Symphonie des saisons

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Symphonie des saisons


I. PRINTEMPS

 


L’ABEILLE


Sur la ruche qui dort, Avril au doigt vermeil
Frappe, et le jeune essaim respire à son réveil
La fraîche odeur des sèves ;
Il s’envole et murmure à travers les pruniers ;
Et le même soleil, dans les cœurs printaniers,
Fait bourdonner les rêves.

Pars, diligente abeille, et choisis bien tes fleurs !
A l’appel des parfums et des vives couleurs

Tu peux fuir ta cellule ;
Car un dieu te conseille, et tu sais éviter
Ces beaux fruits vénéneux qui se font récolter
Par notre main crédule.

Vienne un guide aussi sûr diriger ton essor,
Enfant, qui vers la rose et vers le bouton d’or
Veux, t’en voler si vite !
Sache imiter l’abeille et les oiseaux du ciel ;
Et puisses-tu, comme eux, ne trouver que du miel
Dans la fleur qui t’invite !



ADAH


Hier, je l’ai reconnu sans l’avoir vu jamais !
A travers les taillis j’ai surpris son visage.
C’est le bel étranger que dès longtemps j’aimais ;
Mon cœur m’a dit son nom et montré son visage.

Il vient ! ces prés en fleurs se sont parés pour lui.
Comme l’air est plus pur, quel beau soleil se lève !
Avant ces doux rayons je n’existais qu’en rêve ;
Je me sens vivre enfin à partir d’aujourd’hui.



FLEURS DES PRÉS


Viens consulter les marguerites,
Oracles des fraîches amours.
Toutes les pages de vos jours

Dans les fleurs des prés sont écrites.
Viens consulter les marguerites.

Viens nous cueillir comme autrefois,
Et tresser de blanches couronnes
Pour parer le front des Madones.
Assise encore au bord des bois,
Viens nous cueillir comme autrefois.

A nos prés nous restons fidèles,
Sans folle envie et sans dédains ;
Nous ne rêvons pas les jardins
Où nos fleurs deviendraient plus belles.
A nos prés nous restons fidèles.



ADAH


Dans le vallon natal cueillons toutes nos fleurs ;
Où trouverai-je ailleurs les trésors qu’il rassemble ?
C’est là que j’ai connu mes plus chères douleurs ;
C’est là qu’il faut s’aimer, qu’il faut vieillir ensemble.

Oh ! quel charme, avec vous, de longer ces buissons,
De nous pencher tous deux sur les nids sans défense,
Et de vous voir sourire à ces mêmes chansons
Dont ma mère, en filant, a bercé mon enfance !

Qu’il est bon de mêler ainsi tous ses amours ;
Avec ma mère et vous d’habiter sous ce chaume !

J’y verrai de mon cœur s’agrandir le royaume,
Et mes tilleuls chéris l’abriteront toujours.



LA SOURCE


L’humble source est intarissable ;
Dans l’herbe entendez-la frémir.
J’y suis bien sur mon lit de sable,
Si bien que j’y voudrais dormir !

Je n’en sors qu’avec un murmure,
Pleurant mon bassin de cristal ;
Et mon eau va, sous la verdure,
Se perdre au bout du pré natal.

C’est assez d’apporter la vie
Aux fleurs de mes bords transparents ;
J’y mourrai sans porter envie
Aux flots voyageurs des torrents.

L’eau du fleuve est trop agitée
Pour être un fidèle miroir ;
Et jamais la lune argentée
Ne s’y baigne en paix tout un soir.

Mais moi, quand tu viens, jeune fille,
Je reflète, en mon flot charmé,
Tes grands yeux où ton âme brille,
Et les regards du bien-aimé.




ADAH


Que ton sourire est beau sous ce grand front sévère 1
Comme il invite bien à l’amour, à l’espoir !
Ainsi, sous le grand chêne où tu m’as fait asseoir,
J’ai vu, dans un rayon, s’ouvrir la primevère.

Un charme, ô bien-aimé ! m’enchaîne auprès de toi ;
Mes yeux semblent contraints à chercher ton visage.
Et pourtant, à tes pieds, je sens un vague effroi
M’arriver de ton front, s’il y passe un nuage.

Ton aspect a des dieux la grâce et la fierté,
O mon bel inconnu ! mais aussi leur mystère.
Tes doux regards, souvent mêlés d’éclairs austères,
M’apportent la tristesse avec la volupté.

Quel enivrant parfum autour de toi voltige !
Hier, tu m’offris des fleurs aux étranges contours ;
Des signes merveilleux sont peints sur leur velours,
Et, quand je les respire, il me vient un vertige.

Tu m’as parlé souvent d’une terre aux fruits d’or ;
Tu voudrais la revoir et l’habiter ensemble ;
Je suis prête à t’y suivre… et malgré moi je tremble…
Sous l’aubépine en fleur, ami, restons encor.

Je veux cueillir encor les genêts de nos landes ;
Laisse-moi du vieux temple en orner les piliers,

Et, des fleurs du pays, achever ces guirlandes
Que j’ai fait vœu d’offrir à nos dieux familiers.



CHŒUR DE FÉES


Dans l’aube où nous régnons bienheureux qui sommeille !
Dénoue avec lenteur notre écharpe vermeille,
Et garde un voile encor sur ton front ingénu.
Que l’innocent réveil du printemps qui se lève
Ressemble encore au rêve
Où ton âme entrevit le céleste inconnu.

Fais durer longuement la saison des prémices ;
Les jours y sont pareils, mais tous ont leurs délices.
Vos heures passeront comme un groupe de sœurs :
Toutes ont le même air et semblable parure ;
Pourtant chaque figure
A sa grâce distincte et ses propres douceurs.

Reste donc parmi nous, dans le pays des songes,
Seul monde où le cœur vive à l’abri des mensonges,
Habite nos palais de nuages construits ;
Ne poursuis que des yeux nos vagues perspectives ;
Fuis les clartés trop vives,
Et nourris-toi des fleurs plus douces que les fruits.

II. ÉTÉ

 


LE ROSSIGNOL


Dans un buisson de roses
Mon nid fut bien caché ;
Mais, sous les fleurs écloses,
Amour m’a déniché.

Il courut au bocage,
Léger et triomphant.
J’eus pour première cage
Les doigts du bel enfant.

J’ai reçu la becquée
Sur le bout de son dard ;
Ma langue y fut piquée
Par le dieu babillard.

Aussi ma voix subtile,
En tout cœur, dès ce jour,
S’insinue et distille
Un doux venin d’amour,

Et ma gorge en délire,
Dans ses brillants fredons,

De l’amoureuse lyre
Sait prendre tous les tons.

Je veux chanter encore
Ma joie et mes ennuis ;
Je chante avec l’aurore,
Je chante avec les nuits.

Je défie et. méprise
Fauvettes et pinsons,
Et la mort seule épuise
Mon cœur et mes chansons.

J’aime une fleur nouvelle,
La rose qui m’entend ;
J’aime, et je veux, près d’elle,
Expirer en chantant.



ADAH


J’y suis bien, sous ton ciel de flamme !
J’y sens mieux respirer mon âme ;
C’est la vie après le sommeil.
J’aime aux fleurs ces parfums sauvages
Et l’air brûlant de ces rivages…
Marchons toujours vers le soleil !

Vois-tu la grenade et l’orange ;
Vois-tu ces fruits à forme étrange

Rouler autour de nos pieds nus ?
Cueillons-les ! et, plus loin encore,
Cherchons, aux lieux d’où vient l’aurore,
Des enivrements inconnus.



LES ROSES


Le soleil a bu dans la rose
Les pleurs dont le matin l’arrose ;
Il enlève aux boutons charmants
Le poids de leurs frais diamants.

Mille fleurs, heureuses d’éclore,
S’ouvrent au feu qui les colore ;
Un zéphyr passe et fait larcin
Des parfums cachés dans leur sein.

Il s’en va partout les répandre,
Ces parfums qui font le cœur tendre ;
Avec lui l’enivrant poison
Yole aux deux bouts de l’horizon.

Il n’est au loin, sous la verdure,
Une âme si fière et si dure
Où l’amour, en sa folle ardeur,
N’entre avec la subtile odeur.

Si tu ne veux qu’elle t’enivre,
Il ne faut respirer ni vivre ;

Il faut fuir l’odeur dû rosier
Et son poëte au doux gosier.

Fuis cet air que l’été respire ;
Fuis cette chanson qu’il soupire ;
Fuis vers ces monts toujours couverts
Du neigeux manteau des hivers.



ADAH


Pour vous, ô mon frère, ô mon maître !
J’abandonne, à jamais peut-être,
Ma mère et nos dieux offensés.
Je vais, dans mon idolâtrie,
Sans nom, sans autel, sans patrie…
Mais si tu m’aimes, c’est assez.

Le bonheur dont ta voix m’inonde
Me paierait la perte d’un monde.
Ton regard ouvre au mien les cieux ;
Si sa clarté m’était ravie,
Je donnerais toute une vie
Pour un seul éclair de tes yeux.

Vois le ciel, la mer qui flamboie ;
Entends ces oiseaux dans leur joie ;
Respire à flots l’air embaumé.
Croûtons ces splendeurs infinies.

Viens ! la clef de ces harmonies,
C’est l’amour, ô mon bien-aimé !



VOIX DE LA MER


Un désir, une ardeur immense
Court jusqu’au fond des flots amers :
C’est l’amour qui jette en démence
Et fait gronder l’esprit des mers.
La mer, la belle mer de Grèce
S’enfle et rougit d’une caresse,
S’embrase au soleil d’Orient,
Et, de la vague où tout palpite,
Voici que la blanche Aphrodite
Sort toute nue en souriant.

Elle vient, la déesse blonde ;
Tout cède au charme de ses yeux ;
Elle vient, la fille de l’onde,
Régner sur l’homme et sur les dieux.
Dès lors, on entend sur tes plages
Rire, ô mer ! les amours volages,
Et retentir leurs doux sanglots.
Et l’on voit tes nymphes hardies,
Accourant à leurs mélodies,
Plonger avec eux sous les flots.

Mais la brillante et folle écume,

D’où sort la belle au sein d’argent,
Cache au fond ta noire amertume.
0 mer ! ton désir est changeant.
L’astre d’or, qui, durant des lieues,
Enflamme ainsi tes vagues bleues,
S’éteint sous les flots rembrunis…
O Vénus ! et l’eau qui sommeille
Berce, hélas 1 ta conque vermeille
Sur des abîmes infinis.



ADAH


Les mers, si nous voguons ensemble,
N’ont pas de courroux dont je tremble ;
Je m’y berce en paix sur ta foi.
Viens ! dans ces mondes que j’ignore,
Sous un ciel plus torride encore,
O mon amour, emporte-moi !



CHŒUR DES SIRENES


La douce voix de la Sirène
Est plus douce à qui vient plus près.
Le vent dort, la mer est sereine ;
Suis l’instinct charmant qui t’entraîne
A jouir de nos dons secrets.

Cherche avec le Triton folâtre

A dénouer nos cheveux d’or,
A plonger sous l’onde bleuâtre
Qui s’enlace à nos flancs d’albâtre :
Des beautés s’y voilent encor.

C’est nous, au pays de ces rêves,
Qui portons le cœur ingénu ;
Au poëte errant sur nos grèves
Nous faisons respirer, sans trêves,
L’air enivrant de l’inconnu.

Quiconque à nos flots s’abandonne
Verra des palais enchantés
Où tout désir a sa couronne,
Où, par nous, jour et nuit résonne
Le plein accord des voluptés,

Si d’un regret ton cœur, soupire,
Nous guérissons du souvenir.
Là, dans l’air, l’oubli se respire,
Et quiconque a vu notre empire
A refusé d’en revenir.

Suis l’instinct charmant qui t’entraîne
A jouir de nos dons secrets :
Le vent dort, la mer est sereine ;
Venez écouter de plus près
La douce voix de la Sirène.

III. AUTOMNE

 


ADAH


C’en est fait des beaux jours ! le soleil incertain
S’est levé dans la brume.
De nos baisers d’hier, pleurant jusqu’au matin,
Je garde une amertume.

Nous marchions, au retour, sur les gazons flétris,
Sur la feuille jaunie,
Quand j’ai vu s’allumer, dans ses yeux assombris,
L’éclair de l’ironie.

Et mon cœur se referme ! et j’oublie à jamais
Nos printemps et mes songes.
Bonheurs qu’il m’a. donnés, saisons où je l’aimais,
N’étiez-vous que mensonges ?



VENTS D’AUTOMNE


Tenez la porte close et gardez votre cœur !
Je sens un souffle aigu, j’écoute un bruit moqueur :
Voici les vents d’automne.


Les feuilles devant moi volent en tourbillons ;
Un brouillard glacial étend sur les sillons
Sa blancheur monotone.

Adieu, tièdes zéphyrs aux murmures discrets !
C’est la bise insolente ; elle arrache aux forêts
Des cris de mille sortes.
Je l’entends qui nous raille en ses longs sifflements…
Et j’ai fait, sous mes pieds, comme des ossements,
Craquer les branches mortes.



ADAH


Je m’éveille au milieu du lointain univers
Où tu m’as entraînée.
Je cherche autour dé moi, dans nos jardins déserts ;
J’y suis abandonnée !

Que me font ces fruits d’or dérobés sur ta foi
Pour les goûter ensemble ?
Que me font ces beaux lieux où j’aspirais pour toi ?
J’y suis seule et je tremble.

Pauvre cœur, à jamais exilé de l’amour,
Mon supplice commence.
Pourrai-je sans mourir traverser tout un jour
Ma solitude immense ?



CHŒUR DE FAUNES


Quand les fleurs tombent du rosier,
Quand mûrit le rouge alizier,
Quand les bois sont devenus jaunes,
Entre les ceps de pourpre et d’or,
Prompts à cueillir leur doux trésor,
Voici le chœur des joyeux Faunes.

Les jours ont perdu leurs clartés,
Les derniers fruits sont récoltés,
Mais il reste encor la vendange.
Le soleil, au fond du raisin,
Cache un feu pour l’hiver voisin :
En Bacchus Apollon se change.

Vois, sous les chênes dépouillés,
Danser les Faunes barbouillés,
Riant sous leur masque de lie.
Fardez ainsi votre pâleur ;
Le rire étouffe la douleur :
On la cache, et puis on l’oublie.

Plus mon âme a de lourds chagrins,
Plus ma voix a de gais refrains,
Mon œil de railleuses tendresses !
Voyez, sur les gazons flétris.

Le soir qui passe en manteau gris…
C’est l’instant propices aux ivresses.

Ta joue a perdu son carmin ;
L’ennui rendrait chauve, demain,
Ton front jauni par son haleine.
Reçois nos joyeuses couleurs :
Il faut, sur un visage en pleurs,
Mettre le masque de Silène.

Pourquoi, dans tes yeux obscurcis,
De ton cœur trahir les soucis ?
Veux-tu que la pitié t’accable ?
Laisse notre doigt acéré
Sur ton masque transfiguré
Graver un rire ineffaçable.

Des traits que vous avez reçus,
Pour bien.guérir, ô cœurs déçus !
Rendez des blessures pareilles.
Venez apprendre à nos leçons
Comment dans le miel des chansons
On tient prêt le dard des abeilles.



CHANSON DU MERLE


Le rossignol amoureux,
    Langoureux,


Qui s’enivrait d’une rose,
L’oiseau poète est parti,
Averti
De l’hiver et de la prose.

Mais il reste encore des voix
Au doux mois
Où le raisin nous arrive.
Voyez, sans craindre les rets,
Des forêts.
Sortir en chantant la grive ;

La grive et le sansonnet
Qui connaît
Les plus beaux ceps de vos vignes ;
Le merle, siffleur méchant,
Dont le chant
Raille et fait peur à vos cygnes.

Il mord, le hardi voleur,
Au meilleur ;
A tout fruit mûr il fait brèche ;
Puis, des pampres déliés,
A nos pieds,
Part sifflant comme une flèche.

Il effleure, oiseau fripon,
Le jupon
Et la main de la plus belle ;

Portant sur l’arbre voisin
Un raisin
Qu’il becqueté en riant d’elle.

Sans doute, un jour, l’étourdi,
Engourdi
Par le jus divin qu’il aime,
Sans voir nos lacets subtils,
Dans leurs fils
Ira se jeter lui-même.

Aux chasseurs qui l’ont guetté,
Sa gaîté
Le trahit, sous le feuillage :
La mort vient dans son plaisir
Le saisir…
C’est le sort rêvé du sage.



ADAH


Voici l’urne où j’ai bu la divine liqueur,
Plus rien, plus rien n’y reste…
Et je garde aujourd’hui des voluptés du cœur
Un souvenir funeste.

O vous qui dans nos prés où je dansais pieds
Et d’où je suis proscrite,
Interrogez encor, sous vos doigts ingénus,
La blanche marguer

ite ;

Vous qui rêve ? encor d’innocence et d’amour,
Enfant rieuse et blonde,
Le vent qui m’a porté doit vous porter un jour
Dans ce désert du monde.

Et, quand disparaîtra le mirage trompeur,
A moitié dans la route,
Vous aussi vous aurez ma voix qui vous fait peur,
Et mes yeux qu’on redoute.

Car vous ne voudrez pas exposer votre deuil
A là foule qui passe ;
A défaut du bonheur, gardons au moins l’orgueil
Pour dernière cuirasse !

Repoussons des humains l’insolente pitié :
Mieux vaut leur lâche envie.
Jetons comme-un mépris, à leur fausse amitié,
L’éclat de notre vie.

Je veux faire pâlir le printemps et l’été
Devant ma belle automne ;
Du charme rayonnant de ma sérénité
Je veux que l’on s’étonne.

Je veux plus haut qu’eux tous rire et chanter encor !
Je veux, je veux répandre
Mes plus sombres pensers avec une voix d’or,
Avec un regard tendre.



Que chacun loue en moi la stoïque raison,
La tendresse divine…
Quand chaque flot de miel portera son poison,
Chaque fleur son épine.

Viens, ô consolateur que j’insultais hier !
Sois mon amer génie.
Oh ! viens m’ouvrir ton temple, asile d’un cœur
Ironie, Ironie !



FEUX FOLLETS


Les cieux de vapeurs sont chargés ;
Sortez de terre et voltigez,
Flammes railleuses de l’automne.
Venez, sylphes et lutins,
De vos rires argentins
Rompre sa voix monotone.

Levez-vous, esprits follets,
Sur l’étang qui fume ;
Trilby chante ses couplets :
Valsez dans la brume.

Sautez, sans courber les joncs,
Sur les fossés des donjons
Et sur les bruyères,
Sur les crânes dispersés

Dans les cimetières ;
On entend, où vous dansez,
Le rire des trépassés.


IV. HIVER

 


ADAH


Fantômes importuns de mes belles années,
0 mes chers souvenirs, que voulez-vous de moi ?
Otez ces jeunes fleurs de vos tempes fanées,
Fermez ces yeux brillants qui me glacent d’effroi.

J’aimais en vous l’espoir : vous m’apportiez en foule
Des promesses que Dieu n’a pas voulu tenir ;
Désormais tout, chez moi, s’assombrit et s’écroule :
Et je hais le passé, n’ayant plus d’avenir.

Je sais, ô mes printemps ! j’ai vu ce que vous êtes
Sans les illusions dont vous fûtes ornés ;
Quand le temps a flétri vos couronnes de fêtes,
Le remords apparaît sur vos fronts décharnés.



LES CORBEAUX


Voici l’hiver lugubre et son affreux cortège
D’oiseaux noirs répandus sur son linceul de neige.

Les corbeaux ont senti le parfum de la mort.
Ils viennent, enhardis en leurs instincts funestes ;
De nos belles saisons ils dévorent les restes,
Croassants et rongeurs, et pareils au remords.

Là, les débris sanglants du coursier plein d’audace
Dont le vol idéal nous portait dans l’espace ;
Ici, le chien fidèle à son maître oublieux ;
Là, le cygne plaintif et la tendre colombe…
Bien, corbeau ! fais rouler sur cette fraîche tombe
Ce crâne chauve et blanc dont tu crevas les yeux.



ADAH


Hier, je vous pleurais ; je désirais peut-être,
O mes jeunes saisons, revoir vos jours si doux ;
Maintenant je dirais, si vous pouviez renaître :
Fuyez, ô mes printemps ! je ne veux plus de vous.

Je vous connais trop bien pour songer à revivre !
Je sais trop à quel but mènent tous les chemins ;
Je sais quel est le fond du vase où l’on s’enivre ;
Je sais, ô mes beaux jours ! quels sont vos lendemains.

Et toi, que viens-tu faire en ces mornes ténèbres,
Image encor chérie et qu’en vain je veux fuir ?
Je ne dois pas te voir à ces clartés funèbres ;
J’aime mieux t’oublier… Il faudrait te haïr !




LES GNOMES


Les rêves sont rentrés dans leurs lointains royaumes,
Et ton foyer désert s’est peuplé de fantômes.
L’hiver évoque en toi les spectres du passé.
Nous voici, les dragons, les vampires, les gnomes !
En vain ta porte est close : à ton chevet glacé
L’essaim des noirs esprits dans l’ombre est amassé.

Vois du plafond qui s’ouvre une forme descendre,
Vois ces nains s’accroupir, à tes pieds, sur la cendre ;
Vois ces doigts tout sanglants écarter tes rideaux.
Un râle, sous ton lit, vient de se faire entendre ;
Le livre que tu tiens se déchire en lambeaux,
Et le vent d’un soupir a soufflé tes flambeaux.

Les reconnais-tu bien sous leurs formes nouvelles,
Ces folles visions que tu trouvas si belles ?
Ta main blanche a serré ces doigts courts et velus :
Les voilà, tes amours, sans que tu les rappelles !
Tu fais pour nous bannir des efforts superflus ;
Le remords nous conduit, nous ne te quittons plus.



ADAH


O frère de la mort, ô sommeil que j’envie !
Dans ma suprême attente, hélas ! tu me trompais !
Je souffre, en ton linceul, les horreurs de la vie :
Tu n’as pu me donner ni l’oubli, ni la paix.


Je ne demandais pas à ta douce magie
De verser à mon cœur des songes superflus ;
J’invoquais, pour tout bien, la froide léthargie.
Heureux qui dort sans rêve et ne s’éveille plus !

Je bornais là mes vœux. Je ne dois plus entendre
Ce vain nom du bonheur, sans objet, sans échos :
Si Dieu même, ici-bas, s’offrait à me le rendre,
Je le refuserais ! J’ai besoin du repos.



LA NEIGE


Tombe sans bruit, neige éternelle ;
Couvre de ton linceul ces prés jadis si verts.
Tombe sans bruit, neige éternelle,
Sur ce corps où brillaient tant de charmes divers,
Sur cette âme qui fut si belle.
Tombe sans bruit, neige éternelle,
Enveloppe à jamais ce corps et l’univers.

Tombe sans bruit, neige éternelle,
Étouffe, en même temps, la crainte et le remords.
Tombe sans bruit, neige éternelle,
Interdis le réveil à tout ce qui s’endort,
Au souvenir vivant chez elle….
Tombe sans bruit, neige éternelle,
Et fais régner partout le silence et la mort.



ADAH


Bien ! je vois s’effeuiller, avec mon dernier rêve,
Tout ce qui fut mon cœur, mes regrets, mes désirs.
Voici le vent d’oubli qui souffle et vous enlève ;
Tombez avec la neige, ô derniers souvenirs !

Allez où va la voix quand les lèvres se taisent,
Où vont en s’éteignant les rayons du soleil.
Bien ! d’un sang tiède encor les orages s’apaisent,
Tout est rentré dans l’ombre, et je tiens mon sommeil.



CHŒUR DES TÉNÈBRES


C’est pour nous qu’ont fleuri les roses de l’aurore,
Pour nous tous ces fruits d’or que le soir voit éclore,
Pour nous chaque rayon qui sourit dans les cieux,
Chaque regard d’amour qui brilla dans vos yeux.
Tout revient à la nuit solitaire et profonde.
Ton règne, ô sombre hiver ! s’est levé sur le monde ;
Viens couvrir de tes flots sans forme et sans couleur
Ces germes inquiets de vie et de chaleur ;
L’espace ouvre son lit à tes ondes funèbres :
Roule en paix sur la neige, océan des ténèbres !