75%.png

Promenades du Thabor et du jardin des plantes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Promenades du Thabor et du jardin des plantes



24 juin 1865


LE MAIRE DE RENNES, Officier de l’Ordre Impérial de la Légion-d’Honneur et de l’Instruction publique, Président honoraire de la Cour Impériale,

ARRÊTE :

ARTICLE PREMIER.[modifier]

Le Jardin des Plantes sera ouvert au public à midi en toutes saisons ; il sera fermé aux heures ci-après indiquées :

Janvier, février . . . 5 heures après-midi
Mars . . . . . . . . . 6 _ id.
Avril. . . . . . . . . 7 _ id.
Mai. . . . . . . . . . 8 h 1/2 id.
Juin, juillet. . . . . 9 heures id.
Août . . . . . . . . . 8 h 1/2 id.
Septembre. . . . . . . 7 heures id.
Octobre. . . . . . . . 6 _ id.
Novembre, décembre . . 5 _ id.

La fermeture des portes sera annoncée par le son d’une cloche.

A l’instant où la cloche se fera entendre, les promeneurs se retireront immédiatement du Jardin.

Le Thabor sera fermé un quart d’heure plus tard.

ART. II.[modifier]

Pourront être admis dans le jardin, en-dehors des heures ci-dessus indiquées, les amateurs et étudiants munis d’une carte délivrée par le Professeur de botanique, ou d’une autorisation de la Mairie.

ART. III.[modifier]

L’entrée du Jardin sera interdite à tout individu dont la tenue ne sera pas convenable.

Il est défendu d’y entrer avec des paniers, des cabas ou autres objets semblables.

ART. IV.[modifier]

Les enfants âgés de moins de douze ans et leurs gouvernantes n’y seront reçus qu’avec les parents de ces enfants.

Les courses, les luttes ou autres jeux n’y sont pas permis.

ART. V.[modifier]

Défense est faite d’y entrer avec des chiens ou autres animaux de quelque espèce qu’ils soient, à moins qu’ils ne soient tenus avec une laisse de courte dimension.

ART. VI.[modifier]

Expresse défense est faite aux promeneurs de toucher à quoi que ce soit, de casser les arbres, arbustes, ou plantes ; de cueillir des fruits, fleurs, graines, etc. ; enfin de se livrer à tout acte qui pourrait être dommageable pour la propriété municipale.

Toute personne qui aura causé dans le jardin quelques dommages, ou qui, contrairement aux prohibitions de ce Règlement, aura cueilli des fruits ou des fleurs, sera tenue, à première réquisition du jardinier chef ou de ses employés, de faire connaître immédiatement son nom et sa demeure, afin qu’il en soit fait rapport à l’Administration, qui avisera.

En cas de refus, le délinquant sera invité à se transporter à l’instant, en compagnie d’un employé du Jardin, à défaut d’agent de police présent sur les lieux, soit chez le Maire, soit chez l’Adjoint de service, soit même chez le Commissaire central de police.

Il sera, en tout cas, expulsé du Jardin.

ART. VII.[modifier]

Il est défendu d’entrer dans les serres, dans les parties du Jardin occupées par l’École de botanique et l’École d’horticulture, ainsi que dans les autres parties fermées par des murs ou barrières, sans être accompagné par le Professeur ou le jardinier chef.

ART. VIII.[modifier]

Les amateurs et étudiants ne pourront obtenir des graines et des plantes pour leurs herbiers, que sur un bon du Maire ou du Professeur.

ART. IX.[modifier]

Les pères, mères, tuteurs, maîtres, etc., sont civilement responsables de contraventions commises par leurs enfants, pupilles, élèves et domestiques.

ART. X.[modifier]

Les commissaires de police, les gardes-champêtres, le jardinier chef et ses aides, sont spécialement chargés de surveiller l’exécution du présent Règlement, et, en cas de contravention, d’exercer ou provoquer des poursuites contre ceux qui s’en rendraient coupables.

ART. XI.[modifier]

A l’exception de l’art. Ier, § II, il n’est rien innové en ce qui concerne le Règlement spécial du Thabor, en date du 10 janvier 1845.


En Mairie, à Rennes, le 24 juin 1865.
Le Maire de Rennes,
ROBINOT DE SAINT-CYR.