Rayons perdus (1869)/La Vie

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alphonse Lemerre (p. 138-140).
◄  Le Sapin
Le Banc  ►

LA VIE.


Lors de ma dix-septième année,
Quand j’aimais & quand je rêvais,
Quand, par l’espérance entraînée,
J’allais, riant des jours mauvais ;
Quand l’amour, ce charmeur suprême,
Endormait le soupçon lui-même
Dans mon cœur craintif & jaloux ;
Quand je n’avais pas d’autre envie
Que de passer toute ma vie
Entre ma mère & mon époux,

J’avais une joie indicible
À contempler dans l’avenir
Ces tableaux d’un bonheur paisible

Qui ne devait jamais finir :
Le foyer, les soins du ménage,
C’était, à la fleur de mon âge,
Tout ce que j’ambitionnais ;
Et, les yeux pleins de ce mirage,
Malgré les menaces d’orage,
Au courant je m’abandonnais.

Aujourd’hui, sans trouble ni peine,
Ni remords, je songe au passé.
Tout a fui, l’amour & la haine
Qui tenaient mon cœur oppressé.
Je sonde ma vieille blessure,
Et, presque en tremblant, je m’assure
Que je survis à tant d’efforts.
Tel, à la fin d’une campagne,
Sous l’émotion qui le gagne,
Un général compte ses morts.

Lors de ma dix-septième année,
Je rêvais la vie ; à présent
Je la juge, encore étonnée,
Mais ne blâmant ni n’accusant.
Beaucoup d’illusions chéries,

Derrière moi, gisent flétries
À chaque étape du chemin.
Cependant que regretterai-je ?
Dès qu’un tourment nouveau m’assiége,
L’Éternel me prend par la main.

J’ai compté plus d’une heure sombre,
Mon espérance m’a menti.
Des maux, des tristesses sans nombre
Courbent mon front appesanti.
J’ai fait l’apprentissage austère
Qu’il faut que toute âme sur terre
Fasse aux dépens de son bonheur ;
Qu’importe ? ma paix va renaître,
Puisque ainsi j’appris à connaître
L’immense bonté du Seigneur !


Septembre 18…