Rosa fâchée

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’éternel petit roman. XIV : Rosa fâchée
Œuvres complètes : Les Chansons des rues et des boisOllendorf30 (p. 183).


XIV


ROSA FÂCHÉE.


Une querelle. Pourquoi ?
Mon Dieu ! parce qu’on s’adore.
À peine s’est-on dit Toi
Que Vous se hâte d’éclore.

Le cœur tire sur son nœud ;
L’azur fuit ; l’âme est diverse.
L’amour est un ciel, qui pleut
Sur les amoureux à verse.

De même, quand, sans effroi,
Dans la foret que juin dore,
On va rôder sur la foi
Des promesses de l’aurore,
 
On peut être pris le soir,
Car le beau temps souvent triche,
Par un gros nuage noir
Qui n’était pas sur l’affiche.


18 août.