75%.png

Se savoient mon tourment

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres, Texte établi par Prosper TarbéP. Dubois typographe (p. 59-60).


Se sçavoient mon tourment
Et auques de mon affaire
Cil, qui demandent comment
Je puis tant de chansons faire,
Ils diroient voirement
Que nus à chanter n’entent,
Qui se melz en deust retraire,
Mès por ce chant seulement.
Que j’en muir plus doucement.

Trop par me griève torment
Que cele est si débonaire
Qui tant de dolor me rent ;
Ce qu’à tout li mond doit plaire.
Mès ne me grevast noient,
Sé la très belle au cors gent
Me feïst touz ces maus traire.
Mès ce m’occist voirement
Qu’el ne sait que pour li sent.

Se scéust certainement
Mon martire et mon contraire,
Cele por qui je consent
Que l’amour me tieng et maire,
Je croi bien qu’alègement
M’envoiast prochainement ;
Car par droit le déust faire,
Si li regars à escient
De ses biaux iex ne me ment.

Chanson, vas isnelement
A la belle au clair viaire.
Si li di tant seulement
Qui de bons est soëf flaire.
Ne l’os proier autrement ;
Car trop pensai hautement ;
Si n’en puis mon cuer retraire.
Et sé pitiez ne l’en prent,
Blondiaus muert, que plus n’attent.