Quelques épis d'une gerbe/Ici-bas et la-haut

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

ICI-BAS ET LA-HAUT.


Je suis l’être aimé qui voltige
Du sol à l’espace infini ;
Je vois l’insecte sous sa tige,
Je vois l’aigle sur son haut nid.
C’est moi qui vais sondant tout charme et tout mystère :
Je fais passer devant mes yeux
Les fleurs, étoiles de la terre,
Et les étoiles, fleurs des cieux.

Dans l’azur lointain je m’élance
À travers un monde animé.
Quelques instants je m’y balance ;
J’en redescends pur et charmé.
C’est moi qui vais sondant tout charme et tout mystère :
Je fais passer devant mes yeux
Les vierges, anges de la terre,
Et les anges, vierges des cieux.

Parfois aussi je fais ma route
Vers de moins vives régions,
Où la douleur vient goutte à goutte
Éteindre l’éclat des rayons.
C’est moi qui vais sondant tout charme et tout mystère :
Je fais passer devant mes yeux
Les pleurs, nuages de la terre,
Et les nuages, pleurs des cieux.

Mais aussitôt je me relève,
D’un bond aiguillonnant mon vol,
Et, changeant de lieu, je fais trêve
Aux tristesses de notre sol.
C’est moi qui vais sondant tout charme et tout mystère :
Je fais passer devant mes yeux
Le sourire, aube de la terre,
Et l’aube, sourire des cieux.

Je monte encore et tourbillonne
Où la pensée à peine alla.
Un foyer devant moi rayonne…
Ah ! oui, l’âme du monde est là !
C’est moi qui vais sondant tout charme et tout mystère :
Je fais passer devant mes yeux
L’amour, doux soleil de la terre,
Et le soleil, amour des cieux.

Je parcours la nature entière ;
Je vois le jour, je vois la nuit.
Brises, parfums, beaux-arts, prière,
Rosée, encens, rien ne me fuit.
C’est moi qui vais sondant tout charme et tout mystère :
Je fais passer devant mes yeux
Tous les trésors de notre terre
Accouplés aux trésors des cieux.