Prosopopée d’Ostende

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres poétiques de Malherbe, Texte établi par Prosper BlanchemainE. Flammarion (Librairie des Bibliophiles) (p. 96-97).


Trois ans déja passez, theatre de la guerre,
J’exerce de deux chefs les funestes combas,
Et fais émerveiller tous les yeux de la terre,
De voir que le malheur ne m’ose mettre à bas.

A la mercy du ciel en ces rives je reste,
Où je souffre l’hiver, froid à l’extrémité ;
Lorsque l’esté revient, il m’apporte la peste,
Et le glaive est le moins de ma calamité.

Tout ce dont la Fortune afflige cette vie,
Pesle-mesle assemblé, me presse tellement,
Que c’est parmi les miens estre digne d’envie
Que de pouvoir mourir d’une mort seulement.


Que tardez-vous, Destins ? Ceci n’est pas matiere
Qu’avecque tant de doute il faille decider ;
Toute la question n’est que d’un cimetiere :
Prononcez librement qui le doit posseder.