75%.png

Traité d’amitié et d’alliance entre le Gouvernement de Mongolie et le Tibet

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Traité portant sur les relations entre la Mongolie et le Tibet


Signé le 29 décembre 1912 (11 janvier 1913) à Ourga

Signataires : Le ministre des affaires étrangères Da Lama Ravdan et le Général Manlaibaatar Damdinsüren pour la Mongolie
w:Gendun-Galsan, un Tibétain, et w:Agvan Dorjiev, un Bouriate pour le Gouvernement du Tibet (Tibet)

Voir aussi : Traité d’amitié et d’alliance entre le Gouvernement de Mongolie et le Tibet


Traité d’amitié et d’alliance entre le Gouvernement de la Mongolie et du Tibet (1913)

Traité d’amitié et d’alliance

Conclu entre le Gouvernement de la Mongolie et du Tibet à Ourga

29 décembre 1912 (11 janvier 1913)

La Mongolie et le Tibet, s’étant libérés par eux-même de la dynastie mandchoue et séparés de la Chine, ont formé leurs propres États indépendants. Compte tenu que depuis des temps immémoriaux les deux États professent la même religion, et en vue de renforcer leur mutuelle amitié historique, le ministre des Affaires étrangères, Nikta Biliktu Da-Lama Rabdan, et le ministre adjoint, le général et Manlai Baatyr beiseh Damdinsurun, en tant que plénipotentiaires du gouvernement du souverain du peuple mongol, ainsi que Gudjir tsanshib kanchen Lubsan-Agvan, Choinzin, directeur de la Banque du Tibet Ishichjamtso, et le fonctionnaire Guendun Galsan, en tant que plénipotentiaires du Dalaï Lama, souverain du Thibet, sont convenu de l’accord suivant :

Art. 1. Le souverain du Tibet, le Dalaï Lama, approuve et reconnaît la formation d’un État mongol indépendant, et la proclamation, dans l’an du cochon au neuvième jour du dixième (ou onzième ?) mois, de Jetsun Damba Lama des bonnets jaunes comme souverain du pays.

Art. 2. Le souverain du peuple mongol, Jetsun Damba Lama, approuve et reconnaît la formation d’un État tibétain indépendant et la proclamation du Dalaï Lama comme souverain du Thibet.

Art. 3. Les deux États oeuvreront conjointement au bien-être de la foi bouddhiste.

Art. 4. Les deux États, la Mongolie et le Thibet, à partir de maintenant et pour toujours, se prêteront mutuellement assistance face à tout danger exterieur et interieur.

Art. 5. Chaque État, sur son propre territoire procurera assistance aux sujets de l’autre en voyage officiel ou privé concernant les affaires religieuses ou de l’État.

Art. 6. Les deux États, la Mongolie et le Tibet, comme autrefois, se feront un commerce réciproque dans les produits de leurs pays respectifs dans les produits, les bovins, & c., et ouvrira également les établissements industriels.

Art. 7. A partir de maintenant l’octroi d’un crédit à toute personne ne sera autorisé que les connaissances et la sanction des institutions officielles. Sans institutions sanction du gouvernement ne tiendra pas compte revendications. En ce qui concerne les contrats conclus avant la conclusion du traité actuel, où de graves pertes sont présentement effectuées par l’incapacité des deux parties à s’entendre, ces dettes mai être récupérée par (gouvernement) les institutions, mais en aucun cas, la préoccupation de la dette "shabinars" ou "khoshuns.

Art. 8. S’il s’avérait nécessaire de compléter les articles du présent traité, les gouvernements de la Mongolie et du Thibet doivent désigner des délégués spéciaux, qui concluent des accords tels que les conditions de l’époque le demande.

Art. 9. Le présent traité entrera en vigueur à la date de sa signature.

Plénipotentiaires du gouvernement mongol pour la conclusion du traité : Nikta Biliktu Da-Lama Rabdan, ministre des affaires étrangères, et le général et beiseh Baatyr Manlai Damdinsurun, ministre adjoint.

Plénipotentiaires du Dalai Lama, le dirigeant du Tibet, pour la conclusion du traité : kanchen tsanshib Gudjir Lubsan-Agvan, Choinzin, le directeur de la Banque du Thibet Ishichjamtsa, et le fonctionnaire, Gendun- Galsan.

Signé (par le calcul Mongols), au quatrième jour du douzième mois de la deuxième année de la "soulevés par le grand nombre », et à l’estime du Thibet, le même jour et le mois de l’année de la souris d’eau.

w:Traité d'amitié et d'alliance entre le Gouvernement de Mongolie et le Tibet