Réponse à l’esprit des bois

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’éternel petit roman. XIX : Réponse à l’esprit des bois
Œuvres complètes : Les Chansons des rues et des boisOllendorf30 (p. 193-194).


XIX


RÉPONSE À L’ESPRIT DES BOIS.


Nain qui me railles,
Gnome aperçu
Dans les broussailles,
Ailé, bossu ;

Face moisie,
Sur toi, boudeur,
La poésie
Toourne en laideur.

Magot de l’Inde,
Dieu d’Abydos,
Ce mont, le Pinde,
Est sur ton dos.

Ton nom est Fable.
Ton boniment
Quelquefois hâble
Et toujours ment.

Ta verve est faite
De ton limon.
Et le poëte
Sort du démon.


Monstre apocryphe,
Trouble-raisons,
On sent ta griffe
Dans ces buissons.

Tu me dénonces
Un rendez-vous,
Ô fils des ronces,
Frère des houx.

Et ta voix grêle
Vient accuser
D’un sourire, elle,
Lui, d’un baiser.

Quel vilain rôle !
Je n’en crois rien,
Vieux petit drôle
Aérien.

Reprends ta danse,
Spectre badin ;
Reçois quittance
De mon dédain

Où j’enveloppe
Tous tes aïeux
Depuis Ésope
Jusqu’à Mayeux.


12 août.