Recueillements poétiques/À Augusta

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Recueillements poétiques
Œuvres complètes de LamartineChez l’auteurtome 5 (p. 415-416).

 
Bulbul enivre toute oreille
De sons, de musique et de bruit ;
Sa voix éclatante réveille
Les échos charmés d’une nuit ;

La douce et blanche tourterelle
N’a qu’une note dans la voix :
Mais cette note est éternelle,
Et ne dort jamais sous les bois ;


C’est un souffle qu’amour agite,
Un soupir qui pleure en sortant ;
C’est un cœur ému qui palpite,
Une âme sans voix qu’on entend.

Plus on écoute et plus on rêve ;
En vain ce soupir n’a qu’un son,
L’oreille attend, devine, achève,
Et l’âme vibre à l’unisson.

Celui qu’un double charme attire
Entre l’ivresse et la langueur,
Écoute, hésite, et ne peut dire
Lequel est l’oiseau de son cœur !