Quatre dialogues sur la peinture/Texte entier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Léo Rouanet.
Librairie Honoré Champion (p. 1-239).


QUATRE DIALOGUES SUR LA PEINTURE


DE


FRANCISCO DE HOLLANDA


PORTUGAIS


Mis en français par Léo Rouanet


Portrait de Michel-Ange et frontispice d’après les dessins originaux de Francisco de Hollanda.



H.C



Paris


Librairie Honoré Champion, éditeur


5, quai de Malaquais, 5


MCMXI

IL A ÉTÉ TIRÉ DE LA PRÉSENTE ÉDITION :

500 EXEMPLAIRES

PLUS 6 EXEMPLAIRES SUR HOLLANDE

QUATRE
DIALOGUES SUR LA PEINTURE
Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/5 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/6


QUATRE DIALOGUES SUR LA PEINTURE


DE


FRANCISCO DE HOLLANDA


PORTUGAIS


Mis en français par Léo Rouanet


Portrait de Michel-Ange et frontispice d’après les dessins originaux de Francisco de Hollanda.



H.C



Paris


Librairie Honoré Champion, éditeur


5, quai de Malaquais, 5


MCMXI
Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/8


FRANCISCO DE HOLLANDA


ET LES


DIALOGUES SUR LA PEINTURE

C’est par des poèmes d’architecture que le Portugal, près d’un siècle avant la publication des Lusiades, se mit à célébrer la gloire de ses découvertes d’outre-mer.

Par delà l’horizon, par delà les océans, tous les esprits étaient tendus vers ces terres quasi-fabuleuses d’où revinrent hier, d’où reviendraient demain les caravelles. A Lisbonne, il n’était de regards que pour les vaisseaux au mouillage ; on n’entendait sur les bords de la baie que termes nautiques et récits merveilleux ; les imaginations frémissaient de fièvre et d’espoir. Du plus grand au plus humble chacun n’avait qu’une pensée, et ce fut cette pensée, cette ambition d’héroïques aventures, que les architectes cherchèrent à perpétuer sur les pierres des monuments.

À ce peuple de navigateurs ils parlèrent par images empruntées à la navigation.

Surmontées de la sphère armillaire, les colonnes se tordirent comme des câbles ; les pinacles pointèrent comme des mâts ; les agrès des navires se contournèrent en entrelacs aux façades des édifices, s’appliquèrent aux voûtes en nervures. Et, mises en valeur par le prestige de l’art, ces images, banales à force d’être familières, étonnaient maintenant par leur originalité, par leur signification inattendue. Bientôt les compagnons de Gama apportèrent de l’Inde des éléments nouveaux d’ornementation. Les échauguettes de la tour de Belem ont dû se refléter dans les eaux du Gange bien avant de se mirer dans celles du Tage ; tel portique des capellas imperfeitas, à Batalha, semble avoir servi de cadre aux pages d’un calligraphe hindoustani ou persan.

De ces éléments exotiques, alliés aux symboles de l’activité maritime, un style était né, voisin encore que tout à fait distinct du plateresque espagnol, style de transition, mais éminemment national, et dont l’élégance quelque peu redondante sut exprimer à merveille l’âme portugaise de ce temps.

C’est sous le règne d’Emmanuel le Fortuné (1495-1521) que ce style acquit toute la perfection dont il était susceptible, aussi l’a-t-on appelé style manuelin. L’église de Belem en est le type le plus caractérisé. Elle fut construite, au retour de Vasco de Gama (1499), sur l’emplacement d’un modeste ermitage où les explorateurs avaient passé en prières la veillée qui précéda leur départ. Des monuments analogues ne tardèrent pas à s’élever de divers côtés en Portugal. Mais la destinée du style manuelin devait être aussi éphémère que brillante ; une nouvelle formule d’art, celle de la Renaissance, était déjà en honneur lorsqu’on termina, en 1551, les travaux de Belem.

Le règne d’Emmanuel se signale donc par une période d’effervescence artistique d’autant plus féconde qu’elle fut de courte durée.

Comme il advint souvent en ces provinces lointaines ou les hommes de talent n’étaient qu’en petit nombre, on fit appel à des artistes étrangers ; peut-être aussi vinrent-ils d’eux-mêmes, se promettant gloire et profit. C’étaient tous gens du Nord, car le Portugal, où les influences italiennes n’avaient guère pénétré, restait fidèle à la tradition flamande. Aux ornemanistes et imagiers des peintres se joignirent, supposant bien que, les églises une fois bâties, leur habileté trouverait à s’employer.

De ce groupe faisait sans doute partie un certain Antoine, miniaturiste ou enlumineur, dont le nom patronymique ne nous a pas été conservé, mais que ses contemporains, suivant un usage fréquent, IV FRANCISCO DE HOLLANDA

appelèrent du nom de son pays d’origine Antonio de Hollanda. La date de son arrivée est incertaine. Nous savons toutefois que son fils Francisco avait de vingt à vingt et un ans en1538 et qu’il était né en Portugal ; on peut donc affirmer qu’Antonio y résidait vers 1517 ou 1518.

La fortune lui fut favorable, et tout prouve la faveur dont il jouit sous plusieurs rois. Il enlumine un livre d’heures pour la veuve de jean II, Éléonore de Bragance. Emmanuel le nomme son héraut d’armes et lui commande la peinture de missels et d'antiphonaires.jean III, pour lequel il avait, entre autres travaux, fait le dessin d’un sceptre, lui assure en 1527 une pension annuelle de 10.009 réis. Charles Quint le mande à Tolède pour qu’il peigne son portrait, et déclare quelques années plus tard préférer ledit portrait à un de ceux qu’avait fait de lui Titien. Mais c’est en vain que l’empereur cherche par ses promesses à retenir Antonio auprès de lui ; l’enlumineur aime mieux finir ses jours, fût-ce plus modestement, dans sa patrie d’élection.

On le retrouve, en effet, à Évora, occupé entre 1534 et 1539 à historier des livres de choeur pour · le monastère de Thomar. La lettre de son fils à Michel-Ange, que nous donnons plus loin, atteste qu’il vivait encore en 1553. ET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE

Né en 1517 ou 1518, Francisco de Hollanda dut commencer de bonne heure son éducation artistique. Il apprit, sous la direction de son père, à dessiner, à enluminer et à modeler en argile. A l’âge où les apprentis en sont encore à leurs premiers tâtonnements, il peignait sur vélin des compositions importantes (1), et se vantait même d’avoir découvert un procédé nouveau dont l’idée lui fut suggérée, peut-on croire, par les gravures en criblé.

Sa jeunesse se passa à la cour, auprès des princes royaux, fils d’Emmanuel et frères de jean III alors régnant. Il est d’abord attaché à la maison de l’infant Dom Fernando, lequel avait réuni une bibliothèque d’œuvres de choix, tant manuscrites qu’imprimées, et s’intéressait particulièrement à l’étude de la généalogie et de l’histoire. Plus tard, il va en qualité de valet de chambre rejoindre à Évora l’infant Dom Affonso, évêque de cette ville. Ce tout jeune prélat, érudit et humaniste, partageait son temps entre ses devoirs religieux et son amour des lettres et sciences. Ils’était entouré d’hommes éminents, mathématiciens, hellénistes, poëtes, dont le plus célèbre, le dominicain André de Resende, avait été son précepteur. Le goût de toute culture

1. La salutation angélique et La Pentecôte. V. p. 145. VI FRANCISCO DE HOLLANDA

intellectuelle était si développé à Évora qu’une Académie y fut fondée. Sur les bancs de la petite université ouverte dans une salle de son palais, l’évêque lui-même venait s’asseoir. Dans sa maison de campagne de Valverde il recueillait, comme en un musée, les inscriptions romaines nombreuses en ces parages.

On imagine avec quel enthousiasme Francisco de Hollanda, élevé dans ce milieu d’érudition et de discipline littéraire, sentit s’éveiller les facultés de son esprit. Sa curiosité juvénile eut ce bonheur, rare dans un pays vouéà l’action et au négoce, de trouver à portée des livres à lire, des savants à. interroger. C’est par une grâce spéciale que, au fond de ce petit Portugal perdu à l’extrémité de l’Europe, le grand soulïle de la Renaissance put pénétrer jusqu’à lui. Il devint bon latiniste ; probablement même apprit-il un peu de grec (1). ]’aime à croire que son principal éducateur fut cet André de Resende qui écrivit des poésies latines, des traités de grammaire, et qui recensa les monuments antiques de la Lusitanie (2). Ces monuments, il lui enseigna à les recon-

1. Il écrit, avec quelque affectation, le mot ΤΕΛΟΣ à la fin des dialogues. Dans son livre de dessins, il a pris copie de diverses inscriptions grecques. 2. On a de lui deux ouvrages archéologiques : De antiquitatibus Lusitaniae et Descripçaõ das antiguidades de Evora. ET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE VII

stituer par la pensée, à en aimer la simplicité, la noblesse, la symétrie, à en déchiffrer les inscriptions.

Bien des fois, dans Évora même, le maître et l’élève, non sans quelque dédain pour la vieille cathédrale gothique, ont dû, au sortir du palais épiscopal, s’arrêter devant le temple de Diane, en faire le tour pour admirer l’élégance de ses proportions, la grâce de ses colonnes corinthiennes. Et, dans les rêves de l’enfant, comme autrefois dans ceux des Barbares, Rome se dressait sacrée et redoutable, métropole de toute civilisation, source de tous les arts, magnifiée moins encore par les fastes de son Église que par ses souvenirs païens.

Comment n’aurait-il pas eu l’ambition d’en contempler un jour les merveilles ?

Mais le moyen d’entreprendre sans ressources assurées un tel voyage, long et dispendieux ? Il eût fallu, pour se le permettre, obtenir du roi son agrément, et, qui plus est, un viatique. C’est à quoi s’employa l’infant Dom Luiz, d’accord, je suppose, avec son frère Dom Alfonso et la petite cour d’Évora. On fit valoir que, jeune, lettré délicat, déjà expérimenté dans le dessin et la peinture, Francisco saurait mieux que tout autre étudier en Italie, pour les divulguer à son retour, les règles de l’art antique et les théories nouvelles, dont on VIII FRANCISCO DE HOLLANDA

n’avait en Portugal qu’une connaissance des plus Vagues.

]ean III se laissa convaincre, et c’est à titre d’envoyé officiel, ou à peu près, que son protégé se met en route. la mission dont il était chargé l’accréditait à Rome et lui garantissait eu tous lieux un accueil favorable.

Étant parti de Lisbonne vers la fin de l’éte 1537, il suit — premier sujet d’étude et d’étonnement les voies romaines, qui le conduisent en Castille, et de là, par tronçons, jusqu’au bout de son voyage. Il s’arrête à Vailladolid pour saluer l’impératrice lsabelle, fille d’Emmanuel et soeur de Jean III, qui accoucha en cette ville, le 19 octobre, d’un prince auquel on donna au baptême le nom de Juan. Charles Quint n’assistait pas à la naissance de son fils, qui mourut d’ailleurs l’année suivante ; il était alors aux cortês de Monzon, en Aragon, d’où il passa en Catalogne.

De Valladolid, Francisco se dirige vers Barcelone. Son père lui avait écrit de ne pas pousser plus loin qu’il n’eût baisé la main de l’Empereur. Mais il en fut empêché en premier lieu par la mort de Béatriz (1), duchesse de Savoie, survenue le 3 janvier

1. Sœur aînée de l’impératrice lsabelle. Elle avait épousé Charles III, duc de Savoie. ET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE IX

1538; puis, par l'arrivée de l'infant Dom Luiz. Son séjour à Barcelone se prolongea donc quelque temps, et il en profita pour visiter en pélerin et en artiste le sanctuaire de Montserrat. Il peut enfin se présenter devant Charles Quint, mais non pas faire son portrait, comme l'Impératrice le lui avait demandé à Valladolid. Il est néanmoins accueilli "avec des compliments tels qu'en aurait pu attendre un ambassadeur".

Le César préparait en ce temps-là l'entrevue de Nice, où il devait quelques mois plus tard (18 juin 1538) signer une trêve de neuf ans avec François Ier de France, sous les auspices du pape Paul III. Il quitta barcelone vers les derniers jours d'avril, emmenant avec lui sur les galères d'André Doria une nombreuse suite de gentishommes espagnols. Francisco da Hollanda aurait eu toutes les facilités de continuer par mer son voyage en cette noble compagnie; il aima mieux prendre les devants et examiner à loisir les curiosités du Languedoc et de la Provence.

Ce qui l'attirait par-dessus tout, c'était les vieilles colonies romaines, riches encore en vestiges du passé : Narbonne, Nîmes, fréjus, et, au milieu d'elles, Avignon, plein de souvenirs de Pétrarque et de la cour pontificale. A chaque étape, il foulait un sol plus latin, plus semblable au sol même de X FRANCISCO DE HOLLANDA

l’Italie par ses lignes harmonieuses, par ses arbres, par ses Beurs, par le doux langage de ses habitants. C’est ainsi qu'il arrive à Nice, où le retiennent de nouveau ses devoirs de courtisan et la magnificence étalée par les maisons du Pape, de l’Empereur et du Roi.

Enfin, le voilà libre, quitte de toute obligation, de toute vaine cérémonie, n’ayant plus souci que de l’art. Il se hâte, par Gênes et Florence, vers la Ville Éternelle, où nous le retrouvons à l'automne de 1538.

On est en droit de s’étonner que Francisco ait mis neuf mois environ pour aller de Lisbonne à Nice, et quatre mois seulement pour arriver de là jusqu’à Rome. Car, si la distance à parcourir était de beaucoup plus courte dans cette dernière partie du voyage, Combien, en revanche, ne rencontrât-il pas de chefs-d’œuvre dignes de fixer son attention et de retarder sa marche ? Il faut donc tenir compte, pour expliquer sa lenteur première, des séjours plus ou moins prolongés qu’il fit successivement à Valladolid, à Barcelone et en Savoie. Or, s’il s’arrêta par trois fois en chemin, ce fut autant pour son agrément et pour son utilité que par un sentiment de révérence envers de puissants protecteurs. Élevé à la cour, il se plaisait par instinct en la ET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE XI

société des grands ; mais il n’était pas non plus sans comprendre quels avantages il pourrait tirer, en Italie, de la bienveillance que lui témoignaient l’Impératrice et Charles Quint. Cette bienveillance des souverains lui gagna d’emblée celle des gentilshommes espagnols et portugais ; et c’est grâce à eux qu’il fut admis, avant de quitter Nice, à lier connaissance avec les seigneurs de la suite de Paul III. Aussi son nom n’était-il pas inconnu à Rome lorsqu’il y mit pied à terre.

Son premier soin fut, j’imagine, de se présenter devant l’ambassadeur de Portugal, Dom Pedro de Mascarenhas, qu’il avait peut-être rencontré à Nice, car ce diplomate, très estimé à la cour impériale, avait déjà suivi Charles Quint à Bruxelles, à Louvain, en Allemagne, et jusque dans son expédition contre les Turcs en 1529. Envoyé à Rome en remplacement de Dom Pedro de Souza de Tavora, il y était arrivé dans les derniers mois de 1538, presque en même temps que Francisco de Hollanda.

C’est par Mascarenhas que le jeune enlumineur entra en relation avec l’ambassadeur de Sienne, Lattanzio Tolomei.

Descendants de la noble famille siennoise de ce nom, Lattanzio et son cousin Claudio, le célèbre humaniste, étaient renommés parmi les beaux XII FANCISCO DA HOLLANDA

esprits de l’époque. L’Arioste, au chant XLVI de l’Orlando furioso, les cite l’un et l’autre au nombre des chevaliers illustres qui l’attendent sur la jetée pour fêter son retour au port (1). Tous deux faisaient partie d’un groupe de lettrés et d’artistes qui se réunissaient chez le cardinal Farnèse. Lattanzio qui, de plus, était collectionneur et archéologue, avait formé un riche cabinet d’œuvres d’art, ce qui devait suffire à attirer Francisco chez lui tous les dimanches. Voilà donc le valet de chambre de l’infant Dom Affonso introduit de plain-pied dans la meilleure société de Rome. Pourtant ses visées étaient plus hautes encore. Il n’ambitionnait rien moins que l’amitié, où, à défaut d’un honneur si rare, le commerce d’idées, de celui qui domina au-dessus de son siècle comme il n’a cessé de dominer au-dessus de l’âge moderne, de celui qui mérita le nom de divin, de ce sublime Michel-Ange qu’on prétendait être d’un abord si rude et d’une si farouche humeur. Et, ce bonheur, il fut donné au petit miniaturiste d’en jouir, comme s’il devait épuiser en Italie toutes les joies pour n’emporter en son pays natal que nostalgie et regrets.

1. Con lor Lattanzio e Claudio Tolomei. Ch. XLVI, st. 12. ET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE XIII

Lattanzio Tolomei, en même temps qu’il le présentait à la marquise de Pescara, lui conciliait le bon vouloir du Buonarroti. Vécurent-ils ensemble aussi familièrement que Francisco se plaît à l'écrire ? N’est-il pas bien téméraire en affirmant que, une fois réunis, ils ne pouvaient se séparer ? Qu’importe ? Quelque fatuité est permise à qui approcha de si près un tel homme. Or, on ne saurait mettre en doute que Francisco de Hollanda assista à Rome, au mois d’octobre 1538, à des entretiens sur la peinture entre Michel-Ange et Vittoria Colonna, qui prenaient tour à tour la parole.

Nous reviendrons sur ces Dialogues, dont on lira plus loin la traduction.

Le séjour de Francisco en Italie se prolongea jusqu’en 1547. Où et comment passa-t-il ces neuf années ? On n’en sait rien au juste, si ce n’est qu’il se trouvait à Naples en février 1540. Il est à supposer qu’il ne s’arracha pas sans peine aux beautés et aux enseignements de Rome ; et, lorsqu’il s’en éloigna, ce dut être avec la certitude d’un prochain retour. Pouvait-il ne pas revenir partager la stupeur et l'admiration de tout un peuple admis, le 25 décembre 1541, à contempler la fresque du jugement dernier ? Peut-être même ses voyages le ramenèrent-ils plusieurs fois à Rome, car il parcourut la péninsule des Alpes à la Sicile, tant à l’inXIV FRANCISCO DE HOLLANDA

térieur que sur les côtes de la Méditerranée et de l’Adriatique.

On devine qu’une curiosité toujours en éveil, un besoin de s'instruire et de se perfectionner dans son art le poussaient de ville en ville. Il crayonnait des croquis, il prenait des mesures. A Pesaro, où il est surpris dessinant la citadelle, on l’arrête comme espion. Partout il se documentait, comme nous dirions aujourd’hui. Son cahier de dessins existe encore à la bibliothèque de L’Escurial ; lui-même avoue qu’il eût voulu « dérober sur ces légers feuillets tous les gentils chefs-d’oeuvre de l’Italie ». Mais il emportait avec lui quelque chose de plus précieux encore : un goût épuré et délicat, l’intelligence de l’art et la faculté d’en raisonner, une haute opinion de la valeur morale de l’artiste, et, comme le lui dit Vittoria Colonna, « l’esprit et le savoir non d’un ultramontain, mais d’un Italien véritable ».

En effet, après avoir vécu neuf ans la vie de la Renaissance italienne, Francisco de Hollanda en était arrivé à adopter comme siens les aspirations, l’idéal, les jugements, les dogmes de l’ Italie et de la Renaissance. Son activité se sent à l’étroit, réclame une expansion plus large. L’enluminure ne lui suffit plus ; ayant acquis des connaissances encyclopédiques, il brûle de s’appliquer à l’architecture, ET LES D1ALOGUES SUR LA PEINTURE XV

le plus vaste de tous les arts, celui duquel dépendent tous les autres. Il rêve de travaux gigantesques : construire des aqueducs, édifier des forteresses, rebâtir des villes entières ennoblies de voies majestueuses, de portiques, d’arcs de triomphe, de temples et de palais. Il voudrait doter son pays de monuments impérissables, à l'imitation de ceux des Romains.

Que trouve-t-il en Portugal ? De toute part indifférence, ou pis encore.

Plus que jamais on s’intéresse aux guerres extérieures, aux conquêtes coloniales, au commerce qui va prospérant. Les grands seigneurs, malgré leur vanité, malgré leur amour du luxe, se piquent de dédaigner les artistes et les arts. Cependant la famille royale continue à Francisco ses faveurs. L’infant Dom Luiz l’emmène en pèlerinage à Saint-jacques de Compostelle. On le paie généreusement. Mais à quoi emploie-t-on son habileté impatiente de faire ses preuves ? A peindre sur parchemin quelques portraits, à dessiner des moules à hosties, des mitres, des ornements sacerdotaux. Première déception. Une autre, plus amère sans doute, lui était réservée. Cet art de la Renaissance pour l’amour duquel il avait entrepris son long voyage, que ses compatriotes connaissaient à peine par-ouï-dire au moment de son départ et qu’il espérait, lui, leur XVI FRANCISCO DE HOLLANDA

révéler, il le retrouve en honneur et en vogue, sur le point de supplanter le style manuelin, déjà presque complètement abandonné.

S’il en est heureux pour la gloire du Portugal, combien ne regrette-t-il pas, pour sa propre gloire, d’être resté étranger à cette évolution dont il avait été le précurseur ! "Qu’il me soit permis, écrit-il, de dire que je fus le premier en ce royaume, étant au service de l’infant Dom Fernando et du cardinal Dom Affonso, à célébrer et à proclamer la perfection de l’art antique, lequel était alors pour tout le monde, ou peu s’en faut, un objet de raillerie. Et si j’eus le désir d’aller voir Rome, c'est parce que j’étais convaincu de cette perfection. Mais, à mon retour, je ne reconnaissais plus ce pays, car il ne s’y trouvait peintre ou tailleur de pierres qui ne plaçât au-dessus de tout l’antique, ou, comme ils disent, la manière d’Italie. Et tous considéraient si bien cette idée comme leur appartenant en propre que de moi on n’avait gardé nul souvenir. Toutefois, je me réjouis de ce changement à cause de l’amour que je porte à ma patrie et a mon art."

Cependant Francisco de Hollanda ne perdit pas courage tout d’abord. Pouvait-il, sans essayer de se faire entendre, renoncer à ce rôle d’éducateur auquel il se croyait destiné et qu’il s’était promis comme récompense de ses travaux ? Tous ces gens, qui faiET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE XVII

saient sonner si haut des théories pour eux nou- velles, que savaient-ils au juste de ces théories ? Quelques notions incertaines et confuses, apprises de seconde main. Lui, au contraire, les avait recueillies à la source même, discutées, approfondies ; s’il ne lui étaitipas donné de les appliquer, rien du moins ne l’empêchait d’en formuler les lois, d’en développer les règles par la parole ou par la plume. A peine arrivé, il se mit à l’oeuvre. Le 15 octobre 1548, il terminait, à Lisbonne, son premier traité, intitulé Da pintura antiga (De la peinture antique). il est divisé en deux parties : l’une de considérations théoriques et de préceptes techniques ; l’autreentiè rement consacrée aux Dialogues.

Un nouvel ouvrage suivit immédiatement, qui porte pour date le 3 janvier 1549, et pour titre Do tirar polo natural (De l'art de tirer au naturel).

On ignore quel fut le succès de ces livres, mais il faut croire que le Portugal les accueillit avec froideur, puisqu’ils n’ont jamais été imprimés. La preuve que Francisco de Hollanda supporta avec peine cette indifférence, c'est qu'il resta plus de vingt ans sans écrire (1).

1- Du moins, sans rien écrire sur l’art ; car il composa en 1569 un poème intitulé Louvores eternos (louanges éternelles) et dédié à son Ange gardien.

Son découragement commence à se faire jour dans une lettre qu'il adresse à Michel-Ange en 1553. Elle nous apprend que Francisco, depuis son retour, n'avait plus de relations avec ses amis de Rome, car il s'informe de la santé de Lattanzio tolomei, lequel était mort au mois de mars 1548. L'original de cette lettre est écrit en italien ; en voici la traduction :

« Très magnifique Seigneur,

"Le plus grand don que Dieu nous accorde en cette vie [1], il est contraire à la raison de le perdre ; mais, après lui avoir rendu pour ce don d'ineffables grâces, il convient de le recouvrer en s'informant de ceux qui vivent honorés, comme c'est le cas de Votre Seigneurie. Et, encore que les continuelles peines et désagréments du passé m'aient enlevé toute souvenance et étude, ils n'ont pu toutefois m'ôter la bonne mémoire de Votre Seigneurie, ni m'empêcher de demander toujours des nouvelles de votre santé et de votre vie, lesquelles me sont aussi chères qu'à n'importe lequel de vos plus chers amis. Et, quelque bonheur que le souverain Dieu envoie à Votre Seigneurie, j'estime que, en cela encore, il me fait à moi une grâce infinie et dont je lui suis obligé.

« Aussi, pour ne pas laisser perdre cette amitié, ai-je ET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE VII XIX

voulu vous écrire cette lettre afin que vous me fassiez savoir comment vous vous trouvez présentement, en ces jours heureux de votre vieillesse, esquels vous pratiquez, je pense, par l'exemple de votre héroïque vertu, des oeuvres non moins dignes de louange que celles, que font, en l'art de la peinture, vos mains dignes de louanges immortelles. ET, étant donné le grand amour que j'ai toujours eu pour les choses rares. Particulièrement pour celles de votre seigneurie, du temps que j'étais à Rome, je vous prie de me faire la grâce de m'envoyer quelque dessin de votre main en mémoire, de vos dites oeuvres, ne fût-ce qu'une ligne ou profil comme fit Apelle dans l'antiquité, afin que j'aie une signe certain de la santé de Votre Seigneurie, en même temps qu'un souvenir durable de votre amitié.

Je prie Votre Seigneurie de me répondre et de me faire savoir si messer Lattanzio Tolomei, mon grand patron et votre ami très cher, est encore vivant. Dieu souverain et immortel conserve Votre Seigneurie de nombreuses année, et, après le cours de cette triste vie, lui donne au ciel sa paix parfaite. Mon père, antonio de Hollanda, se recommande ainsi que moi à Votre Seigneurie.

De Lisbonne, ce XV Août de 1553.

Votre Francisco de hollanda." xx FRANCISCO DE HOLLANDA

On ne sait que fort peu de choses sur l’âge mûr de Francisco. Un portrait de la reine Catherine, qu’il peint en 1554, lui est payé 800 réis. Immédiatement après, il perd ses protecteurs les plus puissants : à la fin de 1555, l’infant Dom Luiz, qui lui lègue une pension, et, le 11 janvier 1557, le roi ]ean III, qu’enlève une mort subite. Il voit se succéder à Lisbonne, la reine Catherine, régente du royaume de 1557 à 1 562 ; puis, le cardinal Dom Henrique, fils d’Emmanuel 1er, régent à partir de 1562, pendant la courte minorité de Dom Sébastien, lequel monta sur le trône en 1568, à l’âge de quatorze ans.

La peste de 1569 chasse de la capitale Francisco de Hollanda, qui se retire dans une maison de campagne située entre Lisbonne et Cintra. Là, il s’adonne à la culture de son jardin. Il était âgé de cinquante-deux ans et avait épousé, on ignore à quelle date, une femme nommée Luiza da Cunha de Sequeira. Quoi qu’il en veuille dire, il ne trouva dans cette retraite ni le calme ni le renoncement ; l’activité de son esprit s’accommodait mal d’une vie contemplative et désoeuvrée. Aussi ne tarda-t-il pas il profiter de ses loisirs pour écrire un nouvel ouvrage : Da fabrica que fallece à cidade de Lisboa (Des édifices qui font défaut à la cité de Lisbonne).

C’est dans ce livre, dédié au roi Sébastien, que ET LES DIALOGUES SUR LA PELNTURE XXI

l’auteur expose son vaste projet architectural d’une ville bâtie selon les lois de la beauté, de la grandeur et de l'hygiène. Mais les pages pour nous les plus dignes d’attention sont celles ou l’artiste, maintenant désabusé, déplore la médiocrité d’une vie qu’il avait rêvée utile et glorieuse : « Mon enthousiasme d’autrefois s’est entièrement refroidi et perdu, par l'effet du temps et du lieu où je passe mes jours... je prends la résolution de faire connaître à Votre Altesse la raison pour laquelle je laisse s’éteindre ce peu d'intelligence de la peinture que Dieu m’a accordé et qui aurait pu devenir utile à ce royaume, si elle eût été autrement favorisée et encouragée. ]e dirai aussi pour quelle raison je suis venu me faire cultivateur et vivre sur ce mont comme un homme inutile et qui n’est plus bon à rien... je suis tellement désabusé que rien au monde ne pourrait me faire quitter cette campagne où je vis, et où je suis plus satisfait de greffer une plante et de la voir croître que je ne le serais de tous les honneurs et de toutes les richesses de l’Orient... je suis méconnu et oublié dans cette campagne solitaire". Mais, afin qu’on ne croie pas que je regrette sans mesure ce que je ne désire plus aujourd’hui, c’est-à-dire la gloire que j’aurais pu espérer par la peinture, laissons tout cela de côté. » Ces extraits font bien sentir dans quel désenchanXXII FRANCISCO DE HOLLANDA

tement l’artiste passa ses dernières années. Il semble se complaire à remâcher son amertume, et peut-être n’est-ce pas sans dessein. je serais, porté à croire qu’il voulut, en ce livre, laisser comme un testament de sa vie, par lequel il confie à l’avenir le soin de lui faire réparation. On pourrait invoquer à l’appui de cette conjecture que Francisco de Hollanda manifesta, cette fois, la ferme intention de publier le traité Da fabrica. Si, comme les précédents, il n’a jamais été imprimé, les licences requises n’en furent pas moins demandées à la censure ecclésiastique, et accordées à la date du 13 avril 1576.

L’exil volontaire de Francisco en cette maison de campagne « que rien au monde n’aurait pu lui faire quitter » ne dura guère que deux ans. Le 22 janvier 1572, il a regagné Lisbonne, d’où il écrit à Philippe II d’Espagne pour lui annoncer l’envoi de deux miniatures par lui peintes et représentant La Passion et La Résurrection. Quelques mois plus tard, paraissaient Les Lusiades, magnifique chant de gloire dont s’enivra le Portugal à la veille de sa décadence.

Aussitôt après, tout s’assombrit. Et voici que, pour l’artiste vieillissant, les deuils nationaux se doublent de deuils personnels. En 1575, son maître André de Resende meurt à Évora, âgé de quatreET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE XXIII

vingts ans. En 1578, c’est la reine Catherine. Cette même année, Sébastien, le roi devenu légendaire, se fait tuer en terre d’Afrique, à la désastreuse bataille d’Alcazar-Kébir. La mort termine, dans les premiers jours de l’an 1580, le très court règne du cardinal Dom Henrique. Philippe II met la main sur le Portugal.

Francisco dut être cruellement affecté par tant de malheurs. Ses écrits font foi qu’il aimait son pays dans l’âme, malgré bien des erreurs qu’il croyait avoir à lui reprocher. On peut admettre toutefois qu’il fut de ceux qui saluèrent sans répugnance la royauté du fils de Charles-Quint, car un long dévouement l'attachait à la famille impériale. Philippe II sut reconnaître ce dévouement, et lui octroya une pension de trois muids de blé et de 100.000 réis, transmissible en cas de décès à la personne de sa veuve (1). Cette largesse coïncide avec les derniers jours du peintre. Pénétré de sentiments

1. Depuis son retour d’Italic, Fr. de Hollanda avait reçu de la maison royale : en 1550, gratification de 25 cruzades, de la reine Catherine ; en 1551, pension viagère de 20.000 réis, de jean III ; en 1555, pension de trois muids de blé pendant trois ans, du même jean III ; en 1556, pension de deux muids de blé, octroyée par jean III en mémoire de l’infant Dom Luiz ; la même année, pension de 10.000 réis, legs de l’infant XXIV FRANCISCO DE HOLLANDA

religieux qu’on découvre en lui dès ses premières œuvres écrites, il donnait alors tous ses soins à la composition d’un ouvrage ascétique : De Christo homem (De Jésus-Christ homme).

Francisco de Hollanda mourut le 19 juin 1584.

M. Menéndez y Pelayo a résumé fort judicieusement en quelques phrases la déconvenue de sa vie et la place qu’il occupa dans l’histoire artistique du Portugal : « Son autorité en tant que critique et homme de goût avait été respectée de tous ; en tant qu’artiste, on eut de lui une opinion hyperbolique peut-être, puisque Resende lui décerne le nom d’Apelle lusitanien. Il semble n’avoir eu aucune raison grave de se plaindre de la vie. Cependant, il y a dans ses livres un fond d’amertume qui n’a pas pour cause une déception de vanité ou d’intérêt, mais la triste conviction que son idéal esthétique n’était pas celui de ses compatriotes, ce qui rendait

__________


Dom Luiz ; en 1567, prolongation pour trois nouvelles années de la pension de trois muids de blé par le roi Dom Sébastien ; en 1568, pension de 16.500 réis pendant trois ans, par le même ; en 1570, nouvelle prolongation de la pension de trois muids de blé, par le même ; en 1580, nouvelle prolongation de la même, par Philippe II ; en 1583, pension de trois muids de blé et de100.000 réis, transmissible il sa veuve, par Philippe II. ET LES DIALOGUES sUR LA PEINTURE XXV

inutile l’effort qu’il faisait pour le propager. Sans doute aussi ne pouvait-il faire autrement que de sentir quelle disproportion il y avait entre la grandeur de ses aspirations artistiques et le peu de moyens dont il disposait pour· les réaliser. Cultivant un genre d’art que lui-même jugeait inférieur, il n’est pas allé, comme peintre, plus loin que le dessin et l'enluminure ; comme architecte, on ne lui confia aucune œuvre, quoique ce fût la sa principale vocation. Censeur sévère de l’éclectisme et du goût corrompu qu’il voyait autour de lui, sa pure orthodoxie vitruvienne le réduisit au rôle de théoricien. Et, même’en cela, la fortune lui fut contraire, puisque aucune de ses œuvres ne put être imprimée de son vivant (1). >>

Il faut ajouter que les œuvres en question seraient probablement oubliées, en dehors du Portugal et de l’Espagne, si les Dialogues sur la peinture ne faisaient revivre la grande figure de Michel-Ange, et ne complétaient sur plusieurs points les renseignements biographiques publiés par Condivi et par Vasari. C’est sous la protection du Buonarroti que Franciscode Hollanda est parvenu à la postérité.


1. Discursos leidos ante la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando en la recepción de D. Marcelino Menéndez y Pelayo, Madrid, 1901. XXVI FRANCISCO DE HOLLANDA

Qui a lu ces entretiens ne l’imagine guère ailleurs que dans la petite église de Saint-Sylvestre, écoutant avec un respect avide la parole du Maître et les répliques de Vittoria Colonna, tâchant de graver en sa mémoire non seulement les idées qu’ils expriment, mais jusqu’à leurs mots, leurs locutions, leurs images familières.

Michel-Ange était alors à l'apogée de son génie et de sa gloire ; il avait exécuté la plupart de ses grands travaux : comme peintre, la voûte de la Sixtine ; comme sculpteur, le Moïse, les tombeaux des Médicis. A peine élevé au pontificat, Paul III, escorté de dix cardinaux, venait de lui rendre visite en son logis et de le nommer architecte, sculpteur et peintre du Vatican. A l'époque même où Francisco recueillait les Dialogues, Michel-Ange peignait la fresque du Jugement Dernier. Ces dimanches de Saint-Sylvestre étaient pour son énergie formidable le seul repos de toute une semaine de labeur et de solitude. Les idées qu’il y énonçait, peut-être les avait-il ruminées pendant six jours, dans le silence, sur son échafaudage, en face de son peuple d’élus, de damnés, d’anges, de démons et de saints, sous le regard de sa douce Vierge qui se blottit, sous la menace de son Christ qui foudroie. Sa pensée nous a été transmise à l’heure même où bouillonnait en elle la conception la plus colossale que peintre ait jamais osée. Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/35 ET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE XXVII

Vittoria Colonna devait sa célébrité tant à la noblesse de son nom qu’à la culture et à l’élévation de son esprit, et à son amour conjugal. La société dissolue de la Renaissance admirait et citait en exemple la fidélité qu’elle garda à la mémoire de son mari, Francesco d’Avalos, marquis de Pescara ; on comparaît sa chasteté à celle des matrones romaines. Àgée de quarante-huit ans, elle venait de publier à Parme la première édition de ses poésies, et de quitter pour Rome Ferrare, où elle avait vécu quelque temps à la cour de son amie la duchesse Renée de Valois, femme d’Hercule Il et fille de Louis XII. La passion naissante qu’éprouvait pour elle Michel-Ange, plus que sexagénaire, ne devait pas encore être connue des indifférents ; Francisco de Hollanda n’indique pas qu’il en ait rien su, et c’est à peine si quelques passages des Dialogues la laissent soupçonner, même à des lecteurs avertis.

Malgré leurs physionomies bien caractérisées de personnages réels et ayant réellement vécu, les autres interlocuteurs ne jouent dans ces conversations qu’un rôle secondaire. Ce sont pourtant leurs demandes et leurs réponses qui amènent Michel-Ange à développer tout au long sa pensée. Il s’y prête avec une éloquence et une grandeur qu’on ne saurait assez admirer. Sans parler des préceptes XXVIII FRANCISCO DE HOLLANDA

qu’il formule au hasard de la causerie, et qui seront pour les artistes l’objet de méditations fructueuses, des morceaux tels que la comparaison des manières flamande et italienne, l'énumération des peintures murales qui existaient au XVIè siècle en Italie, et surtout cette solennelle apologie de la ligne ou dessin comme source et principe de tous les arts, plastiques, décoratifs ou mécaniques, de tels morceaux ont une signification capitale pour qui prétend étudier l’œuvre et le génie du Maître. Peut-être n’en trouverait-on l'équivalent que dans l’entretien qu’eurent ensemble Michel-Ange et Vasari, le jour qu’ils visitaient à cheval les sept églises pour gagner le jubilé ; entretien que Vasari se proposait de publier, et dont la trace est malheureusement perdue.

On à l’impression que Francisco de Hollanda transcrivit fidèlement les phrases prononcées devant lui. Mais on peut lui reprocher d’intervenir trop fréquemment dans les Dialogues, où il prend souvent la parole et la garde longtemps. je le soupçonne d’avoir observé dans l’église de Monte Cavallo, en présence de Michel-Ange, une attitude plus effacée et un ton plus modeste qu’il ne le laisse supposer en son livre, écrit dix ans plus tard. Ce livre, dont l’intérêt artistique me semble suffisamment démontré, a de plus une grande valeur ET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE XXIX

littéraire. Francisco de Hollanda fut le plus ancien écrivain d’art en Portugal ; il y est considéré comme un des plus curieux prosateurs de la Renaissance, Ses œuvres, malgré de nombreux italianismes, se distinguent par un style primesautier, d’une saveur très personnelle, que leur éditeur, M. de Vasconcellos, qualifie en ces termes : « La langue de Hollanda n’est pas faite pour tout le monde. L’auteur n’est ni ne veut être classique. si quelqu’un trouve à reprendre à son style, il s'en excuse sur la longue absence qu’il a faite il l’étranger. Parfois il trouve difficilement l’expression de sa pensée, mais, dans le cas même où cette expression n’est pas purement portugaise, il faut louer l’originalité de la forme et la spontanéité de l’élocution. Il parle par images comme s’il donnait à ses idées une forme plastique. »

En I 563, du vivant même de l’auteur, un portugais habitantl’Espagne depuis sa jeunesse et nommé Manoel Diniz traduisit en castillan le traité Da pintura antiga. Son manuscrit, que l’on conserve à l’Académie des Beaux-Arts, à Madrid, n’a jamais été imprimé. On s’accorde à dire le plus grand bien de cette version castillane, mais je crains que peu de personnes l’aient lue d’un bout à l’autre. ]’ai sous les yeux une copie de la deuxième partie, comprenant les Dialogues, et je puis affirmer que la XXX FRANCISCO DE HOLLANDA

traduction de Diniz est tout à fait insuffisante. Quant au manuscrit original de Francisco de Hollanda, on ignore ce qu’il est devenu.

A la fin du XXVIIIè siècle, un érudit portugais, José joaquim Ferreira Gordo, envoyé par son gouvernement à Madrid pour y chercher des documents relatifs à l’histoire politique et littéraire du Portugal, découvrit dans la bibliothèque d’un amateur dont il n’a pas donné le nom le manuscrit de la Pintura antiga. Depuis, ce manuscrit n’a pu être retrouvé ; mais Gordo en avait pris une copie’qu’il déposa à l' Acaclémie des Sciences de Lisbonne. C’est d’après cette copie que fut faite, en 1845, la première traduction française des Dialogues. Son auteur, M. Roquemont, « peintre de portraits », l’inséra dans Les arts en Portugal (1), livre du comte A. Raczynski, qui avait recueilli lui-même de nombreux détails biographiques sur les anciens artistes portugais, notamment sur Francisco de Hollanda. l’ouvrage de ce dernier ne fut donc imprimé que trois cents ans après avoir été écrit, dans une langue étrangère et par les soins de deux étrangers. L’importance et l’intérêt d’une pareille publication ne


1. Les arts en Portugal, lettres adressées à la Société Artistique et Scientifique de Berlin, et accompagnées de documens, Paris, Renouard, 1846, in-8°. ET LES DIALOGUES SUR LA PEINTURE XXXI

pouvaient passer inaperçus, aussi en trouve-t-on de longs extraits dans diverses biographies de Michel-Ange (1).

Depuis, la critique s’est montrée sévère, — bien injustement, selon moi, — pour l'éditeur et pour le traducteur. Certes, la version de Roquemont est incomplète et trop souvent infidèle ; elle manque de relief et s’inquiète peu de reproduire le mouvement et la couleur de l’original. sans doute, les matériaux rassemblés par Raczynski sont entassés pêle-mêle, sans aucun souci d’ordre ni de méthode (2). Vaille que vaille, c’est pourtant grâce à eux, et à eux seuls, que les Dialogues ont pu être connus avant ces dernières années. Leur livre n’est pas sans défaut, i’en conviens. Acceptons-le néanmoins comme un travail de vulgarisation, fort méritoire en somme, et accordons à ces deux auteurs de bonne volonté un peu de l'indulgence dont chacun de nous a si grand besoin pour soi-même.

1. A. Lannau-Rolland, Michel-Ange poète, Paris, Didier, 1860. Charles Clément, Michel-Ange, Léonard de Vinci, Raphaël, Paris, Hetzel, 1867. Charles Blanc, Histoire des peintres de toules les écoles. École florentine. Michel-Ange, Paris, 1876.

2.Son second ouvrage Dictionnaire historico-artistique du Portugal, Paris, Renouard, 1847, reproduit avec plus d’ordre la plupart de ces documents.

Si les œuvres de Francisco de Hollanda n’ont pas encore été réunies en une édition de bibliothèque, un écrivain portugais de beaucoup de réputation et de talent, M. Joaquim de Vasconcellos, publié séparément chacune d’elles dans différents recueil : périodiques, avec tous les éclaircissements nécessaires.

Da fabrica que fallece ri cidade de Lisboa et Da sciencia do desenbo ont paru en 1879 à Porto (tome vi, série 1 de l’Archeologia artistica. On peut lire dans la Revue hebdomadaire A vida moderna (Porto, années 1890-92) les deux livres Da pintura antiga et le traité Do tirar polo natural. Une description critique du livre de dessins de L’Escurial a été donnée, sous le titre de Antiguidades da Italia por Fraucisco de Hollanda, dans l’Archeologo portaguez ; (Lisbonne, tome 11, 1896). M. de Vasconcellos a ainsi payé, comme il le dit lui-même, la dette duc depuis tant d’années par son pays à. la mémoire de l’auteur.

Mais le savant éditeur ne s’en est pas tenu là.

Il faut citer encore deux éditions des Dialogues publiées par ses soins :

La première (Quatro dialogos da pintura antiga), tirée à cent exemplaires seulement, a paru à Porto en 1896 dans le format in-folio, sans nom de libraire ni d’imprimeur.

La seconde (Francisco de Hollanda. Vier Gespräche über die Malerei gefübrt zu Rom 1538, Vienne, Carl Grœser, 1899, in-8°) contient, en regard du texte portugais, une traduction allemande. Elle est accompagnée de préfaces et de notes qui la rendent indispensable à quiconque veut étudier consciencieusement la vie, l’œuvre et le temps de Francisco de Hollanda. ]’ai beaucoup emprunté à la vaste érudition de M. de Vasconcellos.

Il serait trop long de rappeler ici les divers auteurs qui ont parlé de Francisco de Hollanda. Mais une exception doit être faire en faveur de M. Menéndez y Pelayo, qui lui a consacré des pages remarquables, tant dans sa célèbre Historia de las ideas estéticas en España que dans son Discours de réception à l’Académie des Beaux-Arts de Madrid, où l’on trouvera, traduits en castillan, de longs passages des Dialogues.

De mon propre travail, je n’ai que peu de chose à dire : qu’il soit utile à quelques-uns, voilà toute mon ambition. Le livre du comte Raczynski est devenu rare, après plus de soixante ans ; peut-être accueillera-t-on avec intérêt cette version nouvelle. Elle s’adresse 21 ceux qui, sur les traces de Francisco de Hollanda, sont allés demander a l’Italie le secret de son art divin, à ceux qui, sous la voûte de la Chapelle Sixtine, sont restés longtemps muets devant le Jugement Dernier.

L. R.
Séville 1907 — Paris 1910. Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu



QUATRE


DIALOGUES SUR LA PEINTURE






PROLOGUE


Si Dieu me donnait licence de choisir, entre toutes les grâces qu’il a dispensées aux mortels, celle que aimerais le mieux posséder ou obtenir, je ne lui en demanderais nulle autre, après la foi, que la haute faculté d’exceller en la peinture ; et peut-être en cela ne voudrais-je être un homme autre que je suis. Ce dont je rends maintes grâces à Dieu immortel et souverain pour ce qu’il m’a, en ce monde vaste et confus, donné cette petite lumière qu’est mon ambition de la très haute peinture, si singulière en mérite qu’aucun autre don ne me semble plus glorieux ni plus digne de respect.

Mais il est une chose qu’on allègue à la honte de l’Espagne et du Portugal : c’est que ni en Espagne ni en Portugal on ne connaît la peinture ; qu’on n’y fait pas de bonne peinture ; et que la peinture n’y est pas en honneur.

Or, étant revenu depuis peu d’Italie, d’où j’ai rapporté les yeux pleins de la hauteur de son mérite et les oreilles pleines de ses louanges, et ayant reconnu combien cette noble science est traitée différemment en cette mienne patrie, je pris une ferme résolution. Et, comme fit César en passant le Rubicon, ce qui était rigoureusement interdit aux Romains en armes, de même (s’il m’est permis de me comparer, moi chétif, a un tant illustre seigneur) je m’érige en vrai chevalier et défenseur de la haute princesse Peinture, déterminé à affronter tout péril pour défendre son nom par les armes et par les moyens dont je dispose, quelque faibles qu’ils soient.

Dès lors que la faveur de Votre Altesse m’est acquise, très haut et sérénissime Roi et Seigneur, si parfaitement instruit ès nobles choses et sciences, je n’aurai grand’peine à tout vaincre ; encore que mes adversaires soient tellement clairsemés que besoin ne m’était d’une aide aussi précieuse.

En outre, parce que d’aucuns estiment que je rougis d’être peintre, moi qui n’ai, après ma qualité de chrétien, gloire ni vanité plus grande que mon ambition de l’être, je prétends, en ce livre, démontrer sous forme de dialogue quelle glorieuse et noble chose c’est que d’être peintre, et combien difficile ; quelle est, dans un état, l’utilité et l’importance de l’illustre et très nécessaire science de la peinture en temps de paix comme en temps de guerre ; enfin, les prix et valeur de la peinture en d’autres pays.





DIALOGUE PREMIER


Mon intention en allant en Italie, où je fus envoyé par mon Roi, n’était pas de chercher d’autre profit ni d’autre honneur que de bien faire. Je n’avais en vue nul autre intérêt, tel que les bonnes grâces du pape ou des cardinaux de sa cour.

Et pourtant, Dieu le sait et Rome le sait, si j’avais voulu demeurer en cette ville, les facilités ne m’eussent sans doute pas manqué, tant par moi-même que par la protection de personnes haut placées dans la maison du pape. Mais toutes ces pensées étaient en moi si amorties que d’autres, plus nobles et plus de mon goût, ne les laissaient même pas traverser mon imagination ; lesquelles pouvaient sur moi beaucoup plus qu’aucune convoitise de bénéfices ou d’expectatives, que j’aurais au moins pu emporter avec moi, comme font ceux qui vont à Rome. 6 QUATRE nmnoouizs sua ra PElN’IiURE· La seule chose que j’eusse toujours présente, c’était en quoi je pourrais servir par mon art le Roi, notre maître, qui m’avait envoyé en ce pays ; cherchant toujours en moi-même comment je pourrais dérober et emporter en Portugal les gentils chefs d’œuvre de l’Italie, pour le plus grand plaisir du Roi, des infants, et du sérénissime seigneur l’infant Dom Luizz.

Je me disais : « Quelles forteresses ou cités étrangères n’ai-je pas encore en mon livre ? Quels édifices éternels, quelles pesantes statues y a-t-il encore en cette ville, que je n’aie dérobés et queje n’emporte, sans charrettes ni navires, sur de légers feuillets ? Quelle peinture en stuc ou grotesque découvre-t-on dans les excavations et les ruines tant de Rome que de Baies ou de Pouzzoles, dont le plus curieux ne se trouve esquissé sur mes cahiers ? ? »

Et je ne savais œuvre antique ou moderne de peinture, sculpture, ou architecture, du meilleur de laquelle je n’eusse pris quelque Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/51 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/52 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/53 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/54 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/55 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/56 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/57 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/58 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/59 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/60 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/61 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/62 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/63 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/64 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/65 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/66 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/67 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/68 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/69 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/70 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/71 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/72 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/73 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/74 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/75 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/76 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/77 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/78 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/79 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/80 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/81 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/82 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/83 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/84 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/85 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/86 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/87 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/88 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/89 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/90 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/91 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/92 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/93 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/94 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/95 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/96 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/97 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/98 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/99 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/100 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/101 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/102 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/103 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/104 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/105 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/106 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/107 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/108 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/109 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/110 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/111 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/112 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/113 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/114 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/115 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/116 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/117 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/118 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/119 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/120 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/121 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/122 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/123 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/124 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/125 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/126 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/127 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/129 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/130 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/131 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/132 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/133 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/134 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/135 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/136 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/137 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/138 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/139 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/140 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/141 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/142 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/143 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/144 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/145 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/146 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/147 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/148 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/149 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/150 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/151 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/152 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/153 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/154 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/155 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/156 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/157 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/158 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/159 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/160 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/161 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/162 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/163 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/164 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/165 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/166 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/167 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/168 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/169 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/170 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/171 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/172 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/173 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/174 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/175 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/176 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/177 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/178 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/179 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/180 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/181 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/182 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/183 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/184 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/185 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/186 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/187 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/188 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/189 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/190 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/191 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/192 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/193 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/194 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/195 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/196 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/197 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/198 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/199 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/200 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/201 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/202 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/203 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/204 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/205 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/206 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/207 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/208 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/209 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/210 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/211 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/212 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/213 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/214 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/215 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/216 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/217 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/218 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/219 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/220 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/221 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/222 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/223 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/224 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/225 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/226 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/227 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/228 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/229 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/230 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/231 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/232 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/233 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/234 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/235 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/236 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/237 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/238 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/239 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/241 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/242 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/243 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/244 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/245 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/246 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/247 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/248 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/249 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/250 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/251 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/252 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/253 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/254 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/255 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/256 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/257 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/258 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/259 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/260 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/261 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/262 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/263 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/264 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/265 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/266 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/267 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/268 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/269 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/270 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/271 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/272 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/273 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/274 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/275 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/276 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/277 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/278 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/279 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/280 Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/281



TABLE DES MATIÈRES



Quatre dialogues sur la peinture


 1
 135
 193
 197
Page:Francisco de Holanda - Quatre dialogues sur la peinture - 1548-1911.djvu/283



  1. Le don de l’amitié.