100%.png

Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/Notes et éclaircissements Vol 1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes de RutebeufChez Édouard Pannier1 (p. 331-477).

NOTES ET ÉCLAIRCISSEMENTS.


----


NOTE A.

(Voyez page 2, note 4.)


Les deux fabliaux qui suivent contiennent chacun des détails fort curieux sur la ménestrandie, et commentent longuement les paroles de Rutebeuf : c’est pour cela que je les donne ici. Le premier a été analysé avec beaucoup d’infidélité par Legrand d’Aussy (voyez 2e vol., page 369, édition Renouard) et imprimé en 1834 par M. Robert ; mais cette édition, faite à quelques exemplaires seulement, n’ayant point été livrée au public, peut être considérée comme non avenue. Le second est entièrement inédit, et m’a semblé propre à jeter quelques lumières sur le sujet qui nous occupe. Le lecteur en jugera.



LES DEUX TROVEORS RIBAUZ.


Ms. 1830 fonds de l’abbaye St.-Germain.


Diva ! quar lai ester ta jangle ;
Si te va séoir en cel angle.
Nos n’avons de ta jangle cure :
Quar il est raison et droiture
Por tot le mont que cil se taise
Qui ne sait dire riens qui plaise.
Tu ne sez vaillant .ij. festuz ;
Com tu es ore bien vestuz
De ton gaaige d’oan,
Voix quiex sollers de cordoan
Et com bones chauces de Bruges,
Certes ce n’est mie de druges
Que tu es si chaitis et las :
Ge cuit biens, par saint Nicolas,
Que tu aies faim de forment ?

Conment es-tu si povrement ?
Que ne gaaignes-tu deniers ?
Tu es si granz pautoniers :
Tu n’es pas mendre d’un frison.
Or déusses en garnison
Avoir .ij. porpoinz endossez
Ou à une veure de fossez
Déusses porter une hote,
Tant que d’amone poure cote
Péusses iluec amender :
Mais tu aimes mielz truander,
Lechières, que estre à hennor :
Or esgardez, por Dieu, seignor,
Cils homs, com richement se prueve :
Jamais, à nul jor, robe nueve
N’a éu por chose qu’il dit :
Or esgardez quel hiraudie[1]
Il s’est iluec entorteilliez.
Mout est or bien apareilliez
De quant tel chaitis doit avoir.
Si t’aïst Diex, or me di voir,
Quiex hom es-tu ? or me di quiex ?
Tu n’es mie ménesterex
Ne de nule bone œuvre ovrieis.
Tu sanbles un vilains bouvieis
Ausi contrefez com un bugles.
Tu sanbles un meneur d’avugles
Miels que tu ne faces autres home.
Ge ne pris pas .i. troe de pome
Ne toi ne quanques que tu as.
Se Diex t’aïst, s’onques tu as
Onques nul home si te tue
Que tu ne volz une letue
Ne chose que tu saiches faire.
Pour de si te devroies taire :
Ne dois paller contre moi.
Que t’ai-ge dit ? Or me di, quoi ?
Tu ne sez à nul bien repondre,
Pour ce te devroit-on tondre.
Tantôt autresi com un sot
Tu ne sez dire nul bon mot
Dont tu puisses en pris monter ;

Mais ge sai aussi bien conter
Et en roumanz et en latin[2],
Aussi au soir com au matin
Devant contes et devant dus,
Et si resai bien faire plus
Quant ge sui à cort et à feste,
Gar ge sai de chançon de geste.

Gautières sui, qu’el mont n’a tel :
Ge sai de Guillaume au tinel
Si com il arriva as nés ;
Et de Renoart au cort nés
Sai-ge bien chanter com ge vueil[3] ;
Et si sai d’Aie de Nantueil
Si com ele fu en prison ;
Si sai de Garins d’Avignon
Qui mult estore bon romans :
Si sai de Guion d’Aleschans
Et de Vivien de Bourgogne :
Si sai de Bernart de Saisoigne
Et de Guiteclin de Brebant :
Si sai d’Ogier de Montaubant
Si com il conquist Ardennois ;
Si sai de Renaut le Danois ;
Mais de chanter n’ai-ge or cure :
Ge sai des romanz d’aventure[4]

De cels de la reonde table
Qui sont a oïr délitable ;
De Gauvain sai le mal parler
Et de Quex le bon chevalier[5].
Si sai de Perceval de Blois
Et de Percenoble le Galois.
Sai-ge plus de .xl. laisses ;
Mais tu, chaitif, te laisses
De mauvaitié et de peresce.
En tot le monde n’a proesce
De quoi tu te puisses vanter ;
Mais ge sai aussi bien conter
De Blancheflor conme de Floire.
Si sai encor moult bon estoire,
Chançon moult bone et anciene :
Ge sai de Tibaut de Viane,
Si sai de Girart d’Aspremont.
Il n’est chançon en tot le mont
Que ge ne saiche por nature.
Grant despit ai com tel ordure,
Com tu es, contre moi parole :
Sez-tu nule riens de citole,
Ne de viele, ne de gigue ?
Tu ne sez vaillant une figue.

De toi n’est-il nus recouvriers ;
Mais ge sui moult très bons ovriers,
Dont je me puis bien recouvrer,
Se de ma main voloie ovrer :
Ansi, com ge voi mainte gent,
Ge conquerroie assez argent,
Mais à nuz tens ge ne faz œuvre.
Ge sui cil qui les maisons cueuvre
D’ues friz, de torteax en paele ;
Il n’a home jusqu’à Neele
Qui mielz les cuevres que ge faz.
Ge sui bons seignerres de chaz

Et bons ventousierres de bués.
Si sui bons relierres d’ués,
Li mieldres qu’en el monde saiches.
Si sai bien faire frains à vaches
Et ganz à chiens, coifes à chièvres ;
Si sai faire haubers à lièvres,
Si forz qu’il n’ont garde de chiens.
Il n’a el monde, el siècle riens
Que ge ne saiche faire à point.
Ge sai faire broches à oint
Mielz que nus hom qui soit sor piez :
Si faz bien forreax à trepiez
Et bones gaînes à sarpes :
Et se ge avoie .ij. harpes,
Ge ne l’ fairai que ne vos die,
Ge feroie une meloudie !
Ainz ne fu oie si grantz.
Et tu, di va, di, fax noienz,
Tu ne sai pas vaillant un pois.
Ge connois force bons borgois
Et toz les bons sirjanz du monde ;
Ge connois Gautier Trenche-fonde ;
Si connois Guillaume gros-groing
Qui asomma le buef au poing ;
Et Trenchefer, et Rungefoie,
Qui ne doute home qu’il voie,
Mache-Buignet et Guinement.
Et tu, connois-tu mile gent
Qui onques te faissent bien ?
Nenil, voir, tu ne conois rien
Qui riens vaille en nulle saison :
Or me di donc pour quel raison
Tu te venis ici enbatre :
Près va que ne te faz tant batre
D’un tinel ou d’un baston gros
Tant que tu fusses ausi mox
Com une coille de mouton :
Ainc mais, por la croix d’un voutost
٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠
N’oï parler de tel fouet.
Vez quel vuideor de brouet
Et quel humerre de kenas :
A bien poi se tient que tu n’as
Du mien, se ne fust por pechié ;

Mais il ne m’ert ja reprochié
Que tel chetif fière ne bate :
Quar trop petit d’ennor achate
Qui sur tel chetif met sa main ;
Mais se tu ne voies demain
Entre nos qui somes de feste[6]
Tu te plaindroies de la geste.

Or t’en va, beax amis, va-t’en,
Esté avons en autre anten.
Fui de ci, si feras que saiges,
Ou tu auras parmi les naiges[7]
D’une grosse aguille d’acier.
Nos ne t’en volons pas chacier
Vilenement ; par nostre honte,
Nos savons bien que henor monte.

LA RESPONSE DE L’UN DES DEUX RIBAUZ.

Tu m’as bien dit tot ton voloir :
Or te ferai apercevoir
Que ge sai plus de toi assez
Et si fu mieldres menestrez.
De toi moult me vois merveillant,
Ne l’ dirai pas en conseillant ;
Ainz veuil moult bien que chacun l’oie :
Se Diex me doing henor et joie,
De tex menesterex bordons
A qui en done moult beax dons
A hautes cort menuement
Qui bien sordit et qui bien ment,
Cil est cires des chevaliers,
As cointereax, as mal parliers :
Plus donnent-ils as menteors
Qu’ils ne font as bons troveors,
Qui contruevent ce que il dient,
Et qui de nului ne mesdient;

Assez voi souvent maint ribaut
Qui de parler se font si baut,
Que ge en ai au cuer grant ire ;
Et tu, bordons, que sés-tu dire
Qui por menesterel te contes ?
Sés-tu ne beax diz, ne beax contes,
Pourquoi tu doies riens conquerre ?
De quoi sers-tu aval la terre ?
Ce me devroies-tu retraire.
Ge te dirai que je sai faire :
Ge suis juglères de viele,
Si sai de muse et de frestele[8],
Et de harpe et de chifonie[9],
De la gigue, de l’armonie,
De l’ salteire, et en la rote
Sai-ge bien chanter une note ;
Bien sai jouer de l’escanbot
Et faire venir l’escharbot[10]
Vif et saillant desus la table,
Et si sai meint beau geu de table,
Et d’antregiet et d’arrumaire[11] ;
Bien sai un enchantement faire.
Ge sai moult plus que l’on ne cuide,
Quant g’i veuil mestre mon estuide,
Et lire et chanter de clergie,
Et parler de chevalerie,
Et les prudhomes raviser,
Et lor armes bien deviser.
Ge connois monseignor Hunaut
Et monseignor Erraut
Qui porte un escu a quartiers :
Tosjors est-il sains et entiers ;

Quar onques n’i ot cop féru.
Ge connois monseignor Begu,
Qui porte un escu à breteles
Et sa lance de ij ateles,
Au tournoiement, à la haie :
C’est li hons du mont qui mielz paie
Menesterex à haute feste.
Si connois Renaut Brise-Teste.
Qui porte un chat en son escu,
Cil a en maint tornoi vaincu ;
Et monseignor Giefroi du Maine,
Qui tosjors pleure au Diemaine,
Et monseignor Gibot Cabot,
Et monseignor Augis Rabot,
Et monseignor Augier Poupée
Qui à un seul coup de s’espée
Coupe bien à un chat l’oreille.
A toz vos sanbleroit merveille
Se ceus voloie raconter
Que ge conois dusqu’à la mer.

Ge sai plus de toi quatre tanz :
Ge connoi toz les bons serjanz,
Les bons chanpions affaitiez ;
Si en doi estre plus proisiez.
Ge connois Hebert Tue-Buef,
Qui à un seul coup brise un huef ;
Arrache-Cuer et Runge-Foie,
Qui ne doute home que il voie,
Et Heroart et Dent-de-Fer,
Et Hurtaut et Thierri d’Enfer,
Abat-Paroi, fort pautonier,
Et Jocelin torne-mortier,
Et Ysenbart le mau-réglé,
Et Espaulart, le fils Raiché,
Et Qauquelin Abat-Paroi,
Et Brise-Barre et Godefroi,
Et Osoart et Tranche-Funde[12],

Et tos les bons sirjans du monde,
Et de çà et de là la mer
Vous sauroie bien aconter :
Ge sai tant et si sui itex :
Ge connois toz les menestrex,
Cil qui sont plus amé à cort,
Dont li granz renons partot cort.

Ge connois Hunbaut Tranche-Coste
Et Tiecelin, et Porte-Hotte,
Et Torne-en-Fuie et Brise-Voire,
Et Bornicaut, ce est la voire,
Et Fierabras et Tutebel,
Et Male-Branche et Mal-Quarrel,
Songe-Feste à la grant viele,
Et Grimoart qui chalemele,
Triant, Traiant et Enbatout.
Des menestrex connois itout,
Qui me vorroit metre à essai,
Que plus de mille nomer en sai.
Ge sai bien servir un prudome,
Et de beax diz toute la some :
Ge sai contes, ge sai flabeax,
Ge sai conter beax diz noveax,
Rotruenges viez et noveles,
Et sirventois et pastoreles[13] :
Ge sai le flabel du Denier[14],
Et du Fouteor à loier[15],
Et de Gobert et de dame Erme,
Qui ainz des els ne plora lerme ;
Et si sai de la Coille noire,
Si sai de Parceval l’estoire,
Et si sai du Provoire taint
Qui o le Crucefiz fu painz ;
Du Prestre qui menja les meures
Quant il devoit dire ses heures :
Si sai Richalt, si sai Renart,

Et si sai tant d’enging et d’art :
Ge sai joer des basteax,
Et si sai joer des costeax
Et de la corde et de la fonde,
Et de toz les biax giex du monde.
Ge sai bien chanter à devise
Du roi Pépin de Saint-Denise ;
Des Loherans tote l’estoire,
Sai-ge par sens et par mémoire,
De Charlemaine et de Roulant,
Et d’Olivier le conbatant ;
Ge sai d’Ogier, ge sai d’Aimmoin
Et de Girart de Roxillon,
Et si sai du roi Loeis
Et de Buevon de Conmarchis[16],
De Foveus et de Renoart[17],
De Guiteclin et de Girart,
Et d’Orson de Beauvès la some.
Si sai de Florance de Rome,
De Fenagu à la grant teste ;
De totes les chançons de geste
Que tu sauroies aconter,
Sai-ge par cuer dire et conter.
Ge sai bien la trompe bailler ;
Si sai la chape au cul tailler ;
Si sai porter consels d’amors
Et faire chapelez de flors,
Et çainture de druerie,
Et beau parler de cortoisie
A ceus qui d’amors sont espris :
Et tu donc quides avoir pris ?

Ne parle mais là où ge soie ;

Mais fui de ci et va ta voie.
Va aprendre, tu feras bien,
Que, contre moi, ne sez-tu rien.
Beax seignor, vos qui estes ci,
Qui nos parole avez oï,
Se j’ai auques mielz di de li,
A toz ge vos requier et pri
Que le metez fors de ceanz,
Qui bien pert que c’est .i. noienz.


Explicit des .ii. Bordeors.




CH’EST DU HONTEUS MENESTEREL.


Ms. 2736, fonds de La Vallière.


Selonc le siècle ki bestourne
Me convient-il que je m’atourne
Se g’i voel vivre ne durer ;
Mais je ne porroie endurer
Ce que je voi k’autres endure ;
Car on troeuve le gent trop dure,
Peu courtoise et du leur tenans ;
Et c’est cose mal avenans
A ménesterel ki est honteus.
N’on ne puet entrer ès osteus
Sans buscier u sacier le clenque.
Jà de main droite ne d’esclenque
Ne puisse faire tel mescief
Ke j’en face broncier le cief
Le segneur devant se maison ;
S’il est haitié de raison
Et monstre samlant caritaule
Et fait contenance de taule
Tele que courtois set monstrer,
On voit le courtoisie outrer :
Luès que ménestreus s’i embat
Toute le boine cière abat.
N’est bienveigniés ne respondus ;
Ménestreus est bien confondus
Cui vivre estuet à tel dangier.

Se je ne devoie mangier
En .ij. jours de pain que déemie,
Ne m’i embateroie mie ;
Mais s’il i a aucun preudomme
Ki d’onneur faire se renomme,
Se il perçoit de mon afaire
Que je li sace dire et faire
Cose ki face à congoïr,
Se li preudom le veut oïr
Je ne m’en doi trop présenter
Ne il aussi trop démenter
De me cose oïr volentiers ;
Ains doit comme vaillans rentiers
Par cortoisie sans haussage
Moi proier et par son message
D’o lui mengier, et je doi estre
De tele contenance en l’estre
Ke g’i soie amés et oïs.
Si fais mengiers est congoïs :
Nul autre mengier je ne quer
Dont se cascuns s’avoit men cuer
Li siècles trop miex en vauroit,
Car tès .ij. ménestrel vauroit
Ki n’en vauroit pas .iij. ne quatre,
Car il sont si hardi d’embatre
C’on n’ose le honteus prier,
Por ce k’il vienent sans prier.
Si s’en va li honteus mucier
Et li faus s’embat sans hucier,
K’il ne li caut que on li die,
Et li honteus pert et mendie
Ki de honte ne s’ose offrir.
Trop a li honteus à souffrir,
Car li siècles est tés menés
C’ançois que li dons soit donnés
S’en fera-on proier .c. fois.
Il n’est mais carités ne fois ;
Et tés promet qui riens ne donne :
Mal ait langue ki s’abandonne
A trop hardiement prometre
Et si ne veut riens du sien metre !
S’est li faus prometères teus,
Que s’il a proumis le honteus
Ki nient ne li ara requis

S’iert ciex si de tous biens estruis
Que u le don ara proumis
Ert li voloirs en lui remis,
Et à .i. autre le donra,
Por ce ke on l’empriera :
Ensi ment et li honteux pert,
Por ce c’on voit tout en apert
K’il ne s’ose ramentevoir.
Pluiseur voelent les dons avoir
Por prières sans desservir :
Ce fait le donneur asservir.
Tés ne set riens ki le don prent,
Et ce don prendre li aprent
Ciex ki li rueve u li porcace ;
Et li honteus, ki riens ne cace
A prier n’a faire rouver,
Ne voit à nului si bien prouver
Ki riens li doinst : c’est grans mesciés
Quant caitis prent, si faut li ciés.
Je le tieng à trop grant desroi,
Quant li honteus le don d’un roi
Par raison desservir saroit
U ciex pour les iex n’oseroit
Por mestier faire passer porte.
Ki le don au haut homme enporte,
On doit bien si fait don haïr.
Et plus je ne m’os envaïr
A rouver, pas ne l’ai apris :
S’on m’a donné, et je l’ai pris,
Rouvers fait trop l’omme abaissier :
Tel mestier me convient laissier
Se je ne me trai ens u règne
U courtoisie maint et règne
Et k’amés i soit li honteus,
Car tenus me sui avoec teus
Dont peu de pourfis m’est venus ;
Trop longuement m’i sui tenus.
De ramposnes me sevent moistre :
Les gentix hommes voel connoistre
Ki au bien se sèvent entendre ;
Miex ameroie avoec aus tendre
Et rompre où jou ai tant tendu ;
Car s’il avoient entendu
Se je sai du mestier ouvrer,

De faire cans et de trouver
Biaus dis, je croi, sans me main tendre
Ne sans rouver, ne trop atendre,
Me donroit li courtois gentix
Ki à bien faire est ententix.
Por son preu cerke-on mainte vile :
Par le païs en a tés mile,
Se pieçà les éusse antés,
Je m’en fuisse plus amontés
En .xx. mois que n’aie en .xx. ans :
Por ce ai-je perdu mon tans.
Or me doinst Dix tel gent trouver
U je le puisse recouvrer !


Quant à la coutume de manger les portes ouvertes, et par conséquent d’admettre à table ceux qui se présentaient, elle était bien déchue au 13e siècle. Outre la preuve que nous en avons citée page 2, note 4, voici encore quelques vers empruntés au fabliau de Raoul de Houdaing, Le Songe d’enfer, fabliau que j’ai imprimé dans les notes du 2e volume de mes Mystères inédits du 15e siècle (Paris, 1837, au Bureau des Anciennes Tapisseries), et qui confirment cette allégation :


Une coustume en enfer vi,
Que je ne ting mie à poverte.
Qu’il menjuent à porte ouverte.
Quiconques veut en enfer vait :
Nus en nul tenz léenz ne trait
Que jà porte li soit fermée ;
Iceste coustume est faussée
En France ; chascuns clot sa porte ;
Nus n’entre léenz s’il n’aporte,
Ce véons-nous tout en apert ;
Mès en enfer à huis ouvert
Menjuent cil qui léenz sont.


Je terminerai cette note en disant que le fabliau Des deux Bordeors ne se trouve point seulement au Ms. 1830 Saint-Germain : on le rencontre encore au Ms. 7218 sous le titre de La Gengle au Ribaut et de La Contregengle. Je donne dans mon Recueil de Contes et de Fabliaux cette seconde leçon, qui offre de nombreuses variantes.

NOTE B.

(Voyez page 37, note 5.)


On lit dans Guillaume-le-Breton, à propos de la blessure que reçut Richard-Cœur-de-Lion en 1199 devant le château de Chalus en Limousin, blessure dont il mourut :

Appominunt medici fomenta, secantque chirurgi
Vulns, ut indè trahant ferrum.

De même on trouve dans le Miroir Nostre-Dame, ouvrage du 13e siècle :

٠٠٠٠٠Li haut phisicien
Et tout li bon cérurgien.

Enfin dans La Bataille des VII Arts, fabliau encore inédit dû à Henri d’Andeli (Ms. 7218, fol. 135, et Ms. Saint-Germain 1830, fol. 112), la Fisique, c’est-à-dire la Médecine et Cirurgie la Vilenastre, font deux personnages distincts. L’enquête faite sur la vie et les miracles de saint Louis, pour la canonisation de ce prince, parle aussi d’une fille malade que ses parents portèrent à Paris et montrèrent aux mires el aux cirurgiens. Enfin l’auteur du roman de Renart contrefait distingue également les médecins des praticiens, c’est-à-dire des chirurgiens, ou peut-être des apothicaires :

٠٠٠٠٠Quant aucuns physiciens
Ou aucuns des praticiens
Font puur malades chirop faire, etc.

Il est donc bien certain que la chirurgie et la médecine formaient deux sciences séparées, et qui se subdivisaient peut-être chacune en plusieurs branches.

La médecine ne fut point professée à Paris avant la fin du 12e siècle. Jaunie Salisbury, qui vivait vers 1160, atteste que de son temps on se transportait pour étudier cette science à Salerne et à Montpellier, où elle était enseignée depuis longues années ; mais dès le commencement du 13e siècle nous voyons dans Rigord, historien de PhilippeAuguste et médecin, que l’on trouvait à Paris les secours nécessaires pour s’instruire parfaitement dans l’art de guérir. Or, comme Rigord écrivait vers 1200, on peut conjecturer que la médecine s’était établie à Paris depuis 1160. Cette induction est d’ailleurs confirmée par le témoignage de Gille de Corbeil, autre médecin de Phiiippe-Anguste, qui, dans la préface de son traité en vers sur les vertus des médicaments, dit qu’il est convenable que les muses parisiennes chantent la médecine, puisqu’elle s’est choisi un domicile qui lui est commun avec elles et la dialectique. Enfin nous apprenons de Rigord qu’au temps où Geoffroy, duc de Bretagne et fils de Henri II, roi d’Angleterre, mourut à Paris, c’est-à-dire vers 1186, il y avait dans cette ville un grand nombre de médecins. On en avait bien eu auparavant quelques-uns fort célèbres pour leur époque, tels que Pierre Molandin, qui composa quelques écrits sur son art ; Hugues, mort en 1199, et que son épitaphe qualifait d’excellent physicien ; Robert, qui vécut sous Louis-le-Jeune, fut attaché à Suger, et mourut avant 1150 ; enfin Obizon, médecin de Louis-le-Gros, qui se fit moine ; mais on ne voit point qu’ils aient donné des leçons de leur art.

Dans le courant du 13e siècle l’enseignement de la médecine prit à Paris une grande extension, puisqu’on voit ceux qui l’exerçaient se réunir, délibérer, et enfin porter en 1270 des décrets contre les fraudes employées pour acquérir la licence ou la maîtrise ; ce qui suppose qu’il y avait empressement à obtenir le droit de pratiquer.

J’ajouterai que dans l’origine, c’est-à-dire aussi longtemps que la Faculté de médecine ne fut point définitivement constituée en corps, ses assemblées générales se tinrent supra cuppam Nosfræ-Damæ, près le bénitier. Les leçons, examens et actes avaient lieu chez les docteurs ou chez le président de la thèse, quelquefois même chez celui qui la passait. On distingua sous saint Louis, dans la médecine, Robert de Douay, qui, avec Roger de Provins et Dudes ou Dudon, suivit le roi dans ses expéditions. Le premier était en grande réputation vers 1250, et contribua beaucoup par ses dons à la fondation de la Sorbonne. Il était médecin du roi et de la reine Marguerite sa femme, ainsi que chanoine de Senlis et de Saint-Quentin.



----



NOTE C.

(Voyez page 42, note 1.)


Les éloges que Rutebeuf donne à Thibaut sont confirmés par un poëte contemporain, qui, dans son début du roman de L’empereur Éracle (Ms. 7534), dit :

Se Gautiers d’Arras fist ainc rien
C’on atorner li doive à bien,
Or li estuet tel traitié faire
Que sor tous autres doive plaire ;
Car li princes est de tel pris
Por cui il a ces fais empris
Que li biens qui en lui habunde
Enlumine trestout le monde…
....Li autre pleurent quant il donent
Et li pluisor .i. mot ne sonnent
As napes metre, et il me cante.
Il est faés, car il descante
Canques li autre vont faisant,
Qui lores sont mu et taisant.
Il tienent ordre et ont tel riule
Qu’il ne prisent une tiule
Cançon, ne son, ne rotruenge,
Car covoitise le calenge.
Il n’a el monde canteour,
Maistre estrument ne conteour
Qui un seul mot lor ost tentir,
Car ne s’i voelent assentir
A oïr fable ne cançon,
Car aver sont li enfançon ;
Et cil qui donent à l’aver
Et il méime sont aver.
S’on i velt joie entremeller,

Lors commencent d’el à parler ;
Mais je demain trop longue lime,
Je vois trop alongant me rime,
Car on n’y puet nul bien puichier :
Or voel me bouce réeinchier.
Du plus vaillant dirai le some
Qui fust d’illande dusc’à Rome,
Del bon conte Tibaut de Blois,
Del preu, de l’ large, del cortois,
Que gré m’en sara tous li pire
Quant tous les biens m’en orra dire ;
Mais tant dira, comment qu’il aut,
Que riens de l’ mont en lui ne faut
Que nus bons princes ait éu
C’on ait el siècle connéu.
Mult est li quens Tibaus preudon :
Bien a ataint dusques en son ;
Il vient sovent ù gent s’assemble ;
Mais cuidiés-vos que il s’en emble ?
A l’endemain de l’ parlement
S’en fuient tout communalment
A la jornée, je vous di,
Mais il atent jusc’a miédi
Con s’il estoit lor cambrelens.
Lors fait aporter ses berlens
Et les escuiers[18] por juer
L’avoir dont se velt descombrer ;
Car ne li vont pas anoiant,
U il le sien vait estivant,
Qu’il done tous jours sans prumetre,
Ne velt en autre trésor metre,
Et tous li mons prise se vie.
Mais une riens, çou est envie,
Qui tait le bien, ù que il soit,
Si fait mult bien que faire doit,
Car tous jors mesdist del plus haut
Qui de le cose que mix vaut.
Jà ne mesdira de nului
S’ el’ preu ne l’ voit : si het cestui ;
Mais mes cuers l’aime mult et prise.
Por lui ai-jou ceste œvre emprise…

À la fin de son livre Gautier d’Arras dit encore :

Li quens Tiebaus, où riens ne faut,
Li fix au boin conte Tiebaut,
Me fist ceste œvre rimoiier :
Por lui le fis ne l’ quier noiier,
Et por le contesse autressi
Marie, fille Loey, etc.

Ce dernier vers contient une erreur assez grave de l’auteur ou du copiste. Des quatre filles qu’eut saint Louis, en effet, aucune ne s’appela Marie. La première, qui fut mariée à Thibaut, et à laquelle Gautier d’Arras fait allusion, se nommait Isabelle. Il ne faut pas la confondre, comme on l’a fait quelquefois, avec la sœur de Louis IX, qui portait aussi ce nom, et qui mourut en odeur de sainteté durant l’année 1269.



----



NOTE D.

(Voyez page 42, note A.)


Troie, Provins, et li dui Bar, etc.

La splendeur de la ville du Troyes, comme capitale des états des comtes de Champagne, ne datait pas seulement de Thibaut V, ni même de son père ; l’origine en était bien plus ancienne. Voici ce que Grosley dit à ce sujet dans ses Éphémérides troyennes :

« Thibault, à qui l’amour de ses sujets et l’admiration de son siècle ont déféré le titre de Grand (1102), déploya sur cette ville toute sa magnificence : il affranchit les hommes, il les appliqua aux arts utiles ; il attira toute l’Europe aux foires de sa capitale par l’ordre qu’il y établit ; il créa des manufactures, et, pour leur commodité, il partagea la Seine en une infinité de ramifications qui la portèrent dans tous les ateliers, etc.

« Henri, fils de Thibaut-le-Grand (1152), succéda à la puissance et à la magnificence de son père ; mais lui et ses successeurs changèrent d’objet. Les mains libérales du comte Thibaut, toujours occupées au bien général de ses peuples[19], s’ouvraient sur les pauvres, sur les moines, sur tous les malheureux. Les descendants de ce prince firent leur capital de l’accessoire : par leurs pieuses libéralités, qui donnèrent le ton à leurs états, presque tout le territoire de l’ancien comté de Champagne est devenu bien ecclésiastique. »

Il n’est peut-être pas déplacé, à propos du vers de Rutebeuf, de rappeler ici que ce fut dans les salles du château de Provins que Thibaut IV, surnommé le Chansonnier, fit écrire, à ce qu’on prétend, ses chansons sur les murailles. Du reste, ce prince et son fils furent tous deux les bienfaiteurs de Provins et y créèrent un grand nombre d’établissements religieux ; le premier y fonda l’église de Saint-Quiriace, celle des Bénédictines, l’abbaye de la Barre, celle du Val-des-Écoliers, l’Hôtel-Dieu, etc. ; le second étendit ses soins au-delà même de la tombe : par son testament, écrit avant de s’embarquer pour Tunis, et daté de la Roche ou Sainte-Baume de Marseille, il fit de nombreux legs en faveur des églises de Provins. Ce fut à l’occasion de ses libéralités envers les Frères-Prêcheurs de cette ville, qu’il avait fondés en 1269 et qu’il affectionnait profondément, qu’il s’attira l’avis suivant que saint Louis lui fit transmettre par Joinville, « Qu’il se pransist garde de ce qu’il faisoit, et qu’il ne encombrast son âme, cuidant estre quite des grans deniers qu’il donnoit et laissoit à la maison des Frères-Prêcheurs de Provins ; car le sage homme, tandis qu’il vit, doit faire tout ainsi que le bon exécuteur. Premièrement et avant autre euvre il doit restituer et restablir les torz et griefs faiz à autrui par son trespassé, et du résidu de l’avoir d’icelui mort doit faire les aulmosnes aux povres de Dieu, ainsi que le droit escript l’enseigne. »

Quant à Bar-sur-Seine et à Bar-sur-Aube, je dirai que la première de ces deux villes n’avait pas toujours appartenu aux comtes de Champagne. Nous apprenons par ces paroles de Nithard : Utrumque pagum barrisum (l’un et l’autre pays de Bar), que dès le temps de Louis-le-Débonnaire il y avait deux pays barrois. Ce ne fut qu’au 13e siècle que le comté de Bar-sur-Seine, qui avait eu ses seigneurs particuliers avant l’an 1000, passa aux comtes de Champagne par la cession que leur en fit en 1223 le dernier descendant de Milon, comte de Bar-sur-Seine sous Hugues-Capet. Lorsque Thibaut IV en prit possession la ville de Bar-sur-Seine était encore dans l’état de servitude ; il affranchit la châtellenie qui en dépendait du droit de main-morte, et, par une charte datée de 1231, il ordonna que la commune de cette ville fût gouvernée par un mayeur, ou maire, et par douze échevins, dont la juridiction s’étendrait sur tout le comté. Celle ordonnance fut observée jusqu’à l’établissement d’un bailliage dans cette ville, c’est-à-dire jusqu’au 16e siècle.

Thibaut V son fils, dont nous nous occupons, continua à montrer envers cette cité la même bienveillance que son père : il y fonda en 1269 une collégiale dans l’église paroissiale, et y provoqua plusieurs établissements d’utilité publique. Ce furent ces bonnes dispositions qui firent de Bar-sur-Seine une ville importante. Au 14e siècle on la regardait encore comme une des plus vastes du royaume, et Froissart a écrit d’elle :

La grand’ville de Bar-sur-Sayne
Close de palis et de saignes
A fait trembler Troye en Champaigne.

Sa décadence ne date que de 1359, époque à laquelle un parti anglais, durant la captivité du roi Jean l’ayant saccagée, y brûla plus de neuf cents bons hôtels, ainsi que le rapporte Froissart.

Le comté de Bar-sur-Seine fut réuni à la couronne en 1435 par le traité d’Arras.


----



NOTE E.


(Voyez page 45, note 3.)


Puisque j’ai nommé Marie de Brabant, je profiterai de cette occasion pour signaler une chose fort curieuse à laquelle personne, que je sache, n’a fait attention jusqu’ici, et qui m’avait toujours échappé à moi-meme, quelques efforts que j’eusse tentés pour en trouver la solution.

Voici les faits :

On sait que le Roi Adenez, ou Adans li Roi, auteur d’Ogier-le-Danois, de Berthe aux grands pieds, de Buevon de Commarchis, composa aussi le roman de Cléomades. Dans ce livre Adenez dit que deux dames qu’il ne veut nommer que couvertement, car il mourrait de faire quelque chose qui ne leur fût agréable, lui commandèrent d’écouter l’histoire de Cléomades et de la mettre en vers. C’est ce qui a fait penser qu’elles avaient pris part à la composition de ce roman ; mais comment se nommaient ces deux collaborateurs féminins ? On a répété, sans s’appuyer sur aucun fondement positif, que l’un d’eux était la reine Marie de Brabant, et l’autre Blanche d’Artois, sa cousine. J’eus beau, pour m’en assurer, m’y prendre de plusieurs façons et torturer les propres paroles d’Adenez, le malin poëte avait parlé si couvertement que d’abord je ne pus rien découvrir.

Cependant une lueur d’espérance me vint. Dès le début de son livre Adenez écrit :

La fin de cest livre cerchiez
Se vous les noms trouver quidiez
Des dames dont m’oez parler :
Là sont, là les covient trouver,
Là les quérez se vous voulez.

Je suivis ce conseil, et, après avoir lu et relu la fin de Cléomades, je m’arrêtai à l’opinion générale par la raison qu’Adenez, dans la dernière partie de son ouvrage, célèbre longuement les vertus du duc de Braban et adresse ses vers au comte d’Artois. Je concluais de là (voyez page 40 de mon édition de La Complainte et le Jeu de Pierre de la Broce) qu’Adenez, n’ayant désigné ses deux collaborateurs que par leurs noms génériques (Artois et Brabant), avait pu croire, tout en les ayant nommés en effet, avoir mis leur modestie féminine entièrement à couvert.

Pourtant je n’étais pas satisfait de cette solution et j’allais m’occuper de la vérifier de nouveau, quand une lecture plus attentive de Cléomades vint me prouver qu’elle était erronée, sinon quant au fond, du moins dans la manière dont je la motivais. Vers la fin du roman, Adenez dit tout à coup en parlant des deux dames qui nous occupent :

Nommées les ai, ce sachiez :
Ne cuit pas qu’entendu l’aiez,
Ne je ne quier ne ne l’ voudroie.

Or, comme l’endroit où Adenez écrit ces paroles précède celui où il nomme le duc de Brabant et celui où il envoie son livre au comte d’Artois, je vis clairement que ce n’était pas au-delà de ce passage qu’il fallait chercher le mot de l’énigme.

J’avoue que je n’ai jamais appliqué mes soins ni perdu mon temps à essayer de deviner des acrostiches : c’est peut-être à cette circonstance que je dois d’être resté aussi longuement en présence de celui-là (car c’en était un) sans me douter le moins du monde de la manière dont j’en pourrais trouver la clef. Enfin j’y réussis : j’imaginai de prendre la première lettre de quelques vers pour voir si leur ensemble ne formerait pas un sens, et je lus ce qui suit : La roysne de France Marie ; — Madame Blanche.

L es dames qui ce me contèrent
A faire cest livre monstrèrent
R oyaume leur humilité.
O r me doinst Diex que à leur gré
Y aie ma paine emploié.
S e li pri qu’il m’y aïe ;
N ommer les vueil, qu’en couvent l’ai,
E n cest livre, et je le ferai.

D ont me convient bien aviser
E n ce que l’en ne puist trouver
F ourme ne voie qui enseigne
R iens nule qui leur nons enseigne
A ceus qui querre les voudront,
N e dont riens jà n’en trouveront
C hose escripte, n’en ai pas soigne,
E n quoi l’on me truist en mençoigne
M ès en vérité la plaisant.
A ce fait bon estre entendant ;
R iens ne vaut chose mençoinable :
I e me tiens à la véritable.
E Diex ! donnez-moi sens par quoi
Nommer les puisse si com doi.

M aintenant, se Diex me conssaut,
A i nommée une qui mult vaut,
D ont me convient l’autre nommer.
A Diex ! tant parfont à amer,
M ult est chescune bonne et sage
E n fais, en dis et en usage !
B ien doivent à Dieu obéir
L iement, et cuer et cors offrir.
A dès mouteplieront en bien ;
N e croi qu’en ele faille rien.
C el don leur donna Diex sans doute :
H aïr leur fist mauvestié toute.
E n leur cuers mist, ainssi le croy,
Amours pour lui amer en foy.
Nommées les ai, ce sachiez :
Ne cuit pas qu’entendu l’aiez,
Ne je ne quier ne ne l’ voudroie.

On voit par cet exemple qu’avec nos vieux poëtes il ne faut pas que l’obscurité, même volontaire, décourage, et qu’un peu de patience peut quelquefois amener des éclaircissements utiles ou curieux ; car à présent pour le sujet qui nous occupe il n’y a plus de doute possible : on ne doit plus écrire, comme fit M. Guillaume de Bure dans son catalogue de la bibliothèque de M. le duc de La Vallière (t. II, page 219, no 2733), que les deux dames qui ont conté Cléomades à Àdenez passent pour être Marie de Brabant et Blanche d’Artois ; il faut affirmer, du moins pour la première. Quant à la seconde, l’acrostiche d’Adenez ne dit pas assez explicitement son nom pour qu’on puisse supposer qu’il s’agit de Blanche, sœur de Robert II, plutôt que de Blanche, fille de saint Louis, mariée à l’infant d’Espagne.



----



NOTE F.

(Voyez page 46, note 1.)


Il y a eu, de la fin du 12e siècle au commencement du 14e, quatre personnages du nom de Jean de Paris (Johannes parisiensis, ou de Parisis), qu’on a souvent, mais à tort, confondus entre eux. Le premier, qu’on appelait aussi Jean du Petit-Pont parce qu’il avait ouvert une école en cet endroit, avait la réputation de posséder un riche fonds de littérature (vas erat inexhaustum litterarum. Voyez Hist. litt. de la France, t. IX, page 75). Le second, qui était anglais et chanoine régulier de Saint-Victor (voyez Ellies-du-Pin, Hist. des controverses ecclésiastiques, 14e S.), a composé une histoire intitulée Les mémoires d’histoire, ou Les fleurs d’histoire, jusqu’à l’an 1322, dont Duchesne a donné en 1636 quelques fragments dans son tome I des Historiens de France, page 128. Il est question de cet ouvrage dans la Gallia christiana, et l’on en trouve quelques exemplaires manuscrits dans les bibliothèques d’Angleterre. La bibliothèque royale en possède un in-folio ayant jadis appartenu à Dupuy, et intitulé Memoriale sive chronicon universale, lequel est rangé sous le no 4949. On a ajouté au 15e siècle à sa rédaction une deuxième partie qui va jusqu’en 1464.

Les deux autres personnes qui portèrent le nom de Jean de Paris appartenaient toutes deux à l’ordre de saint Dominique et étaient docteurs et professeurs en théologie de la Faculté de Paris. Le premier, qui fut surnommé Poin-l’Ane (pungens asinum)[20], vivait vers 1220 ; le second, que je crois être celui dont parle Rutebeuf[21], était surnommé Jean du Sourd (Johannes surdus). Nous avons de lui un assez grand nombre d’ouvrages imprimés ou manuscrits. Voici le numéro et le titre de quelques-uns de ces derniers, que possède la bibliothèque du Roi ; 1o Tractatus de Antechristo et ejus temporibus, no 3178 de Baluze, et 3445 ancien fonds de Louis de Targny, Mss. du 16e siècle, in 4o, sur papier ; 2o Tractatus de potestate regis et papæ, no 4364, in-4o ; 3o Liber complexionum, sive temperamentorum, no 7121, 14e siècle. Le traité de Jean de Paris sur la puissance royale et papale a été imprimé plusieurs fois. On le trouve dans la collection de Schardius (des Traités de la juridiction impériale), édit. de 1566, Basileæ, page 142 ; dans la Monarchie de Goldast, édit. de 1621, Francfort, typis et sumptibus Egonolphi Emmelii, t. III, page 108 ; et dans Richer (Défense de la doctrine des anciens), édit. de 1683, lib. 2, page 48. (Voyez d’autres indications pour ces écrits dans la Bibliothèque historique du Père Lelong, no 7044.) J’ai rencontré aussi de ce traité, à la

bibliothèque du Roi, une édition gothique, sans date, contenue dans un volume qui renferme divers ouvrages[22].

On a encore de Jean de Paris un écrit imprimé à Londres en 1686, in-8o, chez J. Cailloue, et qui a pour titre : Determinatio de modo existendi corpus Christi in sacramento altaris, alio quam sit ille quem tenet Ecclesia ; nunc primum edita, cum præfatione historicâ de dogmate transubstantiationis, à Petro Allix. Ce n’est autre chose que la déclaration de son sentiment qu’il donna en 1304 dans l’assemblée des docteurs. Voici comment l’abbé Fleury, dans son Histoire de l’Église rend compte de cette affaire : « En 1304 Jean de Paris, docteur en théologie, de l’ordre des Frères-Prêcheurs, homme d’un grand savoir et d’un bel esprit, voulut introduire une nouvelle manière d’expliquer l’existence du corps de Jésus-Christ dans l’Eucharistie, disant qu’il pouvait y être non-seulement par le changement de la substance du pain au corps de Jésus-Christ, qui fait partie de la nature humaine suivant l’opinion commune des docteurs, mais qu’il était encore possible que Jésus-Christ prît la substance du pain ; et que cette explication était plus populaire et peut-être plus raisonnable et plus véritable, comme sauvant mieux l’apparence des espèces sensibles qui demeurent. Les autres docteurs soutenaient l’opinion contraire, principalement par la décrétale d’Innocent III, tirée du concile de Latran, et disaient que cette nouvelle explication devait être rejetée comme ne s’accordant pas avec la foi. L’opinion de Frère Jean de Parts ayant donc été examinée, il ne voulait pas la rétracter et la soutenait opiniâtrément. C’est pourquoi le nouvel évêque de Paris, Guillaume d’Aurillac, assembla Gilles de Rome, archevêque de Bourges, Bertrand de Saint-Denis, évêque d’Amiens[23], avec plusieurs autres docteurs, et par leur conseil imposa silence perpétuel sur cet article à Frère Jean de Paris, sous peine d’excommunication, et lui défendit les leçons et la prédication. Jean en appela au saint-siège, et on lui donna des commissaires en cour de Rome ; mais il mourut avant que l’affaire fût terminée. » Ellies-du-Pin nous apprend que la mort frappa ce docteur le jour de saint Maurice de l’année 1306, à Bordeaux, où il était allé trouver le pape Clément V.

Outre les traités dont nous venons de parler, on attribue encore à Jean de Paris le Correctoire de la doctrine de saint Thomas contre Guillaume de la Mare, imprimé sous le nom de Gilles de Rome[24]. Il est certain en effet qu’il avait composé un ouvrage sous ce titre, mais il ne l’est pas que ce soit celui qui est imprimé sous le nom de Gilles. Ellies-du-Pin signale encore, d’après Baluze, un manuscrit du fonds Colbert, bibliothèque du Roi, qui contient, dit-il, trois sermons prêchés par ce religieux. Le catalogue manuscrit du fonds Colbert dit bien, on parlant d’un recueil coté sous le no 3725, que ce recueil contient des sermons de Jean de Paris, de Frère Richard, de Frère Gérard de Reims, etc. ; mais je n’y ai pas trouvé trace des premiers, ou du moins je ne sais pas à quoi Baluze a pu reconnaître que le sermon pour l’Avent, celui du deuxième dimanche de Carême et celui du deuxième dimanche après Pâques appartiennent à Jean de Paris. Je doute même très-fort que les annotations marginales postérieures à la rédaction du manuscrit, d’une autre main que celle du copiste, qui désignent quelques-uns des auteurs de ces sermons, puissent être regardées comme authentiques. Le catalogue imprimé des manuscrits latins, rédigé en partie par les Bénédictins, ne s’est pas aventuré autant en décrivant ce manuscrit. Voici ce qu’il en dit au n° 3557 : Codex membraneus, olim colbertinus. Ibi continentur anonymi sermones in dies dominicos et in varias totius anni festivitates ; finis desideratur. Is codex sæculo decimo quarto exaratus videtur. Quelques-uns des premiers sermons de ce manuscrit sont entremêlés de français.

Enfin Baluze attribue à Jean de Paris surnommé Poin-l’Ane, qu’il confond avec Jean de Paris surnommé du Sourd puisqu’il le déclare auteur du traité De potestate regiâ et papali, la vie de Clément V, qu’il a insérée en tête de son premier volume des Vies des Papes d’Avignon. Il est possible, à la rigueur, que Jean Poin-l’Ane soit l’auteur de cet ouvrage, ce qui, bien qu’on ignore l’époque de sa mort, semble pourtant difficile, le livre allant jusqu’en 1314 et Poin-l’Ane, comme nous l’avons dit, ayant vécu vers 1220 ; mais il ne l’est pas que ce soit Jean du Sourd, lequel, étant mort en 1306, n’a pu laisser un ouvrage qui commence en 1305 et s’étend à neuf années au-delà.

Ellies-du-Pin dit encore en parlant de Jean de Paris (Surdus) : « On assure aussi d’Angleterre qu’il y a dans la bibliothèque d’Oxford un manuscrit qui contient un traité dans lequel il prouve la vérité de la religion chrétienne par le témoignage des païens, et quelques traités sur les confessions des religieux. » J’ai cherché à vérifier cette assertion ; mais Ellies-du-Pin n’indiquant pas quelle est celle des bibliothèques d’Oxford qui contient le traité de Jean de Paris, et aucun des dépôts littéraires de Paris ne possédant le catalogue imprimé des manuscrits de la bibliothèque bodléienne, que j’ai lieu de supposer être celle dont parle Dupin, mes recherches n’ont pu être jusqu’à présent couronnées de succès. Je me borne donc tout simplement à rapporter ce que dit Ellies-du-Pin.


----



NOTE G.

(Voyez page 46, note 2.)


Erard, seigneur de Valéry, de Saint-Valérian et de Marolles, connétable de Champagne, était fils de Jean, seigneur de Valéry et de Marolles, et avait pour frère Jean de Valéry, qui se distingua beaucoup dans la première croisade et donna à saint Louis d’excellents conseils[25]. (Voyez Joinville ; consultez aussi, pour deux actes qui le concernent, les cartons 208 et 256 du Trésor des chartes, et, pour d’autres membres de sa famille, les cartons 174, 136 et 143 du même dépôt.)

Erard épousa, je ne sais en quelle année, une dame nommée Marguerite, que les sceaux qui nous restent d’elle représentent debout, en manteau, avec quatre fleurs de lis pour fond, et un faucon sur le poing. Il en eut une fille nommée Agnès, qui fut mariée à Savari, lequel devint vicomte de Tharse après la mort de son frère Aimeri, et dont les deux fils se nommèrent Guidon et Renault. (Voyez l’Amplissima collectio de dom Martenne, tome V, page 1157.)

Comme on ne trouve nulle part une biographie d’Erard de Valéry, et que la notice donnée sur ce chevalier dans l’histoire généalogique de France, à l’article des chambriers, tome VIII, page 405, est très incomplète, nous allons essayer de suppléer à ce silence en tirant des écrivains contemporains et du Trésor des chartes tous les renseignements que nous avons pu rencontrer. Le rapprochement de ces documents épars jusqu’ici formera une espèce d’ensemble qui pourra donner un aperçu de la vie de ce personnage. Nous savons d’abord qu’Erard de Valéry accompagna saint Louis à sa première expédition en Terre-Sainte. Joinville rapporte que dans un des combats partiels qui précédèrent la prise du roi Erard venait d’être fait prisonnier par les Turcs, qui déjà l’emmenaient, lorsqu’il fut rescous si à propos et avec tant de vaillance et d’impétuosité par son frère que les Sarrasins furent forcés de le relâcher. Une circonstance curieuse même, c’est que le chroniqueur ne parle d’Erard dans tout le cours de son livre qu’une seule fois, qui est celle-ci, tandis qu’au contraire il cite fréquemment le nom de Jean, dont il fait beaucoup d’éloges et qu’il regarde comme un vaillant chevalier. Il est cependant probable que les deux frères devaient marcher sur la même ligne en expérience et en hardiesse.

On peut conjecturer qu’Erard revint de la Terre-Sainte avec le roi, mais nous ne trouvons aucune mention de lui jusqu’en 1255, époque à laquelle nous le voyons vendre à l’abbé des Eschalis le bois que le comte de Joigny lui avait autrefois donné, et qu’on appelait la Couche du comte. La même année, au rapport de Guillaume de Nangis, Erard, ayant follement accompagné en Hollande le comte de Flandre et ses frères, fut, ainsi que tous ceux qui l’avaient suivi, privé de sa liberté par le comte Florent. Grâce aux bons offices de Charles d’Anjou, qui consentit à donner pour la rançon des prisonniers une somme d’argent assez considérable et à céder Valenciennes, plus le comté de Hainaut, la captivité d’Erard ne dura que quelques mois, toutefois il fallut encore, pour arriver à ce résultat, que le comte de Flandre promît d’épouser la sœur du comte Florent.

Le 17 septembre 1262 Erard assista à Bordeaux à la cession qu’Amonjeu, sire d’Albret, fit au roi d’Angleterre de tous les droits qu’il avait sur le château de Millau. L’année suivante il fut aussi présent au transport que Garcie Arnaud de Navailles fit, pour le roi d’Angleterre, au sénéchal de Gascogne, de la terre de Guigne.

En 1265 il se rendit de nouveau en Terre-Sainte, ainsi que le prouve ce passage des continuateurs de Guillaume de Tyr : « A M. CCLXV. vindrent en Acre li cuens de Nevers et Erart de Valérie, et Erart de Nantuel, et bien .L. chevaliers. » L’année suivante il y emprunta au mois de juillet, au nom du roi saint Louis, conjointement avec Guillaume, patriarche de Jérusalem, légat du saint-siège, et Geoffroy de Sargines, la somme de 2, 400 livres, pour retenir les chevaliers d’Acre qui, faute de payement, menaçaient de partir. (Voyez au Trésor des chartes, carton J. 208, les lettres par lesquelles il reconnaît avoir emprunté et reçu cette somme de certains marchands de Sienne.)

Ayant quitté la Terre-Sainte en 1208, au lieu de retourner directement en France il alla aborder en Italie, où il aida puissamment Charles d’Anjou à vaincre Frédéric et Conradin, jeunes princes dignes d’un sort moins cruel que celui qu’ils subirent, et dont le supplice, qu’on a tant et si justement reproché au frère de saint Louis, coupa à la fois dans leurs dernières racines deux des arbres généalogiques les plus beaux parmi ceux des races royales, dont l’un, qui remontait jusqu’à Clovis et à Charlemagne, avait à lui seul fourni tout récemment encore quatre empereurs, lesquels avaient sagement gouverné l’empire durant l’espace de cent quinze ans et le royaume de Sicile durant soixante-seize. Voici comment M. d’Egly, dans son Histoire des rois des Deux-Siciles de la maison de France, rend compte de la part que prit Erard de Valéry à la bataille de Tagliacozzo, dont le résultat, qui pouvait être pour Frédéric et Conradin une victoire et la possession d’un trône, n’aboutit pour chacun d’eux qu’à une défaite et à l’échafaud. « Charles, dit l’historien, plus faible des deux tiers, n’avait guère que 10, 000 combattants, et, dans cette inégalité, il eut besoin de toute l’habileté d’Erard de Valéry, que le hasard lui amena bien à propos. C’était un chevalier français que sa bravoure et son expérience avaient rendu célèbre dans les guerres de la Terre-Sainte. Comme son grand âge ne lui permettait plus de soutenir les fatigues de la guerre, il était parti de la Palestine dans le dessein de retourner en France. Abordant à Naples et n’y trouvant pas le roi, il vint le joindre à Capoue lorsque ce prince allait marcher à la rencontre de Conradin. Charles, ravi de son arrivée, l’invita à le suivre dans son expédition et à l’aider de ses conseils. Le chevalier s’excusa d’abord sur son grand âge, mais il ne put longtemps se refuser aux instances du roi ; il l’accompagna dans l’Abruzze. Charles l’écoutait avec tant de confiance que, la veille d’en venir aux mains, il le chargea de toute la conduite de l’affaire. »

Ce récit, comme on le voit, est très-honorable pour Erard de Valéry ; mais nous pourrions en relever plusieurs circonstances qui y sont racontées d’une manière peu exacte. Il en serait de même pour ce que dit l’Histoire généalogique de France, que « Erard mena en Sicile une armée au service de Charles d’Anjou. » Comment Erard de Valéry, qui s’était rendu en Terre-Sainte avec une suite personnelle peu nombreuse, et qui dut n’en revenir (on est du moins fondé à le croire lorsqu’on a lu ce que disent les continuateurs de Guillaume de Nangis[26] sur la façon dont les infidèles y malmenèrent durant son séjour les défenseurs d’Acre) qu’après avoir vu ses compagnons moissonnés en partie par le fer et par des fatigues incessantes sous un climat étranger, aurait-il pu amener une armée au service de Charles d’Anjou ? Les Annales du règne de saint Louis racontent ce fait d’une manière bien plus vraisemblable (ce qui nous dispensera de toute autre réfutation), et surtout bien plus pittoresque. Qu’on nous permette de le prouver par un extrait de la traduction anonyme qui en fut faite par un contemporain, et que Ducange a mise au jour en 1761 (Paris, in-fol., page 261). J’ose espérer qu’on me pardonnera la longueur de cette citation en faveur de son intérêt.

« A celle heure et à cel point que li roys Charles ordenoit sa gent ainsi et ses batailles, Erars de Waleri, chevaliers preus et renommez, et autre chevalier de France qui repairoient d’outre-mer par la terre de Puille, vindrent en l’ost le roy Charlon aussi comme angle que Diex y eût envoyez, et furent en la bataille en l’eschiele le roy, où il firent moult de prouesses, pourquoi il sont digne de mémoire.

« .....Erars de Valeri, uns chevaliers de France preus et hardis, et qui assés sot de bataille, et qui estoit près du roi Charle, quant il vit Henri[27] et sa gent si sagement venir et si ordonnéement, si dist au roy : « Sire, nos anemis viennent si sagement, si joint et si serré, que à painnes pourront estre percié ; dont, se il vous plet, mestier seroit que nous entremissions d’aucune cautele, à ce que il s’espandissent un poi, si que nos gens se férissent mieux en eux, et péussent combatre main à main. » Li roys, qui crut le conseil Erart, et li dist : « Erart, eslisiés de nos gens ceuls que vous voudrez, et faites en la manière que il vous plaira, et que leur bataille, qui est forte et espesse, puisse estre départie. » Erars, quant il ot entendu le commandement le roy, prist tantost trente chevaliers preus et esleus, et les dessevra de la compaignie le roy, ne ne fit pas sanblant qu’il se vousist combattre ; mais aussi comme s’il voulsist fouyr, se haste d’aler cele part où il vit que la fuite apparoit estre plus sûre. Tantôt que li Espaignol virent ce, si cuidièrent que cil s’enfuissent, si crièrent « Il fuient ! il fuient ! » et s’esparpillièrent pour suir les. En tele manière se dessamblèrent que nos François se porent bien férir en euls. Charles li roys, tantost comme il vit ce, si se féri en eux à toute sa gent ; et Erars et li sien retournèrent arrière et se férirent en euls à grans cris.

« .....Jà soit ce que tous sans diférence féissent chose digne de mémoire, la haute chevalerie Guys de Montfort fu iluecques essauciée et esprouvée sur tous les autres ; car dès le commencement de la bataille il se féri comme foudre entre ses anemis ; et aussi comme li sengliers qui se forsenne entre les chiens, il féroit si grant cops de çà et de là qu’il trespassa tout l’estour et la tourbe de ses annemis ; et puis retourna parmi euls en abatant et en ociant quanque il ataignoit à plain coup, si que toute la terre estoit couverte de sanc partout où il passoit. Illuecques li avint une mervillieux aventure, que ces hiaumes li tourna ce devant derrière, si que à peine l’alainne ne li faloit, ne ne véoit goute ; mais il féroit à destres et à senestre ne savoit où, comme hors du sens. Quant Erars de Valeri le vit en tel point et en si grant péril, si ot pitié de son travail, et s’aprocha de li et le prit aux mains par le hyaume, si que il i retourna arrière à son droit ; et quant Guys senti qu’il fu pris par le hyaume, si haussa s’espée, que il cuida estre pris de ses anemis, et féri Erars un trop merveilleus coup, et eust tantost recouvré l’autre se il ne l’eût recongneu à la vois. »

Là se termine ce que Guillaume de Nangis rapporte d’Erard de Valeri, et il ne nous donne aucune notion sur le reste de son séjour en Italie, non plus que sur la cause et l’époque de son départ d’auprès de Charles d’Anjou. Il est probable cependant qu’il ne tarda pas à quitter ce prince, puisque nous voyons qu’il fut présent en 1268 à la promesse, dit l’Histoire généalogique de France, que Thibaut de Champagne fit à Baudouin, empereur de Constantinople, de l’aider à recouvrer son empire[28].

Tous les faits que nous venons de rapporter se retrouvent dans La branche aux royaux lignages de Guillaume Guiart, qui n’est autre chose pour cette époque que la chronique de Guillaume de Nangis rimée. Seulement, voici comment elle s’exprime à l’égard d’Erard de Valéri :

Arriva là le pas seri
Mesire Erart de Valéri,
Un haut baron courtois et sage
Et plain de si grant vaselage
Que son cors et ses fais looient
Tuit cil qui parler en ooient. etc.

Cette dernière opinion est encore confirmée par ce passage de la chronique de Cornélius Zantefliet, imprimée dans l’Amplissima collectio de dom Martenne : Illi (Conrardino) factus est obvius Carolus in loco qui vulgò dicitur Tagliacozo, ubi initâ pugnâ, magis Alardi senis arte, quam Francorum robore victor effectus est.

Un an plus tard (mars 1269) Erard reçoit de l’abbé et couvent de Pruly, ordre de Cîteaux, leur grange, dite la Vigne de Jean, qu’ils avaient, en décembre 1263, donnée sous certaines conditions à Jean son frère pour en jouir sa vie durant, ce qui nous fait conjecturer que ce dernier était mort à l’époque dont nous parlons. Enfin, cette même année 1269, Erard se croisa pour la troisième fois, et accompagna saint Louis dans sa deuxième expédition. Les lignes suivantes, imprimées en tête de l’histoire de Joinville, édition du Louvre, nous enseignent même à quelles conditions il était attaché au saint roi : « Cy sont les chevaliers qui doivent aler avec le roy sainct Loys oultre mer, et les convenances qui furent entre eulx et le roy l’an mil cc. lxix.

« Monseigneur de Valéry doit aler luy trentiesme de chevaliers, et luy doit le roy donner huit mille livres tournois, et doit avoir restor de chevaulx du roy, à la coustume le roy, et le passaige ; mais ils n’auront pas bouche à court, et demourront ung an luy et ses gens, lequel an commencera si tost comme ilz seront arrivez à terre sèche de la mer ; et s’il advenoit que par accord ou tourmant de mer, il convenist que l’en séjournast en ysle où le roy et li chevalier séjournassent, par quoi il y demourast mer derrière eulx, l’année commenceroit quand ilz seroient arrivez pour séjourner ; et si est à sçavoir que de ce qu’il donne à ses chevaliers, il leur doict payer la moictié de leurs dons là où l’année commence, et l’autre moictié quant la première moictié du demy-an sera passée. Et si est à sçavoir qu’il doit passer à chascun banneret deux chevaulx, et à chascun qui n’est pas banneret un cheval ; et ly chevaulx emporte le garson qui le garde ; et doit passer le banneret luy et six de chevaulx.

« Le connétable yra aussi, lui quinsième de chevaliers, ès mêmes conditions que le sires de Valéry ira. » Et plus loin : « Cy sont les chevaliers de l’ostel le roy pour la Voie de Tunes.

« Monsieur de Waléry, etc. »

J’ai cité ce fragment tout entier parce qu’il m’a semblé curieux comme renseignement sur les mœurs féodales, et qu’il montre très-bien quelles étaient les obligations respectives des seigneurs envers le roi et des chevaliers envers les seigneurs.

Il paraît qu’avant de partir pour la croisade Erard fit quelques dispositions testamentaires. Nous trouvons au Trésor des chartes, à la date de 1270, des lettres de lui intitulées Codicilli, et quelques autres de Pierre, sire de la Fauche, qui lui donne ce qu’il possède en différents endroits contre la somme de 100 livres qu’il devra lui rendre par chaque année. Dans ces différents actes Erard est appelé connétable de Champagne.

Au mois d’octobre 1271, après le retour de l’expédition, Erard assista à l’hommage que le roi Henri de Navarre, comte de Champagne, fit à l’évêque de Langres à Saint-Denis ; et, au mois de décembre de la même année, il est fait mention de lui, comme chambrier de France et connétable de Champagne, dans l’ordonnance que rendit le roi Philippe-le-Hardy pour la régence du royaume. Une autre ordonnance du même roi, datée du camp de Carthage, l’avait déjà donné pour conseil à son frère Pierre, qu’il désignait comme tuteur de ses enfants dans le cas où il viendrait à décéder avant que son fils aîné Louis (depuis Louis-le-Hutin) eût quatorze ans accomplis. (Voyez Trésor des chartes, carton 401.) Nous trouvons également au Trésor des chartes (carton 448) une bulle datée de la première année du pontificat de Grégoire X (1271), adressée à Erard de Valéry et à Gérard de Marbay, par laquelle il leur enjoint de bailler à l’archevêque de Corinthe viginti quinque millia marchorum de l’argent du roi, pour soutenir la guerre sainte. Le carton 727 du même dépôt nous offre aussi des lettres du mois de novembre 1275 par lesquelles Pierre, frère du roi, confirme, ainsi que sa femme, le don qu’Erard de Valéry fait à Pierre de la Brosse[29] de 100 livres de rente annuelle sur la taille de Chartres. Enfin nous trouvons encore au Trésor des chartes, carton 208, à la date du mois de décembre 1271, des lettres de Jean Dubois, chevalier, par lesquelles il s’oblige envers Erard de Valéry, chambrier de France, etc., qui s’était rendu pleige pour lui envers un Flamand, à Belleval, d’une somme de 2000 livres.

Nous avons également au même dépôt des lettres du prieur et du chapitre général de l’ordre du Val-des-Écoliers, par lesquelles ils déclarent Erard de Valéry, en considération du don qu’il leur a fait de son manoir dit la Grange de Ville-Chevan (plus de 200 livres tournois), participant de tous les biens qu’ils feront. Ils s’obligent en outre à célébrer tous les ans, en toutes leurs maisons, l’anniversaire du dit seigneur et de sa femme Marguerite. Ces lettres sont du mois de mai 1272.

En 1274 (mois de mars) Erard assiste au traité de mariage de Mathieu de Villebéon avec Isabelle, fille de Pierre de la Brosse, traité qui fut fait en présence du roi (Trésor des chartes, carton J. 728) ; et l’année suivante (octobre 1275) nous le voyons faire à l’abbaye du Jard, pour le remède de son âme et de ses amis, comme il s’exprime, un acte de donation. (Voyez, bibliothèque royale, le Cartulaire de l’abbaye du Jard, no 5482. Voyez également, pour divers actes qui concernent Erard indirectement, les cartons 208 et J. 729 du Trésor des chartes.)

En 1276 (carton 208 du Trésor des chartes) Erard, qui se sentait proche de sa fin, fit son testament, par lequel cet intrépide croisé destine une certaine somme au secours de la Terre-Sainte. Cet acte fut confirmé la même année, au mois d’août, à Lorris, par le Roi. Une reconnaissance d’Erard (Trésor des chartes) nous apprend qu’à cette même époque il devait à Pierre de Fontaines 140 livres.

Enfin à la date de 1277 (carton 208) nous trouvons des lettres d’Erard par lesquelles il donne pouvoir à Pierre Barbe, archevêque de Reims, et autres, d’éclaircir les doutes qui pourraient naître par suite de son testament. C’est le dernier acte que nous ayons de lui, et il est probable qu’il mourut peu de temps après. Toujours est-il certain qu’il cessa de vivre dans l’année, car nous voyons sa femme Marguerite vendre en son propre nom à Pierre de la Brosse (carton 730, Trésor des chartes) le manerium seu herbergamentum de Fenis, propè Graciarum in Bituriâ (1277). Dans un des actes relatifs à cette vente elle dit qu’elle tient ce domaine ex hæreditate suâ. Dans un autre, à la date de septembre 1277, elle dit expressément qu’elle cède à l’acquéreur de la terre de Feins tous les droits et toutes les franchises que Messires, ou tens qu’il vivoit, et ge, feismes. Mais un troisième acte, daté de novembre 1277, se montre encore plus explicite : c’est celui qui est coté sous le no 210, carton J. 730 du Trésor des chartes, par lequel Herinz de Varennes, chevalier, et madame Ysabeaus sa femme, fille de feu Guillaume de Nemox et cousine germaine de Marguerite de Valéry, acquittent cette même dame de 20 livres tournois de rente qu’ils possédaient sur la terre et le manoir de Feins, du don que celle-ci leur en avait fait conjointement avec noble homme monseigneur Érart, jadis seigneur de Valéri, et que la dicte dame après le décès dou dit monseigneur Érart de Valéri, jadis son seigneur, eust vendu à Pierre de la Broce, etc.

Voilà à peu près, avec un charmant récit écrit en italien et dont M. Paulin Paris nous a donné la traduction page 121 de son Romancero français, les seuls détails que nous ayons pu (encore en y employant beaucoup de soin et de patience) recueillir sur Erard de Valéry. J’ajouterai seulement que Gelibert de Berneville a nommé Erard dans une de ses chansons :

Chanson, va t’en à Courtrai droitement,
Car là dois-tu premièrement aller.
Ma dame di, de par son chanteor,
Se il lui plaist que te face chanter.
Quand t’aura ouye
Va sans arrester
Erar saluer
Qui Valeri crie.



----



NOTE H.

(Voyez page 47, note 1.)



Raymond VII, comte de Toulouse, étant mort en 1249, Alphonse, comte de Poitiers depuis 1241, et frère de saint Louis, lui succéda. Ce prince, qui avait épousé Jeanne, fille et héritière de Raymond, était alors à la croisade, et avait emmené avec lui la comtesse sa femme. La reine Blanche, en leur absence, fut donc obligée de veiller à leurs intérêts et de recueillir pour eux la succession de Raymond.

Alphonse, après avoir été fait prisonnier par les Turcs, le 5 avril de l’année 1250, en même temps que le roi, fut rendu à la liberté le 6 mai suivant et conduit à Damiette, où la comtesse témoigna la plus grande joie de son retour. Vers la fin de juin de la même année tous deux obtinrent de saint Louis, qui se décida, lui, à rester en Terre-Sainte, la permission de revenir en France, et ils s’embarquèrent à Acre avec Charles d’Anjou et sa femme. En 1251 le comte de Toulouse fit au mois de mai son entrée solennelle dans sa capitale, et y reçut le serment de fidélité des habitants ; serment qui avait déjà été prêté entre les mains des capitouls à Alphonse et à Jeanne sa femme, absents pour le service de Jésus-Christ ; ainsi du moins s’exprimèrent les habitants d’Agen.

Après avoir parcouru les terres de leurs domaines, le comte et la comtesse de Toulouse revinrent en France et s’y fixèrent. Leur séjour habituel fut le château de Vincennes, probablement à cause de la proximité où il se trouvait du siège principal du gouvernement. En 1252 Alphonse, se voyant en grand danger par une attaque d’apoplexie, fit vœu de retourner en Terre-Sainte s’il guérissait, et prit la croix ; mais ce voyage, retardé par des obstacles sans cesse renaissants, ne fut entrepris qu’un 1270, lorsque saint Louis exécuta sa seconde expédition. À cette époque le comte et la comtesse se rendirent vers la fin de mai en Provence, où ils firent tous deux leur testament, s’embarquèrent à Aigues-Mortes, joignirent saint Louis au port de Cagliari en Sardaigne, où sa flotte s’était arrêtée, et débarquèrent devant Tunis le 17 juillet.

Après la mort de saint Louis, qui arriva le 25 août, l’expédition étant manquée, Alphonse et sa femme firent voile des côtes d’Afrique vers la Sicile, où ils passèrent l’hiver et une partie du printemps. Ils allèrent de là en Italie et continuèrent leur route par terre. Tous deux, ayant été attaqués d’une violente maladie au château de Corneto, sur les confins de la Toscane et des états de Gênes, se firent transporter à Savone. Alphonse y mourut le vendredi 21 août 1271, âgé de 51 ans, sans laisser de postérité. Jeanne, sa femme, mourut le mardi suivant.

Leurs corps furent portés, savoir : celui d’Alphonse dans l’église de Saint-Denis, où il avait choisi sa sépulture, et celui de Jeanne dans l’abbaye de Gerci en Brie, qu’elle avait fondée en 1269. Philippe-le-Hardy recueillit toute leur succession, malgré l’opposition de Philippe de Lomagne, héritière de Jeanne, et celle de Charles d’Anjou, qui réclamait aussi comme étant le plus proche héritier d’Alphonse, dont il se trouvait l’oncle, tandis que le roi n’était que son neveu. Le comté de Toulouse ne fut cependant réuni à la couronne qu’en 1361, et jusqu’à cette époque Philippe et ses successeurs le gouvernèrent comme comtes particuliers de Toulouse et non comme rois de France. Mais il est bon de faire observer que, par suite des contestations qui s’élevèrent relativement à la succession du comte de Toulouse, les apanages commencèrent à s’introduire en France ; car l’arrêt du parlement qui débouta Charles d’Anjou de sa demande se fonda sur ce principe que, toutes les fois que le roi faisait don à ses puînés de quelque héritage et que le donataire ou apanagiste mourait sans héritiers, l’héritage retournait au donateur ou à son héritier, sans que le frère de l’apanagiste y pût rien prétendre.



----



NOTE I.

(Voyez page 61, note 1.)



Chevalier, que faites vos ci ?
Cuens de Blois, sire de Couci,
Cuens de Saint-Pol, fiz au boen Hue,
Bien aveiz avant les cors ci, etc.

Le comte de Blois dont il est question ici est Jean, fils de Hugues de Châtillon et de Marie de Blois. Il épousa en 1253, et non en 1254 comme on l’a écrit, Alix, dite aussi Alpais, fille de Jean ier, duc de Bretagne, qui lui apporta en dot les terres de Pontarci et de Brie-Comte-Robert. En 1268 il succéda dans le comté de Chartres à sa cousine Mahaut, petite-fille, par Elisabeth sa mère, de Thibaut-le-Bon, et fut nommé en 1271 par Philippe-le-Hardy tuteur, défenseur et garde du royaume et des enfants du roi, au cas où le duc d’Alençon viendrait à mourir. Il fonda la même année à Blois le couvent des Dominicains, et, l’an 1273, l’abbaye des Cordelières de la Guiche, où il fut enterré peu de temps après sa mort, arrivée le 28 juin 1279.

Quant au sire de Couci dont parle Rutebeuf, c’est Enguerrand IV, qui succéda en 1250 à son frère Raoul II (fils d’Enguerrand III), tué au combat de la Massoure après avoir exécuté des prodiges de valeur pour soutenir et sauver Robert d’Artois, frère de saint Louis.

Enguerrand IV, à ce qu’il paraît, était fort enclin à la cruauté, car l’histoire nous a transmis de lui deux traits horribles. Le premier, c’est d’avoir fait pendre, sous prétexte de délit de chasse, trois gentilshommes flamands trouvés sans chiens, mais avec un arc et des flèches, dans sa forêt de Couci ; le second, d’avoir fait assassiner par ses gens deux domestiques de l’abbaye de Saint-Nicolas-aux-Bois, où les trois gentilshommes flamands avaient été placés par leurs parents pour apprendre le français, et qui avaient témoigné contre lui dans le procès qui fut la suite de la première affaire. Enguerrand fut condamné, pour le meurtre des gentilshommes, à payer 12, 000 livres parisis, qui furent employées, dit Joinville, à faire la Maison-Dieu de Pontoise, les escoles et le dortouer aux Frères-Prescheurs de Paris, et tout le moustier entièrement aux Frères-Mineurs. (Voyez aussi, pour tous ces faits, la Vie de saint Louis par le confesseur de la reine Marguerite, édition du Louvre, page 379). Il se tira de son second meurtre au moven d’une cession de bois faite à l’abbé de Saint-Nicolas, réparation bien étrange, qui, pas plus que celle qu’on avait exigée pour les gentilshommes flamands, ne rendit la vie aux victimes.

Enguerrand IV mourut en 1311 après un second mariage dont il n’eut point de postérité, et fut enterré à Long-Pont.

Gui, fils de Hue, comte de Saint-Pol, succéda à son père en vertu d’un testament fait par ce dernier en 1246, qui portait : « Guioz mes fiz aura la comté de Saint-Pol et la terre d’Encre, et toute ma terre qui est entre la rivière de Somme et la mer. » Il épousa Mahaut de Brabant, veuve de Robert de France, comte d’Artois, tué en 1250 à la Massoure, et fonda en 1265, de concert avec elle, un riche hôpital à Saint-Pol. En 1270 il fit le voyage d’outre-mer avec le roi, ayant à sa suite trente chevaliers pour lesquels saint-Louis lui donna 12, 000 livres ; en 1276 il fut de l’expédition du roi Philippe-le-Hardy en Aragon ; en 1288 il marcha au secours de Jean ier, duc de Brabant, neveu de sa femme, contre Renaud, comte de Gueldres. Il commanda l’armée de ce prince à la bataille de Voëringen donnée le 5 juin de cette année, et remporta la victoire. Il mourut le 12 mai 1289, et fut enterré à l’abbaye de Cercamp avec sa femme.

Son père Hugues avait accompagné saint Louis en 1241 dans son expédition contre les comtes de la Marche. Joinville, en parlant de lui, l’appelle, comme Rutebeuf le boen Hugues. Il dit en effet, à propos du grand festin que le roi donna en passant à Saumur : « Et si servoit à la Royne le comte de Bouloigne… et le boen comte de Saint-Paul. »

Ce prince fut en 1247 l’un des chefs de la ligue de la noblesse. Il se disposait à accompagner Louis IX à la croisade, et Mathieu Paris dit de son corps de troupes qu’il n’en parut pas de plus noble en toute l’armée française, lorsqu’il mourut subitement le 9 avril 1248.


NOTE J.

(Voyez page 64, note 1.)



La baronnie de Sergines, située dans l’ancienne province de Champagne (elle forme aujourd’hui un fort village du département de l’Yonne), relevait de l’archevêque de Sens, et était possédée de temps immémorial par des seigneurs à qui elle a offert son nom. Aucun dictionnaire historique ne nous donne le moindre détail sur ceux de ces personnages qui avaient précédé le 14e siècle ; et pourtant l’un d’eux, Geoffroy, dont il est ici question, avait joué un rôle important dans l’histoire des croisades.

Grâce aux Mémoires de Joinville, aux continuateurs de Guillaume de Nangis, et à quelques recherches que nous avons exécutées au Trésor des chartes, nous avons réuni différents détails propres à donner une idée de la valeur et du renom de ce chevalier.

Je commencerai d’abord par avouer que j’ignore à quelle époque naquit Geoffroy de Sergines ; je ne sais pas non plus quel fut le prénom de son père, ni de quelle famille venait sa mère. Tout ce que je puis dire, c’est qu’avant de partir avec saint Louis pour la première croisade, où il fut, comme on le verra, de la plus grande utilité, il jouissait déjà d’une grande considération. Le tome II d’un manuscrit du fonds Berthereau, no 9, bibliothèque royale, contenant une continuation inédite de Guillaume de Tyr, nous apprend que Geoffroy de Sergines fut un des premiers qui abordèrent en Terre-Sainte. Voici comment s’exprime ce manuscrit, qui serait très-précieux pour beaucoup de détails si nous n’avions pas la relation de Joinville, et qui en tout cas donne ceux-ci, que l’ouvrage du sénéchal ne contient pas : « Li Roys entra en une coche de Normandie, et fist entrer en la barge de Gautier (grande barque qui portait trois voiles et une ancre), monseigneur Jehans de Biaumont, Mathieu de Marli et Gofroi de Sargines, et fist metre le confanon monseigneur saint Denis avec eulx. Cele barge aloit devant, et tout li autre vaissel allèrent après et suivent le confanon. »

À peine Joinville a-t-il commencé le récit de ce qui se passa en Terre-Sainte que nous rencontrons sous sa plume le nom de Geoffroy de Sergines : « Un pou après, dit-il, ce que nous eussions pris Damiette, vindrent devant l’ost toute la chevalerie au soudanc, et assistrent nostre ost par devers la terre. Le Roy et toute la chevalerie s’armèrent. Je tout armé alai parler au Roy, et le trouvé tout armé séant sus une forme (c’était une chaise qui avait des bras et un dossier), et des preudommes chevaliers qui estoient de sa bataille avec li touz armez. Je li requis que je et ma gent alissiens jusques hors de l’ost, etc… Les preudes hommes chevaliers qui estoient avec le Roy vous ai-je ramentu pour ce qu’il y en avoit avoec li huit, touz bons chevaliers, qui avoient eu pris d’armes desà mer et delà, et tiex chevaliers soloit l’en apeler bons chevaliers. Le non de ceulx qui estoient chevaliers entour le Roy sont tiex : monseigneur Geffroy de Sargines, monseigneur Mahi de Marley (Mathieu de Marli), monseigneur Phelippe de Nantuel, monseigneur Ymbert de Beaujeu, connestable de France, qui n’estoit pas là, etc. »

Il ressort donc clairement des paroles de Joinville que Geoffroy de Sergines s’était distingué avant l’expédition de Terre-Sainte. Mais où ? Était-ce à Taillebourg ? était-ce dans les luttes déplorables qui eurent lieu lors de la régence entre les seigneurs et la reine Blanche ? Rien ne vient nous donner quelque lumière à ce sujet. Joinville du reste, comme Rutebeuf, ne parle jamais de Geoffroy qu’avec éloge, et accole toujours à son nom de flatteuses épithètes. Ainsi, par exemple, lorsqu’il le désigne comme un de ceux qui assistèrent au conseil tenu après que le roi eut ordonné le départ de ses frères, il le nomme monseigneur Geffroy de Sergines, le bon chevalier et le preudomme ; plus loin il répète encore le premier de ces termes lorsqu’il raconte que, les Sarrasins voulant qu’on leur donnât la personne méme du roi comme sûreté de la ville de Damiette qu’on devait leur rendre en échange de Jérusalem, Geoffroy de Sergines s’écria que il aimeroit miex que tles Sarrazins les eussent touz mors et pris, que ce que il leur féust reprouvé (reproché) que il eussent lessié le Roy en gage.

Mais ce qui marque mieux que tout ce que je pourrais dire la valeur de Geoffroy de Sergines, c’est le fait suivant, que Joinville tenait de la bouche même du roi, et qu’il raconte avec un charme particulier : « Or vous dirai, dit le chroniqueur, comment le Roy fut pris, ainsi comme il méismes le me conta : il me dit que il avoit lessié la séue bataille, et s’estoit mis entre li et monseigneur Geffroy de Sergines (c’est-à-dire lui et Geoffroy) en la bataille monseigneur Gautier de Chasteillon, qui fesoit l’arrière-garde ; et me conta le Roy que il estoit monté sur un petit roncin, une houce de soye vestue, et dit que darière li ne demoura de touz chevaliers ne de tout serjanz, que monseigneur Geffroy de Sergines, lequel emmena le Roy jusques à Quazel, là où le Roy fut pris, en tel manière que le Roy me conta que monseigneur Geffroy de Sergines le deffendit des Sarrazins ausi comme le bon valet deffent le hanap de son seigneur des mouches ; car toutes les foiz que les Sarrazins approchoient il prenoit son espée que il avoit mis entre li et l’arçon de sa selle, et le mettoit desous s’essèle, et leur recouroit sus et les chassoit en sus le Roy. Et ensi mena le Roy jusques à Kasel et le descendirent en une meson, et le couchièrent ou giron d’une bourjoise de Paris aussi comme tout mort, et cuidoient que il ne deust jà veoir le soir. »

Nous retrouvons encore Geoffroy de Sergines à plusieurs reprises dans le récit de Joinville. Ainsi ce fut lui qui alla au beau soleil levant faire rendre, selon les conventions, Damiette aus amiraus du soudanc. Nous le voyons également, lors de la délivrance du roi, mettre en même temps que ce prince le pied sur le bâtiment génois qui le recueillit, et plus tard, à l’attaque de Bélinas, se porter avec Louis IX entre la ville et le château.

Là s’arrête ce que Joinville nous apprend sur Geoffroy de Sergines. Il est fâcheux que le bon sénéchal ait fait en quelque sorte de sa chronique une chose toute personnelle, et ne soit pas entré dans des détails plus étendus, non-seulement sur Geoffroy, mais encore sur les actions des autres bons chevaliers.

Heureusement les Annales de saint Louis par Guillaume de Nangis et les continuateurs de Guillaume de Tyr nous apprennent encore plusieurs circonstances. Voici d’abord ce que disent les premières, page 225, édition du Louvre : « Ou temps que li bon Roys demouroit à Sayète, vindrent messages et lettres au Roy, qui disoient que puisque sa très chière mère la royne Blanche fu morte et trespassés de cest siècle, grant péril apparut et povoit apparoir au royaume de France par devers Engleterre et devers Alemaigne, se il ne retournoit en France prochainement. Quant li Roys entendi ce, si prit conseil à ses barons et aus prélas qui estoient avoecques lui, si que il s’acordèrent et donnèrent conseil au Roy, que il retournât en France. Au conseil se consenti li Roys, et laissa avec le cardinal grant plenté de chevaliers à ses propres despens pour le secours de la Terre-Sainte. Il establi en le cité d’Acre un sien preu chevalier, et hardi aux armes, en son lieu, que on appeloit Gefroy de Sergines, et comanda que tout li obéissent comme à seigneur. Li quels Gefroy se contint moult loyalment et moult sagement jusques à tant que il trespassa de cest siècle. »

La continuation de Guillaume de Tyr confirme ce fait de la manière suivante (voyez page 635, B. Collection des anciens écrivains, par dom Martenne) : « Après le jor de saint Marc, mut le Roi et la Roïne d’Acre, et sa gent por aler outre-mer, et laissa à monseignor Gieffroi de Sergines, séneschal du roiaume, .c. chevaliers por le roiaume de Surie garder. »

Le même recueil nous apprend qu’en 1259, après la mort de Johan d’Hibélin, sire d’Arsur et baillis du roiaume de Jérusalem, son successeur fut Geoffroy de Sergines, qui tint mult grant justice et fist pendre mult de larrons et de murdier.

Devenu bailli du royaume de Jérusalem, Geoffroy de Sergines non-seulement y établit une excellente administration et y fit sévèrement régner les lois, mais encore ne laissa aucune trêve ni repos aux infidèles, qu’il battit souvent. Son courage ne put cependant le soustraire à quelques revers partiels. Ainsi, par exemple, nous trouvons ce qui suit dans la continuation de Guillaume de Tyr : « A m. cc. lxiii, Bondocdar, qui avoit occis le soudan de Babylone et s’estoit fait soudan d’Égypte, vint devant Acre le xive jour d’avril, et le xive jor d’avril corurent jusques as portes d’Acre, dont la cité fu en grant péril, et i fu navré (blessé) li baillis, misires Giefroi de Sergines, et mult d’autres chevaliers et serjans, dont plusors en morurent. »

En 1266, malgré le secours d’Erard de Valéri, d’Erard de Nanteuil, de Hugues de Lusignan, bailli de Chypre, qui vinrent à Acre au mois d’août à bele compaignie de gens d’armes, les chrétiens éprouvèrent de grandes pertes dans une course qu’ils entreprirent vers Tabarie. Les Hospitaliers, les Allemands et la compagnie des chevaliers de Geoffroy de Sergines furent surtout maltraités, grâce à l’avidité de l’avant-garde, qui, por convoitise du gaaing, estoit bien .iij. liues loing des autres, et qui se fit battre par les Turcs du Saphet embuschiés au Carroublier, près du plain d’Acre. Il paraît qu’il périt dans cette rencontre environ cinq cents hommes, perte immense pour des troupes qui ne pouvaient se recruter que difficilement. Bondocdar fit de nouveau en 1267 éprouver aux chrétiens une défaite semblable.

On conçoit jusqu’à quel point de pareils revers durent mettre en péril les colonies chrétiennes. Aussi Geoffroy de Sergines réclamait-il sans cesse des secours auprès du pape. Le souverain pontife ne trompa pas son espérance : il fit tout ce qu’il put auprès des princes pour les décider à envoyer en Terre-Sainte des hommes ou de l’argent ; mais les temps de ferveur étaient passés : il n’obtint pas beaucoup de succès. Ce n’est cependant point faute d’éloquence et de pathétique, car nous voyons que les vingt lettres de Clément IV, écrites de 1265 à 1268 au cardinal Simon, et qu’a rapportées dom Martenne, présentent les tableaux les plus lugubres de l’état de la Terre-Sainte. Le secours dont les possessions d’outre-mer avaient besoin était, à ce qu’il paraît, si pressant que le pape fit donner lui-même de l’argent à des seigneurs pour faciliter leur passage, entre autres à Odon de Corpelay, auquel il chargea le doyen de Paris de remettre 100 livres tournois. En même temps Clément écrivait à Geoffroy de Sergines, aux maîtres du Temple et de l’Hôpital, pour les encourager à la patience. Dans une de ces lettres il dit que ses oreilles ne sont point sourdes ni ses entrailles de fer pour n’être point touchées de leurs plaintes ; que plusieurs princes dorment encore et dormiront, mais que du moins ils convertissent leur dévotion en quête, et demandent des subsides, qu’il enverra outre-mer, etc., etc.

Enfin le Trésor des chartes nous fournit la reconnaissance suivante de Geoffroy de Sergines pour une somme de 2000 livres dont il avait grand besoin, et qu’il emprunta au nom du roi (voyez l’original, carton J., 473, ou l’extrait, t. VI de l’inventaire, no 23) :

« Sachent tuit cil qui cez présentes letres verront et orront, que nos Joffroy de Sargines, chevaliers, avons receu de monseignor Loeys, par la grâce de Dieu roy de France, quatre paires de letres sayelées de son seyau de cire pendant, dont il conteneit en l’une de cez letres l’enprunt de treiz cenz livres de torneiz, et en la seconde l’enprunt de quatre cenz livres, et en la tierce l’enprunt de six cens livres, et en la quarte l’enprunt de set cens livres, de quoi nos avons receu sur celes letres l’emprunt de deus mille livres de torneiz ; ce est assaveir de Bencheveigne Johan et de Bonfilz Contedin, marchaanz de Sene, de la compaignie de Rolant de Bonseignor, lesques deus mille livres de torneiz nos vindrent à mult grant besoing, com ciaus qui nos esteient mult grant mestier, lesques nos avons departi à nos genz. Et encore monseignor le patriarche de Jérusalem et léguaz de l’apostolial siege et mesire Erart de Valéry et mei avons receu de monseignor le roy de France autres quatre paires de letres sayelées de son seyau de cire pendant ; dont il conteneit en l’une de cez letres l’enprunt de treiz cenz livres de torneiz, et en la seconde l’enprunt de sis cenz livres, et en la tierce l’enprunt de set cenz livres, et en la quarte l’enprunt de huit cenz livres de torneiz que les devant diz monseignor le patriarche et mesire Erart de Valery, et mei avons receuz por les chevaliers pélerins retenir en la Terre-Sainte ; les ques deus mille et quatre cenz livres de torneiz nos avons receus des devant diz marchaanz, por faire et acomplir le commandement de monseignor le roy de France ; por quoi nos prions et supplions la soe seignorie que il, à Hugue Jaque, ou à Rostorjointe, ou à Jaque Gille, ou à aucun autre de la dite compaignie, qui li presentera les letres devant dites, en le transcriz d’eles, qui soient sayelées dou seyau de monseignor le patriarche et des maistres dou Temple et de l’Ospital, et de mesire Erart de Valery, et de mei, veuille faire délivrer mon seignor le roy de France la devant dite quantité ; ce est assaveir les quatre mille et quatre cenz livres de torneiz devant diz ; et en guarantie de ce nos avons sayelées ces presenz letres de nostre seyau de cire pendant. Ce fu fait à Acre, en l’an de l’incarnation nostre seignor Jhésu-Christ m. et .cc. et lxvii. le derein jor dou mois de juing. »

Cette lettre, que nous avons rapportée, d’abord parce qu’elle est inédite, ensuite parce qu’elle forme, comme tous les textes de cette époque, un document philologique, est scellée d’un sceau en cire verte dont la moitié est rompue. Autour de ce qui reste, on lit : S. † S. Gaufridus. Le milieu est occupé par la figure d’un bouclier.

Geoffroy de Sergines mourut en 1269, selon les continuateurs de Guillaume de Tyr, qui nous apprennent sa mort en ces termes : « A {rom|mcclxix|1269}} fu un grant crole en Hermenie qui fondi un chastiaus et trois abbaïes d’Ermins et bien xii casiaus, et morut Giefroi de Sargines à xi jors d’avril. »

Là se termine ce que nous avons pu recueillir sur lui et sur ses hauts faits. Quant à la baronnie de Sergines, d’Expilly nous apprend qu’en 1299 elle appartenait à Gilles de Sergines, comme on le voit dans les lettres patentes de cette même année, par lesquelles le roi Philippe-le-Bel, et Jeanne, reine de France, accordent au dit Gilles de Sergines, échanson de la reine, et à ses successeurs, tous les hommes et femmes de condition servile que leurs majestés avaient au dit lieu de Sergines. Jean de Sergines rendit foi et hommage de sa terre ou seigneurie de Sergines à l’archevêque de Sens, avec quelques-uns de ses arrière-fiefs mouvants de sa seigneurie, la veille de N.-D., au mois de mars 1339. Jeanne, dame et baronne de Sergines, sa petite-fille, épousa Jean de Hernery, écuyer, qui, en 1441 et 1449, rendit foi et hommage à Louis de Melun, archevêque de Sens. Gilles de Hernery, petit-fils de Jean, renouvela cet acte par son tuteur, Charles de Brichantel, en 1468.

En 1598 la baronnie de Sergines, démembrée par plusieurs aliénations, fut vendue à Antoine Olivier, seigneur de Champagne, par Catherine de Villiers, qui en était baronne. Vers la fin du 18e siècle elle était possédée par Denis Auguste, comte du Rouvre, colonel du régiment Dauphin. Aujourd’hui il n’en existe plus rien ; mais la petite ville de Sergines compte près 1500 habitants.



----


NOTE K.

(Voyez page 71, note 1.)


En l’année 1229, sous la minorité de saint Louis et la régence de la reine Blanche, l’Université, n’ayant pu obtenir justice du meurtre de plusieurs écoliers qui avaient été tués par des soldats, ferma ses classes, aux termes d’une constitution de Grégoire IX qui semblait l’y autoriser, et interrompit ses enseignements. Les professeurs se retirèrent, les uns à Reims, les autres à Angers, quelques-uns à Orléans ; mais durant leur absence les Dominicains, qui jusqu’alors n’avaient point pris de degrés, s’adressèrent à l’évêque de Paris pour se faire recevoir docteurs, et obtinrent une chaire de théologie. Bientôt après ils firent plus : lorsque l’Université rouvrit ses écoles, non-seulement ils se maintinrent dans la possession de leur chaire, mais ils en érigèrent une seconde, et donnèrent, malgré le chancelier de l’Université, des leçons publiques. Les docteurs séculiers, craignant alors que tous les ordres religieux ne voulussent comme les Dominicains élever deux chaires, et que par suite l’Université ne souffrît de grands dommages, rendirent un décret portant qu’à l’avenir aucun ordre de réguliers n’obtiendrait deux chaires publiques ou solennelles.

Ce décret n’empêchait pas les Dominicains ou Jacobins et les autres ordres d’enseigner la théologie parmi leurs frères ; il leur interdisait seulement de donner publiquement des leçons aux laïcs. Les religieux ne voulurent point le reconnaître.

En 1250, l’Université ayant de nouveau ordonné la cessation de ses leçons parce qu’on ne voulait pas lui rendre justice de quelques nouvelles violences exercées sur des écoliers, les Dominicains répondirent qu’ils n’obéiraient jamais à ce décret, à moins qu’on ne leur concédât authentiquement et à perpétuité deux chaires de théologie. L’Université se contenta pour le moment de déclarer cette proposition insolite et inadmissible ; mais deux mois plus tard, lorsqu’elle eut obtenu réparation, elle déclara, afin de prévenir de semblables discordes, qui n’étaient propres qu’à affaiblir son pouvoir en neutralisant l’effet des mesures qu’elle pouvait prendre, que désormais personne ne serait admis au nombre des maîtres sans avoir auparavant juré d’observer les statuts universitaires. Là-dessus nouvelle protestation des Dominicains, bien qu’on eût adjoint à la formule du serment, dans le but de prévenir toute objection, cette clause expresse : « Pourvu qu’à mon égard, à moi qui professe la règle des Frères-Prêcheurs, les dits statuts ne soient ni illicites, ni déshonnêtes, ni contraires au salut des âmes, ni opposés au droit divin et humain ou même à l’utilité publique, ni dangereux pour l’Église. »

L’Université, poussée à bout, les retrancha de son corps, et ceux-ci l’accusèrent devant le comte de Poitiers, qui en l’absence du roi gouvernait le royaume avec la reine Blanche, d’avoir rendu des édits contre Dieu et l’Église, et machiné des conspirations contre l’honneur du roi et ses intérêts. Innocent IV vint aussi se mêler de la querelle, et lança contre les séculiers une bulle de suspension, que leurs adversaires s’empressèrent de publier en chaire dans les églises paroissiales. Pour répondre à cet acte d’hostilité, l’Université fit lire à son tour dans les écoles par ses appariteurs et ses bedeaux le décret qui séparait les Dominicains de la société académique. Ici vient se placer une scène burlesque où la dignité des deux corps semble également compromise. Tandis qu’un des bedeaux universitaires remplissait son devoir dans le propre collége des Dominicains, ce qui pourrait passer pour une espèce de provocation, à moins que la lecture du décret dans les établissements des Frères ne fût regardée comme une formalité nécessaire, comme une espèce de signification à partie, plusieurs religieux se ruèrent sur lui avec de grands cris, lui arrachèrent des mains l’acte qu’il tenait, le déchirèrent, et repoussèrent violemment ses compagnons. Cette agression, peu conforme à la charité et à la patience évangélique, n’effraya pas le recteur de l’académie. Ce dignitaire prit avec lui trois maîtres ès-arts, et, entrant dans le collége des Frères, essaya d’y lire le décret : ceux-ci l’accueillirent par des injures, et, prétendant qu’il avait des armes sous sa robe, menacèrent de le frapper. Le recteur se dépouilla alors de son vêtement pour montrer que les soupçons étaient faux, et sortit au milieu des cris et des railleries.

Il y eut encore de part et d’autre différentes démarches que je passe sous silence. Je dirai seulement que, sur la fin de sa vie, le pape Innocent IV sembla vouloir mettre dans sa conduite quelque impartialité ; mais Alexandre IV, son successeur, favorisa hautement les Dominicains[30], et rendit le 14 avril 1255 une bulle par laquelle il accordait à tous les religieux le droit d’ouvrir des chaires.

Cependant Guillaume de Saint-Amour ne restait pas oisif : à chaque nouvelle attaque des Frères contre l’Université il répondait par des écrits pleins de verve et d’énergie. Les Dominicains s’en prirent alors à lui personnellement, et l’accusèrent comme calomniateur devant l’évêque de Mâcon. Guillaume étant sorti triomphant de cette épreuve, les Frères le poursuivirent devant le nonce apostolique, qui le renvoya à l’évêque de Paris comme ayant composé d’abord, puis lu publiquement un livre dirigé contre le souverain pontife. L’intrépide docteur, loin de reculer, pria qu’on le mît en jugement, et demanda que tous ceux qui le voudraient pussent s’avancer pour l’accuser. Personne ne s’étant présenté, l’évêque de Paris fut bien obligé de le déclarer innocent.

Ces diverses péripéties ne firent qu’aigrir réciproquement les adversaires sans en avancer aucun. Les académiciens se plaignirent des Dominicains, ceux-ci firent excommunier les académiciens ; et le trouble éclata plus fort que jamais dans l’Université de Paris.

Ennuyés de tout ce tracas, qui leur ôtait le calme et la liberté d’esprit nécessaires aux études, les professeurs de l’Université écrivirent à Rome contre les Frères, et terminèrent leurs lettres par la protestation qu’ils transporteraient plutôt les écoles dans un autre royaume que de supporter le joug des religieux. De leur côté ceux-ci firent présenter à saint Louis une liste d’erreurs qu’ils attribuaient à Guillaume de Saint-Amour. Voici la traduction de ce que ce dernier, dans ses Réponses aux Objections, raconte lui-même qu’il y répondit : « Ayant, dit-il, reçu d’un homme de bien dont j’ignore le nom une cédule présentée au Roi, dans laquelle étaient contenues des erreurs qu’on m’attribuait, je voulus le dimanche suivant, dans l’église des Innocents, me purger de ces accusations ; et, lorsque j’eus appris par des gens dignes de foi que des religieux lettrés étaient préparés à combattre mes paroles, je fis apporter dans l’église mes livres de théologie pour ma défense, et, le sermon fini, je fis lire par un maître les articles de la cédule, et je prouvai aux clercs et laïcs présents, lesquels, durant toute l’année, avaient écouté nos sermons faits pour le peuple, que je n’avais pas prononcé les erreurs qu’on me reprochait. Je dis aussi que n’ayant ni mitre, ni anneau, ni autorité qui pût forcer d’ajouter foi à mes paroles, j’avais apporté les livres de la sainte Écriture pour prouver la vérité de ce que j’avais dit et prêché touchant les Périls des derniers temps ; mais, par la grâce de Dieu, personne ne s’éleva contre moi. »

Les Dominicains, vaincus ainsi publiquement, eurent en secret recours à Rome, et saint Louis essaya, avec quelques évêques qui tenaient alors à Paris un concile provincial, de rapprocher les deux partis. Malheureusement de nouveaux ferments de discorde, causés par l’apparition du livre des Périls des derniers temps, ne tardèrent pas à s’élever.

On a considéré jusqu’ici cet ouvrage comme étant l’œuvre de Guillaume de Saint-Amour seul : c’est une opinion inexacte. Voici comment lui-même explique qu’il n’en fut que l’un des collaborateurs : « Les prélats de France, sollicités de préserver l’Église gallicane, qui leur était confiée, des périls des derniers temps, qui doivent arriver par les prédicateurs fourbes et pénétrants dans les maisons, ayant chargé les maîtres parisiens de recueillir et de traduire dans leurs écrits les passages de la divine Écriture et des canons qui parlaient de ces choses, plusieurs maîtres et moi, après avoir réuni toutes ces autorités, nous les avons placées en un volume sous certains titres. »

Les Dominicains répondirent à cette diatribe en vantant autant que possible le livre de l’Évangile éternel, attribué à Jean de Parme, et tiré en partie des œuvres d’un certain abbé Joachim condamné par le pape Grégoire. Ils firent mieux : en 1256 ils obtinrent des bulles d’Alexandre IV qui menaçaient les académiciens récalcitrants de l’excommunication après avoir été avertis, et même, si opus fuerit, auxilio brachii secularis. Comme on voit, les choses s’envenimaient, et des paroles on voulait passer aux faits[31].

Cependant la querelle sembla un moment sur le point de s’apaiser : les Dominicains jurèrent la paix et les partisans de l’Université se calmèrent ; mais le pape ne permit pas qu’une réconciliation s’opérât. En effet, il lança une bulle dans laquelle il déclare que, regardant la paix jurée par les religieux comme blâmable, et afin que la révolte des universitaires ne soit pas une occasion de schismes à l’avenir, il prive Guillaume de Saint-Amour et Eudes de Douai, docteurs en théologie, ainsi que les maîtres Nicolas de Bar-sur-Aube, et Chrétien, chanoine de Beauvais, en leur qualité de principaux excitateurs de cette rébellion, de toutes leurs dignités et leurs bénéfices, ainsi que de leurs charges de maîtres. Il défend en outre que personne les aille entendre, sous peine de semblable punition, et ordonne (le mot y est) qu’ils soient bannis du royaume de France.

Ces bulles, comme on le pense bien, enflammèrent les esprits, et les Frères accusèrent de nouveau Guillaume de prêcher des choses contraires aux bonnes mœurs. Le roi lui-même attaqua les académiciens, et fit déférer à Rome le livre des Périls. Ceux-ci prirent alors une résolution hardie : au lieu de céder à l’orage, ils choisirent Guillaume de Saint-Amour et ses compagnons de condamnation, auxquels ils ajoutèrent Jean de Gastodelle, recteur anglais de l’Université, et maître Belin Framin, régent ès-arts, pour aller à Rome auprès du pape, non-seulement détruire les calomnies lancées contre l’Université, mais encore démontrer que le livre de l’Évangile éternel était impie, sacrilége et dangereux. On fit immédiatement des quêtes pour subvenir aux frais de cette mission[32], et au mois d’octobre les envoyés se mirent en chemin[33] ; mais les religieux, qui avaient l’avantage de marcher sous une direction unique, avaient été plus prompts, et, tandis que Guillaume et ses compagnons étaient en route, ils firent soumettre le livre des Périls au jugement de quatre cardinaux, qui le condamnèrent, le firent déclarer par le pape inique, scélérat et exécrable[34], et le firent brûler dans l’église d’Agnani.

Cet acte intimida quelques-uns des envoyés de l’Université. Comme ils entraient alors en Italie, ils craignirent peut-être, quoique ce ne fût pas encore l’habitude, laquelle ne prit faveur que plus tard[35], qu’on les traitât comme le livre qu’ils venaient défendre, c’est-à-dire qu’on les livrât au feu, et ils firent leur soumission[36] ; mais Guillaume redoubla de courage et de fermeté. Arrivé à Rome, il demanda jour pour se défendre, et repoussa les accusations dirigées contre lui avec tant d’énergie que les mêmes cardinaux qui avaient condamné le livre des Périls ne purent s’empêcher d’en absoudre l’auteur principal.

Après avoir séjourné quelque temps à Rome, Guillaume de Saint-Amour, qui était malade, prit congé du pape et se disposa à revenir à Paris ; mais, par une de ces manœuvres familières à la cour de Rome, on condamna absent celui que présent l’on avait absous. En arrivant à la frontière, l’intrépide soutien de l’Université trouva donc une bulle d’Alexandre IV qui lui interdisait l’entrée du royaume de France, « à moins, disait-elle, que le pape ne lui en donnât lui-même la permission. » Par une autre bulle le pape chargea saint Louis de faire exécuter cette condamnation, et le pieux monarque eut la faiblesse d’y consentir. C’est contre cette circonstance que Rutebeuf s’élève avec tant de force, et non sans raison, dans le début de sa complainte et dans La bataille des vices[37].

Guillaume se retira alors dans sa ville natale de Saint-Amour en Franche-Comté, province qui ne faisait point partie du royaume de France, mais qui avait ses comtes particuliers relevant de l’empire[38]. Le pape ne fut point encore satisfait. Trouvant que de là le vieux docteur pouvait diriger l’Université, il défendit qu’on lui écrivît ni qu’on reçût des lettres de lui. Il n’eût plus manqué à la justice romaine que de lui interdire le feu et l’eau.

Bientôt, afin de porter le dernier coup à l’Université, Alexandre IV voulut faire brûler à Paris le livre des Périls des derniers temps, et quelques autres libelles fameux, comme s’exprime sa bulle, en infamie et détractation des frères prédicateurs et Mineurs (lesquels ont été mis récemment par leurs adversaires en langue vulgaire), ainsi que des rhythmes et des chansons indécentes[39]. Ce passage est d’autant plus remarquable qu’il pourrait concerner plusieurs des pièces de Rutebeuf, et peut-être même celle qui a donné lieu à cette note.

Après la mort d’Alexandre IV, qui ne rendit pas moins de quarante bulles contre l’Académie, les esprits s’apaisèrent peu à peu, et Guillaume de Saint-Amour, qu’on désirait vivement à Paris, revint dans cette capitale, où il fit une entrée triomphante. Si la joie et l’enthousiasme des spectateurs n’ont pas été exagérés par les écrivains qui en parlent, son retour pourrait être comparé à celui de Voltaire.

Ce fut peu de temps après cette époque que Guillaume retoucha son livre des Périls, dont la forme surtout avait semblé déplaire à Alexandre IV. Seulement, pour ne point s’attirer de nouvelles persécutions, il le fit soumettre par maître Thomas, académicien, au pape Clément IV, qui mit dans sa réponse assez d’habileté, un peu de malice peut-être, et en tout cas la plus grande réserve. Le pontife écrivit en effet à Guillaume que, comme il lui était impossible de lire tout ce qu’on lui envoyait, il ne lui répondait pas au fond tout de suite, mais qu’il le ferait aussitôt qu’il en aurait le temps ; que néanmoins, comme il était possible que la chose traînât en longueur, il avait cru devoir donner congé à maître Thomas. On n’a jamais su depuis l’avis du chef de l’Église.

Ainsi se terminèrent toutes ces querelles aujourd’hui non-seulement oubliées, mais qui exigent la plus grande attention pour être bien comprises.

Guillaume de Saint-Amour, après avoir joui de l’honneur d’avoir pour adversaires Albert-le-Grand, saint Thomas d’Aquin, lequel répondit au livre des Périls par le traité Adversùs impugnantes religionem, et saint Bonaventure, qui essaya de le réfuter par celui De paupertate Christi et apologia pauperum[40], mourut en 1270 selon les uns, en 1272 selon d’autres, après avoir possédé de son vivant une réputation d’éloquence, de courage et de fermeté qui lui survécut fort longtemps, et qui s’étendit même bien au-delà de son époque[41].

On trouve en effet dans le Roman de la Rose les vers suivants qui concernent ce docteur, et qui sont placés par Jean de Meung dans la bouche de Faux-Semblant (édition de Méon, t. II, page 354), lequel, après avoir enseigné les divers cas où un homme peut mendier sans honte, ajoute :

Qui de mendiance vuet vivre
Faire le puet, non autrement,
Se cil de Saint-Amour ne ment
Qui desputer savoit et lire
Et préeschier ceste matire
A Paris avec les devins :
Jà ne m’aïst ne pains ne vins,
S’il n’avoit en sa vérité
L’accord de l’Université
Et du pueple communément
Qui ooient son preschement.
Nus prodons de ce refuser
Vers Diex ne se puet escuser.
Qui grocier en vodra, si grouce,
Et courrecier si s’en corrouce,

Car je ne m’en teroie mie
Si perdre en devoie la vie,
Ou estre mis contre droiture
Comme saint Pol en chartre oscure,
Ou estre bannis du royaume
A tort cum mestre Guillaume
De Saint-Amour
, qu’Ypocrisie
Fist essilier par grant envie.
Ma mère en exil le chassa :
Le vaillant home tant braça
Por vérité qu’il soustenoit,
Vers ma mère trop desprenoit,
Pour ce qu’il fist ung novel livre
Où sa vie fist toute escrivre,
Et voloit que je reniasse
Mendicité et laborasse
Si je n’avoie de quoi vivre.
Bien me voloit tenir por ivre,
Car laborer ne me puet plaire ;
De laborer n’ai-ge que faire :
Trop a grant paine en laborer ;
J’aim miex devant les gens orer,
Et affubler ma renardie
Du mantel de papelardie, etc.

Postérieurement à l’auteur du Roman de la Rose un grand nombre d’écrivains ont encore parlé de Guillaume de Saint-Amour, dont le livre, dit le baron d’Auteuil dans son Histoire de la reine Blanche, fit beaucoup de bruit en France et ailleurs.

Les œuvres de Guillaume de Saint-Amour ont été imprimées en 1632 in-4o., Constantiæ, ad insigna bonæ fidei, apud Alitophilos[42].

Voici le titre exact de ce volume, que je n’ai trouvé qu’à la bibliothèque Sainte-Geneviève : Magistri Guillelmi de Sancto-Amore, sacræ facultatis theologiæ parisiensis, è celeberrimâ domo Sorbonicâ doctoris olim integerrimi, opera omnia quæ reperiri potuerunt, in quibus, ad defensionem ' ecclesiasticæ hierarchiæ et ad instructionem et præparationem simplicium Christi fidelium, de periculis novissimorum temporum agitur, contrà pseudo-prædicatores, hypocritas et penetrantes domos, et otiosos et curiosos et gyrovagos.

En tête de cet ouvrage se trouve une gravure représentant Guillaume de Saint-Amour vêtu de la robe professorale, et assis dans une espèce de chaire devant un pupitre chargé d’un livre. Au bas de ce portrait on lit : Magister Guillelmus de Sancto-Amore, sacræ facultatis theologiæ parisiensis doctor, ac socius sorbonicus, prout olim pictus erat in vitro veteris bibliothecæ sorbonicæ.

La préface de ce livre, écrite en latin et adressée ad Christianum philalethem, est remarquable sous plusieurs rapports : j’en ai tiré un très-grand parti pour ce qui, dans cette notice, a trait à l’histoire des discussions de l’Université et des ordres mendiants.

Les œuvres de Guillaume de Saint-Amour avaient eu déjà une édition partielle à Bâle, en 1555. Cette édition, que je n’ai pas vue, renferme le discours Sur le publicain et le pharisien, le traité Du péril des derniers temps, enfin un Sermon pour le jour des saints apôtres Jacques et Philippe, dans lequel il s’agit du péril des derniers temps. La première édition, dont nous avons parlé, comprend donc de plus que la seconde le Commentaire de Guillaume Sur le livre des Psaumes ; un traité intitulé Simple question sur la quantité de l’aumône ; savoir : s’il est permis à un homme de donner tout ce qu’il possède, de façon à ne rien garder pour soi et à être ensuite forcé de mendier ; Simple question sur le mendiant valide ; savoir : si nous devons faire l’aumône au mendiant valide, même lorsqu’il est pauvre (on sent que tout ceci était dirigé contre les ordres quêteurs, dont tous les membres étaient généralement très-valides) ; Cas et articles sur lesquels fut accusé Maître Guillaume de Saint-Amour par les Frères-Prêcheurs, et ses réponses aux objections ; Collection de l’écriture catholique et canonique, pour la défense de la hiérarchie ecclésiastique ; Table des signes par lesquels les pseudo-prédicateurs peuvent être discernés des vrais.

Ce recueil, dès son apparition en France, donna lieu à des poursuites. Sa mise au jour, comme nous l’avons vu, est de 1632 : or, en 1633 parut à Paris, chez Sébastien Cramoisi, rue Saint-Jacques, Aux Cigognes, un petit volume in-12 de 43 pages, dont voici le titre : Arrest privé du conseil du Roy donné contre le livre intitulé Opera magistri Guillelmi de Sancto-Amore, ensemble les bulles du pape Alexandre IV, portant condamnation du dit livre à la recommandation de saint Louis, roy de France.

Voici l’avis au lecteur :

« Depuis peu de jours (amy lecteur) quelques personnes peu affectionnées aux religieux, ou bien à la religion, ont fait imprimer et mettre au jour les Œuvres de maistre Guillaume de Sainct-Amour, lesquelles jadis, à la requête de saint Louis, roy de France, furent censurées et condamnées avec leur autheur par le pape Alexandre quatriesme comme impies et sacriléges. Le Roy donc, héritier de la piété de saint Louis, aussi bien que de son sceptre, ayant esté informé de l’audace de ces nouveaux ennemis des religieux, a voulu et commandé, par arrest de son conseil, que cette témérité fust chastiée, afin que doresnavant personne n’osast entreprendre de déterrer ce qui avoit esté si longtemps ensevely. Nous avons inséré cet arrest avec les bulles de Sa Saincteté, pour advertir les adhérans de ce meschant autheur que, si ils ne changent leur mauvaise affection pour l’amour de la vérité, ils y seront contraints par la crainte du chastiment. »

Voici maintenant l’Extrait des registres du conseil privé du Roy qui suit l’avis au lecteur :

« Sur ce qui a esté représenté au Roy en son conseil, qu’encores que, par les édicts et ordonnances de Sa Majesté, il soit défendu d’imprimer ny mettre en lumière aucuns livres notez de censure, ny ceus qui tendent au mépris de la religion catholique et des choses receues et approuvées en icelle, néantmoins il auroit esté publié depuis peu en cette ville de Paris un livre intitulé Magistri Guillelmi de Sancto Amore opera omnia, contenant plusieurs traictez scandaleux faicts au mépris de plusieurs ordres religieux receus et approuvez de l’Eglise et en ce royaume, mesmes contre l’authorité de nostre sainct-père le pape, et entr’autres le traité intitulé De periculisnovissimorum temporum, condamné il y a longtemps par le sainct-siège apostolique ; à quoy il est nécessaire de pourveoir ; veu l’exemplaire du livre susdit, la bulle de nostre sainct-père le pape Alexandre, quatriesme année de son pontificat, qui estoit l’année mil deux cens cinquante-six, portant condamnation du traicté susdit comme meschant et exécrable ; tout considéré, le Roy, en son conseil, a ordonné que par le premier des huissiers du dit conseil tous les exemplaires du dit livre seroient saisis et portez au greffe du dit conseil. Fait Sa Majesté défenses à tous imprimeurs et libraires d’exposer en vente, vendre ny débiter le dit livre, à peine de la vie, et à tous autres d’iceluy retenir ny avoir par devers eux, à peine de trois mille livres d’amende contre ceux qui s’en trouveront saisis. Faict au conseil privé du Roy, tenu à Paris le quatorziesme juillet mil six cens trente et trois. »

Il paraît que toutes ces défenses ne furent pas très-efficaces, puisqu’il nous est parvenu des exemplaires de l’édition aussi sévèrement condamnée.

L’abbé de Tillemont, l’un des solitaires de Port-Royal, avait laissé en manuscrit un assez long travail sur Guillaume de Saint-Amour : on ne sait ce qu’il est devenu. Ses mémoires sur saint Louis n’ont pas été plus heureux : déposés à la bibliothèque royale, et communiqués à un emprunteur négligent, ils n’ont été rendus qu’horriblement mutilés, c’est-à-dire privés, sauf erreur, de deux cent trente-sept feuillets.

Enfin, l’un des hommes les plus érudits de notre époque, M. Daunou, s’est chargé, pour la continuation, entreprise par l’Académie des inscriptions, de l’Histoire littéraire de la France laissée par les Bénédictins, de la notice sur Guillaume de Saint-Amour. Remis en d’aussi bonnes mains, ce travail offrira sans doute de nouveaux et précieux éclaircissements.


----


NOTE L.

(Voyez page 87, note 5.)


Ancel, dont il est ici question, était fils d’Ancel, troisième du nom, seigneur de l’Isle-Adam, qui l’avait eu de Clémence de Pompone, sa seconde femme. Il épousa, on ne sait en quelle année, Isabelle, dame de Bourris, qui lui apporta en mariage la terre de ce nom. Cette union donna naissance à deux enfants qui furent nommés, l’un Jean, et l’autre Clémence de l’Isle. Le premier fut marié à Alix de Chantemesle, avec laquelle il fit en 1303 diverses donations à l’abbaye du Val ; la seconde eut pour mari Renaud de Méru, auprès duquel elle vivait en 1290 lorsqu’elle vendit, conjointement avec son frère, à Hue de Bourville, tout ce qu’ils possédaient à Puçay en Beauce.

L’histoire généalogique de France, à laquelle j’emprunte ces détails, ne donne pas la date de la naissance d’Ancel IV. Nous savons qu’il mourut le 30 août 1285 en Aragon, où il avait accompagné Philippe-le-Hardy, après avoir succédé à Jean de l’Isle, son frère aîné, qui en 1239 avait confirmé les donations faites par son père à l’abbaye du Val, et dont le testament date du vendredi 1275, après la fête de saint Jean-Baptiste. Une charte de 1279, rendue par Ancel IV en faveur de l’abbaye du Val, nous a transmis son sceau, sur lequel paraît un fasce accompagné de sept oiseaux, quatre en chef et trois en pointe ; le contre-sceau est pareil, et la légende porte † Contras. Dni. Ancelli. Jean, fils d’Ancel IV, succéda à son père.

Je crois devoir ajouter quelques détails sur la famille et le pays de l’Isle-Adam.

L’origine de la première remonte assez haut, puisque nous voyons Adam, premier du nom, nommé avec plusieurs seigneurs et grands officiers de la couronne dans une charte de confirmation que le roi Philippe ier donna en 1069 en faveur de l’église Saint-Germain, depuis Martin de Pontoise. (Voyez Histoire du Vicariat de cette ville.) Avant lui, ni la forteresse ni le bourg qui furent depuis appelés, de son nom, l’Isle-Adam, n’existaient : il les fit bâtir tous deux. Ce fut aussi à l’un de ses descendants, Ancel, premier du nom, que l’on dut l’abbaye Notre-Dame-du-Val, dans laquelle il fit venir six religieux de la Cour-Dieu, près d’Orléans (voyez Gallia christiana, t. VIII, page 875 B., col. 71), et où il fut enterré avant 1162.

C’est de cette famille, primitivement nommée de l’Isle, ensuite de l’Isle-Adam, et enfin Villiers de l’Isle-Adam, qu’est sorti plus tard le fameux grand-maître de Rhodes, célèbre à la fois par son courage et par les malheurs de son ordre. D’après l’Histoire généalogique, ce serait à dater d’Ancel III que la famille de l’Isle aurait ajouté spécialement à son nom celui de Adam ; mais nous voyons que Rutebeuf, qui est ordinairement très-exact, ne désigne pas Ancel IV autrement que sous le nom d’Ancel de l’Isle. Il faut donc en conclure que le nom de l’Isle-Adam n’était pas encore en usage, pour sa dernière partie, ou du moins qu’on ne s’en servait pas communément.

La ville, ou plutôt le bourg de l’Isle-Adam, qui prit plus tard le titre de baronnie, est situé au pied d’un coteau dans l’Ile-de-France (aujourd’hui département de Seine-et-Oise), sur deux îles que forme cette dernière rivière, à deux lieues environ de Pontoise ; il ressortait du diocèse de Beauvais. On y comptait cinquante-huit feux ; il renfermait aussi un prieuré d’hommes de l’ordre de Saint-Benoît et une communauté de prêtres missionnaires de Saint-Joseph. En 1364, la branche aînée des premiers seigneurs s’étant éteinte, la terre de l’Isle-Adam passa par acquisition dans la maison de Villiers, qui prit alors le nom de Villiers de l’Isle-Adam. Elle en sortit au 16e siècle pour entrer dans celle de Montmorency, d’où elle échut ensuite à celle de Bourbon-Condé, puis à celle de Conti, qui la posséda jusqu’à la révolution.

L’Isle-Adam contient aujourd’hui plus de 1500 habitants ; cette ville fait un commerce de farine assez étendu, et renferme une manufacture de porcelaine.


----


NOTE M.

(Voyez page 89, note 3.)


LA CHANTE-PLEURE.


On lit à la page 67 de la Description des Mss. de la Chanson de Roland (voyez le poëme de ce nom publié par M. Francisque Michel) que la Chante-Pleure a été mise au jour en 1834 par M. Henri Monnin, à Lyon, en un in-8o de 16 pages, d’après un Ms. de la bibliothèque de Lyon. Comme il m’a été impossible de me procurer cette édition, qui est sans doute une curiosité bibliographique, j’ai cru pouvoir redonner la Chante-Pleure, mais d’après le Ms. de Paris, 7218.

<poem=class="verse" >De celui haut Seigneur qui en la croix fu mis, Qui les portes d’enfer brisa por ses amis, Soient cil beneoit et à bone fin pris Qui .i. poi entendront des biens que j’ai apris.

Mult vaut miex Pleure-Chante que ne fait Chante-Pleure ; Cil qui s’envoise et chante et en pechié demeure, Cil plorra en enfer, jà n’iert qui le sequeure, Entre les Sathanas qui sont noir comme meure.

Et de la Pleure-Chante savez que sénéfie : Qui pleure ses pechiez et vers Dieu s’umelie. L’âme a le guerredon quant la char est porrie : Ou ciel avoec les angles s’en va toute florie ; Lors ne se puet tenir qu’ele ne chant et rie.

Que valent les richeces, que valent les trésors ? Tout devendra noient li argenz et li ors, Et nous perdons les âmes por les déliz des cors ; Quar la char si porist tantost comme l’âme est hors.

N’est si bele jovente ne coviegne morir : Qoi que li cors deviegne, l’âme ne puet porir, Dont di-je que por l’âme feroit bon Dieu servir

Por avoir la grant joie qui dure sanz faillir.</poem>


La joie de cest siècle, sachiez, mult petit vaut :
Quant miex i cuid’on estre et ele plus tost faut ;
Mès la joie des ciex qui lasus est en haut
Fu et est et sera, ne jà n’aura défaut.

Batons tant dis le fer com est chaut sor l’enclume,
S’aprendons à voler ainz que nos faille plume.
Si esprendons le feu qui si longuement fume,
Quar nos ne veons goute se Diex ne nos alume.

Nous resamblons la taupe qui ot et pas ne voit,
Quar nos ne veons goute à fère nostre esploit.
Nos oions les sermons c’on dit et amentoit,
Se n’i a cil ne cele qui par ce chastoit.

Cil n’aime mie Dieu qui ne le crient et doute
Et qui n’i met son cuer et sa penssée toute :
Qui est en droit chemin et il se part de route,
Cil resamble la taupe qui ot et ne voit goute.

Il n’i a cil ne cele qui ait point de demain ;
Tant comme chascuns a le cuer haitié et sain
Devons Dieu apeler et au soir et au main :
Lessons aler la paille, si retenons le grain.

Tant com nos sommes jone, nos sommes si coarts ;
Et nostre sire Diex si aime miex le quart
Le servise d’un jone qu’il ne fet d’un viellart,
Ne de l mauvès ouvrier qui commence trop tart.

L’en doit en son bon point le bien encommencier,
Quar qui plus tost commence miex desert son loier :
Ne fètes mie ausi com li mauvès ouvrier
Qui commencent si tart qu’il faillent au paier.

Tant com vostre bon vin sera frais et novel,
Donez-en vostre ami, lui ert et bon et bel ;
N’atendez mie tant qu’il porisse el tonel ;
Quar l’en pert le bon vin par le mauvès vessel.

Quels est or li vessiaus qui le bon vin empire ?
C’est li chetis de cors qui tret l’âme à martire.
Se li cors voloit fère ce que l’âme désire,
Mult covendroit au cors de ses bons escondire.


Tout ce qui plest au cors est à l’âme contrère ;
De ce que li cors veut n’en a l’âme que fère ;
Et quant li cors s’atorne et acort à bien fère,
Mult est liez Jhésu-Criz quant il à lui repère.

Grant honor fet Diex l’omme, comment qu’il ait vescu,
Quant il ist de péchié en sa bone vertu ;
Et quant il atent tant que la mort l’a vaincu,
C’est li mauvès vessiaus où li vins est perdu.

Mult est bone la pomme tant qu’ele est saine et dure ;
Ele vaut assez miex que s’ele est trop meure,
Quar puis qu’ele amolie et torne à porreture
Fors la covient geter por ce c’on n’en a cure.

Je voi maint grant bourgois et maint grant clerc riche homme
Qui ont tant de l’avoir qu’il n’en sevent la somme,
Jà n’iront outre mer, n’à Saint-Jaques, n’a Romme :
Cil se lessent porir com la mauvese pomme.

Diex ! il n’est hom ne fame, tant sache estre au deseure,
Qui se puisse desfendre quant la mort li cort seure.
Por noient vit au siècle qui por Dieu ne labeure,
Et li cors nos faudront, jà ne garderons l’eure.

Il a moult en cest siècle paine et triboulement :
Li .i. rachate s’âme et li autres la vent ;
Tel i a qui emprunte, tel i a qui rent :
Toz cis siècles est foire, mais l’autre ert paiement.

Hélas ! que ferons-nos qui empruntommes tant ?
Or déussons paier et rendre maintenant.
Qui ne s’acuitera, il sera meschéant ;
Fols est qui tant atent qu’il ne puet en avant.

Quant li dui champion se sont tant combatu,
Covient-il que l’uns perde le baston et l’escu ;
Quant il ont tant bouté que l’uns est abatu,
Por ce n’est-il pas quites s’il se claime vaincu.

Je l’ di por maintes gens qui devisent entr’aus :
La bone pénitance, dient, nos fera saus.
Sor ce si se délitent ès péchiez criminaus ;
Mès tel s’i asséure qui est et fols et faus.


Se je sanz deservir cuidoie avoir mérite
Que je por repentir en la fin fusse quite,
Jamès ne querroie estre ne moine ne hermite,
Mès nous ne trovons pas ceste matère escrite.

Trop auroient dont fet li Cordelier fol change
Qui toz jors vont deschaus et se frotent au lange,
S’il cuidoient avoir paradis sans eschange :
Jamès la bone vie ne lor seroit estrange.

Por c’est fols cil qui pèche en itel espérance,
Quar nos n’avons de vivre ne plège ne fiance.
S’il est saus en la fin par bone repentance,
Por ce n’est-il pas quites de fère penitance.

E, Diex ! la penitance seroit bone en la vie,
Quar qui sauroit l’angoisse, la dolor, la haschie
Qu’il covient sofrir l’âme ainz que soit espenie,
Jamès de pechié fère ne li penroit envie.

Il i a tel des âmes qui .c. anz art et frit
El feu de purgatoire, dont l’Escripture dist
Que d’un pechié mortel c’on fet en faus délit
Li covient .vij. anz estre ainz qu’ele s’en aquit.

Qui .vij. anz seroit nus par la plus grant froidor
C’onques fust en yver par la froidor greignor,
N’auroit-il en .vij. anz la moitié de dolor
Com d’estre el purgatoire la quarte part d’un jor.

Vous, gens qui ne finez d’emprunter et d’acroire,
Vous vous aquiterez se vous m’en volez croire,
Quar celui paiement dont cis siècles est foire
Il n’i a que .ij. tables, une blanche, l’autre noire.

Cil tient la noire table qui les orguillex donte,
Qui tost ne vient finer ne puet venir à conte ;
S’il atent paiement il aura tant de honte :
Jamès n’aura paié le chatel ne la monte.

Hé, las ! li endeté seront si mal venu
Toute jor seront ars traîné et batu ;
S’il péussent morir bien lor fust avenu,
Mès jamès ne morront ne jà n’auront rendu.


Hé, las ! cil n’auront jà ne repos ne séjor,
Ainz ardront toute jor en feu et en tristor.
La penssée qu’il ont lor fet paine greignor,
Qu’il sèvent bien que c’est sanz fin et sanz retor.

Cil qui les granz richeces et les granz biens maintienent
Et qui à penitance ne à merci ne vienent,
Cil ne sont pas fil Dieu, ne ne li apartienent ;
Tant les sousprent péchiez que mescreant devienent.

Bien ont perdu tel bougre lor cuer et lor espoir ;
Bien perdent âme et cors et destornent lor oir ;
Bien i pert que déables a sur els grant pooir
Quant il en prent les âmes et les cors fet ardoir.

Itel mérite trueve qui à tel seignor sert ;
Cil a bien tout perdu qui l’âme et le cors pert.
Bien nos éust déables feru à descouvert
Se Diex n’éust sor terre tramis frère Robert[43].

Li bougres, li parfez, icil qui riens ne croit
Ne cuide pas qu’enfers ne que paradis soit,
Ne qu’il ait âme et cors por ce qu’il ne l’ sentoit,
Ainz pensse li parfont que pechiez le deçoit.

Comment fet soi li bougres puet estre vérité,
Quar li clerc nos racontent en lor divinité[44]
Quant l’âme est espenie et el vient devant Dé,
Dient qu’ele est plus bele que li cors n’ait esté.

« Je ne l’ poroie croire, dist li bougres parfet,
Ce qu’Escripture dist ne que clergie retret :
D’une vielle bocue et d’un vilain contret,
Comment ert l’âme bele quant li cors est si let ? »

Si fete gent sont bien mescréant à véue :
Dient qu’âme de cors ne change ne ne mue ;
Mès n’est hom si contrais ne vielle si boçue
Dont l’âme ne soit bele puis qu’ele est absolue.


« Bougres, dist li bons clers, de ce ne te merveille :
Aus oevres Jhésu-Crist nul ne s’apareille ;
Li rosiers ne la flor n’est pas chose pareille :
Voiz la fueille qu’est vers et la flor est vermeille.

« Ne voiz-tu .i. rosier qui n’est ne biaus ne genz ?
Li rosiers est menuz et aspres et poignanz,
Et la flor que il porte n’est pas de tels samblanz,
Ainz est vermeille et bele et mult soef fleranz.

« Bougres, je le te monstre en une autre manière :
Cendre est or une chose qui n’est mie trop chière,
Et si en est li voirres de cendre de feuchière ;
Mauvesement resamble le cendre la verrière.

« Celui Seignor doit l’en et aorer et croire
Qui de si laide cendre fet issir si biau voirre,
Et fet pondre .i. blanc oef une geline noire.
Merveille est comment hom envers Dieu se despoire. »

Or i a autres bougres si de Dieu mescréant
Qu’il ne cuident mie que Diex soit si poissant.
Quant li mors est poris, qu’en autre tel semblant
Le puisse Diex refère comme il estoit devant.

E, bougres desloiaus, mescréanz, que dis-tu ?
I. pommier et .i. arbre sera de flors tout nu :
Dedenz quart jor après sera vert et foillu.
Plus se merveilleroit qui ce auroit véu
Qu’il ne feroit d’un mort s’il estoit revescu.

Quant on taille la vingne, voiz que n’i pert noient ;
Il ne demeure mie après trop longuement
Qu’ele est vers et foillue et li roisins i pent :
Nus ne porroit ce fère fors que Diex seulement.

Et se la vingne targe .xv. jors ou .i. mois,
Ausi la feroit Diex carchier tot demanois,
Et auroit confondues les genz de toutes lois
Mors et resuscitez ainz c’on éust dit .iij.

En tant que l’en auroit sa main close et ouverte
Auroit Diex paienie confondue et déserte,

Mès Diex fet le pardon por restorer sa perte
A cels qui souferront por lui la grant poverte.

Por .i. poi de science que Diex lor a aprise
Fet .i. potier .i. pot, puis avient que il brise ;
Li potiers prent la terre et dépièce et esfrise,
Puis en refet .i. pot tout d’autre tele guise.

Dont ne fist Diex le pot et si fist le potier ;
Puis qu’il puet le pot et fère et depecier,
Dont a bien Diex pooir de fère mort entier :
Jà n’estoit-il nus hom quant Diex fist le premier.

En paradis n’a âme qui ne soit en desir
Que li jugemenz viengne por les cors aemplir
Des biens et des granz joies que Diex lor fet sentir ;
Mès jà celes d’enfer n’en querroient issir.

Mès eles sevent bien que toutes i seront
Celes qui en enfer et en paradis sont.
Devant le jugement quant li cors resordront,
Toutes celes d’enfer lor paines doubleront.

Merveille est comment hom devient popelican :
Il n’estoit hom ne fame quant Diex forma Adan.
Cil qui fet porter l’arbre noviau fruit chascun an
Puet bien le mort revivre sanz paine et sanz ahan.

Qui pensseroit parfont aus oevres Jhésu-Crist
Qui ciel et mer et terre et toutes choses fist,
Cele herbe et cele fueille qui muert et raverdist,
Jà ne cuit ne ne croi que bougres devenist.

Il n’a angle n’archangle, ne sains en paradis,
Tant voie sovent Dieu, ne tant soit ses amis
Qui sache pas à dire com Diex est poestis.
Tenons-nos-en à tant que Diex nos a apris.

Il n’i a saintuaire ne si dur oissement,
Tant soit ore gardez en or et en argent,
Que trestoz ne porisse et deviegne noient,
Et tuit rassambleront au jor du jugement.

Or prions Jhésu-Crist, qui fist le firmament

Et qui fist ciel et terre et la mer ensement,
Li cors deserve à l’âme si vrai définement
L’âme ne soit dampnée au jor du jugement.


Explicit la Chante-Pleure.


----


NOTE N.

(Voyez page 98, note 2.)


Et Coramin et Chenillier, etc.

Le premier de ces noms désigne les Karismins, ou Karismiens, peuples originaires des contrées situées vers l’embouchure de l’Oxus, près des bords de la mer Caspienne. Chassés de leur pays par Gengiskan, les Karismins errèrent longtemps dans les provinces de l’Asie, et envahirent, sous la conduite du fameux Gelad-Eddin-Mankberni, le nord de la Perse, la Géorgie, l’Arménie, la Mésopotamie, en se faisant remarquer par leur férocité et leurs brigandages. Après la mort de Gelad-Eddin, les débris des Karismins se mirent au service des princes musulmans. Une partie s’était attachée à la personne du sultan, alors gouverneur d’Edesse et de Haran dans la Mésopotamie. Quand ce prince fut devenu maître de l’Égypte, il abandonna à ces barbares Haran et Edesse, d’où ils répandirent la terreur dans les contrées voisines. Le sultan, se voyant menacé par toutes les forces de la Syrie, n’hésita pas à les appeler auprès de lui.

Suivant Gémal-Eddin, les Karismins passèrent l’Euphrate au nombre de plus de dix mille cavaliers, ayant à leur tête Hossam-Eddin-Barte-Khan, Khan-Bardi, Sarou-Khan et Keschlou-Khan. Partout leur passage était signalé par le pillage et l’incendie : à leur approche les peuples prirent la fuite. Telle était la terreur qu’ils inspiraient qu’au seul bruit de leur marche les troupes de Damas, campées à Gaza, se débandèrent ; le prince de Carac se retira précipitamment. Les Francs, qui gardaient la ville sainte, sortirent en toute hâte ; les Karismins y entrèrent sans résistance et égorgèrent tous les chrétiens qui s’y trouvaient encore ; pas un seul ne fut épargné ; les femmes et les enfants furent réduits en servitude ; l’église de la Résurrection fut dépouillée, le sépulcre du Messie détruit ; les tombeaux des rois francs et des capitaines chrétiens furent ouverts et les ossements qu’ils contenaient livrés aux flammes. (Ceci arriva l’an 642 de l’Hégire, c’est-à-dire en 1244.) Les Karismins se rendirent ensuite devant Gaza et firent leur jonction avec l’armée égyptienne, etc. (On peut consulter, pour avoir plus de détails, le savant ouvrage de M. Reynaud, membre de l’Institut et conservateur des manuscrits orientaux à la bibliothèque du roi, ouvrage intitulé Extraits des Historiens arabes, relatifs aux guerres des croisades, formant, d’après les écrivains musulmans, un récit suivi des guerres saintes ; Paris, 1829, imprimé à l’imprimerie royale.)

Quant au nom de Chenillier, mot qui est probablement dénué de sa véritable orthographe et bien éloigné de son étymologie orientale, je ne l’ai rencontré nulle part, malgré mes recherches. Je ne crains pas cependant de l’indiquer comme étant à coup sûr celui du soudan que les Annales de saint Louis (texte français, page 217) appellent le soldan Kiemel. Voici en effet les paroles même de Guillaume de Nangis. Nous sommes au moment où il s’agit de s’accorder sur la rançon du roi. « Illuec fu ordené et parlé de mout de chozes ; mais au darrain fu ordené de pays, de trêves et de raençon, en la fourme et en la manière qui s’ensivent ; c’est assavoir que li Soudan délivreroit le roy Loys et ceus qui avoient esté pris avoec lui puis que il estoit venu ens Egypte, et touz les autres de quelconque nation que il féussent qui avoient esté pris dès le temps Kiemel le Soudan, qui fu ayeul d’icelui Soudan, puis les trèves que il avoit jadiz prises à Fédri l’empereour de Roume, et les metroit hors de prison, etc. »

Un autre texte français porte : Très le temps Guiemel le soudan, et on lit au texte latin : Soldanus Quiemel. Or, pour les personnes habituées à la recherche de nos anciennes étymologies, il est évident que de Kiemel à Chenillier la distance n’est pas fort grande.

Ce soudan, connu encore chez les historiens occidentaux sous le nom de Mélédin, de Melek-el-Quemel est appelé par les écrivains orientaux Kamim, Elmélikud-Kamil, ou Mélikud-Hedil-Kamil. Il monta sur le trône en 1218, et, bien que pressé par une armée de quatre cent mille croisés qui venait de s’emparer de Damiette, il sut leur arracher cette ville en 1221 à force de prudence et d’habileté. Cette circonstance surtout, jointe à la consonnance des noms, favorise encore l’hypothèse dont j’ai parlé.

Ce prince, qui était le sixième roi d’Égypte de la postérité des Ejoubites, descendant de Saladin, mourut en 1238 à l’âge de soixante-dix ans.


----


NOTE O.

(Voyez page 102, note 1.)


ANALYSE DU ROMAN D’AIOL.


Elye, fils de Juliens de Saint-Gille, a épousé la sœur de Louis-le-Débonnaire, Avisse o le vis cler, ou al gent cors seignori, dit le romancier. En moins d’un an il a délivré le roi des ennemis qui l’assaillaient de tous côtés. Louis, au lieu de l’en récompenser, lui ôte ses biens par le conseil du duc Makaire, un mauvais losengier, un quivers de put lin. Elye prend la fuite, et se réfugie avec sa femme dans les landes de Bordeaux, où un hermite nommé Moyses l’accueille. Cependant :

La dame estoit ençainte quant ors de France issi.
Quant vint en l’ermitage s’i délivra d’un fil.
Onques nus plus biaus enfés de mère ne nasqui.
N’avoit home ne feme ne valé entor lui
U péust non prendre que doner li péust,

Mais ores m’entendés comment il li avint :
Tant avoit savagine, el bois foilli…,
Culevres et serpens, et grans aiols furnis.
Par dejouste l’enfant .i. grant aiaul coisi,
Une beste savage dont vous avés oï
Que tout partout redoute li grant et li petit.
Et por icèle beste que li sains hon coisi,
L’apela Aioul, ce trovons en escrit.

On voit que le bon hermite avait choisi là à notre héros un assez singulier parrain. Avec le temps Aiol croît en âge, et le duc regrette pour lui sa douce France et ses châteaux. « Plût à Dieu, lui dit-il, que vous fussiez en France, à Paris ou à Chartres, et que vous eussiez mon cheval et mes armes ! Dieu vous aiderait. — Sire, répond Aiol, donnez-moi congé : je prendrai vos armes, et je m’en irai en France conquérir votre héritage. » Alors Elye, se retournant vers sa femme qui pleure : « Belle sœur, lui dit-il, qu’Aiol parte pour Orléans, la cité garnie. S’il arrive qu’il y ait là une bataille et qu’il s’y distingue, le roi Louis et la reine l’aimeront. » Avisse, par tendresse pour son fils, refuse. Elle dit qu’il est trop jeune, qu’il ne sait pas encore querre .i. ostel ni parler à un gentilhomme ; enfin qu’elle n’a rien à lui donner. — « Madame, reprend Aiol, que cela ne vous inquiète pas : si vous ne possédez aucun avoir, Dieu en a assez. — Bien, beau fils, dit Elye, vous partirez. » Elye donne alors à notre héros de sages conseils : il lui recommande de ne pas jouer aux échecs ni aux tables, de ne pas aimer la femme d’autrui, et, si elle l’aime, de ne pas l’écouter ; de ne pas s’enivrer, de ne pas se moquer des pauvres gens, etc. Le duc ajoute : « Et maintenant allez en France ; emmenez Marchegai, mon bon destrier : il n’y en a pas de meilleur dans tout le royaume. Il est maigre et n’a plus de fers aux quatre pieds ; mais pour le faire courir une lieue il n’y a pas besoin de le toucher trois fois des éperons. Ma lance est torte, mon écu vieux, mon haubert peu luisant, et je ne puis vous donner que quatre sols ; mais n’en soyez pas moins large ni généreux avec vos hôtes : quant l’argent vous manquera, souvenez-vous que Dieu est au ciel. » Elye enseigne ensuite à son fils que, lorsqu’il sera au camp ou en bataille et qu’un chevalier viendra pour l’attaquer, il devra éperonner son destrier, baiser son épée, la brandir, et s’élancer sur son ennemi en criant : Montjoie et Karlemaine ! L’hermite donne après cela à Aiol un bref qui a le pouvoir de garantir du feu et de l’eau. Le duc lui ceint son épée, et le jeune homme part.

Comme on voit, tout ce début est animé, dramatique, et représente assez fidèlement une scène qui, à cette époque, devait se renouveler souvent. Par malheur la suite du roman, sans en arriver jamais à être complètement dénuée d’intérêt, ne l’excite pas toujours au même degré que la partie dont nous venons de donner l’analyse. Cela tient à la multitude des aventures qui s’y croisent, et surtout à la profusion d’attaques dont Aiol est l’objet de la part de brigands. Ces épisodes reviennent à chaque pas dans le livre ; mais le romancier a su jeter dans son ouvrage un personnage fort amusant, et qui devait le paraître encore bien davantage au 13e siècle qu’aujourd’hui. Ce personnage n’est autre chose que Marchegai, le bon cheval du duc Elye. À chaque instant il défend son maître, il l’aide, il le sauve des plus grands périls par son adresse et son affection ; enfin Marchegai m’a rappelé le cheval du Bohémien dans Quentin Durward.

Je ne suivrai pas Aiol à travers la foule d’événements auxquels il se trouve mêlé. Il me suffira de dire qu’arrivé à Orléans, il est très-bien accueilli, sans en être connu, par la comtesse Ysabeau, sœur du roi Louis, et aimé de la belle Lusiane, sa cousine, fille d’Ysabeau et nièche du roi de sains Denise. Bientôt après il se distingue devant le roi, devient son favori, se fait aimer de tout le monde, excepté de Makaire de Losane, et envoie à son père une partie des richesses qu’il a obtenues par sa valeur.

Cependant un messager nommé Tornebeuf, espèce de monstre donné par le roi de Nubie au roi de Pampelune Mibrien, arrive à la cour de Louis. Il défie ce prince au nom de son maître, et soutient que Mahomet et Apollin valent beaucoup mieux que Jésus-Christ. À ces mots, les seigneurs qui sont présents s’élancent sur lui pour le massacrer ; mais Aiol les en empêche et s’offre à aller combattre les Sarrasins. Il part avec deux chevaliers, Robert et Ylaire, pour déclarer au roi sarrasin qu’à moins qu’il ne vienne, lui et ses sujets, se faire baptiser et rendre hommage à l’empereur de France, soit à Orléans, à Paris, à Chartres ou au bourg Saint-Michel, il ira le chercher dans Pampelune l’été prochain et le détrônera. Pendant qu’Aiol chevauche avec ses compagnons afin de remplir son message, il est attaqué au bois de Quintefeuille par Férant de Losane, neveu de Makaire, qui lui a tendu cette embuscade avec plusieurs de ses parents. Grâce à leur courage les trois envoyés se tirent heureusement de cette rencontre, et arrivent devant Pampelune. Aiol, qui s’est endormi, se trouve séparé de ses compagnons, lesquels pendant ce temps combattent contre plusieurs Sarrasins, et proposent ensuite à Aiol de lui laisser partager la gloire de leur triomphe. Indigné, celui-ci leur ordonne de s’éloigner de lui et les quitte. À peine est-il seul qu’il tue plusieurs Sarrasins occupés à conduire au roi Gorhan, sire d’Aufrike (d’Afrique), Mirabel, fille du roi Mibrien. Aiol les combat, enlève la pucelle, et veut l’emmener en France dans le dessein d’en faire sa femme ; mais de Pampelune à Orléans il y a fort loin ; et sur sa route il lui arrive une multitude d’aventures, la plupart fort singulières, presque toutes un peu trop développées, et dont plusieurs ont le défaut d’offrir de notables répétitions. Pourtant, après avoir échappé à d’immenses dangers, Aiol et Mirabel arrivent en France, à Orléans, où le premier retrouve ses deux compagnons Robert et Ylaire, que le roi Louis, en les voyant revenir seuls, croyant qu’ils avaient été les meurtriers d’Aiol, avait fait jeter en prison. On les en tire aussitôt et Aiol rend justice à leur courage.

Cependant la belle Lusiane, irritée de voir qu’Aiol, qu’elle accueillit si bien jadis, veut épouser une autre femme, lui adresse de sanglants reproches qui décident celui-ci à déclarer hautement sa naissance. Louis feste manifeste alors sa joie de retrouver dans un brave guerrier le fils du viel Elye, et Lusiane, après s’être excusée de son emportement, témoigne beaucoup d’amitié à Mirabel, qui ne tarde pas à être baptisée et à devenir la femme d’Aiol en présence du duc Elye, auquel le roi rend tous ses biens. Ici, avec la célébration des noces, qui a lieu n’en maison, n’en chastel, ne en sale pavée, mais dans une grande plaine aux portes de Langres, le roman semblerait devoir se terminer : il n’en est rien. Makaire de Losane, dont Aiol avait cependant obtenu le pardon de Louis, peu touché de cette générosité, vient surprendre les convives, s’empare d’Aiol et de sa femme, les emmène à Losane, et les fait plonger dans un cachot, où, pendant que le duc Elye et le roi Louis assiègent la ville pour les délivrer, Mirabel donne le jour à deux enfants. Makaire, sur le point d’être forcé dans Losane, essaie de noyer ces deux enfants dans le Rhône ; mais ils sont sauvés par un gentilhomme nommé Tieris. Makaire, au moyen d’un stratagème, s’échappe à travers le camp ennemi, emmenant avec lui Aiol et Mirabel, auxquels il a fait auparavant jurer sur sains de ne rien dire. Tous deux par respect pour leur serment tiennent la parole donnée, et Makaire se retire à Pampelune, où il se fait mahométan et livre Aiol au roi Mibrien. Comme celui-ci et Mirabel refusent de quitter le christianisme, le roi, qui devrait cependant s’estimer heureux d’avoir retrouvé sa fille, les fait plonger dans un cachot en attendant leur supplice. Heureusement des voleurs, qui pour lui dérober un grand trésor avaient creusé un souterrain aboutissant à la prison, sont entendus par Aiol. À sa prière ils lui ôtent ses chaînes, et s’apprêtent à rendre le même service à Mirabel quand soudain des gardes arrivent, et Aiol est forcé de partir sans sa femme. Bientôt il est vendu comme esclave par ses libérateurs au roi Grasiens, maître de Tornebrie, qui lui donne des armes à condition qu’il l’aidera contre le roi Floriens, son ennemi.

À la cour du roi Grasiens Aiol trouve Tieris et sa femme, qui s’y sont réfugiés avec ses deux fils nommés, l’un Tumas, et l’autre Manesier, et auxquels le roi, qui les aime, a lui même servi de parrain. Tous les jours le père voit ses enfants et les enfants leur père sans qu’aucun d’eux se doute du lien qui les unit. Cependant, dit l’auteur, Aiol ne pouvait s’empêcher de devenir triste en les regardant, parce qu’ils avaient l’âge qu’auraient eu ses fils. Un jour enfin Tieris déclara leur véritable naissance, et Aiol, joyeux d’avoir retrouvé ses enfants, après les avoir armés chevaliers, et avoir envoyé un message au duc Elye, ainsi qu’au roi Louis, afin qu’ils lui amenassent du secours, partit avec eux, le roi Grasiens et une forte armée, pour aller délivrer Mirabel sa femme, toujours prisonnière dans Pampelune. Arrivé devant les murs de cette ville, il livre de sanglants combats aux troupes du roi Mibrien, qui se retirent dans leurs remparts sans être vaincues. Mais tout à coup paraissent dans le lointain des soldats, que les enfants d’Aiol prennent d’abord avec douleur pour des ennemis. Heureusement leur père reconnaît bientôt les bannières : « Non, s’écrie-t-il, ce ne sont pas là des ennemis ! ceux qui viennent, ce sont les barons de France, la grande terre ! c’est Elye, c’est mon père, au cler visage, c’est Louis, mon oncle, le fils de Charles ! Crions-en merci à Dieu, et faisons-leur le meilleur accueil que nous pourrons. » Aiol ne se trompait pas : c’étaient en effet le roi Louis et le duc Elye qui arrivaient, ce dernier monté sur Marchegai, lequel bondissait avec prestesse.

Enfin les troupes françaises et celles du roi Grasiens assaillent la ville de vingt-trois côtés à la fois. Elye aperçoit Makaire et vole à sa rencontre. Blessé par lui, il le précipite néanmoins de dessus son coursier, et le traître, fait prisonnier, est tiré tout vivant à quatre chevaux. Quand au roi Mibrien, il abandonne la religion de Mahomet, et Aiol, ayant retrouvé Mirabel, passe la nuit avec elle, ce que le romancier décrit malicieusement ainsi :

Cele nuit voirement à joie s’esbanissent :
S’il font ju de cortine, ne vos merveilliés mie,
Dus ç’à demain al jor que l’aube est esclairie.

Tel est à peu près en substance, car j’ai retranché beaucoup de détails, et notamment l’épisode fort intéressant d’une course de cheval avec pari entre Aiol et Makaire de Losanne, le fond de cette chanson de geste. Malgré ses défauts, on conçoit que ce poëme, l’un des derniers qui aient été composés sur le cycle carlovingien, ait dû obtenir beaucoup de succès au 13e siècle. Cela me semble résulter au moins du vers de Rutebeuf, et de la citation suivante, empruntée à un jeu parti dont l’auteur n’est pas connu. Ce jeu parti, dont le sujet est cette question : Quel est le plus à plaindre, du jaloux sans motif ou de l’amant qui n’est pas jaloux de celle qui dédaigne sa poursuite, est adressé à Adam de la Halle, et le juge se nomme Grievilier. On le trouve dans le Ms. 7363. Voici la stance où il est question d’Aiol :

Adan, parmi grans tribous,
Conquist, tout en mendiant,
Et honneur et pais Aious.
Ce set bien cascuns ; mais quant
Hom a grant tere à tenir
Et si ne s’en set chavir,
Ains vit dolans, il a pis de moitie
Que cil qui en povreté mouteplie.

L’allusion faite par Rutebeuf prouve aussi (ce qu’une foule d’autres passages de ses œuvres viennent au reste confirmer) qu’il connaissait non-seulement bon nombre d’auteurs anciens qu’il cite dans ses poésies, mais encore qu’il était fort au courant de la littérature du moyen âge. Enfin, des deux vers qui ont amené cette longue digression ne pourrait-on pas inférer que saint Louis s’était occupé du roman d’Aiol et y avait donné beaucoup d’attention[45] ? Je vais plus loin : en argumentant d’après le texte même du vers de Rutebeuf,

Le roi tendra deçà concile,

ne pourrait-on pas prétendre qu’il se tenait sous saint

Louis des assemblées littéraires formées ou présidées par ce roi ? et, dans le cas où la probabilité pencherait pour l’affirmative, que deviendraient ces paroles amères de l’abbé Goujet : « On ne sait où M. l’abbé Massieu[46] a pris que Thibaut, roi de Navarre, avait établi une académie qu’il assemblait à certains jours dans son palais, et qu’on y lisait tout ce qui se faisait de nouveau[47]. »

À coup sûr je suis loin de défendre, comme complètement vraie dans chacun de ses détails, la phrase de l’abbé Massieu, lequel, suivant son habitude, n’a pas cité ses autorités ; mais je demanderai si les termes très-positifs, du moins quant à la lettre, dont se sert Rutebeuf, ne rendent pas en quelque sorte vraisemblable l’assertion de l’abbé Massieu.


----


NOTE P.

(Voyez page 102, note 2.)


Voici ce qu’on trouve relativement à l’Évangile éternel dans le Roman de la Rose, édition de M. Méon, t. II, page 368. Jean de Meung a mis ces paroles dans la bouche de Faux-Semblant :

Jà ne les cognoistrés as robes
Les faus traïstres plains de lobes :
Lor faiz vous estuet regarder,
Se vous volés d’eus bien garder ;
Et se ne fust la bonne garde
De l’Université qui garde
La clef de la crestienté,
Tout éust été tormenté,
Quant par mauvèse entencion,
En l’an de l’incarnacion
Mil et deus cens cinc et cinquante
(N’est hons vivant qui m’en demente)
Fut baillé, c’est bien chose voire,
Por prendre commun exemploire
Ung livre de par le déable :
C’est l’Évangile pardurable
Que li Sainz-Esperiz menistre
Si cum il aparoit au tistre.
Ainsinc est-il intitulé ;
Bien est digne d’estre brûlé.
A Paris n’ot homme ne fame
Ou parvis, devant Nostre-Dame[48],

Qui lors avoir ne le péust
A transcrire, s’il li pléust :
La trovast par grant mesprison
Mainte tele comparaison.
Autant cum par sa grant valor
Soit de clarté, soit de chalor,
Surmonte li solaus la lune
Qui trop est plus troble et plus brune,
Et li noiaus des nois la coque
(Ne cuidiés pas que ge vous moque,
Sor m’âme, le vous di sans guile),
Tant sormonte cest évangile
Ceus que li quatre evangelistres
Jhesu-Crist firent à lor tistres.
De tex comparaisons grant masse
I trovast l’en que ge trespasse.

L’Université, qui lors ière
Endormie, leva la chière,
Du bruit du livre s’esveilla,
N’onc puis gaires ne someilla ;
Ains s’arma por aler encontre,
Quant el vit cel horrible monstre
Toute preste de bataillier,
Et du livre as juges baillier ;
Mès cil qui là le livre mistrent
Saillirent sus et le repristrent,
Et se hastèrent de l’ respondre,
Car il ne savoient respondre
Par espondre, ne par gloser
A ce qu’en voloit oposer
Contre les paroles maldites
Qui en ce livre sunt escriptes.
Or ne sai qu’il en avendra,
Ne quel chief cis livres tendra ;
Mès encor lor convient atendre
Tant qu’il le puissent miex défendre.

Ainsinc Ante-Christ atendrons,
Tuit ensemble à li nous rendrons :

Cil qui ne s’i vodront aerdre
La vie lor convendra perdre.
Les gens encontre eus esmovrons
Par les baraz que nous covrons,
Et les ferons desglavier
Ou par autre mort devier,
Puisqu’ainsinc est escript ou livre
Qui ce raconte et segnefie :
Tant cum Pierres ait seignorie,
Ne puet Jehans monstrer sa force.
Or vous ai dit du sens l’escorce
Qui fait l’entencion repondre ;
Or vous en voeil la moele espondre.

Par Pierre voit le pape entendre,
Et les clers séculiers comprendre
Qui la loi Jhésu-Crist tendront,
Et garderont et desfendront
Contre trestous empescheors,
Et par Jehan les prescheors
Qui diront qu’il n’est loi tenable
Fors l’évangile pardurable
Que li Sains-Esperiz envoie
Por metre gens en bonne voie.
Par la force Jehan entent
La grâce dont se va vantant
Qui vuet peschéors convertir
Por eus faire à Dieu revertir.
Moult i a d’autres déablies
Commandées et establies
En ce livre que ge vous nomme
Qui sunt contre la loi de Romme,
Et se tiennent à Ante-Christ,
Si cum ge truis ou livre escript.
Lors commanderont à occierre
Tous ceus de la partie Pierre ;
Mès jà n’auront pooir d’abatre,
Ne por occire, ne por batre,
La loi Pierres, ce vous plevis,
Qu’il n’en demore assés de vis
Qui tous jors si la maintendront
Que tuit en la fin i vendront,
Et sera la loi confondue
Qui par Jehan est entendue.

Mès or ne vous en voil plus dire
Que trop i a longue matire ;
Mès se cis livres fust passés
En greignor estat fusse assés,
S’ai-ge jà de moult grans amis
Qui en grant estat m’ont jà mis.

Le Directorium inquisitorum Romæ, partie 2, question 9, De hæresibus à romanis pontificibus damnatis, § IV, condamne 27 erreurs tirées du livre de l’Évangile éternel. En voici quelques-unes qui nous ont semblé capitales : Quod novum Testamentum non durabit in virtute suâ, nisi per sex annos proximè tunc futuros, videlicet usque ad annum Christi 1260 ; — quod Evangelium Christi neminem perducit ad perfectum ; — quod adveniente Evangelio Spiritûs Sancti, sive clarescente opere Joachim, quod ibidem dicitur Evangelium æternum sive Spiritûs Sancti, evacuabitur Evangelium Christi, etc.

Le pape mit d’ailleurs une assez grande différence dans la manière dont il traita l’Évangile éternel et le livre des Périls.

Nous avons vu qu’il fit brûler ce dernier publiquement ; mais, au rapport de Mathieu Pâris, il fit brûler l’autre secrètement, ce qui, selon Duboullay, parut une injustice aux Académiciens, lesquels n’auraient pas été fâchés d’avoir, eux aussi à leur tour, une petite flambe. En réalité, selon Félibien (an 1256, Histoire de Paris, livre VIII), cet acte avait pour objet de ménager l’honneur des Cordeliers, qui avaient adopté trop légèrement la plupart des chimères dangereuses de ce mauvais livre. On peut consulter, pour avoir de plus grands détails sur l’Évangile éternel, Tamn, État de l’Église.


----


NOTE Q.

(Voyez page 124, note 1.)


La desputizons dou croisié et dou descroizié, si je ne ne trompe, mérite l’attention qu’on a bien voulu lui accorder : elle point exactement les mœurs du 13e siècle, et offre pour et contre les expéditions religieuses un plaidoyer en règle qui, selon la remarque de Legrand d’Aussy, n’est en quelque sorte que l’analyse des motifs qu’alléguaient alors les prédicateurs dans leurs sermons, les papes dans leurs lettres et les princes dans leurs chartes, pour exhorter aux croisades. J’ajouterai que ce plaidoyer reproduit aussi la plupart des raisons que devaient alléguer les opposants, et que par conséquent la desputizons dou croisié et dou descroizié nous présente un tableau fidèle de l’esprit clérical, aristocratique et populaire relativement aux guerres saintes.

Je ne suis pas du même avis que Legrand d’Aussy sur l’époque à laquelle fut composée cette pièce et sur la circonstance qui la fit naître. Voici les paroles de cet écrivain : « Si j’osais, dit-il, hasarder sur cette pièce une conjecture, je dirais qu’elle semble avoir été faite en 1246, quand saint Louis, ayant pris la croix, fit vœu d’aller en Terre-Sainte. On sait que ce voyage, contre lequel les règles de la véritable prudence (Histoire de France, par le père Daniel) pouvaient faire beaucoup d’objections, fut généralement désapprouvé ; que la reine Blanche employa tout, larmes et prières, pour l’empêcher ; que l’évêque de Paris chercha lui-même à en dissuader le roi, etc. »

Je pardonne volontiers à Legrand d’Aussy, qui d’ailleurs a rendu de grands services à notre ancienne littérature, son erreur sur Rutebeuf ; mais c’est faute d’avoir étudié l’ensemble des œuvres de ce poëte qu’il la commet. Confiant dans les paroles de Fauchet, qui, n’ayant connu des pièces de Rutebeuf que celles qui sont contenues dans le manuscrit 7615 (lequel lui appartenait), fait vivre notre fablier bien avant 1250 sans déterminer une époque, et ne le fait cependant mourir qu’en 1310 sans dire sur quoi il se fonde, Legrand d’Aussy a cru que le satirique trouvère remontait peut-être à 1240, du moins comme réputation {car il vivait déjà certainement à cette époque), et il a eu le tort de ne pas chercher à approfondir et à vérifier cette opinion. Or, pour mon compte personnel, il me semble avéré qu’elle est inexacte. Je ne trouve en effet aucune pièce de Rutebeuf portant une date exprimée clairement, ou qu’on puisse apercevoir par induction qui se rapporte à un temps antérieur à l’année 1250 au plus tôt ; peut-être même ceci est-il déjà hasardé. Comment expliquer en effet que Rutebeuf, s’il écrivait déjà en 1250, et à plus forte raison s’il écrivait antérieurement, n’ait, lui qui parle de tout et de tous, absolument rien dit de la reine blanche, morte seulement en 1253 ? La plus grande partie d’ailleurs des œuvres de notre trouvère roule sur des événements postérieurs à 1260, et un assez grand nombre de ses compositions date de 1270. J’admettrai donc difficilement que La desputizons dou croisié et dou descroizié lasse allusion à la croisade projetée en 1246.

Voilà pour la thèse générale. Maintenant, en descendant aux détails et en les analysant, je vais prouver que La desputizon dou croisié et dou descroizié, loin de se rapporter à l’expédition qui eut lieu en 1248, n’a été composée qu’à l’occasion de la sixième expédition d’outre-mer, c’est-à-dire de 1268 à 1270, qui fut la deuxième de Louis IX.

Avant tout, il faut que je fasse justice des considérations accessoires par lesquelles Legrand d’Aussy a essayé d’étayer son opinion. Je dirai donc que, si le projet de saint Louis en 1246 fut généralement désapprouvé, la mise à exécution de la sixième croisade en 1270 le fut encore bien davantage. En effet, en 1248 l’opposition vint presque tout entière de la reine Blanche, qui, portant à son fils la plus vive tendresse, et persuadée, s’il partait, qu’elle ne le reverrait plus (voyez, à la fin du Romancero français, par M. Paulin Paris, un délicieux passage de la Chronique de Rheims cité à cet effet), ne se borna pas à susciter au roi des obstacles personnels, mais souleva encore contre lui jusqu’aux grands dignitaires de l’Église, lesquels auraient dû au contraire se montrer satisfaits de la piété de Louis. Ce fut même à la prière de la reine-mère que l’évêque de Paris vint adresser des remontrances au monarque et le prier de ne pas quitter son royaume. Remarquons d’ailleurs une chose. Les raisons que donne le non-croisé pour se dispenser d’aller outre-mer portent presque toutes sur ce point, qu’on devient pauvre en se croisant, qu’on échange cent soudées contre quarante, qu’on ne gagne rien à ce métier, etc., etc. Or, en 1246 il y avait déjà plus de quarante ans que la quatrième croisade avait eu lieu, et cette entreprise n’avait pas été si malheureuse pour ceux qui y prirent part, puisqu’ils s’emparèrent de Constantinople et fondèrent l’empire des Latins. Ce ne serait donc point d’elle qu’on aurait pu tirer les arguments qui précèdent. L’expédition de 1248, au contraire, dut très-bien les fournir, car ses résultats furent déplorables, et Joinville, qui aimait beaucoup le roi, en fut si effrayé qu’il refusa en 1270 d’accompagner de nouveau ce prince outre-mer[49]. Réfléchissons d’ailleurs que la génération qui entreprit avec saint Louis la croisade de 1248 était nouvelle : il ne restait peut-être pas dans l’armée un seul croisé de 1204. En outre le roi lui-même était jeune, et en supposant qu’il fût resté de l’expédition du marquis de Montferrat (ce que je suis loin de croire) un souvenir de calamité, il n’y avait guère que quelques vieillards qui pouvaient en tirer par prudence un motif d’opposition. L’entreprise de saint Louis dut par conséquent être accueillie avec enthousiasme. Je vais plus loin. Comme l’humanité est oublieuse, et que les nouvelles générations espèrent chacune être plus heureuses ou plus habiles que leurs devancières tout en retombant dans les mêmes fautes, je dis que l’expédition de 1204 n’eût-elle fait, au lieu de succès, éprouver que des revers à ceux qui l’entreprirent, la croisade de 1248 devait être la bienvenue auprès des seigneurs et du peuple, qui, nés avec le règne nouveau, avec les idées nouvelles, avec le besoin de luxe et de hasards que l’Orient avait éveillé chez eux, devaient éprouver pour la Terre-Sainte une vive curiosité jointe à des désirs d’ambition.

Une dernière raison vient d’ailleurs fixer d’une manière irrécusable la date de notre pièce au temps qui s’écoula entre l’année 1267, qui vit projeter la deuxième croisade de Louis IX, et l’année 1270, qui la vit exécuter. C’est celle que je tire de la dix-huitième strophe de La desputizons. Le croisé dit en effet dans cette stance : « Laisse là les clercs et les prélats, et regarde le roi de France, qui, pour conquérir le paradis, veut risquer son corps et prêter ses enfants à Dieu. Un tel prêt est inestimable. » Or, dans la première croisade saint Louis, qui était marié depuis 1235 seulement à Marguerite, fille aînée de Raymond II, comte de Provence, emmena bien avec lui ses trois frères, Robert, comte d’Artois, Alphonse, comte de Poitiers, et Charles, comte d’Anjou ; mais il ne put prêter à Dieu ses enfants, le prince Louis, qui mourut en 1260, étant alors très-jeune, et le second, Philippe, qui succéda à son père, n’ayant encore qu’un an (il était né en 1245), ce qui l’eût empêché, on me l’accordera sans peine, d’être d’un grand secours à Dieu.

Lors de la croisade de 1270 au contraire le roi, ainsi que le fait très-bien observer Rutebeuf dans la strophe seizième du Dit de la voie de Tunes, emmena ses enfants avec lui, savoir : Tristan, né à Damiette en 1250, et qui mourut durant l’expédition ; Philippe, qui après la mort de son père prit la couronne sur le rivage même de Tunis, et Pierre, comte d’Alençon, qui mourut à Salerne en 1284[50].

En présence de ces considérations et de ces faits il faudrait, pour combattre mon opinion et adopter celle de Legrand d’Aussy, équivoquer sur le mot enfants, et soutenir que le poëte a peut-être voulu, par un terme figuré, désigner tout simplement les sujets du roi de France. Je ne crois pas cette défense plausible ; d’autant plus qu’en ce cas le vers de Rutebeuf, qui à propos des enfants prêtés à Dieu dit immédiatement que ce prêt est inestimable, ne signifierait plus rien. On me permettra donc de regarder comme suffisamment établi le point que j’ai essayé de prouver dans cette discussion.

Je passe à l’examen d’une autre opinion avancée par Legrand d’Aussy à propos de la même pièce. « Je ne doute pas, dit-il, que ce ne soit un jeu dramatique avec son prologue. Le Miracle de Théophile, qu’on a lu ci-dessus, est du même auteur. » Plus loin encore il revient sur cette assertion, range dans la même catégorie diverses autres disputoisons, ainsi que le Diz de l’erberie, et ajoute : « Telles sont les pièces dramatiques du 13e siècle que m’ont fait connaître mes lectures… Je suis convaincu que ce ne sont point là les seuls anciens jeux qu’on trouvera dans les manuscrits si l’on veut y fouiller (ce vœu ne s’est malheureusement point réalisé, et la seule pièce de cette époque, ou même antérieure, qui ait été trouvée depuis, est un fragment d’une Résurrection en vers anglo-normands que j’ai publié (Paris, Techener, 1834) ; mais ceux-ci du moins sont suffisants pour prouver que l’origine de notre théâtre remonte plus haut qu’on ne l’a cru jusqu’ici, et qu’au 13e siècle nous avions déjà des drames, et même des drames de plus d’un genre, etc. »

Cette assertion hardie a effrayé quelques-uns de nos érudits, qui n’ont voulu voir dans le jeu de Robin et Marion, dans celui de Pierre de la Brosse, etc., que des dialogues sans prétention théâtrale. L’honorable M. Monmerqué, dans les réflexions qui précèdent l’édition d’un des jeux qu’il a donnés pour la Société des Bibliophiles, dit : « M. Roquefort fait remonter l’art dramatique parmi nous jusqu’au 12e siècle ; il considère le fabliau d’Aucassin et de Nicolette comme le premier essai de ce genre. Nous croyons cependant impossible de placer ce joli fabliau au nombre des pièces de théâtre. Il consiste dans une narration touchante faite par un ménestrel, qui la suspend par intervalles, tandis que son compagnon chante sur son luth des morceaux de poésie. Ou n’y trouve ni dialogue ni action mise en scène, rien de ce qui constitue l’ébauche la plus imparfaite d’une pièce dramatique. On peut en dire autant des Jeux partis, et par conséquent du fabliau des Deux Bordeors Ribauds, que M. Roquefort regarde comme une esquisse théâtrale. Ces pièces n’offrent point de dialogue ; ce sont deux discours et pour ainsi dire deux plaidoyers qui se succèdent l’un à l’autre, etc. » L’opinion de Legrand d’Aussy me paraît pourtant assez juste. En principe, tout ce qui n’est pas récit pur, tout ce qui s’agite entre plusieurs personnages sous la forme de dialogue et de causerie sort de la route narrative, et constitue le drame à l’état d’embryon ; mais, pour que cela soit chose théâtrale, il faut encore qu’il y ait action, que le jeu scénique se fasse jour. Or dans les pastorales d’Adam, dans le Miracle de Théophile, etc., on rencontre cette qualité essentielle. Les personnages en effet se meuvent, vont, viennent, agissent : il y a spectacle. Dans les disputoisons au contraire je ne vois rien de ceci : le même personnage peut fort bien remplir deux rôles, qui n’ont d’autre vie que la parole. Enfin c’est peut-être, c’est là même, je crois, le pérystile par lequel nos aïeux ont dû passer avant d’arriver au drame ; mais ce n’est aucunement le temple où siège la divinité. »

Selon moi, Legrand d’Aussy a eu tort de ranger les disputoisons sur la même ligne que les jeux, car ces deux choses sont distinctes. Dans les jeux il n’y a pas d’introduction, l’action se déroule et s’explique d’elle-même ainsi que dans le théâtre actuel. Dès le début des premières (tant il est vrai que ceci n’était point destiné à la représentation, mais uniquement tout au plus au récit ou à la lecture) l’auteur, au contraire, est obligé de placer un prologue où il entre lui-même en scène, afin de pouvoir amener le dialogue entre ses personnages.

Cela posé, je rétablirai ici, mais sans la résoudre, laissant ce point à débattre aux historiens spéciaux du théâtre, une question que j’ai déjà posée à propos du Jeu de Pierre de la Brosse (voyez la fin de la préface de cette publication). La voici :

Les Grecs et les Latins eurent, on le sait, outre leur théâtre public, un théâtre privé dont ils faisaient usage à la suite des festins et dans diverses solennités de famille. Ils possédaient également l’idylle et l’églogue, qui formaient les différentes compositions dialoguées de la narration ordinaire et du théâtre. Ne serait-il point possible que nos aïeux eussent possédé comme les anciens un théâtre de famille et de festins ? que la disputoison eût tenu chez eux la place de l’églogue et de l’idylle, et qu’elle eût été récitée dans certaines occasions ou lue par un ou plusieurs personnages ? Il me semble que cette opinion peut concilier bien des choses, et qu’elle ne force pas à admettre parmi les drames les disputoisons, qui, suivant nous, n’en sont pas, ou à rejeter de ce genre de compositions les jeux et les miracles, qui en forment chez nous la première base.


----


NOTE R.

(Voyez page 144, fin de la note de la page précédente.)


Tous les écrivains contemporains, Ramon de Muntaner, Barthélemi de Néocastro et Nic. Specialis (voyez pour le premier l’édition de M. Buchon, pour les deux autres Muratori) blâment la conduite impolitique de Charles d’Anjou ; mais nul ne me paraît, en peu de mots, avoir fait plus éloquemment ressortir les souffrances de la Sicile durant le règne de ce prince qu’un chaleureux écrivain moderne, M. Michelet, dans le tome III de son Hist. de France, page 13 à 15. Je ne puis résister au plaisir de citer ici ce fragment.

« La Sicile n’avait pas de pitié à attendre de Charles d’Anjou. Cette île, à moitié arabe, avait tenu opiniâtrément pour les amis des Arabes, pour Manfred et sa maison. Toute insulte que les vainqueurs pouvaient faire au peuple sicilien ne leur semblait que représailles. On connaît la pétulance des Provençaux, leur brutale jovialité. S’il n’y eût eu encore que l’antipathie nationale et l’insolence de la conquête, le mal eût pu diminuer ; mais ce qui menaçait d’augmenter, de peser chaque jour davantage, c’était un premier, un habile essai d’administration, l’invasion de la fiscalité, l’apparition de la finance dans le monde de l’Odyssée et de l’Énéide. Ce peuple de laboureurs et de pasteurs avait gardé sous toute domination quelque chose de l’indépendance antique. Il y avait eu jusque-là des solitudes dans la montagne, des libertés dans le désert ; mais voilà que le fisc explore toute l’île. Curieux voyageur, il mesure la vallée, escalade le roc, estime le pic inaccessible ; le percepteur dresse son bureau sous le châtaignier de la montagne ; on poursuit, on enregistre le chevrier errant aux corniches des rocs, entre les laves et les neiges.

« Tâchons de démêler la plainte de la Sicile à travers cette forêt de barbarismes et de solécismes par laquelle écume et se précipite la torrentueuse éloquence de Barthélemi de Néocastro : « Que dire de leurs inventions inouïes, de leurs décrets sur les forêts, de l’absurde interdiction du rivage, de l’exagération inconcevable du produit des troupeaux ? Lorsque tout périssait de la langueur sous les lourdes chaleurs de l’automne, n’importe, l’année était toujours bonne, la moisson abondante… il frappait tout à coup une monnaie d’argent pur, et pour un denier sicilien s’en faisait payer trente… Nous avions cru recevoir un roi du Père des pères, nous avions reçu l’Antechrist. »

« Il fallait, dit un autre, représenter chaque troupeau au bout de l’an, et en outre, plus de petits que le troupeau n’en pouvait produire. Les pauvres laboureurs pleuraient ; c’était une terreur universelle chez les bouviers, les chevriers, chez tous les pasteurs. On les rendait responsables de leurs abeilles, même de l’essaim que le vent emporte ; on leur défendait la chasse, et puis on allait en cachette porter dans leurs huttes des peaux de cerfs ou de daims pour avoir droit de confisquer. Toutes les fois qu’il plaisait au roi de frapper monnaie neuve, on sonnait de la trompe dans toutes les rues, et de porte en porte il fallait livrer l’argent…[51] »

« Voilà le sort de la Sicile depuis tant de siècles. C’est toujours la vache nourrice, épuisée de lait et de sang par un maître étranger. Elle n’a eu d’indépendance, de vie forte que sous ses tyrans, les Denys, les Gélon ; eux seuls la rendirent formidable au dehors. Depuis, toujours esclave. C’est chez elle que se sont décidées toutes les grandes querelles du monde antique : Athènes et Syracuse, la Grèce et Carthage, Carthage et Rome ; enfin les guerres civiles. Toutes ces batailles solennelles du genre humain ont été combattues en vue de l’Etna, comme un jugement de Dieu par-devant l’autel. Puis viennent les barbares, Arabes, Normands, Allemands. Chaque fois la Sicile espère et désire, chaque fois elle souffre ; elle se tourne, se retourne, comme Encelade sous le volcan. Faiblesse, désharmonie incurable d’un peuple de vingt races, sur qui pèse si lourdement une double fatalité d’histoire et de climat ! »

Voici maintenant sur Charles d’Anjou et Mainfroi quelques détails qui se trouvent dans le Roman de la Rose. Jehan de Meung, citant les exemples célèbres, fait dire à la Raison (voyez page 118, tome II, édition de Méon) :

C’est de Mainfroi, roi de Sésile,
Qui par force tint et par guile
Lonc tens en pès toute sa terre,
Quant li bons karles li mut guerre,
Conte d’Anjou et de Provence,
Qui par devine porvéance
Est ores de Sésile rois,
Qu’ainsinc le volt Diex le verois,
Qui tous jors s’est tenus o li.
Cist bon rois Karles l’en toli
Non pas sans plus la seignorie,
Ains li toli du cors la vie.
Quant à l’espée qui bien taille,
En la primeraine bataille
L’assailli por li desconfire,
Eschec et mat li ala dire
Desus son destrier auferrant
Du trait d’un paonnet errant
Ou milieu de son échiquier.
De Corradin parler ne quier
Son neveu dont l’exemple est preste,
Dont li rois Karles prist la teste
Maugré les princes d’Alemaigne :
Henri, frère le roi d’Espaigne,
Plain d’orguel et de traïson
Fist-il morir en sa prison, etc.

Et plus loin (même édition, page 124) :

Cis vaillans rois dont ge te conte
Que l’en soloit tenir à conte,
Cui nuis et jors et mains et soirs,

L’âme, le cors et tous ses hoirs
Gart Diex et desfende et conseille,
Cil donta l’orguel de Marselle[52],
Et prist des plus grans de la vile
Les testes, ains que de Sézile
Li fust li roiaumes donnés,
Dont il fut puis rois couronnés
Et vicaire de tout l’empire.

Je crois devoir donner ici maintenant un petit poëme qui ne se trouve que dans le seul Ms. 2736 La Vallière, et que M. Buchon a compris dans sa première collection historique, où il est pour ainsi dire perdu, et qu’il n’a pas reproduit dans les autres. Ce poëme biographique, qui contient des détails curieux, est dû au trouvère Adam de la Halle, ménestrel du comte d’Anjou, et dont il est probable que les pièces dramatiques furent représentées à Naples dans la cour de ce prince.


C’EST DU ROI DE SÉZILE.


On doit plaindre, et s’est honte à tous bons trouveours,
Quant bonne matère est ordenée à rebours ;
Car qui miex set plus doit metre paine et secours
A che bien ordener qui miex doit estre encours,
Ne chiex ne meffait mie qui les vers fait meillours,
Mais chiex qui les emprent et si n’en set les tours.
Che fu damages grans, nichetés et folours,
Se si bele matère où jà iert mes retours
Demouroit si qu’ele est mau rimée à tous jours.
Li matère est de Dieu et d’armes et d’amours,
Et du plus noble prinche en proueche et en mours
Qui onques endossast chevalereus atours,
N’à qui onques en terre avenist grainde honnours,
Que Diex et hardemens et sa roiaus vigours
Li fisent conquester par proueche en estours.
C’est du bon roy Charlon, le seigneur des seignours,
Par cui li drois estas de le foi est ressours,
Qui fu roys de Sézile et de Puille et d’aillours,
Et de royal lignie ensieut les anchissours

Et de chevalerie est chiex et dieus et flours.

D’autre part fu valours en cestui bien assise,
Car nature i fu toute à son pooir esquise
En biauté et en forche, en gentil taille alise.
Lui quart de frères fu, drois est que les descrise :
Li uns fu Loeys, li roys de Saint-Denise,
Chiex qui tant essaucha et ama sainte Eglize,
Par cui fu Damiete as Sarrasins conquise ;
Et li bons quoins d’Artois qui fu à chele prise,
Et li quoins de Poitiers et chis qui les ravise,
Les seurmontoit de non et de fait et d’emprise.
Mar virent mescréant lui ne se vaillandie ;
Car de ses anemis ne se mist mie en mise,
N’il n’en prist raenchon, ains le mist à yuise,
Si com vos m’orrés dire ains que je gaires lise.
Li hardemens de lui se gent muet et atise,
Si qu’il ne puet en aus demourer couardise.
De canques il ot empris ot-il victoire aquise,
N’onques de lui ne fist nus plus bele devise,
Car le vertu du cors ot toute en armes mise,
Et le cuer en largueche, en Dieu et en franquise.

En avoec che qu’il eut cuer et cors de vassal
Ne vit onques de lui nus prinche plus loial,
Ne compaignon aussi de lui plus général,
Ne qui plus honnerast dames d’amour coral,
Et bien en mainte marche i parut chi aval.
Pour eles escilla chevaus, pourpoint, chendal :
Bachelerie est bien depuis muée en mal.
C’est mais tout reuberie ; il n’ont point d’apoial :
Mais s’encore fust Charles en Franche le roial
Encore trouvast-on Rolant et Parcheval.
Tel gent ot avoec lui pour bien tenir estal,
Nos bons roys de Sézile en maint estour mortal,
Car par le hardement séur et natural
Fu chascuns Oliviers et séurs au cheval.
Teus hom doit tenir terre et règne empéreal :
Nient plus ne doutoit chaus que s’il fust de métail ;
Et l’espée en ses puins fait valoir Durendal.
Chiex seus fu Diex en terre, il n’eut nui principal,
Mais par s’umelité furent tout parigal.

Or avés se proueche en général oïe :

Chi après vous sera clèrement desploïe
Et depuis qu’il fu nés en orde poursievie
Se loenge est si bele et si autorisie
Qu’ele doit vilain cuer purgier de vilenie,
Et d’armes esmouvoir toute chevalerie,
Et de joie eslever cuer d’amant et d’amie.
Ne sai quel ménestrel l’avoient depêchie,
Mais jou Adans d’Arras l’ai à point radrechie[53],
Et, pour chou c’on ne soit de moi en daserie,
On m’apele bochu, mais je ne le sui mie.
Deus fust se ceste estoire éust esté périe,
Car peine i est si bien et si biel emploïe
Et me créanche est tele, et pour che je m’afie
Que pour l’amour du Roy m’en iert Diex en aïe,
Car il l’ama et fist tant pour lui en sa vie
Que je croi qu’il plaist Dieu que je l’ai commenchie ;
Et d’autre part j’ai si ceste oevre encoragie
Que je croi qui m’en cuer fenderoit à moitie
Du bon prinche i veroit le figure entaillie.

Li mainés fiex leur père fu Charles li gentiex,
Mais aussi proprement comme mais et avriex
Entre les autres mois est biaus et dous et piex,
Fu Charles li plus gens et li plus signeriex.
Tout furent filz de roy, mais Charles le fu miex,
Car au jour qui fu nés estoit la poestiex
Li pères dou roiaurne et sacrés et esliex :
Che n’iert-il quant il eut ses .iij. primerains fiex.
Or dirai de s’enfanche, il en est chi bien liex.
Enfès fu bien veignans, gracieus et soutiex,
En doctrine entendans, de meffaire doutiex,
Servichaules, rians, de servir volentiex ;
As chiens et as oîsiaus par nature ententiex,
Et pour chou n’estoit-il des dames mie eskiex,
Ains l’en metoit amours des plus beles à kiex.

Ains qu’il fust eslevés ne que il fust parcriex
Portoit-il hardement en vairs amoureus iex,
Et anchois qu’il fust nés le saintefia Diex,
Car au naistre aporta le crois roial con chiex
Qui seroit roys du mont après le roy des chiex.

Com plus vint en avant, plus crut se renommée,
Et parole est tantost en divers lieus volée.
S’avint que en Provenche ert li nouvele alée
Tant que chele l’oï qu’il éut puis espousée
Qui demoisele estoit et hoirs de le contrée,
Car par loy revient là li hoirs à la mainsnée,
Li bons freres Charlon quel vie j’ai contée.
Li autre estoit au roy d’Engleterre donnée,
L’autre au roy d’Alemaigne, chi ot gente portée.
Seur ches .iii. ne ferai ore plus de demourée.
Li quarte, qui n’estoit encor pas mariée,
Du bon renon Charlon ne fust jà saoulée,
Ains s’est tant de bon cuer en l’oïr delitée
Qu’ele se sent aussi que toute enfantosmée.
De gai cuer, d’œil riant, de légière pensée,
Et amours, qui trouva le porte deffremée,
Saut ens, adont fu-ele de s’amour embrasée.

Dont ne fu-ele à pais si ot véu Charlon,
Car amours et désirs le cachoit savoir mon
Se li personne estoit concordant au renon,
Et quant el ot véue se fourme et se fachon,
Dont fu-ele d’amours en plus male frichon,
Ne onques au sanlant ne li n’à se raison,
Ne le puet nus savoir tant fust de se maison,
Ains suchoit à par li ses cans par s’occoison.
Elas ! et pour che sont cuer de feme larron
C’on ne puet riens savoir de leur entention,
Et nous leur disons tout : chi a male parchon.
Longuement fu ensi tant qu’en se region
Un riche conte avoit qui Raimons ot à non
C’on li voloit donner, mais ses cuers disoit non.
Comment qu’el en fesist pour s’onneur sanlant bon,
Dont ne se paut cheler, ains a pris .i. garchon,
A son ami l’envoie à coite d’esperon.
En un petit d’escrit li a fait mention
Comment amé l’avoit et se li faisoit don
De son cors s’il voloit li rescourre à Raimon.

Li nouvele estoit jà tout partout espandue
De quel cuer, de quel forche et de quel value
Ert li frères au Roy par sanlant de véue.
Nature à tous faisoit sa personne cremue,
Anchois que li proueche i fust onques séue.
Quant il eut par loisir le lettre pourvéue,
Vit que chele dansele voloit estre sa drue ;
Amours li entre ou cuer et li sans li remue ;
De désirrier frémist et d’espoir s’esvertue :
Prist gent, vint en Prouvenche et chele ert jà méue
Pour mener espouser dolante et irascue.
Et quant li enfès ot la novele entendue
Et le route des gens à plains cans connéue
Et vit en milieu d’aus le puchele en sambue,
Et chelui qui le nuit le cuidoit tenir nue,
Les chevaus ont restrains et l’enfès premier hue.
De lonc lanche seur fautre et sans atendre aieüe
Les escrie et chil ont se vois reconnéue :
Se fuient comme aloe fait esprevier de mue :
La puchele remest, et chiex l’a retenue
Envers cui ele fust à envis desfendue.

Qui dont véist Charlon à joie repairier
Et douchement d’amours l’un à l’autre acointier,
Beles paroles dire et dous regars lanchier,
Et en le partefin acoler et baisier
Et le seurplus prometre et enconvenenchier
Par veu de mariage et par foy fianchier,
Nis dou mal de le mort se peust rehaitier.
Loeus qui vinrent à Ais en un secré moustier,
Le prist chele à signeur et il li à moullier,
Car li uns ne cuidoit jà à l’autre aprochier.
Dont fist Charles le fait à son frère nonchier ;
Qui véist Loéys de joie appareillier,
La royne méisme avoit assez plus chier
Qu’il eust se sereur que autre chevalier.
Pour che se pena plus de le feste essauchier ;
Ensi se commencha Charles à assaier,
Que il estoit si jones qu’encore à guerroier
N’avoit-il fait barnage quant il fist che premier.
S’amours l’assali jone, il s’en seut bien aidier :
Ensi doit-on d’enfanche à valour commenchier.

Au point que Charles fist ce premier vasselage,

N’estoit-il chevaliers, ne n’avoit iretage,
Mais ses frères li Roys li fist tant d’avantage
Qu’il li donna tantost d’Angau le signerage
Pour partie de terre à tenir en hommage,
Et le fist chevalier, tel que cuer et usage
Mist tout en armes puis pour avoir vasselage,
Et avoecques tout che eut-il le cuer si large
Et manière si bone et si bele et si sage
C’on ne savoit si bon nului de son éage.
Il ne refroida pas pour estre en mariage
Ne pour castiement d’omme de son lignage,
Mais par jour et par nuit, par vent et par orage,
Aloit de marche en marche acroistre son barnage,
Et chascuns le sievoit com pantière sauvage,
Ne nus pour li sievir ne metoit terre en gage,
Mais qui n’avoit de coi s’estoit de son mainnaige,
Ou il avoit au mains bouche à court et fourage.
Seur lui pooient tout li bon clamer haussage,
Et as osteus paioit si despens et ostage
Que nus ne s’en plaingnoit ne n’i avoit damage.

Droit en armes estoit, si parans et si biaus,
Plus ates et plus joins qu’en ses plumes oisiaus,
Et séurs au cheval plus que tours en chastiaus.
S’il aloit à le jouste ou à si fais chembiaus,
Du cors droit apensés et des gambes isniaus,
En aloit en planant plus tost c’uns arondiaus
De si près qu’il riffloit gloières et bouriaus.
Sachiés n’i jouoit mie li ber à reponnaus,
Mais ou plus grant tintin d’espées seur cherviaus,
Là où véoit le plus machues et coutiaus
Et hiaumes effondrer et decauper musiaus,
Là ert adès li queins et s’ensengne royaus
De aus prendre et donner tous jours frès et nouviaus.
Du cors faisoit estaque et des deux bras flaiaus
Et de son elme englume et d’espées martiaus.
Il ne raportoit mie à l’ostel ses labliaus ;
Le plus sovent metoit sen content as fissiaus.
Hé ! Jehans de Bailloeus ! frans chevalier loiaus,
Dieu ait merchi de vous ! jà fustes-vous de chiaus !
Encore paroît-il à vous de ses meriaus.

Il féist à envis deffendre ne deffaire
Tournois, festes ne jeus, ains les faisoit atraire,

Menestreus envoisier, hiraus crier et braire,
Nis li gent gaaignant amoient son repaire,
Et or le veut chascuns et tolir et fourtraire.
Par lui régnoit Amors, qui ne set ore où traire ;
S’on amoit par amours en aussi bon affaire
Li siècles seroit bons et la gent débonnaire ;
Mais jà bon ne seroit ensanle doi contraire ;
Puisque haïne règne, amours n’i a que faire.
Nus n’aime par amours, on le veut contrefaire ;
Qui à droit ameroit il ne li porroit plaire
Riens dont il ne s’amie i péussent meffaire.
Qui se fait bon ouvrier drois est c’à l’œuvre paire ;
Mais on puet maintenant par maint essample estraire
De quele amour on aime et s’on jue à mestraire,
Car quant il ont goï ne s’en puéent-il taire.
Ahi ! Charles, bons roys, on pouroit mout retraire
De bien de vos amours et tant bel essamplaire :
C’est drois c’oisiaus gentiex par lui s’afaite et maire.

Folie me seroit ore plus arester
As enfanches de lui, car trop ai à conter
Des proueches de lui et por terre et por mer,
Et de Marcelle aussi qui cuida reveler
Contre lui par deus fois, dont il fist rafrener
Les uns par encachier, les autres par tuer,
Vous péusse assés dire et lui à droit loer ;
Mais de plus haute estoire ai tant à deviser
Qu’il m’estuet des meneurs legièrement passer.
Vous avez bien oï de l’empereur parler,
Fédri, qui piechà fu condampnés par errer
Contre Roume et le foy que il devoit tenser :
Lui et ses successeurs le convient comparer,
Mainfrois, qui descendi de lui, cuida régner
Ensi qu’il avoit fait, et au pape estriver
Et encontre l’Eglize usages alever.
Li papes, qui tout puet et cangier et muer,
Loier et desloier, assaure et condampner,
Pensa comment porroit ceste honte amender ;
Si fist les cardonnaus et les frères mander.

Quant furent assanlé et li papes souspire
En recordant comment Mainfroi les mésatire,
Que pour amonnester ne pour lui entre dire
Ne laist Dieu ne le foy ne l’Eglize à despire,

N’enver aus ne se daigne amender n’escondire.
Et si fu condampnés l’empérère se sire,
Dont chil ne doit tenir le règne ne l’empire ;
Par coi il leur loa c’on fesist tost escrire
Au bon conte d’Angau, meilleur ne sot eslire,
Qui les viegne sekeure ains que li cose empire,
Et que le terre il ait s’il le puet desconfire.
Pour le besoigne avoec le lettre miex pardire,
Et on ne dist ne fait, n’en parkemin n’en chire,
Chose, quels qu’ele soit, que on n’en oie espire.
Et quant Mainfrois le sot d’orgueil prist à sourrire,
Ne sanlant ne daingna faire qu’il s’en aïre,
Car il ne cuidoit mie, et chou le fist ochire,
Que tous li mons péust à lui tenir eslire.
Tout s’acordent ensanle à che sans contredire
Et ont messages pris tés qui doivent souffire.

Biaus chevaliers, et preus, et sages fu Mainfrois,
De toutes bonnes tèches entechiés et courtois ;
En lui ne faloit riens fors que seulement fois ;
Mais ceste faute est laide en contes et en roys.
En son demaine avoit, com sires, n’iert pas drois,
Le règne de Sezile et Puille, outre le pois
De toute sainte Eglise, et menoit son gabois
De le venue au conte et de tous les Franchois,
Et si faisoit gaitier les passages destrois,
Qu’il n’estoit ens trouvés chevaus ne palefrois
Qui ne fust retenus et pris outre sen pois,
Pour chou espéroit-il Charlon tenir as dois,
N’il ne se pourveoit de gent ne de harnois,
Ains atendi le pril sans lui vuaitier anchois.
Et unne mesquéanche en atrait .ij. ou trois.
Autre scienche estuet de guerre que de loys :
Par engien conquiert-on sen plus fort maintefois ;
Si fist Charles, qui tant ama guerre et tournois
Qu’il en dut bien adont avoir pris tous ses plois.

Pour chou fu-il mandés et pris par esliture
A si noble besoing seur toute créature,
C’ons nous essauche plus quant il va loing et dure
C’avoirs dont li tenans honnerer ne s’en dure.
Honnis soit li avoirs qui singneur deffigure,
Car c’est dou cucuel faire le nourreture.
Et si règne plus grans avarisse et usure,

Che sont li visce ou mont, che tesmoingne Escriture,
Par coi toutes vertus devient anchois oscure.
Ensi va maintenant li siècles male alure,
Car puis que li chiés faut, il convient par droiture
Les membres par desous traire à desconfiture.
Li prinche en leur sougis ne resgardent mesure,
Ne prélas en le foy, dont or fust mal séure
Toutes crestientés, et souffrist grant laidure,
Se Charles n’i éust mis piechà si grant cure ;
Par devers mescréans garda bien le pasture :
Il tous seus nous tu clés et deffense et closure.
Or vaurrai revenir à me première ourture
Des messages au pape et de leur aventure.

Quant orent besoingnié et pris congiet à droit,
Retourné sont à Rome, où on les atendoit,
Et revenu anchois c’on ne les espéroit.
Sans arester venu sont au pape tout droit ;
Le pié li ont baisié, si com il afferoit,
Et puis li ont conté comment le cose aloit,
Et en contant, chascuns de Charlon se looit
Selonc che qu’en sen lieu retenus les avoit.
Après li ont baillié l’escrit qui contenoit
Le besoingne plus clère, et plus grant foi portoit,
Car li propres séaus du bon conte i estoit.
Devant les cardonnaus li papes les rechoit,
Et lut, et en lisant de joie larmoioit
Et Dieu de l’aventure humlement grascioit,
Et chascuns cardonnaus qui lire li ooit ;
Et pour chou que le pule esvertuer voloit
Pour si noble secours que venir li devoit,
Le fist savoir à tous, et si leur preéchoit
Pour miex persévérer en chou qu’il emprendroit ;
Et li queins d’autre part entr’oeus s’apareilloit.

Et prist gent de s’amour et de se connissanche,
Monseigneur Jaque Antiaume où il avoit fianche,
Et autre bonne gent sage et de grant vaillanche.
Si les envoie à Rome en plus grant espéranche
De se venue avoir, et pour metre ordenanche
Ou païs tant qu’il ait toute se pourvéanche,
Et si leur a mandé, non pas par esmaianche,
Jour quant il seroit là sans nesune escusanche.
Pour chiaus asséurer de toute dechevanche,

Atant se sont parti dou conte à grant doutanche
Pour Mainfroi qui faisoit gaitier à grant veillanche
Les passages partout ; mais pour le perchevanche
S’en alèrent par mer, et bons cuens les avanche
Tant qu’il vinrent à Rome et tout sans mesquéanche,
Et furent rechéu à mout grant honneranche.
Bien font canque li queins leur mist en ramembranche ;
Désormais ne sont plus li Romain en balanche
De le venue au conte, ains gardent l’aimanche
Ou païs de se gent et en sénéfianche
Qu’il tiennent à signeur le filz au roy de Franche.

Pour cest faus qui ne prent garde au commenchement
Qui marier se veut à cui il se consent,
Car il vient miex eslire un bon cors bel et gent
Qui ait sens et valour et bon entendement,
Con poi qu’il ait d’avoir, que caroigne et argent ;
Car sens atrait avoir et amis ensement,
Mais proueche ne sens on n’acate ne vent ;
Si qu’il pert à Charlon, qui fu premièrement
Simples queins et puis rois, encore miex atent ;
Car seur tous a proueche et sens et hardement,
Et s’a Dieu en aieue, à cui riens ne se prent ;
Car canques il avient desous le firmament
Vient du pooir de Dieu et du consentement.
On dist, si quiet aucun bien ou mauvaisement,
Que c’est de son éur, mais qui le dist il ment ;
Ains sont si très soutil de Dieu li vengement,
Qu’il nous chiet bien ou maus selonc nostre errement.
Pour chou que Charles a fait par l’ensengnement
De Dieu et de l’Église avint-il où il tent,
Et Diex li voeille aidier selonc chou qu’il emprent !


Explicit du Roy de Sézile.

----

NOTE S.

(Voyez page 155, note 1.)


Je crois cette pièce relative aux dissensions qui eurent lieu en 1266 dans la faculté des arts. L’Université, comme on sait, était divisée en facultés, et celles-ci en nations. Or, en 1266 il y avait entre la nation de France et celles de Picardie, de Normandie et d’Angleterre de grandes divisions, dont l’origine avait deux sources : la première, que chacune d’elles, tenant fort à être nombreuse, n’abandonnait jamais aucune partie du terrain qui pouvait lui procurer des sujets ; souvent même elle empiétait sur les limites des autres. Ce fut précisément ce qui arriva en 1266. Un aspirant né à Ulli Saint-Georges, diocèse de Beauvais, s’étant présenté à la nation de France, fut revendiqué avec éclat par celle de Picardie, et des paroles on ne tarda pas à passer aux voies de fait.

Le second motif de division était celui-ci :

La nation de France, plus nombreuse à elle seule que toutes les autres ensemble, supportait avec peine l’égalité de ses sœurs, dit Crevier dans son Histoire de l’Université. Elle prétendait fournir trois examinateurs au lieu d’un pour l’examen commun des aspirants à la maîtrise ès-arts ; elle ne voulait point confondre les revenus qu’elle tirait des droits payés par ses candidats avec les revenus des autres nations, etc.

De là naquirent des scènes de désordre, qui se terminèrent fort souvent par des effusions de sang. Le cardinal Simon de Brie, légat du pape, qui était alors à Paris, entreprit de calmer les esprits. Il fit dans cette intention un règlement fort sage, mais qui ne put guérir le mal radicalement puisqu’en 1271, pendant qu’il était en Italie, où l’avait rappelé la mort de Clément IV, la querelle recommença. Elle ne s’apaisa un peu qu’au retour de Simon de Brie, que le nouveau pape, Grégoire X, renvoya en France en qualité de légat, et dont la prudence prévint de grands malheurs.

Mais le trouble ne fut point, cette fois encore, coupé dans sa racine, et Rutebeuf prophétisait en quelque sorte lorsqu’il disait en parlant de la querelle primitive :

Où hon a mainz divers contens
Despendu et despendera.

Simon de Brie fut en effet contraint pour la troisième fois, en 1278, de renouveler son règlement de 1266, et d’apaiser une nouvelle querelle qui s’était élevée entre la faculté des arts et le recteur d’une part, de l’autre entre les docteurs en médecine et de décret.

Au reste les désordres et les prises d’armes des écoliers, auxquels Rutebeuf fait allusion dans sa pièce, étaient fort fréquents à Paris et dataient de loin. En 1218 l’Official de Paris fut obligé de rendre une sentence dans laquelle nous trouvons que des écoliers, ou soi-disant tels, car le texte porte : vitam scholasticam se ducere fingentes, soutiennent leurs actes criminels par la force des armes, qu’un grand nombre d’entre eux blessent et tuent jour et nuit d’autres écoliers, enlèvent des femmes, violent des jeunes filles, forcent les hospices, et commettent des vols à main armée. En conséquence, l’Official les excommunie, eux et tous ceux qui dans les sept jours qui suivront cette sentence ne seront pas venus révéler à l’évèque ce qu’ils savent. Il est probable que ces moyens coërcitifs ne produisirent pas grand effet, car en 1223 Guillaume, évêque de Paris, fut obligé de sévir contre ces écoliers sicaires (c’est ainsi qu’il les appelle) qui, non-seulement commettent de nuit et de jour des rapts armés et des adultères et d’autres mauvaises actions, mais encore troublent la paix des citoyens. Celui-ci s’y prit un peu autrement, je veux dire un peu mieux que l’Official : voyant que l’excommunication n’épouvantait pas beaucoup ceux qu’elle était destinée à foudroyer, il fit mettre quelques écoliers (quosdam) en prison, et même, quosdam exterminavit, ajoute du Boullay.

Malgré ces exemples, il y eut en 1229 entre les écoliers et les bourgeois une grande querelle. Une chronique peu connue (Chronicon fiscanense) dit que plusieurs écoliers, par suite de cette querelle, furent noyés dans la Seine, et Mathieu Paris, qui tenait le récit de ces événements de la bouche des Anglais, forcés à sortir de France par suite de la dissolution de l’Université, narre les faits à peu près ainsi : À l’époque du carnaval, des écoliers, étant allés jouer hors de Paris vers Saint-Marcel, trouvèrent par hasard (casu) dans une taverne du vin très-bon et très-agréable à boire. Ils le burent ; puis, une discussion s’étant engagée sur le prix inter clericos potantes et caupones, cœperunt ad invicem alapas dare et capillos laniare. Les bourgeois ayant pris parti pour les taverniers, les écoliers furent contraints de se retirer après avoir été maltraités. Mais le lendemain ils revinrent en nombre et commirent mille dégâts, ce que la reine Blanche ayant appris (saint Louis était encore mineur), muliebri procacitate simul et impetu mentis agitata, præpositis civitatis et quibusdam raptariis suis dedit illicò in mandatis ut, sub omni celeritate armati, ab urbe exeuntes, hujus violentiæ authores nulli parcerent. Ceux-ci, selon l’usage, allèrent encore plus loin que les commandements, et tuèrent ou blessèrent des écoliers jeunes et inoffensifs qui jouaient dans la campagne. L’Université, ayant été informée de cela, se plaignit et demanda justice. On la lui refusa. Les maîtres et professeurs résolurent alors de fermer leurs écoles et de se disperser. La plupart se retirèrent à Angers, d’autres à Rouen, quelques-uns à Orléans ; et Henri III, roi d’Angleterre, adressa aux autres, pour les attirer auprès de lui, une lettre que nous avons encore ; mais tous en sortant de Paris n’avaient qu’un seul sentiment : legatum romanum execrabant, reginæ muliebrem maledicebant superbiam, imò eorum infamem concordiam. Mathieu Paris va même plus loin : par une de ces indiscrétions précieuses qui conservent aux générations futures les rumeurs populaires des générations passées, il ajoute : recedentium autem quidam famuli vel mancipia, vel illi quos somelus Galliardense appelare, versus ridiculos componebant, dicentes :

Heu ! morimur strati, mersi, spoliati ;
Mens mala legati nos facit ista pati.

Il est impossible de ne pas ajouter, pour faciliter la compréhension de ces vers, que la reine passait pour être la maîtresse du cardinal Saint-Ange, et que c’est ainsi qu’on pouvait dire d’elle qu’elle était le mauvais esprit du légat.

Je rappellerai encore les troubles qui eurent lieu en 1251, où des écoliers studieux furent emprisonnés tandis que les véritables auteurs du trouble échappèrent ; ce qui amena la proposition de séparer les écoliers en bons et en mauvais, de façon que l’Université pût réclamer les premiers sans crainte de se tromper s’ils étaient arrêtés, et abandonner les seconds. Je rappellerai également qu’en 1268, selon Félibien, les bourgeois réitérèrent, sous l’épiscopat d’Étienne Tempier, les plaintes déjà faites plusieurs fois contre les écoliers, qui couroient armés les nuits et exerçoient toutes sortes de violences; ce qui engagea l’évêque à lancer de nouveau une excommunication contre les coupables.

Je ne sais si elle réussit mieux que les précédentes.



----



NOTE T.

(Voyez page 158, note 1.)


Cy commance la descrissions
Et la plaisance des religions :
Bon i fait avoir mansions
Qui veut souffrir les passions.


Se li Rois de Cambray[54] véist

Li siècle si bon com il fist
El tens que fu sà en arrière,
En toute France ne choisist
Maison d’ordre où il se rendist,
Car li siècles est trop trichierre
Et la gent fausse et losangière ;
Meismes tuit li baron tel sont
Qui doivent gouverner le mont ;
Tuit vivent de rapinerie,
Chascuns tout honor relanquist.
Je ne sai que dire on en puist :
Tuit sont torné à vilénie.
Bon feroit changier sa manière
Et issir de l’orde poudrière :
Tant grate chièvre que mal gist.

Je me rendisse tempre ou tart,
Pour sauver m’âme aucune part,
Dedens une noire abeye,
Car se ma langue frit et art
Et jou ai pensée et resgart
A folour ou à lécherie,
Et je vest robe mal taillie
Et ma teste est haut reoingnie,
Dont samblerai double musart.
Ci ain miex ci faire folie
Et là où ele n’afiert mie :
Tex se quide chaufer qu’il s’art.

Se l’ordre de Prémonstré prent,
il me samble trop bone gent :
Or otroit Dex que il le soient.
Tuit sont blanc vestu par couvent,
Mais lor abbé changent souvent :
Kant en ont fait, tost le renvoient.
Ne cuit que jà des lor me voient,
Me autrement ne me conjoient ;
Comme il se paissent en couvent
De vin et char m’abandonnoient,
Einsi de moi joïr porroient.
Envis laist-on çou c’on aprent.

A ciaz de Cystiax me vueil traire :
Lor ordre me devroit mult plaire ;
Pour batre la char malostrue
Et por vestir laiens la haire
M’âme y porroit être absolue ;
Par luxure tou tans m’argüe,
Et s’est de moi mestresse et maire.
Avec cele gent débonnaire
Qui de tous biens est examplaire
A maint preudons mésaise éue,
Par coi l’âme n’iert à Dieu rendue ;
Car qui de bons est souef flaire.

En l’ordre sains Victor pourroie
M’âme sauver se je vouloie,
Car il se déduisent moult bel.
Se mortel péchié eschivoie,
Je cuit que bien esploiteroie,
Car trop sont vilain li cembel ;
Mais li cors ainme tant revel
C’a pou que il n’ist de sa pel ;
A son damaige adès coloie :
Il veut fort vin et cras morsel ;
Mais li hom norrist tel chael[55]
Qui puis menjue sa courroie.

En l’ordre d’Arroaisse adresse
Réligions de grant simplece :
De linge vestent par defors
Et la chemise blanche et seiche
Dont la char n’a point de léece ;
Car n’en atouche point au cors.
S’aveuc tel gent estoie amors
J’oublieroie les vins fors :
Changiée aroie mult ma trèche ;
Mais la chars veut tous les dépors,
Et je li quier, soit drois, soit tors :
Bien set li chas quel barbe il lèche.

En l’ordre sainte ermite
N’ai-ge noiant encore esté,
Car ne chevauchent s’asnes non ;

Se samblent apostres emprunté
Kant sor lor beste sont monté ;
Einsi quièrent lor garison ;
Mais ne quier trouver accoison
Par quoi me mète en lor prison.
S’aurai encore au siècle esté
Là où j’ai Rois de Cambray non ;
Ains c’on m’apiaut Frère à l’asnon
Ara mout pléu et venté.

S’en l’ordre des clers de Paris main
Qui de saint Jaques ont le reclain
Ains qu’il fut estorez enfin,
Kant jou n’ai à mengier au main
Si n’ai au vespre soif ne fain,
Einsi paist Dieu moi et autrui ;
Mais li convoiteus plain d’anui
Mettent lor viande en estui,
Vers Dieu sont enfrun et vilain,
Et j’ai si grant fiance en lui
Que, s’il de moi bien pense hui,
Einsi fera-il miex demain.

Une ordre sai fort et constable[56]
Et vers le cors pou amiable :
Autresi vivent com reclus.
Il n’a en auz trufe ne fable,
Chascuns a son fu et sa table,
Xiij. en y a en bos repus ;
C’est de haire chascuns vestus.
S’aveuc tex gens ière rendus,
Ma char seroit pou délitable.
Vrais Diex ! attenderai-je plus !
Ains que li chevax fust perdus
Feroit trop bon fermer l’estable.

Une ordre sai fort et nouvele :
Chascuns s’i saint d’une cordele[57].
Mult est fort la religions ;
Bone est, ce cuit, mais n’est pas bele.
Frère Meneurs chascuns l’appele ;

En lor cotes a chaperons.
Si j’avoie tex compaingnons
Je lairoie les morciax bons
Dont gloutenie renouvele.
Se li cors n’a chastois félons
L’âme en aura max guerredons :
Là où chat n’a, souris revele.

Aler m’en déusse le trot,
Ainsois au siècle plus rasot,
En l’ordre de saint Augustin,
Bon pain, bon vin ont et cras pot
Chascuns tant com user en pot.
Bien menjuent char et sain
Et vestent chemises de lin ;
Couvretoirs ont, coute et cousin ;
Ne gisent mie comme escot :
Tuit bon morsel sont lor voisin
Souvant, au soir et au matin,
Car qui lui part d’autrui ne got.

De fausse papelardie euvre
Mains prélas quant honnor recuevre,
Et qui se fait vesque clamer,
Dont trait carriax fors de son queuvre.
Adont son malice desqueuvre
Et veut le siècle sormonter :
Si fait sa croce haut lever.
Lui ne chaust qui le puist blasmer
Por la mitre dont il se queuvre.
Mult a personnes de çà mer
Qui doivent cest proverbe amer :
Où prestres muert, Dieus y a euvre.

Trop se fausse et trop se destruit
Qui por preudomme se conduit
Et en son cuer a tricherie.
Tex s’acesme, polist et duit,
Et tex en chantant se déduit,
En sa robe bele vestie,
Ki aimme Dieu et sert et prie ;
Mais la fausse papelardie
Engigne le siècle et souduit.
Tex monstre la dievenardie

Où il a mout de renardie,
Car n’est mie tout or qui luist.

S’un hermitaige veuil eslire,
Seul m’estouvra chanter et lire,
Ne me pourrai mais soulacier ;
Le siècle m’estouvra despire,
Déduit de parler et de rire
Me convenra ensus chacier
Le cuer oster et deslacier,
Dou soulas que seul pourchacier,
Et le cors livrer à martire.
Einsi peut-on Dieu embracier.
Qui ne donne ce qu’il a chier
Ne prent mie çou qu’il désire.

Se le siècle voi rassoter,
Irai nient jou por çou frouter
Avec les convers de Grant-Mont ?
Naie ! bien m’an puis déporter.
Pour coi iroie rioter
Kant volontés ne m’an semont,
Et ma pensée me respont
C’ancor truis gens qui bien me font ?
Mais kant je n’aurai qu’escoter
Tout à tens m’irai rendre adont
A Vauceles ou à Lonpont[58],
Car besoing fait vielle troter.

Ne sai eslire le milleur,
Se Dex m’a fait si grant signeur,
Ke chenoinnes soie d’esglise ;
N’arai mie tant de valeur
Que selonc ma très grant honneur
Soit dedenz moi karitez mise ;
Einsois manrai en convoitise :
Se j’ai garison bien assise
Au cor vaurrai avoir greigneur ;
C’est la manière et ce est la guise.
N’est riens qui en cest mont souffise :

Plentés n’i a point de saveur.

Mult est religions rebource,
Qui cors d’omme palist et bource :
Jà acorder ne m’i pourroie ;
Mais se relégions iert source
Où je peuéusse avoir grant d’ource
De quanques je deviseroie,
Vins et viandes et monnoie
Et tex solas que je vourroie,
Dont toute joie naist de fource ;
Se de Dieu le congié avoie,
Einsi l’âme li renderoie.
Bons marchiez trait argent de bource.

Savez que pence li hons riches :
« J’ai, fait-il, portes couleïches,
Avoir et deniers amassés ;
Joaus d’or, aniaus et affiches,
Et a surfin dedans mes liches
Dont manans suis et azassés,
Et si n’ai pas .xxx. ans passés ;
Si porrai vivre encore assés,
Et si ne suis ne folz ne niches,
Et si serai tost atornés :
A bien faire tans ai assés,
Car plus viennent jor que sauchiches. »

Li hons pourcoi ne s’aperçoit
Que si fox siècles le deçoit
Où tant a de male aventure ?
Il n’est nus, se la mort véoit
En sa maison ou en son toit,
Qui jà éust dou siècle cure
Où tant a orguel et ordure,
De vilonie et de luxure
Que nus sauver ne s’i porroit.
Mout est foux qui s’i asséure ;
Aaise y a-on qui pou dure,
Car n’est si chaut qui ne refroit.

Explicit la Divisions
D’Ordres et de Religions.

Voici encore une autre pièce postérieure à celle de Rutebeuf, et même à celle de Rois de Cambray (quoique de peu de temps), qui contient des détails curieux sur les ordres monastiques. C’est pour cela que je la donne ici. Elle est tirée du Ms. 198 N.-D. fol. 146, et prit naissance à l’occasion des fameuses bulles de Clément V, appelées depuis les Clémentines, dont la publication fut faite en 1317 par Jean XXII. La pièce est de 1318.


ci commence
LA REQUESTE DES FRERES MENEURS
SUS LE SEPTIÈME CLIMENT LE QUINT.


Clément est .i. nom débonnaire
Qui par droit à pitié doit traire ;
De li sont li estatut venu,
Mais je croi que cil sont venu,
Cil qui sont aucun à cheval
A pié vont, amont et aval.
Cil qui les dignitez avoient
Orendroit li plus s‘en esmoient.
Leur estat tenir convendra,
Mais ne sai dont ce leur vendra
Dont estat puissent maintenir.
Leur despens ne porront fornir
Ne finer aussi leurs escos ;
Si metront cotes et surcos
En gages pour l’escot paier :
C’est ce qui les fait esmaier.
Cil qui ont pluiseurs bénéfices.
Par ce seront mis hors des lices,
Dont perdu ont maint rigoler,
Ne si hault ne porront voler ;
Si ne l‘ doit tel estatut plaire,
Et d’autre part par tel afaire.

Prestres, clers, qui se looient
Aus seunes quant y venoient,
Ne seront tant loé ne pris.
Si domorront tous entrepris,
Et puis qu‘auront perdu leurs chans

Il devendront bergiers des champs.
A la charrue s’en iront
Prestre et clerc, mais il maudiront
Ceulz par cui auront tel office.
Perdu auront crois et calice ;
Puis que le temps aisi s’adonne,
Pluiseurs muceront leur couronne.
Besoing leur sera et mestier
De commencier autre mestier,
Dont clerc ne s’apeleront mie,
Car il leur seroit vilonnie
En couronne mener charrue.
Povre quant iront par la rue,
Li plus muceront leur tonçure,
C’il veulent de vivre avoir cure ;
Mais privilegiez seront
Tuit cil qui tel mestier feront,
Ou soient clerc, ou soient prestre ;
Car por ce c’on les puet connestre,
Tele grace leur habandone
Qu’il a à novilles couronne.
Soient sus les vilains de ville,
Ou soient .c., ou soient mille,
Il sont tous reputez por bestes
Et pourront anoncier les festes,
Dessous l’orme et ou cymetière[59],
Et porter la crois et la bière
En une sorcaine blanche,
Et l’yaue bénoite au dimanche.
Por ce est dolente tel clergie :
De teulz estatus se gramie.
Aus mendians religions
A cui l’en fait relacions
De lais, de confesser, d’assoudre.
Pain sec lor convendra moldre
Sans plus au molin de leurs dens.
Si ne seront plus résidens

Mais iront aval et amont,
Puisque povreté les semont.
Il leur convendra controuver
Se leur vivre veulent trouver.
Puis qu’ainsi nous sont tresjeté,
En tel doleur et povreté
Controuver faudra maintes lobes
Pour leurs vivres et pour leurs robes,
Dont par leurs més biax et souciex,
Les gens trairont à leurs autieus
Pour faire emplir leur tirelire.
Ainsinc ira de pire en pire,
Et tournera tout en deffit.
Je ne sai qui tant d’ordres fit.

D’une part avons les Croisiez
Qui sont golés et envoisiez,
Après resont les Guillemins,
Et d’autre part les Matebins ;
Frères y a de Trinité,
Qui bien aiment charnalité,
Encore y a Frères Barrez,
Qui sont comme .ij. dez quarrez,
Que l’en nomme Frères du Carme ;
Et bien ont des fames sans charme.
Puis r’avés Frères des Billetes.
Or y a Dieu de ses fillettes
Qui Filles-Dieu sont apelées,
Et quant veulent sont mariées,
Et sont bien Filles-Dieu nommées
Teles que Diex n’a engendrées.
Bien scevent les hostiex aus moinnes,
Et aussinc celes aus chanoines.
Par Paris font leurs crieries ;
Après viennent les Repenties,
Li Bon Enfant, li Jacobin,
Qui menjuent maint gros lopin,
Dont bien scevent leurs avantages,
Et porchacent les enterrages.
Si font ceulz de saint Augustin,
Qui souvent en font maint hustin
Avec ces Frères Cordeliers
Et ceulz du Val des escoliers,
Apostres y a et hermites

Qui bien scevent trouver leurs gistes,
Et sont de l’ordre Saint-Jehan.
Hé ! pape Jehan, en cest an
Desaieuvre[60] le grain de la paille ;
Les mauvaises herbes retaille
Si que foy puist fructefier.
L’en ne scet hui où soy fier ;
Tant est grande l’ypocrisie
Que l’en ne scet ou l’en se fie ;
Car chascuns pense de bouler
Por toutes ces gens saouler,
Et qui de leurs mains ne labeurent,
Mais par le païs vont et queurent,
En cherchant tous les quarrefours.
Por ce qu’il n’ont molins ne four,
Par le pays vont préêchant
Dont maint poisson sont péechans
A grant escharde et grosse teste,
Dont bien scevent oster l’areste,
Et la char à eulz retenir,
Si com l’on le voit avenir,
Sus sainte Église nostre mère :
Metté y bon conseil Saint-Père.

Encor se plaignent d’autre part
Les Béguines que l’en départ
D’eux : soient ces Béguines,
Li Barré, par droit leurs voisines[61],
Faites en auront tex meschiez.
Celes qui vendent cuevrechiez
N’en vendront tant comme soloient.
Or convient que mais vendus soient
Camelin por ces bones dames.
Puisqu’il seront comme autres fames,
Camaius seront à marchié ;
Mais or y a autres meschié,
Car burnete, escarlate et vers,
Forrure de gris et de vers,
Et de couleur la draperie
Nous en sera plus enchiérie :

Si comperrons ceste venue
Se n’en vient à desconvenue.

Li Cordelier, li Préêcheur
Qui là estoient peschéeur,
Et mains autres religieus
Des quelz il faisoient leur diex,
Et il en faisoient déesses,
Laiens chantoient-il leurs messes
A orgue, à chant et à deschant,
Dont il aloient esléeçant.
Maintes gens qui les escoutoient :
De leurs vois seraines sembloient[62].
Or est sous le banc lor viole,
S’autrement Diex ne les citole,
Lor ordre faudra pou-à-pou :
De la paroisse sont saint Pou
L’apostre de non et de fait.
Je ne sai qui ce leur a fait,
Mais il en sont en grant torment,
Mais il se plaignent moult forment :
Veus en font as sains et as saintes,
Et à saint François lor complaintes,
Et à saint Dominique envoient :
Moult leur prient qu’il les r’avoient ;
Et saint Bernart aussi reclaimment,
Car son ordre et ses Frères aimment,
Et ausinc sainte Bertine,
Car c’est leur prochaine voisine,
Nostre-Dame au Carme après
Retiennent-il souvent de prez.
Bon fust que miracle en féissent
Si que dedens les reméissent
En leur juste possession.
Por ce sont en affliccion
Jor et nuit ; que Diex les sequeure !
Car le secours moult leur demeure.
Envoié ont, c’est vérité,
Au pape qu’il ait d’eulz pité,
Et je croi bien que tant feront
Por les Frères qu’il renterront

En leur saisine primeraine,
Car les frères y metent paine.
Car ces requièrent humblement
D’estatus au pape Clément,
Jointes mains et à nus genoulz :
« Aussi, saint père, sommes nous,
Que vos clers et vostre gent sommes :
Du col nous ostez ces grans sommes.

« Le vostre non plain est de grâce ;
Clergie supplie que li face.
Et à ces gens que j’ai nommez,
Puis que Gratiens vous nommez,
Faites grâce et miséricorde.
Il se rendent ou col la corde
Tous à vous, mais qu’il puissent vivre.
Pour Dieu, en ce septième livre
Que le pape Clément quint fist,
Se vous véez qu’il soit parfit,
Metez-y aucune atemprance.
Gardez vos clerjons de tréu ;
Mal brouet nous est esméu
Se vostre nom ne nos visite.
Vous, sire, dont qui par eslite
Estes saint Pou et apostole,
Ourdissiez-nous une tel tele
Dont nous puissions estre vestu.
Clers ne prise-l’en .i. festu,
Chascuns les moque et desprise ;
Mais vous, qui l’auctorité prise
Sus tous avez, faite tel chose
Que sainte Église en pais repose :
Au besoing pas ne li failliez,
Ne la trenchiez ne retailliez ;
Car elle est si foible et si tendre
Qu’au jor d’ui ne se puet deffendre
Des grans lous qui entor li courent,
Que li et tous ses biens dévourent,
Sainte église et trestout le monde ;
Mais tuit pensent qu’en la confonde ;
Ainsi chascuns com fol tondu
Pense à soy qu’il soit confondu,
Et de soy-méisme destruire.
Por ce, sire, veilliez estruire

Orden à ce tele et tel fait
Que puist oster ce qu’est mal fait,
Et tout tourner à bone voie :
Faites, sire, que l’en le voie.
Briément mon dit vous fine à tant,
Car moult ennuie qui atant.
Por tous ceste requeste di,
Qui fu faite à .i. vendredi,
Tiers jors en l’aing, si com moi semble,
Mil .iij. c. xviij. ensamble.

Amen.


Explicit la Requeste des Religieux sus le septième Clément-le-Quint.


----


NOTE X [63].

(Voyez page 177, note 1.)


Il y avait longtemps que la dévotion avait introduit en France la coutume de laisser à l’Église par son testament un legs en faveur des pauvres, pour le rachat de ses péchés. Une si bonne œuvre, qui tendait au soulagement de la classe d’hommes que la constitution du gouvernement rendait les plus malheureux, ne pouvait être trop encouragée, et les conciles avaient ordonné aux prêtres d’y exhorter les fidèles qu’ils assistaient au lit de la mort ; mais, comme c’est toujours des bonnes choses que naissent les abus, ces biens, ces donations dont le clergé ne devait être que le dépositaire sacré et l’économe scrupuleux, trop souvent il en devint l’usurpateur et s’en enrichit aux dépens des pauvres. Dès les premiers temps de la monarchie Chilpéric s’en plaignait, dit Grégoire de Tours (livre VI, C. 45.), et, quand ou présentait à ce prince un testament en faveur des églises, pour être confirmé par lui selon l’usage, ordinairement il le déchirait en disant que les richesses de l’état avaient passé dans l’Église, que le trésor royal en était appauvri, et que les évêques, usurpant les égards dus au souverain, étaient les seuls qui régnassent véritablement dans le royaume. (Aiebat enim plerumque : « Ecce pauper remansit fiscus noster ; ecce divitiæ nostræ ad ecclesias sunt translatæ. Nulli penitùs, nisi soli episcopi, regnant. Periit honos noster, et translatus est ad episcopos civitatum. » Hæc aiens assiduè, testamenta quæ in ecclesias conscripta erant plerumque disrupit.)

Par un autre abus, qui fut la suite du premier et qui ne servit qu’à le continuer encore, le clergé fit de ces testaments en faveur des pauvres une obligation et une loi. Au lieu d’une exhortation comme avant, ce fut une injonction qu’on fit au malade : s’il refusait de s’y soumettre, l’absolution et le viatique lui étaient refusés, et, regardé d’avance comme un réprouvé qui renonçait au salut de son âme, traité comme coupable de suicide, on le privait après sa mort de la sépulture en terre sainte. (Voyez Ducange, au mot Intestatio.)

On alla encore plus loin : on prescrivit à chaque malade la somme qu’il devait laisser ; elle fut fixée par les conciles à la dixième partie, et dans la suite au quart de ses biens.

Un concile de Narbonne, en 1227 (Labbe, conc. tome XI, page 305), un d’Arles, en 1275 (Hardouin, conc. tome VII, page 728), un d’Avignon, en 1282 (idem, page 882) réglèrent que les testaments ne pourraient se faire qu’en présence du curé, ou d’un autre prêtre quand le curé serait absent. Quiconque manquait à ce règlement était privé de la sépulture ou terre sainte, et l’on interdisait l’entrée de l’église au notaire qui avait reçu le testament. Dans le cas où le malade n’aurait pu faire venir un prêtre, un autre concile d’Avignon, tenu l’an 1326, ordonna que le notaire serait tenu, dans la huitaine, de communiquer le testament à l’évêque, ou à son official, ou au curé. Par un concile d’Alby, année 1254. il fut réglé que le testament serait lu publiquement dans la paroisse un jour de fête ou de dimanche, afin que tous les fidèles pussent en connaître le contenu (idem, page 464). En 1368 un concile de Lavaur, confirmant et renouvelant ces diverses lois ecclésiastiques, y ajouta que tout notaire ou curé qui aurait reçu des testaments serait tenu de communiquer à son évêque ou à son official l’état des legs ou des restitutions qu’ils contiendraient, et qu’aucun de ces legs ou de ces restitutions ne pourrait être distribué qu’en présence du prélat, avec sa permission, et dans le lieu fixé par lui, quand même le testateur en aurait ordonné autrement. Cependant, s’il y avait un exécuteur testamentaire, on permettait à celui-ci d’acquitter les legs, mais alors il devait rendre compte à l’évêque et prouver qu’il les avait remplis (idem, page 830). Enfin les évêques regardèrent comme un droit incontestable et inhérent à leur dignité la rédaction et l’exécution des testaments, et cette prétention, un concile de Bourges en fit une loi. (Initio exsecutio testamentorum ad pontificalem pertinet autoritatem, secundum civiles et canonicas sanctiones.Idem, page 1960.)

Par toutes ces diverses usurpations le clergé devint comme l’inspecteur et le dispensateur de la fortune des familles. Sous prétexte de veiller à cette exécution du testament, il fit apposer les scellés, présida aux inventaires, exigea des exécuteurs testamentaires et des héritiers qu’ils lui prouvassent l’accomplissement des dernières volontés du défunt ; et quand ils y avaient manqué, ou quand ce défunt était mort sans tester, le clergé s’emparait de la succession et se chargeait de la disposition des biens. Quelquefois néanmoins, dans ce dernier cas, il permettait aux parents de faire un testament pour le mort, ou plutôt il le faisait faire pour lui, car c’était un prêtre nommé par l’official qui le dictait. Encore éltait-ce là une grâce, et fallait-il acheter en outre le droit de faire inhumer le corps en terre sainte. Il est aisé de deviner les désordres sans nombre que produisaient ces vexations et usurpations saintes. On en jugera par le décret d’un concile (Ducange, loc. cit.) qui défend aux évêques de s’approprier les héritages, et qui leur ordonne de les employer à des usages pieux, et surtout de payer les dettes du mort, chose qu’on oubliait toujours la première.

De leur côté les soigneurs laïcs, qui ne cherchaient que l’occasion de prendre et de piller, ne laissèrent pas échapper celle-ci. Enhardis par l’exemple du clergé, ils revendiquèrent la succession des intestats, et cette rapine, s’étant enracinée par l’usage, devint un droit seigneurial, qu’ils affermaient ou vendaient avec les autres prérogatives de leurs terres. Celui des évêques se trouva ainsi réduit aux clercs de leurs diocèses. Encore les laïcs l’usurpèrcnt-ils souvent, puisque différents conciles de Rheims en 1092 et 1131, de Clermont et de Nîmes en 1095, furent obligés de le leur défendre. Bientôt d’ailleurs chacune des deux puissances sut de son côté l’accroître et l’étendre. Mille accidents imprévus peuvent faire mourir un malade avant qu’on le croie ou qu’il se croie lui-même assez mal pour demander un confesseur et faire son testament : ces sortes d’intestats involontaires furent traités néanmoins comme ceux qui l’étaient par opiniâtreté et d’après un refus formel. Un voyageur mourait-il en route, ses biens appartenaient à l’évêque du diocèse. L*avarice et la mauvaise foi allèrent même, ce qu’on croira difficilement, jusqu’à comprendre dans ce nombre les personnes qui étaient frappées de mort subite. Enfin le brigandage devint si criant que les souverains crurent devoir y remédier.

On distingua donc deux sortes d’intestats, et il ne fut plus permis de regarder comme tels que ceux qui, ayant été alités pendant quelques temps, mouroient desconfez (sans confession). Les lois données en Normandie par les rois d’Angleterre fixèrent ce terme à quatre jours. Saint Louis dans ses Établissements en exige huit ; mais, si l’on a passé ces huit jours sans se confesser, il permet en cas de mort, ainsi que les lois normandes, au baron ou au seigneur haut-justicier, de s’adjuger le mobilier du desconfez.

Je ne cesserai de le répéter, l’autorité royale était trop faible pour détruire par sa volonté suprême de pareils abus, tout ce qu’elle pouvait était de les modifier. En 1267, sur la fin du règne de saint Louis, un concile de Vienne défendit aux seigneurs, sous peine d’anathème, d’exercer ce droit ; mais il en fut de cet anathème comme de tant d’autres : les évêques et les seigneurs continuèrent d’hériter des intestats. Les chapitres s’étaient arrogé le même privilége sur les chanoines ; en un mot il semble que c’était à qui prendrait.

L’Université prétendit l’avoir par rapport à ses écoliers, et une bulle de Grégoire IX, en 1231, le lui attribua. Ce privilége de l’Université occasionna même, environ cent ans après, un événement fort étrange. Un de ses écoliers qui était en même temps chanoine de Saint-Benoît, étant mort sans tester, ou voulut s’emparer de son mobilier. Le chapitre de Paris le réclama, alléguant pour raison que la collégiale de Paris était sous sa dépendance directe ; mais le recteur de l’Université, ayant cité les chanoines au tribunal de son conservateur, les fit excommunier, les déclara tous retranchés de son sein, parjures et infâmes (Crevier, Histoire de l’Université, tome II, page 300), et il fallut que ceux-ci, pour faire lever l’excommunication, entrassent en accommodement.

Nos rois, en qualité de souverains, prétendirent avoir droit sur le mobilier des évêques morts intestats. Le pape Innocent IV, comme chef de l’Église, le revendiqua (Velly, Histoire de France), et sans la résistance des cardinaux, qui s’y opposèrent, il eût réussi vraisemblablement à s’en emparer et à le réunir au saint-siége.

Il n’y avait pas jusqu’aux curés, auxquels on n’avait pas songé dans tout ceci, qui trouvèrent cependant le moyen d’en tirer quelque parti. Un pauvre venait-il à mourir sur leur paroisse, ils laissaient là son cadavre jusqu’à ce que, par des quêtes ou autrement, ils eussent obtenu la somme qu’ils demandaient. Sauval (Histoire de Paris, tome II, page 629, et tome I, page 319), de qui ce fait est tiré, parle d’une émotion populaire, qui eut lieu à Paris, en 1505, à l’occasion d’une marchande, femme de bien, morte sur la paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois, que le curé refusait d‘inhumer à moins qu’on ne lui montrât le testament qu’elle avait fait. Cet événement excita l’animadversion des tribunaux. Le parlement manda le curé et tous ses confrères, ainsi que les officiers de l’évêque, et il leur défendit de différer, sous quelque prétexte que ce fût, l’enterrement de leurs paroissiens morts catholiques. Il avait déjà rendu à ce sujet deux autres arrêts, l’un en 1409, l’autre en 1452 : ni l’un ni l’autre n’avaient eu d’effet. Celui-ci n’en eut pas davantage, et dès l’année suivante on vit l’évêque de Paris exiger comme auparavant que les héritiers lui montrassent les testaments. L’an 1440 le cimetière des Innocents avait été fermé quatre mois entiers et l’on n’y avait enterré personne, parce que l’évêque Denis Desmoulins en voulait avoir trop grant somme d’argent.

La force des lois, l’indignation publique, l’autorité royale prévalurent enfin, et ces abus ont disparu. Cependant on observe encore aujourd’hui en certains pays la coutume de donner à l’évêque le droit de faire ces sortes de testaments, qu’on appelle testaments des âmes, pour ceux qui sont morts ab intestat, quoiqu’ils aient laissé des héritiers. (Nouvelle diplomatie, tome V, page 566.)

(Legrand d’Aussy, tome III des Fabliaux,
pages 108-116, édition Renouard).

Je rapprocherai de cette note le passage suivant du roman encore inédit de Fauvel. (Voyez, pour l’explication du mot Fauvel les notes du 1er volume de mon recueil intitulé Mystères inédits.)

Des gens mis en relégion
Vueil fère ausi collacion
Pour véoir comme ordre est gardée.
Aus mendians vueil commencier ;
Mès ce n’est pas por eus tencier
Ne pour eus flater ; pas n’i bée.
Saint François et saint Dominique,
Deus ordres, commencièrent si que
Fondez fussent sus poverte.
Sens terre et possessions
Doivent ces deus religions
Vivre humblement, c’est chose aperte ;

Mès Fauvel, le roy de fallace,
Leur a fet espécial grâce
Pour que de placebo chantent.
Mout se painent au monde plaire,
Et des filles vers eus atraire
Qui les visitent et les hantent.
Il vuelent avoir cures d’âmes
Partout et d’ommes et de fames ;
De tout se vuelent entremetre.
Ne sont pas vrais religieus
Tiex gens qui sont si curieus
De leur estude au siècle metre…

Les religions mendians,
Sont aujourd’ui trop envians
Pour ce que changent leur nature.
Il sont povres gens plains d’avoir :
Tout lessent, tout vuelent avoir.
Hors du monde ont mondaine cure,
L’en ne fait mès, se Dieu m’ament,
Mariage ne testament
A cort ne composition
Que n’i viengne la corretière,
La papelarde séculière,
Mendiente rélegion…

De ceus qui ne mendient mie,
Qui ont rentes et seignorie
Pour fère le divin service,
Au jour d’ui et blans et noirs moines,
Les gris et réguliers chanoines
Sont plains d’envie et d’avarice :
Conscience ne les remort, etc.

Ce passage est suivi de vers qui contiennent une violente satire contre les Templiers, et dans laquelle l’auteur se montre évidemment leur ennemi passionné en rassemblant jusqu’aux reproches les plus absurdes qui furent adressés à leur ordre.


----


NOTE Y.

(Voyez page 180, note 1.)


Rutebeuf a composé séparément un Dit des Jacobins (voyez page 175) et un Dit des Cordeliers (voyez page 180). Voici une complainte anonyme, tirée du Ms. 7595, sur ces deux ordres réunis.


COMPLAINTE DES JACOBINS ET DES CORDELIERS.


Auchune gent m’ont fait proière
De dire ; or ai trouvé manière
Si com je voliai commenchier.
Li mons va chou devant derrier :
Par la foi que je doi saint Pierre,
Il font dou musiel talonnier.
Cil ki nous voellent castoier
N’ont cure fors d’arghent sakier ;
Cascuns a cuer d’atraire arrière,
Car s’il se voloient croisier,
Cil Jacobin, cil Cordelier,
Feroient une grande banière.

Bien l’os dire hardiement
C’on ne set tant de biele gent
En .ij. ordes com il î a
Et si nous tiesmoigne souvent
C’on ne puet aler sans torment
Em paradys ki le crois n’a ;
Mais il demeurent par de chà
As dames garder k’il i a ;
Et à la plenté de l’argent.
S’on éust pain et vin de là
Aussi grant plenté com de chà,
Il se croisaissent vraiment.

Sachiés, taisir ne me proie
De chiaus ki nos monstrent la voie :
A Dieu si ne voellent aler,
Volontiers lor demanderoie,
Si m’aït Dex, se jou osoie

Por coi il voellent demorer ?
N’ont-il mie autant à sauver,
Ki bien volroit à droit garder,
En lor âme come en la moie ?
Mais il nous font souvent muser
Aussi com chius ki fait juer
Ce vilain à boute-en-coroie.

Che voit-on avenir souvent,
K’il ruevent chou faire la gent
k’il ne vauroient endurer ;
Il ont bien quis lor aisément
Et nous dient apertement
Que prendons la crois d’outre-mer ;
Mais che vous voel jou demander
Comment li hom se puet sauver
Ki tout jua d’autrui arghent ?
Miex li vauroit chi demourer
Que prendre la crois d’outre-mer
S’il ne se paie netement.

Je le di pour chevalerie :
Quant doient si ne paient mie ;
Si en font .i. poi à reprendre ;
Mais c’est par consel de clergie.
Ensi ne devroient-il mie
Faire la bone gent entendre ;
Car ki a droit velt le crois prendre
Il ne doit vers nului mesprendre,
Et s’il le fait il n’i va mie.
Ki l’autrui doit, s’il l’a ù prendre ;
Il li convient paier et rendre
U se crois ne le sauve mie.

Savés pour coi nous le dison :
Puis c’ons est en réligion
Et il a chainte la coroie,
N’avient pas k’il fache sermon
A nule dame en sa maison
Si n’est ensi que on les voie ;
Mais il n’ont cure c’on les oie ;
Ains se traient fors de la voie
Pour oïr lor confiession,
Dont rient et demainnent joie,

Et jou aussi bien les kerroie
Que quatre cas à .i. bachon[64].

Or est drois que nous nos taisons
De parler d’iaus, et si proions
Nostre Signor ki lassus maint
K’il soit garde de nos barons
k’il croisié sont por les pardons[65] ;
Et qu’à grant joie les ramaint,
Et pour le peple ki remaint,
Que Dex à bonne fin nous maint
Et à vraie confiession
Et li dous Jhésus tant nous aint
Que nos péchiés cuites nous claint
Quant milleur mestier en arons.


Chi défine des Cordelois et des Jacobins.


----


NOTE Z.

(Voyez page 196, note 1.)


Le sens exact de la pièce que Rutebeuf a intitulée Renart le Bestourné a beaucoup tourmenté jusqu’ici la plupart des érudits qui ont été à même d’examiner les œuvres de ce trouvère. Legrand d’Aussy, tome V des Notices des manuscrits, page 328, a dit de cette obscure satire :

« Ce n’est point ici un poëme, mais une pièce de vers par strophes, dont l’auteur, nommé Rutebeuf, fleurit vers le milieu du 13e siècle et ne mourut que dans le 14e. Je ferai connaître ci-dessous deux morceaux de lui, et peut-être y trouvera-t-on quelque talent ; mais je dirai en même temps que je ne connais pas d’écrivain plus inégal, et que ce Rutebeuf, qui quelquefois se fait lire avec plaisir, se montre ailleurs dénué de tout goût, courant après les équivoques, jouant sans cesse sur le mot, et obscur jusqu’à être inintelligible.

« Tel il est dans son Renart bestourné ; et j’avoue qu’après l’avoir lu et relu avec la plus grande attention, il m’a été impossible d’y rien comprendre. J’y vois seulement qu’il connaissait le premier poëme dont je viens de parler ; qu’il en cite différents personnages, et qu’il blâme Noble d’avoir donné confiance à Renart, qui pourrait bien l’en faire repentir ; mais c’est tout ce que j’y entrevois. Je ne devine pas même ce qu’il entend par son bestourné, et si ce mot signifie chez lui ou bistourné dans le sens qu’il a encore aujourd’hui, ou mal tourné, contrefait, dans le sens qu’il avait alors et qu’il n’a plus. Le morceau ne donne sur cela aucune indication.

« Je ne l’indique ici que parce que j’ai voulu ne rien omettre de ce que j’ai trouvé chez nos auteurs sur le Renart ; car je le regarde comme un vrai coq-à-l’âne. »

Il y a beaucoup de choses à relever dans ces paroles de Legrand d’Aussy. Je ne chercherai pas à démontrer de nouveau que l’opinion qui fait mourir Rutebeuf dans le 14e siècle seulement est inexacte : on peut voir à ce sujet ce que je dis dans la préface de ce volume et à la p. 419 de mes notes ; mais je m’étonnerai avec M. Chabaille (p. 13 de son Avertissement du Supplément du Roman du Renart) que Legrand d’Aussy ait déclaré n’avoir rien compris à la pièce du Rutebeuf. Il semble difficile de n’y pas apercevoir à la première lecture une satire dans laquelle l’auteur attaque à la fois, par des traits dont nous tâcherons tout à l’heure d’indiquer les allusions particulières, le roi et les courtisans. Voilà pour le sens général.

Quant au mot bestourné, il est impossible que Legrand d’Aussy ne l’ait pas compris. Il se rencontre fréquemment dans notre ancienne langue, et signifie doublement changé, métamorphosé. C’est en ce sens qu’il est employé par Rutebeuf en un grand nombre de passages, notamment, à deux reprises, dans sa Vie dou monde (voyez page 243 du 1er volume),

où il dit :

Covoitise qui fait les avocaz mentir,
Et le droit bestorner et le tort consentir.

Un peu plus haut on avait déjà trouvé dans la même pièce ce vers :

En l’ordre Saint-Benost c’on dit le bestournei[66].

Ce mot fait allusion à une tradition sur l’église de Saint-Benoit, que Legrand d’Aussy, qui avait pratiqué Félibien, Sauval, Dubreuil et les autres historiens de Paris, connaissait très-certainement[67]. Si donc il n’a pas compris cette expression bestourné, c’est qu’il l’a bien voulu.

Cela posé, je vais essayer de lever le voile dont Rutebeuf a malicieusement couvert les détails de sa satire.

Les premiers traits de Renart le Bestourné tombent directement, selon moi, sur Thibaut, roi de Navarre, qui, possédant la Brie et la Champagne (Rutebeuf désigne cette dernière par le mot le Vignoble), était en quelque sorte sires de tout l’avoir de monseignor Nobles, c’est-à-dire du roi, car dans le Roman du Renart ce mot désigne le roi des animaux. Les vers qui suivent confirment d’ailleurs cette supposition. Le reproche de s’être enrichi à Constantinople, c’est-à-dire d’avoir fait servir les Croisades à sa cupidité, s’applique très-bien à Thibaut de Navarre, dont la croisade de 1238, qui ne fut cependant ni heureuse ni productive, avait moins pour but l’intérêt du ciel que celui des seigneurs qui entreprenaient cette expédition. Thibaut, d’ailleurs, n’était pas assez aimé pour que de pareils bruits dirigés contre lui n’eussent pas cours à son époque. Ce qu’il y a de certain, c’est que nous les retrouvons bien plus tard et dans un grave écrivain. Pasquier, chapitre 26 du 6e livre de ses Recherches, dit en effet, en parlant des croisades : « Quant à moi, s’il m’estoit permis de juger, je dirois volontiers (toutesfois sous la correction et censure des plus sages) que ceux qui les entreprirent à dessein y gagnèrent, et la plupart des autres y perdirent… J’appelle user par dessein ceux qui trouvèrent bons ces voyages, mais les laissèrent exploiter par d’autres, ou bien y allèrent tant seulement par contenance. De ce premier rang furent Philippe premier et second, Henry, premier du nom, roy d’Angleterre, Thibaut de Champagne, Baudoin, comte de Flandre. Du second furent Harpin, comte de Berry, Robert, duc de Normandie, le comte de Clermont en Auvergne, Louis-le-Jeune, Richard, roy d’Angleterre, saint Louis, Henri, comte de Champagne, etc. »

Maintenant est-ce à dire, comme dans toute la pièce l’auteur emploie le temps présent et que tout semble indiquer qu’il parle de personnages existants, qu’elle fut écrite du vivant de Thibaut de Navarre ? Je ne le crois pas. En effet, Thibaut mourut eu 1253, et Rutebeuf, comme je l’ai dit, n’écrivait peut-être pas à cette époque. Thibaut ne put jamais, en outre, s’enrichir à Constantinople, puisqu’il n’y fut pas. Ce qui prouve d’ailleurs que l’époque où la pièce fut composée est éloignée de celle où eut lieu la croisade de Thibaut, c’est que le poëte confond cette dernière, qui n’enleva rien à l’empereur, avec l’établissement de l’empire des Latins et la chute de l’empire grec, événements dont le souvenir devait être encore palpitant, mais auxquels le roi de Navarre ne participa aucunement, puisqu’ils sont de quarante ans antérieurs à l’origine de son entrée dans la vie politique. Or il n’est pas probable qu’il eût commis cette erreur, lui qui est ordinairement si exact, s’il eût parlé d’événements récents. Je regarde donc comme établi que Rutebeuf a seulement voulu citer Thibaut comme type, et désigner en général par le mot Renart les hauts personnages qui lui ressemblaient.

Le reste de la satire s’applique évidemment à d’autres grands seigneurs qui gouvernaient saint Louis ; mais lesquels ?… Roneaus (le chien dans le Roman du Renant est-il le comte de la Marche ou celui de Toulouse ? Isengrins (le loup) cache-t-il le duc de Bourgogne ou celui de Bretagne ? Bernars (lâne) désigne-t-il l’évêque de Paris ou le légat du pape ? Je l’ignore, et les allusions de Rutebeuf sont trop vagues pour qu’elles puissent servir de base à quelque conjecture plausible ; mais évidemment le poëte a voulu désigner ici quatre seigneurs de la cour et du conseil de Louis IX[68] sans oser toutefois, par prudence, les désigner ostensiblement[69]. C’est ce qui, dans une lettre que je possède, a fait dire à l’historien spécial du règne de saint Louis, M. le comte de Villeneuve, marquis de Trans, consulté par moi au sujet de Renart le Bestourné, que le sens de la pièce lui paraissait fort clair à la façon des centuries de feu Michel Nostadamus, que Dieu absolve ! non qu’on doive voir en elle un coq-à-l’âne, mais parce qu’elle fait allusion à des faits sur lesquels l’histoire n’a donné aucun jour.

Pour ma part, je suis aussi un peu de cet avis.


----

NOTE A bis.

(Voyez page 250, note 1.)


CI COMENCE L’ERBERIE.
Ms. 1830 Saint-Germain.


Audafrida fabuli fabula, quant il l’a barula sua sor le fossé entre .ij. vers. La tierce meure. — Dist li vilains qui ne savoit deviner .xiiii. et .xiiii. ce sont .xvii. et puis .iii. .xxx. .i. Qui ne set conter si perde. — Ge vos di, beau seignor, qu’il sont en cest siècle terrien .v. manières de choses, dont li preudom doit bien croire sa preude feme, s’ele li dit : la première chose si est tele que si la met en .i. for tot chaut comme por pain cuire, et il li viègne au-devant et li demant : « Bele suer, coment vos est-il ? » S’ele dit : « Sire, ge n’ai pas froit ; » certes, il l’en doit bien croire. L’autre enprès si est tele que s’il la met en .i. sac et il loie bien la bouche, et il la gite desor le pont en l’aive, et il li viegne au-devant et il li demande : « Bele suer, coment vos est-il ? » S’ele li dit : « Certes, sire, ge n’ai pas soif ; » il l’en bien doit croire. La tierce après si est tele que se ele travaille d’enfant, et il li vîegne au-devant, et il li demant : « Bele suer, coment vos est-il ? » Se ele li dit : « Certes, sire, ge sui malades ; » il l’en doit bien croire, que si est-ele. — La quarte après si est tele que se li preudons vient devant sa preude feme, et il li demande : « Dame, que feroiz-vos ? » Et se ele li respont : « Sire, je vos corrocerai. » Il l’en doit bien croire, que si fera-ele, se ele puet. — La quinte après si est tele que se la preude fame se gist delez son seignor, et ele s’est endormie, et ele lait aler ou pet ou vesse, et li preudons la sente, et il li dit : « Bele suer, vos vos conchiez toute. — Par mon chief, sire, fait-ele, mais vos ; » il l’en doit bien croire, quar si fait-ele. Ele ne se conchie pas, ainz conchie son vilain ; si se nestoie, quar ele le délivre de la merde, si l’en aboivre.

Ce sont les .v. manières de choses en cest siècle terrien dont li preudom doit bien croire sa preude feme, se ele li dit. — Ge vos dirai, beau seignor qui ci estes assanblé (ne le tenez pas à borde ne à moqueries), nos ne somes pas de ces boleors[70] qui vont par cest païs vendant sif de mouton por sain de marmote ; ainçois somes maistre mire fuisicien qui avons esté par estranges terres, par estranges contrées, por querre les herbes et les racines, et les bestes sauvaiges dont nos faison les oignemenz de quoi nos garisson les malades et les bleciez, et les navrez qui sont en cest païs et en ceste contrée.

Si vos di que por les malades saner et garir et respasser qui sont en cest païs, ne en ceste contrée, avons-nos esté en Poitou, ou Maine, en Toraine, en Berri, en Séelloigne[71], en Puille, en Sézile, en Calabre, en terre de bestes, en terre de Labor et en la terre monseignor seint Gabain qui les plommez chie là où les grues ponent les faucilles, .ij. liues delà le bien. Si vos di, par sor toz les maistres fusiciens qui soient deci jusques à Monpellier, bien le vos puis affichier et dire que, se vos savez home ne feme qui ait si grant mal ès denz qu’il ne puisse mengier costes dures de char de buef mal cuites, ge li ferai ausi vistement mengier com un hom qui auroit geuné .iii. jors à jornée ; et s’il avoit la mauvaise dent mellée auvec les bonnes, si li ferai-ge mengier ausi com un hom qui auroit erré .iiii. jors sanz mengier.

Si vos di que véez-ci la boite de Jouvent qui fait rajovenir la gent. Ge di qu’il n’a si vielle feme en cest païs ne en ceste contrée que, se ele avoit pissié dedenz sanz espandre, que ele ne venist en l’aage de .xx. anz, et si seroit ausi pucele comme le jor qu’ele fu née. Encor vos di-ge bien que mes herbes ont autre vertu que ge ne vos di. Ge di qui n’a home ne feme en cest païs ne en ceste contrée que s’il en menjoit .iii. jors à geun de bon cuer et de bone volenté, et bone créance i éust, qui jà pooist estre yvres le jor s’il ne boit trop. Volez-vos donc que je vos apreigne, de par Dieu, à gairir dou mal des denz ? — Dites-vos oil ou nenil ? — Se vos le volez, de par Dieu, et ge le vos aprendrai liement. — Ge vos dit, beax amis, prenez-moi un estront de vielle ânesse, et un estront de chat, et une crote de rat, et une fuelle de plantein, et un estront de putain ; si les pestelez tout nestement en un mortier de coivre à un pestau de fer, par force d’ome. Si me prenez un poi de cellande du diaton, et panele et manviele, et comal et tormal et de l’erbe Robert[72], et si meteiz un pié de reine de l’onbre du fossé de brine. Ce sont ore les bonnes herbes que je vos di. Si metez un poi de sain de marmote et de l’estront de la linote, et si metez de l’estront à la charrée de Troies et de l’estront à la croteuse de Ligni ; ne 1’ metez en oubli. Prenez toutes ces bones espices ; si m’en faites .i. gentill pastel tout net, si le me couchiez sor vostre joue, et du jus lavez-vos bien vos denz, et puis dormez un poi. Ge di que vos en seroiz gariz se Diex velt. Ce n’est pas engien[73] que je vos di, et si ne vos coste goute d’argent. Ge vos di que je ne sui ne mires ne herbiers ; ainçois vos di que je sui uns venerres, uns chacierres de bois ; si vos di que nos somes encor .iiii. frère. Ge di que li .iiii. frère ont encor .xv. chien ; je di que li .xv. chien sont bien armez de bon colier de fer à broches d’acier ; ge di qu’il chacent as bestes sauvaiges et prannent en la forest Airdenne. Ge vos di que mes oignemenz est confiz et profiz et parez, et fonduz des bestes dont ge vos ai dit.

Vos ne savez por quoi mes oignemenz est bons se ge ne l’ vos di ; mais ge le vo dirai. Ge vos di que mes oignemenz est bons por routure [74], por arsure [75], por anglure, por fièvre, por friçon, por raim de passion. Seigniez-vos ! que Diex vos en gart ! si est bons por fi, por clapoirre, por ru d’oreille, por encombrement de piz, por avertin de chief, por doleur de braz, que Dame-Diex envoit au premier qui passera la voie par delà ! Ge vos di que se ge avoie bouche de fer, langue d’acier, teste de marbre, et g’estoie ausi saiges comme fu Ypocras li gius[76], ou com fu Galiens, ou com fu li saiges Salemons, ne porroie-ge pas dire ne conter la bonté ne la valor de mes oignemens.

Si vos di que mes maistres qui cest mestier m’aprist m’encharja et dist, et pria por Dieu, et le me fist jurer sor sainz, que, en quelque terre où je venroie, que je ne préisse c’un denier de la monoie de la terre : à Londres en Angleterre, un esterlin ; à Paris, un parisi ; au Mans, un mansois ; à Roan en Normandie, un tornois ; à Bordeax, un bordelois ; à Laon, un léonois ; à Nivele, un nivelois ; à Colloigne, un collongnois ; à Dijon, un dijonnois ; à Soissons, un saissonnois ; à Crespi, un crespisois ; en Flandres, un artisien ; à Canbrai, un canbrisien ; à Douai .i. doisen ; à Provins, un provenisien ; en Vénice, un vénicien ; et ge vo di que se li homs estoit si povres ou la feme si povre qu’il ussent que doner, venist quant[77]. Ge li presterai une de mes mains por Dieu, et l’autre por sa mère. Dont n’est-ce bon que je vos di ? — Ge di ne mais que d’ui en .i. an féissiez chanter une messe. Ge di noméement por l’âme de monseignor mon maistre qui cest mestier m’aprist, que jà ne face-ge .iii. pez, que li quarz ne soit por l’âme de son père et de sa mère, en rémission de lor péchiez. Ge di quant Diex ala par terre, si fu-il mescréuz, et si ot de tex qui le crurent et de tex qui ne le crurent mie. Ge croi bien qu’au si est-il de moi. Par aventure il i a ci de tex qui me croient et de tex qui ne me croient mie ; mais ne por quant, tel s’en porroit chifler et gaber, et rire et joer, et rechignier des denz, et bouter de l’ coute, et marchier du pié, et clignier des elz, qui mult grant mestier auroit de m’aide, s’il se voloit bien conseiller. Ge di se vos ne me créez, que vos soiez ci venuz por moi chifler[78], ge pri à la vraie piteuse, ge di à celi noméement qui pita as piez de Pitoribus quant il nasqui de la vraie piteuse, que de celui maléiçon don Corbidas le ju, je fu maudiz. Ge di celui noméement qui forja les .xxxv. pièces d’argent en la tor de Cayfas à .iii. liues petites d’Acre, dont li cors Dieu lu venduz et travilliez, soit li cors maudiz et confonduz de la grieve du chief de ci qu’à l’ongle du pié, de si que à l’eure et el termine que il seront venuz à moi, et ge les assoudrai de cele absolucion dont Diex assolt ses apostres, et que ge lor monsterrai la dame des herbes. Vos ne savez pas, mais je le vo dirai.

Ge di cele noméement qui brait et crie .iii. foiz en l’eure, et el termine que Diex fu mis en croiz. Vez-là ci dedenz, se vos ne m’en créez. Ge di s’il i a ci nul de vos ne nule qui ne soit vrais confès et bien repentanz de ses péchiez, je li en donrai un beau don, le plus bel qui onques fust donez par bouche d’erbier ; quar je li donrai si beau don qu’il porra dormir en prez, en rivières, en forez, en larriz[79], et en montaignes, en valées, en boschaiges d’une part et d’autre.

Ge di premièrement que boz ne le mordra, coluervre ne le poindra, serpent ne l’adesera, tarente[80] ne l’aprocbera, escorpion mal ne li fera. Ge di que por péchié qu’il face ne morra desconfès, por mengier envenimé que mal ne li fera puis qu’il aura la dame des herbes. Venez donc avant, et priez à Dieu tuit et toutes qu’il la vos doint véoir et esgarder, que ce soit au preu de vos âmes et au profit de voz cors, qu’il les vos puist ronpre ! Ge di de ce delà la voie. Volez-la donques véoir, de par Dieu ; dites oil ou nenil, et nous vos la mosterrons de par sa mère ; mais ge vo dirai une chose qu’il est : quant je parti de monseignor mon maistre qui cest mestier m’aprist, si me fist jurer sur sainz que je ne la mosterroie devant ce que je l’auroie conjurée, et je la conjurerai. Si escoutez le conjurement : « Cocula en aussia que tabencia que natalicia volus polus laudate. » Prime meure. » N’i a tel com le pain ; .iii. solz, .iii. pez ; l’abaie est riche, et plentissimus haranc.

Au col dès le tens Herbelin de Saint-Pol qui fu moitié home et moitié feme, et la tierce part chevax, et il me vint et ge li .xxx., et il ne saut et ge li lance. Il me prist par les rains et ge lui par les chaelons ; il me prist par les temples et ge lui par les hospitax ; il me fist .iii. tors, et ge lui trois chasteax ; il me fiert el nés et ge lui ès bateax ; il me fiert en griève et ge lui en Chanpeax ; il me fiert de ses coutes et ge lui de mes coissins. Tu es fox[81] et tu souflez. Que me vels-tu ? que te vueil-ge donc ? Ne li vilain si aese. Amors ai à ma volenté qui me griève trop.

Diex[82] vos saut, amis ! Diex bénéie, bluteax ! d’om vos ? — D’ome sui-ge. — De quel home ? — De char et d’os. — De quel terre ? — En volez-vos faire poz ? — Où fustes-vos nez ? — Je ne fui onques ne nef ne bateax. — De quel vile estes-vos ? — De la vile enprès l’aitre. — Où siet li aitres ? — Entor le mostier. — Où siet li mostier ? — Sor terre. — Et où est la terre ? — Sor l’aive. — Comment apele l’en l’aive ? — L’en ne l’apele pas, qu’ele vient bien sanz apeler[83].

Ge vos di, beau seignor, que s’il n’avoit plus dedenz ceste boiste que les bones paroles et l’erbe qui i est, si devriez-vos avoir ferme créance qu’il vos devroit bien faire, et ge la vos monsterrai, de par Dieu. Or dites après moi : « Bénoite soit l’eure que Diex fu nez ! et ceste-ci soit ; » et je vos monsterrai la dame des herbes. In nomine patris et filii et spiritus sancti. Amen ! Ceste dame herbe, il ne la trest ne giex[84], ne paiens, ne sarrazins, ne crestiens ; ainz la trest une beste mue, et tantost come ele est traite, si covient morir cele beste. Cuidiez-vos que ge vos giffle ? ele muert par angoisse de mort. Vos ne savez pas por quoi la dame des herbes est bone, se ge ne le vo di ; mais je le vos dirai. Prenez-moi sempres de ceste dame d’erbe. Si vos en desgrimez par .vii. jors et par .vii. nuiz ; .iii. fois le jor à géun, et au soir quant vos irez couchier. Ge di que por tertre avaler, ne por tertre monter, ne por fooir, ne por hoer, ne por corre, ne por troer, piez ne bras ne vos diendront, oel ne vos ploreront, chief ne vos dieura por parler à jornée ausinc com ge faz ; goute feste ne vos prenra, goute migraigne ne vos tenra, ne fis, ne clox, ne clopaire, ne ru d’oreille, ne enconbrement de piz, ne avertin de chief, ne dolour de braz, que Diex vos envoit ; ainsinc ven-ge des herbes et mes oignemenz. Ge ne sui pas de çax qui se maudient por lor denrées vendre. Qui vorra si en praigne, qui vorra si le lait ; ne autre foi, ne autre soirement que nos vos en avon fait, ne vos en ferons-nos.


Explicit.


Voici maintenant une autre pièce inédite en vers dont toutes les pensées se retrouvent dans le dit de l’Erberie et dans celle que nous venons de citer. Je la donne à cause de la conformité de sujet.


DE LA GOUTE EN L’AINE.
Ms. 7218.


Escoutez tuit et entendez
Qui assez sovent despendez
En chose qui ne vous vaut riens.
Hui vous est avenu granz biens
De mire, se m’en volez croire.
Qu’en dites-vos ? respondez, voire.
Je suis bons mires de Salerne.
Fols est qui blasme ne qui ferne
Le grant sens que Dieu m’a doné
Et que j’ai piecà conquesté
A Paris et à Montpellier,
Dont je ving d’escole l’autr’ier.
Vous qui de mire avez mestier,
N’a si bon jusqu’à Montpellier
Com je sui ; si ne l’ savez mie,
Droiz est donques que je vous die
Qui je sui et que je sai fère.
Jà l’orrez se vous volez tère ;
Je sui bons mires et bien sages :
Je sai garir de toz malages.

Je garis de la goute en l’aine
Qui met les genz en male paine,
Une goute plaine de rage ;
Li .i. l’apelent mal volage
Por ce que sovent va et vient ;
Mès por ce qu’entre le cul tient
L’apelez-vous la goute en l’aine.
C’est une goute trop vilaine ;
Nous l’apelons goute de rains
Plus belement à tout le mains
Et plus cortoisement que vous.
Auroit-il ci nul entre tous
Qui fust si pris de tele goute ?
Je l’en gariroie sanz doute
Si netement, bien le puis dire,
Que jamès n’en iroit à mire.
Sachiez de voir, bons mires sui
Par saint Connebert, où je fui
L’autre nuit et nus et déchaus.
Je sui bons mires et loiaus ;
Je sui trop bons mires à droit
Si com vous orrez orendroit ;
Ne truis que borse le compère ;
Mès por Dieu et l’âme mon père,
A cui Diex vrai pardon li face,
A vous trestoz de ceste place
Aprendrai, se volez aprendre
Et se vos me volez entendre,
Comment et par quele mécine
Vos esracherez la racine
Du mal qui sovent vous sousprent,
Qui les rains et le cul porprent.
Escoutez-çà, entendez-moi ;
Je le vous aprendrai en foi,
Se je sui très bien entenduz.
Prendez la hart de .ij. penduz,
Si prendez la queu d’un lièvre
Et de la laine d’une chièvre,
Amer de miel, douceur de suie,
De l’avesnière d’une truie,
Del blanc du cul d’un noir chaudron,
Le cinquisme pié d’un mouton.
Qui toutes ces choses prendroit,
En .i. mortier les metroit

Et si les triblast tout en .i.
Et puis les béust à jéun,
Garis seroit, sachiez sanz doute,
De la très angoisseuse goute
Qui n’espargne nule ne nul,
C’on apele goute de cul.


Explicit de la Goute en l’aine.


FIN DU TOME PREMIER.

    un proverbe, (Voyez, sur le Rois de Cambray, Arthur Dinaux, Trouvères, Jongleurs et Menestrels cambrésiens, page 1888.)

    anglo-normands, 1er vol., p. 285), ainsi que par M. Francisque Michel, dans sa publication déjà citée.

  1. Hiraudie, souquenille.
  2. Voici la note de Legrand d’Aussy à propos de ce passage : « Quoique après tout il pût très-bien se faire qu’un ménétrier sût le latin, et fût par conséquent en état de composer des contes dans cette langue, je suis convaincu pourtant qu’on s’en gardait bien. J’en ai vu très-peu, au moins dans toutes les recherches que j’ai faites, et l’on conviendra sans peine qu’il n’y avait pas assez de gens capables d’entendre le latin pour que les contes écrits en cette langue fussent bien communs. Ainsi ce dont se vante le querelleur ne serait ici qu’une forfanterie pure, ou qu’une espèce de cartel qu’il propose et se fait fort de soutenir quand on voudra. »
  3. On peut voir, pour Guillaume et Renoart, les détails que j’ai donnés sur eux page 378 de mon premier volume de Mystères inédits ; mais je dois faire remarquer ici une chose dont Legrand-d’Aussy ne s’est point aperçu, c’est que le jongleur qui se prétend si instruit commet à chaque nom qu’il cite une méprise grossière, dans le but probablement de faire rire son auditoire. Ainsi il devrait dire : Guillaume au cort nés et Renoart au tinel, Aie d’Avignon et Garins de Nanteuil, Guions de Bourgogne et Vivien d’Aleschans, Bernart de Brabant et Guiteclin de Sassoigne, Ogier le Danoit et Renaut de Montauban, Perceval le Galois et Percenoble de Blois, Girard de Vienne et Tibaut d’Aspremont, tandis qu’il dit précisément le contraire. On connaît assez, les noms de tous ces héros de nos vieilles épopées pour me dispenser de donner des détails sur ceux qui les portent.
  4. On voit que dès cette époque on distinguait les romans en romans de la Table ronde, et romans d’aventure, c’est-à-dire probablement : romans de chevalerie, où les héros cherchaient des rencontres.
  5. Gauvain et Quex sont deux héros du roman de Tristan : le premier, neveu du roi Arthur, était, si l’on s’en rapporte aux traditions galliques, fils de Gwyar, et l’un des trois chevaliers à la langue d’or ; le second, dont la fidélité et l’attachement envers son maître pourraient être cités comme exemple, était sénéchal du roi Arthur, et avait pour père Cynyr, guerrier célèbre du 6e siècle.
  6. Cette pièce, si elle n’est pas purement et simplement une facétie, pourrait bien être un de ces défis que devaient se porter des jongleurs rivaux afin de se faire mutuellement exclure des fêtes.
  7. Naiges, naches, fesses.
  8. Frestele, flûte de Pan.
  9. Chifonie, Cyfoine, Symphonie, espèce d’instrument à vent, ou plutôt de tambour percé dans le milieu comme un crible, et qu’on frappait des deux côtés avec des baguettes. « Il paraît, dit Legrand d’Aussy, par une anecdote de la Vie de Duguesclin, que cet instrument n’était pas en grande considération, ou du moins qu’au 14e siècle il était tombé dans le mépris. Le roi de Portugal, dit l’histoire de Duguesclin, avait deux ménétriers qu’il estimait et vantait beaucoup. Il les fit venir et ils jouèrent de la cyfoine ; mais le chevalier Mathieu de Gournai, qui était là, se moqua d’eux en disant que ces instruments, en France et en Normandie, n’étaient qu’à l’usage des mendiants et des aveugles, et qu’on les y appelait instruments truands. »
  10. L’escharbot, le diable.
  11. Antregiet et arrumaire, tours de passe-passe et magie.
  12. Il est probable que la plupart des surnoms qui précèdent étaient pris par les jongleurs, bien qu’il ne nous soit parvenu aucune des œuvres de ceux qui les portaient. Ce qui semble confirmer cette opinion c’est que nous avons d’un certain Brise-Barre, qui pourrait très-bien être le même que celui dont il est ici question, un roman du Restour du Paon. (Voyez Ms. f. de La Vallière, in-4, n. 2704 et n. 2703, anc. f. in-fol.)
  13. Les rotruenges étaient des chansons à ritournelle qu’on chantait en s’accompagnant de la rote ; les serventois ou sirventes étaient des pièces ordinairement satiriques, et les pastorelles sont celles où il était question d’aventures de bergers ou de bergères.
  14. J’ai imprimé ce Fablel dans mon recueil intitulé Jongleurs et Trouvères, page 94.
  15. Voyez les Fabliaux de Méon : la plupart de ces pièces s’y trouvent.
  16. Poëme dû au trouvère Adans ou Adenez-le-Roi.
  17. Foveus: c’est, je crois le roman de Fauvel, ouvrage qui a le plus grand rapport avec certaines branches du roman du Renart; le principal héros, Fauve ou Fauvain, est même emprunté à ce dernier : c’est une mule que monte Dame Guille. Jean de Coudé, dans son Dit d’Entendement (Ms. 7534), cite ainsi le roman de Fauvel :

    S’est li siècles teus devenus
    Que nus n’iert jamès bien venus
    S’il ne set Fauvain estriller.

    Les personnages de ce poëme sont six dames, Flatterie, Avarice, Vilenie, Variété, Envie, Lâcheté, dont les initiales composent le nom de Fauvel.
  18. Échecs.
  19. Voici ce qu’un de ses contemporains a dit de lui : Theobaldus erat pater orphanorum, judex viduarum, cœcorum oculus, pes claudorum.
  20. Ellies-du-Pin ajoute qu’il fut entendu dans une information faite en 1221. Ceci est, je crois, une erreur. Ellies à tiré ce renseignement, ou je me trompe fort, d’une des notes que Baluze a placées à la vie de Clément V dans ses Vies des papes d’Avignon. Or, Baluze ne dit pas que Jean-Poin-l’Ane fut entendu ; il dit au contraire : In vetustissimo codice manuscripto reperi quemdam Guillelmum Poin-l’Asne, testem productum in inquisitione facta anno MCCXX aut XXI. Il ne s’agit donc pas de Jean de Paris, mais d’un certain Guillaume. Du reste, si l’on est curieux d’avoir l’explication de ce surnom Poin-l’Ane (pungens asinum) et de savoir d’où il venait, ou du moins à quoi on l’attribue, on n’a qu’à jeter les yeux sur mon édition du fabliau intitulé La bataille des Sept-Arts (Nouveau Recueil de Contes et de Fabliaux) : j’y rapporte plusieurs opinions sur ce sujet, et je donne quelques détails sur plusieurs personnages du nom de Jean de Paris.
  21. Voici ce que dit de lui Duboullay dans son Histoire de l’Université, et ce peu de mots vient appuyer mon opinion : « Johannes parisiensis, magister in artibus, publicè aliquandiù docuit ; deindé ad theologiam se contulit, in quâ lauream doctoralem consecutus, publicam etiam in Facultate cathedram tenuit, magnâ discipulorum frequentiâ. Demum dominicanorum habitum sumpsit. Scripsit super sententias. Florebat anno 1270. Usque ad annum 1300 (circà) vixit, nam à rege contrà Bonifacium VIII scripsit de potestate papæ et régis. » Trithême, dans son livre intitulé De scriptoribus ecclesiasticis, dit, après d’assez grands éloges donnés à Jean de Paris, avoir trouvé de lui un ouvrage remarquable (opus non spernendum) et composé de quatre livres, super sententias. Il ajoute ensuite : Claruit sub Rodulpho imperatore, anno Domini 1280.
  22. Ce traité ne laisse pas que d’être curieux à plusieurs titres. D’abord il fut composé à l’occasion du différend de Boniface VIII et de Philippe-le-Bel ; ensuite il contient des choses assez hardies pour l’époque : par exemple, l’auteur avance que sur la question de la puissance spirituelle et temporelle il y a des erreurs opposées. La première est celle des Vaudois, qui prétendent que les ecclésiastiques ne peuvent avoir aucun domaine ni bien temporel ; l’autre, qui est une suite de celle d’Hérode, qui s’imagina que Jésus-Christ était né pour être le roi de la terre, est le sentiment de ceux qui croient que le pape, en tant que pape, a un pouvoir sur le temporel au-dessus de celui des rois. L’opinion véritable, qui est entre ces deux erreurs, est que les successeurs des apôtres peuvent avoir des domaines et des biens temporels par la permission et concession des princes, mais qu’ils ne leur appartiennent pas en tant que vicaires de Jésus-Christ et successeurs des apôtres. Il va plus loin : selon lui le pape peut bien excommunier un roi hérétique et le frapper des censures ecclésiastiques, mais non pas le déposer, chose à laquelle les papes tenaient surtout. Quant à eux, ils peuvent être jugés et être déposés. Doit-on s’étonner après cela que le livre de Jean de Paris ait été condamné ? Je ne m’étonne que d’une chose, c’est que l’auteur n’ait pas été condamné au feu avec son livre.
  23. Ellies-du-Pin dit que Bertrand était évêque d’Orléans.
  24. Gilles de Rome, qui fut précepteur de Philippe-le-Bel et élève de saint Thomas d’Aquin dont il défendit toujours la doctrine, enseigna la philosophie et la théologie à l’Université de Paris. Il mourut en 1316, laissant un grand nombre d’ouvrages qui lui ont acquis le nom de docteur très-bien fondé, et dont l’un, qui est imprimé au t. II de La Monarchie de Goldast, est relatif, comme le traité de Jean de Paris, à la querelle du pape et du roi en 1304.
  25. Il y a aussi un Bernard de Saint-Valéri nommé dans la Bible Guiot de Provins. (Voyez Barbazan et Méon, t. II, page 319. Voyez également M. de Reiffenberg, Introd. à la Chronique de Philippe Mouskes, fol. 184.)
  26. Voyez la note finale sur Geoffroy de Sargines.
  27. Henri d’Espagne, qui, après avoir enfoncé l’aile de l’armée de Charles, composée des Provençaux, pendant que ce prince dispersait lui-même celle que Conradin commandait en personne, vint se heurter contre le corps d’armée où se trouvaient Érard et le roi de Sicile.
  28. L’Histoire généalogique commet ici une erreur. Baudouin offrit bien à Thibaut une portion de son empire, s’il voulait l’aider à le reconquérir ; mais celui-ci, loin d’accepter et de promettre du secours, refusa au contraire d’assister dans ses projets l’empereur de Constantinople, (Voyez page 40, note 2.)
  29. Voyez, pour ce personnage, la brochure que j’ai publiée en 1835 (Paris, Merklein, Techener et Silvestre), et intitulée La Complainte et le Jeu de Pierre de la Brosse, chambellan de Philippe-le-Hardy, qui fut pendu le 12 juin 1278.
  30. Crevier, dans son Histoire de l’Université de Paris, dit que le pape fut, non pas le protecteur, mais l’humble serviteur des mendiants.
  31. Voici ce qui excitait le plus les religieux, si l’on s’en rapporte à Mathieu Paris, qui écrit ceci à l’année 1256 de sa Chronique : « Le peuple supprima les aumônes aux Frères, les appelant hypocrites, successeurs de l’Antechrist, pseudo-prédicateurs, adulateurs de princes et de rois, entreurs furtifs de lits royaux (Thalamorum regalium subintratores), prévaricateurs de confessions, etc. »
  32. Il paraît que les quêtes ne suffirent pas, car il est fait mention dans Crevier d’une permission donnée par Innocent IV à Guillaume de Saint-Amour de retirer sur les biens de l’Université les avances faites par lui pour ce procès et d’emprunter, sous l’hypothèque de ces mêmes biens, la somme de 300 livres tournois.
  33. Il est probable que Jean de Gastodelle et Belin Framin furent empêchés par une cause quelconque de faire le voyage d’Italie, car nous savons que quatre des envoyés seulement y arrivèrent, et nous ne trouvons relativement aux deux dont nous venons de parler aucune mention dans les actes de la chancellerie romaine.
  34. Ce qu’il y a de curieux dans la multitude de qualifications données par le pape dans ses bulles, et par les commissaires dans leur rapport, au livre de Guillaume de Saint-Amour, c’est qu’on n’y rencontre pas la seule d’entre elles qui pouvait le faire condamner, je veux dire celle d’hérésie. Guillaume de Nangis a fort bien remarqué ce fait, et il dit dans son histoire que le livre des Périls fut brûlé à Agnani, non propter hœresiam quam continebat, sed quia contrà prœfatos religiosos seditionem et scandala concitabat.
  35. Toutefois, dit Henri Estienne dans son Apologie pour Hérodote, en parlant de Guillaume de Saint-Amour, livre 1er, chapitre 39, il faut noter que celuy qui, environ l’an 1260, ne fut que banni, s’il eust été trois cents ans après, il n’eust pas esté quitte à si bon marché ; mais on l’eust fait disputer contre les bourrées et les fagots, aussi bien qu’on a fait à une infinité d’autres depuis cinquante ans. » Henri Estienne ne se doutait pas en écrivant ces paroles qu’il serait lui-même, à cause du livre qui les contenait, condamné au feu, supplice qu’il eut cependant le bonheur d’éviter. Son trop malheureux confrère Étienne Dolet ne fut point aussi habile en 1546.
  36. Voici ce qu’on lit dans Crevier : « Pour ce qui regarde les collègues de Saint-Amour, ils revinrent à Paris, dit un ancien écrivain, avec ignominie. Il y eut ordre à l’évêque de Paris de publier le procès-verbal de leur rétractation, de leur faire exécuter ce qu’ils avaient promis, et, s’ils y manquaient, de les déclarer excommuniés et privés de leurs bénéfices. Il fallut donc qu’ils prêchassent et enseignassent les articles qui Leur avaient été prescrits. Ce fut sans doute une grande humiliation pour ces docteurs. Il paraît néanmoins que l’un deux, Chrétien de Beauvais, se réconcilia de bonne foi avec les Dominicains, puisqu’en mourant il voulut être enterré par eux et leur légua ses livres ». Laurent l’Anglois, théologien et régent du collége des Anglais, qui avec Guido Bonatus, et Gérard Sagarello, docteur italien, avait vivement combattu pour l’Université, suivit l’exemple de Chrétien, et, comme dit Duboullay, palinodiam cecinit. Ce qu’il y a de remarquable dans ce fait, c’est qu’il avait pris part à la rédaction du livre des Périls. Quant au dernier des deux autres, qui ne voulut pas se rétracter, il fut brûlé à Parme selon les uns, tandis que, si l’on s’en rapporte aux historiens des ordres mendiants, qui ne l’aimaient guère, il serait mort, par punition divine, frappé de paralysie et de lèpre.
  37. Avant la rétractation des autres docteurs le pape, par une lettre (voyez Duboullay, Histoire de l’Université de Paris) datée de la deuxième année de son pontificat, avait déjà prié ce roi de les exiler et de retenir en prison Guillaume de Saint-Amour et Chrétien de Beauvais.
  38. Saint-Amour est aujourd’hui un chef-lieu de canton ayant près de 3000 habitants, et situé à 9 lieues de Lons-le-Saulnier, sur la route de Lyon à Besançon, au pied des derniers anneaux du Jura. M. Abel Hugo, dans sa France pittoresque, dit que cette ville était jadis une place fortifiée, défendue par un château considérable qui appartint en dernier lieu au duc de Choiseul et dont on voit encore les ruines. « Saint-Amour, ajoute-t-il, possédait avant la révolution un des trois chapitres du diocèse de Saint-Claude. On y voit un hôpital, jadis très-renommé, fondé en 1268 par Guillaume, seigneur de Saint-Amour. » Cette dernière assertion est très-certainement erronée, Guillaume n’ayant jamais été autre chose que professeur de philosophie. M. Lequinio de Kerlhay, qui a écrit un voyage dans le Jura, ne parle de la ville de Saint-Amour que pour nous apprendre qu’elle est emprisonnée entre quelques restes incommodes et vilains de ses antiques et caduques murailles. En retour, cet écrivain affirme que la robe des paysannes actuelles de Saint-Amour ne cache la jambe qu’à moitié. Je prie le lecteur de croire que je cite textuellement.
  39. C‘est probablement cette phrase de la bulle d’Alexandre IV qui fait dire à Crevier, d’après Duboullay, dans son Histoire de l’Université de Paris : « Tous les exemplaires du livre des Périls n’ont pas été brûlés, puisqu’il s’en est conservé jusqu’à nos jours ; mais je ne crois pas que nous ayons la version qui en fut faite alors en langue vulgaire, et même en vers français du temps, que l’on se plaisait à faire courir parmi le peuple. »
  40. Ce dernier traité était dirigé plus spécialement contre Gérard Sagarello, lequel, pour soutenir l’Université, avait écrit contre les Frères-Mineurs un livre assez piquant.
  41. Si ce que dit l’Histoire des controverses ecclésiastiques est vrai, la dernière date de la mort de Guillaume de Saint-Amour serait la véritable. Voici les paroles d’Ellies-du-Pin : « L’année de la mort de Guillaume de Saint-Amour n’a été marquée par aucun auteur ; mais son épitaphe, qui est dans l’église de Saint-Amour, dans le comté de Bourgogne, où il a été enterré, nous apprend qu’il mourut l’an 1272, et le livre obituaire de l’église de Mâcon que c’est le 13e de septembre ; ce qui nous a été communiqué par M. Francatel, qui en a fait la recherche. »

    On a prétendu aussi que Guillaume n’avait point été membre de la Sorbonne ; cependant nous voyons que l’éditeur de ses ouvrages, qui s’est caché sous le nom d’Alitophile, dit que le portrait de Guillaume, qu’il a mis en tête des œuvres de ce maître, est tiré des vitraux de l’ancienne bibliothèque de Sorbonne. En outre Grancolas, dans son Histoire supprimée de l’église, de la ville et de l’Université de Paris, dit en propres termes que Robert Sorbon donna pour maîtres à ses écoliers Guillaume de Saint-Amour, Eudes de Douay et Laurent l’Anglois.

  42. Moréri dit que la personne qui se cacha sous ce nom est Valérien de Flavigny, docteur de Sorbonne, et professeur de langue hébraïque au collége royal.
  43. Ne s’agirait-il pas ici de Robert Sorbon, fondateur de la Sorbonne ? Je suis d’autant plus porté à le penser qu’il est nommé dans un des fabliaux du même manuscrit.
  44. Divinité signifie ici : la science divine, la théologie.
  45. On a dit que saint Louis n’avait aimé que le chant des Psaumes et ne s’était jamais permis l’usage des chansons : je crois que ceci est exagéré. Joinville raconte qu’à la table de ce prince, les ménestriers récitaient leurs vers, chantaient des couplets, apportaient leurs vielles après manger, et que le saint roi attendait qu’ils eussent fini avant de faire dire les grâces. pendant il paraît qui si cela n’eût dépendu que de lui nous n’aurions pas aujourd’hui, grâce à sa sévérité de mœurs, autant de chansons, de contes et de branches des chansons de geste que nous en possédons. Voici en effet ce qu’on lit dans un petit poëme intitulé Les regrès de la mort saint Loys, et qui se trouve dans le Ms. 7218 :

    Hé, bons rois Loeys, filz la roïne Blanche,
    Jà ne vous tint de dire chançon ne rotruenge,
    On se boutast ou cors d’un coustel jusqu’au manche,
    Si qu’il nous fust de vous remese aucune branche.

    L’auteur, jouant ensuite sur le mot branche, ajoute par flatterie, non pour le vieux roi mort, mais pour le jeune roi vivant :

    De vous avons tel branche qui mult nous reconforte :
    C’est vostre filz Phelippe qui toz biens nous enorte, etc.

    On lit encore dans ce petit poëme :

    Hé ! bon rois Loeys, si com j’ai entendu,
    Vous aviiez les boules et les geus desfendu, etc.

    Cette pièce a été publiée par M. Buchon dans sa Collection de Chroniques.

  46. Voyez son Histoire de la Poésie française, ouvrage spirituellement écrit, mais incomplet et traité trop légèrement.
  47. Les frères Parfait, dans l’Histoire du Théâtre français, t. I, page 30, édit. d’Amsterdam, aux dépens de la compagnie, ont aussi énoncé relativement à Thibaut cette opinion. Voici leurs propres paroles :

    « Les Picards furent les premiers qui apprirent des trouvères à faire des chansons, des tensons et des sirventes. Thibaut, comte de Champagne, qui vivait dans le 13e siècle, se signala dans ce genre de poésie. Tout le monde sait qu’étant devenu amoureux de la reine Blanche, mère de saint Louis, il composa diverses chansons à la louange de cette princesse. Il en fit écrire plusieurs contre les murailles et sur les vitres de son château de Provins. Il y avait à sa cour quantité de poëtes, parmi lesquels on distinguait Gaces Brulé, seigneur du premier rang. Ils s’assemblaient souvent pour examiner leurs ouvrages, et Thibaut ne dédaignait pas de présider à cette assemblée, que l’on peut regarder comme la première académie française. »

    À la suite de ce passage les frères Parfait citent Rutebeuf parmi les plus fameux poëtes et musiciens de ce temps. Le premier de ces titres peut être exact, mais le second ne l’est nullement.

  48. Il y avait auprès de Notre-Dame une école qu’Abeilard appelait Schola parisiaca. Les écoliers en étaient devenus si nombreux que les chanoines de Notre-Dame s’en trouvèrent incommodés. Les écoles, qui étaient au septentrion, furent donc, en 1257, transférées au midi, entre le palais épiscopal et l’Hôtel-Dieu.
  49. Les pressentiments qu’on avait contre la croisade de 1270 étaient tellement sinistres que Joinville rapporte ce raisonnement de deux chevaliers : « Si le roi se croise ce sera une des doloreuses journées qui oncques fut en France ; car si nous nous croisons nous perdrons le roi, et si nous ne nous croisons nous perdrons Dieu, parce que nous ne nous croiserons pas lui. »
  50. C’est ce qui, outre bien d’autres témoignages, est continué par ces vers de Guillaume Guiart :

    En l’an..........
    Mil deux cens soixante et huit ans
    Prit S. Lois dont nous rimon
    La crois du cardinal Simon,
    Qu’en France ot ains, se ge ne ment,
    Envoié le pape Clément ;
    Et ceus qui de son conseil furent,
    Ses trois fils aussi la reçurent,
    Phelippes, Pierre et Jehan, etc.

  51. Nic. Specialis, apud Muratori.
  52. En 1262 Boniface de Castellane, chef des révoltés, eut la tête tranchée.
  53. Il ne faut pas confondre, comme l'a fait M. Beuchot dans la Biographie universelle, Adam de la Halle, qui vivait vers le milieu du 13e siècle et était surnommé le Bossu d’Arras (qualification remarquable et qu’a oublié de lui donner, dans la même biographie, M. Pujoulx), avec Adam de Saint-Victor, chanoine régulier, mort vers la fin du siècle précédent (1177), et qui n’était pas un trouvère M. Monmerqué, dans l’édition du Jeu de saint Nicholas, qu’il a donnée pour la Société des Bibliophiles, a également commis une erreur en disant qu’Adam de la Halle était surnommé le Bossu d’Arras à cause d’une difformité. On voit dans notre poëme Adam lui-même affirmer le contraire.
  54. Rois de Cambray : c’est le nom de l’auteur, ainsi appelé, de même que plusieurs autres poëtes, parce qu’il avait probablement remporté la couronne dans quelques concours littéraires, ou parce qu’il était à Cambray le chef, le roi des ménétriers. Nous avons en outre de lui une Vie de saint Quentin en vers, un Ave-Maria en vers, un ABC par équivoques, avec la signification des lettres ; enfin La Mort de Nostre Seigneur en vers. La Description des Religions est tirée du Ms. 274 bis, N.-D., folio 15, verso ; chacune de ses strophes se termine par
  55. Chanel, petit chien.
  56. Je crois cette strophe relative aux Chartreux.
  57. Les Cordeliers.
  58. Vaucelles était une abbaye de l’ordre de Cîteaux, au diocèse de Cambrai, Longpont, à une demi-lieue de Montlhéry, appartenait aussi au même ordre. L’église de cette dernière existe encore.
  59. On trouve une autre mention de ce singulier office dans Les vingt-trois manières de Vilains, petite pièce dont M. Francisque Michel et moi avons donné chacun une édition. (La mienne, à laquelle a participé M. Éloi Johanneau, est de 1834 ; Paris, Techener.) L’auteur anonyme de cette satire s’exprime ainsi : « Li archevilains annonche les festes dessous l’orme devant le moustier. »
  60. Desaieuvre, sépare ; impératif de dessevrer.
  61. Voyez, comme rapprochement, la 2e strophe de la page 159 de la note 1.
  62. Il faut traduire ce vers ainsi : Leur voix ressemblait à celle des sirènes
  63. Cette note aurait dû, dans le corps du volume (page 177), être indiquée par la lettre U ; mais celle-ci ayant été, grâce à une faute d’impression, remplacée par la lettre X, nous avons cru devoir suivre, à partir de cette note jusqu’à la fin du volume, cet errement, qui n’a du reste donné lieu à aucune omission.
  64. Que quatre chats après du lard.
  65. Il est probable, par ce passage, que cette pièce fut composée pendant la deuxième croisade de saint Louis.
  66. On lit aussi dans La Resurrection du Sauveur (voyez le 2e volume
    de mes Mystères inédits du 15e siècle, page 346) :
    Je vois le monde bestourner.
  67. Le père Dubreuil, dans ses Antiquitez de Paris, dit que, sous le règne de François ier, une partie de l‘église Saint-Benoît avant été « bastie tout de neuf, le maistre-autel fut placé où estoit anciennement la porte de l’église, et à la place dudit autel fut basti un beau portail dans le cloître tel qu’il se voit aujourd’huy, et pour ceste raison ladite église a esté depuis nommée Saint-Benoist le bien tourné. »

    Elle s’appelait avant le bestourné, pris dans le sens de mal tourné, parce qu’à l’époque où l’on avait élevé l’église, l’autel, qui dans toutes les nefs chrétiennes est placé à l’orient, avait été construit au couchant ; mais, au 16e siècle, les choses ayant été remises dans l’ordre où elles auraient dû être placées naturellement, ce dicton changea en même temps que l’autel, et de mal tournée l’église s’appela bien tournée.

  68. La preuve de cette assertion est palpable dans ces vers de Renart le Bestourné :

    Cil .iiij. sont fontaine et doiz ;
    Cil .iiij. ont l’otroi et la voiz
    De tout l’osté.

    Voyez pape 200 du présent volume.
  69. Le trouvère n’avait pas tort d’être aussi obscur ; et pour peu qu’on veuille réfléchir à ce qu’il répète souvent sur les dangers que l’on court à dire toutes vérités, on verra qu’il était déjà bien hardi en écrivant sous un voile allégorique {que probablement l’intelligence des contemporains perçait avec autant de facilité que nous en avons aujourd’hui à soulever celui qui couvre le sens des chansons de Béranger) que tels et tels grands seigneurs auront la corde, et que même on devrait déjà les avoir pendus.
  70. Trompeurs.
  71. Sologne.
  72. Je ne sais ce que c’est que l’erbe Robert : c’est pourquoi je vais établir un rapprochement qui paraîtra peut-être forcé. On lit dans La bataille des VII arts, espèce de Lutrin du 13e siècle :

    Et cil hardi cirurgîen,
    Cil de rue nueve Robert,
    Et cil de Glatini Hubert, etc…


    Je n’ose pas affirmer que ce soit du chirurgien Robert dont il est question ici que parle l’Erberie, ni que de lui fût venu à l’herbe que veut désigner Rutebeuf le mon d’erbe Robert ; mais cela n’est pas non plus impossible. Je me borne donc à un simple rapprochement.
  73. Tromperie.
  74. Rupture.
  75. Brûlure.
  76. Li gius, le juif, à moins que l’auteur n’ait voulu dire li grius, le grec.
  77. Voyez, pour ce passage, le dit de l’Erberie.
  78. Il paraît, comme on voit, que le sifflet était déjà en usage alors, et qu’il ne date pas de l’établissement du théâtre moderne.
  79. Landes.
  80. La tarentule.
  81. Fox, soufflet de forgeron.
  82. Ce passage a une singulière coïncidence avec le début d’une petite pièce intitulée Li Riote de l’ monde, qui se trouve dans le Ms. 7595 (bibliothèque du roi), et que je me disposais à publier lorsque M. Francisque Michel la mit au jour (Paris, Silvestre, 1834). Plusieurs des plaisanteries de notre passage sont même textuellement pareilles à celles de la Riote. Voici le commencement de cette pièce, dont le nom signifie en terme propre, et surtout très justement appliqué ici : Bavardage.

    — « Je me chevauchoie d’Amiens à Corbie ; s’encoutrai le roi et sa maisnie. — A cui es-tu ? dist-il. — Sire, je suis à mon signor. — Qui est tes sires ? — Li barons me dame. — Qui est ta dame ? — La fame monsignor. — Comment as-tu à non ? — Ausi come mes parrins. — Comment a non tes parrins ? — Ausî com jou. — U vas-tu ? — Je vois chà. — Dont viens-tu ? — Je vieng de là. — Dont ies-tu ? — Je suis de no vile. — U est te vile ? — Entor le moustier. — U est li moustiers ? — En l’atre. — U est li atres ? — Sor terre. — U siet cele terre ? — Sor l’iaue. — Comment apiel-on l’iaue ? — On ne l’apiele nient ; ele vient bien sans apieler, etc. » La conversation continue sur ce ton-là avec le roi, et renferme des choses fort curieuses comme détails de mœurs.

    La Riote de l’ monde se retrouve en vers dans le Ms. de la bibliothèque harléienne, no 2253, sous ce titre : le Jongleur d’Ély et le roi d’Angleterre. Cette version a été éditée à Londres, en 1813, par M. Francis Palgrave, et en France par M. l’abbé Delarue (Histoire des Trouvères

  83. Rien ne ressemble plus à ce passage de notre pièce que les paroles suivantes de Cyrano de Bergerac dans le Pédant joué : « Où vas-tu, bon homme ? — Tout devant moi. — Mais je te demande où va le chemin que tu suis. — Il ne va pas, il ne bouge. — Pauvre rustre ! ce n’est pas cela que je veux savoir : je te demande si tu as encore bien du chemin à faire aujourd’hui. — Nanain dà : je le trouverai tout fait. »

    Malgré un intervalle de plusieurs siècles, on voit que la plaisanterie est restée la même, elle se continue encore de nos jours dans ces fameuses paroles des ombres chinoises : « Eh ! bonhomme, quel est ton nom ? — J’ai nom tout comme mon père. — Comment se nommait ton père ? — C’est le secret de ma mère. — Vend-on du vin dans cette auberge ? — On en vend plus qu’on n’en donne. — La rivière est-elle profonde en cet endroit ? — Les canards l’ont bien passée, etc.

  84. Juif.