Mozilla.svg

Râmâyana (trad. Roussel)/Bâlakânda/XVIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SARGA XVIII


NAISSANCE DES FILS DE DAÇARATHA. ARRIVÉE DE VIÇVAMITRA


1. Le sacrifice de l’Açvamedha (offert) par le (roi) magnanime étant terminé, les Immortels, emportant leurs parts, s’en retournèrent dans l’ordre où ils étaient venus.

2. Le roi, ayant achevé la solennité, avec (tous) ses détails liturgiques, rentra dans la ville, accompagné de son cortège d’épouses, et suivi de ses serviteurs, de son armée, de ses chars.

3. Après avoir reçu du monarque les honneurs dus à leur rang, les maîtres de la terre s’en allèrent satisfaits dans leurs pays, en saluant le taureau des ascètes.

4. Pendant que ces vénérables princes s’éloignaient de la ville pour regagner leurs demeures, leurs troupes, chargées de présents, faisaient éclater leur joie.

5. Après le départ des maîtres de la terre, le fortuné roi Daçaratha rentra de nouveau dans la ville, précédé des excellents Deux-fois-nés.

6. Rĭshyaçrĭñga s’en retourna avec Çântâ, chargé d’hommages, accompagné par le roi que suivait une escorte d’honneur.

7. Le roi ayant ainsi congédié tous (ses invités), l’âme remplie (d’allégresse), vivait heureux dans (son palais), en méditant sur la naissance d’un fils.

8. Six saisons s’étaient écoulées, depuis l’accomplissement du sacrifice ; alors, dans le douzième mois, (celui de) Caitra, le neuvième jour de la lune,

9. Sous la constellation qui a pour divinité Aditi, les cinq planètes arrivées au sommet de leur orbite, Vâkpati avec Indu étant entré dans la constellation du Cancer,

10. Kausalyâ enfanta le maître de l’univers, celui qu’honorent tous les mondes, Râma, orné d’insignes divins,

11. Moitié de Vishnu, fortuné fils du descendant d’Ikshvâku, aux yeux rouges, aux grands bras, aux lèvres de pourpre, à la voix (pareille au son des) gongs.

12. La gloire sans mesure de son fils rejaillit sur Kausalyâ, comme sur Aditi celle du roi des Dieux qui tient la foudre à la main.

13. Bharata naquit de Kaikeyî avec l’héroïsme pour essence. Il était formé de la quatrième partie de Vishnu et doué de toutes les qualités.

14. Sumitrâ donna le jour à deux fils, Lakshmana et Çatrughna, guerriers habiles dans le maniement de toutes les armes ; ils étaient formés du dernier quart de Vishnu.

15. Bharata, aux pensées bienveillantes, naquit sous (la constellation de) Pushya ; le (soleil étant) entré dans (celle des) Poissons ; les deux fils de Sumitrâ naquirent sous la constellation du Serpent, le soleil entré dans celle de l’Écrevisse.

16. Les quatre fils magnanimes du roi naquirent successivement pleins de qualités, doués de beauté, brillants d’un éclat pareil (à celui) des Proshthapadas.

17. Le moment (de leur naissance fut célébré) par les chants des Gandharvas, les danses des Apsaras, le son des gongs divins et par une pluie de fleurs qui tomba du firmament.

18. Ce fut une grande fête dans Ayodhyâ ; il y vint beaucoup de monde ; et dans les rues qu’emplissait la foule, on ne voyait que danses et spectacles.

19. Chanteurs et instrumentistes se faisaient entendre sur les places publiques, semées de toute sorte de pierres précieuses.

20. Le roi fit des présents aux Sûtas, aux Mâghadas et aux Bandins ; il distribua aux Brahmanes de l’argent et des vaches par milliers.

21. Le onzième jour eut lieu l’imposition des noms. L’aîné à l’âme grande fut appelé Râma ; le fils de Kaikeyî, Bharata.

22. Les deux fils de Sumitrâ (s’appelèrent, l’un) Lakshmana et l’autre, Çatrughna. Ce fut Vasishtha qui, plein de joie, donna ces noms.

23. Il fit distribuer des vivres aux Brahmanes, à ceux de la ville et à ceux de la campagne ; il les gratifia aussi d’un monceau considérable de perles sans défaut.

24. Il accomplit à l’égard des (enfants royaux) tous les rites, ceux de la naissance et les autres. L’aîné, Râma, la joie de son père, (était) comme leur porte-étendard.

25. Il devint le premier des êtres, estimé (par eux) à l’égal de Svayambhû. Tous les héros, instruits dans les Védas, tous ceux qui se plaisent à rendre service aux gens,

26. Tous ceux qui sont doués de science, qui se distinguent par leurs qualités, (reconnurent pour chef) l’illustre Râma dont l’héroïsme formait l’essence.

27. Chéri de tous, il était brillant comme le dieu de la lune. Il excellait (dans l’art de se tenir) sur l’épaule d’un éléphant, le dos d’un cheval, ou de conduire un char.

28. Expert dans la science de l’arc, empressé d’obéir à son père, remarquable dès son enfance par son affabilité, Lakshmana (était) le favori de Lakshmî.

29. Il s’étudiait à plaire toujours et en tout à Râma, la joie de l’Univers, son frère aîné Râma (qu’il aimait) comme (un autre) lui-même.

30. Lakshmana que Lakshmî favorisait était à son tour comme un dédoublement (de Râma) ; le premier des héros ne sortait ni ne dormait sans lui.

31. Le riz mondé, nourrissant qu’on lui présentait, il ne le mangeait pas sans lui ; et, quand Râghava montait à cheval pour la chasse,

32. Lakshmana l’accompagnait en croupe, l’arc à la main et veillant sur lui. Çatrughna, frère puîné de Lakshmana,

33. Fut toujours plus cher que la vie à Bharata qu’il aimait de la même façon. Les quatre fils opulents et chéris de Daçaratha

34. Faisaient sa joie, comme les Dieux celle de l’Aïeul. Tous instruits, doués de qualités,

35. Modestes et célèbres, sachant tout, prévoyants : tels étaient ces (princes) à la gloire éclatante.

36. Daçaratha, leur père, dont ils faisaient le bonheur, (était) comme Brahmâ, le souverain de l’Univers. Ces tigres parmi les hommes se plaisaient dans l’étude des Védas,

37. Et dans la soumission à leur père ; ils étaient versés dans la science de l’arc. Cependant leur père, Daçaratha,

38. Songeait à les marier. (Ce prince) vertueux (consulta là-dessus) ses Purohitas et ses parents. Pendant que (le roi) magnanime délibérait sur ce sujet,

39. Arriva l’illustre Viçvâmitra, le grand Muni. Désirant voir le roi, il dit aux portiers :

40. Vite, annoncez mon arrivée, (l’arrivée) du descendant de Kuçika, du fils de Gâdhi. Lorsqu’ils entendirent cela, ils coururent vers l’appartement du roi.

41. Tous, l’esprit troublé par cette parole, se précipitèrent dans le palais royal,

42. Et apprirent au monarque, issu d’Ikshvâku, l’arrivée du Rĭshi Viçvâmitra. À cette nouvelle, (le roi), accompagné de ses chapelains et tout préoccupé,

43. S’élança joyeux, comme Vâsava à la rencontre de Brahmâ. À l’aspect de l’ascète flamboyant de gloire, à la conduite austère,

44. Le roi, le visage (rayonnant) de bonheur, lui fit offrir l’Arghya. L’ascète acceptant l’Arghya (de la part) du roi, conformément aux Çâstras,

45. S’informa auprès du monarque s’il était heureux et prospère dans sa ville, ses trésors, son peuple, ses parents et ses amis.

46. Le vertueux descendant de Kuçika demanda au roi si tout allait bien : — Tes voisins et ennemis se sont-ils tous courbés vaincus devant toi ?

47. Pour ce qui concerne les Dieux et les hommes, tout se passe-t-il bien de ta part ? — Abordant Vasishtha, le taureau des ascètes lui souhaita la prospérité.

48. Le fortuné (Muni) adressa aux (autres) Rĭshis les saluts d’usage. Tous ces (personnages), l’âme joyeuse, entrèrent dans le palais du roi,

49. Qui les accueillit avec honneur. Ils s’assirent (chacun) suivant son rang. Alors, l’esprit plein d’allégresse, le roi parla au grand Muni Viçvâmitra.

50. Le (prince) au cœur magnanime, rempli de joie, adressa ses hommages au Rĭshi : Telle l’obtention de l’Amrĭta, telle la pluie pour celui qui est sans eau ;

51. Telle pour celui qui est sans enfant, la naissance d’un fils de dignes épouses ; tel le gain pour celui qui a (tout) perdu, telle la joie, tel un grand bonheur,

52. Voilà comment je considère (ton) arrivée. Sois le bienvenu, ô grand Muni. Que désires-tu le plus ardemment recevoir de moi ? Comment puis-je te faire plaisir ?

53. Tu m’es un vase de bénédiction, ô Brahmane ; tu es venu pour mon bonheur, ô vénérable (ascète). Aujourd’hui, ma naissance me devient profitable, et ma vie digne d’être vécue.

54. Puisque je vois l’Indra des ascètes, la nuit pour moi brille comme l’aurore éclatante. Jadis ton Tapas t’a valu le titre glorieux de Râjarshi.

55. Parvenu à la dignité de Brahmarshi, tu as droit à mes multiples hommages. C’est là, ô solitaire, un merveilleux, un excellent moyen de me sanctifier.

56. Me voici arrivé au comble de la prospérité, grâce à ta présence, ô Maître. Indique-moi, je te prie, le motif de ta venue.

57. Je suis désireux de faire tout ce qui peut t’être utile. Tu ne saurais en douter, ô (ascète) fidèle à tes vœux.

58. Je l’accomplirai en entier, car tu es ma divinité. C’est un grand bonheur pour moi que tu présence, ô Deux-fois-né. Ton arrivée (m’impose) un devoir sans égal, ô Deux-fois-né ; je le remplirai tout entier.

59. À ce langage sorti du cœur, doux à entendre, modeste, tenu par un (prince) maître de lui-même, l’excellent Rĭshi dont les vertus et la gloire étaient ainsi célébrées, que ses qualités distinguaient entre tous, ressentit une joie suprême.


Tel est, dans le vénérable Râmâyana,

Le premier des poèmes, œuvre de Vâlmîki, le Rĭshi,

Le dix-huitième Sarga du Bâlakânda.