Répertoire national/Vol 1/Réconciliation

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Collectif
Texte établi par J. Huston, Imprimerie de Lovell et Gibson (Volume 1p. 353-355).


1837.

RÉCONCILIATION.

Air : L’Astre de nuit dans son paisible éclat.

 
Ô ! Canada, que tes jours étaient beaux
Quand l’amitié dévoilait leur aurore !…
Tes ennemis se donnent tes lambeaux
Comme un fruit mûr que leur haine dévore :
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons, (bis.)
        Nous marcherons comme un seul homme.
            Comme un seul homme.

La liberté les eût bientôt soumis,
Ils tremblaient tous à sa mâle démarche ;
Et nous brisions les fers qu’ils avaient mis
Au peuple enfant qui grandit et qui marche.
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme,
            Comme un seul homme.

Nous chercherions, même au seuil de la mort,
Nos droits ravis, la liberté sanglante :
Mais attendez, vous qui courez plus fort,
L’étoile encore apparaît vacillante.
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme,
            Comme un seul homme.

L’aiglon, de l’aigle a le perçant regard,
Mais l’heure encor, l’heure n’est pas venue ;
Attendez donc, frères, un peu plus tard,
L’aiglon plus grand pourra raser la nue.
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme,
            Comme un seul homme.

 
Pourquoi briser les liens les plus beaux ?
Vous nous fuyez, et nous sommes vos frères,
Et nous pleurons sur les mêmes tombeaux,
En remuant les cendres de nos pères.
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme.
            Comme un seul homme.

Qui d’entre nous devait avoir perdu
Le noble droit de dire sa pensée ?
Dites celui dont le cœur est vendu,
Ou quelle idole est par nous encensée ?
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme.
            Comme un seul homme.

Contre l’honneur d’un lâche parchemin
Qui donc de nous échangea sa patrie ?
La liberté n’a-t-elle qu’un chemin ?
En la cherchant l’avons-nous donc flétrie ?
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme.
            Comme un seul homme.

Non, frères, non, vous le verrez encor,
La liberté fut toujours notre idole :
Au culte impur d’un scandaleux Veau-d’or
Nous n’avons point vendu notre symbole.
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme.
            Comme un seul homme.
        
Dans le creux noir d’un abîme profond,
Le sang bouillonne en un torrent rapide ;
Vous avez dit : « Passons-le d’un seul bond,
Ne craignons pas, c’est un ruisseau limpide. »

 
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme,
            Comme un seul homme.

Soudain votre œil a mesuré l’élan ;
Le prendrez-vous sans attendre la foule ?
Ah ! déchirez ces pages d’un roman ;
Le gouffre est large, et c’est du sang qu’il roule !
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme,
            Comme un seul homme.

Pour s’abreuver et de sang et de fiel,
Il faudra plus qu’une soif éphémère ;
Frères, aussi, peut-être que le ciel
Rendra pour nous la coupe moins amère.
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme,
            Comme un seul homme.

Un peu plus loin tout près d’un olivier,
Nous croyons voir une route plus sage :
Là, la raison tient son dernier levier,
Et la prudence a son dernier passage.
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme,
            Comme un seul homme.

Nous trancherons là le nœud gordien ;
Car pour entrer dans la terre promise,
Quand la raison, frères, ne peut plus rien,
Le glaive est juste et la hache est permise.
        Rapprochons-nous ; puis espérons :…
        Puis, si leur crime se consomme,
        Frères, alors nous marcherons,
        Nous marcherons comme un seul homme,
            Comme un seul homme.

F. R. Angers.