Stèles/Terre jaune

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
G. Crès (p. 106-107).





TERRE JAUNE


D’autres monts déchirent le Ciel, et portant le plus haut qu’ils peuvent les tourments de leurs sommets, laissent couler profondément la vallée.

Ici, la Terre inversée cache au creux des flancs ses crevasses, tapit ses ressauts, étouffe ses pics, — et tout en bas

Les vagues de boue chargées d’or, délitées par les sécheresses, léchées par les pleurs souterrains gardent pour quelque temps la forme des tempêtes.



Alors que, supérieure, ignorant les tumultes, droite comme une table et haute à l’égal des cimes, — la plaine étendue

Nivelle sa face jaune sous le Ciel quotidien des jours qu’elle recueille dans son plat.