100%.png

Sur la route (Bruant)/L’hôtel du tapis vert

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Sur la Route : chansons et monologues
Aristide Bruant (p. 67-71).


L’HÔTEL DU TAPIS VERT


C’qu’i’ fait chaud ! i’s doiv’nt prendre un bain
Les gars qui travaill’ à la glèbe…
Moi, j’travaill’ pus, j’aim’ pas l’turbin.
J’ai vingt-huit ans, j’m’appelle Usèbe
Et j’trimarde… et c’est rien chouetto,
Surtout l’été, quand la vi’ coûte
Presque rien… minc’ qu’on est costeau !
Ya du dessert tout l’long d’la route.

L’été, j’suis pus chouett’ que l’hiver,
J’couche à l’hôtel du Tapis vert.



Tous les matins, au point du jour,
C’est Jean Bourguignon qui m’réveille ;
I’m’fait des blagu’, i’m’dit bonjour,
I’m’piqu’ le nez, i’m’chauff’ l’oreille,
I’m’brûl’ la gueule, c’cochon-là,
I’s’promèn’ dans ma barbe d’fauve,
I’m’fout plein les yeux de c’qu’il a,
I’m’éblouit dans mon alcôve.

L’été, j’suis pus chouett’ que l’hiver,
J’couche à l’hôtel du Tapis vert.



Ej’ peux marcher sous l’grand ciel bleu
Et m’isoler dans la nature ;
J’vois les couchers d’soleil en feu,
J’trouv’ ça pus bath que d’la peinture ;
J’entends l’chant d’la source où que j’bois,
Il est pus sacré qu’un cantique,
Et quand j’m'arrête au coin d’un bois,
C’est les p’tits oiseaux ma musique.

L’été, j’suis pus chouett’ que l’hiver,
J’couche à l’hôtel du Tapis vert.


Moi, j’aim’ ça, dormir dans les prés ;
Le foin, c’est pus moelleux qu’la toile.
Et puis, dans les cieux azurés,
Souvent j’aperçois une étoile
Qui vient s’placer juste au-d’ssus d’moi ;
J’y dis bonsoir à la fileuse,
Et j’m'endors heureux comme un roi…
C’est l’bon Dieu qui pay’ la veilleuse.

L’été, j’suis pus chouett’ que l’hiver,
J’couche à l’hôtel du Tapis vert.