Su la mé

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis Sus la mé)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Magne (p. 2-3).

SÛ LA MÉ

(Sur la mer)
Romance en patois normand
Dédiée à Monsieur Louis BEUVE


Paroles et Musique de Créée par CH. GOHEL
Alfred ROSSEL


\relative c' {
 \set Staff.instrumentName = #"REFRAIN"
  \time 6/8
  \tempo "Andante"
  \autoBeamOff
  r4. r8 e8 e8 \bar "||" \mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
  e4. f8 e d
  d4. c8 c e
  g4. g8 b a
  g4. r8 b c
  g4 a8 g4 f8
  e4. e8 r8 e8
  e4 e8 e d c
  d4.~ d8 r\< e
  g4.\> g8\! r\< e
  g4.~\> g4\! r8
  e8 g c d4\fermata e16 d
  c4.~ c4 r8 \bar "|."
}
\addlyrics{
Quand je sî su le ri- va- ge, Bi tran- quille, et’ ou coum’
mé? J’pense à ceux qui sont en v’ya- g’e, En v’yage, au loin, sû la
mé,  En v’ya- g’e, au loin,  En v’yage, au loin, sû la mé. 
}

\layout { indent = 2\cm}


Refrain

Quaund jé syis sus lé rivage
Byin tranqŭile : ête-ous coume mei ?
Je pense és syins qŭi sount en viage
En viage ou louen sus la mé
En viage ou louen, en viage ou louen sus la mé

Couplets

I.

La mé ch’est vraiment superbe,
Et j’aime byin quaund i fait biâo
L’étaé dauns nous cllos en herbe
La veî s’endormin eun miot
Mais quaund o fâèche la vilainne
Et que no-z-entend de tcheu nouos
La grosse voués de la sirêne
No-z-en a quasiment pouo

2

J’aim’ bi, dans les jours de fête,
Quand nos batiaux sont à’quai,
À l’abri de la tempête,
À Chidbourg coum’ au Bèquai.
Ch’est là qui sont l’mû sans doute,
Des trais couleurs pavouêsés ;
Mais, de gnit, dans la Déroute,
Hélas ! qui sont exposés !

Quand je sî etc.

3

Quand o’saôt’, par sus la Digue,
Dont o’fait tremblier les blios,
Qu’à l’ancre l’vaisseau fatigue,
Ah ver’je pense ès mat’los !
Reverront-i lûs villages,
Et pourront-i ratteri ?
J’avons d’si maôvais parages,
De Barflieu jusqu’à Goury.

Quand je sî etc.

4

J’ai deux fils dans la mareine
- Deux forts et hardis gaillards -
L’un revî de Cochincheine,
L’autre de Madagascars.
Y rentrent lû corvê faite ;-
D’y penser no n'en vit pas,-
Mais, que j’pliains, sans les counaîte,
Ceux qui sont restés là-bas.

Quand je sî sû le rivage,
Bi tranquille, et’ oû coum’ mé ?
J’pense à ceux qui sont en v’yage,
En v’yage, au loin sû la mé. bis