Sonnets parisiens, Caprices et Fantaisies

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alphonse Lemerre, éditeur (pp. np-140).

GABRIEL MARC

SONNETS PARISIENS

CAPRICES ET FANTAISIES

PARIS

ALPHONSE LEMERRE, ÉDITEUR

31, PASSAGE CHOISEUL, 31

M DCCC LXXV DEDICACE

Oubliant un moment l’Auvergne, mon pays natal, je publie aujourd’hui des Rondeaux, des Triolets et. des Sonnets Parisiens.

Les lecteurs bienveillants des Soleils d’octobre me pardonneront le ton léger de ce nouveau recueil. Je le dédie à la mémoire de Henri Heine, le grand poëte DÉDICACE. VIII

ironique, et je le place sous la protection de l’auteur des Odes Funambulesques, qui ne ni en voudra pas d’avoir glané quelques épis dans le champ semé et moissonné par lui avec tant de gloire.

G. M. Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/12 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/13


SONNETS PARISIENS
Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/16 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/17 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/18 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/19


DEMOLITIONS




Les antiques hôtels noircis par les années
Sous les coups des maçons tombent de toutes parts.
Ils gisent sur le sol et leurs débris épars
Ont l’aspect douloureux des choses ruinées.

Comme leurs habitants, ils ont leurs destinées.
Leurs murs, que décoraient les chefs-d’œuvre des arts,
Près de l’affiche énorme, étalent aux regards
Le sillon régulier et noir des cheminées.


Au milieu des débris, aux chauds rayons d’été,
Un carré de jardin par hasard respecté
Sourit, insoucieux de ces métamorphoses ;

Et, malgré l’air poudreux qui viendra les ternir,
Un rosier au soleil épanouit ses roses —
Tel parfois dans mon âme un lointain souvenir.




EFFET DE LUNE


A ANATOLE FRANCE.




La rivière aux flots bleus rêve les soirs d’été.
Elle dessine au loin sa courbe gracieuse
Pour se perdre dans l’ombre ; et le saule et l’yeuse
Reflètent leurs rameaux dans sa limpidité.

L’air est sans bruit, le ciel plein de sérénité.
La rive se recueille et dort silencieuse.
Tout repose. Voici l’heure mystérieuse
Faite de solitude et d’immobilité.


Ce calme est solennel et triste. La pensée
Vers le monde idéal flotte comme oppressée.
Parfois, pour animer ce repos accablant,

Un martin-pêcheur vole, en rasant le feuillage,
Et, sur l’onde où la lune étincelle en tremblant,
Un étroit canot glisse avec son long sillage.

Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/24 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/25 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/26 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/27


A LA FRÉGATE




Toi qui devrais bondir sur la mer, ô frégate,
A travers la mitraille et les flots irrités,
Quel triste sort te rive aux pierres des cités,
Et te pend une enseigne au front, comme un stigmate ?

Morne, ainsi qu’un oiseau retenu par la patte,
Tu regrettes l’azur et les immensités.
Le bourgeois se prélasse en tes flancs attristés,
Et ta quille a des airs navrés de cul-de-jatte.


Le batelet t’insulte et le lourd remorqueur,
En rampant devant toi, te lance un cri moqueur.
Oh ! qui pourra sonder ton destin sans exemple ?

Ta cale désormais sert aux ablutions ;
Ta proue est enchaînée, et ta hune contemple
La Caisse des Dépôts et Consignations !

Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/30 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/31


PAYSAGE DANS PARIS




Tout dort. Les ponts avec le gaz de leurs lanternes
Se reflètent dans l’eau profonde. Entre les quais,
Voguent péniblement des bateaux remorqués ;
Et voici l’Hôtel-Dieu que flanquent des casernes.

Voyez, se découpant sur des nuages ternes,
Un vague entassement d’édifices tronqués.
De vieux donjons pareils à des géants masqués.
D’ogives, de créneaux, de grilles, de poternes.


C’est l’antique Palais de justice, décor
Noir, la tour de l’Horloge et la flèche aux fleurs d’or
De la Sainte-Chapelle, et cette ombre qui perce

L’ombre nocturne, c’est — ô cruelle Thémis !
Le dôme du nouveau tribunal de commerce,
Champignon monstrueux qui rampe entre deux lys.

Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/34 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/35 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/36 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/37 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/38 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/39 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/40 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/41 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/42 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/43 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/44 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/45 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/46 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/47 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/48 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/49 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/50 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/51 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/52 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/53 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/54 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/55 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/56 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/57 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/58 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/59 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/60 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/61 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/62 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/63 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/64 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/65 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/66 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/67 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/68 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/69 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/70 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/71 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/72 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/73


CAPRICES
Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/76 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/77 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/78 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/79 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/80 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/81 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/82 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/83 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/84 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/85 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/86 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/87 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/88 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/89 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/90


MADRIGAL




Comme le papillon avide d’étincelles
Autour d’un astre éblouissant,
Je vole autour de toi, je me brûle les ailes
Pour lire dans ton cœur ; mais, je meurs en lisant.

Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/92 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/93 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/94 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/95 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/96 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/97 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/98 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/99 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/100


Pour fuir de Paris, cet enter
Qui m’effarouche,
Nous prendrons le chemin de fer
Ou bien la mouche.

Nous irons à Meudon, décor
Plein de bois sombres,
A Saint-Cloud qui sourit encor
Sous les décombres.

N’aimes-tu pas mieux de Chatou
Le paysage ?
Bougival, où je devins fou
Sur ton passage ?

Quoi ! Tu dis que ça n’est pas vrai,
Et tu tressailles !
Irons-nous par Ville-d’Avray
Jusqu’à Versailles ?

Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/102 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/103 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/104 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/105


FANTAISIES
Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/108 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/109 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/110 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/111 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/112


HÉLÈNE

AU THÉATRE-FRANÇAIS.


TRIOLET.



Quel triste sort nous mène, hélas !
J’ai vu Favart en belle Hélène ;
Non l’Hélène de Ménélas.
Quel triste sort nous mène, hélas !
Oh ! la sagesse de Pallas !
Où sont les fileuses de laine ?
Quel triste sort nous mène, hélas !
J’ai vu Favart en belle Hélène.


1873.

Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/114 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/115 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/116


SUR

LES MATINÉES DRAMATIQUES


TRIOLET.



Le théâtre où fleurit Sarcey,
C’est le théâtre de Ballande.
Un temple pour le grand art, c’est
Le théâtre où fleurit Sarcey ;
Où Pagès a fait son essai,
Que La Pommeraye achalande.
Le théâtre où fleurit Sarcey,
C’est le théâtre de Ballande.


1874.

Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/118 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/119 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/120 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/121 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/122 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/123 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/124 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/125 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/126 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/127 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/128 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/129 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/130 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/131 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/132 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/133 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/134 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/135 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/136 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/137 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/138 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/139 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/140 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/141 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/142 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/143 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/144 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/146 Page:Marc - Sonnets parisiens, 1875.djvu/147
TABLE

Pages.

Dédicace vii

Prélude 1

SONNETS PARISIENS.

Paysage 5

Le Square 7

Démolitions 9

Effet de lune 11

Les Cafés chantants 13

Le Gardien des décombres 15

A la Frégate 17

Sursum corda 19

Paysage dans Paris 21 Pages.

En bouquinant 23

Le Bateau broyeur de couleurs 25

Un tableau 27

Le Poëte et le Passant 29

Pendant le siége 31

Le Boniment 33

L’Océan littéraire 35

L’Amour 37

Ronsard 39

Le Réveil des astres 41

Madame Bordas 43

Mademoiselle Baretta 45

A Mademoiselle de Belle-Isle 47

A Lisette 49

Intimité 51

Confidence 53

Désenchantement 55

Insomnie 57

Aveu 59

Galanterie 61

CAPRICES.

Les Soupirs d’un ambulancier 65

A celle qui réclame des vers 69 Pages.

Rondel 71

Le Philtre 73

Reproche 75

A une Oublieuse 77

Madrigal 80

L’Adieu 81

L’Éventail 83

Chanson 85

La Pêche 87

Invitation a la promenade 89

Échos lointains 93

FANTAISIES.

L’Entresol du Parnasse 97

Hélène au Théatre-Français 102

Monsieur Veuillot 103

Sur les Matinées dramatiques 106

Villanelle des partis politques 107

Frédérick Lemaitre 110

La Timbale d’argent 111

Héloïse et Abélard 112

La Chanson du chandelier 113

Le grand Faust 115 Pages.

Les Dramaturges 116

Au Rédacteur en chef de La Mouche 117

Guyot-Montpayrou 119

Libres penseurs 120

Les Concerts populaires 121

Le Vaudeville 122

La Jeunesse de Louis XIV 123

La Liberté des théatres 127

Jean-qui-rit 129

La Pomme au Théatre-Français 131

Finale 135