut me faire oublier ma fatigue. J’y trouvai un vieux Arrigateur, qui s’en allait de maison en maison, avec un plan pour arroser les prairies ; le bon homme savait fort bien se faire payer une guinée par jour en outre de son entretien, et celui de ses chevaux : il disait avoir été sécrétaire du Pape Ganganelli .... à moins qu’on ne prenne quelque apparence de charlatanerie, il y a gros à parier, que l’on ne réussira à rien dans ces bons pays. Il y avait autrefois une ville assez considérable, près du vieux chateau de Wilton : du tems même de la reine Elizabeth, les soldats préféraient s’arrêter là, qu’à Enniscorthy qui alors n’était qu’une petite bourgade ; la charue passe à présent sur les ruines des maisons, et à peine peut on en appercevoir de traces ... la France n’est pas le seul pays où il y ait eu une Vendee.

Je me rendis de là à Wexford, qui sans lui faire de tort, est une des villes les plus laides, et les plus sales de toute l’Irlande. La fatigue un peu vigoureuse que je venais de prendre et dont j’avais perdu l’habitude depuis longtems, me força à rester huit jours ici avec la fievre, et pour comble de malheur, la plupart de mes lettres dans cette ville, venaient de Mr. B. C ――. J’y reçus cependant quelques attentions. Wexford est situé sur une large baye qui est presque entierement à sec, à la marée basse : on pourrait gagner ici sept où huit mille arpens de terre en la désséchant, cela procurerait le double avantage de creuser le lit de la riviere et de faire un port important ; On voit à Wexford le pont le plus long, qui ait jamais joint deux pièces de terres ; il m’a fallu plus de sept minutes à ma marche, pour aller d’un bout à l’autre : je suppose d’après cela, qu’il peut être un tiers de mille Irlandais en longueur. C’est la promenade favorite des belles du pays, il y a des bancs pour se reposer et le dimanche, on y a de la musique, ce qui y attire beaucoup de monde et le rend très agréable. Les fortunes dans le voisinage de cette ville sont plus divisées que partout ailleurs ; on n’y voit point, de ces Baleines monstrueuses qui dévorent à elles seules, la substance d’une province ; il y a beaucoup de gens à leur aise, mais il n’y en a point d’éxcéssivement riches ; la plupart des propriétaires sont déscendants des soldats de Cromwell, mais comme ils étaient nombreux dans cette partie, on fut obligé de faire les lots plus petits, afin d’en donner à tout le monde.

C’est dans ce voisinage, que Strongbow débarqua avec quelques troupes pour secourir le roy de Leinster, Mac-Dermot, qui avait été détroné ; on sait quel fut le prétexte de l’invasion de Henry II. roy d’Angleterre, quelque tems après ; il se fit rendre hommage par les differens Rois et princes de l’Isle : les Anglais cependant, resterent dans leur limite plus de trois cents ans et ne se rendirent enfin maitre de l’isle entiere, que sous la reine Elizabeth. Les habitans de la baronie de Forth, près Wexford, sont les déscendans de ces premiers suivans de Strongbow, ils ne se sont jamais mêlés avec les Irlandais, ils parlent encore un language singulier, qui a plus de rapport au Flamand qu’à l’Anglais moderne. Ils suivent aussi leur manière et se marient entre eux. Leur maisons semblent plus propres et plus commodes que celle des autres habitans, et ils sont aussi plus propres pour leur personne et semblent en tout une éspéce différente.

Dans le mois de Juillet 1793, les White boys éssuyerent ici une déroute compléte, et depuis ce moment ils ne se sont pas montrés. Comme on en a beaucoup parlé, je crois devoir donner quelques détails sur leur éxistence. Dans tous les pays du monde, le paysan ne paye la dixme, qu’avec beaucoup de peine : elle est regardée partout, comme un impôt onéreux et tres nuisible à la culture de la terre, car le laboureur est obligé de la payer, sur le produit de son industrie. Elle parait en Irlande plus véxatoire que partout ailleurs, car la tres grande masse du peuple étant catholique, il leur semble dùr, d’être obligé de maintenir un ministre qui souvent est le seul protestant de sa paroisse, et éxige ses droits à la rigueur. En outre de la dixme ordinaire, il a droit presque par toute l’Irlande au dixième du lait de la vache, au dixieme des œufs et des légumes du jardin ; on sent aisément, que ces conditions sont bien séveres, lorsque le ministre exige ses droits en nature, et surtout lorsqu’on réfléchit qu’il faut encore que ces pauvres misérables, fournissent à la subsistance de leur propres prêtres : ils ont souvent fait des réclamations à ce sujet, auxquelles on ne pouvait gueres faire droit, sans renverser les loix de l’établissement comme on l’appelle, c’est à dire de la réligion établie. Des réclamation, les paysans vinrent aux menaces et des menaces, à leur éxécutions ; ils s’assemblerent la nuit en grand nombre dans certains quartiers de l’Irlande et pour se reconnaitre mirent leurs chemises pardessus leurs habits d’ou leur est venu le nom de White Boys, ou garçons blancs : ils couraient ainsi les campagnes, brisaient les portes des ministres et s’ils pouvaient attrapper leur bestiaux, ils leur coupaient la queue et les oreilles. Ils n’insultaient cependant personne autre, et le voyageur pouvait en toute sureté passer au milieu d’eux ; pour ces différentes offences les magistrats du comté de Wexford en arrrêterent une vingtaine et les mirent dans la prison de la ville. Leurs camarades demanderent leur délivrance et ne purent l’obtenir. Ils menacerent alors de venir les délivrer de force, et s’avancerent sur la ville, au nombre de deux ou trois mille ; il n’y avait alors presque point de troupes à Wexford : tout ce qu’on put rassembler, ne montait pas à plus de cent où cent cinquante soldats, que l’on fit marcher au devant d’eux.

En se rendant à la ville, les White Boys arrêterent un officier qu’ils trouverent sur le chemin, et firent dire au Maire, que cet officier répondrait sur sa tête de la sureté de leur camarades. Cela causa beaucoup d’inquiétude à Wexford : l’on craignait avec quelque apparence de raison qu’ils ne missent leur menace à éxécution. Le major de la place s’avança imprudement loin de sa troupe pour leur parler et après quelques discussions assez vives, il reçut un coup de faux au milieu du corps, qui le fit tomber roide mort. Aussitôt que les troupes eurent apperçu ce qui s’était passe, elles firent feu et dans deux où trois minutes, toute la phalange des garçons blancs fut culbutée et mise en fuite, laissant derriere elle entre deux et trois cents morts. Quelques uns de ces malheureux qui étaient bléssés, craignant le suplice qui les attendaient s’ils étaient pris, se retirèrent du mieux qu’ils purent dans les bleds et dans les hayes et y périrent misérablement.

Depuis cette bataille, on n’en a pas entendu parler et le pays a toujours été très tranquille : cette révolte me donne en petit, une histoire parfaite de la révolution de France ; je suppose qu’à l’approche de ces trois mille hommes, on eut délivré les prisonniers ; cela semblait assez naturel puis qu’il n’y avait pas plus de 150 soldats à leur opposer ; n’est il pas clair que leur prétensions se fussent augmentées, qu’ils eussent fait la loi dans le pays et peutêtre mis les magistrats en prison ; je suppose à présent, que le gouvernement les eut laisse tranquilles trois semaines, où un mois et eut temporisé et parlementé avec eux : au lieu de trois mille ils eussent été plus de trente mille et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’ enfin ils se fussent rendus maitres et eussent détruits ce gouvernement, auquel ils demandaient d’abord des graces.

J’ai trouvé une famille Française, établie ici depuis cinq, ou six ans; un vaisseau partit de Bretagne en 1791 et fut obligé par le mauvais temps, de relâcher à Wexford. Il y avait dessus, trente et quelque personnes, dont la plupart se disperserent sur champ ; il resta seulement à Wexford une dame avec ses trois filles et son parent un homme agé, avec une fille mariée ; au bout de deux ans, lorsque leur ressources furent épuisées, les habitans firent une souscription en leur faveur, qui les aidat à vivre les trois années suivantes, quoique assez misérablement, une des jeunes personnes s’est mariée dans la ville à un jeune homme dont les affaires semblent aller assez bien.

Je ne serais pas entré dans ce détail, si l’homme agé dont j’ai fait mention, n’avait été l’occasion d’un trait de reconnaissance, qui fait honneur à la nature humaine. Plusieurs prisonniers Anglais mouraient de faim et de misere, sous le regne de Robespierre, dans une petite ville de Bretagne. Une dame agée, touchée de compassion, réussit à les secourir au péril de sa vie, et même quelque tems après, les aida à s’échapper en leur fournissant de l’argent. Ils s’informèrent d’elle, coment ils pourraient reconnaitre ses bontés ? J’ai, dit elle, un parent à Wexford, il est émigré : cela vous fait connaitre quelle peut être sa situation ; faites lui passer ce petit billet et si vous pouvez faire quelque chose pour lui, je vous en ferai obligée.

A peine furent ils sortis de France, qu’ils s’informerent à Wexford si une telle personne y éxistait ; bientôt après, l’homme agé reçut de Lisbonne une lettre fort honnête d’un marchand, nommé Mac-gibbon, * qui en reconnaissant l’obligation qu’il avait à Mademoiselle***, en Bretagne, le priait d’accépter un billet de banque de vingt guinées, comme une marque de sa reconnaissance : il reçut aussi une autre lettre que j’ai vu, d’un officier Anglais nommé Yescombe, qui assurait sur sa tête, une pension de 24 livres sterlings par an, jusqu’à ce qu’il put retourner dans ses propriétés et lui paya, le premier quartier d’avance. Au récit de pareils traits le cœur se dilate, on est joyeux, de trouver un homme reconnaissant et bienveillant, sans le fatras de beau language des bienfaiteurs ordinaires, qui souvent s’en tiennent à leur rhétorique, parce qu’elle fait parler d’eux, autant et peutêtre plus, que le bienfait lui-même.


  • J’ai connu une famille de ce nom à Sterling en Ecosse dont je savais qu’un a été prisonnier en France et a eu beaucoup de peine à en sortir.. cela m’a fait beauoup de plaisir, de savoir que c’était lui.


J’ai tant trouvé de ces aimables messieurs et j’en ai si souvent été la dupe, que je suis presque tenté de traiter du haut-en-bas, un homme qui m’offre sa protéction. Un jour même, un homme de cette trempe me faisait de belles offres de service aux-quelles je répondais poliment et assez froidement ; mais me dit il, vous ne paraissez pas croire ce que je vous dis ? après quelques momens de tergiversation, comme il insistait, " non en vérité " lui répondis je, " je n’en crois rien ! "... " coment vous n’en croyez rien ? ".... " si vous me rendez, " lui dis je, " les services dont vous me parlez, j’en serai tres reconnaissant, si comme beaucoup d’autres, vous ne pensez plus à moi, lorsque vous m’aurez perdu de vue, permettez moi de m’y attendre et de ne pas m’en affliger. "

Pendant que j’étais à Wexford, un corsaire républicain eut l’impudence de se mettre à l’entrée de la baye et de faire contribuer les vaisseaux qui en sortaient ; il sut trouver le moyen de s’échapper : je crus devoir en faire autant et je me rendis à une douzaine de milles à Golph Bridge chez un bon et riche quacker, où j’arrivai mouillé et crotté, Dieu fait : mais ces honnêtes gens m’acccueillirent fort bien. Ils me fournirent entre-autres, une redingotte avec laquelle Je vins à table, elle aurait bien couverte trois personnes comme moi, aussi un des quackers de la maison, voyant son ampleur, coupa la moitié du Roast-beef et la mit dans mon assiette en disant, friend thou ought to fill thy belly. Je m’appercus, qu’ils ne disaient point de graces, avant où après le diner,mais seulement la bonne femme resta quelque momens les yeux baissés sur son assiette, soupira bien haut et ensuite me dit, " nous croyons qu’il vaut mieux penser sans rien dire, que parler sans penser." Au matin, une jolie demoiselle de la maison, me dit avec tant de grace, " l’ami as-tu bien dormi cette nuit ;" que je crois en verité, que si la veille elle m’eut dit sur le même ton, " l’ami dors bien cette nuit, " cela aurait fort bien pû m’en empêcher.

_________


LA MOMONIE ou MUNSTER.


Waterford ― Cork ― Bantry.



J’ARRIVAI bientôt à que l’on appelle passage : c’est une petite ville, où l’on passe la riviere Suire au dessous de Waterford, dont le nom Anglais a parfaitement la même signification : je fus visiter la nouvelle Genève : c’est un corps considérable de cazerne qui fut bâti par des Génevois à qui le gouvernement avait donné azile. Dans une des révolutions perpétuelles de cet empire Mirmidon, quelques artisans avaient été tellement choqués de la nouvelle administration, qu’ils quitterent la république et vinrent s’établir près de Waterford, où ils obtinrent la permission de se bâtir une ville, aux frais de la quelle le gouvernement même contribua : ils demandèrent ensuite des priviléges qui les auraient presque mis dans la même situation que sur le continent, afin de se procurer le plaisir d’avoir de temps-en-temps, quelques petites prises d’armes ! . . . c’était des amis assez turbulens, que l’Irlande aurait eù là ; mais aussi leur industrie aurait pu lui être utile : pendant la discussion de ces articles, ils apprirent qu’une nouvelle révolution venait de s’opérer à Genève et que leurs amis étaient les maitres : ils abandonnerent sur-le champ leur nouvelle ville et se rendirent bien vite où ils espéraient avoir bientôt le bonheur de faire une prise d’armes.

Le gouvernement cependant, crut devoir profiter des bâtimens, que les Génevois avaient laissés derriere eux : il en fit une caserne considérable, que sa situation isolée doit rendre pour les officiers surtout une habitation assez désagréable.

Allant encore plus au sud, je m’arrêtai à Tramore, qui est un des endroits les plus renommés d’Irlande par les oisifs qui s’y rassemblent pour se baigner dans la mer. On y trouve pendant l’été une compagnie tres nombreuse et une tranquillité engageante ; le sable est charmant pour les baigneurs, mais pas pour les vaisseaux qui, s’ils ont le malheur d’y être jettés par le vent, sont perdus sans ressource.

Il y a à quelque distance, un petit ruisseau qui se jette dans la mer et lui ouvre un passage dans l’intérieur des terres, qui lui fait couvrir à la marée haute, trois à quatre mille arpents d’un très bon terrain ; je suis convaincu qu’avec deux mille livres sterlings bien employés, on pourrait pratiquer une digue et une Ecluse, où plutôt une trappe que l’eau fermerait par son poids, et que l’on gagnerait ainsi tout ce vaste terrain.

J’arrivai enfin à Waterford, passablement fatigué de ma longue promenade ; j’ai déjà dit quelque chose de cette ville et je pourrais répéter mes observations au sujet des chantiers et des bicoques sur les quais ; elles sont certainement bien fondées : ce qui paraitra singulier, c’est que ce soit la seule partie de l’administration municipale, où j’aye trouvé quelque chose à redire, car la police y semble infiniment mieux faite que dans beaucoup d’autres villes de ce pays : on y trouve même, un amour du bien public, qui ne serait pas de trop ailleurs. Les marches sont bien fournis, les mendiants et les vagabons n’osaient pas se montrer dans les rues, longtems avant l’arrivée du comte Rumford, pour lequel on me fit l’amitié de me prendre, lorsque je fus visiter la maison d’industrie. J’étais fort étonné de voir toute la maison s’emprèsser, courir devant moi, balayer et frotter ; je les laissais faire cependant et leur donnais de grandes louanges sur leur activité : lors qu’enfin, le concierge m’ayant conduit dans son cabinet me montra ses comptes, que j’éxaminai avec complaisance et ensuite, il me demanda, à quelle heure je désirais que le conseil des administrateurs s’assemblat, et qu’on avait ordre du gouvernement de suivre mes directions ; cela me sembla trop fort ? je demandai à voir l’ordre ; il était pour le comte Rumford. *

Je suis sur qu’il eut été aussi satisfait, qui je le fus moi-même, de l’ordre qui regne dans cet hôpital, il est maintenue en partie par souscription et en partie par une petite rente. Il y a des loges pour les fous et cet article est de grande importance ; c’est un des spectacles les plus cruels, qui puissent frapper la vue, que de voir ces malheureux courir dans les rues, même des principalles villes d’Irlande. " Le fameux Doyen, Swift, est le premier qui aye bâti à ses frais, une maison à Dublin pour les recevoir." Il semble que ce fut une éspéce de pressentiment de sa part, car sur ses vieux jours, il eût le malheur de perdre la raison et l’on fut obligé de l’enfermer dans la maison même qu’il avait bâti.


  • Le comte Rumford est un Anglais, qui a été employe par l’Electeur Palatin, pour le maintien du bon ordre et la destruction de la mendicité dans ses états : il a Montré beaucoup de talent dans l’éxécution de ces projets intéressans : dans le court espace de cinq ou six ans, il parait qu’il avait réussi à dégouter le pauvre, de l’état vil de mendiant et à l’accoutumer tellement au travail, qu’on n’avait pas besoin de le forcer à se rendre dans les établissemens qu’il avait formé, où il était nourri, vêtu et logé sur son travail.
         L’esprit d’économie qui y regnait, avait apparement engagé le gouvernement d’Irlande de l’appeller dans cette isle : les avis qu’il a donné ont produit quelques heureux effets ; mais comme je crois que la mendicité en Irlande, n’est pas tant le produit de l’indolence, que d’autres causes plus essentielles, ses efforts ne peuvent réussir complétement qu’après les avoir extirpées. Le comte Rumford a aussi offert une methode pour diminuer la dépense du chauffage et empêcher les cheminées de fumer. Elle consiste principalement a retrécir le tuyau de la cheminée près du foyer, et à augmenter le courant d’air.


L’esprit d’industrie et de commerce enfin, semble plus animé à Waterford que dans aucune ville d’Irlande même Cork, quoique l’étendue de la ville soit beaucoup moindre.

Le Maire de Waterford, a le droit de faire porter l’épée devant lui, même en présence du Viceroi. Les patentes que le roy a accordé à la ville le dispensent de la déposer à ses pieds et réservent ce privilége pour sa personne seulement.

Je fus un jour introduit par une dame de ma connaissance dans une grande société : les messieurs étaient encore à boire et je fus d’abord charmé et ensuite fort embarrassé de me trouver le seul homme au milieu d’une cinquantaine de jolies femmes, dont je ne connaissais que mon introductrice. J’avais jusqu’alors fort admiré le rôle du grand seigneur ; mais j’en suis dégouté pour jamais ; il est vrai que, s’il y eut eu un mouchoir à donner, c’eût peut-être été une autre affaire ; ici ne pouvant malheureusement tirer d’autre réponse, que oui ou non et pas une question, je fus fort aise d’être accollé à une table de whist, où comme de raison on me fit les honneurs, car je crois que je gagnai douze ou quinze parties.

Le lendemain, une autre dame me fit encore l’offre aimable de m’introduire dans une société ; mais là, c’étaient les grands mamans, avec de beaux manteaux de velours noirs, sans dents, sourdes, aveugles et grognons ; on me fit jouer, je perdis, et je décampai au plus vite.

Le soir je fus témoin à la comédie d’une de ces scênes, qui se montrent trop souvent, dans bien des villes de la Grande Bretagne ; le public demanda, l’air de God save the king, et comme à l’ordinaire, obligea tous les acteurs, qui avaient paru dans la pièce, de se présenter et de le chanter en chorus. On cria : à bas les chapeaux, avec une fureur singuliere contre ceux qui les avaient oubliés sur leur tête. Un bon humain avait été tellement intérréssé dans le premier acte qu’il s’était endormi sur un banc ; on avait beau lui crier : à bas le chapeau, il ne bougeait pas ; un soldat se leva tout-à-coup et vint lui donner un grand coup de poing sur la tête en lui arrachant son chapeau qu’il jetta dans le parterre ; le pauvre diable qui était peutêtre au milieu d’un beau rêve, fort surpris de se voir réveiller de la sorte se mit à hurler d’une maniere épouvantable, à la joye inéxprimable du parterre et des loges.

J’avoue que cet acte de violence me parut trop semblable à quelques uns que j’avais vus sur le continent pour me faire rire ; pourquoi vouloir mêler la politique aux amusemens publics et surtout après avoir eu déjà une fois cet air favori, que j’admire autant que qui que ce soit, pourquoi intérrompre les scênes et detruire entierement l’illusion théatrale en forçant tous les acteurs d’une pièce à paraitre à la fois et dans les habits propres aux rôles qu’ils vont jouer ? . Si cet article déplaisait à quelques personnes, j’en serais faché, c’est bien loin de mon intention : je crois que quand on est dans un endroit public, on est obligé de se conformer au gout général, et je regarderais comme une sottise méritant correction de ne le pas faire : si cependant le gout général était d’être tranquille, je le croirais préférable.

J’avais deux lettres de Mr. Burton Connymgham, pour le voisinage de cette ville ; je crus devoir faire savoir au Marquis de Waterford que j’avais pour lui, une lettre de feu son réspéctable ami, et que je désirais connaitre, quand je pourrais avoir l’honneur de la lui remettre ; il me répondit poliment qu’il m’attendrait, à deux ou trois jours de distance, à déjeuner : je le remerciai de sa politesse et lui dis, que ma maniere de voyager ne rue perméttant pas de faire dix ou douze milles Irlandais avant déjeuner, je me rendrais chez lui dans la journée. Je fus dans l’intervalle présenter l’autre, à Mr. Cornelius Bolton, où je passai mon tems avec beaucoup d’agrément ; Je cite rarement ce que j’ai connu des différentes personnes à qui j’ai été addressé, à moins que cela ne puisse être utile, et encourager le bon exemple : dans ce cas, rapporter le fait tout simplement, est un éloge dù.

Mr. Cornelius Bolton vit très retiré à la campagne et a employé une partie de sa fortune à bâtir un village assez considérable où il a établi des manufactures de differentes sortes, particulierement de Tisserans : l’industrie qu’il encourage parmi sa colonie, donne lieu de croire, que ses frais feront bientôt plus que payés et qu’elle deviendra pour le public un objet d’utilité, comme pour lui un de profit, après n’en avoir-été qu’un d’humanité.

Je retournai à la ville par la riviere, dont les bords sont très cultivés et très romanesques, et je me mis en route pour Curraghmore, où j’arrivai bien fatigué et tout haletant vers les quatre heures : je remis ma lettre au Marquis de Waterford, et ayant été reçu très poliment, au bout de quelques instans je demandai la permission de me retirer pour m’habiller. Qn me fit alors entendre que l’on me donnerait volontiers à diner, mais que l’on ne pourrait me donner un lit : cela m’embarrassa un peu, car je ne savais trop où diable je pourrais passer la nuit, mais enfin je m’en remis à la providence comme à mon ordinaire.

Le Marquis me fit asseoir près de lui, et me traita avec une politesse singuliere : après le diner il m’offrit son carrosse pour me conduire à l’auberge ; sa maison était pleine, il en était bien faché : je le remerciai de son offre, mais je ne crus pas devoir l’accepter ; on me donna un homme pour porter mon paquet, qui n’était autre que les hardes de route ; son fils même m’offrit quelqu’autre comodité en partant, que je refusai absolument, disant que je serais bien faché d’être à charge aux amis de feu Mr. Burton Connyngham. Après avoir barbotté dans la boue en escarpins et en bas de soie blancs pendant deux ou trois milles, j’arrivai , à l’auberge, vers les dix heures et demie. Je me présentai,je demandai un lit, un vilain mâtou de domestique me dit rudement, qu’il n’y en avait point à me donner. J’arrachai alors mon paquet des mains du garçon de Mylord, en lui disant de rapporter à son maitre que l’on m’avait refusé un lit dans son auberge, et je m’en fus en courant ; au nom du Marquis, voilà toute la maison sans dessus dessous ; on me courut après, on me pria, on m’engagea de retourner, I would rather pass the night in Hell, leur dis-je et je les envoyai proprement à tous les diables.

Au coin d’un mur je remis mes habits de voyage, avec l’intention de me rendre à Waterford, quoiqu’il fut alors près de onze heurs de soir. Cela me donna le temps de faire des réflexions, et de me rappeller que j’étais fatigué : je crus à la fin devoir retourner au village et tâcher de m’y loger quelqu’autre part qu’à l’auberge ; je rencontrai le prêtre de la paroisse ; je lui parlai, mon accent étranger le détermina à m’éconduire charitablement. Ce village ressemble assez, à celui où la fable nous apprend que Jupiter et Mercure vinrent demander l’hospitalité, et furent refusés à toutes les portes ; à la fin comme eux, je sortis du village et j’apperçus sur la route, au coin d’un fossé une misérable cabane, l’asyle effrayant de la pauvreté la plus abjecte ... je me présentai ; une vieille femme une autre Baucis couverte de hâillons, m’ouvrit la porte ; je dis que j’étais un pauvre voyageur égaré, . fatigué ... on me fit entrer, on m’offrit tout ce qu’il y avait dans la hutte ... quelques pommes de terre, le produit des aumônes du jour.

Une demie douzaine d’enfants presque nuds étaient couchés sur quelques brins de paille, pêle-mêle avec le cochon, le chien, le chat, deux poules et un canard : je n’avais de ma vie vu un spectacle aussi hideux. Cette pauvre femme me dit que son mari était matelot, qu’il y avait trois ans passés qu’il s’était embarqué et que depuis, elle n’en avait pas entendu parler.

Elle étendit une natte sur un coffre, qui était le seul meuble de la maison et m’invita à m’y reposer .... il pleuvait à verse, je ne savais où aller, je me plaçai sur ce lit de douleur. Les animaux saluerent de leurs cris, les premiers rayons du soleil et se mirent en quête de toutes parts, pour assouvrir leur faim dévorante. La nouveauté de la situation me parut assez singuliere pour m’amuser un moment : je me transportai dans l’Arche et je me crus Noé.

Il semble que je paraissais tout aussi extraordinaire à ces pauvres bêtes, qu’elles me le paraissaient à moi-même ; le chien vint me flairer en montrant les dents et le cochon m’éxaminer en grognant, les poules et le canard dévorerent mon sac à poudre, les enfans se mirent à rire : je me levai bien vite et je décampai crainte d’être dévoré moi-même. Je crois devoir ajouter que j’eus beaucoup de peine à faire accepter un misérable shelling à ma pauvre hôtesse.

Mon intention était d’abord, de passer par Carrick-on-Suire, Clonmell, et même de pousser jusqu’à Mallow ; ces trois villes étant situées dans le plus beau et le plus fertile pays : la derniere surtout, qui a de plus des eaux minéralles qui y attirent une compagnie nombreuse : je comptais de là revenir à Lismore et continuer ma route : dégoûté du monde je m’enfonçai dans un pays peu fréquenté et assez sauvage .... après deux heures de marche je pensai à déjeuner je fus m’addresser sans beaucoup de cérémonié, à une maison de paysans qui semblaient un peu à leur aise. Je dis tout simplement que je désirais avoir à manger et que payerais ce qu’on voudrait. Ces bonnes gens me prirent, j’en suis sur, pour un prisonnier français echappé : ils me conduisirent dans une chambre obscure et m’apporterent ce dont je pouvais avoir besoin avec une apparence de Mystere ; Lorsque j’eus fini, je demandai ce que je devais ; on ne voulut rien me dire et je laissai quelque argent sur la table. J’avais à peine fait deux cent pas, que j’entendis une des filles crier et courir après moi. Elle me rapportait l’argent que j’avais laissé sur la table, en me disant que sa mere était quite affronted. J’en fuis faché lui dis-je, ce n’était pas mon intention : je lui fuis bien obligé, mais j’éspere que vous me ferez le plaisir de l’accepter vous même, cela servira à vous acheter un ruban : elle fit une petite grimace, suivie d’une révérence et le mit dans sa poche, en me souhaitant un bon voyage.

Après bien des circuits et des détours en suivant le chemin que les propriétaires ont fait tourner autour de leur champ, j’arrivai enfin à travèrs ce pauvre pays, à Kill Mac Thomas, qui est un assez gros bourg, où je dinai et pus m’appercevoir que j’étais sorti de la cabane assez bien fourni de compagnons allez déplaisants ; il n’y avait pas de remede alors : je fis un effort et complettant mes 22 milles irlandais dans la journée, j’arrivai le soir bien fatigué à Dungarvan, où la premiere chose que je fis, fut d’aller noyer dans la mer, les bons amis de Curraghmore qui s’étaient attachés à ma personne et ayant dormi jusqu’a midi le lendemain, mes forces se trouverent rétablies et avec elles mon humeur ordinaire.

Dungarvan, est une petite ville assez bien située, sur une large baye qui malheureusement s’est remplie de sable. Elle ne sert gueres que comme un endroit de rassemblement pour les baigneurs dans la mer. Cette ville est fameuse pour un point de vue singulier, que les habitans admirent tellement qu’ils en ont fait une toast, où santé sous le nom de Dungarvan’s prospect.

Je ne sais trop coment expliquer ce point de vue, il faut cependant bien que je tâche de satisfaire le désir du lecteur.. voici le fait... un des fauxbourgs est separé de la ville, par un ruisseau fort large et dans lequel à la marée basse, il n’y a gueres que six pouces d’eau ; pour éviter un grand tour, les femmes le passent à gué ; c’est fort bien jusqu’ici, mais la mer monte progressivement, un pied, deux pieds, même trois pieds : les bonnes femmes cependant ne se soucient pas de faire un ou deux milles, au lien de cent pas et elles font ce qu’elle peuvent pour empêcher leur jupe de se mouiller .. . c’est la toute l’histoire en vérité.

Quoique pas encore tout à fait remis de la longue course de la veille et de la mauvaise nuit qui l’avait précédée, comme je ne connaissais personne dans cet endroit, j’en partis dans l’après dinée : j’eus encore le temps de faire huit à neuf milles et je m’arrêtai à Caperquin, qui est joliment située sur la riviere qu’on appelle Black Water ; elle traverse l’isle presqu’entiéremens de l’est à l’ouest ; depuis et même avant Mallow où sont les eaux Minérales, elle arrose un pays délicieux.

Au matin je fus fort surpris de voir le maitre de l’Auberge dans laquelle j’avais passé la nuit, tranquillement assis dans une boutique de pharmacie, qui était au rez-de-chaussée de la même maison. " Vous êtes apothicaire " ? lui dis-je,

" oui Monsieur pour vous servir." " G— d d―― n pour me servir, I am not suprised if you have poisoned me, si j’avais su cela hier, I would rather have been d―― d que d’entrer dans votre maison."

Je cite cet exemple entre mille, ne semble-t-il pas bien appétissant de voir un Aubergiste Apothicaire ! la cuisine d’un Apothicaire .....

Je me rendis de là à Lismore, sur la Black Water : son vieux chateau couvert de lierre et situé sur une éminence au dessus de la riviere, frappe d’abord la vue. C’est une des villes, les plus agréablement situées de toute l’Irlande : elle est entourée de bois et de promenades charmantes, mais elle est presqu’entierement en ruine à présent ; il parait qu’il y avait ici avant la réformation, des colléges et des séminaires considérables, il n’éxiste plus de tout cela que la grande Eglise Cathédrale, l’Evêque qui l’est aussi de Waterford, le Doyen et deux où trois autres éclésiastiques de l’Eglise Anglicane, qui n’ont autre chose à faire qu’à toucher le revenu des terres, qui avoient été apliquées pour leur maintien.

Le Duc de Dévonshire, a qui le chateau appartient et qui a dans ce pays, une terre qui peut valoir entre douze à quinze mille livres sterlings de rente, vient de bâtir à ses frais une grande auberge et une arche superbe au pont de la ville, pour tacher d’engager les habitans à prendre son absence en patience et à ne pas trop murmurer en lui envoyant ses revenus. Cette arche est vraiment magnifique : elle peut avoir quatre vingt pieds d’élévation, au dessus du niveau de la riviere, sur cent pieds de large.

Au risque de tomber à l’eau j’ai voulu aller dessous, le long du parement des pierres, large de deux où trois pouces ; elle a sept écho bien distincts pour un mot d’une seule sillabe, elle m’a entre-autres répété what, what, what, pendant un grand quart d’heure, à ma grande satisfaction et aussi bien que nature, je le parierais.

Il y avait un homme au bout de l’arche qui m’éxaminait avec autant d’attention que j’en avais à éxaminer le pont, et à qui vraisemblablement, je paraissais un être fort étrange ; pour le mettre hors de doute, je m’addressai à lui en Ecossais, that’s a mickle braw braig mon lui dis-je, yes Mr. Scot, me répondit il, have you got such a one in your country.

Je fus reçu daus cette ville par le Docteur Power, chez qui je fus fort aise de pouvoir me reposer. Le dimanche je fus d’abord à l’Eglise Catholique, où je pus à peine trouver place, tant l’eglise et le cimetierre étaient pleins de monde. Lorsque le service fut fini, je me rendis à l’eglise protestante, où je pus me placer fort à l’aise dans une des stalles des chanoines : on a conservé dans les cathédralles d’Irlande les stalles des chanoines avec le titre de leur bénéfices, quoiqu’il n’y ait plus d’autres dignitaires que le Doyen.

Je dirigeai ma course sur Castle Lyons et dans le milieu du chemin, me trouvant tres altéré et ne voyant point d’auberge, je demandai la route à un homme agé, un ancien militaire, qui était sur une terrasse prés de sa maison et en même temps je lui fis entendre ce dont j’avais besoin, come in young man, me dit il, you shall have a good drinck et je l’eus effectivement.

Le chateau de Castle Lyons était un considérable bâtiment quarré qui fut brulé il y a une trentaine d’années, il y avait 365 fenêtres ; il était alors la résidence principale de Lord Barrymore. Il ne parait pas qu’il y ait la moindre industrie ou Manufacture, dans la petite ville qui est auprès, tout y languit et y a l’air misérable.

Rathcormuck est un peu mieux, parce qu’il se trouve sur la grande route de Dublin à Cork : plus l’on s’approche de cette derniere ville et plus le pays prend un air negligé : je pûs le voir fort à mon aise d’une voiture coupée dans laquelle le conducteur m’offrit de m’asseoir à côté de lui, pour avoir quelqu’un avec qui causer.

J’arrivai enfin à Cork, qui est bien la ville la plus triste et la plus sale : on ne rencontre que des gens qui bâillent ; on est arrêté à tout moment, par des enterremens, des troupes hideuses de mendians où de cochons, qui courent les rues par centaines et cependant cette ville est une des plus riches et des plus commerçantes de l’Europe : les principaux marchands sont presque tous étrangers, des Ecossais pour la plupart, qui dans une dixaine d’années y font quelquefois des fortunes brillantes.

Il n’est pas de ville où il y ait autant à faire, pour la rendre agréable au grand nombre de ses pauvres habitans ; l’esprit de commerce et d’intérêt s’est emparé de toutes les branches de l’administration, par éxemple on pourrait très aisément fournir la ville d’une fontaine publique, mais la personne où la compagnie qui a le privilége de conduire les tuyaux dans les maisons, pense qu’elle perdrait un grand nombre de souscriptions à une guinée par an. Ainsi pour satisfaire l’avidité d’un individu obscur, on fait souffrir le supplice de Tantale à plus de trente mille habitans. J’ai vu les pauvres, être obligés de recevoir l’eau qui tombait des toits après la pluie, où la prendre dans le ruisseau des rues. Cependant il est peu d’endroit aussi aisé à fournir d’eau que Cork, par les hauteurs qui l’entourent : il y a même une fontaine à un mille à peu près, que l’on appelle the Sundays well, qui m’a parut suffisante pour le maintien d’une fontaine publique au milieu de la place. L’eau qui suplèe les maisons particulieres est tirée du lit de la rivière, un mille au dessus de la ville ou elle cesse d’être salée. Eût-il donc été si difficile, de faire pour le public ce que l’intérêt a fait faire pour quelques individus riches.

La saleté des rues dans le milieu de la ville est honteuse, et comme si ce n’eut pas encore été assez et qu’on eût voulu empêcher le vent ou le soleil, de sécher les ordures, les deux bouts de la rue sont terminées par des prisons, qui les ferment entièrement et empêchent l’air de circuler.

Le marché au bled d’une ville aussi considérable doit être naturellement bien fréquenté ; on l’a placé au premier étage et la foule n’y peut parvenir que par un escalier large de deux où trois pieds exposé à la pluie et pour comble, dont les marches ont si souvent été foulées, qu’elles sont presqu’entièrement usées et sont très glissantes. On croirait du moins, qu’il ne devrait y avoir sur cet escalier, que les personnes qui vont où qui viennent de la halle ; les mendians les plus dégoutans se sont emparés du côté de la muraille, et assaillent les passans de leur cris en leur présentant une écuelle où un sac, dans lesquels ils sont presque obligés de jetter une poignée de farine.... J’ai vu une pauvre femme tomber du haut de l’escalier, au milieu de cette bagarre, renverser presque tout le monde, et elle même se casser un bras.

Le marché de viande est le seul qui soit comme il doive être ; il est nouveau, et l’on doit espérer que les magistrats, penseront à la fin aux autres lieux fréquentés du public.

Quoique le peuple soit très pauvre, rien ne pourrait engager les mères à mettre leurs enfants à l’hopital ; elles craignent que l’on ne les envoyent au loin pour les détacher d’elles : cela est rééllement arrivé autrefois, mais l’on a adopte à présent un système moins cruel. Elles ne veulent pas non plus, que leurs enfans soient élevés dans la religion protestante que l’on professe dans ces établissements.

On voit souvent de ces pauvres malheureuses chargées de deux enfans sur leur dos, un autre dans leur tablier, et un quatrieme à la main, demander la froide charité du passant, qui est tellement accoutumé à ces objets déchirans, que le plus souvent il détourne la vue. Cependant la bonne femme, fume avec indifférence une pipe noire et si courte qu’elle semble avoir le feu dans la bouche.

Les gens riches accusent le pauvre de se plaire dans la saleté, d’aimer à avoir la galle, à dormir avec leur bestiaux. &c. &c. Ils ne l’aiment pas plus qu’eux ... la nécessité, la cruelle nécessité les y obligent ... leur misere est telle que tout leur devient indifférent : qu’on leur fournisse les moyens d’en sortir, qu’on leur donne le gout des aisances de la vie, et l’on verra quelle espèce d’hommes, on accuse de paresse, d’indolence, et de gouts, que les animaux le, plus vils n’ont pas.

Le paysan est parésseux ici, mais à quoi lui servirait d’être actif ? Le prix du travail de sa journée, suffit à peine pour le maintenir lui et sa famille : le prix des denrées est plus que triplé et cependant le prix du travail est le même. Presque par toute l’Irlande le laboureur ne gagne que six pences par jour : sa femme et ses enfans sont sans espoir de rien gagner dans les pays où il n’y a pas de manufacture. Que peut donc faire cette famille malheureuse ? les six pences servent à lui fournir des pommes de terre et de l’eau. Que le pere tombe malade où meure, la pauvre mere est obligée de quitter le pays avec ses enfants et d’aller mendier une horrible subsistance.

Maudit soit l’homme cruel qui le premier osa se faire un jeu de la misere de son semblable : c’est une ruse éffroyable de l’avarice, car aussitôt que l’on a ri du mal d’autrui, on se croit dispensé de le secourir.

Je me transportai à Cove qui est le port de Cork, dix à douze milles plus bas, à l’embouchure de la rivière : c’est une des plus jolies bayes et des plus sures de l’Europe ; je fus parfaitement reçu du brave général Vallancey à qui je présentai la derniere lettre que j’avais de Mr. Burton Conyngham. Les recherches sur les antiquités d’Irlande du Général Vallancey sont connues dans le monde littéraire : il a peutêtre poussé un peu loin l’on enthousiasme pour la langue Irlandaise, dans laquelle (quoique Anglais) il a fait des progrès surprenans ; il la prétend presqu’aussi ancienne que le monde, et peutêtre même celle dont Adam et Eve se servaient : la mère générale de toutes les langues de l’univers depuis depuis le Huron jusqu’au Chinois. Il cite dans sa grammaire des exemples singuliers de rapprochement entre une trentaine de langues vivantes dans tous les pays du momie.

Il est certain que toutes les nations de l’Europe, la plus grande partie de celles de l’Asie et même de l’Affrique sont venues des mêmes pays, d’où les Irlandais tirent leur origine : d’après cela il se pourrait que leur situation isolée eut pu leur faciliter les moyens de conserver plus longtemps la pureté du language des pays d’où ils sont venus.

Les Shiloes en Affrique, les habitans d’une partie de la Sibérie, quelques montagnards Italiens chez les grisons, sont après les Ecossais les peuples dont le language a le plus de rapport avec l’Irlandais. Après eux viennent les Gallois, les Bas Bretons, les Dalécarliens en Suéde, les Basques en France et en Espagne et les Sclavoniens en Turquie, purs les Hufons en Amérique et les Mogols en Asie.

Le général Vallancey comme je l’ai déja dit, a expliqué le passage du général Carthaginois dans Plaute, et a ainsi prouvé que ces Républicains parlaient une langue peu différente de l’irlandais. La peuplade que les Tunisiens appellent Shiloes est supposée être descendue des Carthaginois qui echapperent à la ruine de leur patrie et se retirèrent dans les montagnes éloignées des côtes. Il y a quelques années qu’un Marchand Tunisien qui connaissait la langue des Shiloes vint à Dublin pour ses affaires : feu Mr. Burton Conyngham qui désirait connaitre plus particulierement l’analogie des deux langues invita le général Vallancey à déjeuner et le fit à son insu se trouver dans la compagnie de ce Tunisien, puis lui fit connaitre qui il était : à sa tres grande surprise, il le vit bientôt converser avec le géneral dans la langue de son pays et l’entendre sans beaucoup de peine. Cet homme avait une vieille servante avec lui, qui était Shiloe elle-même. Elle conversait sans la moindre peine avec les Irlandais et se faisait entendre aisément, quoique son accent et la maniere de s’exprimer ne fussent pas les mêmes.

Le general Vallancey a parcouru l’Irlande pendant quinze ans et a levé des cartes en grand de tous les différens Comtés : le gouvernement enfin, pour prix de ses travaux, lui a donné le poste qu’il occuppe de commandant du port de Cove, qu’il a tellement fortifié, qu’il n’y a pas de danger que jamais vaisseau ennemi se hazarde d’y entrer .... On ne saurait nier que ce ne soit un homme utile à l’état et dans plus d’un genre, car il a eu douze enfants de sa premiere femme, dix de la seconde et vingt-un de la troisieme. — Il est peu de gens qui ayent fait autant de besogne.

Je présentai aussi mes respects à Lady Colthurst une veuve très aimable et beaucoup trop jolie pour l’être longtemps. Le général à qui je montrai les lettres que j’avais avec moi, dirigea ma course vers le Nord, au lieu de retourner sur le champ à Cork.

Je traversai la grande isle de Cove dans sa longueur : fatigué, je m’arrêtai dans un cimetiere et m’amusai à lire les épitaphes. J’avais souvent entendu parler d’Irish Bulls et je n’avais jusqu’à présent pu en trouver un ; ici, sur une Tombe, après tous les noms de la famille, je lus avec plaisir, Lord have mercy on the souls here interred ; ainsi, me dis-je, ces bonnes gens sont sous cette pierre en corps et en ame. Presque par toute l’Irlande, mais plus particulierement dans le sud, on a une maniere de s’éxprimer assez singuliere, qui, autant que j’ai pu le remarquer, vient du mélange des deux langues ; cette maniere passe pour Bull ou balourdise. Cela ne l’est pas plus que les erreurs que fait un étranger en parlant d’autre langue que la sienne. On appelle communément dans cette partie le fossé dyke, nom que l’on donne à la muraille en Angleterre et la muraille ditch, celui que l’on donne au fossé.

Je traversai le passage au Nord de l’isle et aprés avoir passe a Inchiquin, d’où l’on a le plus beau point de vue de la baye, je m’arrêtai à Castle Mary chez Lord Longueville, et fus visiter dans le parc un autel des Druides. Ces monumens d’antiquité sont fort remarquable» : c’est une large pierre plate de vingt à trente pieds de long sur quinze à vingt de large, supportée de trois cotés par trois autres pierres plates sur leurs Angles.

On est étonné, quand on reflechit à la force et aux machines qu’il a fallu employer pour soulever un tel poids : c’est surprenant, mais cependant les obélisques d’Egypte, conduits à Rome par mer, tandis-que les plus gros vaisseaux de guerre ne pourraient pas en porter un, sont à ce qui semble bien autre chose. Ces pierres prouvent seulement que les peuples qui les ont ainsi placées connaissaient le pouvoir de la mécanique et par conséquent devaient avoir atteint un haut dégrè de civilisation. Quant à l’usage qu’ils pouvaient faire de ces pierres, c’est inconnu : On prétend que les Druides sacrifiaient dessus, des victimes humaines : cela se peut, mais on doit sentir, qu’elles pouvaient aussi servir dans toutes les occasions où l’on jugeait nécéssaire d’exposer quelque chose à la vue du peuple.

Je me rendis de là à Cloyne, où je fus recevoir la Bénédiction, que l’Evêque donne à son clergé, le dimanche après le service. Il y a à quelque distance de la cathédralle, une de ces tours rondes plus élevée et plus grosse qu’à l’ordinaire : les paysans de ce voisinage sont persuadés qu’elle a été bâtie par le diable dans une seule nuit et qu’il en a apporté les pierres d’un pays lointain. Je n’ai remarqué aucune difference entre les pierres de la tour, d’avec, les pierres ordinaires, du pays, mais enfin c’est égal ; si c’est le diable qui l’a bâtie, le diable est bon maçon : c’est tout ce que dire.

Cloyne est un des principaux Evêchés de l’Irlande pour le revenu : la ville Episcopale est un petit bourg, un peu plus, grand que Fernes cependant. Puis suivant la foule des paysans qui étaient venus à la messe, on me mit sur le chemin de Castle Martyr : à quelque distance de cette jolie petite ville, je rencontrai un homme qui avait l’air respectable, se promenant à cheval avec une dame ; j’eùs tout de suite une idée de la personne que ce pouvait être : je m’en informai du domestique, et sur l’assurance que c’était Lord Shannon : je lui fis dire qu’un etranger, qui avait une lettre pour lui désirait lui parler ... je la lui remis sur le chemin et après, l’avoir lùe, il m’engagea à continuer ma route et à me rendre chez lui, où il me joindrait bientôt.

Castle Martyr est un des plus beaux lieux et des mieux soignés, je ne dis pas de l’Irlande, mais peutêtre de l’Europe. Le parterre que Lady Shannon prend plaisir à cultiver, est une retraite charmante où les fleurs de toute espèce sont arrangées avec une élégance singuliere .... je passai cinq où six jours à Castle Martyr et en le quittant Lord Shannon, eut la bonté de me donner une lettre génerale de recommandation extrêmement flatteuse : elle n’était addressee qu’à ses amis, mais je l’ai présentée à tout le monde et la maniere dont on l’a reçue, me fait croire qu’il est l’ami du public.

Retournant de là vers Cork, je m’arrêtai à Middleton pour voir une grande manufacture de drap ; c’est quelque chose de très nouveau qu’une manufacture, dans cette partie de l’Irlande ; celle-cy a eû bien des difficultés à surmonter avant de s’établir et même à présent ne va pas aussi bien qu’elle pourrait aller ; plusieurs personnes m’ont assuré à Cork, que si cette compagnie pouvait emprunter vingt mille livres sterlings pendant dix ans sans intérêt, elle deviendrait certainement très florissante ; mais qui est en état de prêter 20,000 l. sans intérêt ? le gouvernement seul : il y aurait un moyen assez simple ; Ce ferait de mettre un lourd impôt sur le whisky, et d’en remettre le produit entre les mains des manufacturiers de toute espèce : on ferait de cette maniere deux bonnes choses à la fois, on encouragerait l’industrie, et. on arrêterait les progrès de l’Ivrognerie.

Je fus de là, chez un enfant gâté de la fortune dans l’isle de Foaty, Mr. Smith Barry, il a beaucoup voyagé, est très honnête, parait très instruit et est d’un caractere aisé ; il eut été heureux, s’il n’avait eu que cinq cent livres de rente, au lieu de vingt cinq mille ; mais ses richesses l’ont tellement rassasié et dégouté du monde, qu’il s’en est presque totalement retiré et mène une vie assez mélancolique dans son isle, qui n’est pas celle de Calypso. Passant dans la petite isle de Cove, je fus me présenter chez Mr. Silver Oliver, il donne l’hospitalité depuis très longtemps à un vieil officier Français émigré, qui est traité dans sa maison, avec beaucoup d’égards. Mr. Oliver prétend qu’il a rempli toutes les fonctions que la société peut éxiger d’un homme, il a été deux où trois fois membre du Parlement il a été conseiller privé, il a été marié, il a plusieurs enfants, &c. &c. par conséquent, il se dit en droit de suivre ses fantaisies, et ses fantaisies sont souvent assez originales.

Je retournai à Cork par la riviere et j’eùs lieu d’observer que les Bateliers ont à peuprès le même ton goguenard que ceux des grandes rivieres de France. Force me fut de rentrer dans cette ville baillante ; le peuple cependant semblait animé et des bandes d’ouvriers couraient les rues en criant ; Je m’informai de ce que ce pouvait être, et l’on me dit que les garçons cordonniers avaient d’un commun accord, tous quitté leur maitre ce jour la et qu’ils couraient les rues afin de les forcer à augmenter leurs gages. Je les suivis et les vis plusieurs fois s’arrêter à la maison de quelques maitres cordonniers et avoir de chaudes altercations avec eux ; les magistrats à la fin cependant, crurent devoir faire cèsser le trouble, un d’eux, à la tête de quelques soldats, courut les rues, pour les disperser : mais les ouvriers se moquèrent de lui et surent si bien faire, qu’il était toujours dans les endroits où ils n’étaient pas eux-mêmes : la nuit comme en Angleterre fit cèsser le tumulte et envoya tout le monde se coucher.

J’étais recommandé à l’Evêque qui me reçut fort bien, et ce qui me fit grand plaisir, (parce que cela prouve que toutes animosités entre les deux religions sont finies,) il m’addressa à l’Evêque Catholique, Dr. Moylan, qui est un homme instruit et réspecté dans le pays.

Au sujet de je ne fais quelle fête, les enfants firent un feu d’ossemens (ce qui est un usage commun par toute l’Irlande, pour les jours de réjouissance) et ils s’amuserent à danser autour et même à le traverser pieds nuds. Ceci me donna lieu de faire réfléxion sur l’étymologie du bone fire en Angleterre, qui m’a tout l’air de venir de ces feux d’ossemens, plutôt que du français forcé, de bon feu pour feu de joye.

Le climat à Cork est pluvieux à un point extrême : il y pleut touts les jours de la vie ; la température de l’air a peutêtre influé sur le caractére des habitans : on pourrait avec quelque raison appeller ce pays the land of whim and spleen. Il y a ici grand nombre de personnes qu’on appelle gens à caractère, et qui tous ont des fantaisies fort singulieres : l’un ne se met jamais à table, crainte d’être suffoqué par l’odeur des viandes et mange tout seul dans le vestibule : l’autre dépense son revenu en animaux favoris, où pets comme on les appelle : un troisieme (assez bon enfant chez lui) après vous avoir enchanté par une belle voix et une musique charmante, finira par vous boxer. Il y en a un qui court les rues au grand gallop avec un bonnet rouge et entre dans les boutiques à cheval, quand il a besoin de quelque chose ; J’ai vu un joueur de cornemuse, qui aima mieux être deshérité de près de deux mille livres sterlings de rente, que de quitter sa musette, qui est à présent son seul gagne-pain. Il y a un homme qui croit que toute la terre veut l’empoisonner ; aussitôt qu’il voit quelqu’un entrer chez un boulanger, il le suit et saute avec avidité sur le pain qu’il a acheté, parce qu’il est sur dit-il, que les boulangers n’en veulent qu’a lui : il fait de même à la boucherie, &c. Un autre s’est fait la nourice de ses enfans, il les peigne, les frotte et les torche lui-même. Je pourrais bien citer d’autres de ces caracteres, mais c’est assez.

Il n’y a point de loge pour les fous à Cork : c’est un spectacle hideux de les voir courir les rues : la plupart, il est vrai, sont très tranquilles, mais c’est si cruel et si humiliant de voir la nature humaine dégradée à ce point, qu’on devrait penser à les séparer de la société.

Au surplus la ville de Cork a fait dans ces derniers temps des progrès immenses dans le commerce, l’augmentation de» maisons et des habitans, et en quelque point dans leur amélioration ; la ville est située sur differentes petites isles marécageuses au milieu de la riviere ; c’est de cette situation qu’elle a tiré son nom, (car Cork signifie bourbeux en Irlandais, et elle est passablement bien nommée.)* Les canaux canaux étroits qui séparaient les isles n’étaient remplis d’eau qu’à la marée et nuisaient considérablement à la salubrité de l’air : on les a voutés tout le long de la ville, de sorte que cela a procuré dans bien des endroits le double avantage d’une rue large et bien aérée et des usines convenables pour les maisons.


  • On fait aussi venir le nom de Cork, de Culiky, qui veut dire avoine : il est sur que les paysans l’appellent encore à présent comme cela, mais cela ne fait rien.


Il semblerait absolument nécessaire, que les principaux magistrats fussent pendant une dixaine d’années des gens fermes et prudens, dont le jugement n’eut pas été rétréci par la poussiere d’un comptoir, et qui ne fussent pas tellement accoutumés à compter par sous et derniers, et par l’intérêt au quatre, au cinq, au six.

Dans toute la Grande Bretagne et l’Irlande, le Maire où le Provost est toujours élu parmi les marchands ; dans le fait, les commerçants ne sauraient confier leurs intérêts, plus justement qu’à un homme qui lui même suit cette carriere. C’est fort bien dans les villes tres fréquentées, où l’opinion du marchand s’éclaire par celle du public et des étrangers qui viennent les visiter ; mais dans celles où le marchand ne peut en quelque façon avoir d’autres idées que les siennes et, où étant étranger, son seul but est de rammasser autant d’argent que possible et souvent de quitter le pays après, n’est il pas évident, que les embéllissemens, les améliorations de la ville dont il est le principal magistrat pour un an, ne doivent pas l’inquiéter beaucoup.

Je crois qu’on peut en grande partie assigner cette raison pour le peu de progrès que Cork a fait dans les arts, les choses d’agrément et les établissemens publics. Je suppose qu’un homme dont le caractere généralement réspecté (Lord Shannon par exemple) voulut consentir pendant quelques années, à prendre la peine de néttoyer cette étable d’Augias ; il ne pourrait être mû, que par le désir du bien public, sans aucun motif d’intérêt particulier pour lui même : on ne le verrait pas arrêter des établissemens utiles à la masse du peuple, parce que * les revenus de la ville, pourraient diminuer de quelques shillings, où livres.


  • Lorsque la methode du comte Rumford pour diminuer la dépense du charbon et empêcher les cheminées de fumer arriva à Cork, quelques personnes respéctables voulurent la mettre en pratique dans un hopital ; mais le Maire s’y opposa, prétendant que si cette methode réussissait, cela diminuerait la recette de l’impôt sur le charbon qui appartient à la ville . . n’aurait-il pas dû sentir, que cela diminuerait aussi sa dépense, et serait utile à des milliers d’habitans, que le prix du charbon obligeait de passer l’hiver sans feu.


Puisque je me suis si fort étendu sur ce sujet, le public aurait raison de me demander de quel genre sont les améliorations dont je veus parler, et ce que je voudrais qu’on fit ; je vais mettre les principales sous ses yeux, et d’une maniere assez concise. Abattre les deux prisons hideuses, qui sont au bout des ponts, qui joignent cette isle bourbeuse avec les bords de la riviere, et achever de bâtir celle hors de la ville qui est dans un endroit bien aëré : Nettoyer les rues, et ne pas permettre aux habitans d’y laisser courir leur cochons pour y chercher leur pature, encore bien moins après leur avoir coupé la gorge : Bâtir une halle pour les bleds dans un endroit, convenable : Etablir des Ecolles publiques, et des hopitaux où le peuple fut sur, que ses enfants fussent instruits dans la religion qu’ils veulent suivre et non dans celle qu’on veut qu’ils suivent : Bâtir un hopital pour les fous : Fournir la ville de fontaines publiques : Nettoyer les quais des bicoques qui les défigurent ; Encourager, s’il se peut, les manufactures de toute espéce, et établir une maison d’industrie pour détruire, autant que possible, les mendians qui déshonorent les rues : Avoir des ouvrages publics où tout homme qui manquerait de pain, put trouver le moyen d’en gagner, &c.

Je suis convaincu que, si un tel plan était régulierement mis en pratique pendant cinquante ans, Cork deviendrait plus important que Dublin même, par la sureté et la bonne situation de son port ; la principale exportation est à présent en viandes salées ; on les tue par milliers dans la saifon et ensuite on n’a plus rien à faire ; J’ai connu un marchand qui m’a dit, occire tous les ans, entre vingt et vingt cinq mille, cochons aussi je me permis de lui dire, qu’il était the greatest murderer of hogs, that I ever knew. Cette digression est un peu longue, et pourra peutêtre paraitre fastidieuse aux personnes qui prennent peu d’interêt à Cork ; mais c’est plus pour l’Irlande que pour l’étranger que j’écris, et j’espere, que la pureté du motif qui m’anime, me servira d’excuse.

Je quittai enfin la bonne ville de Cork et pris le chemin de Bandon, où malheureusement le Lord de l’endroit n’était pas ; cette ville a été un temps renommée pour son zele révolutionaire ; l’on prétend que les habitans avaient décrété, qu’aucun Catholique ne pourrait y passer la nuit. Tout ce que je puis remarquer ace sujet, c’est que les neuf dixiemes devaient être de grands poltrons.

Il y a un pont au milieu de la ville qui porte cette inscription Tandem Emergo ; à moins que ce ne soit le diable que saint Patrice avait plongé dans le trou de la montagne, je n’entends pas, ce que cela veut dire.

Lord Bandon se donnait le plaisir, de faire faire un pas de côté à la maison, c’est-à-dire qu’il en bâtissaits une neuve, à côté de l’ancienne : elle ne vaudra peutêtre pas l’autre ; mais c’est égal, c’est fort bien : le riche doit Bâtir et démolir, cela fait du bien au pays.

En sortant de la ville, je fus d’autant plus aise de rencontrer un jeune-homme qui voulut être mon compagnon de yoyage, que les habitans ne parlent pas Anglais et qu’après le premier compliment, conastatu (coment vous portez vous) et tabhar dhom (donnez moi,) de toutes les manieres, ma conversation était courte. Un Italien ferait fort surpris de voir les pauvres habitans de l’Irlande, le saluer de la même maniere qu’il l’eut été dans son pays : en Italie les gens d’un certain rang disent, come sta, mais les gens du commun se disent entre eux, come state, ce qui ressemble si fort à l’Irlandais, qu’à peine peut-on le distinguer dans la prononciation.

Le jeune-homme qui était mon compagnon de voyage, paraissait bon enfant et m’expliquait le pays, chemin faisant : lorsque nous eûmes fait environ dix milles, " je suis bien faché Monsieur," me dit il, " je suis bien faché," " eh bien mon garçon, lui dis-je quel est le sujet de votre chagrin ?" ah Monsieur, je suis bien fache de n’avoir point d’argent pour vous offrir un verre de whisky." Je trouvai cette maniere de demander assez originale et je lui répondis que cela ne devait pas l’affliger parce que je serais bien aise de le régaler moi-même.

Lors qu’il eut pris avec moi une petite goutte de la créature (c’est le nom aimable que l’on donne au whisky) " pour tâcher de vous témoigner ma reconnaissance, me dit il, je vais vous montrer une eau qui guérit de tous les maux. " Il me mena dans le Cimetierre et me montra un vase de pierre attaché à une tombe. " Ce vase, dit il, est toujours plein d’eau et personne n’en a jamais mis ; l’eau est bonne dans presque toutes les maladies. Je suis cependant venu de Bandon, il y a trois semaines, pour en chercher une bouteille pour ma mere qui est hidropique et elle ne s’en porte pas beaucoup mieux.", " Ne voyez vous pas d’où cela vient, " lui dis-je " l’eau est sale et le bénitier est plein d’ordure, nettoyons le et l’eau sera bonne après. " En conséquence nous primes une poignée d’herbes et nous fimes si bien, que nous ôtames toute l’eau. Mon homme était fort surpris, de ne plus en voir dans le vase ; il prétendit que c’était le signe de quelque grand malheur, " décampons bien vite, ajouta-t-il, car si les habitans s’appercevaient de ce que nous avons fait, ils pourraient fort bien nous assommer."

Les huttes des pauvres dans cette partie font vraiment pitié : ils établissent souvent deux morceaux de bois en travèrs sur le coin d’un fossé, bâtissent le troisieme côté de terre, et couvrent cette espèce de toit avec des tourbes ; cela rend très vraisemblable les histoires qu’on fait souvent, d’un chasseur tombant à cheval, au milieu de la famille épouvantée.

J’arrivai enfin à Macroom : j’avais fait mettre à Cork, un parapluie sur mon baton dans lequel il y avait une épée ; il y avait ainsi, un bout de bois de six a sept pouces audessus de la surface, lorsqu’il était deployé ; il pleuvait alors et je voyais les filles et les femmes ricanner en me regardant ; à la fin les enfans s’attrouperent et je pouvais à peine marcher. Quand je vis cela, je le fermai, " oh ! ce n’est rien, dit alors tout le monde : c’est un parapluie bâton" et l’on me laissa tranquille.

Je m’informai de la demeure de Mr. Henry Hedges ; on me la montra de loin, sur une hauteur au bout d’une longue avenue : je me mis en route pour m’y rendre ; je fus apperçus de la maison : Mr. Hedges vint au devant de moi et après une ou deux questions, " vous êtes étranger, " dit il, en me prenant la main avant même d’avoir lu la lettre que je lui apportais, " tout ce qu’il y a dans la maison, est à votre service." Voila la bonne ancienne hospitalité Irlandaise : combien cette cordialité fait plaisir, quand on a le bonheur de la rencontrer, dans ce monde pervers.

De Mont-hedges, on a un des points de vue les plus agréables, sur la riche vallée et la riviere au bord de la quelle la petite ville de Macroom est située. On y apperçoit un vieux chateau qui était autrefois la demeure des souverains du pays : il sert à présent de caserne pour les troupes qui sont en garnison dans cette ville. La vie de Juif-Errant me convenait si bien, que quoique je fusse presque tous les jours mouillé jusqu’à la peau et que je fatiguasse souvent comme un beau diable, j’engraissais à vùe d’œil. Tantôt bien, tantôt mal, je savais jouir de l’un sans me désespérer de l’autre. Me laissant guider par une bonne providence, j’avais mis les peines et les soucis de ce monde entièrement de côté. Mon bagage en sautoir, où dans ma poche, j’allais, je courais, j’éxaminais : la nature s’offrait à moi sous toutes les formes : de nouvelles scênes m’occupaient et m’instruisaient. Avant la révolution, je n’étais habitant que d’un petit coin de terre : l’émigration m’avait rendu citoyen de l’univers, le monde entier semblait m’appartenir."


Ail places, that the eye of heaven visits,
Are to a wise man, ports and happy haven.
. . . . . . . . Now, no way can I stray,
Save back to (France) all the world is my way.


Après tout, il était fort simple que mon voyage me rendit la santé plus vigoureuse, car au bout du compte, la fatigue que je prenais était assez modérée. Par le grand nombre de lettres de recommendations que j’avais, j’étais presque certain de trouver le soir a good quarter. J’allais littérallement de maisons en maisons, d’où c’était souvent avec peine que je parvenais à m’échapper le troisieme eù le quatrieme jour, et si j’eusse cru plusieurs des personnes chez qui j’ai été, j’aurais fini ma promenade chez elles. Quoique cela puisse sembler préférable à bien des gens, que de courir le pays, je n’étais pas Breton pour rien : j’étais déterminé à poursuivre avec persévérance le fameux projet et j’allais. . . .

Je me rendis à Dunmanaway par les montagnes, qui sont des plus sauvages ; je traversai d’abord un large marais, qui n’est formé dans cette belle vallée, que parce que la riviere qui le traverse n’a pas de lit. L’on voit de distance en distance de petites isles assez fertiles, qui prouvent que rien ne ferait plus aisé que de le déssécher entièrement. Si l’on jettait dessus quelques grenouilles hollandaises, ce ferait bientôt fait.

J’entendis d’abord des cris et bientôt j’apperçus une grande quantité de gens assemblés sur le chemin : je ne pouvais guères imaginer ce que ce pouvait être, mais étant plus près, je découvris que c’était un enterrement ; c’est une des premieres fois que j’aye été témoin de cet usage singulier ; les femmes crient en chorus les unes après les autres, hu lu lu, pleurent à chaudes larmes, s’arrachent les cheveux et se jettent dessus la bierre. On les croirait fort affligées, point du tout, elles croyent remplir un devoir et tout mort qui passe devant leur porte peut s’attendre à la même désolation ; lorsque ces bonnes femmes en ont fait assez, à ce qu’elles pensent, pour satisfaire les mânes du défunt, elle se retirent et sont aussi joyeuses qu’auparavant ; si un voisin où la plus légere connaissance, négligeait de paraitre à l’enterrement, sans donner de bonnes raisons pour son abscence cela ferait la cause de haines interminables dans la famille. Ce pille-lu ou hu lu lu, semble avoir quelque rapport à l’ullulatus des Romains et autres cris funebres de plusieurs anciennes nations ; la maniere dont on le prononce, m’a aussi donné l’idée, qu’il pouvait bien être une représentation du de profundis, que les prêtres chantent dans les pays catholiques, en conduisant un mort en terre, cérémonie, dont le peuple d’Irlande est privée, et dont peutêtre il se rappelle. Je n’imagine pas, qu’il fut possible au milieu des cérémonies funèbres de la religion catholique de pousser de tels hurlemens, sans déranger la pompe et empêcher les prêtres de faire leur besogne.

Je passai auprès d’un de ces forts ronds, qui sont si communs en Irlande et que l’on attribue communément aux Danois. Je pense que les Danois en ont fait quelques uns, mais que le grand nombre était simplement la demeure de quelques chefs où roys du pays On appelle celui-cy, gragan re, qui veut dire (je crois) le palais du roy (re, pour le roy, est encore Italien.) Les habitans les appellent RathLiss ; je ne suis pas assez versé dans la langue du pays pour en savoir la différence, qui je crois, ne vient que de leur position : ainsi l’on peut être sùr que toutes les villes, dont les noms commencent par Rath où Lifs, comme Rathdrum où Lissmore, avaient de telles fortifications, où pour mieux dire, que la ville a commencée dans leur enceinte. Ces forts sont, tous construits sur le même plan, parfaitement ronds avec un double fossé et dans tous ceux qui sont un peu considérables, on a trouvé, lorsqu’on s’est donné la peine de le chercher, un souterrain haut de quatre, à cinq pieds, dont le sommet est supporté par de longues pierres plates qui le traversent. Je suis entré dans plusieurs et je les ai toujours trouvé parfaitement secs, avec communément une petite fontaine dans le milieu. Ils sont toujours fait en Z, et ont deux entrées, dont l’une est dans l’enceinte et, l’autre dans le premier fossé. L’usage de ces soutérrains a fort embarrassé les antiquaires ; ils ne pouvaient pas servir de logemens où de casemates ; ils sont trops bas et trop etroits ; on a prétendu qu’on y mettait les bestiaux : quoique j’en aye vu un assez large, pour engager les vaches et les moutons à s’y retirer pendant la chaleur du jour, il est peu probable que ce fut leur usage : leur sécheresse me ferait croire que les habitans y déposaient leur provisions et dans le cas, où le fort était surpris par l’ennemi, ils avaient par le souterrain un moyen de se sauver sans être apperçu.

Je vis sur la route une de ces Ecolles dont les Anglais prennent tant de plaisir à se moquer et qu’ils appellent School Hedges : ce n’est autre chose que ceci ; parmi des paysans aussi pauvres, il est fort naturel de penser, qu’ils ne bâtiront pas une belle maison pour leur école, en conséquence ce n’est communément qu’un miserable toit sans fenetre et dont l’étage n’a pas beaucoup plus de cinq pieds de haut. On doit sentir que les enfans et le maitre s’y trouvent fort mal à leur aise ; quand le temps le permet, ils s’établissent sous un arbre où sous une haye et le maitre donne sa leçon en plein air. Quand à moi, il me parait tout aussi bon de donner où de recevoir une leçon en plein, air que dans une écolle empuantée, mais ce n’est pas l’usage en Angleterre.

J’arrivai enfin à Dunmanaway où je fus accueilli par Mr. Cox ; il est peu d’homme qui ait plus fait pour l’amélioration de son pays et c’était bien nécéssaire dans ce coin recullé, qui avait toujours été négligé. Il encourage dans sa ville les manufactures de toute espece, en donnant aux ouvriers de longs baux, à un prix tres modéré et leur fournissant les moyens de se défaire de leur ouvrage ; il desseche les morasses, cultive les terres et plante des bois ; il a aussi presqu’entierement rebâti la petite ville : il n’est pas le moindre doute que ces différentes choses finiront par être tres profitables ; pourquoi donc si peu de propriétaires n’entendent ils pas assez leurs intérêts pour placer leur argent de cette maniere ? les manufactures de callico, une espece de toile, de coton sont les plus nombreuses. On y fabrique aussi quelques toiles, et en dépit de Mr. Arthur Young, je suis loin de croire, qu’autant vaudrait introduire la peste dans le sud de l’Irlande que la culture du Lin.

Il y avait alors dans cette petite ville deux cents officiers républicains, prisonniers sur parolle ; je fus bien aise d’avoir cette occasion de connaitre quelle espèce d’hommes ils pouvaient être. Je dinai chez Mr. Cox avec deux eu trois, qui étaient assez polis. J’apperçus avec un sensible plaisir que cet enthousiasme farouche, qui distinguait les partizans de la révolution à son commencement, ne les possedait plus. Un rapprochement heureux d’opinions me sembla éxister : ils me parurent soutenir le gouvernement éxistant, parce que premièrement il faut vivre et que de plus quelques uns y avaient été obligés : j’en crus voir qui le méprisaient, j’entendis même ces propres mots, " vaut mieux un que sept cents, c’est trop de bouches à remplir. "

L’on peut voir dans ces opinions, qui sont certainement connues du gouvernement, la cause véritable de la continuation de la guerre. Que ferait-on de cette foule de soldats après la paix ? il faudrait les nourrir et peutêtre les combattre ; or les victoires et les défaites, en envoyent beaucoup dans l’autre monde : de plus en continuant la guerre, le gouvernement républicain affaiblit considérablement ses voisins et lorsqu’on fera la paix, car il faudra bien que cela finisse par là, les nations voisines feront si épuisées qu’elles ne penseront de longtemps à le troubler dans ses opérations, qui seront devenues infiniment plus aisées par la disparition des trois quarts des soldats.

Je remarquai cependant parmi eux une fureur aveugle et point raisonnée contre les Emigrés ; on les accuse de bien des choses aux quelles ils n’ont jamais pensé ; on leur reproche surtout de porter les armes contre la France. Comme si la plupart des Emigrés après la premiere campagne, n’avaient pas été obligés de se soumettre à une requisition plus despotique encore que celle de Robespierre, la requisition du besoin, qu’ils ne pouvaient éviter comme celle de France, en se cachant dans les caves. Mais enfin la paix, la paix ... un jour le malheur unira tout le monde et ne laissera à tous les partis que le pouvoir de pleurer sur les maux passes et de tâcher de réparer en commun ce que la division et la fureur ont fait detruire ! Dieu le veuille ! mon seul souhait est de voir un jour cette réunion s’accomplir. En attendant, la plupart des officiers et soldats républicains combattent pour la république, parce qu’ils qu’ils l’ont déjà fait et qu’elle est victorieuse, et ils haïssent les émigrés sans trop savoir pourquoi.

Un d’eux qui me parlait des finances de la république, me dit qu’effectivement, elles étaient fort malades, mais, ajouta-t-il, la Hollande, l’Espagne, l’Italie, notre saint Pere le Pape, et une partie de l’Allemagne ont déjà eu la bonté de venir à notre aide, et nous espérons qu’avant peu l’Angleterre elle-même aura pitié de nous et nous fera la même grace ; ... ces Messieurs badinent.

Mr. Cox est un homme généralement réspécté dans le pays, et sa bonhomie est bien faite pour le faire aimer de tout le monde -, j’en ai vu un trait assez original. Le ministre de la paroisse vint se plaindre à lui, que tous les jours on lui volait des navets dans son champ ; " et à moi aussi," dit Mr. Cox, " eh bien, dit le Ministre, joignons nous ensemble et poursuivons les malfaiteurs ! " oh ! dit l’autre, c’est trop fort, mais ecoutez il n’y a qu’à semer de l’arsenic parmi les navets et nous saurons bien ainsi, qui est le voleur ; " mais nous serons des premiers à nous en ressentir " s’écria le Ministre, " en ce cas, dit Mr. Cox, réstez donc tranquilles, et laissez comme moi, les pauvres vous manger quelques misérables navets, sans faire de bruit ; " la colere de l’homme évangélique à ce propos, ne se peut comparer qu’aux ris des assistans.

Les Lords Lieutenants d’Irlande, comme je crois l’avoir déjà dit, ont le droit de créer chevalier qui il leur plait, Ils en ont quelques fois fait une plaisanterie assez mal placée, à ce que je pense. Le duc de Rutland, après avoir un peu bù, fut si charmé d’un certain aveugle, joueur de cornemuse, qu’il lui ordonna de se mettre à genoux et le créa Chevalier avec l’épée et l’accollade. Cet homme depuis ce temps se nomme Sir Denis * * *, il continue cependant son premier métier et va jouer dans les maisons pendant le diner, c’est un homme vraiment habile sur son instrument, dont j’avoue à ma honte que je ne suis pas grand amateur.

On m’a aussi rapporté que Lord Townshend, dans une de ses courses dans l’Irlande, s’arrêta une nuit dans un cabaret, où il fut fort surpris et charmé de trouver de bon claret dont il but copieusement, aprés quoi il fit boire son hôte avec lui et enfin finit par le faire chevalier sous le nom de Sir Thomas * * *. Au matin à ce que j’ai entendu dire, se rappellant ce qu’il avait fait la veille, il appella son hôte et lui dit " on a fait quelques folies, hier après souper, vous n’en tiendrez compte, j’espere ? " " Mon seigneur, dit le bonhomme, quant à moi cela m’est bien égal, mais je m’en vais consulter ma femme à ce sujet. " La réponse de sa femme fut, dit-on, " I did never hope to be a lady, but since fortune has made me one, I shall be so all the days of my life " et éffectivement, on l’appelle encore Milady, et son mari Sir &c.

A travèrs un pays assez sauvage, je me rendis de là à Bantry, et je fus me présenter chez Mr. White, où je fus reçu avec l’hospitalité la plus aimable. Bantry est une pauvre petite ville située au fond de la superbe baye de ce nom, qui vient dernierement de tant faire parler d’elle, par l’apparition de la flotte Française ; La baye de Bantry peut avoir près de quarante milles Anglais de long, sur quinze à vingt de large ; elle est partout très profonde, mais éxcépté près de la ville, elle est entourée d’un pays stérile, montagneux et pleins de rochers, au milieu desquels cependant on trouve de tems à autres des positions charmantes ; Mr. White eût la bonté de me conduire dans son bateau au port de Glangariff entre Bantry et l’isle de Bear, à-peu près à égale distance ; il n’est rien d’enchanteur comme ce petit coin recullé : le port qui est une branche de la baye, est semé de rochers qui sont couverts d’arboisiers et de plantes de toutes éspéces ; je me rendis avec lui dans l’intérieur des terres, à une petite maison, qui lui appartient, et je vis avec surprise la vallée la mieux boisée et la plus romanesque au milieu des rochers et des montagnes arides ; les plantes croissent avec tant de vigueur que j’ai vu d’assez gros chênes où arboisiers, croitre dans la crevasse d’un rocher, où on n’aurait pu faire entrer le doigt ; il faut qu’ils tirent toute leur subsistance de l’humidité de l’air.

Entre Glangariff et Bear baven, on voit une cascade très élevée qui tombe presque perpendiculairement, d’une hauteur prodigieuse de la montagne que l’on appelle, the hungry Hill, la montagne affamée, non sans raison ; l’isle de Bear, où les Français se sont arrêtés quelques jours, est à l’embouchure de la Baye et quoique assez large, elle est peu habitée. Ce n’est qu’une masse de montagnes et de rochers. Whiddy est une autre isle au fond de la baye, pas si large à beaucoup près, mais très productive et où se trouve le meilleur terrain du pays. On y voit dans différents endroits, des murailles que l’on avait érigées afin de s’en servir pour tirer de l’huile des Sardines, qui fréquentaient autrefois cette baye ; on a remarqué qu’elles ont cessées d’y paraitre après le combat naval, qui s’y donna entre les Français et les Anglais sous le regne du Roy Guillaume trois ; à présent on n’en voit plus du tout et ce poisson est presque entièrement inconnu en Angleterre où en Irlande, même par son nom Anglais de Pilchard.

Le cap Clear, le point le plus au sud de l’Irlande, n’est qu’à une vingtaine de milles de Bantry, mais comme il m’eut fallu revenir sur mes pas et qu’au fait, il n’a rien de bien remarquable, je me dispensai d’y aller. Je n’ai jamais été si près du pays de ma naissance, depuis l’émigration fatalle. Je songeais que dans un ou deux jours, avec un bon vent, j’aurais pu débarquer sur ma terre et calmer les angoisses de mes parens ? aurais-je jamais pu croire, que mes compatriotes dussent un jour me regarder comme leur ennemi.. leur ennemi, moi ? non, non, jamais ; je puis blâmer, détester même leurs atrocités : je puis souffrir de leur folle rage ; je serai vagabond, misérable, sans une pierre où reposer ma tête ; La France sera toujours la France pour moi. Ce sera toujours vers mon pays natal, que mes idées se tourneront jusqu’au dernier jour de ma vie ; mes souhaits les plus ardens seront pour son bonheur et le pardon total des maux dont les crimes de quelques individus l’ont rendu le théatre . .

Je quittai bientôt avec regret l’asyle hospitalier, où j’avais passé trois où quatre jours agréables ; ce fut pour moi un chagrin cuisant de tourner le dos au sud et de me diriger vers le nord, mais enfin la terre manquait .. . je fus bientôt rendu au sommet de cette haute montagne, qui est la seule approche de Bantry du côté de l’ouest, et que l’on a nommé the Priest Leap ; la tradition des bonnes femmes du pays à ce sujet, est qu’un Saint prêtre, venant du Comté de Kerry à Bantry pour visiter un malade, apprit au sommet de cette montagne qu’il était mourant. Craignant alors d’arriver trop tard pour lui donner son passeport pour l’autre monde, il se mit en priere, et tout-à-coup sauta à pieds-joints du sommet de la montagne, à la distance de plus de cinq milles.

On montre encore près de la ville, un rocher sur lequel il tomba et où l’on vous fait voir l’empreinte de ses genoux, de ses doigts et de son nez. assurément c’est positif, et cependant je crains fort qu’il n’y ait quelques hérétiques endurcis dans le monde, qui feront semblant de n’en rien croire, tant le cœur humain est perverti ! Si les républicains s’étaient avisés d’un pareil saut à rebours, où en serait l’Irlande à présent ! cependant je crois fermement qu’à moins de cela, ils auraient eu de la peine, à faire grimper leurs bagages et leurs cannons au sommet de cette montagne, et ensuite à traverser vint cinq milles Irlandais d’un pays aussi sauvage et par des précipices aussi horribles, qu’aucuns de ceux que Milton, s’est amusé à nous représenter dans la demeure de Lucifer ; il n’y a je crois guères que l’Escalier et le Tourne bride du diable en Ecosse, qui y ait quelque rapport ; car ce que l’on attribue au diable dans le pays des Cakes, on en fait l’hommage aux prêtres dans celui des potatoes.

________


KILLARNEY ARDFERT LE SHANNON.



APRES avoir voyagé une douzaine de milles, dans ces montagnes arides et presqu’absolument désertes,la vue est tout-à-coup flattée par l’apparence d’une petite vallée cultivée, autour du village de Needen ; Le conducteur que j’avais avec moi pour ramener mon cheval, n’avait jamais passe par ce chemin ; il avait paru fort triste au milieu des montagnes, mais en voyant ce coin de terre, il s’écria tout-à-coup, ah ! au moins, ceci a l’air d’un pays naturel.

On a dernierment donné le nom de Kinmare town, au village qui est situé dans cette vallée par politesse pour Lord Kinmare : car dans ce pays comme dans la Grande Bretagne, plus que partout ailleurs, on est très poli pour les gens riches. Un où deux milles avant d’arriver dans cet endroit, on voit dans les tourbes à une centaine de pas du chemin, un rocher isolé ; il peut avoir trente pieds de haut et entre quinze et vingt sur chaque faces ; il forme ainsi une circonférence de plus de soixante pieds : il est d’une pierre absolument différente à celle de ce pays et dont on ne trouve de pareil que de l’autre côté de la riviere.* C’est un bloc énorme de pierre à chaux que quelque convulsion de la terre à jetté à plus de quatre milles de l’endroit d’où il a été arraché. Je m’en


  • Il est assez singulier que presque par toute l’Irlande, les pierres d’un côté d’une riviere soient d’une nature différente que celles de l’autre. La pierre à chaux par exemple, se trouve d’un côte de la Suire et point de l’autre : de même a Cork, à la riviere Kinmare au Shannon, et à la riviere de Galway, &c.

suis approché, j’en ai fait le tour et je suis même monté dessus avec assez de peine ; on-y avait bâti autrefois une petite tour, dont on voit encore les ruines. Il est couvert de plantes de toutes espèces, de petits arboisiers, de houx, d’ifs &c. pendant que la tourbe qui l’avoisine, ne produit que de la bruyere.

Les habitons du pays prétendent que c’est un certain géant, dont j’ai oublié le nom, qui s’est amusé à porter ce bloc de pierre à chaux, au milieu du granit, et un pareil bloc de granit au milieu de la pierre à chaux de l’autre coté de la riviere où il y a effectivement un bloc pareil : c’est un passe tems allez original . . . On ne saurait expliquer ce phénomène que par une convulsion de la terre ! mais quelle explosion, que celle qui serait capable de lancer à cinq où six milles une pierre pésant plus d’un million de livres.

La large baye, que l’on appelle riviere Kenmare, a de cet endroit un coup d’œil imposant ; deux péninsules se rapprochent dans le milieu et forment ainsi un asyle sùr pour les vaisseaux : il n’est pas de pays au monde si bien pourvu de bayes profondes et sùres que le sud de l’Irlande ; cela m’a fait penser, à l’attention singuliere que l’on avait pour les républicains, de leur procurer un renfort et des guides dans le pays aussitôt après leur débarquement, en plaçant deux cents officiers, prisoniers sur parole à Dunmanaway et quinze à dixhuit cents soldats où Matelots, à Kinsale.

A peine a-t-on quitté le misérable village de Kenmare que l’on se retrouve encore dans des montagnes, un peu moins sauvages cependant, que celles que je venais de passer ; lorsqu’on est le plus oppréssé de cette continuité désespérante de pays sauvage au milieu des montagnes arides, en sortant d’un passage étroit au pied de Mangerton, on découvre tout à coup le Lac charmant de Killarney : l’impréssion, que me fit la vue ravissante de ses nombreuses isles et de ses bords cultivés, ne peut gueres être comparée, qu’à la sensation dont jouit un malheureux qui quitte sa prison et revoit enfin la lumiere du jour ; je poursuivis ma route tres lentement, ne sachant trop quel objet admirer le plus, des hautes montagnes couvertes de bois, de la belle piece d’eau qu’elles ombragent, des isles, de la péninsule qui la sépare en deux, où du beau pays qui la joint au nord.

Je fus enfin me présenter chez Lord Kinmare, et passai huit jours tres agréables dans sa maison, pendant lesquels je fus de plusieurs parties sur le lac : je crois pouvoir détailler quelques unes des beautés, que l’homme le plus indifferent ne saurait s’empêcher d’admirer.

On se rend communément à deux milles de Killarney, a l’isle de Ross qui est la plus grande du lac et n’est séparée du rivage, que par un ruisseau assez étroit, sur lequel il ya un pont. On voit dans cette isle le chateau du Prince O’Donoghue, à qui ce pays appartenait dans l’ancien tems et que les habitans croyent encore voir se promener à cheval sur les eaux, un certain jour de l’année.

Suivant la côte de l’est, on voit d’abord la presqu’isle de Muccruss, qui est un des plus beaux lieux que j’aye vu par le mélange singulier de bois et de plaines, elle s’allonge en replis tortueux dans un espace de près de deux milles.

Les ruines vénérables de l’Abbaye, inspirent un sentiment d’horreur religieuse que l’on se plait à entretenir ; l’If qui est placé au milieu du cloitre le couvre entierement de ses branches et laisse à peine passer quelques rayons de lumiere, sur les tombes et les ossemens qui sont au pied. Les habitans sont persuadés que le mortel téméraire qui oserait le couper, où même le pèrcer périrait immanquablement dans l’année. Ils ont la dévotion la plus grande au saint du lieu et ils y viennent faire des pélerinages et des pénitences, qui, ici comme ailleurs en Irlande, consistent à faire le tour des bâtimens un certain nombre de fois, en récitant des prieres.

Ils enterrent aussi leurs morts dans cet endroit et les y apportent quelques fois, d’une distance prodigieuse ; ils ne les enterrent jamais qu’au sud et à l’est de l’Eglise. Le nord est communément réputé le côté du diable et l’ouest est réservé, pour }es enfants morts sans baptême, pour les soldats et pour les étrangers ; ils regardent comme une impiété scandaleuse de transporter les débris des cercueils ; il y a dans cette abbaye deux larges voutes qui en sont entièrement remplis : quant aux ossemens il les laissent épars ça et la, où la beche du fossoyeur les a placé, mais pour rien au monde ils ne voudraient les toucher. Dans un coin au dehors de l’Eglise, il y en a une pile hideuse jettés sans ordre. Quoiqu’à la réformation, les gens riches se soient partagés les dépouilles des Abbayes, ils n’ont dans aucun endroit, osé se permettre de déplacer le cimetierre ; c’est toujours autour des ruines de la vieille Eglise que les paysans veulent être enterrés et il n’y a aucune raison qui put les en empêcher ; on a souvent cherché ici à désigner un autre endroit pour la sépulture, mais on n’a jamais pu y réussir. Cependant ce serait une chose fort nécéssaire, car en outre qu’il y a, au dessus du roc, à peine assez de terre pour couvrir les morts, le cimetierre est si plein, qu’il semblerait à propos de n’y pas toucher pour quelque temps. Cela ne les inquiète guères, les morts d’un an où deux, font place à ceux du jour et j’ai vu dans cette horrible large voute plus d’un crâne, encore couvert de cheveux.

Il y a quelques années qu’un homme d’assez bonne mine s’établit dans une des chambres ruinées de cette Abbaye. Il fit son lit avec les planches qui avaient servies aux cercueils et le plaça dans l’embrasure de la fenêtre, qui était le seul endroit couvert dans la chambre : il s’acquit bientôt une réputation de sainteté singuliere, les paysans lui apportaient des vivres et les gens riches l’invitaient quelques fois à leur table, où il se comportait avec les manieres d’un homme accoutumé à la bonne compagnie. Lors qu’on lui demandait la raison de sa pénitence, il répondait " qu’il n’en pourrait jamais faire assez pour expier ses crimes. " C’était un bel homme et l’on m’a rapporté que s’appercevant qu’une dame le fixait avec attention. " Prenez garde à ces yeux : dit il ils ont fait bien du mal. " Il a demeuré à-peu-près deux ans dans cette solitude mélancolique et a enfin disparu. On a formé bien des conjectures sur ce qu’il pouvait être et on a fait bien des histoires sur sa conduite pendant son séjour à Muccruss, mais au fait ce ne sont que des rapports, sans doute peu fondés.

La presqu’isle de Muccruss, sépare en deux, le lac de Killarney : celui qu’elle forme est petit et augmente par sa diversité la beauté du lieu. On suit de là, le courant de la riviere qui vient du lac supérieur. Dans un certain endroit des montagnes que l’on appelle, Nid des Aigles, parce qu’effectivement on y voit toujours quelques Aigles voltiger, on amuse les curieux par la répercussion extraordinaire d’un écho qui ne se répète pas comme les autres, mais cesse pendant quelques temps et ensuite fait entendre au loin le coup de canon, comme le roulement du tonnere. Les bords de la petite riviere, que l’on remonte pendant quatre ou cinq milles avant d’arriver au lac supérieur, sont tres intérréssants et ce lac offre un contraste parfait par les hautes et sauvages montagnes qui l’entoure, avec le lac inférieur dont les bords sont tres cultivés.

On fait ensuite descendre par la riviere, dans le lac inférieur et l’on vous mene voir la cascade d’O’Sullivan au milieu du bois, puis l’on vous ramène avec la musique à Innis Fallen, une isle charmante où il y avait autrefois, une Abbaye ; elle appartient au Lord Kinmare et quand on est assez heureux pour se trouver d’une des parties qu’il fait souvent sur le lac avec Milady, après avoir admiré les beautés de la nature, on se voit ici obligé de rendre hommage à leur politesse et à leur aimable hospitalité.

Il y a quelques cerfs dans les bois et quelques fois on en lance un dans les montagnes, qui, après maints détours, finit enfin par se précipiter dans le lac, où les bateaux et les chiens le suivent et le forcent à débusquer des isles où il aborde.

Des compagnies nombreuses se rendent de toutes parts en Irlande, pour voir ce beau lieu, mais elles n’y séjournent que le temps nécéssaire pour voir le lac. On devrait tâcher de les fixer dans le pays par quelques amusemens, ou par des Eaux minérales ; ces dernieres surtout, en augmenteraient beaucoup la richesse et je ne crois pas que l’on put trouver d’endroits plus convenables pour rétablir une santé délabrée. Il y a une fontaine excéllente d’eau minérale dans le parc de Lord Kinmare : malheureusement, il n’a pas encore pris la fantaisie aux disciples d’Hipocrate, d’en vanter les bonnes qualités : cela viendra avec le temps. La ville est assez jolie, elle parait être nouvelle et est bâtie à-peu-près dans la forme d’un T.

Me promenant un matin d’assez bonne heure j’entendis des gémissemens épouvantables venir d’une maison. Conduit par un instinct naturel et par la curiosié, j’entrai et me trouvai dans une chambre au milieu d’une cinquantaine de femmes, qui criaient et pleuraient à chaudes larmes sur une bierre découverte, où l’on voyait la figure pâle d’un vieillard, mort depuis deux jours. Il y en avait surtout quatre, qui se lamentaient plus haut que les autres, tiraient leurs cheveux et embrassaient souvent le pauvre mort. Je remarquai qu’au-bout d’un quart d’heure, lorsqu’elles se trouverent fatiguées, elles passerent dans une chambre voisine, et furent remplacées par quatre autres, qui commençerent bientôt ellesmêmes à crier, à pleurer et à se déséspérer, jusqu’à ce qu’enfin les premieres s’étant remises et ayant avallé un grand verre de whisky, pour pouvoir crier et pleurer avec plus de courage, elles revinrent prendre leur place et les autres furent se reposer.

On appelle ces sortes d’assemblées wakes, et tout paysan qui meurt, est sur d’avoir jour et nuit jusqu’au moment de son enterrement, tous ses amis et ses connaissances dans sa chambre, criant, pleurant, chantant ses louanges en vers Irlandais impromptu et buvant à sa santé. C’est un usage assez couteux, mais dont le plus pauvre ne peut se dispenser avec décence ; c’était encore plus fort autrefois, car par les loix de Bréhon, un des rois Irlandais, la quantité de boisson et de viande était reglée suivant le rang de la personne morte, pour prévenir les excès et empêcher les familles de se ruiner, en tâchant de se surpasser les unes les autres. Ceci explique parfaitement la réponse de cette bonne femme qui venait de perdre son mari et à qui l’on reprochait de n’avoir pas envoyé chercher le Médecin. " Oh ! dit elle " j’ai crue que c’était déja beaucoup, pour une pauvre femme comme moi de faire les frais de son enterrement."

Dans le fait, je pense que la pauvre bonne femme avait bien raison ; le Médecin est pour le riche, une espèce de Moraliste qui l’engage à modérer ses passions et à réparer par la diette, les éxcès qui sont la cause de son mal ; mais pour le pauvre paysan qui n’a jamais fait d’excès dans sa vie et dont le meilleur reméde, serait peutêtre quelques alimens nourrissans, de quelle utilité pourraient lui être ses avis. S’il guérissait de son mal, il lui faudrait mourir de faim pour payer le médecin et s’il en mourait, sa femme aurait alors double dépence à faire.

Je fus témoin, d’une scêne assez originale quelques jours après ; entendant la cloche d’enterrement, je me rendis sur le passage, pour observer comment les choses se passeraient ; c’était une pauvre femme que l’on portait à sa derniere demeure : le cerceuil était comme à l’ordinaire, entouré d’un nombre prodigieux de femelles, qui pleuraient et chantaient leur ululu en chorus : les hommes les regardaient avec assez d’indifférence ; lorsque la funéraille fut arrivée à la tête du T, la dispute la plus singuliere s’éleva tout-à-coup, entre le mari et le frere de la défunte ; un des chemins conduisait à l’abbaye de Muccruss, où était la sépulture de la famille du mari et l’autre à Aghadoe où était celle du frere ; celui-ci prétendait faire marcher le convoi de son côté, et le mari du sien ; les amis de deux partis tiraient la pauvre morte chacun de leur côté, mais voyant qu’ils ne pouvaient venir à bout de l’arracher des mains de leurs adversaires : d’un accord commun, ils déposerent la bierre dans la rue et commencerent un combat vigoureux, pour déterminer à grand coups de bâtons, de quel côté on ferait marcher la pauvre défunte ; j’étais alors avec le ministre de la Paroisse, Mr. Herbert, qui en était aussi le juge de paix, il s’élançat avec courage au milieu de la bagarre, saisit au collet les deux principaux combattans, et après quelques explications, il décida que le mari avait le droit de faire de sa femme ce qu’il lui plaisait même après sa mort ; Il le laissa alors aller, sans lâcher le beau frere, et le convoi marcha du côté de Muccruss. Je remarquai, que la bataille, aussi bien que l’explication qui s’en suivit, ne put arrêter les hurlemens des femmes, qui continuerent à se battre le sein, s’arracher les cheveux et crier hullulu comme si de rien n’était. Lorsque je vis le juge de paix s’élancer au milieu de la foule, j’avoue que j’imaginai que les combattans allaient le rosser d’importance ; comme étranger, n’ayant rien à faire là dedans, je montai sur un petit mur pour juger des coups plus à l’aise ; je fus bientôt désabusé : les paysans porterent le plus grand respect au magistrat et se soumirent très promptement à sa décision. C’était sans doute beaucoup mieux, et le magistrat avait fait son devoir, mais il me paraissait si drôle, de voir les gens se bâttre pour une femme morte, que je ne pus m’empêcher de regretter de voir l’affaire terminée de la sorte.

Je fus un jour sur le sommet de Mangerton, d’où l’on decouvre une très grand étendue de pays, quoiqu’il s’en faille beaucoup que cela approche de tous les royaumes de la terre ; la vue s’égare sur des montagnes arides, couvertes de petits lacs : celui de Killarney semble une jolie piece d’eau, au milieu de la quelle se replie en serpentant, la presqu’ile de Muccruss. Il y a un petit lac rond presque au sommet, qu’on appelle the devil’s punch bowl, où je bus à la santé du patron du lieu et à celle de ses enfans, c’est-à-dire, de la plus grande partie du genre humain, les jolies filles particulierement.

Comme cette ville est assez fréquentée en été, il y accourt des mendians de toutes parts : ils bâtissent de misérables huttes le long du chemin et importunent les passans : j’ai souvent pensé, que l’on pourrait aisément prévenir cette incommodité en établissant une petite maison d’industrie, où l’on put forcer les Mendians à travailler.

Il ne serait pas très difficile, de joindre le lac avec la mer par un canal, que l’on pourrait conduire dans la baye de Kinmare, ou en creusant le lit de la riviere dans celle de Dingle. Si l’on pouvait le faire aller à celle de Kinmare, cela vaudrait infiniment mieux ; elle est plus sûre et beaucoup plus profonde que celle de Dingle qui est sablonneuse ; d’un côté comme de l’autre, on n’aurait que sept à huit milles à creuser et cela donnerait beaucoup d’importance à la ville et au pays du voisinage, en y jettant quelque commerce.

Je m’accostai sur le chemin de Tralee, d’un homme qui me montra trois vieux chateaux, qui avaient appartenus à trois freres, qui étaient les maitres du pays et qui en avaient été chassés par les Anglais ; Je lui demandai pourquoi on les en avait chassé, " c’est dit-il, " qu’ils n’étaient pas les plus forts ! " Voila ce qu’on appelle un argument ad hominem.

Tralee est une assez jolie petite ville, et qui ne manque pas de commerce ; ses côtes, jusqu’au de là de Limerick, étaient autrefois la résidence principale des Danois qui ont laisse presqu’à tout pas, de ces forts ronds que les habitans appellent RathLiss : il y en a quatre, à deux cents pas l’un de l’autre, près l’embouchure de la riviere dans la baye de Tralee. Cette ville est assez fréquentée en été, par les baigneurs et les gens qui viennent boire les eaux minéralles à un mille où deux. Je me rendis de là à Ardfert, ou je fus me présenter chez le Doyen Mr. Grave ; j’en reçus comme à l’ordinaire, cette hospitalité charmante, qui me faisait oublier les fatigues de ma longue promenade. Ardfert était un Evêché autrefois, il est à présent uni à celui de Limerick ; il y avait autrefois un grand nombre d’établissemens eclesiastiques : les ruines de la vieille Cathédrale, sont ce qu’il y a de plus remarquables, quoique pas grand chose ; l’air y est, dit-on, fort sain : cela a engagé un chirurgien renommé du pays, à y choisir sa sépulture ; il est encore vivant et son épitaphe est sur sa tombe, comme s’il était déjà mort.

Il y avait autrefois dans le cimetierre de cette Cathedrale, une tour ronde très élevée et sans plus d’apparence de ruine qu’aucune autre, elle s’ecrasa sur elle-même, pour ainsi dire, il y a douze ou quinze ans ; Je dis s’écraser, parce qu’on devrait s’attendre qu’un bâtiment pareil devrait naturéllement tomber de côté: mais au contraire, les pierres tomberent dans l’intérieur et formerent une grosse masse sur l’endroit même où la tour était avant.

Je fus voir près d’Ardfert, les ruines vénérables d’une Abbaye de Cordeliers, où passant sur les débris épars, je fus admis dans la présence des deux femmes les plus aimables et les plus jolies de l’Irlande, Lady Glandore et Mrs. Woodcock, qui avaient résolu de faire au monde la malice de s’en éloigner pour plus d’un an ; je ne sais si c’est le bon éxemple qui me séduisit dans ce moment, mais j’avoue que je n’eus de ma vie, si grand désir de me faire aussi Hermite.

Il y a à quelque distance, une de ces saintes fontaines, autour des quelles les habitans vont faire leur dévotion ; celle-cy est tres fameuse et ils s’y rendent loin. Ils prétendent qu’elle guérit de tous les maux ; leur dévotion consiste à en faire le tour nuds pieds sept à huit fois, en récitant des prieres, à s’agenouiller chaque fois devant une pierre noire, qui semble avoir été une pierre de tombe et à frotter sa main sur trois têtes qui y sont gravées : elles sont presqu’usées, à force d’avoir été frottées et baisées. Ils passent ensuite la main qui a touché la pierre, sur la partie du corps qui leur fait mal, boivent un grand verre d’eau et se lavent les pieds dans le courant : on plonge aussi les enfants jusqu’a sept fois dans l’eau froide : j’ai vu des gens assez bien mis, faire ces cérémonies comme les autres : j’y ai vu même une jeune personne tres jolie, baiser de toute son ame ces villaines têtes noires ; je ne pus m’empêcher de penser que j’aurais, j’imagine, été un beaucoup meilleur médecin, si elle eut voulu me faire la révérence.

Cette fontaine est tres renommée dans le pays, et lorsque les protestants mêmes, qui sont fort rares par ici, ont fait en vain tous les remèdes, les bonnes femmes les engagent à essayer la fontaine : ils y viennent et sont les mêmes simagrées que les autres. La plupart des paysans cependant, y viennent plutôt poussés par des motifs d’insouciance où par l’espoir d’y trouver leurs amis, que par dévotion ; il y en avait un que j’avais vu ailleurs ; je m’informai de lui, à quoi l’eau de la fontaine était bonne ? il me répondit, " qu’il n’en savait rien," et comme alors je lui demandai, pourquoi il avait fait la performance ? " pour faire comme les autres, dit il, and to see the women." C’est en effet à ces fontaines que grand nombre de mariage s’arrangent. C’est en vain que le prêtre de la paroisse a dans bien des endroits déffendu d’y venir ; le peuple suivait cette coutume longtemps avant l’établissement du christianisme et ne veut pas s’en défaire.

Dans le fait, il n’est rien de plus innocent, que de se promener autour d’une fontaine en récitant des oremus et de boire ensuite un verre d’eau ; je suis même convaincs, que cela peut être tres utille à la santé des pauvres femmes, en les forçant à faire quelque éxercice et à se nettoyerv: si on pouvait même les engager à ne s’en pas tenir aux jambes, cela serait encore mieux. Mais pour cela, il faudrait qu’il y eût des fontaines où les femmes et les hommes fussent admis séparément et alors elles deviendraient bientôt négligées. La seule chose donc, que puisse faire le prêtre, c’est de mettre de l’ordre dans ces assemblées et d’empêcher par ses exhortations, qu’il s’y passe rien d’indécent ; c’est à quoi celui de cette paroisse a parfaitement réussi. Les bonnes gens y viennent le samedy matin et leurs dévotions sont finies vèrs les deux heures : alors le cantien calle, s’aproche de la bonnie lassie et la reconduit chez sa bonne femme de mere cracking, tout le long du chemin.

Tout le monde à-peu-près, est Catholique dans cette partie : ils s’accommodent assez bien entre eux, le peuple va à la messe et le ministre prêche et édifie sa famille, sans que ni les uns ni les autres, paraissent s’inquiéter de quelle religion ils sont le reste de la semaine, à moins que ce ne soit pour payer ou recevoir les dixmes. Je fus le dimanche a la chapelle Catholique. Les femmes sont toujours séparées des hommes à l’Eglise : il semblerait que ce soit pour les empêcher d’avoir des distractions. Le prêtre tint au milieu de l’office un long discours en Irlandais, dont il traduisit ensuite la principale partie en Anglais : il envoyait tout droit à tous les diables (quoiqu’en termes couverts) tous ceux qui pourraient avoir l’infamie de ne pas lui payer ses droits de pasteur.

Les prêtres ont le plus grand pouvoir sur leurs gens : ils sont en quelque façons les grands juges du pays et reglent toutes les affaires, qui ont rapport aux mœurs et à l’honnêté avec une précision singuliere : ils excomunient un paysan et l’obligent à sortir de la paroisse: il faut bien prendre garde de leur déplaire et surtout leur payer bien éxactement leurs petits droits. Le gouvernement savait parfaitement que les pretres avaient leurs gens dans la main et cependant il s’en était fait des ennemis en les traitant mal. Ils conduisent les paysans et en font ce qu’ils veulent ? Eh bien gagnez les à vous, et vous aurez tout le peuple. Je suis bien convaincu qu’une douzaine de bénéfices en faveur des prêtres Catholiques à la disposition du viceroi, les rendrait bientôt tout aussi souples, aussi courtois et aussi attentifs à plaire, que leurs très chers freres en Dieu, les ministres et les Evêques de l’Eglise protestante.

Les Eglises sont toutes placées de l’Est, à l’Ouest ; lorsque le prêtre est à l’autel, il regarde toujours l’Est. Il est fort singulier, que ceci soit un usage général par toute l’Europe, même pour les Eglises Lutheriennes et qu’il n’y ait peutêtre pas une personne sur mille, qui en ait entendu parler. Je me rappelle parfaitement bien qu’en France, toutes les anciennes Eglises sont bâties de cette maniere, et je ne l’avais jamais remarqué : il est vrai que les nouvelles étaient souvent placées indifferemment, mais cependant encore, dans le grand nombre, la porte est à l’Ouest et l’Autel à l’Est.

C’est une coutume introduite dans le monde, longtemps avant l’établissement du Christianisme et qui est suivie encore à présent, par presque tous les peuples de la terre. On donne pour raison que la religion Chrétienne a d’abord pris naissance à l’est de l’Europe, et que c’est une marque de respect pour les lieux où s’était opéré ses premiers mysteres. En ce cas les Chrétiens qui se trouvent en Perse, doivent donc regarder l’Ouest. Je croîs qu’on a bien pu se servir de cette raison pour sanctifier la coutume, comme les Mahométans qui regardent aussi l’Est, par respect pour la ville de Mahomet (la Mecque.) Quoique je ne fois pas en état d’en donner la raison je ne pense pas, que ce soit là la véritable. Je croirais plutôt, que ce serait un hommage universel que les humains rendent au soleil levant, comme le symbòle de la divinité.

Le voisinage de la baye platte et sablonneuse de Ballyheigh attire quelques personnes à Ardfert pour y prendre des bains de Mer ; on voit au milieu un rocher nud, qui ne produit pas même de la mousse et sur lequel cependant, un avanturier de ce pays, établit un douaire de deux mille livres sterlings par an, à prendre aprés sa mort par une femme riche qu’il épousait. Suivant le long de la côte et traversant une langue de terre assez peu fréquentée, mais où par le moyen de go whil an slee ac on se tirait d’affaire, j’arrivai enfin prés de Kerry Head à l’embouchure du Shannon.

Cette riviere est la plus considérable d’Irlande : les habitans ont pour elle, une vénération singuliere dont elle semble digne : on n’est jamais réputé bien Irlandais, qu’apres y avoir été plongé, et comme j’ai fort à cœur d’être toujours du pays dans lequel je me trouve, ce fut ma premiere opération. Elle a sept à huit milles de large à son embouchure. Les côtes sont bordées de rochers élevés et de caves profondes, dans lesquelles les vagues viennent se briser avec une fureur étonnante. On voit à quelque distance sur un rocher presqu’entièrement isolé, des restes de fortifications et même dans l’intérieur, les traces d’une petite ville ; on distingue les rues et les fondations des maisons : par leur formes étroites elles ne semblent pas avoir été plus larges que les cabanes ordinaires, quoique l’enceinte fortifiée, soit très considérable.

Suivant la côte, je passai le Cushin qui se jette dans le Shannon ; il prend sa source au pied d’un tertre, de l’autre côté duquel la Black Water coule et se jette dans le canal St. George à Youghall. Il n’y a point de pays au monde aussi bien situé pour le commerce et il n’y en a point non plus, où, avec un peu d’industrie, on put rendre les communications de l’intérieur plus aisées.

Lorsque le Canal Royal sera fini et que l’on aura ainsi joint le Liffey avec le Shannon, je crois que ce ferait un objet de grande utilité publique, de s’occupper de creuser le lit de ces deux rivieres, le Cushin et la Black Water, et de les faire se réunir par des canaux. On pourrait aisément après cela, trouver le moyen de joindre la Black Water avec la Suire et même avec la Lee : l’Irlande aurait alors une navigation intérieure et circulaire de plus de cinq cents milles, qui passerait par les quatres villes principales du sud, Dublin, Limerick, Cork et Waterford : on pourrait même y joindre Drogheda, puisqu’on peut rendre la Boyne navigable pour les bateaux, jusqu’au Canal Royal.

_________

LIMERICK — KILLALOE — LA SAINTE FONTAINE.



A QUELQUE distance du bac où l’on passe le Cushin, on apperçoit, seul au milieu d’une cour, un arbre d’une grosseur démesurée et entièrement couvert de feuillage ; la singularité me fit approcher et lorsque je fus plus près, je distinguai seulement alors que c’était une de ces tours rondes couverte de Lierre du haut en bas. Il y a vraisemblablement eû quelques églises dans et endroit. Il n’y en avait pas alors la moindre trace. A trois miles de Tarbot je fus voir les ruines considérables d’une Abbaye, j’y trouvai plusieurs hommes faisant leur pélerinage pieds nuds autour d,es murailles ; on à de là, la vue de l’isle sainte au milieu du Shannon : il y avait autrefois onze eglises toutes en ruine à present : on y apperçoit encore une de ces tours rondes qui forme un effet charmant dans le lointain. Il y a à Tarbot, deux batteries avantageusement situées dans un endroit plus étroit du Shannon : elles défendent d’autant mieux le passage de la riviere, qu’il n’y a presque point de profondeur à l’autre rivage et que les vaisseaux sont obligés de venir passer à cinq cents pas des canons, qui sont fort bien disposés et dans le plus grand ordre.

Fatigué de la longue promenade de la veille et de la grande chaleur, je crus à propos de m’arrêter au village de Glin : il donne le titre de Knight, Chevallier, à son propriétaire ; il n’y en a que quatre qui ayent le même privilege en Irlande et tous dans cette partie : ce n’est point un titre d’origine Anglaise. Il fut donné par le souverain à quatre braves du pays, avant où pendant la conquête : ceux qui les portent à présent en sont les descendans.

Je m’informai d’un gros prêtre que je rencontrai, où je pourrais me loger : il me mena dans une misérable gargotte, en m’assurant que c’était la seule auberge du lieu et qu’elle était fort bonne. Je passai la nuit à me defendre contre les monstres qui me regardaient comme leur proie ; à peine le soleil commença-t-il à paraitre, qu’il me fit voir une scène vraiment sanglante ; j’avais l’air d’avoir été à la bataille et j’en venais effectivement. Heureusement que la mer n’était pas loin : je fus vitement y noyer ces hôtes importuns et lorsque l’opération fut finie, j’apperçus mon moine qui venait aussi à l’eau. Je lui fis part de ma misere, mais ces messieurs regardent ceci, comme une chose d’usage et ne s’en soucient gueres : il se mit à rire de toutes ses forces . . . dans ma colere je pensai l’envoyer à tous les diables, mais je me calmai et lui souhaitai seulement plusieurs nuits pareilles, pour le bien de son âme : je partis et en voyant à l’entrée du village une belle auberge, ce fut avec peine que je résistai au désir d’aller lui chanter pouille : je poursuivis ma route cependant. J’apperçus sur une hauteur, les ruines d’un vieux chateau qui soutint un siége contre la Reine Elizabeth : il est encore entouré de ses anciennes fortifications et des ouvrages qui avaient servi à en faire les approches ; il y avait aussi dans le voisinage plusieurs camps retranchés, où Rath. J’avais déja fait dix milles et j’étais debout depuis trois heures du matin, j’entendais avec douleur les gémissemens de mon estomac ; il n’y avait point d’auberge ; je vis de cette hauteur une maison aisée dans le voisinage : je demandai le nom du maitre : John Evan, me dit-on.

J’avais plusieurs fois pensé, que quoique le pauvre fut tres hospitalier et offrit au voyageur fatigué jusqu’à son nécéssaire, que si ce même voyageur se montrait dans une maison aisée, il ne pourrait pas seulement y obtenir un verre d’eau. Parbleu me dis-je, essayons, voici une occasion excéllente, nous vèrrons.

Je me présentai ; Mr. John Evan vint au devant de moi ; " Monsieur, " lui dis-je " je n’ai point l’honneur d’être connu de vous, et je n’ai point de lettre pour vous : mais je vous declare que j’ai grand faim, et que si vous pouvez me donner quelque chose à manger, je vous en ferai fort obligé." " Faith, me répondit-il, you could not come better à propos, car le déjeuner est prêt," Il me fit entrer dans la maison, où je trouvai tout ce que je pouvais désirer. Je fus charmé de m’être trompé dans ma conjecture, mais je me promis bien de ne plus l’essayer, crainte de rencontrer juste.

Faisant un petit zigzag de dix à douze milles, je me rendis à Newcastle, où je fus reçu par Mr. Lock et son frere qui est le ministre de la ville ; elle est située dans une longue vallée très fertile, et qui n’est encore separée de celle de la Black water, que par une petite monticule. Ce chateau appartenait autrefois aux Templiers et devait être très considérable. Il est aujourdhui dans la possession de Lord Courtenay.

Si les grands propriétaires Anglais avaient le bon esprit, de placer sur leurs terres, des hommes de la trempe de celui qui est ici, le pays n’aurait pas de raison de se plaindre de leur absence. Mr. Lock vient d’établir à ses frais des manufactures de toile dans lesquelles les enfants trouvent à être employés dès l’age de cinq ou six ans. Il n’y a pas le moindre doute que ces établissemens ne sauraient se maintenir seuls à présent, mais ils sont d’une telle utilité pour le pays, qu’on ne saurait trop les encourager, et le propriétaire se trouvera amplement dédomagé de ses frais, par l’esprit d’industrie qu’il aura propagé parmi ses paysans.

Le prix du travail n’est dans ce pays, que de cinq à six sous ; on répond communément à cette observation, que le prix des provisions est en conséquence ; mais c’est faux et très faux, car si on excépte les pommes de terre, tout est aussi chèr qu’en Angleterre ; il est sur que le peuple vit entièrement de pommes de terre et boit de l’eau après, ou du lait de beurre ; mais pourquoi les Anglais ne pourraient-ils pas vivre de la même maniere ; si quelqu’un s’avisait en Angleterre d’aller faire cette proposition aux paysans, il ne trouverait plus d’ouvriers. Un grand nombre de paysans en Irlande, savent fort bien que pour le même travail, ils recevraient deux shillings en Angleterre, et six pences en Irlande, et que même ils feraient plus surs de gagner leurs deux shillings dans un pays que six pences dans l’autre. Il en est qui font souvent le voyage, et ces mêmes gens qu’on accuse d’indolence chez eux, sont alors très actifs : ils pratiquent, de plus la même sobriété dont ils usaient dans leur pays (ce qui est une vertu assez rare en Angleterre) et ensuite ils s’empressent de revenir chez eux, lorsque leur travail leur a procuré une petite somme.

Je sens qu’avec toute la bonne volonté possible, un propriétaire ne saurait augmenter le prix du travail, sans s’exposer aux justes reproches de ses voisins, mais en encourageant l’industrie, les bras deviendront plus rares, et le prix du travail augmentera nécessairement. De Newcastle à Limerick le pays est superbe : c’est sans contredit la terre la plus fertile de l’Irlande ; près de Rathcall, j’eus occasion de visiter trois ou quatre villages, habités par les descendans d’une colonie Allemande du Palatinat, que le propriétaire du terrain y établit, il y a près de 80 ans. Ils se sont jusqu’à ces derniers temps toujours mariés entre eux, et ont conservé les manieres de leur pays : il n’éxistait plus, lors de mon passage, qu’un seul homme de ceux qui y vinrent d’abord ; on leur fit il est sùr, des conditions avantageuses ; on donna en propriété, à chaque famille, l’emplacement de sa maison et du jardin, avec quelques arpens de terre en ferme, à un prix tres modéré. Le pays riche et fertile dans lequel ils sont établis, était inculte avant leur arrivée ; leur industrie est encore très remarquable, leurs terres sont certainement mieux cultivées que les autres, et leurs maisons, bâties à la façon de leur pays, sont d’une néteté et d’une aisance qui les fait paraitre comme des palais en comparaison des pauvres cabanes des Irlandais ; l’intérieur surtout, est tenue avec une propreté singuliere et bien distribué. Les femmes portent encore leur grand chapeau de paille et le court jupon qu’elles ont dans le palatinat. Les habitans les haïssaient cordiallement dans le commencement, ils ne les aiment gueres à présent et en sont tres jaloux ; de telles dispositions sont loin de les engager à imiter leur manière où à exercer leur industrie pour égaller où même surpasser celle de ces étrangers. Il s’en suivra tout naturellement, qu’à moins d’événemens extraordinaires, les Palatins finiront par devenir Irlandais, comme leur voisins.

Traversant la longue ville de Rathkale, je me dirigeai vèrs Adair, où je fus reçu par Sir Richard Quin. Cette ville d’Adair, était autrefois pleine de colléges et d’établissemens eclésiastiques ; on y voit encore les ruines parfaitement bien conservées de plusieurs Abbayes considérables ; à quatre où cinq mille de là, à Skelton, on voit encore des ruines d’Abbayes, et peutêtre les plus grandes que j’aye vu dans ce pays.

Les ruines dans l’Ouest de l’Irlande, sont d’un style d’architecture absolument différent de celles de l’Est, qui sont communément très petites, pendant que celles de cette partie sont de la même grandeur et de la même forme, que les Eglises Gothiques sur le Continent.

En faisant refléxion à la quantité prodigieuse de ruines d’Eglises et d’Abbayes, et aux richesses immenses qui restent encore au Clergé de la Religion établie, on serait tenté de croire que l’isle entiere appartenait autrefois aux Prêtres, car si le Clergé Anglican faisait valoir ses terres lui-même, j’imagine que sa part, n’irait pas tres loin de la moitié. La maniere dont ces terres sont affermées l’en empêche : aucun bénéficier ne peut louer son terrain pour plus de vingt et un an, mais ce temps est bien long, pour un homme qui est déjà sur le retour et qui est pressé de jouir, ou de faire quelques fonds afin de pourvoir à sa famille. Pour réparer cela autant que possible, l’Evêque où tout autre bénéficier, renouvelle tous les ans son bail avec son fermier, à condition, qu’il lui donnera, ce que nous appellons, un pot de vin, qui lui met une certaine somme dans la poche et le fait patienter. Tout Ecclesiastique qui prend possession de son bénéfice, est sùr d’après cela, de trouver la ferme renouvellée de l’année d’auparavant et est, en quelque façon, obligé de suivre la même méthode. Je fuis convaincu qu’il y a certains Evêchés, qui ne sont pas ainsi affermés à la dixieme partie de leur valeur et qui produiraient à un renouvéllement de ferme, des sommes de cinquante, soixante, où même cent mille livres sterlings de rente, au lieu de cinq, huit, ou dix mille ... Le Seigneur prend soin de ses serviteurs ...

Je m’acheminai vèrs Limerick et vis, chemin faisant, une Wake dans la maison d’un homme mort ; c’était un dimanche et les bonnes femmes ne crient pas si fort ce jour là ; mais la scêne avait quelque chose de bien singulier ; le mort était sur une table, et la maison était tellement pleine de femmes assises sur leur tallons, que je suis sùr, qu’une balle de fusil n’eut pu arriver jusqu’à terre. Les hommes étaient sur le chemin, au nombre de plus de deux cents, à pied, où à cheval, et un grand nombre attendaient prudemment au Cabaret voisin qu’il plut au mort de marcher.

C’était le temps des courses de chevaux à Limerick, and the duelling season : la confusion était extrême : la ville était pleine de coureurs et de curieux : les habitans étaient tous en l’air. Les ouvriers ne faisaient rien, et cela, pour voir courir quelques Cassè-cous à cheval : il y avait à l’endroit de la course, plus de vingt mille personnes et leur nombre sur une colline assez rapide, formait un grand amphithéatre ; Ce qui faisait courir le peuple avec tant d’empressement, c’est que trois Jockey devaient être des Pairs, je me trompe, c’était trois Pairs qui devaient être Jocquets, commme on voudra, c’est aussi mal avisé l’un que l’autre.

Il était venu aux courses des matamores de Cork et de Youghall, dans la louable intention de mettre du plomb dans la cervelle aux gens de Limerick : ils s’en allaient disant à la premiere personne qu’ils rencontraient ; " voulez vous des balles, de la poudre &c. nous vous en fournirons ?" pendant les huit jours que durérent les courses, il y eut dix ou douze duels : un officier de la brigade Irlandaise fut tué : à la fin cependant, le Chancelier songea à mettre fin à ces querelles et fit des poursuites, qui firent partir ces Messieurs.

Les races finirent enfin, heureusement pour le pays, car si elles avaient durées trois semaines de plus, les habitans des campagnes s’y trouvaient tellement intérréssés, que la récolte serait restée sur la terre. La ville de Limerick est fameuse dans l’histoire, pour le long siége qu’elle soutint contre les troupes du roy Guillaume, en faveur de son malheureux Beaupere ; elle l’est aussi pour la capitulation, que les troupes qui y étaient assiégées firent pour toute l’Irlande ; cette capitulation fut tenue bien, éxactement du vivant du roy Guillaume, mais sans, que l’on en puisse assigner d’autres raisons, que l’envie de décourager la Religion des habitans et les forcer à suivre celle qui est établie ; on l’enfreignit cruellement sous la Reine Anne, les prêtres furent condamnés à être pendus pour dire la Mèsse, et toute personne convaincue de l’avoir entendue, devait souffrir des peines considérables, si ce n’était la même. Je dois ajouter, que la sévérité excessive de ces loix fut un préservatif contre leur rigueur ; les juges eux-mêmes ont souvent cherché des prétextes pour l’éluder, * elles ne furent que rarement, on pourrait presque dire, jamais mises à éxécution : mais le fils, le frere, où même le parent éloigné d’un Catholique, pouvait en devenant Protestant s’emparer de ses biens. Ces loix cruelles ont existé pendant près de quatre vingts ans : ce n’est que depuis quatorze ou quinze, qu’elles sont abrogées et que l’on a enfin, senti la nécéssité de rendre les loix de leur pays supportables aux habitans. Dans ce court espace de temps, l’Irlande a atteint un dégré de prospérité bien extraordinaire et qui donne lieu d’espérer qu’avec le même systême de douceur, on la verra bientôt rivaliser le pays qui la tenait dans cette situation, et ce sera pour le bonheur des deux.


  • On m’a rapporté qu’un témoin, dans un procès de cette espèce ayant pris le serment d’avoir vu une personne à la Messe, le juge lui demanda, s’il savait ce que la Messe était ? ne pouvant le dire, Malheureux, repliqua le juge, comment pouvez vous faire serment d’une chose que vous ne connaissez pas ? et il délivra le prisonnier.


La nouvelle ville de Limerick est tres jolie et tres réguliere, mais aussi l’ancienne est assez dégoutante ; un étranger pourrait à peine imaginer que l’on y compte plus de cinquante mille habitans.

J’eus ici le plaisir innéffable de recevoir la visite de deux aimables Banquiers qui me firent l’amitié de m’inviter à quatre où cinq jours de distance. Comme je n’ai point d’argent à faire gagner à ces Messieurs et que de leur côté, ils ne pensent gueres qu’à cela, je ne suis pas communément leur favori ; aussi quand j’en reçois des politesses (ce qui est assez rare) j’en suis plus reconnaissant que d’autres personnes. Dans une société Ecossaise à laquelle j’étais recommandé, je rencontrai un Mr. A * * * Banquier d’Edimbourg, qui sachant que je comptais y passer l’hiver après ma promenade, me fit l’amitié de me donner son addresse en public et de m’engager à le venir voir. J’ai gardé cette carte avec bien du soin, je suis sùr que je l’ai fait voyager plus de douze cent milles, et lorsque je suis enfin arrivé au bout de mon voyage, je lui ai présenté sa carte ; j’imagine que l’on ne sera pas étonné quand quand je dirai qu’il l’a reçue avec la même hospitalité, qu’un debiteur a pour son créancier, mais avec cette différence que comme il ne craignait pas l’Huissier, il n’en a tenu compte.

J’ai rencontré dans cette ville un docteur qui a trouvé une nouvelle methode de cultiver les pommes de terre. Elle consiste à couper au printemps les rejettons qui poussent sur cette racine et à les planter : ils produisent aussi bien que les quartiers eux mêmes, et aprés cette opération, la pomme de terre peut encore servir de nourriture .... aux cochons du moins. Ce bon docteur sachant que mon intention était d’écrire la relation de ma promenade, me fit l’amitié de me donner un extrait de sa methode, pour le traduire et le communiquer au public. Pensant qu’il pourra être utile, je l’imprime, comme il eut la complaisance de me l’écrire lui-même.

" In Limerick the Rev. Doctor Maunsell, about three years ago, made the most usefull discovery in agriculture that ever was made, and reduced the culture to a certain system, and that is the producing potatoes from the shoots, that heretofore had been thrown away, as of no kind of value ; this discovery promises fair for feeding the lower orders of the people with food at a very cheap rate, when the culture comes to be in general practice ; this gentleman I am informed has taken great pains to disseminate the culture, and deserves great credit from the public, for the very disinterested manner, in which he has conveyed his discoveries to the world."

Puisque je me suis tant étendu sur les pommes de terre, je crois pouvoir encore parler d’une racine tres délicate que j’ai vu ici pour la premiere fois, on l’appelle pig’s nuts, noix de cochons ; il est dans le fait tres probable que le cochon doit les trouver aussi aisément que les Truffes en Languedoc. Cette racine n’est jamais plus grosse qu’une Aveline et a un gout aussi délicat. Les enfants s’amusent à les déterrer dans les prairies et les mangent cruds comme une noisette : J’ai dans l’idée, que la culture les perfectionnerait et en ferait un aliment sain et tres agréable, c’est par cette raison que j’en ai fait mention ici.

Le Shannon n’est navigable à proprement parler, que jusqu’à Limerick, son cours est ensuite souvent interrompu par des rochers et des cascades qui traversent son lit et au milieu desquels, une planche ne pourrait passer qu’avec peine. Pour supléer au lit de la riviere, on vient dans ces derniers temps de creuser des canaux de communications entre les parties de la riviere où il y a assez d’eau pour porter bateau ; un de ces canaux, d’un mille de long, vient aboutir à Limerick ; dans ce court éspace, l’eau déscend près de trente pieds ; les bateaux ne peuvent remonter dans le canal par les ecluses qu’à la marée haute, qui s’élève ici, jusqu’à douze et quinze pieds, quoique la ville soit à soixante milles de l’embouchure de la riviere. Un ou deux milles plus haut, on trouve un autre canal nouvellement achevé, qui va la joindre à sept ou huit milles près de Castle Connell, où je me rendis par un chemin trop large peutêtre et où je fus reçu par Mr. Geo. Bruce, à qui cette terre appartient.

Mon voyage a toujours été charmant dans les campagnes si j’avais pu sauter à pieds joints par dessus les villes, je l’aurais fait de tout mon cœur : l’hospitalité y est trop cérémonieuse et quoique dans le cours de la vie, il ne soit pas trés désagréable de rencontrer quelques fois de la cérémonie : pour un pélerin comme je l’étais alors, elle est fort gênante. Je serais cependant injuste si je ne reconnaissais le traitement aimable, que je reçus du Doyen Crosbie, pere de cette femme trop jolie, que je rencontrai comme, le poëte Young, de l’autre côté des tombes. Le général Walsh aussi, me voyant embarrassé pour trouver un logement, à cause des courses, eut la bonté de me recevoir dans sa maison.

Je fus obligé à Limerick de renouveller entièrement ma garde-robe : elle ne consistait, comme à mon départ de Dublin, que de mon habit et ce qui pouvait être contenu dans deux bas de soye, dont j’avais coupé le pied. Quoique mon bagage ne fut pas très considérable, je ne manquais cependant de rien et j’avais le moyen de paraitre en société, aussi bien vêtu que les autres.

Pour l’instruction de futurs voyageurs à pied, il me prend la fantaisie de détailler mon bagage. " Un sac à poudre fait avec un gand de femme, un razoir, du fil, des éguilles, des ciseaux, un peigne dans une paire d’éscarpins de bal, une paire de bas de soyes, une culotte d’une étoffe assez fine pour n’être pas plus grosse que le poing lorsqu’elle était pliée : deux chemises tres fines, trois cravattes, trois mouchoirs et l’habillement de route. Tout ceci était divisé en trois paquets ; savoir, les deux bas de soye qui servaient de sacs, et un autre dans lequel était les souliers. Mon habit avait six poches qui recevaient tout cela, lorsque je me présentais à une maison respectable, de sorte que rien ne parraissait : comme sur le chemin c’eût été incommode, je mettais les trois paquets dans un mouchoir et les portais en sautoir au bout de mon bâton à épée, sur lequel j’avais mis un parapluie, qui excitait partout la curiosité et faisait rire les filles, je ne sais pourquoi. Les autres poches de mon habit étaient pour les lettres, le porte-feuille et l’usage ordinaire.

Les personnes chez qui j’étais reçu, et dont je refusais toujours les offres de Linge, étaient fort étonnées de me voir revenir dans le sallon avec des bas soye blancs, de la poudre &c. comme si j’eusse voyagé avec un bagage considérable, fort à mon aise dans une bonne voiture.

En bien, mon cher Monsieur Sterne, que penséz vous de l’état de la garderobe avec laquelle j’ai voyagé six grands mois et été admis dans les maisons les plus respectables ? mon porte-manteau vaut bien le vôtre, je crois.

Castle Connell est un endroit charmant, situé sur le bord du Shannon, qui coule dans cet endroit comme un torrent, au milieu des pierres et des rochers ; les eaux minéralles et la beauté du lieu y attirent un grand nombre d’oisifs de Limerick, qui viennent passer l’été dans le village et chaque matin vont boire un verre d’eau. Les riches étrangers qui s’y rendent y attirent aussi un nombre assez considérable de mendiants, qui sont encore plus nombreux dans cette partie que dans le reste de l’Irlande. C’est une remarque assez singuliere, cependant tres juste ; plus le pays est riche en Irlande, plus le peuple est pauvre, et moindre est le prix des journées ; je crois qu’on pourrait se permettre de dire que cela vient de ce que les vautours que l’on appelle tenants, sous-tenants et sous-tenants encore pensent que ce n’est pas la peine pour eux, de se confiner dans les montagnes où les morasses.

La misere du peuple est généralement attribuée en Irlande à la maniere dont les terres sont affermées ; un homme riche qui veut s’éviter la peine des détails, loue une très grande terre à un seul homme, dont l’intention n’est pas d’y travailler lui-même, mais de la sous-louer à trois où quatre autres ; ceux-cy, dont les portions sont encore très grandes, sous-louent à une vingtaine, qui eux-mêmes sous-louent encore à une centaine de paysans aisés, qui enfin sous-louent à un prix éxorbitant à un millier de pauvres Laboureurs ; la nécessité oblige ces derniers à prendre leur coin de terre à un prix beaucoup au dessus de sa valleur réélle. Ils en cultivent la plus grande partie en pommes de terre, qui sert à nourrir leur famille, et à engraisser un gros cochon et quelques volailles, avec lesquels ils payent communément leur rente. On doit sentir qu’après tant de cascades, c’est beaucoup si le propriétaire reçoit un tiers de l’argent que les Laboureurs sont obligés de payer, et que le reste va dans les profits des fermiers.

Je dois dire avec vérité que ces abus ont été sentis par la plupart des propriétaires, et qu’à ma connaissance plusieurs s’étaient associés dans le nord et avaient résolu d’affermer leur terre eux-mêmes aux laboureurs ; qu’en est-il résulté ? ceux-cy, ne se voyant plus harcelés par les sous-fermiers, n’ont pas payés, et on a été obligés d’avoir recours à l’ancienne méthode. Je ne suis pas grand cultivateur, mais je croirais qu’avec une volonté décidée, on pourrait trouver un moyen d’arranger cela, sans courir les dangers des deux extrêmes.

Plusieurs personnes près de Castle Connell, (entre-autres le Lord Chancellier et Mr. Bruce) en multipliant les travaux, ont augmenté le prix des journées : il n’est pas d’argent mieux employé pour un homme riche, qui veut faire le bien de son pays. J’ai souvent entendu reprocher la paresse et l’ivrognerie au paysan ; mais, lorsqu’on en est réduit à mourir de faim, n’est il pas préférable de ne rien faire, puisque le travail le plus assidu ne saurait en empêcher ? dans cette situation aussi, n’est il pas fort simple de boire, quand on le peut, une goutte du fleuve Léthé pour oublier sa misere ? Si le pauvre voyait clairement que le travail pourrait améliorer sa situation, il abandonnerait bien vite cette apathie et cette indifférence, qui au fait, n’est que l’habitude du déséspoir.

Mr. Bruce a bâti à ses frais un grand nombre de maisons assez propres pour les paysans, et ces bonnes gens que l’on accuse avec tant d’injustice de défauts qui ne leur appartiennent pas, en sont tres reconnaissants ; quand il a besoin de quelques ouvriers il en trouve toujours, dans le temps même que ces voisins en manquent ; on m’a assuré de plus, que ses journaliers ne veulent pas prendre de lui, le prix qu’ils reçoivent des autres.

Les habitans de Castle-Connell s’étaient cottisés pour bâtir une chapelle Catholique ; je ne sais trop quelle faute le Prêtre de la paroisse avait commise vis-à-vis de l’Evêque Catholique de Killaloe, mais il l’avait interdit et l’Eglise restait à demi bâtie et sans toit. On y célébrait la messe cependant, dans un coin que l’on avait couvert de quelques planches ; le peuple y venait comme à l’ordinaire, mais les paroissiens étaient résolus de n’achever l’Eglise, que quand le Prêtre favori serait rappellé.

Traversant les tourbes qui entourent ce village, je m’arêtai au pont d’O’Brian, et je fus me présenter quelques milles plus loin à Glanomore, chez Mr. Thomas Arthur, où je passai quelques jours ; sa maison est au fond d’une petite vallée assez fertile et entourée de montagnes couvertes de tourbe. Je vis, chez lui, les ossemens presqu’entiers de cet animal monstrueux, qu’on appelle dans ce pays, Moss ou Mouse-Deer, et dont je ne saurais dire le nom en Français

La race en est éteinte depuis si longtemps en Irlande, que l’histoire, ou même la tradition, n’en sont aucune mention. C’est une espèce de cerf, mais qui, par les cornes et les ossemens que l’on a trouvé dans les tourbieres devait être au moins trois fois aussi grosse que la notre. Ces cornes ont communément entre sept à huit pieds de haut ; on en a trouvé une qui en avait plus de dix ; les os des jambes sont du double de la grosseur et près du triple de la longueur de ceux d’un bœuf.

Il est fort singulier qu’aucune tradition quelconque ne fasse mention de l’éxistence de cet animal en Irlande : il ne l’est pas moins que l’on n’en ait jamais trouvé de trace sur le continent : à quoi pensait donc la Nature, de loger dans une isle, un animal qui devait s’y croire emprisonné ; il ne parait pas qu’il éxiste dans aucune autre partie du monde que le Nord de l’Amérique et à ce qui semble, en tres petit nombre et d’une espèce plus petite que celle dont on a trouvé les os en Irlande.

Ma qualité de voyageur me permet de faire des rêveries et celle d’ecrivain de voyages me met en quelque façon en droit d’en faire part au public. Lorsque je me serai promené quelques centaines de milles de plus, je serai arrivé à un endroit, d’où je pourrai me permettre d’établir de belles conjectures sur les traditions singulieres du pays. A présent, il vaut mieux me taire la dessus.

Je revins à O’Bryan Bridge et après m’y être plongé dans le Shannon pour me le rendre propice ; je remontai la riviere avec Mr. Waller, dans une petite nacelle à laquelle mon parapluie servait de voile. La riviere était charmante, tres calme et paraissait assez profonde, mais bientôt nous trouvames une chûte d’eau et fumes obligés de venir à terre : on creusait un canal d’une centaine de pieds de long, pour joindre les deux parties de la riviere qui sont navigables : retournant dans le bateau nous voyageames une dixaine de milles et fumes encore obligés de descendre et même de laisser la le bateau ; on fait dans cet endroit, un canal qui peut avoir un mille de long et vient se terminer près du beau palais de l’Evêque de Killaloe : la chûte d’eau est ici très considérable et dans un espace de cinquante pieds, elle tombe de près de quatorze à quinze, au milieu de grosse pierres rondes ; ce sont ces obstruction dans les rivieres qui forment les lacs ; celle-cy forme près de Killaloe un lac immense de trente milles de long, sur douze à quinze de large ; quoiqu’il offre dans bien des endroits des points de vue intéressants : comme la plupart des lacs d’Irlande il a plutôt l’air d’une grande inondation, à laquelle les isles dont il est couvert donnent encore plus d’apparence. Une compagnie avait offert de le déssécher presqu’entièrement, pourvu que les propriétaires riverains voulussent lui accorder la moitié du terrain qu’elle leur procurerait ; il y eut ensuite des difficultés et cela en est résté là : cette compagnie avait calculé qu’en creusant de douze pieds le lit de la riviere à Killaloe, elle devait dessécher quatorze mille arpens de terre ; les frais de cette entreprise lui feraient revenus à vingt et quelques mille livres sterlings, ce n’eut pas encore été payer bien chèr sept mille arpens de terre ; il était à présumer cependant, qu’ils n’eussent pas produit grand chose les premieres années et que sans doute un grand tiers, eut été sablonneux et point propre à la culture.

Les Propriétaires fonciers sont communément trés jaloux, d’une compagnie qui éxécute de pareilles entreprises, ils s’opposent souvent à ses desseins, et préferent avoir leur terre sous l’eau, que de la partager avec elle : mais il y aurait une maniere d’accomoder tous les partis ; chaque propriétaire pourrait s’obliger de payer quatre où cinq livres sterlings pour chaque arpent de terre bon ou mauvais, que la compagnie lui dessecherait à ses frais et risques.

La petite ville de Killaloe est assez laide, la Cathédrale est grande et parait assez bien bâtie ; le pont de pierre qui traverse le Shannon dans cet endroit a dix huit arches, mais elles sont très petites et s’il était à rebâtir, je crois qu’on pourrait n’en faire que neuf à dix modernes. Je me rendis chez le Ministre de la paroisse, qui a une maison superbe à quelque distance de la ville, sur une hauteur qui domine Lough Derg ; on a de là, le point de vue le plus magnifique de cette vaste pièce d’eau, dont les bords sont presque partout très élevés et cultivés avec soin. Il y a une baye de sept à huit milles de long, qu’on ne peut appercevoir qu’en montant au sommet d’une assez haute montagne dans le voisinage ; l’on découvre, de cette hauteur, le Shannon serpentant dans la plaine jusqu’à Limérick, et l’endroit où il se jette dans le lac près de Portumna, aussi bien que les petites villes qui sont sur ses bords, dont la principale est Ninagh, et l’on distingue encore, le chemin qui conduit aux mines d’argent que l’on travaille à sept milles de Killaloe.

On est faché de ne voir nulle part aucune apparence d’industrie : il n’y a point de Manufacture : après le labourage il n’y a plus rien à attendre ; mais patience, il faut un certain temps à une nation pour sortir d’une stupeur de sept cents ans ; il n’y en a que quatorze, qu’elle commence à donner l’essor à son génie ; déjà l’on a pensé à surmonter les difficultés immenses qui se présentaient pour rendre le Shannon navigable ; on y a en partie réussi dans bien des endroits par le moyen de canaux de communications : il doit l’être à présent depuis la mer, jusqu’à l’endroit ou il est joint par le grand Canal d’Irlande à une trentaine de mille, plus haut que Portumna. Le grand Canal s’achéve lui-même tout doucement, et sera certainement fini dans quelques années : alors la communication intérieure sera ouverte au travèrs de l’Irlande, de Dublin à Limerick, et l’industrie s’augmentera en proportion des moyens de se défaire avantageusement de son produit.

On ne s’en est même pas tenu là ; j’ai vu plusieurs cartes du Shannon, eù les canaux de communication entre les lacs supérieurs, depuis celui de Derg, sont marqués jusqu’au de là de Leitrim, dans le Lough Allen, à une distance de plus de deux cent milles Irlandais ; Je ne vois pas pourquoi, on ne chercherait pas à faire un effort de plus, pour achever de joindre Lough Clean, le dernier ou plutôt le premier lac du Shannon, avec la riviere et le lac Gilty, qui se jettent dans la mer à Sligo : la distance entre les deux rivieres, n’est guères que de cinq où six milles ; elles sont, il est sùr séparées par des hauteurs, mais pas à beaucoup près si considérable qu’on l’imaginerait de la tête d’une telle riviere, qui vient prendre sa source à quinze ou seize milles de la mer, et traverse l’Irlande dans un cours de deux cent cinquante milles à-peu-près, dans la même maniere et dans la même direction que la Séverne en Angleterre.

On doit cependant convenir que la navigation des grands lacs qui se trouvent sur son cours, doit être fort difficile à des bateaux de canaux où de rivières ; ces lacs sont sujets, comme toutes les eaux méditerrannées, à des tempêtes soudaines qui renverseraient aisément le bateau le plus fort. Le seul reméde que je voye à cela ; c’est de les dessécher ; avec quelque argent et de la bonne volonté ce ne serait pas très difficile, et donnerait de plus à l’Irlande deux cents mille arpens de terre.

Les premiers pas pour la civilisation d’un pays, c’est de couper les bois, de déssécher les marais, de creuser le lit des rivieres, et de donner du cours aux eaux stagnantes ... les gens de ce pays, ont assez bien réussi dans le premier article pour n’avoir pas laissé de quoi faire un cure-dent dans bien des endroits : à peine ont ils commencés à s’occupper des autres.

On voit près de Killaloe un de ces forts ronds qui sont si communs en Irlande : on appelle celui-cy, O’Bryan’s Palace: la tradition rapporte que cet O’Bryan Bohrom, qui défit les Danois à Clontarf et périt dans la bataille, faisait ici sa résidence : il est assez bien situé pour la défense, et à l’endroit où la riviere sort du lac ; ce fort n’est pas si grand que plusieurs que j’ai vu, mais les parapets semblent plus élevés et les fosses plus profonds ; je ne scaurais concevoir qu’elle espèce de Palais, ou de demeure quelconque, on pouvait élever dans une enceinte pareille, à moins que ce ne fussent des baraques de planches, où des tentes.

Je suivis le côté de l’Ouest du Lough Derg, et m’accostai d’un honnête procureur, qui s’en allait gaiement mettre à contribution le pays d’alentour ; il me montra à quelque distance du rivage, une tour quarrée située sur un roc ; quelques Contrebandiers déterminée y avaient établie une distillerie pour éviter les droits ; ils s’y étaient barricadés et avaient même des armes avec eux ; aucun commis de la douane n’osait hazarder ses jours prétieux en approchant de ces amis déterminés de la Créature. On fut obligé d’envoyer des troupes contre eux avec du canon, mais la distance du rivage etait un peu considérable, et d’ailleurs on ne voulait pas venir à la derniere rigueur ; on fut obligé de les affammer, et ils ne se rendirent que le quinzieme jour, après une capitulation honorable.

Je passai ce jour là, chez Mr. H. Brady à Tomgrany, qui est un assez joli village, situé au fond de la baye dont j’ai parlé ; on découvre de là plusieurs isles dans le lac, entre-autres celle que l’on appelle l’Isle Sainte, où l’on voit une tour ronde très élevée ; il y avait aussi autrefois sept Eglises ; les habitans viennent toujours avec beaucoup de dévotion, faire des pélerinages autour des ruines ; les Catholiques du pays se sont réservés le cimetierre, et ne permettent à qui que ce soit parmi les protestans, d’y faire déposer ses os. Un homme riche de la paroisse menaçait un laboureur de l’en faire chasser..." oui dà ! dit l’autre, " j’ai plus de droits dans la paroisse que vous, car vous ne sauriez me priver de six pieds de terre dans l’isle Sainte, et avec toute votre richesse vous ne sauriez les y avoir. "

Traversant la ville ruinée de Mont-Shannon, je me rendis à Meelick, chez Mr. Th. Burk ; il y avait auprès de sa maison une Abbaye dont les ruines sont encore regardées avec vénération ; on voit près de celles de la chapelle, une espèce de célulle en pierre fort singuliere, et dans laquelle, tout ce qu’un homme peut faire, est de s’y retourner ; cela semble avoir été un confessional. Au dessus d’une tombe, il y a une pierre creusée quarrément, pleine d’eau du ciel et qui a dit on la vertu de guérir les cors ... c’est charmant de voyager en Irlande ; j’espere que quand ma promenade sera finie ; je serai guéri de tous maux. Les bords du lac, étaient il y a peu de tems, couverts de bois dans cette partie ; on finissait de les abbattre alors ; à présent tout ce pays est nud et bien aride.

Près de Woodfort, il commence à s’embellir, et est assez joli prés d’un village qu’on appelle Abby, sur les confins des provinces de Munster et de Connaught. Il y avait là, une Abbaye très considérable et dont l’Eglise était dédiée à la Vierge. C’était un jour de fête, et il y avait beaucoup de monde : cette ruine est une des seules dont les habitans ayent eu le bon esprit de tirer parti, pour s’éviter la peine de bâtir une nouvelle église. Les Catholiques ont, dans ces derniers tems, obtenus la permission de faire usage de deux des chapelles latérales, dont la voute tenait encore ; on ne peut guères se faire une idée de la misere de ces chapelles et des pauvres gens qui les fréquentent. Il y avait alors dans le cimetierre, deux où trois prêtres occuppés à confesser : ils étaient assis sur une pierre, et avaient dans la main un petit drapeau, qui servait à séparer le pénitent de la foule : quand son affaire était finie, il était remplacé, par un autre. Le prêtre, à ce qu’on m’a plusieurs fois assuré, reçoit quelque chose pour sa peine, dont le tariffe est fixé : c’est, m’a-t-on encore dit, leur principal revenu. Au bout du compte il faut bien qu’ils vivent, ce n’est que sur les petits droits qu’ils perçoivent sur les fidéles, que leur cuisine est fondée. J’en ai cependant vu, à ma grande surprise, qui n’étaient point mal, qui avaient même entre cent et deux cents livres sterlings par an, en outre d’une maison passable et des diners sans fin, qu’ils sont, en quelque façon, authorisés à aller prendre chez leurs paroissiens un peu aisés.

La loi accorde à tout prêtre catholique, qui se fait protestant, la somme de quarante livres sterlings par an, qui doit lui être payée par le Comté dans lequel il vit : il doit aussi être promù au premier vicariat * (curacy} vacant. Les insultes que le peuple fait souffrir au petit nombre, qui ont profité de ces avantages sont bien faites, pour dégouter ceux qu’une conscience relachée ferait plus penser à leurs intérets temporels : cependant la loi est pour eux et je ne crois pas, qu’il y en ait une douzaine dans toute l’Irlande.


  • Le ministre que l’on appelle Vicar en Anglais, est le Curé en Francais et et le Curate Anglais c’est le Vicaire.

Je fus visiter prés de cette Abbaye, la sainte Fontaine du lieu : elle n’est point comme les autres au milieu de la campagne, elle est entourée de maisons : quoique je fusse prévenu et que je susse à-peu-près ce que je devais y trouver, j’avoue qu’il me fut bien difficile de tenir mon sérieux, en voyant une vingtaine de femmes retroussées d’une maniere toute particuliere et marchant à la file les unes des autres sur leurs genoux nuds. Il faut bien penser à la Vierge pour ne pas eclater de rire, en voyant les contorsions que les cailloux leur font faire, aussi bien que la peur qu’elles ont de laisser salir leur beau cotillon rouge, et la maniere originale dont elles le retroussent entre leur cuisse, ou même sur leurs hanches .... ah, ah ! Monsieur Twiss, la belle occasion que c’eut été pour vous ! les belles remarques que vous eussiez pu faire sur la forme et la grosseur des jambes et des cuisses . . . je serai plus discret que vous, Monsieur Twiss, et je ne ferai point part au public, de ce que la Vierge me fit voir ce jour là.

Il y avait à quelque distance un bon humain, qui me voyant étranger, s’approcha de moi : je lui demandai à quoi l’eau de la fontaine était bonne ; " ah ! Monsieur me dit il, " à tout ; l’aveugle s’en retourne en marchant, le boiteux en parlant et le sourd en voyant. Si vous avez quelques infirmités, faites seulement sept fois le tour et vous verrez ce qui en arrivera."

Je n’avais pas besoin d’en faire l’expérience par moi-même pour voir ce qui aurait pu en arriver, car aprés le pélerinage lorsque ces pauvres gens vont se laver dans la fontaine, j’ai vu plus d’un genou écorché et saignant. Au fait cependant, si cette pénitence sévere peut prévenir des fautes, par la crainte du mal que les cailloux pourraient faire. Qu’importe ? je suis de ces gens, qui croyent préférable de prévenir le crime par des sottises, que d’être obligé de le réprimer après, par le glaive de la justice.

________



LA CONACIE ou CONNAUGHT,


LE CHEMIN DES PLATS ― GALWAY ― EYRE CONNAUGHT.



DE l’autre côté du ruisseau qui sépare la Conacie d’avec la Momonie, où Munster d’avec Connaught, il me sembla rééllement, que je n’étais plus dans le même pays. La figure des gens n’était pas la même ; leurs habitations n’étaient pas disposées de la même maniere ; ici c’était de long villages mêlés de champs, tandis que de l’autre côté ils étaient communément tres rassemblés. Suivant un chemin formé sur la crête d’une longue colline, qui semble avoir été jettée exprès au milieu de la plaine, je fus me présenter à Pallace chez Lord Riverston.

La dixme dans cette partie, n’est pas aussi onéreuse que dans la province voisine ; elle ne peut être perçu en Connaught que sur les bleds et sur les moutons, pendant que dans Munster, le lait de la vache, les poules, les œufs et les légumes du jardin pourraient y être fournis, si le ministre le reclamait absolument.

On construit sur le Shannon à Portumna, un pont dans le genre de ceux de Wexford, Ross et Waterford ; ils commencent à être assez communs, mais ils ne perdent rien de leur beauté. C’est dans cet endroit que le Shannon se jette dans Lougb Derg : on y voit un ancien et grand chateau, où demeure le Marquis de Clanricard.

A douze à quinze milles à l’Ouest, il y a un petit lac charmant qu’on appelle Lough Rea : il donne son nom à une jolie petite ville qui est située sur ses bords et qui semble plus florissante que même Galway, quoique cette derniere soit un port de mer ; il est facheux seulement, que l’on n’ait pas fait plus d’attention au rivage du lac ; on devrait y faire, un quai : en outre de la beauté, ce ferait une promenade agréable,

J’ai entendu parler, d’une jonction proposée de ce lac, d’un côté avec la baye de Galway, et de l’autre avec le Shannon ; je ne crois pas que cela offrit de grandes difficultés : le pays n’est pas tres montagneux et le lac semble être le point le plus élevé.

J’avais deux lettres, à-peu-près à la même distance de la ville ; il s’agissait de déterminer laquelle je présenterais. Je m’addressai à un bon homme à la sortie de la ville" connaissez vous Mr. un tel, lui dis-je ? " oui surement, he his a very rich man. " "quelle espèce d’homme est ce ? " " mais tout ce que j’en sais, c’est qu’il est a very fine gentleman, that is all. " " Et Mr. un tel ? " " why he is a good, honest, hospitable, well informed man " mon parti fut bientôt pris et je me rendis à Castle Taylor.

Dans le chemin je rencontrai quelque paysans Irlandais, qui voulurent lier conversation avec moi, mais malheureusement ma rhétorique dans leur langue, ne s’étendait pas au delà du nécéssaire ; ils me firent entendre cependant, de me débarrasser de mon paquet et qu’ils m’éviteraient la peine de le porter, ce qu’ils firent effectivement jusqu’auprès de la maison où je rencontrai une de ces récéptions flatteuses qui font oublier les chagrins et la fatigue.

Il y a plus de choses curieuses sur cette terre, que dans bien des provinces et Mr. Taylor eut la complaisance de me les faire voir. A quelques distance, est un grand fort rond que l’on appelle, le palais de Dondorlass ; c’est là, dit on, que Goera roy de Connaught faisait sa résidence ; il n’y a pas le moindre vestige d’habitation comme aux autres ; ce palais n’était qu’à une petite distance, d’une ville fameuse qu’on appellait Ardrahan. Elle n’est plus à présent qu’un village, mais la tradition plus que l’histoire, rapporte qu’elle a été immense ; dans le fait si la largeur d’un chemin qui conduit à une ville peut donner une idée de son étendue, il est sùr que les traces encore éxistantes de celui qui y conduisait, donne lieu de croire qu’il était du double au moins plus large, que la grande route qui l’a remplacé ; à moins qu’il n’y eut des deux côtés, une avenue plantée d’arbres comme près des grandes villes, on ne voit pas à quel usage il pouvait servir. Ce chemin s’appelle en Irlandais, Bothar lean da nae mias — le chemin sur lequel on a suivi les plats, et l’histoire originale qui, dit-on, a donné lieu à ce nom, est assez curieuse.

Certain St. Macduagh, frere du roy, s’était retiré sur la montagne avec un Moine, pour y faire ses prieres : au bout de deux jours, le Moine qui n’était pas si fort occupé de ses dévotions, qu’il n’entendit avec douleur les gémissemens de ses entrailles, commença à murmurer et dit au saint : " ne déplaise à votre sainteté, vous m’avez conduit sur cette montagne déserte pour y mourir de faim ; je sais que votre frere Goora donne aujourdhui un régal à ses nobles, " j’aimerais bien mieux être là qu’ici ? " " Oh ! homme de peu de foi, repliqua le saint, pensez vous que je vous aye conduit ici pour vous faire mourir de faim," et sur le champ il se mit à prier avec plus d’ardeur que jamais. Tout à coup le moine fut charmé de voir un diner excéllent se mettre en ordre autour de lui.

Cependant le Roy Goora et ses nobles, après une partie de chasse où quelques batailles, revenant tres affamés au logis eurent la douleur de voir les plats de leur table s’envoler ! ils firent dans ce moment, ce qui parait fort raisonnable et ce que tout le monde ferait, si l’on voyait son diner s’en aller : le cuisinier avec la broche, les valets et les palfreniers, les chiens et les chats, laissant toute autre affaire, accompagnerent le Roy et toute sa cour, qui soit à pied soit à cheval, suivait à la piste et au grand galop les plats fugitifs.

Le diner arriva cependant un grand quart d’heure avant eux et le moine qui commençait à se refaire et à se délecter apperçut tout-à-coup avec effroy, cette foule qui venait lui ôter les morceaux de la bouche. 1l fit de nouvelles plaintes au saint, disant qu’il eut encore mieux valu ne pas lui donner à manger que de le faire assommer et peutêtre dévorer par les gens affamés de la cour de Goora. " Oh ! homme de peu de foi, dit le saint, laissez les venir ! "

Ils vinrent en effet : lorsqu’ils furent à trente pas de la table, le saint les mit dans la situation la plus désagréable dans laquelle d’honnêtes gens puissent être : il fixa leurs pieds dans le roc et les obligea d’assister à la gogaille que le moine fit de leur diner. On montre encore à présent dans le roc la marque des pieds d’hommes, de chevaux, de chiens &c. même la marque des lances, qui furent aussi fixées crainte qu’il ne leur prit la fantaisie de les jetter par la figure du Moine. Comme on le voit, c’est positif et depuis ce temps la route s’est appellée et s’appelle encore le chemin sur lequel on a suivi les plats.

O grand Saint Macduagh, combien d’obligations j’aurais à votre sainteté, s’il vous plaisait de renouveller de temps à autre, ce petit miracle en faveur de votre serviteur.

Ce bon saint, est toujours fort respecté dans le pays : il y avait une abbaye tres considérable qui portait son nom : c’était même un Evêché qui est uni à présent avec celui de Killaloe. J’en ai vu les ruines : elles sont vraiment tres nombreuses et fort belles : on y voit celles de sept à huit petites Eglises, en outre de la Cathedrale qui devait être assez grande. On voit auprès de cette derniere une tour ronde très élevée et parfaitement bien conservée : les soldats puritains de Cromwell, en passant par ce pays eurent la mechanceté de vouloir la detruire : ils tirerent dessus quelques coups de canon : on en voit les marques vers la base. Il y avait dans cet endroit plusieurs colléges et des séminaires pour l’éducation des prêtres : on en montre encore les ruines.

Les pénitences autour de ces eglises sont très rigoureuses : on en fait d’abord le tour pieds nuds et ensuite sur les genoux : cependant comme le pélerinage est fort long, on peut prendre deux os de morts pour se soutenir en le faisant. Il y a un arbre dans le cimetierre plus particulierement dédié au saint : les dévots en portent des morceaux comme un préservatif contre le feu. J’ai vu des protestans qui moitié en riant, moitié de bonne foi en avaient toujours sur eux : l’on rapporte différentes occasions, où la vertu du bois a éteint des incendies. Quel domage, que je n’aye pas pensé à en faire une provision ; ce ferait un objet tres important, pour la compagnie d’assurance contre les incendies à Londres.

Mr. Taylor me conduisit de là à une de ses terres, que l’on appelle Capavarna, il me fit remarquer en passant plusieurs grandes cavités, qui étaient pleines d’eau lorsque j’avais passé cinq heures avant et qui alors étaient à sec, entre-autres un petit lac, qui certainement avait au mâtin près d’un mille de tour et dans lequel il n’y avait pas alors assez d’eau pour que les bestiaux pussent y boire.

Ce pays semble être supporté sur une voute de pierre à chaux : il n’y a point d’eau courante à la surface de la terre, mais j’ai vu des rivieres souterraines dans plusieurs cavernes où je suis descendu ; dans quelques endroits la voute s’est écroulée, et c’est ce qui forme ces bassins plein d’eau et ces lacs dont j’ai parlé, lorsque ces rivieres souterraines se trouvent refoulées par la marée : l’eau disparait ensuite au reflux parceque ces rivieres reprennent leur cours ordinaire. Ce n’est qu’à un demi mille de la mer que l’on retrouve le courant : il n’y en a pas la moindre trace sur la terre depuis Gort où il s’engloutit, excepté dans quelques endroits, où il parait et disparait sur le champ. En hyver les eaux augmentant dans ces rivieres elles débordent dans l’intérieur du pays et forment de grands lacs dans des endroits qui sont des prairies pendant l’Eté.

Il semblerait que tout ce pays, ait été lavé par les eaux de l’Océan dans quelque grande convulsion et que la terre qui le couvrait, ait été enlevée entièrement. On voit des plaines de sept à huit milles de long, sans le moindre vestige de terre et sans autre verdure que quelques noisetiers qui croissent dans les intervalles des pierres.

Ces lieux sauvages et retirés étaient communément ceux que les Druides choisissaient pour leur culte. On y voit deux de leurs autels ; c’est à dire des pierres énormes de vingt où trente pieds de long, sur presque autant de large supportées par trois pierres latérales de sept à huit pieds de haut. Je suis monté sur les deux : il est vraiment inconcevable comment ils ont été capables de placer de pareilles roches à une si grande distance de la terre et solidement établies, que je n’imagine pas qu’on put les jetter bas sans briser les pierres latérales qui les soutiennent.

On a conclu de ce que ces autels sont communément supportés sur trois pierres latéralles, que les Druides avaient du respect pour ce nombre et qu’ils y joignaient quelques idées d’une Trinité, comme les Bramines aux Indes. Je suis plus porté à croire, qu’ils n’y attachaient aucune importance et qu’ils plaçaient ces autels sur trois pierres par ce que l’opération était plus aisée, que sur un autre nombre : J’ai vu à huit milles de Dublin, sur la route de Bray, dans le Vallon de Bannan, Bannan’s Glin, une pierre pareille soutenue par quatre pierres latérales : le général Vallancey donne la représentation d’une autre soutenue par deux, et d’une
Latocnaye promenade dans l irlande.djvu
troisieme sur six. Pour donner une idée de la grandeur de ces pierres, je puis ajouter ici, que sous celle que j’ai vu près du village de Cabinteely dans le vallon de Bannan, le pere, la mere, avec une famille de dix enfans, ont vécus pendant des années avec le chien, le chat, la chevre, le cochon et des volailles, et n’ont quittés leur retraite, que parce que, le propriétaire désirant exposer le monument au public, leur a bâti, une cabane dans le voisinage.

La petite vallée de Capavarna présente au voyageur un contraste bien frappant avec le desert de pierre qui l’entoure : La terre y est tres fertile et la vue y est agréablement frappée par un mélange de cultivation et de bois, au milieu desquels, on se trouve conduit par des chemins aisés, aux différentes choses extraordinaires dont j’ai fait mention : j’y ai remarqué sur une grosse pierre, une inscription en honneur de la restauration l’Irlande à ses droits naturels en 1782.

Ce coin de terre, quoique tres peu connu, et tres peu visité, m’a cependant semblé avoir plus de droits à la curiosité du voyageur, que beaucoup d’autres où la mode conduit souvent. En m’en retournant sur le chemin des plats enlevés devèrs la ville fameuse d’Ardrahan, je passai auprès d’un Cromliah ou grand cercle de pierre : les savans se sont fort inquiétés pour savoir ce que c’était qu’un Cromliah : les uns ont crus que ces cercles avaient été formés autour de la sépulture d’un chef, où pour motif de religion : je les croirais de même origine que les raths, ou grand cercles de terres, et construits comme eux pour se défendre. Sur une petite hauteur, la seule que l’on voye sur cette plains de pierres, en fouillant une terre qui semblait avoir été brulée, on a trouvé une statue hideuse, que l’on imagine avoir été celle de Beal.

La tradition rapporte que Beal, (qui est un mot qui signifie le soleil, ou plutôt une qualité du soleil) était adoré dans cet endroit : on voit sur un des côtés une crosse d’Evêque et de l’autre des clefs, On sait que le christianisme fut obligé de conserver à son établissement, une grande partie du culte qui l’avait précédé, afin d’accoutumer les peuples à ses rites. Dans les autres pays de l’Europe, les traces de l’ancienne religion ne sont pas aussi marquées qu’elles le sont dans cette isle. Ce qui m’a paru appartenir le plus à la religion des Druides dans les dévotions Irlandaises sont les saintes fontaines isolées dans les campagnes. Leur usage est le même par toute l’Irlande, quoique avec des formes plus où moins religieuses, suivant la vénération que les peuples ont pour le saint, qui a remplacé le dieu où la nymphe qu’ils y adoraient avant.

Ce pays est couvert de vieux chateaux à qui les nouveaux propriétaires ont communément donné leur nom, mais si l’on désire en trouver le chemin, il faut tâcher d’en savoir l’ancien nom Irlandais car les paysans ne le sont pas encore donné la peine d’apprendre les modernes, où plutôt ne veulent pas les apprendre, à moins cependant qu’ils ne veuillent du bien au propriétaire. Il n’y a la moindre tourbe dans le pays et les habitans sont obligés de l’aller chercher de l’autre coté de la baye de Galway ; les bois de la vallée de Capavarna sont les seuls que l’on rencontre : aussi ce n’est pas sans peine que le propriétaire empêche les paysans de couper les arbres pour leur usage.

La nudité des pauvres près de Galway est choquante : n’y aurait il donc aucuns moyens d’ouvrir des branches à l’industrie et de leur procurer une éxistence moins pénible ? leurs huttes n’ont pas l’air d’être faites pour des hommes, et cependant on en voit sortir des troupes d’enfans bien portans et frais comme la rose. On peut les voir d’autant mieux, qu’ils sont souvent nuds comme la main et jouent quelques fois devant la cabane sans autre habits que ceux de la nature.

Ces pauvres gens cependant, réduits à un tel état de misere, que l’homme qui a connu une autre situation ne saurait concévoir, sont humains, bons, patiens et quoique l’avarice puisse suggérer, seraient industrieux et laborieux s’ils pouvaient croire que le travail put améliorer leur sort. Ils ne vivent que de pommes de terre et ils ont pour cette racine (qui leur tient lieu de tout,} un respect singulier : ils lui attribuent tout ce qui leur arrive. Je demandai un jour à un pauvre paysan qui avait une douzaine de jolis enfans, " comment tous vos compatriotes peuvent ils avoir, un si grand nombre d’enfans et surtout si bien portans ? " it is the potatoe Sir, et toujours la (prate) pomme de terre.

On rencontre souvent des ecolles nombreuses sous des hayes, toujours par la même raison que j’ai déjà indiqué : c’est une erreur de croire le paysan de ce pays si ignorant, où si stupide ; la misere le stupéfie il est vrai, et le rend indifférent à tout, mais je le declare, c’est l’espéce d’homme de ce genre, parmi laquelle j’ai vu plus de disposition à faire tout tout ce qui peut rendre la société heureuse et florissante, si l’on savait leur inspirer de l’intérêt pour leur pays.

Je passai par Ardfrey, chez Mr. Blake, on a de sa maison une très belle vue de la baye de Galway ; il y avait dans l’intérieur de la maison, une vue encore beaucoup plus intéréssante, mais l’aimable A * * * était trop jolie, pour qu’on put espérer l’y retrouver. Presque tous les habitans de cette partie sont Catholiques, riches comme pauvres ; seulement les riches se soumettaient autrefois à la forme Anglicane pour pouvoir posseder leurs biens en paix et à présent afin de pouvoir être élu au Parlement. Il y a une trentaine d’années que le propriétaire d’une très belle terre, que l’on appelle Oranmore, craignant que quelque cousin ne s’aviza de se faire protestant pour la lui enlever, s’en fut trouver l’Evêque et offrit de faire son abjuration des superstitions de l’Eglise de Rome. " Quels motifs, mon fils, " lui dit le passeur," vous engagent à vous réunir au bercail des fideles, et à abandonner la prostituée de Babylone ? " Oranmore ! dit l’autre, et à toutes les questions d’usage dans pareil cas, il répondait toujours, Oranmore ! l’Evêque fit quelques difficultés de l’admettre à prendre (le test) la communion, sur un motif aussi mondain ; mais il avait offert de se soumettre à la loi, et c’est tout ce qu’elle pouvait éxiger.

Traversant la belle baye de Galway, je me rendis dans cette ville : elle est située entre un grand lac et la mer sans trop avoir l’avantage de l’un ni de l’autre : la riviere qui fort du lac, un quart de mille avant de se jetter dans la mer coule comme un torrent, et l’on n’a pas pris la peine de faire un canal de communication, et le port est hors de la ville. On est d’abord surpris en entrant dans Galway de voir la disposition des rues, et surtout la situation des maisons qui est entièrement différente que dans les autres villes Irlandaises. Elles ont presque toutes, le pignon sur la rue et une porte Cochere, comme les vieilles villes du Continent. Elle fut, dit-on, bâtie par les Espagnols à qui elle appartint * ; Il est encore possible de suivre la régularité du plan, quoiqu’il soit bien défiguré à présent, on rappporte aussi que ce furent treize familles dont les noms sont encore très communs, qui en jetterent les fondations, et la tradition rapporte, que pendant qu’une bonne Dame du nom de Joyce regardait les maçons qui bâtissaient à ses dépens le pont de Galway, un aigle laissa tomber une chaine d’or dans son giron et lui mit une couronne sur la tête. La famille des Joyce conserve toujours la chaine d’or, à ce qu’on m’a dit. Les peuples ont toujours aimé les fables ; si Galway fut devenue une Rome, celle-cy aurait sans doute pris crédit.


  • Je rapporte ceci comme on me l’a donné : l’époque à laquelle les Espagnols étaient maitres d’une partie de Irlande, est bien confuse dans l’histoire. Toutes les côtes de l’Ouest cependant, depuis Galway, jusqu’à Bantry, se rappellent encore d’eux et les noms de quelques endroits sont Espagnols comme Valentia, &tc. &tc.

Cette ville faisait autrefois un grand commerce, il a beaucoup tombé dans ces derniers temps ; il serait nécéssaire à présent qu’on y encourageat l’industrie, et qu’on prit des moyens pour faire travailler les mendians, et empêcher les fous de courir dans les rues. Un marchand de vin m’a donné cette raison du peu d’activité du commerce dans cette ville, et m’a vraiment dit de bonne foi, " avant que la France sut préparer le vin, c’était à Galway qu’on le faisait ;" " comment," lui répondis-je, " je n’imaginais pas que vous " eussiez jamais eu de vignes à Galway ?" " oh ! non," me répondit il, " mais en France, le vin était tout simplement le jus du raisin et on nous l’apportait à Galway, pour le rendre buvable ; malheureusement les marchands de Bourdeaux le préparent aussi bien que nous, et cela nous a coupé les bras."

On est fort peu accoutumé à voir d’étrangers dans ce pays, et l’on me fit l’amitié de me prendre pour un Cresus. Les gens avaient un telle envie de me faire payer les frais de la guerre que j’aurais eu bien de la peine à me loger, si Mr. Anthony Lynch, à qui j’étais recommandé, n’avait eu la complaisance de m’offrir un lit dans sa maison.

Lough Carrib, qui se décharge à Galway, peut avoir trente milles de long, et je suis bien convaincu, qu’avec une où deux ecluses on pourrait faire remonter les bateaux du port dans la riviere. Ce lac n’est encore formé, que par les pierres énormes qui se sont accumulées près de l’embouchure de la riviere, et par des tourbes à l’endroit où elle en sort. Il parait qu’il y avait autrefois un canal qui faisait le tour des anciennes murailles, et se jettait dans la baye ; il est comblé depuis longtemps, et l’on a bâti dessus ; puisqu’on ne veut pas faire à présent les frais d’un ouvrage pareil, on devrait au moins profiter des eaux de la riviere au dessus de la ville, pour avoir un ruisseau d’eau courante dans toutes les rues : il y a peu d’endroits où une telle précaution fut plus nécéssaire : je croirais aussi assez à-propos d’abbattre les vieilles murailles qui ne servent plus à rien, et qui sont ruinées presque partout ; si l’on bâtissait aussi des quais le long de la mer et de la riviere, ce ferait un grand embellissement.

Les boutiques ici sont ouvertes le dimanche à-peu-près comme les autres jours, surtout celles où l’on vend du Whisky qui le sont peutêtre davantage ; cependant tout le monde va à l’Eglise, l’un après l’autre. Il est communément d’usage pour les marchands d’avoir la fenêtre de leur boutique à demie fermée, mais la porte est ouverte comme à l’ordinaire.

Il y a differens clubs où l’on va lire les papiers, un entre-autres, l’amicable Society, où il faut être abonné pour pouvoir être admis, mais tout le monde peut aller au Mercantile Coffee-House.

Le principal Ecclesiastique s’appelle ici, Warden, le Gardien : il a autant de pouvoir que les Evêques ailleurs, c’est un privilège que le Pape accorda autrefois au Chapitre en lui permettant de l’élire parmi les Chanoines. Les protestans ont suivi la même méthode depuis la réformation : tout le monde ici est Catholique, et il est fort heureux qu’il y ait beaucoup de Ministres Anglicans, car sans cela il n’y aurait personne de la religion dominante.

Les jeunes gens Irlandais vont chercher fortune au loin et s’accrochent souvent à de vieilles veuves riches, dont ils savent se faire amouracher avec beaucoup d’addresse, en dépit de freres, sœurs, enfans, et même petits enfans ; les jeunes personnes n’ayant pas le moyen de courir le monde, semblent s’être donné un rendez-vous général à Galway. Elles arrivent pendant l’été de tous les coins de la province de Connaught, sous prétexte de se baigner dans la mer ; mais si j’osais, je dirais que c’est pour des projets qui leur tiennent beaucoup plus à cœur.

Il y a peu de pays où l’on puisse voir plus de jolies brunettes, et tout semble conspirer avec elles pour les faire réussir dans leur projet humain. Les marchandes de mode leur font crédit et leur fournirent des rubans et tous les affiquets nécéssaires sans leur demander rien : elles réservent le payement de la dette pour le lendemain de la nôce ; alors le pauvre mari est dans la même situation que ces nations battues, que leur vainqueurs forcent, pour avoir la paix, de payer les bombes et les boulets qui ont servis à les assommer.

Il y a des assemblées publiques presque tous les jours à un prix tres modéré, tantôt c’est habillé, demi-habillé, et deshabillé, et on les appelle suivant ces cas, Assemblée, Drum, ou Promenade. Le prix de l’entrée de la salle varie en conséquence des noms qu’elle a ce jour là, mais c’est toujours la même. Il y regne la plus grande gaité et un air d’aisance qui charme ; en u» mot, l’esprit de coquetterie des belles de Galway, ferait en état d’en apprendre à nos dames Françaises. On doit bien s’attendre que ce concours de jolies personnes doit attirer un bon nombre de jeunes gens, qui la plupart ne pensent d’abord qu’à s’amuser et s’en retournent souvent, avec une chere côte de plus. Il y a dans la ville, un certain ci-divant Prêtre Catholique, qui n’ayant pour vivre que les quarante livres Sterling, que la loi accorde aux Prêtres qui embrassent la Religion Anglicane, augmente son revenu en faisant des mariages à l’Ecossaise.

Le matin, les jeunes personnes, chargées cinq ou six sur un Car, les jambes pendantes, s’en vont rafraichir leurs appas dans la mer, à deux milles de la ville ; le soir lorsqu’il n’y a pas d’assemblée, elles vont de boutiques en boutiques, marchandant, riant et causant avec leurs amis, qui se trouvent sur le chemin. Le séjour de Galway doit être pendant trois mois de l’été pour bien des jeunes gens, un véritable pays de Cocagne, aussi l’on m’a conté Qu’-

  Un jour devant nombreuse compagnie,
  Certain mari vantait le temps heureux
De sa jeunesse ; " alors, j’étais digne d’envie,
Disait il, " bon vivant, sémillant et joyeux, "
" Les Dames m’adoraient, aussi j’ai dans ma vie,
" Fait plus de cent Cocus " ... lors avec modestie,
Sa femme d’un ton doux, répartit au chrétien,
" Mon cher Epoux, qui dit trop, ne dit rien :
" Moi je n’en n’ai fait qu’un, mais certes il l’est bien."


Il y a cependant des demoiselles qui sans s’en appercevoir vieillissent dans cette bonne ville, et qui s’en vont boutiquant, dansant et se baignant dans la mer, jusqu’à l’age de raison de cinquante ans et plus : mais je suis bien sùr qu’elles n’auraient pu passer leur temps plus agréablement dans aucun pays.

Le voisinage de Galway, est le plus aride et le plus caillouteux de l’Irlande, quoique la pierre à l’Est de la riviere étant pierre à chaux, les morceaux que l’on a réussi à nettoyer, sont assez fertiles. C’est une remarque assez singuliere et que j’ai fait souvent : plus le pays est laid, plus les femmes sont jolies et tentantes ; elles sont charmantes ici ; Conomara, que l’on dit le pays le plus abominable de la nature, doit être habité par des Anges. Sur cette belle refléxion, ayant déjà pensé à l’aller visiter je confirmai ma ma résolution.

Il est fort extraordinaire que ce vaste pays, qui forme une partie du Comté de Galway et qui n’est pas à quinze milles de la ville, y est beaucoup moins connu que des isles dans l’Océan pacifique. Entre les personnes auxquelles j’ai demandé des informations, les unes m’ont répondu vaguement, d’autres m’ont fort engagé à ne pas aller visiter ce pays barbare, dans lequel disaient elles, je ne trouverais même pas une pierre seche pour m’asseoir et où les habitans en très petit nombre étaient aussi sauvages que les Iroquois. Plus on en disait et plus je sentais s’augmenter le désir de connaitre ce pays si redoutable. Les gens à Galway en étaient autrefois si éffrayés, qu’ils avaient gravés sur la porte qui y conduisait ; Oh ! God ! deliver us of the ferocious O’Flaharty’s, et de plus ils avaient décrétés que tout homme du nom d’OFlaharty, qui passerait la nuit dans la ville, serait puni de mort.

M’armant donc de courage je passai sur le terrain même où était cette porte et après quatorze ou quinze milles je fus me présenter à Lermon’s Field, chez Sir John O’Flaharty, en qui je fus loin de rien trouver de féroce : j’en reçus au contraire un accueil charmant : le pays depuis Galway, se nomme Eyre Connaught, mais n’est pas encore Conomara. Dans bien des endroits il est assez bien cultivé et quoique peu visité il n’a rien d’effrayant. La vue du lac Carrib a quelque chose de majestueux que l’on ne saurait s’empêcher d’admirer ; il est couvert d’isles, dont le grand nombre est cultivé. Si on demande leur nombre, on est sùr que l’on répondra 365, une pour chaque jour de l’année : j’ai vu trois lacs en Irlande qui en avaient la même quantité, ou plutôt, c’est pour s’éviter la peine de compter, que les paysans donnent ce nombre plutôt qu’un autre.

Quoique ce mélange d’eau et de terre flatte la vue, il rappelle aussi à un etranger les inondations de quelques grandes rivieres et cette idée en diminue la beauté. Rien au monde ne pourrait me faire croire que ces lacs devraient exister et je suis bien convaincu que lorsque l’industrie aura fait quelques progrès de plus, on les verra disparaitre les uns après les autres.

On voit quelques curiosités dans ce voisinage : la pierre est ici de la même espèce qu’auprès de l’Abbaye de Killmacduagh et comme dans cet endroit, on y voit des rivieres souterraines qui paraissent et disparaissent souvent : ce n’est cependant que par intervalle et on en peut toujours suivre le cours : on a profité dans un endroit, de la voute naturelle pour faire passer le chemin dessus : dans un autre, on avait bâti, dans l’ancien temps, un chateau tres considérable ; il fit, dit-on, une forte résistance contre les soldats de Cromwell, qui ne voulant pas perdre plus de temps après, commençaient déjà à se retirer, lorsque le pauvre Gouverneur, glorieux de cette retraite, parut à une fenêtre : on lui lâcha un coup de fusil et le chateau se rendit tout-de-suite après sa mort.

Ces pays de Conomara et d’Eyre Connaught sont presque entièrement séparés du reste de l’Irlande par deux grands lacs, Lough Carrib et Lough Mask : ils ont entre eux, près de soixante milles de long. L’intervalle montagneux qui les sépare, (qui peutêtre de trois mille) et le pont de Galway, sont les deux seuls points par où on puisse y arriver par terre. Les armées n’ont jamais pénétré dans l’intérieur du pays, qui a de tout temps été l’asyle des déserteurs et des contrebandiers : il est, même à présent, de pauvres paysans qui descendent de leurs montagnes, vont s’engager de l’autre côté des lacs et lorsqu’on les a vêtu et payés, un beau matin ils repassent l’eau et l’on n’entend plus parler d’eux.

Lough Carib a neuf à dix milles de large ; il y a un bateau public vis-à vis d’une petite ville appellée Conne ; on y voit une caverne profonde dans laquelle les eaux du lac s’engloutissent en partie. Le seul commerce qui y fasse quelques fois paraitre des bateaux, semblera bien frivole, c’est celui de la tourbe, qui souvent sert à couvrir des barriques d’eau de vie, ou de vins de France, que les Bateliers tirent du Conomara, où jamais commis de la Douane n’osa approcher.

Bien des Pairs Irlandais prennent leur titre de ces grandes pieces d’eau, aussi bien que des rivieres ; ainsi, l’on m’a dit, qu’il y avait en Irlande, Lord Carrib, Lord Neagh, Lord Earn, &c. Une des personnes les plus respectables chez qui j’ai été, prenait son titre du Shannon, un autre de la baye de Kinmare, un troisieme de la baye de Glandore : quelques fois c’est d’une haute montagne dont la vue les a frappé : j’ai entendu parler d’un homme qui voulut prendre pour titre dans ses lettres patentes Lord Peloponese, Earl of Greece. Puisque quelque chose de grand, flatte tant leur amour-propre, pourquoi personne n’a-t-il encore eu l’dée de se faire appeller Lord Atlantique .... Lady Océan surtout, me charmerait l’oreille ! Pirron a fait prendre à son Poëte le surnom de Monsieur de l’Empyrée, c’était lui donner le nom du seul domaine que l’on puisse dire appartenir aux amans affamés des muses. Pourquoi, les lords Anglais et Irlandais n’en feraient-ils pas autant et s’ils ne voulaient pas conserver leur noms de famille, pourquoi au moins, ne s’appelleraient ils pas de celui d’une propriété quelconque.

Je remarquai dans quelques endroits de ce pays, des piles de pierres et je ne pouvais trop concevoir quel en pouvait être l’usage. L’on m’informa que c’était une espèce d’hommage que l’on rendait aux morts ; lorsque le convoi passe devant cet endroit, on le fait arrêter et il ne recommence sa marche que lorsque la pile a été érigée en honneur du défunt : je crois que l’on ne rend cet espèce d’hommage, qu’aux gens qui étaient aimés dans le pays et que l’on regrette.

Ces piles de pierre se nomment Carn en Irlandais et plus hautes elles font, plus c’est honorable pour le défunt. Ni cursadh me leach ar de Carn, c’est a dire, je ne jetterai pas une pierre sur votre tombeau, est un terme de mécontentement parmi les habitans de ce pays, presqu’aussi grand que si dans un autre, une tendre épouse disait à son cher mari, qu’elle espere danser la courante sur le sien.

Il y a aussi une sainte fontaine ; celle-cy a quelque chose de particulier : il y a deux endroits où l’eau parait, l’un sert à l’usage ordinaire de la vie : les pénitens seuls, boivent de l’autre et s’en frottent les yeux. C’est un ruisseau souterrain, tel que celui dont j’ai déja parlé, quoique beaucoup moins considérable. Lorsque les bonnes gens ont récité leurs prieres, ils pendent quelques hâillons sur les ronces qui croissent autour et pour rien au monde ih ne voudraient les ôter. Je ne fais quelle est l’idée qu’ils v attachent : la pénitence ne se fait point sur les genoux mais seulement pieds nuds : il fallait qu’il y eut autrefois une chapelle où l’on disait la messe, à moins que ce ne fut en plein air, car l’Autel éxiste encore et il ne semble pas qu’il y ait jamais eu de bâtimens.

Auchterard est le dernier village D’Eyre Connaught, on y trouve une fontaine d’eau minérale et une chûte d’eau qui attirent souvent du monde de Galway : de cet endroit, la vue du lac et de ses iles nombreuses est bien faite pour attirer les curieux ; il y a aussi un corps assez considérable, de Casernes à quelque distance ; il est situé sur un bras d’une des rivieres souterraines dont j’ai parlé, et il sert d’hopital aux troupes en garnison à Galway.



CONOMARA – MANNER OF BAKING WITH LEAVEN

REVERIES ANTI-DILUVIENNES.



JE résolus de commencer enfin la tournée du redoutable Conomara : à peine, fus-je hors du village d’Authterard, que les chevaux, que Sir John avait eu la complaisance de me fournir, commencerent à se défendre ... ils ne paraissaient pas se soucier de faire cette promenade, ils sautaient et s’écartaient dans les bruyeres : celui même que je montais, se coucha par terre : il ne se releva qu’avec beaucoup de peine et ce ne fut pas sans difficulté que je parvins à le faire marcher. L’ane de Balaâm ne fit pas plus de cérémonie à son maitre, pour le porter chez les Israélites : il ne manquait à mon pauvre cheval, que de parler : voyant cependant que c’était une chose résolue il s’y détermina et j’entrai dans le Conomara.

Ce pays est certainement très extraordinaire, il est presqu’inculte, et couvert de hautes montagnes et de lacs. Dans quelques endroits cependant, on apperçoit une herbe verte qui donne lieu de croire, qu’il ne serait pas incapable de culture ; ce pays qui a plus de soixante milles d’étendue, sur quarante de large appartient presqu’en entier au Colonel Martin : c’est une terre très considérable et qui malgré son apparence sauvage ne laisse pas de lui rapporter dix à douze mille livres sterlings par an : il est sùr, que ce n’est qu’à peine quatre sous par acres.

Il avait, il y a quelques années, un valet de chambre français assez intelligent à qui il donna des terres à cultiver et lui bâtit même une maison ; cet homme réussit rééllement à cultiver un assez grand espace de terrain près de la maison, que l’on voit encore et qui récrée la vue au milieu de ces déserts : mais se trouvant seul et trop séparé de la société, il s’ennuya de sa situation et disparut.

Je me rendis bien vite à Ballinahinch, chez le Colonel Martin, qui, pour un homme de sa fortune, a choisi au milieu d’un pays bien sauvage, une retraite qui ne l’est pas moins ; sa maison fut bâtie par son pere pour servir d’auberge et la ville la plus près est Galway, qui est à trente cinq milles ; l’on est obligé d’y envoyer pour toutes la provisions, même pour le pain dont on manque souvent par le défaut de Barw, ou l’écume de la bierre qui sert de levain.

Il est fort singulier que dans la grande Bretagne et l’Irlande, on ne sache pas faire de pain comme on le fait en France où en Allemagne et qu’il faille toujours, qu’on envoie chercher de l’écume de bierre chez le Brasseur : dans les pays récullés, c’est presque impossible et cela force à se passer de pain. Je n’aurais jamais imagine que faire du pain fut quelque chose de si difficile. Nos bonnes femmes sur le continent le font avec la plus grande facilité. Toute l’opération consiste à laisser aigrir quelque peu de pâte fermentée et à la mêler avec la farine nouvelle dont on veut faire du pain, ayant l’attention de n’en mettre que la juste quantité, crainte de rendre le pain aigre. Je suis bien sùr que l’expérience de huit jours apprendrait à faire cette opération comme elle doit l’être, mais Messieurs les Grands Bretons sont peu disposés à changer leur maniere.

Comme mon intention est de tacher de rendre cet ouvrage aussi utile qu’il est en mon pouvoir, je me suis occupé de cet objet : l’on pourra voir plus bas les détails les plus minutieux, de la maniere dont les peuples du continent font usage, pour faire le levain et l’employer.

Ce passage est tiré de je ne sais quel auteur : il m’a été envoyé de Londres par un de mes amis, que j’avais chargé de s’informer en Allemagne, de la maniere dont nos paysans font le pain. Il me l’a envoyé en Français, mais pensant à le rendre plus utile, je l’ai traduit en Anglais ; il se pourrait qu’il y eut quelque gallicisme : pourvu qu’on me comprenne, c’est tout ce que je demande. Ceux qui savent comment on fait le pain, ou qui ne veulent pas le savoir, ce qui revient parfaitement au même, feront tout aussi bien de passer entièrement ce qui est en Anglais, quoique cependant, je pense que c’est une piece d’un style rare.


Manner of baking with leaven.


They give the name of leaven to a quantity of dough put into fermentation, occasioned by the addition of some of the old dough preserved from the precedent kneading.

The manner of getting it good, is to mix (the day before one intends to bake, and before going to bed) a little of the old dough before mentioned, with a third of of the flour intended to make bread : the whole is to be mixed and diluted with cold water : this forms a firm and compact dough, which ought to be left all night in a corner of the trough, covered with a proportion of flour, raised in rolls and pressed hard to give it more solidity and to prevent the leaven from extending itself out of its limits. The day after, at about six in the morning, it is fit to be used ; with cold water it takes commonly seven or eight hours to be ready, with warm water about three, but the dough is always soft.

If found that on the following day, the leaven was passed, that is, already turned sour, as may happen in the great heat of summer, or when a storm has taken place during the night ; it is sufficient then to renew and to refresh it, by adding to it half of its weight in new flour and cold water : three hours after, it is fit to be used.

When the leaven is thus prepared, they begin by putting it entire without breaking it, with a proportion of water and it ought to be diluted very quickly and very exactly, to prevent any lumps from remaining ; when it is sufficiently diluted, they add to it the remainder of the water, which ought to be cold in summer, and tepid or warm on the contrary in winter, to counteract the effects of the hands in the two seasons, and to produce an opposite one. They then mix all the flour destined to be employed with that leaven, and assemble the whole in a lump which they work with the hands, carrying it from left to right, heaving it up, cutting and dividing it with the open hands, nipping and pulling the dough with the fingers folded and the thumbs stretched out : that is what is called thrilling ; they work it up several times in the same manner, scraping the trough every time ; they introduce afterwards in the lump the dough that has been detached from it with a little water and carry it, in the same manner on the other side ; that is what is called contre sraser, or thrilling in the opposite way. The kneading is ended by making a hollow place in the dough and pouring water in it : this labour serves to confound and divide the coarsest part of the flour, and by the continued, quick and speedy motion, forms new air, which renders the dough more viscous, more equal, longer, and lighter, and it produces a bread better tasted and whiter ; this third labour is called Baffinage or fomentation. To add yet to the perfection which the fomentation gives to the dough, they strike it with the hands, pressing it by the sides and folding it up on itself, extending and cutting it with the hands closed, and letting it fall with effort.

The dough being thus sufficiently worked out, is taken from the trough and divided into such parts as are judged proper, cutting and striking it still, and placing it in a lump near the oven, where it must remain half an hour in winter, to enable it to preserve its warmth and to ferment, it must be turned and divided on the contrary, when the weather is hot. The effect of fermentation is to divide and to attenuate the new dough, to introduce in it a good deal of air, which as it cannot disengage itself entirely, being prevented by its viscosity and consistency, forms in it eyes, or little concavities, raises it up, widens and swells it : it is for that reason, that this portion of flour kneaded with the old dough, which determines all its effects, has obtained the name of leaven or levain from the French lever, to raise. This operation requires a certain degree of heat to be made slowly and gradually : it is essential to accelerate or to stop the fermentation, according to the season of the year, to make it produce its effects about in the same time summer or winter ; for that purpose the dough ought to be put in baskets covered, with linen or flannel, in a warm or cold place, according to the season ; fire must be put in the oven, as the necessary time to heat it, is much about that required for the fermentation to come to its point, or for the bread to have taken what is called, its due preparation.

_________


I am sure, this is an eloquent piece, filled with fine hard words, which I have got with hard labour in the dictionary. I could have delivered this fine method, as a physician does his pills, perhaps also, some people will think me a fool not to have done it ; every body has his way of seeing things : as for me, had I discovered a marvellous receipt to cure the plague, the ague, and even the Ministerial or Antiministerial fever, I would think it my duty, to give it to the public as generously.

I perceive after all, that I have no great difficulty in writing English. I regret now, that my promenade is in French, but since I have begun I must continue, and come back to the wild Conorama, where I think this dissertation is placed with more propriety than at London, where likely John Bull, would have scorned and d― ―d my labour.

Je n’ai de ma vie été dans la maison d’un homme riche qui parut se soucier si peu des choses de ce monde que le colonel Martin. [...] c’est un homme qui a les meilleures intentions : il n’a rien plus à cœur, que l’amélioration du pays qui lui appartient. Malheureusement quelques avanturiers ont abusé de sa bonne foi et en ont tiré des sommes assez considérables sous le prétexte de chercher des mines, ou de faire des défrichemens et ensuite l’ont abandonné.

La fortune d’un particulier, ne saurait suffire pour peupler et cultiver un territoire aussi étendu que le Conomara ; si le gouvernement faisait un arrangement avec le propriétaire et bâtissait des cabanes pour soixante mille habitans, en leur fournissant des instrumens de labourage, du terrain pour rien, du grain pour ensemencer, et des vivres pour les deux premieres années ; je suis bien convaincu qu’ils seraient en état de se maintenir la troisieme.

Le seul bon plan que puisse suivre le propriétaire, est celui que le Colonel Martin a adopté dernierement, il donne asyle sur sa terre aux malheureuses victimes que la fureur a obligé de quitter le nord de l’Irlande. J’y ai vu nombre de familles qui avaient été obligées de quitter leur pays, et qui y avaient formées des établissemens : il leur donne des terres pour rien pendant un certain nombre d’années et ensuite il les leur loue, à un prix extrêmement modéré.

La maniere dont ces malheureux ont été chasses de leur pays est bien cruelle : ils recevaient une carte point signée conçue en ces termes. Pierre, Jacques &c. vous avez tant de jours pour vendre vos effets, and to go to Connaught or to hell, for here you must not dwell. J’expliquerai, lorsque je serai sur les lieux, le sujet de ces querelles politiques et religieuses. Je me contenterai de dire ici que ceux qui ne se sont pas soumis à ces ordres barbares de leurs antagonistes, ont souvent été massacrés, ou ont eu leur maisons brulées.

J’ai vu plusieurs de ces établissemens qui semblaient être dans un état de prosperité que l’on ne pouvait gueres attendre de ce terrain. Si un propriétaire mettait tons les ans de côté, de quoi bâtir douze où quinze cabanes, et acheter autant de vaches, il lui serait aisé d’attirer beaucoup de cultivateurs. On avait bien pensé à cela, mais il faut que des offres avantageuses séduisent le laboureur, pour l’engager à venir s’établir dans un coin de terre séparé de la société, couvert de tourbes, et tellement noyé d’eau que du sommet de la montagne Leitrig où je montai, il ressemble à une mer semée de hautes montagnes et de langues de terre, tant les lacs sont communs et rapprochés les uns des autres.

Le Colonel avait commencé à bâtir une maison superbe sur les bords d’un joli petit lac au pied de cette montagne, mais lorsque les fondations ont été hors de terre, il a vu que ce serait si couteux qu’il l’a abandonné pour le présent du moins. Un palais, il est sur, aurait l’air bien extraordinaire au milieu de ces tourbes, mais je ne doute pas, qu’il n’y fit du bien en engageant à les cultiver.

Dans quelques endroits près des lacs, on voit de petits bois et quelque peu de verdure qui recrèent la vue ; il est évident qu’avec un peu de soin, il pourrait y en avoir bien davantage. Il ne faut pas croire que le peu d’habitans qui demeurent dans ce pays, soyent plus méchans, où plus pauvres qu’ailleurs, (l’observation que j’ai faite sur les pays riches et pauvres peut s’appliquer ici) ils semblent mieux vêtus qu’auprès de la Capitale. Il est fort aisé d’appeller les gens sauvages, de s’en moquer et de rire de leur misere. Voulez vous, bonnes gens, que je vous dise où j’ai rééllement trouvé des hommes sauvages et barbares ... c’est à Paris, à Londres, à Dublin, à Edimbourg, dans toutes les grandes villes enfin. Quel animal dans l’univers, est plus farouche et plus cruel que ces hommes qui, fiers de leur richesses mal acquises, traitent avec mépris tout ce qui n’est pas comme eux couvert d’or : qui insultent au génie et au mérite indigent ; qui loin d’aider un ami plus honnête qu’eux, le voyent froidement se ruiner, faute de vouloir faire banqueroute ainsi qu’ils ont fait eux-mêmes et sont les premiers à le faire languir en prison pour une dette dont le renboursement ne leur serait pas d’un grand avantage, et qu’ils scavent ne pouvoir leur être fait.

Me voilà plus calme à présent, j’entre en colère, en ecrivant comme en parlant, et dans l’un et l’autre cas, elle eu bientôt passée. Oui ! c’est vrai, il y a des sauvages et des barbares dans toutes les sociétés d’hommes, mais aussi il y a des ames précieuses, qui ne pensent qu’au bonheur de leurs semblables, et le plaisir d’en rencontrer une, fait oublier entièrement la vue détestable de ceux, qui comme les diables ne sont heureux qu’en faisant du mal, C’est assez, revenons au Conomara.

Les bayes sures et profondes dont le pays est coupé, aussi bien que la liberté du débarquement sans crainte des commis, engagent un certain nombre de gens à venir s’établir sur les côtes for the smuggling business, comme on l’appelle tout ouvertement, ainsi qu’un autre métier. Je suis entré dans plusieurs cabanes et y ai demandé tout simplement de l’eau de vie et du Claret, sans qu’on parut très surpris de ma demande : une bonne femme, entre-autres me dit après un moment, " il n’y en a pas à présent dans la maison, mais mon Mari est en mer, et si vous revenez dans un mois, vous en aurez tant que vous voudrez. "

Quoique les côtes soient à-peu-près de la même nature que le reste du pays ; elles sont cependant passablement habitées par la raison de leur commerce : elles sont aussi plus seches, et communément couvertes de grosses pierres, dont les habitans cultivent avec assez de soin les intervalles.

Dans tout pays, les hommes sont toujours disposés à profiter du malheur de leurs semblables ; le naufrage des vaisseaux surtout, excite extrêmement l’avidité des gens du commun ; c’est avec des peines infinies que la loi parvient à garantir les vaisseaux d’être pillés, et souvent même ce qui reste de l’équipage à être mis à mort, s’il parait vouloir s’y opposer. Pour prévenir ce malheur, le gouvernement a donné à tout propriétaire qui arrache un vaisseau au pillage, certains droits pour le dédommager de ses frais : ce droit se nommer Salvage. Pendant que j’étais en Conomara, un vaisseau fit malheureusement naufrage sur le terrain d’un propriétaire qui était absent ; les gens du pays ne tarderent pas à l’aborder et à piller : le Capitaine du vaisseau, qui était à bord, envoya prier le Colonel Martin de venir à son secours, et effectivement il lui envoya quelques uns de ses métayers avec des armes, qui remirent l’ordre et disperserent les pillards.

Ce pays peut s’appeller les bornes de l’ocean du côté de l’Est : il n’y a pas une seule isle, depuis ces côtes jusqu’à l’Amérique ; on suit cependant au fond de la mer, un banc considerable, où plutôt des montagnes dans la direction de celles de ce pays, jusqu’à l’isle de Terre Neuve et c’est sur ce banc, que se fait la pêche de la morue.

Les anciens Auteurs Grecs, Platon particulierement, nous ont rapportés la tradition de l’ancien monde : ils prétendent qu’une isle immense, ou plutôt un vaste Continent, a été englouti dans la mer, à l’Ouest de l’Europe. Il est plus que probable, que les habitans du Conomara, n’ont jamais entendu parler de Platon, ni des Grecs ; cependant c’est aussi leur ancienne tradition. Notre pays reparaitra un jour, disent les vieillards aux jeunes gens, en les menant un certain jour de l’année sur une montagne et leur montrant la mer ; les pêcheurs des côtes aussi, prétendent voir des villes et des villages au fond de la mer. Les déscriptions qu’ils font de ce pays imaginaire, sont aussi emphâtiques et éxagérées, que celles de la Terre Promise ; le lait coule dans des ruisseaux et le vin dans d’autres : ceci certainement n’est pas de leur invention, car ils auraient sans doute fait couler quelques parts, des ruisseaux de whisky et de porter.

Ils ne peuvent point fixer l’époque, à laquelle leur pays comme ils l’appellent, fut englouti dans les vagues ; mais ils paraissent convaincus que ce malheur est arrivé dans les temps anciens ; ils croyent seulement, que ce furent quelques Magiciens ennemis qui opérèrent sa destruction et qu’un temps viendra où leur pays sortira du sein de la mer, aussi florissant qu’il l’était, avant que les vagues ne l’eussent submergé.

Ces opinions singulieres peuvent induire à faire quelque refléxions sur la situation de l’Irlande, et sur différentes productions que l’on y a trouvé, dont on ne voit aucunes traces sur le continent de l’Europe. L’Irlande semble être un vaste rocher situé au milieu de la mer. Contraire aux autres pays, dont les côtes s’élevent graduellement vers le milieu ; les côtes ici, sont, à l’ouest particulierement, toujours le point le plus élevé ; les grandes rivieres ne prennent point leur source dans l’intérieur de l’isle, mais sur la côte à quelques milles de la mer. Ainsi le Shannon s’éleve près de Sligo, la riviere Derg près de Ballyshannon, &c. &c. Tout semble annoncer qu’un vaste territoire établi sur des bases moins solides, s’en est détaché, et s’est engoufré dans le sein de la mer.

Cette idée peut paraitre ridicule, mais après la description que j’ai faite du pays près de Galway, qui serait étonné d’entendre dire un jour, que toute cette partie des Comtés de Clare et Galway a disparue tout à coup, et que là où n’a gueres, il y avait des rochers sauvages supportés sur une voute, les vagues de la mer flottent à présent. Je suis même convaincu que ce malheur lui serait sans doute arrivé il y a longtemps, sans la ceinture de hautes montagnes qui l’entoure du côté de la mer et le défend de ses attaques. Cette même chaine de montagnes aussi, dont on peut suivre la trace au fond de la mer jusqu’en Amérique, ne semble-t-elle pas annoncer, que cette isle faisait partie d’un grand continent, qui même, était peutêtre joint avec le nouveau monde.

Aucune tradition quelconque, n’a jamais fait mention, de l’animal monstrueux qui portait, ces cornes énormes que l’on trouve souvent dans les morasses. Eh ! certes, ce devait être cependant, un objet bien remarquable dans un pays resserré que cet animal aurait pu parcourir en deux ou trois jours sans trop se gêner. Or, peut-on supposer que cette éspece gigantesque de cerf, ait été placée par la nature, toujours sage et toujours uniforme, dans une isle étroite qui devait lui paraitre une prison, pendant que l’ancien continent de l’Europe, de l’Asi et de l’Affrique, n’en offrent pas le moindre véstige : que même dans la grande Bretagne, qui n’est séparée par le Nord que d’une douzaine de milles de l’Irlande, on n’ait jamais rien trouvé de pareil ?

Cette race, éxiste cependant encore dans les bois du Nord de l’Amérique, quoique, à ce qu’il semble, beaucoup plus petite que celle dont on a trouvé les cornes et les ossemens dans les morasses d’Irlande. Mais elle peut y avoir dégénérée, ainsi que l’ont fait toutes les espéces d’animaux, particuliéres aux deux mondes.

Chacun est maitre d’établir son systême : Je mien enfin, est que le globe a éprouvé des révolutions et des bouleversemens terribles : que ce qui était terre, est dans bien des endroits couvert par l’eau : que là où les poissons nageaient on voit à présent des villes florissantes et que d’après les observations que j’ai faites, je suis convaincu que l’Irlande était un cap de rocher d’un continent immense qui a disparu et l’a laissé seule flotter sur les eaux, parce que le goufre qui s’est trouvé sous lui ne s’étendait que jusques là.

Voici encore une autre observation assez singuliere. La submersion subite d’une terre aussi considérable, que je supposerais s’étendre d’un côté, jusqu’au Spitzleberg et de l’autre en formant un large golphe, joindre l’Irlande, les isles Açores et l’isle de Terre Neuve, doit naturéllement remuer les eaux du fond de l’abysme et les faire monter au dessus des terres qui feraient réstées sur leur fondemens ; de la, le déluge, suivant même les paroles de la Bible, qui disent que les portes de l’abyme furent ouvertes et qu’elles se fermerent ensuite.

Dans un tel bouleversement, toutes les matieres plus légeres que l’eau, flotteraient au gré du vent sur la surface, et à la retraite des eaux, s’arrêteraient et se déposeraient dans les vallées et contre le côté des montagnes opposé à celui du courant. Dans les pays chauds, ces matieres hétérogenes par le mélange de secheresse et de pluie, feraient bientôt réduites en poussierre, que le vent disperserait et unirait avec la terre, sans qu’on put guères distinguer, que celles qui d’une nature plus solide, pourraient garder leur formes premieres. Dans les pays humides au contraire, elles s’assembleraient et s’augmenteraient des plantes qui pourraient croitre dessus. Delà les morasses où bogs si fréquentes en Irlande, et que l’on trouve comme au Nord de l’Ecosse, toujours à l’Est des montagnes qui les ont arrêtés, lorsque les eaux se sont rétirées à l’Ouest, et les ont déposées sur leurs flancs de ce côté ; si leur origine était entièrement dùe à l’humidité, on les trouverait plutôt de l’autre, puis qu’il est beaucoup plus exposé à la pluie, qui vient de l’ouest.

L’on dit que les bogs croissent et qu’il y a certains éxemples, que là où il y avait des bois on en trouve à présent. C’est par la même raison, si ces bois eussent été coupés où brulés dans un climat sec et chaud, ils auraient bientôt été detruits sur le terrain par le changement perpétuel du froid au chaud et du sec à l’humide. Mais dans un climat humide, ils se couvrent d’abord de mousse et d’autres plantes, forment bientôt une masse et deviennent bogs ou morasses par la continuité de leur situation, qui ne change jamais de l’humide au sec. Il n’y a pas de doute d’après cela, que les plantes qui couvrent le sommet de ces morasses, n’en augmentent la quantité à la longue, ou que même des tourbieres qui ont dejà été coupées ne puissent par la suite le redevenir, si on ne les a pas entierement extirpées et qu’on n’ait pas donné de cours aux eaux.

Oh, la noble chose de rêver ! je ne suis pas étonné que nous ayons eu tant de fous dans ce genre . . . On se croit presque à la création du monde et on l’arrange à sa fantaisie ; rien n’est plus amusant pour l’Auteur, mais comme il se pourrait que ce ne fut pas de même pour le Lecteur, il est temps d’y mettre fin et de revenir au Conomara.

Je m’enfonçai dans les montagnes, sans autre guide que mon cheval, qui ne paraissait pas s’en soucier. C’est bien effectivement un pays de loups quoiqu’il n’y en ait point. La vue est, de temps-en-temps, flattée par les belles et larges bayes qui sont si communes et qui pour ainsi dire dentellent ce pays ; elles sont toutes tres profondes et leurs bords sont plus verds que le reste du pays : On y voit aussi une ou deux maisons qui semblent aisées et quelques villages.

Il me fallait souvent descendre de cheval pour éviter une fondriere : il avait assez de peine à s’en tirer tout seul pour me faire croire qu’il n’eut pu en venir à bout, s’il eut été chargé. Je rencontrais souvent des femmes, qui, tout en allant d’un endroit à l’autre, tricotaient ces bas de laine, qui seuls peuvent donner à penser à bien des gens même en Irlande que Conomara éxiste. Il m’était fort difficile de connaitre mon chemin : dans quelques endroits il n’était qu’à peine tracé et je ne voyais que fort peu de cabanes où je pus aller dire mon ca whill an sighe : je trouvai quelques hommes sur mon chemin qui en passant près de moi, me faisaient l’amitié de s’arrêter tout court, d’ôter leur chapeau et de me faire la réverence jusqu’à terre, en disant dans leur language, puissiez vous arriver sain et sauf au bout de votre voyage, God bless you Sir. Si je leur addressais la parolle, ils paraissaient très satisfaits : il y en à un, qui pour avoir le plaisir de causer avec un étranger et en Anglais, m’a suivi jusqu’à un mille, le chapeau sous le bras, et pour rien au monde ne l’aurait voulu mettre sur sa tête.

Je rencontrai, dans un des endroits où le chemin cesse, le guide du Colonel Martin qui, du sommet de la montagne où il avait pris la traverse, me voyant embarrassé fit retentir la vallée, de l’écho de sa voix. A peine était il près de moi, que mon cheval mettant le pied sur une grosse pierre ronde, tombat sur le nez et moi sur le côté : pendant tout le temps que dura ce changement de position : mon homme, comme ses compatriotes s’écriait God bless you Sir, God bless you ; et lorsqu’il me vit relever, pleasure honor, you are hard to be hurt, dit il. Faisant le tour d’une baye considérable qui s’avance dans les montagnes, j’arrivai sans autre accident, chez Mr. Anthony O’Flaharty à Renville, sur le bord de la magnifique baye de Killery : elle n’a guères plus de neuf milles dans l’intérieur du pays, mais elle est très profonde partout et on y est garantie de toutes espèces de vent aussitôt qu’on y est entré. Si ce Conomara pouvait jamais devenir plus habité et acquérir quelque industrie, ses nombreuses, belles et sûres bayes, seraient un grand avantage pour le commerce.

Cette partie du pays le long des côtes, semble avoir été habité autrefois ; on rencontre souvent des marques de sillons, dans des endroits qu’aucuns des habitans ne se rappellent avoir vu cultiver et ici comme ailleurs, tout ce dont les habitans n’ont point d’idée, ils l’attribuent aux Danois. La culture ancienne de ce pays, est certainement dùe à un peuple intelligent, quelqu’il fut : il avait desseché des tourbieres assez considérables et les avait rendues profitables ; il parait que sa méthode était, après avoir donné un cours aux eaux, de jetter sur la tourbe du gros sable de mer et de petits cailloux. Cette opération seule, sans le secours de la chaux, a été suffisante pour l’affermir et la rendre propre à la culture.

De ce coté-cy des montagnes du Conomara, on ne trouve point du tout de pierre à chaux, mais il y avait autrefois un dépôt considérable d’écailles d’huitres, dont on faisait une chaux extrêmement compacte ; on s’en est servi pour bâtir un vieux chateau sur le bord de la mer ; les pierres sont tellement jointes, qu’elles semblent n’en former qu’une, Mr. O’Flaharty s’en est servi pour bâtir sa maison ; malheureusement le dépôt est épuisé.

Les habitans brulent les herbes marines sur les côtes et en forment une matiere grisatre et très dure, qu’ils appellent Kelp, pour faire le verre ; c’est là l’industrie la plus considérable qui ne laisse pas d’être assez profitable : à peine peut-on appercevoir un arbre, mais ce pays a certainement du en être couvert autrefois : on en trouve souvent dans, la tourbe : la maniere de les découvrir est fort simple. Les habitans parcourent les tourbières à la rosée du matin avec une longue broche de fer ; ils enfoncent leur broche dans les endroits où ils apperçoivent que la rosée a d’abord disparue et ils sont presque sùrs de trouver du bois et même de pouvoir en dire la longueur, la grosseur et la qualité, en renouvellant l’opération le long de l’arbre. Lorsqu’ils se croyent certains de leur affaire ils creusent alors dans la tourbe. Ces arbres sont assez sains et sont les seuls bois, dont les habitans puissent faire usage pour bàtir leurs cabanes.

_________


WESTFORT — SLIGO — LA SOURCE DU SHANNON.



JE traversai enfin la belle baye de Killery et suivant le rivage de celle de Clew, j’arrivai encore d’assez bonne-heure à Westport House, chez Lord Altamont. Ce fut pour moi une joye réélle de pouvoir offrir mes respects à la fille aimable du victorieux Howes. La petite ville de Westport a été entièrement bâtie par le pere et le grand pere du présent Lord, qui suivant un si bon éxemple vient de commencer à jetter les fondations d’une autre ville appellés Louisburg ; il y donne asyle aux malheureux qui sont obligés de quitter le Nord de l’Irlande.

Lady Altamont reçoit les mémoires des pauvres, qui viennent aussi la consulter sur leur maladie et ensuite elle leur donne un billet pour aller prendre des drogues chez un Apothicaire, avec qui elle a un compte courant ; me promenant par le pays, on m’instruisit d’un projet bienfaisant qui l’occupe et qui pourrait en changer bientôt la face. C’est d’établir une manufacture où les enfans et les femmes pussent trouver de l’ouvrage : on me fit aussi voir un hôpital, qu’elle a fondé et qu’elle entretient à ses frais.

Toutes les fois que sur mon chemin, j’ai le bonheur de trouver des vertus pareilles, je me fais un devoir de les metre au jour, sans avoir la moindre intention de flatter et seulement comme un moyen qui peut exciter à les imiter.

Le pays aux environs de Westport est tres bien cultivé et la vue de la maison et du parc de Lord Altamont me parut infiniment satisfaisante en sortant des montagnes noires que je venais de parcourir. C’est dans le voisinage, qu’est située cette fameuse montagne au sommet de laquelle St. Patrice fit venir tous les diables et, les bêtes venimeuses, afin de les précipiter dans le trou qui s’y voit encore au sommet. On appelle la montagne, Croagh Patrick ; c’est un endroit très renommé par les pénitences des fidelles, qui s’y rendent de toutes parts certain jour de l’année. Ils en montent une partie à genoux où pieds nuds, je ne sais lequel : on m’a assuré qu’à la fête du saint, il s’y trouvait jusqu’à quatre où cinq mille personnes ; il y a au sommet une petite chapelle, où on dit la messe ce jour la ; on en a tiré une espece de cloche noire, pour laquelle les habitans ont une vénération particuliere, il est d’usage de les faire jurer dessus en matiere de loi et ils n’oseraient se parjurer. Ils ont je ne fais quelle idée au sujet de cette cloche et croyent que le diable s’emparerait d’eux sur le champ, s’ils osaient affirmer quelque chose qui ne serait point vrai.

Croagh Patrick est formée en cône et ressemble fort à un volcan, dont il se pourrait que le trou de St. Patrice, eut été la bouche. Le pays aux environs est couvert de ruines d’Abbayes et de fontaine sacrées : j’y ai vu particulierement, une large pierre dans laquelle il y avait deux trous assez profonds et pour laquelle, les habitans ont beaucoup de vénération, comme ayant été usé par St. Patrice, à force de se mettre à genoux dessus. Les Catholiques et les Protestans se servaient alors de la même salle pour célébrer l’office en attendant que leurs églises fussent bâties. Le Roy Jacques avait établie quelques fonderies de canons dans les vallées du voisinage, dont on voit encore les ruines : c’était pour profiter du voisinage de la mer et des bois qui s’y trouvent.

J’avais dessein d’aller faire un tour dans l’Erio, pays considérable et à-peu-prés aussi sauvage que le Conomara, mais la saison était si avancée que je fus obligé de m’en passer et je me rendis à Castlebar, qui est une assez jolie petite ville ; comme je n’y demeurai que peu de temps je n’eûs que celui d’admirer la forme du clocher ; il est absolument bâtie comme une seringue et cela ne doit paraitre que peu surprenant ; l’architecte était un Apothicaire. J’avais bien lu dans l’histoire, que l’on avait fait un clocher, de la seringue de la jument de gargantua, mais je ne savais quel pays possédait ce trésor : si le voyageur veut la voir, je l’engage à venir à Castlebar. Je fus ici fort bien reçu par le doyen de Killala, qui me mit en chemin vèrs cette petite villéte, qui cependant est un évêché.

Je m’accostai dans les montagnes, avec un homme qui avait l’air d’un assez bon vivant. Il m’apprit qu’il était inoculateur de son métier et qu’il s’en allait inoculant les enfans des paysans dans ce pays sauvage ; il m’assura positivement, que sur 361 enfans qu’il avait inoculé cette année, il n’en était mort qu’un seul. Lorsque l’on saura, que quand Mr. l’Inoculateur a le malheur d’avoir un enfant qui meurt dans ses mains, non seulement il n’est point payé, mais qu’il faut encore qu’il s’échappe promptement pour éviter la bastonnade des parens affligés : on verra clairement l’attention que le pauvre diable doit avoir pour ses malades. J’ai souvent pensé que ce ne serait point une mauvaise coutume à introduire dans les villes, pour encourager les médecins, à qui la mort où la guérison de leurs malades est indifferente, car ils sont toujours sûrs d’être payés et jamais battus.

En cheminant avec ce bon humain qui me parut être gai et très franc, il m’apprit toute son histoire. Il était né dans ce pays et avait été élevé pour l’église par des parens pauvres, dans l’espoir de la protection d’un homme riche, qui mourut à Dublin ; se trouvant alors sans amis, sans protections et sans argent, il rêva quelques-tems à quoi il pourrait s’employer utillement pour ses compatriotes et pour lui-même. Dans ce temps l’inoculation commençait à être mise en pratique : les effets funestes que la petite vérole occasionait souvent parmi ces montagnards, lui donnerent l’idée de se rendre près d’eux, afin de les engager à adopter cette méthode, et à l’éxercer lui-même ; s’y étant donc appliqué quelques tems dans les hopitaux, il se rendit dans les montagnes de son pays, où il éxerce avec succès ce métier depuis plus de trente ans : ce qu’il lui rapporte, ne monte gueres qu’à trente ou quarante livres Sterlings par an. On ne saurait nier que cet homme ne soit très utille à la société, et je croirais digne de l’attention du gouvernement de le récompenser de ses travaux, en lui faisant un petit traitement, pour l’encourager à les continuer.

Lorsqu’il m’eut expliqué toute son histoire, il voulut naturellement aussi connaitre la mienne : pray Sir, dit-il, what do you follow yourself ? you perceive, lui répondis-je, I follow the road — ay, me tapant sur l’épaule, you take me short. Il aurait eu de la peine à s’imaginer que c’était éffectivement là, ma seule affaire.

D’après cette petite histoire, peut-on ne pas croire faux, ces rapports qui représentent les gens du commun en Irlande comme entêtés paresseux et incapables d’improvement, dans aucun genre, pendant que des peuples réputés plus éclairés se sont refusés, jusqu’à prêtent à adopter la méthode salutaire de l’inoculation. Sur le Continent, non seulement les paysans ne voudraient point consentir à faire inoculer leurs enfans, mais j’ai vu bien des gens aisés s’y refuser. En Angleterre, les propriétaires humains sont souvent obligés de séduire les parens pour les y engager : en Ecosse ils n’ont encore pu y réussir, et cependant cette méthode a été adoptée généralement en Irlande, même dans les endroits les plus sauvages comme celui-cy ; les enfants ne sont pas le moins du monde préparés pour recevoir le germe, ils courent et s’amusent presque nuds avant, comme après la piqûre. Lorsque la fievre les prend, c’est alors seulement que l’inoculateur les voit et leur administre quelques remèdes innocents, qu’il tâche de faire valoir le plus qu’il peut afin d’augmenter son crédit et crainte que les parens ne s’accoutumassent à faire sa besogne eeux mêmes, ce qui nécéssairement lui oterait son gagne-pain.

Suivant enfin les bords variés de Lough Conn qui est encore une très grande piece d’eau et qui devrait être desseché depuis longtemps: je fus me présen ter chez Mr. Cuff à Castle-Gore. Il était allé voir son oncle, mais je fus reçu avec bonté par sa jeune Mariée et un homme agé dans la. maison qui avait été son tuteur.

Je fus visiter dans le voisinage la petite ville de Killala, où l’on voit une de ces tours Rondes, dont j’ai déjà eu souvent occasion de parler ; celle-cy est située à quelque distance de l’Eglise et ne semble pis y avoir jamais été jointe ; elle est seule, sur un tertre élevé et semble plutôt avoir été bâti comme une espece de signal pour les vaisseaux en mer que comme un clocher où aucun autre bâtiment joint à une église. C’est la seule, que j’aye vu en Irlande dans cette situation. Je fus aussi voir le Palais de l’Evêque, qui dans cette province sert de proverbe pour exprimer quelque chose de bien médiocre ; c’est aussi mauvais que le Palais de i’Evéque de Killala, était une expression assez commune dans la province de Connaught, malheureusement l’Evêque présent, venait de le réparer et d’y ajouter une aile considérable, de sorte que le proverbe n’est plus bien placé. Cet Evêché est réputé le plus pauvre de l’Irlande et l’Evêque ne jouit que de trois milles livres sterlings de rente. . . . . Le pauvre homme. Le Doyenné aussi est réputé tres mauvais et ne vaut que cinq cent livres sterlings de rente.

Comme je me promenais à cheval dans les rues ; un homme, qui j’imagine était était le Maitre d’Ecolle, m’a arrêté d’un air d’importance et m’a dit pray Sir, wbat is your name ?pray Sir, lui ai-je répondu aussi gravement, what is yours ? il a été un peu surpris de ma question, et n’a pas jugé à propos de me répondre. J’ai souvent rencontré la même curiosité, et pour premiere question un homme sur le chemin venir me demander mon pays, pour seconde, mon nom, et pour troisieme, mes affaires, &c. &c.

Je revins à Castlegore par Ballina, qui est une petite ville assez bien bâtie ; il y a une pêcherie de saumon sur la riviere qui sort du lac Conn, et forme la baye de Killala. La situation de cette baye suffit presque, pour faire connaitre qu’elle est remplie de sables. Je me fuis arrêté, entre Ballina et Killala pour voir les ruines considérables d’une Abbaye, à deux milles de cette derniere ville : il parait qu’il y avait dans cet endroit un collége et quelques autres établissemens publics ; le clocher est parfaitement bien conservé, et comme dans toutes les Abbayes de cette isle, il est placé au milieu de l’église entre la Nef et le Chœur ; cet endroit est encore un des lieux où les habitans viennent faire leurs dévotions et se promener autour des murailles. Il y a aussi une sainte fontaine, mais on voit évidement qu’elle n’a pas été faite par la Nature, comme les autres : n’en déplaise aux dévôts, elle a l’air de toute autre chose ; c’est un petit cabinet de quatre à cinq pieds de large, sur le derriere des bâtimens et situé sur le courant d’un ruisseau qui les traverse. J’ai vu plus d’un cabinet de ce genre où l’on ne se mettait pas à genoux : mais, n’importe, l’eau du ruisseau est pure.

Les bords de la riviere qui sort du lac Conn sont tres pittoresques et couverts de maisons charmantes. En me rendant à Scuramore chez Mr Nisbet je vis un grand fort rond, tel que ceux que j’ai décrit. Le soutérrain (qui est dans tous, à ce que je m’imagine) était assez grand dans celui-cy pour que les bestiaux s’y retirassent pendant la chaleur du jour. Plusieurs s’y étant cassé les jambes et ayant obligé les paysans de venir de loin pour les chercher : ils en ont comblé l’entrée avec des pierres et de la terre.

Il avait fait la nuit un temps du diable : tous les chemins étaient remplis d’eau: c’était apparemment afin que je pusse remarquer qu’on aurait bien dù faire des ponts sur les ruisseaux, au lieu de laisser seulement un cours à l’eau.

Je m’accostai sur le chemin d’un homme à cheval assez bien mis ; nous causames quelques temps de choses et d’autres et sachant que le cheval que j’avais, ne devait pas me conduire plus loin : il m’en fit avoir un autre chez un de ses gens à la campagne et enfin sans autre recomandation pour lui, que mon passeport et ma bonne mine, il me conduisit chez lui près de Sligo et me présenta à sa famille : il m’est flatteur d’avoir cette occasion d’offrir mes complimens à Mr. Holmes et de le remercier de la bonne hospitalité Irlandaise, avec laquelle il m’a traité. Il me fit remarquer chemin faisant les vagues de la mer entrant avec fureur dans une caverne et jaillissant par une ouverture à deux où trois cents pas dans les terres, à la hauteur de quinze à vingt pieds. Au village de Ballyfedere, je vis une cascade tres considérable tombant directement dans la mer, et auprès, encore une de ces saintes fontaines, couvertes de Ronces et d’épines, où ces bonnes gens étaient en prieres.

Siigo est une ancienne ville et par conséquent mal batie et tres irréguliere ; le port cependant n’est pas mauvais quoique peu large ; je ne m’arrêtai dans cette ville qu’autant de temps qu’il m’en fallut, pour me munir d’un rempart contre le mauvais temps qui s’avançait à grand pas, quoique je visse clairement que ma promenade ne pourrait guères être terminée avant deux mois : en un mot, j’augmentai ma garde-robe d’un Spencer. Je fus aussi visiter une foire de bestiaux à l’entrée de la ville et j’en trouvai les bonnes gens tout aussi grossiers que nos Bas Bretons et terminant leur marché avecla même bonne foi, se donnant et se rendant leurs guinées, jusqu’à quatre où cinq fois, avant de terminer et d’aller boire bouteille.

Je fus tout de suite me présenter à Haselwood, chez Mr. Wynne : c’est un des plus beaux lieux que j’aye vu dans ma promenade et c’est aussi un de ceux où j’aye été traité avec le plus de bonté.

J’ai eû bien des peines et des fatigues dans ce long pélerinage de l’émigration : j’ai souvent, tres souvent été tourmenté par des âmes étroites, qui faisaient naitre des pretextes pour me véxer : l’un me disait Démocrate, l’autre trop Aristocrate ; un troisieme Athée et le quatrieme un Papiste bigot. En un mot il n’est sorte de bêtises et de vexations ridicules et cruelles, que le sordide intérêt ne m’ait fait eprouver. l’estime de quelques gens de sens, l’accueil flatteur d’une seule famille respectable, m’a toujours fait tout oublier.

Je passai cinq où six jours charmans à Haselwood. Le soir de mon arrivée, je fus invité à aller au concert de Sligo : il se donnait dans la salle de session et ne ressemblait pas mal à une révolution complette : le grand tambour était sur le thrône de la justice, les fifres et les fluttes à la place des avocats et l’audience à celle des patients .

Je fis la folie le lendemain de me promener tout seul, sur le lac GillGilty. Une tempête soudaine vint tout a coup : peu s’en falut qu’elle ne fut fatale à ma pauvre nacelle, je fus trop heureux de prendre asyle comme Robinson Crusoé, dans une isle déserte ; ces islettes sont toutes couvertes de bois et les bords de ce lac, le sont aussi dans plusieurs endroits. Quoi qu’il n’ait pas tant de variété que celui de Killarney, il offre souvent des situations tout aussi interréssantes. Il a sept à huit milles de long : la riviere qui s’y jette, passe au milieu des montagnes de l’autre coté desquels le Shannon prend sa source. On m’a assuré qu’un canal de sept à huit milles joindrait tres aisément le lac Gilty, avec la partie du Shannon qui peut porter bateau. Ce ferait faire à bon compte, une isle de la province de Connaught et ouvrir une communication intérieure prodigieuse : je partis enfin avec le Colonel Cole et je me rendis au travèrs des montagnes, à la maison de son pere Lord Enniskillen, à Florence Court, où il me laissa pour se rendre à Dublin ; je me trouvai ainsi deux jours, seul dans un tres beau chateau. Il y a sur cette route deux lacs assez considérables qui se joignent par une petite riviere : leurs bords sont boisés et recréent la vue du voyageur, fatigué des montagnes arides qu’il vient de traverser. Je rencontrai sur le chemin un enterrement et j’observai que les femmes ne criaient point comme dans le Sud et l’Ouest de l’Irlande ; cela semblerait faire croire que le Sud et le Nord de cette isle sont habités par des peuples qui n’ont pas la même origine et effectivement ceux du Nord de l’Irlande sont beaucoup plus mélangés et sont pour la plupart originaires d’Ecosse.

Le jour même du départ du Colonel Cole, je mis à exécution le plan que j’avais formé, d’aller visiter la source de ce vénérable Partriarche parmi les Irlandais, (le Shannon) et je fus lui offrir mes respects. Je commençai mon expédition par visiter ces cavernes profondes, que l’on appelle the marble arch. La pierre est effectivement d’un assez joli marbre marqueté : ces cavernes sont formées par un ruisseau qui tantôt parait au jour et tantôt coule comme un torrent sous des masses énormes de rochers ; la montagne entiere est creusée presque partout, par son cours : il est évident qu’il coulait autrefois au dessus des précipices, dans lesquels il s’engloutit à présent ; on voit encore dans quelques endroits un lit assez large pour le contenir, au dessus des cavernes qu’il traverse.

En me rendant à la voute de marbre, mes guides m’en rapporterent toutes les histoires ; le nom des fées qui y demeuraient, des goblins, hob-goblins, witches, ghosts, &c. &c. qui la hantaient. Un d’eux il est sùr, avait l’air de s’en moquer, mais le plus jeune semblait y ajouter de l’importance ; ce fut dans ces dispositions que j’y entrai : un des deux hommes resta à l’entrée, disant qu’il l’avait déjà, vu et que le jeune homme serait capable de me la faire voir aussi bien que lui. Ce fut fort heureux qu’il eut cette idée, car sans cela j’aurais bien pu rester quel que tems dans la demeure des fées et des génies.

Après m’être promené près d’une heure au milieu des Rochers, des précipices et des cascades sans fin du ruisseau qui la traverse. Je pris la chandelle des mains de mon guide, pour regarder dans un précipice au fond duquel j’entendais l’eau courir ; je ne fais quoi, éteignit la chandelle. Now s’ecria-t-il d’un ton mélancolique, we are done for ever ! I would not move my foot front this place, for a guinea. Après m’être fait entendre avec beaucoup de peine, par l’homme à l’entre de la caverne et que je fus sùr qu’il était allé chercher de la lumiere ; je m’assis tranquillement et pour passer le temps, je m’amusai de la frayeur de mon compagnon. " Ne l’avez vous pas vu, " lui dis je ? " qui ? " me répondit il : " le grand diable d’enfer ! " c’est lui qui a éteint la chandelle ― with his cloven foot. " — " ay, ay !" et après avoir beuglé un moment, " oh non " Monsieur, me dit il, quand j’y pense c’est la fée ; oh j’en suis sùr c’est la fée, elle est jalouse et n’aime pas qu’on vienne la troubler :"—" eh bien si c’est la fée, repartis-je, she is a " d —n b — h, to have plaid us such a trick. " — " Ah Monsieur, Monsieur, ne parlez pas de cette maniere des gens de bien, " vous êtes sur le bord d’un précipice, ils pourraient fort bien vous pousser dedans ! quant à moi je ne les ai jamais offensé, je les respecte infiniment, and I am sure " they will not hurt me. " A cette derniere apostrophe, je ne pus m’empêcher de rire et je lui fis remarquer un petit rayon de lumiere au fond du précipice ; cela parut le rassurer un peu, et nous attendimes patiemment le retour de notre guide, qui vint enfin une heure après, nous tirer de cette situation peu agréable, au fait.

Au sortir de la caverne, mes guides m’exposerent toutes les difficultés que j’avais à rencontrer, pour aller visiter la source du Shannon ; il y avait encore six milles et autant pour revenir. Dans le fait quinze milles Anglais dans des tourbes, pour voir la source d’une riviere c’était bien du chemin. " Mais Mr. Bruce, " me dis je, a bien été employé, (à ce qu’il dit) pendant sept à huit ans pour voir la source d’une autre riviere (Le Nil) ; pour quoi ne le ferais je pas quatre où cinq heures pour le même object ? " et je me mis,en route à travèrs les tourbes, pour aller voir la source du Shannon.

Comme tous les grands personnages de ce monde, ses approches sont très difficiles et quand on en est près, comme eux encore, il n’est pas grand chose. Cependant il y a peu de rivieres, qui ayent un tel commencement, un ruisseau large de quatre à cinq pieds et profond de deux où trois, sort d’un bassin rond, d’environ vingt pieds de diametre et assure-t-on sans fonds ; après avoir couru un mille à l’Ouest, il forme le Lough Clean, qui a trois milles de long sur un de large, et poursuit son cours au Sud, en formant des lacs à l’infini, dont les principaux sont Lough Allen, Lough Boffin, Lough Rea et Lough Derg. Ces deux derniers, ont près de de trente milles de long chaque, sùr neuf à dix de large, et sont couverts d’un grand nombre d’isles.

Le pays près de Lough Allen est plein de mines de charbon et de fer : on y a établi des forges, qui seront d’un grand profit, quand la riviere aura été rendue navigable tout le long de son cours.

Après avoir satisfait ma curiosité, et bu un grand coup de la source, dans le creux de mon chapeau ; je pris congé du Shannon et Souhaitai bien sincerement, qu’il put voir heureux, les bords hospitaliers qu’il arrose. " il est bien surprenant dis-je à mon conducteur, que l’on n’ait pas fait une sainte fontaine, de la source du Shannon ? " " les saints seuls, me répondit il, peuvent en faire. Mais pourquoi cette fantaisie a-t-elle pas pris à quelques saints c’est ce dont je suis fort surpris.

Mon conducteur semblait un bon vivant, et comme il me reprochait souvent, de n’avoir pas pris la précaution de porter quelque chose à manger." You speak always of eating, lui dis je, " I am sure you are an Englishman, are you not ?" " dont call we, by names, me répondit il ? " mais un Anglais, lui répartis-je, vaut bien un Irlandais je pense. " La dessus secouant la tête d’une manire très intélligible, il m’articula proprement un G-d . . d—n, qui me fit comprendre tout ce qu’il ne voulait pas dire. Il est fort singulier, qu’après tant de siecles que la Conquête de l’Irlande a été faite, les deux peuples ne soient pas encore unis et probablement ne le seront jamais. En France un Provençal se vante d’être Français, aussi bien qu’un Breton et un habitant de l’ancienne France, sans entretenir aucuns préjugés les uns contre les autres, excépté ceux que la distance peut faire naître.

Pour tacher cependant de rassasier mon conducteur, nous entrames dans une cabane, dont les bonnes gens se firent un plaisir de nous offrir ce qu’ils avaient chez eux, et ne voulurent absolument rien prendre en retour.

Je quittai bientôt le chateau de Florence Court et à travèrs un joli pays, je me rendis à la ville d’Enniskillen, où je fus fort bien reçu par le Rev. Dr. Stock.



L’ULTONIE ou ULSTER.


ENNISKILLEN ― L’iSLE DE MURRY ― DONEGAL ― LES MAISONS
DE SUEUR ― LE PURGATOIRE DE ST. PATRICE.



ENNISKILLEN est une jolie petite ville, située dans une isle formée par le grand lac Earn, dans un endroit ou il se retrécit et forme une riviere avec un courant assez fort : ce lac est le plus long d’Irlande, si l’on y comprend la riviere qui joint la partie supérieure avec l’inférieure, et qui n’a rééllement pas un mille, il a près de quarante milles de long et dans bien des endroits, jusqu’à dix ou douze milles de large : à Enniskillen ce n’est qu’une riviere assez considérable et un peu plus bas, pas plus large que le Lifffey à Dublin : cette ville se vante de son attachement au Roy Guillaume : elle soutint un siége contre son malheureux beaupere : j’apperçus sur la porte, cette inscription qu’on y avait placée dernierement, the glorious memory of the first of July . . je n’aime pas ces ressouvenirs, ils ne servent qu’à humilier et à aigrir les vaincus, c’est à dire point ceux qui ont rééllement tort, mais les plus faibles. Je trouverais plus généreux et plus politique de faire oublier le passé : cela me rappelle une inscription à Dublin au dessus de Nassau-Street, où on lit gravé dans la pierre, may we never want a William, to kick the breech of a Jacobite. Ces inscriptions me sont mal, je l’avoue : elles prouvent en même tems, qu’il éxiste encore beaucoup d’animosité entre des personnes, dont aucunes, n’a vu le sujet de la querelle, et qui par conséquent devrait être oublié.

Lord Belmore venait de bâtir dans ce voisinage. un palais superbe ; la maçonnerie seule du bâtiment, lui revient à quatre vingt mille livres sterlings, la colonade du frontispice est d’une architecture trop belle peutêtre, pour un simple particulier et pour une maison de campagne : l’intérieur est rempli de marbres rares et les murailles de plusieurs chambres sont couvertes de stucs précieux, qui ont été faits à grands frais, par des ouvriers venus d’Italie. On a presque entièrement sacrifié la commodité à la beauté, les chambres que l’on destine aux etrangers, ressemblent à des caves quoiqu’elles soyent aux combles ; elles ne reçoivent le jour que par de petites fenêtres à huit pieds du niveau du plafond et devant elles encore, il y a une balustrade pour qu’on ne puisse les appercevoir du dehors. Mon gout peutêtre, paraitre bizarre, mais j’avoue qu’une maison commode me parait préférable à un palais qui ne l’est pas. Il faut laisser les Temples aux Dieux.

Tout ce pays semble avoir été autrefois couvert d’un nombre prodigieux de petits lacs, à moins qu’ils ne fussent des branches du principal, que l’on a trouvé le moyen de dessecher ; il est entièrement coupé de petites collines et de vallées sans presque d’écoulement. Le grand lac Earn est encore couvert dit-on, de 365 isles, ainsi que Lough Derg, Lough Rea, et Lough Carib. Dans une de ces isles, il y a les ruines d’une ancienne Abbaye et de plusieurs eglises, que je fus visiter ; la tour n’est pas si élevée que plusieurs que j’ai vu dans la province de Connaught ; je parvins à me hisser à la porte, qui n’est guères que dix à douze pieds, au dessus du niveau de la terre. J’ai déja dit que des gens ingénieux, se sont donnés bien de la peine pour savoir de quelle maniere on pouvait parvenir au sommet de ces tours ; la simple inspection. de l’intérieur suffit pour en donner une idée. On voit quatre ou cinq pierres d’attente : d’étage en étage il est évident qu’elles devaient supporter des solivaux sur lesquels on avait formé un plancher ; il y a plusieurs clochers sur le continent, au sommet desquels, on monte de cette maniere. Au surplus cela m’est assez égal et je serais faché d’ôter aux antiquaires le plaisir de rêver. Les ruines de cette isle ont le caractere de celles de l’Est de l’Irlande, elles sont plus petites que celles des provinces de Munster ou de Connaught, et n’ont pas été bâtie dans le même gout ; il y a ici, une chapelle voutée, qui ressemble à celle que l’on appelle à Glandalogh la cuisine de St. Cavan.

On voit dans le cimetiere un cercueil de pierre, dans lequel il est d’usage pour les habitans de s’étendre, je ne sais trop de quoi il guérit ; le miracle est qu’il accomode parfaitement toutes les tailles. Je m’y suis étendu, il est sûr qu’il m’allait fort bien ; c’est une espèce de Redingotte dont les plis n’incommodent gueres et que le tailleur est toujours sûr de couper à la mode.

Les terres du dernier Prince d’Ulster, furent confisquées et lui même fut pendu à Londres, sous le regne de la Reine Elizabeth ; on assigna alors une partie de ses domaines pour maintenir l’école publique de la ville. Par la suite, la place de maitre d’ecolle à Enniskillen, est devenu une espece d’Evêché ; elle rapporte à-peu-près deux mille livres sterlings de rente ; on doit sentir que c’est un moyen, sùr de ne point avoir d’Ecolle, que de donner deux mille livres sterlings au Maitre ; c’est aussi l’effet que cela a produit à Enniskillen. Cependant la personne qui occupe cette place à présent, le Dr. Stock, (chez qui j’ai passe les deux jours que j’ai été à Enniskillen,) est un homme très instruit et qui a en outre de douze ou quinze enfans à lui, cinq ou six nièces ou neveux qu’il éléve lui même, sept à huit pensionnaires à cent guinées par an. J’ai peu vu de maisons, où il régnait tant d’ordre au milieu de tant d’enfans, mais aussi je n’a jamais vu un tél maitre d’Ecolle.

Je quittai enfin la maison hospitaliere du Docteur Stock, et suivant les bords Romanesques et escarpés dans quelques endroits de la partie inférieure du lac Earne, qui ressemble à une mer. Je m’arrêtai à Beleek, où se trouve la premiere cataracte dans la riviere qui en sort. Elle est à environ trois milles du lac ; jusques là, la riviere qui en sort, semble à peine avoir un courant et il me parait que l’eau est à peu prés au même niveau que dans le lac ; elle tombe ici tout-à-coup, dans un espace de cent pas, de plus de soixante pieds : la premiere chute peut être de douze où quinze.

Je ne parle point de rendre cette riviere navigable, parce que de là à la mer, qui n’est qu’à quatre milles, elle est presque partout un torrent furieux : mais on avait commencé à faire un canal : près de la moitié des frais sont déjà faits ; n’est il pas honteux de l’avoir abandonné. Ensuite n’est il pas évident qu’en enlevant la premiere cataracte, on déssécherait presqu’entièrement le lac inférieur. Cette opération est d’autant plus facile à Belleek, que la riviere forme avant de s’y précipiter une large nappe d’eau : l’on pourrait forcer son cours d’un côté de la cascade pendant qu’on travaillerait l’autre, couvert par une digue.

On m’objèctera que le lac est superbe et bien d’autres belles choses ; je n’aurais jamais imaginé que les Irlandais fussent de tels amateurs d’eau. Qu’ils n’ayent pas peur, ils en auront toujours assez, mais j’avoue quant à moi, que des prairies et des champs fertiles me plaisent davantage que le plus beau bras de mer de l’univers.

Je fus reçus à Ballyshannon par Mr. Gamble ; cette ville est un petit port de mer peu fréquenté dans la baye de Donegale ; elle est située à la derniere cascade de la riviere qui sort du lac Earn et qui tombe de quinze à vingt pieds perpendiculairement dans la mer ; il y a un côté où la chute n’est pas si rapide et où il est curieux de voir les efforts des saumons pour vaincre le courant ; on en prend une quantité prodigieuse au sommet et il y en a fort peu qui puissent arriver jusqu’au lac.

A une quinzaine de milles en mer à l’entrée de la baye, est une isle nommée Innis Murry, fameuse par les ruines de caves expiatoires et la pierre du soleilMuidhr qui a donné le nom à cette isle. Le général Vallancey prétend que ce Muidhr est le Mithra des persans et le Mahody des Gentous : il en tire des conclusions qui semblent assez fondées, pour prouver l’origine à laquelle les traditions Irlandaises prétendent. Il donne l’estampe de la pierre dédié à Mahody, ou le Dieu Suprême, que le capitaine Pike decouvrit dans un temple Gentou, dans l’isle d’Eléphanta aux Indes : il est sùr qu’elle ressemble fort à celle qu’il donne aussi de celle dediée à Muidhr, dans l’isle Murry. Les deux pierres sont taillées en cône, et l’une comme l’autre sont entourées d’un cercle pour prévenir toute profanation et sont placées dans des isles pour le même dessein.

Les premiers missionaires Chrétiens, qui croyaient devoir profiter des préjugés et des coutumes des peuples pour leur faire adopter plus aisément la foi, bâtirent deux chapelles, dans l’enceinte de ce temple dediées l’une à St. Molase et l’autre à St. Colum, et furent ainsi approprier au christianisme, les rîtes et les dévotions qu’ils ne croyaient pas être capables de détruire.

Les harengs fréquentaient autrefois cette baye et les côtes au Nord de Donegal : feu Mr. Burton Connymgham, qui était toujours prêt à faire des entreprises qu’il croyait pouvoir être utiles à son pays, dépensa trente mille livres sterlings de sa fortune et vingt mille du gouvernement à faire sur côtes des établissemens considérables pour la pêcherie ; bâtit même une petite ville dans une isle, pour recevoir les pêcheurs : mais les harengs furent, avec juste raison, tellement effrayés d« ces préparatifs immenses, qui semblaient menacer leur race, d’une entiere destruction, qu’ils se sont évadés au plus vite et n’ont pas reparus depuis : de sorte ces magazins, la ville et tous les établissemens, restent sans habitans dans un pays désert, où il ne va jamais personne. C’est risible à présent, mais il ne faut pas oublier que son
Latocnaye promenade dans l irlande.djvu
intention était louable et qu’on ne pouvait pas penser que les harengs déferleraient ces côtes. Il est très possible d’ailleurs qu’ils y reviennent : j’ai souvent pensé qu’ils doivent être attirés sur une côte et tantôt sur l’autre suivant la nourriture qu’ils y trouvent. Lorsqu’ils ont entièrement mangé l’herbe dont ils se nourrissent, il est fort simple qu’ils aillent ailleurs ; pourquoi, ne chercherait-on pas à connaitre quelle est cette herbe marine, et à la propager dans les endroits, où l’on voudrait les engager à venir.

Je me rendis de là près de Ballytra à Brownhall, chez Mr. Hamilton, où je passai quelques jours très agréables. Dans L’enceinte du parc, il y a un petit lac d’où sort une riviere que je regarde comme une des principales curiosités naturelles de ce pays. De tems à autres, elle coule lentement dans des cavèrnes souterraines remplies de petrifications et où l’on peut se promener à l’aise : dans d’autres c’est un torrent fougueux : Elle parait plusieurs fois au jour et se rengoufre encore : on a profité de cette voute naturelle dans bien des endroits, pour faire passer le chemin où les promenades dessus ; dans une de ces caves les pigeons ont pris asyle et y demeurent seuls ; dans une autre il y a des chauve-souris. Enfin après bien des accidens, la riviere tombe de vingt pieds de haut : quelques unes des cavernes, ont un écho surprenant. C’est le jeu de la nature le plus singulier que j’aye vu et se trouvant dans un jardin bien tenu, cela le rend encore plus remarquable ; la riviere peut ainsi couler sous terre dans différentes cavernes pendant deux milles.

J’avais entendu parler d’un usage particulier aux habitans de cette partie et je désirais m’en assurer : c’est ce que les bonnes gens appellent a sweating house et qu’ils regardent comme un remède à tous maux. Mr. Hamilton eut la complaisance de m’en faire voir une dans le voisinage : j’imagine que le lecteur doit être fort embarrasse de ce que peut être a sweating house ; qu’on se figure une espèce de four de cinq où six pieds de haut sur trois de large, avec une entrée au niveau de la terre d’environ un pied et demi, absolument de la figure d’un dé à coudre.

On chauffe ce four, avec des tourbes comme pour y faire cuire du pain ; lors qu’il est bien chaud, quatre ou cinq hommes ou femmes tout nuds, se glissent dedans du mieux qu’ils peuvent par l’ouverture, qu’on bouche ensuite avec une planche couverte de fumier. Ces malheureux restent dans cette étuve, quatre où cinq heures de suite, sans même pouvoir en sortir ; car si l’un d’eux se trouvait mal, il s’assoierait par terre, mais on n’ouvrirait pas la planche avant le tems. A peine y sont ils entrés, qu’ils sont couverts d’une sueur abondante et communément lorsqu’ils en sortent, ils sont beaucoup plus maigres qu’en y entrant. Lorsqu’il y a quatre où cinq cabanes près l’une de l’autre, on est sùr d’en trouver une : et quelque soit la maladie des paysans, ils en font usage. L’homme qui me montrait celle-cy, y avait été la veille pour mal aux yeux.

Pour savoir ce que c’était, je m’y suis glissé moi-même et quoiqu’il n’y eut pas eû de feu, depuis plus de vingt-quatre heures et que l’entrée fut ouverte : il y a peu de maladies que je ne préférasse à un tel remède : cependant il est sùr que il l’on pouvait avoir la respiration libre, une transpiration aussi violente pourrait être utile dans bien des cas ; il est certain que plusieurs paysans se sont ainsi guéris de Rhumatismes, ou autres maladies causées par des transpirations arrêtées. En sortant dela, quelques uns vont se jetter sur un lit dans la cabane et se tiennent chauds quelque tems : d’autres n’en tiennent compte, se rhabillent et vaquent à leurs affaires, comme si de rien n’était. Les volailles aiment fort la maison de sueur, c’est toujours leur asyle des que le tems est mauvais : il est sùr, qu’elles se tiennent à l’entrée, et qu’elles n’ont pas la tête dans la vapeur.

Les tuatha da dannan, qui étaient de grands sorciers suivant l’histoire et qui avaient principalement fixé leur domicile dans le nord de l’Irlande et dans le comté de Donegal, " établirent, dit le Général Vallancey, un oracle dans une isle d’un petit lac nommé Lough Gearg, Dearc ou Derg. Il y avait une caverne nommée uamh Treibh-Oin - -, la caverne de la tribu de Oin, que l’on appella ensuite le purgatoire de St. Patrice. " C’est ici le principal pélerinage d’Irlande, il s’y rend en été des bandes nombreuses de dévots des différentes parties de l’isle : on fait monter le nombre des personnes qui y viennent à trente et quelque mille : le bateau qui sert à les y passer, est affermé deux cents livres sterlings : telle est l’affluence, qu’il y a quatre ou cinq ans qu’un bateau trop chargé s’effondra dans le passage à l’isle et qu’il y périt une trentaine de personnes. On y faisait autrefois des épreuves terribles : encore à présent, les pénitences se sont sur le ventre, sur le dos et sur les genoux ; cependant " cette fameuse et ancienne caverne, fut rompue et bouchée en 1497 le jour de la fête de St. Patrice comme une chose fabuleuse, par le Gardien des freres Mineurs de Donegal et d’autres personnes, d’après les ordres du pape Alexandre VI." (Sir Richard Ware.)

Les montagnes et même les villages et territoires dans le " voisinage de ce lac, ont des noms Irlandais qui tous ont rapport à la sorcellerie ; Rughd-Cruach, Cruach-Brioct, Sceirgearg ou gearog, la montagne des Charmes, — des sorciers " la derniere le rocher de la destinée, qui a donné le nom au lac gearg ou dearg." *


  • Le Général Vallancey fait un rapprochement singulier de ces noms avec l’Arabe, et le Persan dans lesquels ils ont même la signification : il donne plu, de cinquante noms, tous tirés de cette province et surtout de cette partie du pays, ayant tous rapport au même objet. Il ajoute, " and one hundred names more, all signifying the great settlements of our Dadanian Prophets. But I must not omit that in the center of this country, the cloud capt mountain of Alt Ossain. Around him, is the whole scenery of Ossian and Fingall, which has been beautifully described by Mr. Macpherson ; " and to the Northward of Lough Dearg are the monntains, caverns and lake of Finn or Fingall, i. e. of the Finn, the Sorcerer ; and in the capital of the country stood De Ruidh, or the oracle of God, now Derry."

Les approches de ce lac, sont par des marais impraticables au travers de ces montagnes, que l’on ne peut gueres franchir qu’à pied. La description que Mathieu Paris en donne, dans un livre Latin Ecrit dans le douzieme siecle (et que j’ai lu à Brown Hall), semblerait avoir été faite pour les Mysteres d’Eleusys ou pour l’Antre de Trophonius : les choses inouïes que le Capitaine Irlandais, (à qui il donne aussi le nom de Oin) rapporte y avoir vues ont besoin d’une foi au moins aussi grosse qu’un grain de moutarde pour être crues. Il voit les diables et les damnés étendus sur des roues brulantes ou étuvant dans des chaudieres de souffre, on le fait lui même rôtir et bouillir quelque temps : après bien des épreuves de ce genre, il arrive dans les Champs Elysées où il est reçu par des Evêques et des Moines, qui lui font voir la porte du paradis, le complimentent sur son courage, le régallent de la nourriture céleste, puis le renvoient en enfer, c’est a dire le font rentrer dans le monde car,

Ce monde hélas, est bien un autre enfer.

Il n’est pas hors de propos d’ajouter, que Mathieu Paris dit aussi, qu’avant d’entrer dans cette caverne on, faisait veiller, prier confesser et jeuner le pénitent pour le préparer aux choses surprenantes qu’il devait y voir. Nous avons un vieux proverbe français, qui dit que ventre affamé n’a point d’oreilles, on pourrait dire aussi, qu’il n’a point de raison, et qu’il était fort aisé de faire voir tout ce qu’on voulait, à un homme préparé de la sorte.

Je reviens à ma promenade : je passai par la petite ville de Donegall : je tournai tout à coup à l’Ouest et passai par cette ouverture singuliere, qui se trouve dans les montagnes et qui semble avoir été faite comme si la nature eut voulu ménager une communication d’un pays à l’autre ; c’est le seul passage qui se trouve dans les montagnes du coté de la mer : on voit près du sommet, le Lac Ease, il y en a aussi un autre de l’autre côté, dont le cours est vérs Londonderry. J’apperçus un vieux chateau tout seul dans ces montagnes désertes, mon conducteur me dit, qu’il y avait autre fois des troupes, pour purger le pays des Toris, qui a ce qu’il prétendit étaient des voleurs de grands chemins, qui s’étaient établis dans ces déserts et qui detroussaient les passans.

Enfin après une journée assez fatiguante, je fus me présenter le soir chez l’Evêque de Raphoe, qui me reçut avec beaucoup de bonté. Le comté de Donegall dont j’évitai de faire le tour, en passant par la coupure des montagnes et en me rendant sur le champ à Raphoe, est un pays presque aussi peu fréquenté que le Conomara : il est cependant, au dire de personnes qui le connaissent, beaucoup meilleur. L’Irlande est tres peuplée dans les bons pays, mais si l’on pouvait parvenir à disperser la population dans ces parties recullées, elle pourrait contenir et nourrir plus du double de ses habitans : cela vaudrait certainement mieux, que de les laisser émigrer en foule pour l’Amérique, ainsi qu’ils l’ont fait longtemps.

Les catholiques depuis Sligo, commencent à être bien moins nombreux ; les habitans dans cette partie, sont divisés en trois parts à-peu-près égalle. Les Anglicans, les Catholiques et les Présbyteriens. Je suivis le dimanche, le bon Evêque qui me donnait l’hospitalité et son église était pleine ; de chez l’Evêque, je fus chez le Doyen, d’où, après un jour où deux, je me rendis à Londonderry et passai près de ce bras de mer qu’on appelle Lough Swilly. C’est une baye très considérable, très profonde et très sûre presque partout ; mais le pays sur les côtes est un peu sauvage et c’est vraisemblablement ce qui engagea la compagnie Anglaise, qui vint de Londres sous le regne de la Reine Elizabeth, à s’établir à Derry, au lieu de le faire ici. C’est depuis ce temps que cette ville a ajouté London à son nom.

_________


LONDONDERRY ― LE GRAND CHEMIN DES GEANS

BALLYCASTLE ― FAIR HEAD.



LES approches de Londonderry sont charmantes, et annoncent l’opulence d’une grande ville. Les bords de la jolie riviere Derg, sont cultivés et soignés comme un jardin et couverts de maisons de campagne. La ville elle-même, située sur une éminence se montre de loin et offre un aspect agréable qui est bien embélli par le clocher en fleche, que Lord Bristol (L’Evêque de Derry) y a fait bâtir par souscription.

L’enceinte de la ville est peu considérable, mais les faux-bourgs sont très grands. Les anciens remparts subsistent et forment une promenade agréable, qu’on a défigurée dernièrement par un Arc de Triomphe, qui n’a guères l’air que d’une large porte : on a gravé en grands caractères sur la clef de la voute, 1689, qui est l’année où cette ville fut assiégée par le Roy Jaques. On devait bien au moins, faire un escalier pour faire communiquer les deux bouts de la promenade. Comme ces remparts ne peuvent être à présent d’aucune utilité, je croirais que s’il n’existaient pas et qu’on se servit des matériaux pour étendre la plate-forme de la monticule sur laquelle la ville est située, cela vaudrait infiniment mieux et ferait circuler l’air dans les rues : mais les habitans en sont jaloux et se rappellent encore le siége mémorable, que cette ville soutint contre le roy Jacques, quoique tres certainement il lui serait impossible de résister à présent à aucune attaque réguliere.

Je fus visiter l’endroit sur lequel le roy Jacques était campé, ainsi que les différens postes français. Ces derniers me semblerent habilement choisis : mais ce qui m’étonna fort, ce fut comment la frégate Anglaise put parvenir à forcer son passage, malgré la chaine qui barrait la riviere et les batteries qui étaient sur ses bords : on sait que la ville était sur le point de se rendre et que la flotte Anglaise, avait été obligée de se retirer dans le Lough Swilly, où elle avait attendu près de six semaines, sans trouver aucun moyen de lui donner des secours : sachant cependant l’extrémité où les habitans se trouvaient réduits, on résolut de risquer de faire forcer le passage par une frégate, accompagnée de deux où trois vaisseaux de transport.

La reddition de la place dépendait du succès de l’entreprise : on doit sentir l’intérêt qu’elle devait exciter dans les deux partis. La frégate poussée par un bon vent et par le courant de la marée, frappa avec violence contre la chaine : elle en fut d’abord repoussée et échoua sur la vase, mais heureusement, que le capitaine profitant de la marée montante, la dégagea en faisant tirer à la fois, tous les canons du côté où elle était envasée et la marée la reporta vèrs la châine que le premier choc avait brisée : lorsque la frégate eut passée, le capitaine avec l’équipage de son bord, cria huzza ! huzza ! , ce qu’on appelle three cheers, en signe de réjouissance, et ce qui dut lui faire beaucoup de peine aprés une action pareille, il eut la douleur en commençant le troisieme huzza ! de voir boulet de cannon lui enlever la tête.

Londonderry n’a point du tout l’air d’une ville Irlandaise, on y voit une activité et une industrie qu’on ne trouve guères autres parts. Son principal commerce consiste dans les toiles, il y en a un marché, une où deux fois la semaine : il est surprenant avec quelle promptitude les Marchands les examinent ; ils sont sur une espèce de traiteau avec un petit pupitre devant eux, les paysans portent leur toile sur leur têtes et s’arêtent un moment : le Marchand regarde la toile, dit son prix et s’il est accépté, il le marque sur la toile, et le paysan va se faire payer au bureau. Il y a tel Marchand, qui chaque jour de marché, achète des toiles, dans une heure pour trois ou quatre cents livres sterlings.

Il est assez singulier que, quoique tout le lin qui sert à faire ces toiles croisse dans le pays, on ne puisse cependant parvenir à y avoir de la graine et que l’on soit obligé de la faire venir d’Amérique.

Les premieres manufactures de toile ont été établies en Irlande par les protestans qui quitterent la France sous le Regne de Louis XIV, et furent porter leur industrie dans un autre pays.

L’exportation de ces toiles est d’un profit immense à l’Irlande ; d’après les recherches que j’ai faites à ce sujet, aussi, bien que pour l’exportation des viandes salées et du bled : il paraitrait que dans ces dix dernieres années (malgré le nombre prodigieux d’absents riches, à qui l’on fait passer des sommes énormes) l’Irlande a reçu chaque année environ deux cent mille livres sterlings, (quatre millions tournois) de plus, qu’elle n’a fait sortir du pays * ; on sent que si un tel état peut continuer pendant quelque temps, ce royaume arrivera bientôt à un point de prosperité, auquel peu de nations peuvent prétendre. Il est sùr qu’à la simple apparence, le voyageur croirait d’abord, qu’il y a plus d’or en Irlande qu’en Angleterre, proportion gardée.


  • Voyez, les journaux de la chambre des communes, sur l’importation et l’exportation, les rapports des douannes, et les calculs d’Arthur Young à la fin de son livre sur l’Irlande.


Lorsque j’étais à Londonderry, un Nain Polonais s’y faisait voir par curiosité. Il s’appellait le Comte Boralosky ; il peut avoir deux pieds et demi de haut ; c’est un petit être fort extraordinaire, il parle quatre où cinq langues et est très bien élevé ; il pouvait avoir alors cinquante à soixante ans ; il a beaucoup voyagé dans la grande Bretagne et il y a peu de villes où on ne se rappelle de lui. On rapporte que sa femme, qui est de taille ordinaire, le prit un jour en disputant et le mit sur la cheminée. Il y avait aussi dans la même ville un certain savant, qui vivait dans une telle chastété que St. Martin n’était rien auprès : je lui ai vu jetter son verre au feu, parce que sans qu’il s’en apperçut on l’avait rempli, pour lui faire boire à la santé des dames, I wonder, disait un certain Docteur dans la ville, he was not tempted, to know what it is, at least once.

L’Evêché de Derry est un des meilleurs d’Irlande : on dit qu’il vaut douze mille livres sterlings de rente. Oh ! le le bon métier, le charmant métier, que celui d’Evêque ou de Ministre Anglicans : ce sont les enfans gâtés du Bon Dieu ! riches comme des Banquiers, bon vin, bonne chere, jolies femmes, et tout cela pour leur bénédiction. Dieu les garde : Ah ! si je pouvais un jour porter moi même le philibeg * de satin noir . . . cela vaudrait mieux que d’être émigré. Lord Bristol a en outre de son Evêché une fortune de quinze à vingt mille livres sterlings de rente. C’est un homme de talent et tres instruit, mais qui a des manieres singulieres. Il voyage presque toujours dans les pays etrangers et dépense presque tout son revenu, en maisons superbes qui font beaucoup de bien dans le pays, par l’argent qu’elles coutent.


  • Les Evêques Anglicans portent pour marque de leur dignité, un petit jupon, qui ne descend qu’au genou comme les montagnards d’Ecosse, avec cette différence cependant, que je crois qu’ils ont des culottes dessous.


Il est assez singulier de remarquer, combien en Irlande la politesse est peu cérémonieuse dans les endroits publics, pendant qu’elle l’est souvent beaucoup dans les maisons particulieres. Dans l’auberge ou j’étais logé, il y avait un grand bal que je fus visiter. Lorsque le souper fut annoncé, ce ne fut pas un spectacle sans intéret pour moi, de voir toute la compagnie courir vers la table et se placer au plus vite sans attendre personne. Il arriva qu’un jour, Lady * * *, qui était la Reine du bal, ne se pressant pas assez, ne put trouver de place. La même chose m’arriva cette fois, car cependant que j’éxaminais philosophiquement, toutes les places se trouverent prises, et ce ne fut pas sans peine que je trouvai un bout de banc. Je ne cite point ceci comme particulier à Londonderry, l’instant où dans les bals publics en Irlande on annonce le souper, est vraiment fort amusant. Il ne faut cependant, pas trop s’amuser à considérer la vivacité de la foule, pour peu qu’on ait faim, Car ....

Ce ne fut qu’à Londonderry, que je commençai à m’appercevoir de l’esprit de contention qui regnait alors dans cette province. Les partis cependant se voyaient encore. Je partis enfin de cette jolie ville et passant par Newtown Limavady, je me rendis chez Mr. Maccausland à Fruit Hill, d’où après un jour ou deux, il me conduisit à quelque distance, chez le Rd. Samson, pour qui j’avais une lettre. Ce ministre est réputé être un violent antiministériel et cependant il était encore assez bien vu des personnes qui pouvaient avoir des opinions politiques différentes des siennes. Je le trouvai un homme tres instruit et tres complaisant. Il est vraiment singulier comment je m’accorde aisément avec les personnes dont l’opinion est totalement différente de la mienne, pendant qu’au contraire, il m’est souvent arrivé d’être querellé d’une maniere terrible, par des gens dont l’opinion n’avait pas un fétu de différence.

Le rivage commence déja à prendre quelques traits du fameux chemin des Géans (Giants Causway.) Les rochers perpendiculaires, sous lesquels je passai sont basaltiques et couvrent une couche de pierre à chaux d’une Blancheur singuliere.

L’évêque de Derry a bâti un Palais superbe dans un endroit peu fréquenté, où plutôt entièrement désert avant. On voit avec plaisir, dans cet endroit, un grand nombre de maisons de paysans qu’il a bâtie à ses frais. Elles sont tres propres et de plus les paysans eux-mêmes, semblent avoir le plus grand attachement pour leur évêque, quoiqu’ils ne l’aient jamais vu. La maison de Down Hill, est remplie de belles peintures que Lord Bristol a apporté avec lui d’Italie. Il a bâtie un temple d’une belle architecture sur le bord du précipice, comme pour braver les vagues et le vent ; on voit la mèr furieuse battre les rochers perpendiculaires qui en forment la base, et qui s’élévent à une hauteur de plus de cent cinquante pieds ; il a, non sans raison, dedié ce Temple à Eole.

On distingue parfaitement les côtes d’Ecosse de cet endroit et ce ne fut pas sans plaisir que je les apperçus, ayant l’intention d’y passer l’hyver ; quoique mon voyage eut été fort agréable, on se lasse à la fin, et j’étais à mon sixieme mois de courses perpétuelles et d’un pélerinage peu commun.

Je me rendis de là, chez le Rd, Burrowes qui est archidiacre du diocese : c’est surtout dans cette partie, que la division commence à paraitre plus particulierement. Un des domestiques de la maison qui revenait de Coleraine, rapporta qu’on avait brulé la maison d’un Capitaine O’Hara et égorgé sa famille. J’ai toujours cru que c’était une imposture du laquais, pour savoir l’effet que cette nouvelle produirait sur son maitre. Le lendemain, je me rendis à Coleraine et rien de pareil ne s’était passe ce n’était seulement qu’une bataille de foire, dans laquelle, quelque coups de bâtons s’étaient distribués.

Je fus reçu avec beaucoup de bonté dans cette ville par Mr Richardson, chez qui je passai trois où quatre jours. Les paysannes à Coleraines ressemblent un jour de Dimanche aux paysannes Ecossaises du côté de Montrose ; elles sont extrêmement propres et bien tenues, leurs épaules aussi sont communément couvertes d’un Manteau rouge : on ne croirait vraiment pas être dans l’Irlande.

Je me promenai un jour le long de la riviere Bane qui sort du lac Neagh, dont je parlerai après ; pour m’informer par moi-même, de l’état du pays je fis arrêter le domestique de Mr. Richardson avec les chevaux, et je m’hazardai à entrer dans une cabane, et à causer avec la famille ainsi que je le fais quand je voyage à pied ; je louai infiniment la situation du pays, et j’ajoutai qu’il était bien cruel qu’on se permit de dire que le paysan n’était pas prêt à défendre sa constitution, &c. &c. Ces bonnes gens furent fort reservés tant que je restai dans la cabane, mais lorsque m’en éloignai, je fus suivi par un jeune homme qui prit plus de confiance en moi et commença à me débiter toutes les fariboles dont le peuple se berçait en France avant la révolution : je fus vraiment_surpris d’entendre les mêmes discours d’égalité, de fraternité, et d’imposition, &c. à la fin cependant, je demandai à mon homme de quelles impositions il avait tant à se plaindre. Il nomma particuliement celles sur le vin et sur la bierre et comme je lui demandai s’il buvait jamais, de l’un où de l’autre il me répondit que non, mais que c’était égal, que c’était bien dùr pour ceux qui les payaient et autres impertinentes bêtises. Il parla aussi de la réforme du parlement et se plaignit vivement des abus dans les élections, &c : il vanta aussi beaucoup la tolérance, et fit des discours philosophiques, pareils à ceux de nos Petits-Maitres avant la révolution : en un mot, pour dire la vérité, je revins de ma promenade, tres peu satisfait des United Irishmen.

Il est possible qu’il y ait rééllement quelque sujet de plainte, car quel est le pays où il n’y ait pas d’abus dans le gouvernement. Mais il est évident que les murmures des paysans, leur ont été mis dans la tête par des gens d’une autre trempe. Qu’importent au paysan, la pluralité des places, les élections au parlement, les entraves du commerce, les droits sur le vin et autres marchandises, ils ne peut s’en inquiéter en aucune maniere ; pourvu, qu’il jouisse paisiblement du fruit de son travail et qu’il soit assuré de sa liberté personnelle, que ce soit pierre ou Jacques, qui occuppe telle place, que le gouvernement sous lequel il vit, soit républicain ou monarchique, il ne s’en soucie nullement. Comment faire cependant pour l’engager à se plaindre ; il faut bien lui faire croire que sa misere vient de choses qui n’y ont pas le moindre rapport, afin de l’engager à se soulever pour profiter de sa crédulité. C’est ainsi qu’on a fait en France, qu’on a toujours fait et qu’on fera toujours.

La veille de mon départ Mr. Richardson, me demanda comment j’avais trouvé le cheval qu’il m’avait prêté le dimanche d’avant ; sur ma réponse; " la saison est avancée" dit-il, le temps est mauvais, ce vous ferait un bon compagnon de voyage " ? je refusais constamment, mais à la fin il donna ordre à son domestique de le laisser dans la maison où j’allais. Il peut souvent être agréable, d’avoir un rossinante avec qui parler sur un mauvais chemin. C’est la seconde fois, que j’aye éprouvé cet acte de bonté dans ma promenade : le premier offre, m’en fut fait par Mr. Peter Latouche : C’était le milieu de l’été : la crainte d’être indiscret, jointe à celle de ne savoir que faire du pauvre cheval, m’engagea alors à le refuser absolument ; ici la chose n’était pas tout à fait la même.

Je fus offrir mess respects au fameux ouvrage des géants * * * (j’ai oublié leur nom dans le chemin :) je m’arrêtai un moment, pour voir un vieux chateau qui appartient à la Marquise de Antrim et dans lequel les chevres seules peuvent se permettre d’entrer ; le seul passage pour un homme, est une arche large d’un pied, sans garde fou au dessus d’un précipice profond. J’observai aussi le long du chemin plusieurs carrieres où la basalte est rangée en piliers de cinq où six faces ainsi que ceux du Causway. Les côtes sont très élevées et l’on voit presque partout, dessous la basalte, une couche épaisse de pierre à chaux, blanche comme la neige et mêlée de pierre à feu, il semble que cette chaux ait été brulée et que par la suite des siecles elle ait repris ses qualités, quoiqu’en perdant sa couleur.*


  • Il est connu qu’en laissant longtemps la pierre a chaux sans en faire usage apres avoir été brulée, elle reprend ses qualités pierreuses et perd son air phlogistique, au point que pour l’employer, il faudrait la bruler encore. C’est peutêtre la, ce qui est arrivé à celle de ce pays. Voyez la chimie du Dr. Black.


Après un long circuit, j’arrivai enfin au fameux chemin des géans : les personnes qui viennent ici, dans l’éspoir de voir quelque chose hors de la nature sont communément trompées dans l’idée qu’elles se sont faites de cet endroit ; le Causway, n’est pas plus étonnant que les carrieres dans l’intérieur du pays, où l’on trouve la basalte disposée de la même maniere. Ce qui frappe le plus, ce sont ces rochers perpendiculaires de quatre à cinq cents pieds d’élévation, et qui sortent tout-a-coup du sein de la mer ; on distingue aisément les differentes couches qui les composent : tantôt c’est une pierre rougeatre de Tuff. Dans d’autres endroits, c’est la basalte dans un état de confusion : deux ou trois fois, on la voit rangée en colonnes réguliere et dans un endroit ayant vraiment quelque ressemblance à un jeu d’orgue. Le chemin des géans, Giants Causway, comme on l’appelle, est une partie de la même matiere, détachée de la montagne. A la marée basse on peut le suivre assez loin : les vagues viennent se briser contre, avec une fureur singuliere. Il forme rééllement une espèce de pavé d’environ trente à quarante pieds de large, et il est assez simple qu’il ait cette figure, puisque les colonnes sont droites et que c’est le bout qui forme le pavé. Il n’y a point de place entre elles, quoique leur figure ne soit pas tres régulière : il y en a de six, de sept, de huit, et même de quatre côtés, mais le plus grand nombre est Pentagone, où de cinq ; il s’avance de deux cents pas environ, dans une pente douce, jusqu’à ce qu’enfin il disparaisse dans la mer : la chose la plus remarquable de ces piliers, c’est qu’ils ne sont pas d’une seule pièce, mais sont composés de pierres détachées, dont la supérieure est toujours convéxe et s’ajuste parfaitement avec celle qui la suit, dont la forme est concave.

Dans la même direction, à dix ou douze lieues en mer sur la côte d’Ecosse, l’isle de Staffa, dont j’ai déjà fait mention dans le volume sur la grande Bretagne, est composée de piliers pareils et n’est pas moins curieuse.

Bien des gens ont fait des rechèrches et des systèmes ingénieux sur la formation du chemin des Géants : les uns prétendent que c’est le produit d’un volcan, d’autres que la basalte était d’abord molle et suivant qu’elle était plus moins remplie de minéral, se formait en colonnes plus ou moins parfaites.

J’ai vu dans beaucoup d’autres endroit, des pierres de la même nature. La ville d’Edimbourg est située sur un rocher de pierre pareille ; Arthur Seat (la montagne auprès) en est entièrement ; dans la partie du sud, la basalte est même formée en piliers de cinq ou six faces ; il y a près de cette ville, un phénomène plus singulier peutêtre : c’est une ligne de basalte d’environ six ou sept pieds de large, qui se prolongent à une distance prodigieuse et dont on n’a jamais trouvé la fin : elle traverse ainsi les pierres de toutes espèces et le charbon : on a remarqué que le charbon qui se trouve des deux côtés, a perdu presque toute sa force, et ressemble assez à du charbon ardent, dont on aurait éteint la flamme. Cette observation a donné lieu à la formation d’un système, qui ne semble pas dépourvu de sens, quoique ce soit bien idéal. On prétend que la basalte est le produit de quelques grandes convulsions dans lesquelles les entrailles de la terre se sont ouvertes et l’ont vômies sur la surface dans un état de fusion. Les colonnes qu’elle forme dans bien des endroits, dépendent de la quantité de minéral qui s’y trouve. On cite plusieurs instances d’effusion de basaltes fort extraordinaires ; dans l’isle d’Arran, à l’embouchure de la Clyde, la principale montagne est de granit et dans le milieu on apperçoit une ligne de basalte de dix à douze pieds de large, qui va jusqu’à son sommet. Ces faiseurs de système, prétendent que cette basalte n’a pu se glisser dans l’intérieur du rocher d’Arran et dans la grande ligne prés d’Edimbourg, à moins de quelque crévasse terrible, qui s’est trouvée remplie tout-à-coup par cette matiere brulante et alors en état fusion.

Je me rappelle que Panurge demande à Gargantua " lequel aimeriez vous mieux d’aller à Paris à la chevre morte, sur les épaules d’un paysan où de l’y porter vous même ? " l’autre répond fort sensément je pense : j’aimerais mieux boire : comme on pourrait en dire autant ici, je m’arrête prudemment.

En me rendant du Causway chez Mr. Moore, j’apperçus une colline et plusieurs champs, couverts d’un grand nombre de gens du commun ; je m’informai de ce que ce pouvait être ; on me dit que c’était des gens qui étaient occupés à rammasser les pommes de terres d’un homme, pour qui ils avaient de l’affection. J’avais beaucoup entendu parler de ces mouvements populaires et comme dans tous les cas, il est toujours fort désagréable de se trouver mêlé dans ces foules, plus particulierement pour un étranger, je balançais si j’avancerais où si je prendrais un autre chemin : à la fin cependant, reflechissant que je n’avais point de pommes de terre à déterrer et qu’au fait, ces gens semblaient faire cette besogne assez paisiblement, je m’avançai tout doucement et passai au milieu de la troupe, sans que personne parut prendre garde à moi.

On m’a dit, que c’était une ancienne coutume etablie parmi les paysans, de s’assembler sur le retour de la saison à la fin de l’automne et de déterrer les pommes de terre des personnes à qui ils veulent du bien, à peuprès comme en France, on plantait un may à leur porte. Ce qui donna de l’inquietude au gouvernement dans cette occasion, c’est que ce fut plus particulièrement les pommes de terre, des personnes qui venaient d’être arrêtées pour hautes trahisons que les paysans recueillirent, et aussi celles de ceux connus pour leur mécontentement, quoiqu’ils ayent, à ma connaissance, fait la même faveur à des gens qui étaient très attachés au gouvernment. Mr. Moore par éxemple, chez qui je reçus l’hospitalité ce jour là, ne put parvenir à les en empêcher et pour ne pas s’attirer leur inimitié, il crut devoir les laisser faire.

Ces assemblées étaient conduites avec le plus grand ordre : un homme, sans rien qui put le distinguer, se faisait obéir en tournant la main et en poussant certains cris : tant que l’opération durait, les hommes, les femmes et les enfans chantaient accompagnés par un instrument quelconque. Aucun des individus ne pouvait se permettre de boire de liqueurs fortes : ceci certainement, était un rare effort pour le pays, et je puis dire avec certitude, que la condition a été tenue à la lettre : je n’ai jamais rencontré un seul homme soù, près des champs de pomme de terre ; je ne dis pas que dans les villages voisins, il n’y en eut quelques uns, mais aussi c’eut été un miracle sans cela. Les paysans pour faire cette opération avaient mis leur meilleur habit ; l’air de gaité et de bonne humeur qui regnait parmi eux, aurait aisément fait croire que c’était quelque espèce de fêtes, si l’on n’eut été instruit, que ceux qui les conduisaient, avaient des idées séditieuses : le chemin était couvert de chevaux qui appartenaient à quelques uns des fermiers qui, comme les autres rammassaient les pommes de terre.

Si une pareille scêne eut eu lieu en France, où même en Angleterre j’ai bien de la peine à croire, que les choses se fussent passées si tranquilement. Je crois aussi que ces rassemblemens nombreux, auraient finis par devenir tres dangereux, considérant l’esprit de fermentation et de mécontentement qui régnait dans le pays. Le gouvernement fit fort sagement, de les défendre quelques tems après, et ce qui prouve encore en faveur du peuple de ce pays, c’est que je n’ai pas entendu dire qu’elles ayent eû lieu après.

Il est vraiment singulier de voir, comme avec toutes leurs dispositions mutines, ces Irlandais sont aisés à soumettre : je l’ai déjà dit et je le répète avec plaisir ; entre les mains de gens habiles et dirigés par des motifs de bien public, je n’ai pas connu de peuple qu’on put plus aisément conduire au bien. Ces séditions fréquentes mêmes, ne prouvent pas autre chose que sa sensibilité : si l’on cessait une bonne fois de vouloir absolument les Angliser à tout prix, et qu’on sut les mener par les préjugés et les manières qui leur sont propres, on en ferait ce qu’on voudrait.

En suivant la côte, au sommet de la montagne qui est composée des mêmes matériaux que le Causway, on me fit remarquer d’un angle au dessus des précipices, les différents phénomènes de la basalte, sous toutes les figures qu’elle prend, tantôt en forme de pilier et tantôt en matiere confuse et sans ordre. Il faisait un temps superbe ; la mer venait battre le pied de ces rochers qui peuvent avoir entre quatre et cinq cents pieds d’élévation perpendiculaire : l’Ecosse et les Isles à l’Ouest de ses côtes, se découvraient au bout de l’horison, sur une mer calme et bleue. Mon cheval lui-même, semblait jouir de la beauté de la vue, il approchait sa tête du précipice et portait ensuite son œil sur l’horison avec un air d’admiration ! ceci au surplus n’est pas étonnant ; qui n’a pas vu dans bien des voyages et des Romans, les declamations affectées, de bêtes beaucoup plus stupides, sur un point de vue quelconque, où sur le clair de Lune. Je n’ai jamais rencontré de ces belles descriptions, sans tourner vingt où trente pages du livre, afin d’arriver au jour, si l’auteur parlait de la lune, où à la nuit, s’il parlait du soleil.

Je m’arrêtai dans un petit village, où je vis du monde assemblé et j’assistai au baptême d’un nouveau Né ; au Nord de l’Ecosse dans pareil cas, on fait avaller au pauvre petit malheureux, une cuiller de whilky, pour l’empêcher de crier ; ici pour la même raison, on fait fondre du beurre dans une coque d’œuf, on le mêle avec du pain et du sucre et la Nourrice en pousse quelque peu avec le doigt, dans sa gorge. Je ne saurais dire si c’est l’usage dans un autre pays, mais j’imagine que c’est un remède presque aussi certain que si elle lui enfonçait dans la gorge, quelque peu de filasse enduite de poirésine.

J’arrivai enfin après un long tour à Ballycastle, où je fus reçu avec bonté par Mr. Ezékiel Boyd ; le jour même de mon arrivée, la compagnie en garnison dans cette petite ville la quittat et fut remplacée par une autre, d’un régiment Ecossais : ils furent fort bien reçus par les habitans et pendant la nuit, ne vous déplaise, on leur vola toutes leurs munitions et la moitié de leurs armes . . . voler les armes et les munitions, morbleu ! J’aimerais mieux que l’on volat à mes soldats leurs culottes et leurs chemises, mais leurs armes et leurs munitions ! ... Tout ce que l’on fit dans cette occasion, fut de faire venir quelques habitans devant Mr. Boyd, qui était le juge de paix. Ils jurerent tous, les uns après les autres et sur l’évangile, qu’ils n’avaient aucune connaissance de la poudre et des armes vollées. Bonnes gens d’Irlande prenez bien garde à qui vous vous jouez, si vous vous avisiez de faire une pareille plaisanterie à quelques vieux routiers, malgré toute l’amitié possible, vos oreilles pourraient fort bien s’en ressentir.

Un jour je dirigeai ma promenade vérs Fair Head ; c’est un grand cap qui s’avance vèrs l’Ecosse et qui est la pointe, la plus au Nord de l’Irlande : les rochers s’élévent graduellement depuis près de Ballycastle et le point le plus élevé est le plus au Nord et le plus près de la mer.

La singuliere disposion des couches de pierres dans cette montagne mérite l’attention : dans l’endroit surtout, où se trouve la mine de charbon que l’on travaille sur le bord de la mer.

J’ai marque les differentes couches telles qu’elles paraissent du bord de la mer ; leur étendue, peut être plus ou moins considérable, je ne les ai mesuré qu’à vue d’œil. Il y a apparence, que ce mélange doit s’étendre à une grande profondeur dans l’intérieur de la terre.

Basalte 18 pieds.
Charbon mêlé 3 p,
Tuff de pierre rouge 10 p,
Charbon très sulphureux 3 p
Tuff de pierre grise 10 p.
Charbon mêlé 6 p.
Tuff rouge 8 p,
Charbon mêlé 1 p,
Tuff rouge 8 p,
Charbon, (la véritable veine)    7 p.
Tuff de pierre rouge.

J’ai eu la fantaisie d’entrer dans la mine de charbon et j’ai même été jusqu’au bout, c’est un petit divertissement donc on peut se passer une fois la fantaisie, (comme du mariage) mais dont je me dispenserai dorénavant ; elle s’étend à un demi mille sous terre, dans une direction horisontale et assez élevée pour donner du cours aux eaux : il y a une autre mine au dessus et les ouvriers dans ces derniers temps se sont assez rapprochés pour s’entendre travailler : il est à croire qu’ils se joindront bientôt. Le propriétaire doit penser à creuser un puit perpendiculaire à sa mine, pour renouveller l’air, car quand le vent est à l’ouest, la vapeur est repoussee dans l’intérieur et rend l’air suffocant pour les ouvriers ; si ce puit était fait, elle trouverait une issue et ne les incommoderait pas. Le charbon que l’on tire de cette mine est le meilleur que j’aye vu en Irlande ; il est parfaitement semblable au charbon Ecossais : il ne brule pas si vite cependant, et la mine d’où on le tire semble être inépuisable. Le parlement d’Irlande avait bien senti l’immense avantage qui pourrait en résulter pour le pays ; il a fait des frais énormes pour tâcher de faire un port à Ballycastle, mais le courant de la marée apporte tant de sable, qu’il est entièrement comblé, au point qu’il n’y a pas même d’eau à la marée haute.

Je suivis le rivage depuis la mine de charbon jusqu’à la pointe de Fair Head, et gravissant les rochers par le chemin des chevres, j’arrivai avec beaucoup de peine jusqu’au sommet, où la scêne qui s’offrit à moi me dédommagea bien de ma peine : on vante le Causway avec juste raison, la régularité des piliers a quelque chose de surprenant ; mais ici, les piliers de basalte ont près de six cents pieds de hauteur et quelques uns se tiennent seuls et séparés du corps de la montagne de deux, trois, où quatre pieds depuis le haut jusqu’en bas, soutenus seulement par quelques pierres dans le milieu. A quelque distance du bord du précipice, il y a des crévasses dans lesquelles en jettant une pierre, on voit clairement qu’elles s’étendent jusqu’au bas de la montagne.

De distance en distance, on apperçoit des creux, qui semblent avoir servi de lit à des rivières où à des torrent ; la pente va toujours régulierement, de la mer à deux petits lacs dans l’intérieur de la presqu’isle : cette remarque pourrait donner lieu de croire, qu’autrefois ce cap s’étendait beaucoup plus loin et que même il devait y avoir un pays et des montagnes assez considérables, pour pouvoir remplir ces canaux. Cette observation est justifiée par la chûte fréquente de ces piliers séparés et même de toute la partie entre le principal roc et les crevasses : des jeunes gens à Ballycastle m’ont assurés, avoir couru à cheval après un lievre douze à quinze pieds plus loin, que ce qui forme à présent le bord du précipice. Ceci s’accorde assez avec mon fameux systême du Conomara ; c’est si amusant de rêver, que j’y reviens souvent, et si j’osais achever le rêve, je dirais que par la suite des siecles, ce cap de Fair Head, disparaitra totalement et que l’Océan achévera de s’ouvrir un passage plus étendu dans la mer d’Irlande.

Le courant de la marée est ici extrêmement rapide on le voit du sommet de Fair Head, couler comme un torrent, tantôt de l’océan dans la mer d’Irlande, et tantôt de la mer d’Irlande dans l’Océan. l’Ecosse semble tres près, le cap de Fair Head n’en prend cependant pas la direction ; suivant mon idée du Conomara il devait toujours y avoir un détroit dans cette partie et ensuite un golphe immense devait s’étendre à l’ouest juqu’aù Groenland,

Après avoit fait, ecrit et même imprimé toutes les belles refléxions et les rêveries que l’on a vu, quand j’ai parlé du Conomara ; j’ai eu la douleur de voir in the vindication of the Ancient History of Ireland par le général Vallancey, que d’autres s’étaient amusés de la même maniere et avaient tirés de leurs rêveries des conclusions à-peu-près pareilles aux miennes, entre-autres Messrs. Whitehurst et Hamilton. Les leurs n’ont cependant rapport, qu’aux rochers de la côte des géans, mais tous deux s’accordent à dire qu’un immense territoire a dû être engloutie avec le volcan, d’où est venu la basalte dont les piliers de cette côte sont formés.

" Ajoutons à cela, dit le général Vallancey, la tradition des Anciens Irlandais, qui rapporte que la plus grande partie de cette isle a été engloutie dans la mer. Les paysans croyent souvent en voir plusieurs parties s’élever du sein des eaux au Nord-Ouest de l’Irlande. Les habitans de ces côtes leur donnent le mon de Tir Huddy où le pays de Hudd : ils disent qu’elles contiennent une ville qui possédait autrefois des richesses immenses et dont la clef est enterrée sous quelque autel des Druides. " Le Général, Suivant toujours son systême, de l’Irlande peuplée par les peuples du levant, ajoute, " cette ville est évidemment la ville perdue des Arabes, mentionnée dans la préface de l’Alcoran et visitée par leur faux Prophete Hud. " Et ce qui est encore plus cruel pour un faiseur de système, dans la comparaison que le Général, fait entre le Japonais, le Péruvien, et l’Irlandais, j’ai trouvé qu’un certain Varénius avait absolument dit la même chose. Verisimilus est septentrionalis Americae, partent olim adhesisse Hiberniœ. Un Bertius aussi, prétend que le déluge de Deucalion a été mal à propos placé en Thessalie et que c’est sur les côtes de l’Ecosse, ou Caledonia qu’il devrait être ; parceque Dùr en Irlandais veut dire l’eau, et que Deucalion est une corruption de dur Caledonia,— le déluge de Caledonia.

Il est si terrible de trouver des gens dans son chemin de cette maniere, que je fuis déterminé à ne plus faire de système ou du moins à ne plus lire les livres de ceux qui en ont fait. Cependant au bout du compte le sentiment de ces Messieurs, donne du poids à mon opinion particuliere.

_________


LOUGH NEAGH ― BELFAST ― DONAGHADEI.



LA côte est à-peu-près partout de la même hardiesse depuis Fair-Head jusqu’a Cashendon, à dix où douze milles plus à l’Est. Le detroit devant cette baye entre l’Ecosse et l’Irlande ressemble à une large riviere et dans le fait, il n’y a guères de l’une à l’autre terre, que onze milles Irlandais, environ quatorze Anglais : il arrive souvent à des bateaux découverts de le passer, lorsque la mer est calme.

Il semble qu’on aurait bien pu établir un Pacquet Boat à Campbelltown, dans le mull de Cantyre, pour Cashendon, sinon régulier, du moins dans le cas où le vent et le mauvais temps ne permettrait pas de passer à Holly Head où même à Port Patrick.

Les différentes sectes sont séparées par canton dans la province d’Ulster : les habitans de Cashendon sont tous catholiques, ainsi que ceux du pays dans les environs : ils ont aussi une autre particularité, c’est qu’ils ne parlent pas Anglais comme les habitans du reste de la province, qui dans beaucoup d’endroits n’entendent pas l’Irlandais. De la à Glen-arm on fuit le rivage par un chemin que l’on à eu beaucoup de peine à faire entre les rochers et la mer : la côte est toujours aussi rapide et présente le point de vue le plus extraordinaire ; le sommet du rocher est à peuprès partout couronné de basalte mêlée, mais on ne retrouve plus les piliers du Causway : la pierre à chaux qui se trouve dessous n’est pas si blanche et tire sur le gris, près de Glen-arm : cette ville n’a de remarquable que le château de la Marquise D’Antrim.

Quittant la côte, il me fallut traverser les montagnes pour entrer dans le pays et je m’arrêtai à Brushin, dont presque tous les habitans sont presbyteriens. Il ne semble pas qu’on soit chez le même peuple, la manière de parler de s’habiller même, a beaucoup plus de rapport à l’Ecosse, qu’à l’Irlande, dans les provinces de Munster ou de Conaught. Faisant une pointe un peu vigoureuse, j’arrivai sur le bord du lac où plutôt de la mer Neagh, et je fus reçu avec une bonté et une politesse vraiment remarquable à Shanes Castle chez Lord O’Neil, aux attentions de qui, je me crois très obligé.

Lough Neagh est une piéce d’eau immense, elle a dit on trente à quarante milles de long, sur quinze à vingt de large. Ce lac ne semble pas avoir toujours éxisté, il a peu de profondeur et dans bien des endroits on trouve des arbres et des racines encore dans la terre. Sa plus grande profondeur dans un seul endroit, est de 70 pieds : ce qui est à peu-près le niveau de la mer : partout ailleurs, on n’y trouve jamais plus de 42, et communément de six à douze pieds : ses eaux ont dans quelques endroits une qualité minérale dont on assure que quelque personnes se sont bien trouvées : on y a aussi découvert, et dans les terres voisines, nombre de morceaux de bois petrifiés.

Je fus un jour à l’endroit, d’où la rivière Banne sort de ce lac, pour voir par moi même de quelle espèce était l’obstruction qui a pu être la cause de sa formation. Le lit de la riviere m’a semblé en être la principale cause ; il est beaucoup trop étroit, pour une telle masse d’eau, et en outre, la riviere fait un circuit de deux milles, (quoi qu’en ligne directe il y ait à peine un demi mille) avant de se jetter dans un autre lac de cinq à six milles de long, sur trois à quatre de large, qu’on appelle Lough Beg. A la sortie de celui cy elle forme un cascade assez considérable. Dans le cas où l’on voulut dessecher un grande partie de Lough Neagh, et rendre la riviere Banne navigable jusqu’a la mer, la premiere chose à faire, ferait de couper un canal profond et en ligne directe de Lough Neagh au lac Beg, ayant soin de le faire commencer au dessus de la barre de sable, que le vent, la tempête et le courant ont amoncelés à l’endroit d’où la riviere sort. Cette seule opération, diminuerait le volume de l’eau de cinq à six pieds et ensuite lorsque les terres qui auraient ainsi été désséchées auraient eu le temps de se consolider, si l’on voyait qu’elles fussent bonnes et que les vapeurs ne fussent pas trop mal-saines,* on pourrait penser à la cascade de Lough Beg et à faire des canaux de communication on entre les autres endroits de la riviere où il se trouve des rochers : la mer est à près de trente milles et cependant il n’y a gueres que soixante et dix pieds de pente dans cette grande étendue : aussi la riviere ne parait pas couler, à moins que ce ne soit dans les endroits où il ya quelques cascades, au travers desquelles il m’a semblé qu’il ne ferait pas difficile de pratiquer un passage pour les bateaux : une ecluse à chaque cascade, remplirait parfaitement cet objet essentiel : alors il y aurait une communication par eau entre les principales villes du Nord de l’Irlande, car Belfast a un canal qui s’y jette et il y en a un autre qui va jusqu’à Newry.


  • Un médecin avec qui je parlais de la possibilite de dessecher ce lac, après avoir fait bien des objections auxquelles je répondais : " au surplus ajouta-t-il c’est contre mon intérêt que je parle, car le desséchement produirait a delightful fever qui ferait ma fortune. "


L’Evêque de Derry a bâti de l’autre côté de Lough Beg un palais magnifique : l’architecture en est assez singuliere pour une maison de campagne, il semble avoir pris pour modéle le Panthéon à Rome ; Ballyscullen est absolument circulaire et le jour ne vient dans les escaliers que par le tôit. Au surplus l’apparence de cet édifice semblerait plutôt le faire croire un bâtiment public, qu’une maison de plaisance. Les appartemens dans l’intérieur sont richement meublés et décorés d’un grand nombre de morceaux précieux de sculpture et de painture. On m’a assuré dans le pays, que cette maison a couté près de quatre vingt mille livres sterlings à Lord Bristol, qui a la manie de Bâtir des palais superbes en Irlande et en Angleterre et de loger dans des nids à rats et de vilaines auberges sur le continent.

L’esprit du peuple, était dans cette partie dans un état de fermentation qui pouvait devenir dangereux si l’on n’eut pris des précautions. Cependant je suis bien loin de pensere que que ce le fut autant, que quelques gens se plaisaient à paraitre le croire : il y avait certainement eû quelques assassinats horribles de commis, dont on n’avait pu tracer les auteurs : mais ce serait une injustice, que d’en accuser la masse entière du peuple : ce n’était le crime que de quelques individus, dont les têtes exaltées ne leur permettaient pas d’en considérer l’horreur : la plupart mêmes n’ont été commis que dans la crainte de se voir dénoncer par les personnes sur qui on les commettait. J’ai vu des gens soupçonnés, d’avoir participé à ces crimes, être arrêtés sans la moindre difficulté et pour aller à la prison, traverser un marché rempli de paysans sans qu’aucuns d’eux, parut s’en inquiéter.

Je vis dans cet endroit des excès sans doute, mais plutôt ridicules que criminels. Le vicaire de la paroisse (the curate) avait été catholique pendant fort longtemps et avait été employé comme chapelain en France et en Irlande. Se voyant abandonné de ses patrons, il renonça dans le comté d’Antrim, à ce qu’on appélle les abominations de la prostituée de Babylone, et obtint sur le champ une pension de quarante livres sterlings et le premier vicariat (curacy) vacant.

Les paysans, qui jugent toujours sainement des actions et de leurs motifs, l’avaient laissé tranquille, et se contentaient de ne pas aller à son église, mais dans cette occasion s’étant montré très ardent en faveur de son vicariat, c’est du gouvernement que je voulais dire : ils l’avaient pris à grippe et ils ne se passait pas de jour qu’ils ne lui fissent quelque impertinence. On coupa la queue, les cornes et les oreilles de sa vache et on les cloua à sa porte : la malheureuse bête ne pouvant plus paraitre avec honneur dans le public, il en acheta une autre, à qui quatre jours après on fit la même opération et ainsi d’une troisième ; à la fin cependant il crut devoir la garder telle quelle était, et lorsqu’elle paraissait dans les champs, on lachait les chiens après. Le pauvre vicaire a voulu trouver à redire à tout cela, il s’en est plaint : alors on a brisé ses fenêtres et bouché sa cheminée ; aussi j’ai rarement vu d’hommes plus zélés, pour le gouvernement.

La ville D’Antrim capitale de ce Comté, est une pauvre bourgade sans apparence de commerce où d’industrie quelconque. On voit à quelque distance, une tour ronde que l’on dit avoir été autrefois au centre de la ville : elle en est à présent à plus d’un mille, au milieu de la cour d’une maison de campagne. Pour aller de là à Belfast, il faut encore traverser les montagnes, qui forment une ceinture presque générale le long des côtes de l’Irlande.

J’avais tant entendu parler des troubles, des assassinats et des conspirations dont on disait Belfast le foyer, que ce ne fut pas sans répugnance, que je m’y rendis. Je fus agréablement surpris de trouver la ville dans le plus grand calme. C’est ainsi que va le monde : si en passant dans une rue on savait qu’il y eut une assemblée de six à sept cents personnes, et qu’en parlant sous les fenêtres, on entendit un tapage terrible. On dirait tout naturellement, il y a sept cents personnes assemblées dans tel endroit, qui font un vacarme épouvantable, et cependant ce ne ferait peutêtre que quatre où cinq aboyeurs parmi elles qui feraient tout le bruit, qu’on attribuerait aux six cents quatre vingt quinze autres. C’était ainsi de Belfast alors, les habitans paraissaient fort tranquilles et même moins occupés de la politique, que dans beaucoup d’autres endroits.

Belfast à presqu’entièrement l’air d’une ville Ecossaise : l’esprit des habitans ressemble assez, à celui de ceux de Glasgow : si vous leur parlez de l’Empereur et du Général Clairfaix, ils vous répondront que le sucre est trop chèr et le linge trop bon marché, suivant qu’ils s’occupent de l’un où de l’autre, et que si l’on ne fait promptement la paix, ils ne sauront comment se défaire de leur mousseline et ne sauraient acheter du vin. Je ne dis pas, qu’ils ayent tort de vouloir la paix, mais cependant il faut bien prendre garde de ne pas exciter une guerre civile dans le pays, pour avoir la paix avec l’étranger. Dans tous les cas, on ne saurait faire la paix, ni se marier tout seul : il faut au moins que l’autre partie y consente.

Un jour je me rendis à Carrikfergus pour voir le chateau que Turreau surprit dans la dernière guerre : il est situé sur un roc à l’embouchure de la baye de ce nom : les Français au nombre de trois mille, arriverent avec deux vaisseaux et dans une heure où deux, prirent le chateau d’assault. Si le commandant eut su profiter de la terreur que cette expédition jetta dans le pays il aurait certainement pu mettre Belfast à contribution. Mais il avait avec lui un officier de génie son supérieur, qui ne voulut pas hazarder l’entreprise avant de s’être fortifié ; cela donna le temps aux troupes d’arriver, et il fut obligé de se rembarquer.

A quelque distance en mer, il rencontra des vaisseaux Anglais contre lesquels il se battit. Les deux frégates françaises furent prises et luimême fut tué dans le combat.

C’est à Carrikfergus, qu’est la prison du comté, elle était alors pleine de prisonniers d’état, arrêtés pour les differens meurtres, qui avaient été commis dans le voisinage de Belfast. Je remarquai avec plaisir que la ville était fort tranquille, que l’on laissait faire entièrement à la justice et que même il n’y avait qu’une seule sentinelle à la porte de la prison.

On sait que c’est près de cette ville, que le premier roy Ecossais se noya, à son retour en Irlande.

Belfast est une assez jolie ville et dans la quelle le commerce semble être très florissant. Son principal objet est a manufacture des toiles ; la salle au linge, (The Linen Hall) est d’une étendue considérable ; j’ai déja dit que c’était aux français réfugiés sous Louis XIV, que l’Irlande était redevable de ces établissemens : les maux de la France ont plus d’une fois fait du bien à ses voisins.

Par une gelée terrible qui me faisait sentir qu’il était temps de finir cette promenade, je me rendis chez Mr. Birch, près de Cumber. Les propriétaires dans cette partie, s’étaient assemblés ce jour là, pour prendre des mesures de sureté contre les mutins s’il s’en présentait. Les paysans avaient volés, quelques jours avant, les armes d’un parti de cavalerie : c’est une chose qui me passe, de voir des troupes volées de leurs armes : il n’est pas impossible que par trop grande confiance pour ses hôtes, cela arrive une fois, mais deux, mais trois.

Tout ce pays est coupé de collines rondes à peupres d’égalle hauteur jusqu’auprès de Lough strangford, qui n’est autre chose qu’une baye fort large et sans presque de profondeur. La petite ville de Newtown-Ard est à son extrémité : elle est assez jolie et bien batie, mais elle doit être fort incommodée, par les vapeurs qui doivent s’élever de ce bras de mer que la marée basse, laisse presque entierement à séc. On pourra peutêtre me reprocher d’avoir trop souvent parlé de déssechement dans le courant de cet ouvrage ; c’est qu’il n’est pas de pays qui en ait plus grand besoin. Je répéterai encore ici ce que j’ai dit vingt fois, qu’il est honteux de laisser tant de lacs et de bras de mer subsister, pendant que l’on pourrait en tirer un parti si avantageux.

Rien ne peut faire mieux connaître la quantité de bon terrein que l’on pourrait gagner sur la mer dans cet endroit, qu’en disant qu’a quatre où cinq milles de la ville, il est d’usage à la marée basse de le traverser à cheval et même à pied. Quoique dans ce grand espace il y ait quelques endroits tres pierreux, la plus grande partie du terrein cependant, est un mélange de terre glaise, de sable et de coquillages.

Je fus reçu à Mont Stwart, avec beaucoup de bonté par Lord et Lady Londonderry. Mylady est la sœur du Viceroy d’Irlande. Elle vit trés retirée dans le sein de son aimable et nombreuse famille, à l’éducation de laquelle elle donne tout son temps. Lord Londonderry et son fils, levaient alors des volontaires et administraient le serment d’allegiance au paysans qui se présentaient. L’homme est mouton par tout : ils ont eu beaucoup de peine à avoir les dix ou douze premiers et dans les jours suivans, il s’en est présenté près de sept à huit cents.

Les paysans dans ce voisinage semblent aisés et se tiennent assez proprement ; à quelque distance, se trouve les ruines de Grey Abbey ; la maison du ministre qui semble un beau chateau est dans son enceinte. J’apperçus une source qui ressemblait fort aux saintes fontaines que j’avais vu à l’Ouest : je m’informai si les paysans y venaient quelques fois faire leur dévotion : ,mais ici les habitans sont pour la plupart, tous Presbyteriens ; on me dit cependant, que l’on croyait communément que toute personne qui avait bu de l’eau de la fontaine ne sortirait jamais de l’Irlande ; comme mon intention était de la quitter dans deux jours, je me gardai bien d’en gouter.

Je me rendis à Donaghadee, où je fus reçu par le maitre de poste Mr. Smith, dont l’assistance me fut très utille pour mon passage. La quantité de bestiaux que l’on fait passer d’ici en Ecosse, est quelque chose d’incroyable ; les fermiers sont obligés de se soumettre aux impudentes impositions des patrons de gabarre qui les passent : ils ne sont point de difficulté d’éxiger vingt guinées pour un seul passage, et comme ils se tiennent tous par la main, le fermier est obligé d’en passer par où il leur plait : ainsi le passage des bêtes à corne, revient à une guinée piéce au fermier. Il me sembla que la police du pays devrait avoir établi un tariffe réglé, comme à tous les les autres passage de riviere, car au fait celui ci n’est guères que de vingt milles.*


  • Le jour que je passai, on transporta d’Irlande en Ecosse, environ quatre cents bêtes à cornes et dans les six dernieres semaines on en avait passé à peu-près trente mille.


Dans deux heures et demie je fus transporté sur le côté presbyterien de l’eau ; je saluai de nouveau les côtes de l’Ecosse, et je me félicitai d’être enfin arrivé, dans un endroit où je pourrais me reposer.

J’avais quitté Dublin le 25 de may et je débarquai au, Port Patrick, le premier de Decembre : ainsi j’avais passé plus de six mois dans cette petite promenade sans provisions, sans soucis, et sans autres éffets, que ce que mes poches pouvaient contenir.

Mon temps au fait, avait été fort bien employé ; je ne l’avais rééllement jamais passe avec plus d’agrément : mes idées s’étaient aggrandies : j’avais acquis la connaissance d’un peuple intéressant, trop mal connu de ses voisins et malheureusement trop souvent la proie de l’avidité et du caprice, qui s’etaient ligués pendant des siecles pour l’avilir, afin d’avoir un prétexte et une excuse.

L’élan surprenant que ce pays a pris dans ces quinze dernieres années, ne peut laisser aucun doute sur la prospérité qui l’attend, si l’on suit le système de modération, que l’on a enfin cru devoir adopter. Loin de moi, de penser à encourager la révolte. La modération dont je parle, est celle dont tout sage gouvernement doit user vis-à-vis des sujets fideles, quelque soit leur croyance religieuse. Trop long temps, ces querelles funestes ont dechirées le sein de l’Irlande : les soins du gouvernement sont, sans doute, employés à les éteindre entièrement. Une heureuse expérience prouvera à l’Angleterre, que loin que la prospérité de ce beau Royaume puisse en rien lui nuire, elle ne peut au contraire qu’accroitre la sienne ; qu’en detruisant les préjugés ridicules qu’on s’est plu à lui faire entretenir depuis des siecles, contre la plus belle et la plus riche partie de sa puissance, et en lui faisant réellement partager l’avantage des loix bienfaisantes qui la gouvernent elle-même, elle s’acquièrera l’amour de quatre millions de sujets, que ses armes ont conquis, mais que sa justice seule doit soumettre.

_________


PETITE VISITE A L’ECOSSE ― EDIMBOURG.



L’ACCENT Ecossais me sembla en arrivant fort étrange quoique je l’eusse déja connu. Mais on ne saurait nier que la propreté et l’air d’industrie répandue dans toutes les classes ne préviennent extrêmement en faveur des habitans. Je passai par Stranraer et poursuivant mon chemin le long des côtes j’eus bientôt de la hauteur, la vue magnifique de la mer qui sépare l’Irlande de l’Ecosse, et le passage qu’elle s’ouvre dans l’Océan entre le Cap de Fair Head et le Mull de Cantyre, que l’on distinguent parfaitement. Il me semblait même que je pouvais appercevoir les piliers surprenans de Fair Head et, malgré la violente gelée et que je fusse obligé de conduire mon cheval par la bride à cause du verglas je prenais un plaisir singulier à les considérer . . . il est beaucoup de gens qui dans pareil cas, en trouveraient davantage à être au coin du feu.

Je traversai la jolie ville d’Ayr en payant des barrieres à tout pas, et m’informant de la maison de Mr. Reid à Adamton, tak the corner of the houfs, when ye’ll be to the end of the tounn, and ye will gang flrackt for it, me répondit on. Un Anglais entendant un pareil jargon pourrait s’imaginer qu’on lui parle Gréc, mais ayant déjà été deux ans en Ecosse, j’entendis fort bien ce que cela voulait dire.

Un Anglais qui avait demeuré longtemps en Ecosse prétendait entendre parfaitement l’Ecossais. Une jeune personne assez gentille, pour qui il avait de l’attachement ayant pariée qu’elle lui dirait quelque chose qu’il ne pourrait entendre, lui dit, Ye’re a canty callen w’ll ye pree mee mou. Il ne put jamais en venir à bout et lorsqu’il sut ce que cela voulait dire ce lui fut double peine de perdre son pari et cette bonne occasion. Mais quand j’y pense, les Anglais ni les Irlandais ne sauraient entendre cette courte phrase : je ne prendrai pourtant pas la peine de l’expliquer. Mais s’ils veulent en connaitre le sens ; qu’ils disent à la premiere Ecossaise qu’ils rencontreront — bonnie lassie, pree mee mou : si elle est gentille, cela fera rire et si elle ne l’est pas ils s’en rappelleront pour une autre fois.

En me rendant à Glasgow, la gelée était très violente : elle brise les pierres dit-on, ainsi je ne dus pas être étonné qu’elle fendit mes culottes d’une maniere épouvantable ; malgré les mouchoirs et du soin c’est tout ce que je pus faire de ne pas geler. Passant la nuit à Cathcart chez le Rd. Dowr, j’arrivai à Glasgow, où j’avais déjà été dans ma promenade Ecossaise : j’en admirai la beauté autant et plus que j’avais fait à mon premier passage, et je revis avec plaisir les personnes qui m’y avaient accueillis, entre-autres la famille de Mr. Oswald chez qui je fus me présenter à Scotstown. Il n’est que juste de reconnaitre, que sans les bontés que lui et sa famille ont eu pour moi l’intéret passif que bien des gens m’avait témoigné a Edimbourg et ailleurs ne m’eut jamais mis à même de me tirer d’affaire. J’en reçus encore dans cette ville un nouveau témoignage d’amitié : voyant que la gelée continuait, je fis ferrer à glace mon pauvre compagnon de voyage : le Maréchal le piqua d’une maniere terrible ; ne sachant qu’en faire, la dépense à l’auberge étant très considérable, mon intention était de le laisser la, sans m’en plus embarrasser. J’en parlai à Mr. Alex. Oswald qui vint le voir et après l’avoir éxaminé, il me demanda ce qu’il valait : je lui dis, que blessé comme il était, il ne valait rien. Dans la situation ou il est, me dit il, would twelve guineas swit you ? " they would swit me perfectly well, répondis-je et le marché fut fait. Cette maniere franche et noble d’agir, m’a souvent fait désirer que mon pauvre bucephale, devint entre ses mains le meilleur coursier de l’Arabie.

Il me semble en vérité, que j’ai plus de plaisir a reconnaitre un bienfait, qu’à me moquer d’une impertinence : on peut quelques fois me trouver, mordant peutêtre ; on ne me trouvera pas ingrat.

Etant à Scotstown je passai la riviere sur la glace, quoiqu’elle fut presqu’entierement cachée sous l’eau et je fus voir les manufactures de Paisley ; elles sont vraiment surprenantes par leur immensité ; les instrumens seuls de la manufacture que je visitai, avaient coutés plus de vingt mille livres sterlings aux propriétaires. On conviendra qu’il faut diablement faire des cravattes et des jupons de mousseline pour payer de tels frais et encore n’est-ce rien en comparaison de celle de Lanark, dont je parlerai après.

Je quittai Glasgow encore seul et contre mon ordinaire, je pris une place dans le coche qui me conduisit jusqu’à Falkirk ; je fis le reste du chemin à pied et traversant le Forth malgré les glaces à Alloa, j’eus le plaisir de me retrouver dans le pays où j’avais d’abord reçu l’hospitalité et où je la reçus encore, chez Mr. Bruce of Kennet et chez le Major Mayne, chez qui j’avais demeuré très longtemps. Suivant de là, le cours du Forth, près des mines de fer où plutôt terre de fer, car dans certains endroits, le sol entier semble être de ce métal, je passai la riviere à Queen’s Ferry, et arrivai enfin à Edimbourg.

C’était bien la même ville les mêmes édifices, les mêmes places, mais les manières avaient bien changées depuis mon départ. Tout le monde était armé : les Médecins, les Avocats, les Procureurs, même les Ministres de l’Evangile et les Professeurs de Collège exerçaient, et suaient sous le harnois des grenadier. * Je ne dis pas que ce ne fut très honorable mais seulement qu’un tel changement de maniere devait en faire un grand dans la société.


  • Un caporal qui se tuait à tacher de faire manœuvrer un Professeur, sans pouvoir réussir à lui rien faite entendre, se mit enfin fort en colere et lui dit en jurant, " j’aimerais mieux faire faire l’exercice à cinquante polissons qu’à un seul philosophe. " . . . Avait-il tort ?


On avait fait prendre les armes à tous les portefaix, les porteurs de chaise, les laquais et les artizans de toute espéce et on leur donnait deux shillings par semaine, comme une espèce de dédomagement pour le temps qu’il leur fallait perdre à l’éxercice.

Cette énergie singuliere fait certainement beaucoup d’honneur à la grande Bretagne mais cependant en me rappellant ce que l’on me disait souvent, lorsque j’arrivai d’abord dans le pays, je n’en pouvais guères concevoir la nécessité, car me disait-on alors, un Anglais est toujours sùr de battre à platte couture trois Français et quelquefois même, on me faisait, sentir qu’un Ecossais avait souvent valu trois Anglais.

Il est vraiment singulier, quand on y pense, devoir la menace d’une invasion, renouvellée dans toutes les guerres avec la France et toujours avec le même succès. Ces menaces n’en imposent au gouvernement, qu’autant qu’elles l’obligent à avoir vingt vaisseaux de guerre dans la Manche, qui pourraient être employés ailleurs : mais après tout, elles rendent l’accès des bourses beaucoup plus faciles, par la terreur qu’elles donnent. Le secret, dit le Cardinal de Rets, est de savoir gouverner les gens par des frayeurs dont ils sont eux-mêmes les instrumens : on connait ce secret dans la grande Bretagne.

L’esprit qui regnait parmi les habitans d’Edimbourg lors de la formation des volontaires était en tout semblable à celui qui s’était emparé de nos gens à la formation de la Milice Nationale, quoique dans un sens different. Quelques gens m’ont souvent parlé de m’enroler dans les volontaires, j’avais beau dire que lorsque j’étais venu dans la grande Bretagne et en Ecosse, c’était pour me soumettre à la police et non pour la faire, pour être protégé et non pour protéger moi-même ; ces raisons ne semblaient point bonnes ; on voulait absolument que je prisse parti, et on me reprochait sérieusement, d’avoir l’abomination de manger sans remords ni conscience, le bon diner des partisans de l’Opposition, avec tout autant d’appétit que celui des partisans du Ministere.

A moins d’avoir été dans la grande Bretagne dans un moment d’orage, il est impossible d’imaginer l’animosité avec laquelle les deux partis défendent leurs deux patrons. L’un a fait tout le mal, l’autre seul peut le réparer : si le Roi s’avisait de choisir quelqu’un autre que ces deux mortels précieux, je ne serais pas très étonné de voir les deux partis se réunir contre lui, et peutêtre même feraient ils une révolution .... si le nouveau premier, n’avait en ses mains le pouvoir de se gagner une majorité.

Ce n’est pas pour les Principes des Ministres que les gens se tracassent tellement, c’est tout simplement pour leurs personnes ; parce qu’on en a reçu quelques faveurs ou qu’on espere en recevoir. Il y a bien des gens aussi qui n’ont pas la moindre idée d’intéret, et sont quelques fois aussi violens que les autres, mais c’est rare. C’est le plus grand homme qui ait jamais été à la tête de la nation, disent les uns, pendant que les autres s’écrient, Oh ! le Monstre, le scélérat, il a entrainé la nation sur le bord de l’abyme : nous sommes ruinés, perdus : il n’y a qu’un moyen de nous sauver, c’est de pendre Monsieur Dupuit et de mettre Monsieur le Renard à sa place. ,

Pendant le cours de l’hiver (de 1797) les anti-ministeriels firent à Edimbourg comme par toute la grande Bretagne d’humbles pétitions au Roi pour renvoyer à jamais his weak and wicked Ministers. On recevait les signatures dans tous les cabarets et pour engager les gens du peuple, à venir y porter leur noms, on donnait à ce qu’on m’a dit, un verre de vin à tous ceux qui signaient ; on rapporte qu’il y a des gens qui ont signés si souvent dans le même jour, qu’ils étaient ivres le soir. Les partisans de l’opposition ne firent dans cette occasion que ce que les autres avaient fait avant, car lorsqu’on leva les corps de volontaires parmi les gens du peuple, on fit promener par la ville un grand tonneau rempli de porter et on donnait à boire à ceux qui se présentaient pour défendre leur pays.

On criait misere, mais cependant il y avait sept ou huit bals par jour, la Comédie, le Concert le Cirque, Panorama, les bêtes feroces, et tout était plein. Un certain Italien qui sut se procurer la protection des premiers personnages, fit courir tout le monde à ce qu’il appellait ses exhibitions littéraires, où il lizait, avec l’accent milanais, des tragédies de Corneille et des comédies de Moliere. Ce bon pays est vraiment la terre promise pour les Charlatans : celui-cy avait fait un petit compliment Italien, ou le nom seul était à changer suivant le pays où il se trouvait : en voici le sens: " Amoureux insensés, pourquoi allez vous toujours à Paphos, Venus n’y est plus ; elle a fixée son séjour parmi les aimables Ecossaises. " Après avoir lu cela, parbleu ! me dis je, j’en fuis charmé, je compte passer l’hiver à Edimbourg et ce ferait une assez bonne fortune que de rencontrer la belle Déesse sur mon chemin ! au milieu de ces diversions, on parlait d’envoyer une mission aux grandes Indes pour y prêcher l’Evangile, aux Gentous, aux Arabes et aux Chinois. Il y avait même eu une souscription assez nombreuse à ce sujet.

Le Cirque, où Astley faisait ses tours de force avec ses chevaux et ses paillasses était changé le Dimanche en une Eglise, où j’ai vu près de deux mille personnes, toutes les loges étaient remplies de monde (quoique cela sentit un peu le crottin) et le ministre prêchait de dessus le trou du Soufleur. Comme tout passe. et tout change : il y a vingt ans que le peuple d’Edimbourg, démolit et brula la comédie comme l’œuvre du diable et il y va à présent (assister au souper du seigneur) recevoir la communion ! encore vingt ans, et peut être on jouera la comédie dans les Eglises.

Plusieurs sectes s’étaient formées, depuis même mon départ : une entre-autres (dont j’ai oublié le nom) dédaignant le sombre du Presbyterianisme, prétendait qu’on ne saurait honorer Dieu que par la gaité : elle chantait, les psaumes sur le ton le plus gai et pour antienne eclatait de rire, fort sérieusement.

Plusieurs personnes qui n’étaient point dans les ordres, prêchaient souvent en public : on voyait des Marins dans la chaire parlant continuellement du feu d’enfer, et j’ai vu moi-même, chose étrange, un Procureur honnête-homme, edifier ses clients sur la morale de l’Evangile.

Je m’étonne fort, que les Ministres ne découragent pas cette methode, car c’est leur oter le pain : si par malheur pour eux, le peuple venait à s’appercevoir que l’on peut avoir un sermon de six à sept heures sans qu’ils s’en mêlent, et pour rien c’en serait fait des bénéfices, en Ecosse au moins ou c’est l’audience qui paye ; mais enfin puisqu’il y avait des ministres dans les volontaires, il pouvait bien y avoir des volontaires dans la chaire.

On observait toujours le Dimanche avec la même régularité, c’est a dire que les dames le passaient au sermon et les hommes à leur bouteille : j’ai connu un ministre qui faisait sa barbe le samedy, parce que c’est un travail que l’on répugne à faire le dimanche. Il est fort heureux qu’il ne crut pas un travail de mettre ses culottes. Il n’y a pas longtemps qu’il y eut une ordonnance rendue pour empêcher les perruquiers de coëffer leur pratiques ce jour la. Cependant on ne dit rien aux porteurs de chaises, aux Fiacres, ni aux Cuisiniers, &c.

J’ai entendu dire qu’il y a une vingtaine d’années un Ministre enthousiaste, fit le voyage de Rome, dans la louable intention de convertir le Pape au Presbitérianisme. Lorsqu’à un certain moment le Pape leva ses doigts bénis et que l’audience se prosterna pour recevoir la bénédiction, au lieu d’en faire autant ; il s’écria en fureur, abomination de l’abomination ! voila la prostituée de Babylone prête à consommer son œuvre d’iniquité.

Tout le monde à ce cri resta confondu : on l’arrêta. Le pape, sachant que c’était un sujet de la grande Bretagne, (pour qui, quoiqu’il en soit rôti tous les ans, il conserve toujours une tendresse paternelle,) le fit venir et le questionna ; l’autre avoua le fait tout simplement et commença à prêcher : après que le pape l’eut entendu très patiemment. " Mon cher fils, lui dit il, que penseriez vous de moi et comment croyez vous que je serais reçu, si me transportant en Ecosse, j’allais tout à coup paraitre au milieu de votre prêche, et vous dire que vous êtes tous des hérétiques damnés à tous les diables ? croyez-moi, soyez plus modéré dans votre zele, retournez dans votre pays : tachez d’y faire le plus bien que vous pourrez au troupeau qui vous a été confié et que vous avez laissé sans guide. J’ai donné des ordres pour que vous ne manquassiez de rien sur la route. " En conséquence, en sortant de son audience, le bon ministre trouva une personne qui se saisit de lui, le conduisit à Ostia, lui remit quelque argent et l’embarqua sur un vaisseau chargé pour Edimbourg.

J’ai vu célébrer (dans cette ville) le jour de la naissance du Roi avec une solémnité vraiment remarquable. Le lord Provost, (le maire de la ville) et les autres Magistrats avaient invités les Juges de la cour de session, les Officiers des differens corps et beaucoups d’autres personnes, à solemniser le jour de la naissance du Roi dans la grande salle du parlement. Il y avait quatre où cinq tables, une entre-autres autour de laquelle près de deux cent personnes pouvaient se tenir debout. Elles étaient couvertes de fruits secs, de bonbons, et surtout de bouteilles. Le lord Provost à la tête de la table en habit de cérémonie, (qui par parenthese est assez semblable à celui du Maire de Nantes) dit à haute voix Gentlemen fill your glasses ? Commandement que personne n’eut besoin de se faire répéter, et ensuite il dit, the King : que chacun répéta et but d’autant ; le lord provost ne fut pas longtemps sans dire encore Gentlemen fill your glasses et donna une autre toâst, ainsi de suite pendant trois heures. Je dois ajouter que quoique chacun ait bu froidement à-peu-près ses trois bouteilles je ne me rappelle pas avoir vu personne ivre ni même gris, ce qui prouve que les têtes Ecossaises, ne sont pas aisément démontées.

Je n’avais point remarqué à mon dernier voyage une galanterie assez originalle pour la famille royale et pour faire entendre en même temps l’union des deux Royaumes. Elle consiste dans la distribution des cinq rues parallelles de la nouvelle ville. On a nommé celle du sud, Prince Street en honneur du Prince de Galles, celle du Nord, Queen Street, en l’honneur de la Reine, une des deux petites, près de celle de la Reine, Thissel Street parce que les armes de l’Ecosse sont un chardon ou du moins une ancienne devise : l’autre près celle du Prince, Rose Street parce que les roses blanches et rouges sont celle de l’Angleterre (quoique par le fait, il y ait peu de rues où l’on sente moins la Rose. ) Dans celle du milieu entre l’Angleterre et l’Ecosse on a placé le Roi, George Street qui touche d’un bout à la Reine, (Charlotte Square) et de l’autre au patron de l’Ecosse, (St. Andrews Square.) Derriere ce beau quartier et comme jetté de côté, on trouve le pauvre Jacques (James’s Square) ou l’on ne peut arriver, qu’après avoir fait un grand tour et par une montée et surtout une descente très rapide du coté de la Mer. Comme on voit les gens qui ont fait ce plan, étaient fort ingénieux.

Je fus voir un établissement qu’on ne saurait trop louer, c’est une institution pour le maintien des aveugles, qui par leur travail, en payent presque tous les frais. Il y a aussi des établissemens de charité qui fournissent de l’ouvrage à un shilling par jour aux pauvres et aux vieillards qui se présentent. Il y en a toujours une centaine et plus employés à casser les pierres et à les préparer pour le grand chemin ; on en a fait ainsi il est vrai un grand magazin, mais on trouvera toujours à l’employer et ces pauvres gens vivent. La plus grande sureté regne dans la ville à toutes heures, quoiqu’il n’y ait que tres peu de Watchmen, mais la bonne disposition des habitans les rend inutiles. Je ne me rapelle pas avoir entendu parler d’un vol pendant tout le temps que j’ai été en Ecosse ; car quoique je me sois permis de faire quelques petites plaisanteries, dont j’espere qu’on ne me saura pas mauvais gré, Edimbourg est bien certainement la ville la plus instruite et la plus agréable à habiter de la Grande Bretagne : Elle a même à présent quelque chose de remarquable. Les professeurs du Collége sont non seulement tres savants, mais même presque tous, sont célébres par leurs ouvrages. * La plupart des auteurs fameux qui ont paru dans la Grande Bretagne depuis un demi siecle, étaient Ecossais, il suffira seulement de les nommer, Hume, Robertson, Fielding, Smollet. J’ai souvent pensé que la classe la plus générallement instruite et en même temps la plus sociable, était parmi les gens de loi à Edimbourg. Un étranger qui aurait le désir de connaitre les habitans des trois royaumes et de voir ce qu’il y a de mieux, de plus instruit et les personnes dont il peut attendre plus d’attention, devrait tâcher de connaitre, de riches Marchands à Londres, des Avocats à Edimbourg et des Lords où des Propriétaires dans leur maison à la campagne en Irlande.


  • On pourrait en preuve citer les ouvrages de plusieurs Professeurs, le discours sur l’histoire Romaine de Ferguson, la Philosophie Morale de Stuart, la Médecine du Docteur Munroe, la Chimie de Black, les Sermons de Blair, &c.


Monsieur, était magnifiquement logé dans le palais des Rois d’Ecosse, qu’on avait meublé pour lui d’une manière simple il est vrai mais tres noble : les gentils-hommes de sa suite étaient tous d’un age mûr. La conduite prudente du prince à Edimbourg, lui avait acquis l’estime et les respects d’un peuple qui ne les accorde pas aisément. Je me fis un devoir d’aller de temps en temps lui faire ma cour. Les malheurs de sa famille ne pouvaient qu’avoir augmenté les égards et les respects que je lui devais.

Je serais injuste si je ne profitais de cette occasion pour offrir mes remerciemens, à la famille aimable de Mr. Clerk of Eldin, au Baron Gordon, Lord Ankerville, Sir Harry Montcreiff, le lord Provost Mr. Elder et quelques autres personnes respectables qui m’ont traités avec beaucoup de bontés et m’ont par leurs honnêtetés, puissament aidé à ne pas prendre garde aux petites tracasseries qu’il m’a fallu essuyer et en dépit de qui, j’ai réussi à faire imprimer le premier volume de cet ouvrage et ai fait mes affaires aussi bien que je pouvais le désirer.

Après donc être resté aussi longtemps qu’elles l’éxigeaient : un beau jour je partis dans l’intention de retourner en Irlande, pour y achever ma promenade, et remplir les engagemens que j’y avais pris avec les personnes qui m’y avaient reçu, en publiant les réflexions et les détails qu’elle avait occasionée.

Comme à mon ordinaire, en quittant où en revenant en Ecosse : je me disposai à aller rendre mes devoirs aux personnes qui m’y avaient d’abord accueillis. Je pris donc une place dans le coche de Sterling et appercevant une jeune personne assez bien mise, se huchant faute de place sur l’impériale : sans lui dire mot, je la pris par la main, je la fis s’asseoir à la mienne dans la voiture et je pris la sienne, au grand étonnement de mes compagnons de voyage qui s’étonnaient fort que l’on put être galant : cependant mon action à la longue les toucha et un deux s’offrit au premier relais de prendre ma place, car il y a vraiment de l’étoffe dans ces gens là, il ne s’agit que de les piquer, pour en faire quelque chose.

Le coche s’arrêta à Linthligow petite ville joliment située sur un petit lac ; après la bataille de Falkirk, les royalistes furent tellement effrayés, que, sans s’arrêter, quelques uns coururent jusqu’a Edimbourg, d’autres passerent la nuit dans cette ville et par négligence mirent le feu au Palais Royal, dont on voit encore les murailles. Sur la petite place vis-à-vis, il y a une fontaine, avec quelques figures grotesques une entre autres qui a la couronne en tête et qui ouvre des deux mains son Manteau royal, ne se rappellant apparentent pas qu’elle avait oubliée de mettre ses circonstances * comme on les appelle dans le pays. Dans le milieu de la rue on voit aussi un autre conduit avec cette inscription au dessous d’un Ange, St. Michel kind to strangers. Il est en effet very kind, quoique la denrée dont il fasse part au voyageur ne soit pas d’un grand usage dans le pays : mais au moins il l’offre généreusement et la donne à-tout venant pour rien, ce qui est une chose assez rare par tout pays et pas très commune en Ecosse. Falkirk était comme quand j’y passai avant, un assez vilain trou et Caron work toujours très enfumé. Je revis avec bien du plaisir les personnes qui m’avaient d’abord, accueillis à Sterling. C’était à qui m’aurait à son eglise, mais je donnai la préférence à la réligion établie et j’eus le plaisir, d’être sermoné pendant trois heures dans la société des fidelles.


  • Ses Culottes.


Ce fut pour moi un plaisir sensible de me promener dans tous les lieux que j’avais fréquenté deux ans avant ; l’inscription au dessus de la porte de l’hôpital de Sterling, qui m’était echappé, mérite bien bien d’être rapportée : un tailleur, il y a trois où quatre cents ans, ayant fait par son industrie une fortune assez considérable, en légua une partie à l’hôpital : l’inscription qui est autour d’une paire de ciseaux en marbre blanc se termine par ces mots remarquables. Remember you reader, that the scissors of this honest man, do more honor to human nature, than the sword of the conqueror.

La vue du chateau me sembla tout aussi belle et peutêtre plus que dans ce temps, je fis une petite course jusqu’au sommet de Craig-forth et je remarquai avec beaucoup de plaisir que les travaux immenses sur les mosses de Blair drummond, allaient, leur train et promettaient de découvrir entièrement dans peu ce terrain immense.

En passant le bateau à l’Abbaye, j’écoutai avec plaisir, la discussion des Bateliers sur la révolte des Matelots, qui était alors dans sa force et que l’on prétendait avoir pendu leur Amiral. " Weel mon, dit l’un, j’ se warrand ye mony a ane’ll swing for this. " — " But deer Mon, it’s no that they want, they’re only seeking bread and drink. " — " Weel a weel, Jock wi’ gie’ them that ;" répartit le premier. Dans le fait il raisonnait, fort juste car Jock a effectivement été le dernier acteur de la scêne et cela doit être ainsi dans tout gouvernement qui veut absolument maintenir l’ordre établi. Les révolutions n’arrivent jamais que parce que le gouvernement se croit plus puissant qu’il n’est, et est bien aise de profiter de l’effervescence du peuple pour renverser les gens qui s’opposent à ses désseins. Dans ce moment-cy, l’éxemple de la France était trop récent, pour qu’on put s’y fier et les chefs de l’insurrection ont été pendus : si le gouvernement eut voulu Machiavéliser avec eux, comme on a fait en France, ils l’eussent vraisemblablement traité comme celui de ce pays l’a été.

Je fus visiter mon ancien hôte, le Major Mayne, chez qui j’avais passe tant de temps, eloigné du tumulte. Dans les journées suivantes je parcourus le pays d’alentour. C’est toujours avec un certain plaisir que l’on revoit les lieux où l’on a passé du temps : c’est une espèce de reconnaissance, dont on fait hommage à la Nature !

Les montagnes adjacentes, sont remplies de veines de cuivre : il n’y à cependant qu’une seule mine ouverte et depuis très peu de temps. A quelque distance du pont du Diable, on trouva, du temps de Charles II, un massif d’argent qui produisit à ce qu’on m’a dit, près de cinquante mille livres sterlings, un million tournois : mais ce n’était que ce que les minéralogistes appellent un Nid d’argent, il n’y avait point de veine.

Cette partie du pays est cultivée dans la plus grande perfection ; pour encourager l’émulation parmi les laboureurs, les propriétaires ont tous les ans a ploughing match, c’est a dire qu’ils choisissent un champ sur lequel ils sont venir tous les laboureurs du canton, avec leurs charrues qui sont souvent ornées de rubans aussi bien que le cheval. On les met en ligne et on les fait partir tous à la fois : celui dont le sillon est le mieux fini et le plus droit, au jugement des autres laboureurs et des propriétaires, reçoit un prix de quelque valeur, des complimens, et est sur de ne jamais manquer de place. On se fait aisément une idée de l’émulation que cette cérémonie a jetté parmi les habitans de la campagne, et des bons effets qu’elle doit produire ; aussi je n’ai point vu de champs mieux cultivés et plus fertiles. Qu’on s’imagine d’apres cela, comment dut être reçu certain riche Anglais, qui, il y a quelques années, voulant profiter de sa jeunesse pour voir le monde, y parut tout à coup suivi d’un chariot bien cadenassé et rempli de viandes salées, de pain, de vin et de légumes de toutes espèces. Il croyait vraiment que ses victùailles allaient lui faire une réputation et qu’il pourait régaler les malheureux Anglais que la nécessité obligeait à vivre sur ces parages maudits. Il fut tout étonné de voir, que non seulement, on ne fit pas d’usage de ses provisions, mais qu’encore on se moquat de lui. On m’a assuré que dans sa rage il tourna bride sur le champ, et s’en fut à Londres, ou vraisemblablement il s’amuse à répéter toutes les histoires qu’il tient de sa nourice, ainsi que l’ont fait la plupart des ecrivains judicieux, qui ont quitté les rives fortunées d’Albion, pour visiter la Gaule affamée, superstitieuse, esclave et petite maitresse.

Durant les troubles de l’invasion du Prince Charles en 1745, une Dame du pays, empêcha (m’at-t-on dit) son mari d’y prendre part d’une maniere très singuliere. Le mari était un partizan de la maison de Stwart et il avait annoncé son intention de rejoindre le lendemain, le dernier Prince de cette maison qui ait paru dans la grande Bretagne. Après avoir épuisé toute sa rhétorique pour l’en dissuader, sa femme à la fin lui demanda pour toute grace, de déjeuner avec elle avant de partir : l’autre ne crut pas pouvoir lui refuser cette légere faveur. Il était botté, prêt à partir, son cheval était à la porte. La bonne Dame, sous le prétexte de faire le thé, prit la bouilloire qui était sur le feu et tout d’un coup remploi remplit sa botte * d’un torrent d’eau bouillante. On peut aisément juger de la fureur, que la douleur causa au brave homme : " tues moi si tu veus " lui dit sa Femme, " mais je n’ai trouvé que ce moyen de te sauver de la rage des deux partis. Qui, pourrait trouver mauvais que tu ne te montras pas, puisque j’espere, que d’ici à longtemps, tu ne saurais bouger " . .. Il y a bien des gens, qui ne seraient pas très fachés, d’avoir été echaudés de la sorte.


  • Une botte à chaudron, comme on les portait alors.

Les tremblemens de terre accompagnés d’un bruit souterrain, se faisaient toujours sentir de temps en temps près du Camp Romain d’Ardoch, a peu près comme je l’ai decrit page 232 du second volume. Ce phénomène devrait bien exciter l’attention des savans dans ce pays et les engager à s’occupper d’en découvrir la cause : j’en ai moimême ressenti la seousse dans les montagnes du voisinage ; l’eau des lacs est tres visiblement agitée pendant qu’elle a lieu : il est aussi plusieurs fois arrivé, qu’elle a baissé ou haussé de plusieurs pieds dans le même temps. J’ai souvent souhaité pour le pays, qu’un beau Volcan vint tout-à-coup à paraitre au milieu de ces montagnes désertes : il y attirerait les curieux de toute la terre.

Les habitans des montagnes sont réputés avoir une petite maladie, que par politesse on appelle violon Ecossais, (Scotch Fiddle.} Un de leur Roy, qui vraisemblablement en savait jouer l’appréciait à tel point, qu’il prétendait que c’était une jouissance trop grande pour un sujet de se frotter le dos contre une pierre : je dois dire que je n’ai pas vu beaucoup plus de ces instrumens de musique en Ecosse qu’ailleurs et que malgré le long espace de temps, que j’y ai passe et même dans les montagnes, j’ai quitté le pays sans en savoir jouer.

Il n’y a gueres que quarante ans, que le thé fut introduit en Ecosse ; une personne à Londres qui revenait de la Chine, en envoya quatre où cinq livres à une dame de ses amies comme une rareté : celle-cy, à ce qu’on m’a dit, le fit bouillir une grande heure, puis jetta l’eau et présenta les feuilles sur la table avec une sauce au beurre.

On fait par toute la grande Bretagne, fort peu d’usage des légumes, en hyver surtout : l’on m’a conté cependant, qu’un certain homme près de Montrose ne pouvant s’en passer, en demandait tous les jours à sa femme, qui lui répondait qu’il n’y en avait point. " Give me something green, repliquait toujours le mari d’un air d’humeur, quoique ce soit. " La bonne dame à la fin, pour tâcher de le satisfaire, avisa une vieille paire de culotte de velours verd, qu’elle fit bouillir et plaça autour du bœuf.

Mais je crois à propos pour moi, de ne pas plaisanter davantage, car la bile des honnêtes gens dont je parle, est fort aisée à émouvoir ; un d’eux qui s’entendait appeller a true Scot par un perroquet dans Hollborn à Londres, lui dit qu’il était bien heureux de n’être qu’une oie verte, car autrement il lui apprendrait à vivre : un des chefs de la ligue Amériquaine, ayant dit en riant à un Ecossais qui dinait chez lui, " j’espere Monsieur, que vous ne vous offenserez pas de m’entendre dire du mal des Ecossais quand je serai gris, car c’est ma coutume et je ne saurais m’en empêcher. " — " J’espere " aussi Monsieur, lui dit l’autre, que vous voudrez bien excuser une mauvaise coutume que j’ai prise, et dont je ne puis absolument me défaire, c’est d’assommer toute personne à qui j’entends dire du mal des Ecossais, " la mauvaise coutume de l’Ecossais fit que l’Amériquain sut trouver le moyen de perdre l’habitude de la sienne.

Je partis donc enfin, après avoir passé quelque temps dans ce beau et bon pays et y avoir gouté un repos, qui m’était bien nécéssaire après le travail de mon hyver. Bien reçu, bien traité de personnes dont j’avais eu le bonheur de gagner l’estime et l’amitié depuis mon arrivée en Ecosse, mon séjour m’eut semblé très agréable sans cette division cruelle, entre les partizans de Mr. Pitt et ceux de Mr. Fox. Toujours Mr. Pitt et Mr. Fox, à qui comme étranger il m’est impossible de prendre plus d’intérêt qu’à Mahomet ou Aly. Comme ces deux Prophetes rivaux, je les crois tous deux fort habiles, mais, je dois l’avouer, l’ennui que ces folies m’ont donné, me les a (je leur en demande bien pardon) souvent fait envoyer à tous les diables de compagnie.

Il est assez singulier, que je n’aye jamais entendu prononcer le nom du Roi dans toutes ces disputes ; le Roi s’est allé promener sur la terrasse de Windsor, le Roi mange, le Roi boit, le Roi se léve, le Roi se couche, et pour tout le reste Mr. Pitt, et Mr. Fox.

J’eus occasion à Glasgow d’être présenté à Mr. Dale qui est un des caracteres les plus extraordinaires que j’aye connu. Il a commencé par être simple Tislerand et par une longue industrie, il est parvenu à se faire une fortune brillante. Il eut la complaisance de me conduire, avec un Marchand de Glasgow, à ses Moulins de Cotton à Lanark près de la chûte de la Clyde. En passant à Hamilton, il montra une maison en disant, here is a house, where I have been many a year at the loom. Ses moulins consistent de quatre grands batimens de quatre étages et de dix sept ou dix huit fenêtres de front à chaque. J’y ai vu plus de Machines, de roues, et de cotton que dans aucun endroit. * Toutes les roues sont mises en mouvement par un courant considérable qu’on a tiré de la Clyde et amené à grands frais au travers d’un rocher qui a plus de deux cents pas d’épaisseur. Avant qu’il n’y eut de Manufacture dans cet endroit, il était sauvage et désert : on y compte à présent plus de deux mille habitans.


  • Les gens de Manchester font bien des simagrées pour montrer leurs Moulins et souvent même le refusent absolument. Que sont cependant leurs Moulins, eu comparaison de ceux de Lanark.

Mr. Dale maintient à ses frais, près de cinq cents enfants qui travaillent à son compte et à qui il fait enseigner à lire, à ecrire et l’arithmétique. Ils sont tenus dans le meilleur ordre, proprement vêtus et assez bien nourris. Lorsqu’ils ont atteint l’age de quinze à seize ans, après avoir acquis le gout du travail et de l’industrie ils se retirent et trouvent aisément à se placer. C’est plus particulièrement pour cet objet, que je regarde les Moulins de Lanark comme tres intéréssants. C’est là, la véritable gloire du Marchand ; Mr. Dale a ainsi l’avantage de maintenir plus de deux mille personnes, et de rendre utilles à la société, un nombre prodigieux de petits infortunés sans parens, ni amis, et qui communément ne lui sont qu’à charge.

Plusieurs personnes en Irlande, m’ayant paru désirer former quelque établissement, pour occuper les enfans de leur voisinage ; je me suis permis de questionner Mr. Dale sur la maniere dont on pourrait se servir de ses plans en petit. Il m’a bien assuré que c’était impraticable et que la meilleure maniere d’employer les enfans du pauvre en filant le cotton, était tout bonnement, pour un simple particulier, de suivre l’ancienne méthode, a moins d’en pouvoir rassembler un grand nombre et de faire de leur travail sa seule affaire. On ne saurait former le plus petit établissement de ce genre à moins de sept à huit mille livres sterlings ; celui des moulins de Lanark en a couté plus de cent mille.

La chute de la Clyde est à deux milles de ces moulins : on y arrive par une promenade charmante coupée dans un bois, qui se trouve dans le parc de Lady Ross, — J’ai vu des chûtes d’eau beaucoup plus considérables, mais jamais d’aussi romanesque. En m’y rendant, je trouvai une petite clef : " Oh ! vous serez heureux, me dit mon conducteur, that is the sign of good luck. " " Good or bad lui répondis-je, it is certainly the sign of a lock."

En revenant à Glasgow, mes compagnons de voyage m’accablerent, à la mode de cette bonne ville, de leur Money, Bank, Cotton, Goods, Bills, sans commisération : j’avais beau boucher mes oreilles, Money, Money, y entrait toujours : si au lieu de prendre ce chemin là, il se fut rendu dans ma poche, peutêtre aurais je pu m’y accoutumer à la longue.

Je fus encore passer deux ou trois jours charmans chez Mr. Oswald à Scotstown. Je puis dire sans vanité que j’ai bien profité de mon émigration, il n’est pas de coin en Ecosse et en Irlande où je n’aye recù des politesses, et souvent même des marques de bonté bien remarquables. En outre de la famille aimable de Scotstown, le Docteur Wright et Mr. Brown, m’ont traité avec beaucoup d’amitié ; si jamais les beaux jours de la France reviennent et que je puisse enfin retourner dans mes pénates, je me suis ainsi ménagé des souvenirs bien agréables.

Le commerce de Glasgow était assez vivant malgré la guerre ; les spectacles étaient pleins comme à l’ordinaire, et j’eus le plaisir de voir l’audience eclater de rire aux agonies de Beverley et pleurer presque, à la farce. Ce doit être désolant pour un Acteur de voir ses efforts sentis de la sorte. Je voyageai le lendemain, dans le coche d’Ayr, avec les Comédiennes qui avaient joué ce jour la ; elles en étaient encore toutes étourdies. Elles trouverent à Ayr, un vaisseau qui les transporta sur le champ à Dublin où l’on peut arriver de cette maniere dans un ou deux jours et à un prix tres modique ; mais comme je voulais finir ma promenade, je les laissai partir et je me rendis à Port Patrick, et après avoir été balloté sur la mer pendant treize où quatorze heures, je me retrouvai sur la terre de St. Patrice.

_________


BELFAST ― ARMAGH ― NEWRY.



LA conséquence que l’on donnait en Ecosse aux troubles de ce pays, me faisait presque craindre d’y remettre, le pied ; mais je fus heureusement rassuré à Donaghadee, où je fus acceuilli avec la même hospitalité que je l’avais été à mon premier passage par Mr. Smith. Quoique le comté fut out of the King’s peace, il me sembla que tout le monde était fort tranquille.

Pendant les deux où trois jours que j’y passai, je m’apperçus d’une coutume qui m’avait echappé. Malgré la facilité des mariages, puisqu’un seul mot peut le rendre valide ; il se fait cependant des batards en Ecosse. Le Ministre de Port Patrick, un saint homme de dieu, ne pouvant châtier les parties coupables comme elles le méritent, fait passer le châtiment sur le malheureux fruit de leurs œuvres diaboliques, et lui refuse absolument le Baptême. Les parens cependant, quoique grands pécheurs, ne le sont pas assez pour priver leurs enfants de cette régénération spirituelle, dont au fait ils ont peutêtre plus besoin que d’autres ; ils les font passer en Irlande, où ils n’ont pas de peine à trouver un Ministre Anglican plus raisonnable.

D’un autre côté, le Ministre Anglican répugne extrêmement à marier des gens qu’il ne connait pas et éxige la formalité des bans, &c. &c. pour éviter toute cérémonie, les gens passent en Ecosse et si le fils et la mere, le pere et la fille se présentaient au Ministre de Port Patrick ; il ne leur ferait pas même une question et leur dirait bientôt, you men and women I declare you maried. Dans le fait son refus ne servirait à rien, car en Ecosse, comme je l’ai déja dit dans le second volume p. 316, un mot devant témoins, même en plaisantant, une lettre gaie, suffisent pour rendre le mariage valide.* Mais si vous ne prononcez pas ce mot, où que vous n’ecriviez pas cette lettre, vous pouvez faire ce qu’il vous plaira sans crainte, et c’est comme cela que viennent les batards, qui sont tant de mal au cœur au bon Ministre de Port Patrick.


  • Dans le moins de Juin 1795, la cour de Session à Edimbourg, décida un procès de ce genre, en faveur de la partie réclamante. Un jeune homme après quelques arrangemens de famille, avait l’habitude d’écrire à une jeune personne qui demeurait à plus de deux cents milles de lui, et il l’appellait communément ma petite femme dans ses lettres. Elle répondait de son côté et l’appellait aussi mon petit mari. Deux ans se passerent de cette maniere et au bout de ce tems, le petit mari se dégouta de sa petite femme qu’il n’avait jamais vu, et pensa à s’établir avec une qu’il voyait tous les jours.
        L’autre en fut bientôt informée ; arrestation, reclamation, en un mot procès en regle. La cour de Session jugea l’affaire en faveur de la petite femme, qui fut reconnue comme bien et duement mariée, quoique par lettre seulement.
        Pourrait-on croire qu’avec tant de facilité pour se marier, l’Ecosse soit le pays de l’univers où il y ait le plus de vieilles filles, c’est au point, que c’en est vraiment effrayant.


Je vis aussi un commerce dont je n’avais que fort peu d’idées, c’est celui des haillons : j’avais bien vu à Edimbourg différentes maisons avec cette inscription rags warehouseMoney for rags, mais je m’imaginais que c’était pour le papier. Le fait est, qu’il y a des gens qui ont calculé sur les hâillons et qui achetent à bas prix, des gens du commun en Ecosse, les habits dont ils ne croyent plus pouvoir faire usage, (car le paysan Ecossais est toujours assez bien vêtu) et les transportent en Irlande, où ils les vendent avec beaucoup de profit.

En partie rassuré, sur le danger qu’un voyageur à pied pouvait courir, en traversant les pays contre lesquels le gouvernement s’était cru obligé d’user de moyens de rigueur ; je replaçai mon bagage en sautoir et je m’acheminai, vèrs Newtown-Ard. Au milieu du chemin un homme qui conduisait un car chargé de tourbes, et qui parraissait être embarrassé après sa charrétte, me cria, pray Sir will you push my cash ; encore plein des idées terribles que les Ecossais m’avaient donné de ces pauvres diables, je crus que c’était une maniere Irlandaise de me dire, de lui pousser my cash (mon argent) pour lequel je ne me trouvais pas disposé, car je ne sais ce que c’est, que d’avoir la bourse du voleur ; me tenant donc à une distance respectueuse, je lui demandai ce qu’il voulait dire, why dit il, c’est de m’aider à replacer my turf cash (car c’est ainsi qu’ils appellent le panier qui leur sert à charier leur tourbe). Oh ! pour ça, lui disje, de tout mon cœur, et d’un coup d’épaule, je l’eûs bien vite remis à sa place. En entrant à l’auberge, j’apperçus affiché sur la porte, " si l’on tire encore un autre coup de fusil dessus les sentinelles, on donnera ordre de mettre le feu à la ville. " Diable ! me dis-je.

Je fus reçu avec bonté, chez Mr. Birch, que j’avais vu à mon premier passage, et je me rendis encore une fois à Belfast, où j’arrivai le jour que l’on célebrait la naissance du Roi. La garnison prit les armes et tira plusieurs volées en l’honneur de sa Majesté ; le peuple de cette ville que l’on représentait comme prêt à se soulever il y a quelque temps, était alors dans une stupeur, peu différente de la peur la plus grande. Au soir on illumina ; les soldats coururent les rues armés de batons et brisèrent les fenêtres de ceux qui n’avaient pas illuminés, et d’un grand nombre qui l’avaient fait ; ils allerent dans les cours les plus reculées et briserent jusqu’aux fenêtres des lieux privés et les dessus de porte. Ils prirent leurs officiers et les porterent en triomphe sur leurs épaules. Les hurlemens qui partaient du noyau principal des soldats, et les huzza perpétuels avaient rééllement quelque chose d’effrayant. Trois semaines avant, c’était le peuple qui faisait le tapage et qui s’assemblait tumultueusement : s’il faut que je le dise, une foule de soldats, où une foule de peuple, ne valent gueres mieux l’une que l’autre : cependant dans ce dernier cas, lorsque les officiers ont leurs soldats dans la main, c’est moins dangereux, et par la terreur qu’ils inspirent, (qui au fait n’est que du bruit) ils peuvent arrêter les excès, auxquels la populace pourrait se porter.

Je n’imagine pas que les gens de Belfast, oublient de longtemps l’épouvante dans laquelle je les ai vu ; le Général Lake cependant, courut les rues toute cette nuit et et fit arrêter quelques soldats qui faisaient trop de train. Il les fit aussi disperser, lorsque le temps fixé pour l’illumination eut été passé. Ce tapage paraissait si drôle aux soldats qu’ils auraient été fort aises que cela put recommencer ; on fit même courir le bruit dans la ville qu’il y aurait le lendemain une autre illumination. Dans tous pays, les soldats sont enchantés d’une occasion de faire du tapage, playes et blosses c’est tout ce qu’ils demandent et il ne fallait pas moins que l’activité du Général Lake, pour les empêcher de trop passer les bornes.

Le lendemain désirant aller chez le Souverain (c’est ainsi qu’on appelle le premier Magistrat, le Maire) je m’informai de sa maison à une pauvre femme, qui était sur sa porte. " La voila, dit elle, mais il n’y est pas ; je l’attends, ajouta-t-elle, pour lui faire payer mes vîtres. "

Ce jour là aussi, un homme chez qui je dinais et qui avait eu assez de peur la vèille me dit, « la France est dans un état de trouble très violent, l’Italie est ravagée, l’Espagne va bientôt peutétre se révolter, l’Allemagne est ruinée, la Suisse est au moment de faire la guerre, la Hollande n’éxiste plus, &c. ici on nous brise nos fenêtres et on finira peutêtre par nous assommer, où donc aller pour trouver la paix ? " " ma foi, lui répondis-je, je ne connais qu’un souverain qui n’ait pas été troublé jusqu’à présent et chez qui on peut aller très promptement quand on veut." " Et qui est ce ? " dit il ; " c’est le grand diable d’Enfer, lui répondis-je. "

Les troubles cependant, ayant fait de Belfast un séjour assez peu agréable, je me munis de passe-ports et et je partis ; je fus fort surpris de voir que les soldats avaient pris la peine de casser les vitres jusqu’à deux ou trois milles de la ville. J’étais dans le coche, n’ayant pas jugé à propos, de m’hazarder à pied dans le pays, après ce que j’avais vu. Je traversai successivement Lisburn, Hillsborough, et Dromore ; les deux premieres villes, sont situées dans un pays charmant et parfaitement cultivé. Hillsborough, où est le chateau du Marquis de Downshire est sur une élévation qui domine le pays le plus fertile et le plus riche. C’est à Lisburn que les Réfugiés Français établirent les premieres manufactures de toile, qui ensuite sont deveneus l’objet principal du commerce en Irlande, surtout dans le Nord, Toutes ces villes étaient remplies de soldats et de volontaires. Quoique je regrettasse de ne pas m’y arrêter quelque tems, l’idée cependant que mon séjour eut été loin d’y être agréable, m’engagea à me rendre au plus vite dans un endroit où je pourrais être plus tranquille, où du moins, je me trouverais recommandé à quelqu’un. Je me rendis donc à Bann-Bridge, et je fus me présenter chez Mr. Ross Thomson.

Ce pays est rempli de manufacture de toile : mais ces derniers troubles ont rendus le commerce bien languissant, les moulins cependant, allaient encore, et l’on doit espérer qu’une année de paix remettrait tout dans l’ordre. La loi militaire était alors éxécutée à la rigueur sur les habitans : ils ne pouvaient pas avoir de lumieres chez eux après neuf heures, et toutes personnes trouvées dans les rue après cette heure étaient dans le cas d’être arrêtées. La foire eut lieu pendant que j’étais dans cette petite ville et fut très tranquille : les soldats se promenaient au milieu du marché et obligeaient les femmes qui avaient quelque chose de verd, à leur ruban de les quitter *. Eut-on employé en France le quart des moyens de rigueur, dont on à été oblige de faire usage ici, il n’y aurait très certainement point eu de révolution. Je puis dire avoir vu deux choses bien remarquables ; la premiere, comment en France, un gouvernement faible et de sots Ministres ont conduits par leur folies, un peuple entiérement Royaliste, sans aucune excéption, à faire périr un Roi qu’il aimait et dont il respectait les bonnes qualités et a détruire une Monarchie florissante, pour la prospérité de laquelle on peut dire que ses vœus allaient jusqu’à l’enthousiasme. La seconde, non moins digne de remarque, c’est comment entouré d’ennemis, un gouvernement vigoureux a su en Irlande réprimer et tenir dans le devoir, un peuple mécontent et séduit par l’heureux succès des novateurs Français.


  • Le ruban verd était la distinction, que les Irlandais unis avaient pris.

La hardiesse des Irlandais unis augmentait chaque jour, tant que le gouvernement les a laissé faire : la crainte de les voir réussir avait à moitié engagé à les joindre, un grand nombre de gens faibles et indécis, prêts à se ranger du côté du plus fort ; aussitôt que le gouvernement a paru déterminé à faire cesser ces troubles, il n’a fallu que montrer les soldats et tout a disparu.

Le pauvre paysan, a été dans cette occasion comme dans toute autre, la dupe des fripons qui l’avaient mis en avant et qui avaient grand soin de se tenir derriere le rideau. Les troupes allaient dans les campagnes et brulaient les maisons de ceux qui étaient soupçonnés d’avoir pris le serment d’united, où d’avoir des armes, et dans bien des occasions aussi, elles usaient de rigueurs, souvent bien séveres.

Pour me rendre à Armagh, je passai par un pays superbe : on voit près de Tanderagee une vallée charmante et bien boisée dans le parc du propriétaire. Entre cette ville et Armagh, je rencontrai une troupe d’Orange-men, comme on les appelle, avec des cocardes oranges et quelques uns même avec des cravattes de la même couleur. Les paysans me semblerent très effrayés : j’entrai dans une où deux cabanes pour me reposer ; ils m’offrirent, il est sur, ce qu’ils avaient comme à l’ordinaire, mais ce n’était pas du même air qu’auparavant, et enfin près de la ville, une bonne femme me dit, " vous semblez venir de loin, mon cher Monsieur, je souhaite fort que votre parapluie et surtout le cordon, ne vous fasse pas recevoir plus mal. " Je ris d’abord de l’idée de la bonne femme, mais ensuite la refléxion me fit sentir, que puisqu’elle avait remarquée que mon parapluie était verdatre et le cordon d’un verd de feuilles, quelques soldats pourraient aussi le faire, et que dans tous les cas, il ferait fort désagréable d’être exposé à une scène, pour une niaiserie pareille et je coupai le cordon verd de mon parapluie.

J’entrai donc dans la ville de St. Patrice, et je fus sur le champ lui rendre mes devoirs dans son Eglise Métropolitaine. Les fondemens en furent dit-on jettés par le saint lui même et sur les ruines d’un établissement des Druides ; l’histoire rapporte qu’il eut dans cet endroit une vive querelle avec eux, en présence du grand Monarque qui était alors Roi de l’Ultonie et qu’ayant réussi à le convaincre, il le baptiza avec toute sa cour, et envoya ensuite des Missionaires dans les autres Royaumes de l’isle. L’ancienne Cathédrale a été detruite et brulée plusieurs fois et à toujours été rebâtie sur le même emplacement.

La ville était réduite au misérable état d’une petite bourgade, mais le dernier Archevêque, le révérend Robertson, s’étant trouvé être un homme instruit, ami du bien public, libéral et sans famille s’est plù à l’émbéllir, et à l’augmenter, et à présent c’est vraiment une jolie petite ville. La Cathédrale est située sur une hauteur escarpée (comme son nom d’ard le désigne;) on trouva, dans des décombres, il y a quelques années, une ancienne croix d’une seule pierre avec des figures singulieres dessus, qui semblent encore représenter un homme qui baptize, et on l’a érigée dans la place du Marché.

Le primat Robertson a bâti à ses frais un observatoire et a fourni des fonds pour la rente de trois cents livres sterlings, que reçoit la personne qui y demeure : il a aussi établi à grands frais une bibliotheque très bien fournie et qui est ouverte au public quatre heures par jour. Il a érigé un hôpital et plusieurs autres édifices et a certainement mérite la reconnaissance de ses diocésains presqu’autant que St. Patrice lui même.

Les revenus de l’Archevêché, montent à huit ou neuf mille livres Sterlings, mais il est connu que les terres appartenantes au siége, rapportent aux fermiers près de £150,000, trois millions de France. Si l’Archevêque avait un tel revenu, cela pourrait fort bien exciter la jalousie du gouvernement, aussi-bien que le mécontentement des fermiers qui regardent ces terres comme un héritage appartenant à leur famille ; ainsi prudemment, les baux sont renouvellés tous les ans au même prix en recevant un pot de vin considerable, ainsi que les autres bénéfices.

Les domaines de l’Archevêché sont superbes : le palais quoique tres grand et bien bâti, ne semble pas répondre à la magnificence des embellissemens des terres aux environs : il y a auprès une chapelle d’une brillante architecture dans laquelle on voit un très beau dessein sur verre.

Il y a quatre Archevêques en Irlande, qui tous prennent le titre de Primat, celui d’Armagh, s’appelle le Primat de toute l’Irlande, celui de Dublin Primat d’Irlande, celui de Cashel Primat de Munster et celui de Tuam Primat de Connaught. Ce sont bien des Primats. En Angleterre il n’y en a que deux, l’Archevêque de Cantorbery Primat de toute l’Angleterre et celui d’York, Primat d’Angleterre. Je suis faché de ne pas me rappeller combien il y en avait en France, mais peutêtre que le lecteur en est bien aise.

Le pays dans les environs d’Armagh est charmant, coupé de Monticules, de plaines et de jolis petits lacs. Entre les endroits que j’ai vu, je remarquai surtout Castle Dillon et Drumely où je fus reçu par le Colonel Spencer, avec qui j’avais fait connaissance à Westport l’été passe. Certainement, on ne saurait avoir un cantonnement plus agréable ; le pays est un petit Paradis, il est impossible de rien voir de mieux cultivé et de plus romanesque ! Quel domage, que l’esprit de discorde et de fureur se soit emparé des habitans, au point d’en faire redouter le séjour. Tous les matins on apprenait que quelques nouveaux crimes avaient été commis pendant la nuit. Il ne se passait pas de jour, qu’il n’y eut quelques assassinats, où quelques maisons brulées. Pour me promener, j’accompagnai un des Officiers, qui allait s’informer de la vérité du fait et visiter un homme qui avait été battu ; nous trouvames l’homme avec un œil poché, il est vrai, mais je crus qu’il pouvait fort bien l’avoir attrappé dans une dispute particuliere où la politique n’avait rien à faire : la maison d’une bonne femme avait certainement été racked, comme ils le disent, par quelques homme armés mais c’est tout ce que l’on en put scavoir.

Je crois devoir placer ici le peu d’information que j’ai eu, au sujet des troubles qui désolent ce beau pays, depuis si longtemps. La querelle des Catholiques et des Protestans de ce Comté a d’abord commencé par une dispute particuliere entre deux paysans, dans une foire. L’un d’eux était Catholique et l’autre Protestant : il y eut pendant la bataille quelques mots imprudens de lachés d’une part et de l’autre, et bientôt, ainsi que c’est malheureusement l’usage dans la plupart des foires, les amis des deux combattans prirent parti pour eux et commencerent à se battre à grands coups de bâton. Ce jour la, les Protestans eurent le dessous, mais à une autre foire ils prirent leur revenge, ils tomberent aves des armes sur les Catholiques et il y en eut beaucoup de tués.

L’animosité entre les partis se manifesta pendant longtemps, sans que le gouvernement parut s’en inquiéter. A la fin cependant, les Magistrats, quoique avec assez peu de vigueur, commencerent quelques procédures : on mit d’abord à exécution cette partie de la loi, qui défendait alors à tout Catholique d’avoir des armes. Il s’en suivit que comme on ne pouvait désarmer les autres, les premiers furent entièrement à la mercy de ceux-cy.

On m’a assuré aussi, qu’il y eut quelques personnes qui crurent devoir ménager les Protestans pour ne pas perdre leur voix dans les élections au parlement. Ces ménagemens enfin, augmenterent leur audace et se formant en corps militaires, ils se donnerent le nom d’Oranges Boys, comme se disant partisans du prince d’Orange (le Roy Guillaume) et de la révolution. Les autres s’appellerent assez justement Defenders *, puis qu’il est vrai qu’ils ne penserent d’abord qu’à se défendre. Les Orange Boys avaient toute espèce d’avantage sur leurs adversaires, ils étaient armés et les autres ne l’étaient pas. Ils en vinrent au point d’écrire à ceux des Defenders dont ils voulaient se défaire, " Pierre, ou Jacques, vous avez tant de temps pour vendre vos effets et vous retirer dans Connaught, où l’on vous enverra à tous les diables. " Plusieurs dédaignerent de se soumettre à cet ordre barbare : pendant la nuit on coupait les piliers de leur cabane et on les étouffait sous les ruines, où bien l’on tirait tout à coup une douzaine de coups de fusil sur l’endroit ou on les savait endormis. Ces horreurs engagerent les Defenders à commettre des excès non moins cruels. Ces atrocités ne furent pas réprimeés avec la vigueur nécéssaire pour les faire cesser, on ne semblait pas y faire beaucoup d’attention. Les familles tranquilles des deux religions, effrayées de ces désordres, s’empressaient de vendre leurs effets à perte et se retiraient dans la province de Connaught, où j’en ai vu un bon nombre recueillies par le Col. Martin et Lord Altamont.


  • Les Mécontens des Comtés voisins, ont joint, l’hyver passé, le nom de Defenders à celui d’United Irishmen : cela a naturéllement induit beaucoup de personnes en erreur ; mais, à ma connaissance, ils n’ont aucun» rapport, avec ceux d’Armagh.

Lorsque les choses en étaient arrivées à ce point de fureur, il est fort singulier que des troubles d’un genre tout à fait different eclatterent dans les comtés voisins. Ceux d’Armagh étaient rééllement une guerre de religion, ceux des Comtés de Down, d’Antrim et de Londonderry prirent pour prétéxte la réforme du parlement et affecterent de parler avec indifférence de toutes les religions : on vit les même hommes qui dans certains cas, avaient usé les cruautés les plus barbares sur leurs compatriotes, sous des prétéxtes religieux, affecter sous le nom d’United Irishmen de dire que toutes les religions étaient égalles, ou plutôt parurent ne croire à aucune.

Ils s’assemblerent, se donnerent des chefs, firent hautement profession de républicanisme, et declarèrent qu’ils n’attendaient que le débarquement des Français pour les joindre.

Il est certain que ce nouvel esprit de dissention, en jettant du ridicule et en traitant avec mépris les troubles d’Armagh, avait en grande partie, réussi à les appaiser. Mais ces nouvelles idées, par leur rapport immédiat avec la révolution de France, pouvaient devenir beaucoup plus dangereuses que les premieres ; on a vu les excès condamnables auxquels les united se sont portés. J’ai fait mention de quelques uns avant le moment où je passai en Ecosse. J’étais cependant bien convaincu alors, par la connaissance que j’avais des gens de ce pays, que cette frénésie s’appaiserait et qu’à moins d’une invasion puissante, il n’y avait absolument rien à craindre, pour la sureté du gouvernement.

Telle était la situation du pays, lorsque je le quittai pour passer en Ecosse. Peutètre à mon retour, l’eussai-je trouvé dans le même état et y serait-il encore, si l’apparition de la flotte Française dans la baye de Bantry, n’eut ouvert les yeux au gouvernement sur les dangers qu’il courait, et sur la nécéssité d’user de rigueur pour faire cesser ces dissentions.

Avant que les Français se fussent montrés sur les côtes d’Irlande, quoi qu’on parlat souvent de leur projet d’invasion, on n’avait cependant pris, que peu de précautions pour l’empêcher. Lorsque le desordre occasionné par le premier moment d’alarme eut commencé à disparaitre ; le gouvernement prit sérieusement des mesures éfficaces pour mettre l’Irlande dans un état respectable de défence. Des corps considérables se leverent avec zéle dans toutes les différentes villes. On fit passer beaucoup de troupes de l’Angleterre, on en garnit particulièrement les endroits dans le Nord, qui avaient montrés des dispositions séditieuses ; on leur donna des chefs actifs, fermes et expérimentés, et enfin lorsque le gouvernement eut sagement et prudemment pris toutes les mesures qui pouvaient lui assurer le succès, (mais pas auparavant) il se disposa à user de rigueur contre les mécontens.

Il fit ordonner par les généraux, à tous les paysans de rendre leurs armes et de venir prendre le serment d’allegiance. Les Irlandais unis, qui depuis longtemps s’était accoutumés à n’obéir qu’aux ordres de leurs chefs, et à, regarder avec dédain le gouvernement et les soldats, ne parurent d’abord faire aucun cas de ces ordres ; mais voyant bientôt que l’on mettait effectivement à éxécution, les voies de rigueur dont on les avait menacés ; que l’on brulait leur maisons, qu’on les emprisonnait et que dans le cas où on les trouvait illégalement assemblés, on tombait dessus à main armée pour les disperser sans le moindre ménagement : ils passerent dans un clin d’oeil (pour ainsi dire) de l’audace à l’épouvante, et la plupart s’emprèsserent de se soumettre à ce que l’on éxigeait d’eux.

Il est fort extraordinaire qu’à cette époque, les troubles d’Armagh se renouvelèrent et que les querelles de religion de ce comté servirent puissament à appaiser les troubles politiques des Irlandais unis, comme ceux-cy quelques mois auparavant, avaient presque totalement fait disparaitre ceux d’Armagh.

Le renouvellement des divisions religieuses d’Armagh, a été suivi d’assassinats horribles et de revenges épouvantables, d’un parti sur l’autre ; les Orange Men accompagnaient les Magistrats, lorsqu’ils allaient faire quelque expédition et plusieurs parmi eux ayant été united, ils découvraient les armes et commettaient souvent des éxcès, que l’on doit toujours attendre des basses classes du peuple, lorsqu’elles ont les armes à la main et se voyent protégées. Les Catholiques ne pouvaient pas absolument être reçu parmi les Orange Men, même après avoir prêté le serment de fidélité. La plupart des habitans de cette partie, faisaient serment de n’avoir jamais été Irlandais unis, de ne l’être jamais et même de ne savoir ce que c’était. Dans le fait, leur querelle étant d’une autre nature, il est fort simple de penser qu’ils ne l’ayent pas abandonné pour se joindre aux autres.

J’ai connu un brave commandant qui ne voulait absolument se servir d’aucuns des deux partis et était toujours prêt à secourir l’opprimé et le plus faible de quelque parti qu’il fut. C’était fort beau à lui, mais on doit sentir qu’il fallait qu’il eut une grande force en main, pour faire taire les mutins, car autrement les deux partis, eussent fort bien pu se joindre contre lui. Quoique des divisions pareilles soyent certainement un grand malheur ; cependant dans certaines circonstances, elles peuvent sauver un état lorsqu’un gouvernement habile fait les ménager adroitement et se servir des animosités particulieres, pour tenir tous les partis en bride les uns par les autres et les empêcher de se réunir contre lui.

Quoique je n’aye pas entendu dire, que les Orange Men ayent cette fois, mis en usage les menaces de Connaught où l’Enfer : on voyait cependant que leur premier mobile, de faire déguerpir les Catholiques, était toujours celui qui les dominait ; mais la maniere était moins terrible ainsi qu’on le va voir, Le commerce étant alors très languissant dans le Nord et les ouvriers restans sans travail et exposés de plus à la fureur de leurs énnemis : on fit adroitement circuler parmi les paysans, une vieille prophétie de St. JholmColumb, qui declare aux fidéles, " qu’un tems viendra, ou la guerre et la famine dertuiront dans cette partie tous ceux qui n’auront pas embrassé les nouvelles erreurs ; mais, " ajoute la prophétie, " le massacre ne s’étendra pas au delà du Shannon, où au contraire les fidéles prospereront. "

On ajoutait à cela, que tout était à fort bon marché du côté de Limerick, de Galway et de Westport et que les ouvriers y trouvaient autant d’ouvrages qu’ils pouvaient en désirer et étaient bien payés. Ces bonnes gens, qui sont bien après tout, l’espèce la plus timide et la plus crédule de l’univers, partaient en foule la dessus, avec leur famille et le peu d’effets qu’ils pouvaient avoir, pour se mettre à l’abri des persécutions en se rendant de l’autre côté du Shannon. J’ai moi-même souvent rencontré de ces familles errantes, dirigeant leur marche de ce côté : le pere, la mere, portant à leur cou avec leurs effets, les enfans qui ne pouvaient marcher et suivis des autres, qui, comme eux étaient chargés du bagage et accompagnés du fidéle cochon et même de quelques volailles. C’est en causant sur la route, avec quelques unes, que j’ai connu la prophétie de St. Ikolm, et les rapports tentans, que l’on faisait courir sur le pays vèrs lequel il se dirigeaient.

Les habitans de la ville, à Armagh étaient tellement accoutumés à entendre parler des excès que la nuit avait produite qu’il les racontaient d’une maniere très indifférente : se pays voisin n’en était qu’à peine informé et je n’imagine pas que la centieme partie, en ait jamais été connu à Dublin. Dans le fait, de quelque côté que ces crimes fussent commis, c’était toujours une revenge et les plaintes que les paysans venaient en faire à la ville, étaient toujours faites de la maniere la moins propre à exciter de l’intérêt. J’ai vu un homme absolument ivre, venir se plaindre que son beaufrere avait été égorgé par un parti de quatre où cinq cents hommes qui étaient en marche sur la ville : son beaufrere avait bien effectivement été tué, mais c’était dans une querelle particuliere et les troupes ne trouvèrent personnes qui pensat à les opposer. Il arrivait aussi quelques fois (à ce qu’on m’a-dit) que par méchanceté, les paysans saccageaient et brulaient eux mêmes leurs maisons pour faire punir leurs ennemis. L’histoire suivante me parait incroyable. On m’a raconté qu’un paysan qui fut obligé par le Magistrat, de se raccomoder avec un autre, revint se plaindre le lendemain, accusant son adversaire de lui avoir dechiré l’oreille avec les dents : en l’embrassant, et tirant tout à coup son oreille de sa, poche il la montra au juge, qui comme on peut bien le penser, fut très choqué du fait ; sans plus d’information il envoya saisir l’homme et le fit mettre en prison. Celui-cy nia le fait et un chirurgien étant appellé, il fut prouvé que l’oreille avait été coupée avec un razoir et non dechirée avec les dents, et enfin que celui à qui elle appartenait, l’avait coupée lui-même, pour faire punir l’autre.

Ce pays, qui est certainement le plus beau de l’Irlande, est aussi celui où les habitans soient les moins traitables et ayent plus de rapport avec ce que les Anglais appellent wild Irish. L’animosité qui regne entre les différentes sectes, y a certainement contribué, mais s’ils n’avaient ce prétexte ils en trouveraient bientôt un autre. La véritable raison, c’est que la bonté du pays, y a attiré beaucoup d’etrangers qui s’y sont extrêmement multipliés et qui, à la longue, étant devenus trop nombreux pour pouvoir se partager le pays avec les anciens habitans, seraient bien aises de les expulser pour y rester seuls : les autres de leur côté, font le même raisonnement ; des querelles de voisins, qui ne seraient rien ailleurs, s’aigrissent par l’idée du tort qu’ils font. On prend parti, on se dispute, les coups de bâton roulent, et pour peu que les uns où les autres se voyent supportés, tout le mal qu’ils peuvent faire à leurs antagonistes, leur parait trés méritoire ; aussi quelque soit le parti que le gouvernement protége, il profitera avec délice et fureur de ce moment, pour assommer l’autre, et la haine est telle, que si le gouvernement protégeait seulement pour quinze jours un des partis, et qu’il revint ensuite à l’autre, il serait toujours sùr de les trouver.

Charlemagne ayant envie de transplanter une partie des habitans d’un Coin trop peuplé de ses états, et où d’ailleurs il craignait l’esprit d’insurrection, dans un autre qui ne l’était pas assez et dont il se croyait sùr, ordonna sans plus de cérémonie aux habitans de vuider le pays et de se rendre dans tel autre. Cette methode pourrait sembler bien cruelle et arbitraire dans un pays gouverné par la constitution Brittannique ; cependant elle épargnerait bien du tracas et préviendrait des querelles interminables, qui finiront par être la ruine de ce beau pays.

J’ai balancé quelque temps si je publierais ces détails : mais comme les troubles d’Armagh ont vivement excité la curiosité du public, j’ai cru devoir le faire et dans ce cas m’expliquer franchement, car un honnête homme peut se taire, mais quand il parle, il doit dire ce qu’il croit la vérité.

II est assez singulier que des animosités, telles que celles que je viens de décrire, n’ayent cependant point detruit la sureté des chemins pour le voyageur, ni même pour qui que ce soit, pendant la journée. Après m’en être bien assuré, je résolus de continuer mon voyage dans ma maniere accoutumée, et je m’acheminai devèrs Newry : je m’accostai de plusieurs paysans, j’entrai dans une maison, on m’y donna du lait et des pommes de terre, de la même maniere que les paysans l’auraient fait dans une autre partie de l’isle ; si je n’eusse été informé des troubles nocturnes, j’aurais crù le pays dans la paix la plus profonde : je trouvai même un car qui s’en retournait à vide à Newry : le conducteur m’offrit de m’asseoir dessus : il me dit que son métier était de transporter des effets d’un bout du Royaume à l’autre, et qu’il venait de Westport à présent. Lorsque ce bon humain apperçut le clocher de Newry ; il ôta son chapeau et cria huzza, " voila, " me dit il, plus de quinze jours que j’ai quitté mes parens, it revives me to see the steeple of my place ! " ... je ne pus m’empêcher de penser, qu’il était effectivement bien heureux . . . . .

Lorsque nous approchâmes de la ville, suivant leur usage, il me demanda mon nom et de quel pays j’étais ? comme à mon ordinaire aussi, pour éviter plus de questions, je lui dis que j’étais Ecossais, et que je m’appellais Mac Tocnaye.

Newry est située au milieu de hautes montages et cependant jouit de tous les avantages de la plaine : la mer n’est qu’à trois où quatre milles et les vaisseaux y remontent aisément par l’embouchure de la riviere et du canal, qui va de là se joindre au lac Neagh. Il s’y fait ordinairement un commerce considérable en toiles, mais les troubles l’avaient rendu bien languissant. *


  • L’année d’avant les troubles en 1794, un Marchand à Newry, à vendu à ma connaissance, pour plus de quatre vingt mille livres sterlings de toile et a fait dessus un profit de trente milles livres Sterlings.

Les divisions ici, n’avaient presqu’aucun rapport à celles d’Armagh : elles ressemblaient assez à celles de Belfast et étaient entièrement politiques. Quelques tems avant mon arrivée le militaire avait usé de rigueur, et malheureusement une fois un peu trop légèrement, sur de faux avis ; il y eut dans cette occasion dixhuit hommes de tués. Quelques gens vinrent rapporter à la ville, qu’une troupe d’united s’était retirée dans un petit bois, avait commis quelques déprédations, et attaqué les volontaires du corps de milice. Sur cet avis les troupes monterent à cheval et en se rendant à l’endroit qu’on leur avait indiqué, elles saccagerent plusieurs maisons et fusillerent plusieurs malheureux qu’elles virent s’enfuir devant elles. Le rassemblement du bois, était de la même espèce de gens, que la peur y avait fait chercher asyle sans arme, ni provision ; avant, que ce ne fut su, il y en avait eu dixhuit de fusillés.

Le régiment de cavalerie qui était alors à Newry, était Gallois, et un corps nouvellement levé. Lorsqu’il passat en Irlande, les cavaliers y vinrent avec les préjugés Anglais, s’imaginant trouver les Irlandais à demi sauvages et de plus dans un état complet d’insurrection ; en conséquence, ils débarquerent comme dans un pays ennemi et dans le commencement surtout, se rendirent fort redoutables aux habitans. Je conviens avec tout cela, que la terreur qu’ils ont inspiré, n’a pas laisse dans bien des cas, d’être très utiles et je ne doute pas, que les habitans de Newry ne se rappellent longtemps des anciens Bretons.

Je quittai bientôt ce pays et quoique j’y reçus quelque politesse, ce fut avec plaisir, car j’abhorre ces querelles ; Mr. Pitt et Mr. Fox m’avaient déjà tourmenté tout l’hiver, et c’était parbleu bien assez. Au fait cependant, on est très raisonnable en Irlande sur la politique : le sujet étant très sérieux, on trouve peu de division dans la société parmi les gens aisés, et comme tout le monde est supposé être du même avis, on ne vous fait pas de mauvaises querelles, parce que vous avez diné chez Pierre, où chez Paul. On y parle fort peu de ces troubles et certainement beaucoup moins que dans la grande Bretagne : à Newry même, ma lettre de recommandation était pour un homme qui avait été arrêté quelques temps avant, et avait été délivré sur caution : loin que l’on me sut mauvais gré d’avoir accepté un logement dans sa maison ; des personnes d’une opinion très différente me dirent, " c’est fort bien fait ; il faut tirer du diable ce qu’on peut. "

Je traversai cette châine étroite de montagnes qui se trouvent près de Newry, et j’apperçus avec peine que leurs habitans avaient beaucoup plus souffert que leurs voisins : je vis un grand nombre de maisons que l’on avait brulées, pour forcer le maitre à rendre ses armes. Le paysan se conduisait d’une maniere particuliere dans ces occasions ; il niait d’abord qu’il en eut aucune : on le menaçait de bruler sa maison, et on y méttait le feu sans qu’il parut ébranlé mais lorsqu’elle était brullée entièrement, son courage l’abandonnait et il est plusieurs fois arrivé, qu’il s’en allait alors fort tranquillement déterrer un fusil dans les bruyeres, qu’il remettait aux Magistrats : il semblerait qu’il eut beaucoup mieux valu le faire avant. Il n’y a pas de doute non plus, que bien des gens innocens, n’ayent soufferts sur la délation fausse de quelques frippons leurs ennemis : c’est fort malheureux, mais il est absolument impossible que cela ne soit pas dans des cas pareils. J’ai cru remarquer que le paysan ne faisait tant de difficultés pour remettre ses armes, dans certains cas, que parce qu’il en regrettait la valeur intrinséque : si on eut offert de lui en payer le prix où même la moitié, je crois qu’il n’eut pas, à beaucoup près, fait la même cérémonie.

_________


LA PEINE DU TALLION, conte, ― DROGHEDA ― BATAILLE DE

LA BOYNE ― SLAINE ― RETOUR A DUBLIN.



JE me vis avec beaucoup de plaisir de l’autre côte des montagnes : ma situation au milieu de ce fracas, était au fait fort désagréable. Si je me présentais à un homme attaché au gouvernement, le nom de Français lui était suspect : si j’allais chez un d’une opinion contraire, ce qui était fort rare, il ne savait d’abord sur quel pied me recevoir et lorsqu’il avait vu mes passeports, il me faisait l’honneur de me croire employé par le gouvernement, pour éxaminer la conduite des mécontens et les inquiéter après. Il y eut un certain homme, avec qui je causais sur le chemin, qui me tint certains propos d’union d’une maniere très secrette : comme la dessus je lui donnai le bon conseil, de prendre garde à qui il parlait avant de s’ouvrir de la sorte ; je vis ses yeux étinceler, et peut-être que sans le dedans de mon parapluie, dont je lui fis voir l’invention, comme par maniere d’acquit, il aurait uni son gourdin avec mes oreilles : au lieu de cela, il se désunit d’avec moi, d’une maniere assez prompte ; il fit semblant de s’arrêter au coin du chemin et je ne le vis plus.

Dundalk est une assez jolie petite ville, située dans une plaine charmante sur le bord de la mer, près le pied des montagnes de Newry. C’était un jour de foire, il y avait des patrouilles dans le marché, il paraissait cependant y régner assez de confiance. L’idée que plus loin j’irais des pays que je venais de quitter, moins je trouverais cet air épouvanté d’un côte et défiant de l’autre, me fit partir sur le champ. Je passai par Castle Belingham et ne m’arrêtai qu’à Dunleer, ce qui faisait une journée passable de 25 milles Irlandais. Il ne m’arriva pas grand chose, parce que je ne me souciais pas de rien éxaminer de trop près et je n’éxaminais pas, parce que j’allais trop vite.

Je remarquai à Dunleer, que ce n’était point la toile que l’on blanchissait, mais le fil crud. Le linge n’est pas si blanc que lorsqu’il a passé par les moulins du Nord, mais il doit certainement être plus durable, car le frottement des moulins est bien violent.

Il y avait dans l’auberge ou je m’arrêtai, qui était rééllement fort bonne, un gros Anglais dégouté, qui ne trouvait rien de bon. Il tempêtait et regrettait en jurant, les Roast Beef et les plumb puddings de la vieille Angleterre. Il me rappella cette petite histoire bien connue, dans l’isle de St. Patrice et qui fait assez d’honneur à l’esprit subtil d’un de ses enfans.

Des rives d’Albion, fraichement débarqué
Jacques Rost-beef promenait en Irlande
Son spleen, sa morgue et le mépris marqué
Qu’il montre trop souvent, sans qu’on le lui demande.
Après maints tours enfin, il arrive en bâillant
Dans une auberge, où craignant la famine
Son premier soin fut de voir la cuisine.
G.. d d . . n ! tout lui deplut . . . tout était dégoûtant
Sale, choquant, horrible : il dit dans sa colere,
Qu’on ne pouvait manger qu’en Angleterre.

Pendant que son œil mécontent
Vèrs le plancher se promène en silence,
Dans l’espoir d’y trouver un peu de lard bien rance
Qu’il aime infiniment.
Vèrs lui le chien fit avec violence
Précipitér certain bon compagnon,
Vulgairement connu sous le nom de cochon.
De tout pauvre Irlandais ami bien veritable
Que l’on voit sur son lit mais jamais sur sa table.
A ce choc imprévu Rost-beef épouvante.
S’emeut, jure, chancelle et tombe de côté . . .

C’est ainsi qu’autrefois, le Maitre du Tonnerre
Foudroya les Titans les enfans de la Terre.

Plus fier encore qu’eux, le dédaigneux Breton,
Plein d’un noble courroux s’arme d’un gros bâton :
Puis sans ménagement frappant sur homme et bête
Au fils ainé du Monstre il a cassé la tête ....

Aux accens douloureux de ce pere épérdu,


Son bras sans mouvement en l’air est suspendu,
" C’est assez, criat-il, ma rage est satisfaite,
" Je n’étendrai pas plus loin ma fureur,
" Mais ça, qu’on le dépece et vite qu’on l’apprête
" Je prétends, de mes droits user à la rigueur,
" Satisfaire à la fois, ma faim et mon honneur.
Il dit, puis prononçant G .. d d . . n ! de la cuisine,
Il sortit gravement, non sans faire la mine.

Cependant qu’à la broche on fait rôtir piggy,
Rost-beef dans le sallon, va fumer une pippe,
Bâiller sur les papiers, où bien damner Billy *.
De temps en temps, mouillant sa grosse lippe
D’un pot du plus epais porter
Afin d’avoir un jugement plus clair.

Cependant on apporte avec céremonie
Le cochon bien rôti. La table etait garnie
De dix autres grands plats, dans lesquels, il est vrai,
On ne voyait suivant l’usage
Que des couteaux, du pain, du sel et du fromage.

Pendant que de tout cet apprêt
Rost-beef avec plaisir contemple l’étallage :
Un fils de St. Patrice, affamé de métier,
Du cochon sans mot dire, a saisi le quartier.

Rost-beef le voit et d’un ton plein de rage
En brandissant en l’air son coutelas vengeur,
" Arrête malheureux ! crains ma juste fureur !


" Tout ce qu’à mon cochon la faim qui te dévore
" Pourra t’induire à faire, au même instant sois sùr,
" Ma main sur toi chétif, saura le faire encore.

A ces mots, Pady * tremble et croit pourtant bien dùr
Sans y porter la dent de rendre la pecore.
Rost-beef ne rit jamais, Pady le sait fort bien . . .
La situation était embarrassante :
Dans sa main est la proie et la bouche béante
Il regarde l’Anglais, puis sur elle il revient
En suspens, sans oser se décider à rien.

Une idée à la fin à Pady se présente :
" Soit, dit il, j’y consens. " D’un air déterminé
Et tout joyeux, il approche son nez
De certain orifice,
Dont il parait avec délice
Respirer le parfum ; puis il y met le doigt
L’enfonce, le retire, et le porte a sa bouche,
Et l’y replonge encore, en regardant tout droit
L’Anglais entre les yeux .... roide comme une souche,
Le pauvre Rost-beef cependant,
Le regardait sans lui rien dire
Et crut à la fin plus prudent,
(Ne sachant trop s’il devait rire),
De lui laisser partager son cochon
Que d’infliger lui-même au sire,
La peine du tallion.



  • Ces diminutifs, sont deux termes d’amitié que les Anglais emploient souvent, l’un pour désigner un petit cochon et l’autre, un grand Ministre.
  • Pady le diminutif de Patrick, qui sert souvent à désigner un Irlandais ou même l’Irlande, comme John Bull, où Jac Pudding l’Angleterre, et Sawney l’Ecosse. Les gens de moyen rang, distinguent aussi les trois pays dans leur swaft sous les noms de pudding, cakes, and potatoes.


En dépit de la pluye, je me rendis à Drogheda et vis au milieu des montagnes arides, qui séparent cette ville de Dunleer, une de ces tours rondes à quelque distance dans la campagne ; celle-cy est très élevée et parait tres bien conservée. Un bon humain aussi par un principe de bienveillance, avait mis une inscription au dessus d’une source : this is a spring of water, lisait-on en gros caracteres sur une perche, semblable à celles pour indiquer la route ; si c’eut été a spring of whisky, me dis-je, ce serait plus rare et certainement plus fréquenté.

Drogheda était autrefois tres fort : à présent c’est une ville d’un commerce assez florissant ; la situation en est fort agréable. J’y serais certainement resté quelque tems, mais malheureusement comme les personnes à qui j’étais recommandés n’étaient pas en ville et que je n’ai pas l’art de causer avec les murailles, ainsi que la plupart de mes confreres les voyageurs de profession, je crus à propos de décamper.

Je remontai la Boyne, qui traverse la ville. On fait que ce fut sur les bords de cette riviere, que la fortune du Roi Jacques fut totalement décidée ; ses partizans l’accusent d’avoir perdu cette bataille par la même faiblesse, qui lui avait fait perdre le thrône : il s’enfuit longtemps avant qu’elle ne fut décidemment perdue : quelques jours après, ses géneraux en donnerent une seconde, et réussirent à faire leur retraite à Limerick. Ce fut avec un plaisir mêlé de refléxions sombres, que je traversai ces lieux témoins des hauts faits du siecle passé. Un paysan me montra les différentes positions des armées, la place où était le Roi Jacques sur une hauteur eloignée, l’endroit où son gendre le Roi Guillaume, traversa la riviere à la tête de ses troupes et culbuta son armée. D’après l’inspection du terrain, on ne conçoit gueres comment l’armée du Roi Jacques put être forcée à se battre et encore moins, comment elle eut la retraite coupée. C’est un fait indubitable, tous les avantages de nombre et de position étaient de son côté. On a érigé un obélisque tres élevé, à quelque distance de l’endroit où le Roi Guillaume traversa la rivière et où le Maréchal de Shomberg son général fut tué ; il est situé sur un roc qui s’avance dans la riviere ; le piedéstal est couvert d’inscriptions Anglaises et Latines, ayant rapport au sujet

Il ne pouvait gueres manquer d’avoir un obélisque dans cet endroit ; si le Roi Jacques ne s’était pas laissé battre, les belles inscriptions que le voyageur lirait ici en son honneur ! le succès décida de tout et justifie tout. Dans cent ans si la république se maintient, la Monarchie sera abhorrée à tout jamais, si au contraire la Royauté est restorée, ce sera la République.

Le paysan qui me montrait ces différens lieux absolument par routine, avait à peine la moindre idée de l’histoire de cette bataille, " par quelle raison, lui demandai-je, à-t-on érigé cet obélisque ?." " Oh, dit il, c’est que c’est la place, where the man was killed. " " Quel homme ? " lui " répondis-je ; why to be sure, King William.

Voltaire rapporte une épigramme originale qui courut à Paris, sur le malheureux Roi Jacques pendant qu’il était à St. Germain, dans la dévotion la plus grande. La voici, telle que je me la rappelle, car il y a plus de huit ans que je ne l’ai lu.

Quand je veux rimer à Guillaume,
Je trouve qu’il a conqui un Royaume
Qu’il a su soumettre à ses loix.
Mais quand je veux rimer à Jacques,
J’ai beau rêver et me tordre les doigts,
Je trouve qu’il a fait ses Pâques.

Laissant enfin ces lieux si fameux dans l’histoire de la Grande Bretagne et continuant de suivre la vallée fertile de la Boyne, je me rendis à Slaine. Aussitôt qu’on quitte les côtes, on se retrouve parmi un peuple certainement différent de celui qui les habite. Ce ne fut pas sans plaisir, que je retrouvai les manieres extraordinaires et les monumens singuliers qui avaient excité mon attention dans le sud et dans l’ouest de l’Irlande.

Je rencontrai d’abord une funéraille : elle était précédée d’un enfant qui portait une baguette blanche couverte de papier découpé et suivie par un nombre de femmes qui poussaient des cris. Ces cris cependant ne me semblerent pas de la même espèce que ceux du sud. J’y crus voir plus d’ordre ; les femmes se taisaient par intervalle et ne témoignaient aucun signe de douleur, comme de se battre le sein ou de s’arracher les cheveux. Le son de ces cris aussi, n’était pas le meme : dans le sud ils avaient communément quelque chose de ressemblant à pi li lu ou hu lu lu ; ici, ils avaient quelque rapport, à la maniere dont les Presbytériens chantent les psaumes, et je crus distinguer, oh, ah, oh, ah, oh, ah, après quoi, il y avait un silence qui durait autant de temps qu’il en fallait pour chanter les mêmes notes mélancholiques, qui à quelque distance n’étaient pas sans méllodie. On place à la tête de la tombe, le papier découpé que porte l’enfant, avec une poignée de baguette d’osiers, et lorsqu’il y en a une qui prend racine, j’imagine que c’est regardé comme quelque chose d’heureux, car on laisse l’arbre croitre et qu’on le taille.

La ville de Slaine avait été bâtie par Mr. Burton Connyngham, à qui elle appartenait ; il avait un parc et une maison superbe sur les bords rians de la Boyne. Je fus m’y présenter et j’y reçus de Mvlord et de Mylady Connyngham, l’hospitalité la plus aimable. Ma premiere course dans le voisinage, fut d’aller rendre une visite solitaire à la tombe de l’homme respectable qui m’avait protégé et dont la perte ne sera pas aisément réparé par l’Irlande. A mon départ de Dublin, l’année précédente, sa maison fut la premiere où je fus reçu, ce fut encore chez lui, que je reçus l’hospitalité en finissant ma promenade.

Au sommet d’une colline près de la petite ville, on voit des ruines assez considérables, qui étaient autrefois un collége ; du haut du clocher qui est encore assez bien conservé, on a une vue fort étendue sur le champ de bataille de la Boyne : on apperçoit, à une distance très rapprochée, deux de ces tours rondes dont j’ai déja eu souvent occasion de parler. Près de ce séminaire, il y a un Rath * ou fort Danois dont les parapets sont tres élevés. J’imagine que sur le côté du sud, il devait y avoir un petit autel des Druides : deux des pierres latérales sont encore debout et la pierre principale couvre un cavot dans l’intérieur des ruines de l’église. C’est dans ce voisinage à New Grange que l’on voit les restes les plus extraordinaires, de la religion de ces anciens prêtres.


  • On attribue mal-à-propos ces Raths aux Danois, car par la loi de Bréhan, il n’était permis qu’à certains chefs, d’en construire comme une distinction.

Le Général Vallancey l’appelle un Antrum Mythrae. prétend que ce temple était dédié à Muidhr, qu’il a, à-peu-près, prouvé être le Mahody des Gentous et le Mithra des persans. La grotte de New Grange est faite en croix : à la jonction des branches, il y a un Dôme qui peut avoir vingt à trente pieds de haut : à chacun des bouts, il y a une pierre creuse de forme ovale, d’à-peu-près quatre pieds de long sur trois de large, l’entrée est au sud, un peu incliné à l’Est et chacun des bouts de la croix, regarde les trois autres points du compas dans la même direction. La voute qui sert d’entrée est composée de larges pierres plates supportées par d’autres sur les côtés d’à-peuprès six pieds de haut. Le Dôme du milieu est composé d’énormes masses de pierre, placées les unes sur autres sans ciment. Au dessus et sur les côtés des vases, qui sont les seules pierres taillées dans le bâtiment, il y a des inscriptions indéchiffrables non par le temps, mais par les caracteres eux-mêmes : ce sont des figures en losenge, ou des cercles spiraux, qui commencent à un point forment une masse de sept lignes passent ensuite à une seconde et ainsi à une troisieme, puis reviennent sur eux-mêmes et finissent où ils ont commencés : il y a des inscriptions
Latocnaye promenade dans l irlande.djvu
(hors texte non déplié)
Latocnaye promenade dans l irlande.djvu
pareilles, sur une ou deux, des pierres qui bordent le passage. Je n’y ai point vu de lettres à moins que ce ne fut un quarré entouré d’un rond et de trois demi-cercles à chaque angle.

Cette voute et le passage qui y conduit, sont recouverts par une montagne artificielle, qui peut avoir du niveau de la terre environ quarante pieds de haut, sur cent cinquante de long et quatre-vingts de large au sommet. Cette masse ayant pressé trop fortement sur les pierres qui servent d’allée, à dérangé une d’elles, qui n’a à présent d’autre appui, que celle de l’autre côté ; ainsi le passage est devenu dans cet endroit assez difficile, pour que je n’y pùs passer qu’absolument sur le ventre.

L’intérieur de ce monument était, il y a peu d’années, régulierement pavé ; mais malheureusement un paysan de Connaught ayant rêvé qu’il y avait un trésor caché dessous est venu exprès pour l’y chercher : il a été aidé par ceux du pays, aussi crédules et tout aussi persuadés que ceux de cette province de la réalité des visions nocturnes ; ils ont remués toutes les roches qui formaient le pavé, brisés un des vases et porté celui qui était au milieu, dans un coin sur un de ceux des angles, et n’ayant rien trouve, ils ont laisses les pierres ainsi dérangées.

Ce monument est entouré de grosses pierres placées de distance en distance ; sur celle vis-à-vis de l’entrée, il y a quelques lozenges et quelques cercles, pareils à ceux de l’intérieur, mais presque éffacés par le temps. On est étonné quand on reflechit au travail énorme, qu’il a fallu pour former cette montagne factice : je ne saurais l’expliquer autrement qu’en supposant que ce sont les sectateurs de la Divinité du lieu qui l’ont élevée par dévotion : à-peu-pres comme dans les missions du continent, on a vu plus d’une fois les gens zélés de tout rang, porter la hotte et trainer la brouette pour faire un Calvaire ; trente des plus élevés que j’aye vu, ne feraient cependant pas une masse pareille à celle de New Grange ; mais quoi ! Mithra inspirait peutêtre plus de ferveur, qu’un Capucin moderne.

Je suis monté dans le voisinage, sur une ou deux monticules entièrement semblables à celle-cy : ce ne serait pas un objet sans intérêt d’y faire des fouilles, peutêtre y trouverait-on d’autres monumens qui pourraient jetter de la lumière sur l’ancienne histoire. Je ne serais pas éloigné de croire que la caverne du purgatoire de St. Patrice dans l’isle du lac Dearg, était construite à-peu-près de cette manière et je croirais digne d’attention de s’en occuper. Il est singulier, que la croix fut un signe révéré, par plusieurs des peuples anciens, longtemps avant l’établissement du Christianisme, pendant qu’à son époque, elle ne servait qu’à punir les criminels. On a trouvé a Cafi, sur le bord du Gange, un temple d’une forme pareille.

La description, peutêtre un peu trop détaillée, de ce monument, peut donner une idée du sombre dont les Druides entouraient leur culte : ils plaçaient toujours leurs autels dans des lieux déserts au milieu des bois et leurs temples dans des caves, privées de la lumiere de ce même soleil auquel on les croit dédiées. ainsi que les anciens Persans et les Egyptiens, qui conservaient le feu sacré dans des endroits hors de la portée des rayons du soleil.

Le Général Vallancey vient de recevoir des détails d’un officier attaché à la compagnie des indes, et qui a été admis dans l’école des Gentous à Bénarez : ils prouvent évidemment que les conjectures qu’il a tiré des anciennes traditions de ce pays, sont aussi appuyées sur l’histoire des Brachmanes ; ceux-cy prétendent que dans l’ancien temps, leurs ancêtres qui étaient Scuthi, des scythes errans, habiterent les isles Britaniques qu’ils appellent Tricatachel, ou la montagne des trois Pics. D’après cette relation, il paraitrait qu’ils placent dans l’Irlande, qu’ils appellent Suvarna, la place d’expiation des ames, et ils lui donnent le nom de Dirgha prononcé Dirgh, dont ils font des descriptions épouvantables, à-peu-près pareilles à celles decrites par Mathieu Paris, dans l’isle du lac Dearg. Si l’on joint à ces détails l’analogie des langues orientales et surtout du Shanscrit, avec l’ancien Irlandais, on peut à peine douter de la source commune, qui a produit les habitans de pays aussi éloignés.

Si le but de ces recherches ingénieuses, ne tenait qu’au petit orgueil de faire sortir les habitans d’un coin de terre, de peuples anciens situés au bout du monde : elles pourraient peutêtre être regardées avec assez d’indifférence : mais elles ouvrent un nouveau champ à l’histoire en traçant la marche d’une des branches de la grande famille des hommes, et sert à joindre les anneaux de la chaine qui unit toutes les Nations du Globe. Dans ce sens, leur étude aggrandit les lumieres et nous améne à la connaissance plus intime de ces Peuples Primitifs, les peres du Genre humain, qui du centre élevé de l’Asie, ont conduits leurs colonies nombreuses sur tous les points de la terre.

Mais c’est assez : je m’égare trop souvent, entrainé par un sujet dont j’avais peu d’idées en commençant ma promenade : il est temps d’y revenir pour la terminer bientôt.

La Boyne est une riviere charmante : Elle est très poisonneuse et l’on y pêche le saumon dans des paniers pareils à ceux de Cormarthen dans le pays de Galles. En revenant du monument dont je viens de parler, un pêcheur, apercevant un orage qui menaçait, aborda tout-à-coup et mit son bateau sur sa tête comme un parapluie. * Mr. Burton Connyngham, joint à trois autres personnes, a Bâtie sur les bords de la riviere, un moulin immense qui sert à approvisionner de farine la ville de Drogheda.


  • Voyez page 11 de ce volume.


On voit dans l’enceinte du Parc de Slaine, une fontaine autour de laquelle les habitans viennent faire leurs dévotions : quoiqu’elle ait été bouchée et que l’eau ne paraissent qu’assez loin, ils y viennent toujours faire des performances, sur leurs genoux nuds, autour de l’endroit où elle était et ensuite ils attachent des hâillons à un arbre auprès. Sur la hauteur près des ruines du collége ou séminaire, il y en a une autre à laquelle on attribue une qualité générative, dont il ne semble pas que les femmes de ce pays pussent avoir besoin : elle est dédiée à St. Patrice et ce grand saint à qui les Irlandais ont tant d’obligations, assure encore ceux de ces enfants qui y viennent lui rendre hommage d’une nombreuse postérité. On assure cependant que la vertu de cette fontaine, à bien perdu de son crédit dans ces derniers temps. Il se pourrait rééllement qu’elle fut beaucoup plus efficace avant la destruction du college.

Je remarquai que quelques enfans portaient à leur cou un petit sac de toile attaché à un fil de laine ; une bonne femme du pays, me dit que c’était un gospel, un évangile, que le prêtre de la paroisse leur donnait pour prévenir bien des maladies. Il y a des pays ou les prêtres excitent le peuple à la superstition, il y en a d’autre, où c’est évidemment la peuple, qui oblige les prêtres à s’y prêter.

Je continuai de suivre les bords rians de le Boyne et vis près de Slaine, un pilier de pierre couvert de figures singulieres et de quelques caracteres Irlandais que je ne pus pas lire, ni me faire expliquer, car dans cette partie, à peine peut-on trouver à qui parler en Anglais, lorsque les ouvriers sont employés à leur travail, A un mille de Navan je vis à Donoughmore, la tour ronde que j’avais apperçu de la hauteur près de Slaine. Celle-cy, a quelque chose qui semble désigner qu’elle a été bâtie depuis l’établissement du christianisme. Sur la clef de la voute qui forme la porte, (qui comme dans les autres est à quinze ou vingt pieds de terre) il y a un crucifix gravé dans la pierre ; mais on m’a dit depuis, que l’époque à laquelle cette pierre avait été placée, est très connue. On croit communément que ces tours rondes éxistaient longtemps avant le christianisme : leur usage a différemment été interprété par les antiquaires ; quelques uns les ont supposés déstinées à contenir le feu sacré, d’autres qu’elles étaient habitées par une espèce d’hermite, qui y vivait retiré du monde, et que c’est ce qui a donné lieu, à l’histoire de St. Siméon Stylite parce qu’il vivait dit-on dans une tour pareille. Quant à moi je ne forme aucun système sur leur établissement, j’observerai seulement que chez les peuples du Levant, il y a de temps immémorial, toujours eu des tours rondes qu’on appelle Minarets près des Temples, des Mosquées, des Eglises et mêmes des grands édifices et qu’à l’heure de la priere, un Dervis monte au sommet et engage le peuple à s’y rendre, soit avec un instrument quelconque, où avec la voix : je ne serais pas éloigné de croire, que ce pouvait être leur usage, quelque soit le temps ou elles ayent été bâties. La seule difficulté c’est que les fenêtres au sommet sont bien petites ; je n’ai vu que celle de Sword près de Dublin, où il y ait quatre larges fenêtres au sommet, exposées au quatre points cardinaux ; celle-là ne semble pas de la même construction que les autres. La porte est au niveau de la terre et l’on voit dans l’intérieur, des trous quarrés pratiqués dans la muraille, évidemment dans l’intention d’y placer des soliveaux.

On voit dans le cimetiere en face de cette pierre, sur laquelle est gravée le crucifix, un gros caillou sur lequel les gens du pays se sont mis à genoux si souvent, qu’il est creusé assez profondément. On lit aussi au dessus d’une tombe, here lies O’Connor, who was gathered there, à l’age de 104 ans. gathered me sembla bon.

Navan est une ville entièrement Irlandaise et quoique ce ne soit pas dire qu’elle soit fort jolie, ni tres propre, j’avoue que que je l’aime mieux ; je voudrais que l’on suivit le gout et les usages du pays: qu’on cherchat à les améliorer, mais pas à les détruire : je crois bien sincérement, que ce serait le meilleur moyen, comme le plus court, de les faire se perfectionner. Mais on ne pense qu’à l’Angleterre en tout et pour tout, et je crois que ce n’est pas si bien. Par le moyen d’un canal on compte faire continuer la navigation de la Boyne jusqu’à Trim et ensuite au grand canal d’Irlande, qui doit traverse l’isle de Dublin à Limerick.

Remontant encore les bords pittoresques de la Boyne, je la traversai à un pont à trois où quatre milles pour prendre le chemin de Dublin. On nous représente la paresse sous diverses attitudes, étendue dans un bon lit et couverte de fleurs, &c. je vis dessus ce pont, un modele auquel on n’a j’imagine pas encore pensé, c’était tout simplement un bon Irlandais qui ayant conduit son cheval à l’eau attellé à un car, s’était endormi pendant que le cheval buvait et le pauvre animal n’entendant point la voix de son maitre, était resté au milieu de la riviere sans bouger d’un pas.

Je vis à quelque distance un rath immense que l’on appelle Rathlema : c’est le seul de cette grandeur que j’aye vu, il embrasse une étendue de terrain considérable : il a certainement près d’un mille de tour ; quelques bonnes gens me dirent que dans l’ancien tems c’était la demeure du Roi ; il n’est pas loin du chateau de Fingal, autour duquel les habitans sont réputés être d’anciens Irlandais.

Ne me trouvant pas tres fatigué à neuf milles de Dublin, je demandai s’il n’y avait point d’auberge de là à la ville. On me nomma Cluny. Cluny me dis-je ; certains souvenirs me firent imaginer que c’était un nom de bon augure, je me mis en marche ; mais Hélas, Cluny n’éxiste plus ; je ne trouvai qu’un misérable village, je fus plus loin et ne trouvai rien encore ; il semblait que je devais finir mon voyage absolument de la même maniere que je l’avais commencé et passer la nuit dans une cabane . . Je n’étais plus qu’à quatre milles de Dublin mais il était plus d’onze heures du soir ; le souvenir de la rigidité que l’on observait dans le nord, me faisait croire que je pourrais fort bien rencontrer quelques patrouilles, ce qui eut pu être désagréable ; la connaissance aussi que j’avais du nombre effroyable de Mendians qui se trouvait dans la capitale ne servait pas trop à me rassurer contre les voleurs, et enfin la certitude de ne pouvoir gueres arriver avant une heure et de trouver les auberges fermées, me promettait une nuit à la belle étoile ; pendant que je rêvais à tout cela je vis passer une chaise de retour, qui allait vers le Nord, je fis marché et je retournai avec elle sur mes pas.

Partant donc de grand matin, je m’acheminai vèrs la capitale, au travers de vastes plaines peu habitées et dans lesquelles les paysans manquant absolument de chauffage, sont obligés de bruler les mauvaises herbes que l’on ôte des champs, j’ai même vu bouillir le pot et les pommes de terre avec un feu de foin.

Vèrs les dix heures, je me trouvai au joli village de Finglass et comme je me retirais sous une grande porte pour éviter un orage, un homme sortit de la maison, m’obligea à y entrer et enfin à déjeuner : sans compliment, je n’imagine pas qu’il y ait une autre grande ville en Europe et surtout de trois cent mille habitans, auprès de laquelle un voyageur à pied, put espérer rencontrer une politesse pareille.

Je m’avançai encore à l’Est jusqu’à Clontarf, sur le champ de Bataille où les Danois furent défaits par O’Brien Boromh, le 23 avril 1014, 157 ans avant l’arrivée des Anglais : on a de cet endroit une fort belle vue de la Baye de Dublin et de la montagne de Howth, qui s’avance dans la mer et ressemble assez à la peinture qu’on nous donne de Gibraltar : on suit aussi de l’œil, cette immense chaussee que l’on a jetté à une distance de près de trois milles, pour empêcher les sables de s’amonceler à l’embouchure de la riviere Lyffey. Près de cet endroit, est le parc charmant de Marino : le Temple que Lord Charlemont y a bâti, est sans contredit, un modèle brillant d’architecture et auquel je n’imagine pas que l’œil le plus éxercé put trouver aucun des défauts ou des négligences que l’on reproche à plusieurs des Edifices publics de Dublin. * »


  • Le Palais du Parlement à Dublin, est Un Bâtiment magnifique ; par une négligence singuliere, on placé un entablement d’ordre Dorique, sur des colonnes et des chapitaux d’ordre Corinthien.


Je rentrai enfin dans cette ville par le Nord, un peu plus d’un an, après en être sorti pat le sud. Pour que mon départ et mon retour fussent en tout semblables, je fus invité à diner le jour de mon arrivée chez la même personne, que lorsque je quittai la ville, je pris le thé chez celle que j’avais vu la veille de mon départ et je me retrouvai au soir dans le même logement et absolument dans la même situation.

Cette expédition est au fait assez vigoureuse : je suis loin de regretter ma fatigue, si surtout quelques idées peuvent être utiles au pays qui me donne azyle ; cependant, comme malheureusement il faut toujours un peu penser à soi, à moins que la personne qui veuille m’encourager à en faire une pareille, ne me donne sa parolle d’honneur de ne point mourir avant qu’elle soit terminée, je ne crois pas qu’on me rattrappe, à courir les grands chemins de cette maniere là.

Les changemens amenés, par les circonstances critiques, dans lesquelles l’Irlande s’était trouvée pendant mon abscence, étaient beaucoup moins remarquables que dans la Grande Bretagne. Les habitans aisés cependant, s’étaient enrolés comme volontaires, et formaient des compagnies où les différens états se trouvaient rassemblés, ainsi il y avait la compagnie des Avocats, et des Procureurs * à pied et à cheval, des Commis de la Douane, des Marchands et des Ecoliers, qui tous avaient pour chefs les premiers d’entre eux et les Ecoliers avaient pour colonel un de leur proffesseur. Parmi ces compagnies il y en avait plusieurs, qui à plus d’un titre passaient pour d’excellentes troupes et étaient remplies du meilleur esprit. La cavalerie surtout, était montée sur des chevaux accoutumés à la chasse périlleuse du pays : et on a a pu voir plus d’une fois un escadron entier, sauter par dessus les hayes, les fosses et les murailles pour arrêter ou disperser des gens attroupés. La formation des corps de volontaires à Dublin, avait beaucoup de rapport à celle des Emigrés à Coblence. Comme pour être reçu dans une compagnie, il fallait y avoir des droits par son état, personne ne pensait à en augmenter le nombre, de gens qui n’y tenaient pas : la socièté par conséquent, était beaucoup moins divisée qu’à Edimbourg où les volontaires ne formaient qu’un seul corps. La ville semblait être dans la plus grande paix, malgré les mesures séveres, que les troubles des comtés voisins obligeaient souvent à prendre. Quoique Mr. Grattan et les autres membres de l’opposition se fussent montrés avec violence et se fussent même retirés de la chambre des communes, leurs partizans cependant, n’avaient pas à beaucoup près la chaleur de ceux de Mr. Pitt où de Mr. Fox. Les opinions des individus dans la société semblaient se rapprocher : on aurait dit que les Ministeriels penchaient pour l’opposition et les partizans de l’opposition pour le Ministere ; ce rapprochement d’opinion ne pouvait pas exciter les passions, comme la division prononcée de la Grande Bretagne, aussi les partis les plus opposés se voyaient et se traitaient avec égards.


  • On m’a assuré qu’il y avait cinq cents personnes dans la compagnie des Procureurs à pied, et il y en avait beaucoup plus qui ne s’étaient pas enrolés. Les Avocats et les Procureurs à cheval exerçaient assez bien dés le commencement, un plaisant dit que c’était tout simple, car avant qu’ils ne fussent enrolés, they knew pretty well, how to cbarge.
       Les plaisants disaient aussi que c’était avec juste raison qu’on avait formé un régiment, des officiers de la douane, car ajoutaient ils, ces messieurs savent fort bien, comment s’y prendre pour empêcher un débarquement. Au surplus les plaisanteries, n’empechaient pas que ces deux corps ne fussent vraiment fort beaux et, n’eussent fait honneur à quelque armée que ce fut.


Les sermons de charité étaient toujours à la mode et produisaient des sommes considérables : il n’est pas de ville, où. l’on fasse plus de charité publique, et c’est peut-être par cette raison, qu’il n’en n’est pas non plus, où il y ait plus de mendians : les derniers troubles et la continuation de la guerre avaient laissé sans travail, un nombre immense de pauvres ouvriers ; on m’a plusieurs fois assuré que dans la seule ville de Dublin, on en comptait plus de vingt mille ; un comité s’était formé de personnes respectables, qui s’était chargé de distribuer les charités qu’on avait recueilli pour eux : ces distributions montaient à environ quatre cents livres sterlings par semaine, et cependant on n’a jamais pu donner plus de cinq pences aux malheureux qui se présentaient, tant leur nombre était considérable. Une pitance aussi modique, était cependant capable d’engager des pauvres à se rendre à Dublin de toutes les parties de l’Irlande : il est inimaginable le nombre de Mendians que l’on y voyait journellement et le dégout qu’ils inspiraient.

Tout le monde parle de la paresse des gens du commun en Irlande et on ne cherche aucun moyen de les en guérir : les charités, quelques faibles qu’elles soient, attirent dans la capitale plus de misérables qu’on en voit dans le reste du Royaume, le grand objet de l’administration devrait être de les éloigner. Ce n’est pas tant aux besoins présens du moment que l’on doit penser, qu’à empêcher qu’ils ne se renouvellent : il faudrait donc encourager l’industrie et non, la fainéantise.

La classe industrieuse est certainement plus digne des secours du public : les fileuses par éxemple qui dans ces derniers temps, ne vendaient pas le fil beaucoup plus cher que la filasse dont elles l’avaient faites, meritent bien de recevoir une légere compensation pour les engager à continuer de travailler. Enfin quoique les aumônes à Dublin soient infiniment respectables et sans doute en partie nécessaires, je les croirais bien mieux employées, si elles étaient répandues dans les campagnes.

Cependant on ne saurait trop louer le zélé et l’activité des personnes charitables, qui ont taché d’assister l’humanité souffrante dans cette ville. Le nombre des institutions de charité est inconcevable : il serait trop long de les détailler tous, celui qui m’a paru fondé sur les bases les mieux raisonnées, c’est ce qu’on appelle the sick poor’s institution', où toutes personnes payant une guinée par an, peut toujours envoyer un pauvre malade, que le médecin va visiter chez lui, quand ils ne peut pas venir lui-même et fournit de drogues gratis. Je fus de nouveau visiter la Maison d’industrie, elle était toujours sur le plan dont j’ai parlé au commencement de ce volume, les améliorations et les changemens que le Comte Rumford y avait fait, n’étaient pas employés. Dans de grands établissemens pareils, il est difficile de persuader aux administrateurs d’employer une autre methode que celle à laquelle ils sont accoutumés. Dans le fait aussi, le four économique et les tuyaux de chaleur qu’il y à fait, ne peuvent rééllement convenir qu’à une maison, où il y aurait une trentaine de personne, pendant qu’on en compte plus de dix sept cents ici*


  • La chambre dans laquelle le Comte Rumford à placé son four n’aurait pas pu je présume eu admettre un plus grand. Ce n’est qu’un modèle.


L’ivrognerie qui prévaut parmi les basses classes du peuple, contribue beaucoup à les abbrutir, et à perpétuer leur indigence. Il n’est pas de spectacle plus dégoutant que ces malheureuses couvertes de haillons, chargées de deux ou trois misérables enfans presque nuds, sortant d’un cabaret de whisky, et demandant en bégayant la charité du passant. A cette vue trop fréquente le cœur se resserre. La pitié et la compassion disparaissent et ne laissent d’autres sentimens que le dégout et l’horreur qui forcent à s’éloigner bien vite. Plusieurs personnes m’ont assurées, qu’autrefois l’ivrognerie était aussi fréquente en Angleterre, mais que depuis ce qu’on appelle the gin act, qui avait mis les liqueurs fortes hors de la portée du peuple, par la taxe dont on les avait chargées, il s’en était deshabitué peu-peu et à présent ne boit plus communément, que, du porter où, de la bierre forte, qui est une boisson saine, renforçante, et avec laquelle on ne peut gueres s’ennyvrer : un whisky act en Irlande, serait un service essentiel au peuple de ce pays et qui je n’en doute pas, détruirait bientôt ce vice odieux qui empêche le pauvre de faire usage de son industrie et le fait croupir dans la paresse, la saleté et l’indigence la plus abjecte.

Comme je crois avoir parlé dans le cours de cet ouvrage de toutes les coutumes qui m’ont le plus frappées et qui diffèrent des manieres Anglaises, il me semble inutile d’en faire la récapitulation. Tous les comtés presque, ont quelques usages singuliers qui leur sont propres : cette diversité rend un voyage en Irlande, beaucoup plus amusant pour un observateur minutieux ; le voyageur en poste ne les pourrait pas même remarquer : en général tous les rapports qui ont donné lieu aux préjugés des Anglais, sont ou faux, ou tres éxagérés.

L’infatuation de l’ancienneté des familles, éxiste certainement mais beaucoup moindre qu’on le dit ; ce sont plus particulièrement les avanturiers qui sortent du pays qui se plaisent à se pavaner et à vous épouvanter de grands noms bien terribles en Mac * et en 0’. Dans le pays on n’y prend point garde. Il est sur que les habitans distinguent encore les anciennes familles Irlandaises d’avec les nouvelles (comme ils les appellent), qui sont, toutes celles venues de l’Angletere même depuis Strongbow, il y a 600 ans et plus ; mais c’est plus comme un ressouvenir de leur indépendance que par orgueil ; ainsi après un si long espace de temps, on voit encore les paysans, dans certains cantons, rendre des devoirs et servir avec cérémonie le représentant de leur ancien Prince. Celui qui parait le plus extraordinaire, c’est Roderic O’Connor, qui est le descendant des Roys de Connaught et du dernier grand Monarque d’Irlande, à l’époque de l’invasion des Anglais en 1171. On m’a assuré que ses domestiques le servaient à genoux et que personne ne s’asseyait devant lui sans sa permission ; quand on lui addresse la parole où qu’on lui ecrit, on doit dire O’Connor tout court, sans qualité ou appellation quelconque : je regrette fort de ne l’avoir pas vu ; j’avais une lettre pour lui, mais je n’ai jamais pu m’approcher de sa maison, plus près que de quarante milles Irlandais. La couronne d’or du dernier Monarque est dit-on dans la possession de la famille, on croit cependant qu’elle a été vendue à un orfevre, ce qui serait facheux sans doute. On me trouvera bien gothique peut être, mais j’avoue franchement que je ne puis m’empêcher de trouver quelque chose de respectable dans cet usage. Il y a beaucoup de personnes du nom d’O’Neil, qui étaient les Rois d’Ulster, d’O’Brien, qui l’étaient de Munster et de Mac Dermod ou O’Reilly’s qui l’étaient de Leinster, mais je n’ai pas entendu dire, qu’il y eut de réprésentant reconnu, ou du moins à qui l’on rendit hommage.


  • Mac veut dire fils, et 0’ est une expression de grandeur, que les chefs de famille ajoutaient à leur nom, ainsi qu’on le fait encore de More dans le sud de l’Irlande ; mais ce ne sont plus des distinctions.

_________


Les changemens que la modération du gouvernement, a dans ces derniers temps fait opérer en Irlande, donnent lieu de croire qu’à moins de violentes crises, tous ses habitans, quelque soit leur Religion, se regarderont bientôt comme partie intégrante du même peuple et cesseront de se considérer, les uns comme conquérants et les autres comme vaincus. Les propriétaires, qui jusqu’à ces derniers temps, croyant leurs propriétés peu assurées, tachaient d’en tirer le plus qu’il pouvaient sans s’inquiéter de la misere de leur compatriotes, apperçoivent enfin, que les préjugés contre la maniere dont elles sont entrées dans leur famille, commencent à s’éteindre : ils se croyent rééllement propriétaires des terres que leurs ancêtres avaient acquises par usurpation. Le peuple lui même, s’est accoutumé à les voir à la place des anciennes familles. De ces oublis mutuels il résulte naturéllement, que les riches ont pris de l’intérêt au pays qui leur fournit leur richesses, dont ils ne se regardent plus comme illégitimes propriétaires : que loin de chercher à épuiser une terre, qu’ils sont certains de faire passer à leurs enfants, ils cherchent au contraire à l’améliorer et à rendre la vie plus douce et plus facile aux paysans qui la cultivent.

De ce changement heureux d’opinions on doit attendre la prospérité de ce pays, et je ne doute pas que si l’on suit les mesures que l’on adopté dans ces dernieres années, et que le gouvernement puisse réussir à extirper les semences de sédition et à avoir la paix, l’Irlande contiendra un corps de Nation, florissant, heureux et autant respecté des peuples voisins, qu’il en a été méconnu et mal jugé.


F I N.



_________


_______


Quoique je n’aye point parlé des Auteurs Irlandais, je fais cependant apprécier, le Voyage de Gulliver, Tristram Shandy, et le bon Vicaire de Wakefield.

_______


Ce que j’ai dit de Roderick O’Connor, p. 325, était vrai a la lettre, pour le grand-pere et même le pere de la personne qui en porte le nom à présent.

_______


J’ai fort à me louer de l’attention de mes Imprimeurs, mais comme ils ne savaient pas le Français, il eut été difficile qu’il n’y eut pas beaucoup de fautes d’impression : après tout, il y en a cependant moins que dans le livre imprimé en Ecosse.

________


◄   #Sommaire   ►