Rose et Vert-Pomme/Ida

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paul Ollendorff (p. 97-104).

IDA


Peste ! ma chère, comme te voilà mise !

Je ne reconnus pas, tout d’abord, la belle dame qui, du haut de son superbe landau, me souriait avec tant de bonne grâce.

Certainement, je la connaissais, mais qui diable était-ce ?

Brusquement, je me souvins : c’était Ida, la belle Ida, mais combien forcie !

Autrefois, elle semblait une jolie petite pintade ; maintenant, c’est d’une majestueuse oie grasse qu’elle avait l’air.

Nous sommes-nous amusés avec cette pauvre Ida, dans le temps, dans le bon temps !

Mon Dieu, qu’elle était bête ! Mais d’un bête ! La lune, auprès d’elle, était un miracle d’astuce et de subtilité.

C’est elle qui nous disait un jour, avec un petit air mystérieux et le touchant aplomb de l’inconscience :

— Il y un maréchal de France qui me fait la cour en ce moment.

— Ah diable ! Mac-Mahon ?

— Non, pas Mac-Mahon.

— Canrobert, alors ?

— Non, pas Canrobert.

— Mais espèce de dinde, puisqu’il n’y a plus que ces deux-là.

— Oui, mais le mien, c’est un maréchal de France… belge !

Ida posait chez les peintres et faisait la joie des ateliers, depuis la place Pigalle jusqu’au bout de l’avenue de Villiers.

C’était à qui lui conterait les bourdes les plus extravagantes et des histoires à vous faire enfermer à Charenton dans les vingt-quatre heures.

La belle Ida écoutait ces insanités de toute l’avidité de ses petites oreilles roses et n’avait rien de plus pressé que de les colporter soigneusement le lendemain et les jours suivants.

Aussi, cette jolie personne était-elle recherchée dans les ateliers autant pour sa conversation que pour son enviable plastique.

— Qu’est-ce que tu as fait, hier, ma petite Ida ?

— J’ai posé chez Jacquet.

— Ah !… Et qu’est-ce qu’il fait, Jacquet, en ce moment ?

— Une aquarelle épatante. Ça se passe sous Louis XIII… Je ne vous dis que ça !

— Fiche-moi la paix, avec ton Jacquet !… On sait comme il les fait, ses aquarelles !… C’est du propre !

— Quoi donc ?

— Non, c’est trop grave, je ne puis pas te le dire… Si ça venait à se savoir, il serait fichu, ton Jacquet, ce Jacquet dont tu fais ton Dieu !

— Je vous prie, racontez-moi cela.

— Tu me promets de n’en parler à personne ?

— Je vous le jure.

— Eh bien ! Jacquet met de l’eau dans ses aquarelles, tu entends, Ida ? Il met de l’eau dans ses aquarelles. Faut être rudement cochon tout de même.

— Ah !… Et vous en êtes sûr ?

— Sûr, comme je te vois. Je connais un riche amateur qui en a fait analyser une au Laboratoire municipal. Girard a trouvé 40 % d’eau.

Le lendemain de cette conversation, nous déjeunions au Rat-Mort avec Ida et quelques joyeux peintres.

L’un de nous prononça le nom de Jacquet.

La physionomie d’Ida revêtit une expression mystérieuse qui nous frappa tous. Sur notre insistance :

— Jacquet ! fit-elle. Encore un drôle de pistolet, celui-là !

— Qu’est-ce qu’il t’a fait ?

— Oh ! à moi, rien, mais n’empêche que c’est un drôle de pistolet, et que si je voulais dire ce que je sais, il serait très embêté… très-em-bê-té !

Nous n’eûmes pas grand mal, comme vous pensez, à extirper la terrible révélation : cette crapule de Jacquet mettait de l’eau dans ses aquarelles !

Au bout de trois ou quatre jours, tous les ateliers de Montmartre, de la plaine Monceaux et des Ternes, étaient au courant des inqualifiables procédés artistiques de Jacquet.

— Sais-tu ce que tu devrais faire, Ida ?

— Non.

— Eh bien ! tu devrais prévenir Jacquet. Il t’aime beaucoup, et il acceptera très bien que tu lui parles de cette affaire. D’ailleurs, c’est un service à lui rendre.

— Je n’oserai jamais.

Au fond, Ida était enchantée.

Elle alla trouver le peintre, et avec des petites mines, des réticences, des protestations d’amitié, elle finit par tout dire : cela se savait !

Jacquet parut atterré.

Visiblement ému, il prit dans ses mains les mains d’Ida :

— Comment, ça se sait ?

— Mais on ne parle que de ça !

— Ah ! merci, Ida, merci du service que vous me rendez en venant m’avertir. C’est mon honneur d’artiste, ma vie, peut-être, que vous me sauvez !

Et longtemps après, quand on parlait de Jacquet devant Ida, elle prenait un petit air extraordinairement malin pour vous dire :

— Jacquet !… Encore un qui me doit une belle chandelle !