75%.png

Septembre (Chapman)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L’Année canadienne
Les Fleurs de Givre (p. 63-64).
◄  Août
Octobre  ►

 
Sur le chaume odorant des champs silencieux
L’âpre paysan lie encore les javelles.
Des torrents de rayons plus chauds tombent des cieux.
Le Fleuve est caressé par des brises nouvelles.

Le dais du firmament aussi paraît nouveau ;
Et l’on dirait, tant l’air est limpide et sonore,
Que sous le calme azur teint de reflets d’aurore
S’épanouit pour nous un second renouveau.

Les arbres cependant ont épuisé leur sève ;
Mais, comme le feu jette un éclair en mourant,
Sous la flamme du jour qui se couche ou se lève,
Plus d’éclat brille au front du grand chêne souffrant.


Et le soleil fécond, en rougissant les grappes,
Revêt de pourpre et d’or l’érable sans verdeur.
L’arbre national a toute la splendeur
Du manteau solennel des césars et des papes.

Souvent des coups de feu réveillent les échos :
Les nemrods matineux viennent d’ouvrir la chasse,
Et dans les fonds, les prés, sur les monts et les flots
Poursuivent le canard, l’outarde, la bécasse.

Écoutez maintenant chanter, au coin du bois,
Les trayeuses. Leur voix est si fraîche et si douce.
Tout est joie et lumière, et, vers le soir, parfois
L’oiseau gazouille encor près du vieux nid de mousse.

Pourtant hier l’averse a grossi les ruisseaux,
Dérobant tout le jour les plaines éthérées ;
Et, transis par l’air vif et moite des soirées,
Bientôt les citadins vont revenir des Eaux.