Sur une nouvelle espèce de pierre nommée Haüyne

La bibliothèque libre.
Sur une nouvelle espèce de pierre nommée Haüyne
Nouveau Bulletin des SciencesTome 1 (p. 15).
MINÉRALOGIE.

Sur une nouvelle espèce de pierre nommée Haüyne ; par M. Neergaard.

Institut. Cette pierre se présente ordinairement en grains anguleux, sans forme déterminée, d’une belle couleur bleu d’azur, et d’un éclat vitreux. Elle est très-fragile, mais elle a assez de dureté pour rayer le verre et même le feldspath ; sa cassure est vitreuse et inégale, et sa pesanteur spécifique est à l’eau comme 3,1 ou 3,5 est à un. La Haüyne est électrique par communication, elle est infusible au chalumeau, et n’y change même pas de couleur ; elle forme gelée avec les acides. M. Vauquelin l’a analysée et y a trouvé, = silice 30 ; — alumine 15 ; — sulfate de chaux 20,5 ; — potasse 11 ; — fer oxidé 1 ; — perte 17.

Cette grande perte est probablement due à l’eau.

On a d’abord trouvé la Haüyne près du lac Rémi dans les montagnes du Latium, et M. l’abbé Gismondi l’a décrite en 1807, sous le nom de Latialite. On l’a ensuite confondue avec le lazulite de Klaproth, et M. Breislack l’a même décrite sous ce nom.

La Haüyne est disséminée dans les laves de Frascati ; elle accompagne le Mica, le Pyroxène augite vert et même l’Amphigène. Il seroit possible que ces cristaux octaèdres bleuâtres qu’on trouve dans les laves du Lach près d’Andernach, et que ceux que M. Suedenstierna a envoyés de Suède, appartinssent à cette espèce. (J. D. M., N. 125, pag. 565.)

A. B.