Mozilla.svg

Recueil des lettres missives de Henri IV/1578/14 octobre ― À monsieur le baron d’Uhard, en Navarre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



1578. — 14 octobre.

Orig. – Arch. de famille de M. le baron d’Uhart. Copie transmise par M. Jubé, sous-chef de bureau au ministère de l’Instruction publique.


À MONSR LE BARON D’UHARD, EN NAVARRE.

Monsr le baron[1], Je m’asseure tant de vostre bonne volonté et affection en mon endroict, que ce m’est occasion de vous faire la presente pour vous advertir que je viens de recueillir la Royne-mere et ma femme à la Rolle[2], où toutes choses, Dieu mercy, se sont passées au desir et contentement d’un chascun, et avec une grande esperance d’un bien et repos general. J’ay accompagné lesdictes dames Roynes jusques à Marmande, et m’en suis venu de là icy[3]. Elles sont à present à Agen, sur le poinct d’en partir pour aller à Lisle en Jourdain, et là y sejourner. Et moy, j’ay desliberé de les y aller retrouver et partir dans quelques jours. Et d’aultant que j’ay congedié la plus part des srs gentilshommes qui m’ont accompagné audict recueil, j’escrips à d’aultres que je sçais m’estre amys et affectionnez, et les prie de m’acompagner audict voyage. Et vous tenant de ce nombre, j’ay voulu vous faire la mesme priere de vous en venir, et croire qu’il ne se presentera occasion où j’ay moyen de vous recognoistre ce plaisir que j’attends de vous en cest endroict, que je ne le fasse, de pareille affection que je prie Dieu, Monsr le baron, vous tenir en sa saincte garde. De Nerac, ce xxiiije jour d’octobre 1578.

Vostre bien affectionné amy,
HENRY.


  1. Le roi de Navarre ne substituait ainsi le nom du titre à celui de la personne qu’en écrivant à des seigneurs à qui leur âge et le rang qu’ils tenaient dans leur province lui faisaient témoigner une considération toute particulière.
  2. Ainsi, pour la Réole.
  3. Cette lettre est précieuse pour l’histoire, par les renseignements détaillés qui s’y trouvent consignés sur l’itinéraire des princesses, de Guienne en Languedoc, et sur plusieurs circonstances relatives à cette partie de leur voyage.