Traité de la peinture (Cennini)/CLX

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Victor Mottez.
Jules Renouard et L. Lefort (p. 141-142).

CLX.Comment on broie l’or et l’argent, comment on l’encolle pour faire des verdures et des ornements, et comment on peut vernir la terre verte.

Si tu veux travailler avec l’or sur tableaux, sur papier, sur mur ou n’importe où (pourvu que ce ne soit pas sur des parties plates comme fonds d’or), ou si tu voulais faire quelque arbre qui parût arbre de paradis, prends des feuilles d’or fin en quantité suffisante pour le travail que tu veux faire, de même si tu voulais l’employer à écrire ; prends, je suppose dix ou vingt feuilles, mets-les sur la pierre de porphyre avec un blanc d’œuf bien battu [1], broie bien l’or et mets-le dans un vase de verre ; mets-y assez de tempera pour qu’il soit coulant au pinceau ou à la plume ; tu pourras en faire tous les travaux que tu voudras. Tu peux encore pour l’employer sur papier le broyer avec la gomme arabique, et si tu tais des feuilles d’arbre, mêle à l’or un peu de terre verte, broyée bien fine, pour les feuilles foncées.

En mêlant de cette manière avec d’autres couleurs, tu peux faire des changeants selon ton désir. De cet or ou argent, ou or de moitié ainsi préparé, tu peux encore faire des dessins sur habits à la manière antique et y ajouter des ornements, ce que ne font pas beaucoup les autres ; ils te feraient honneur. Mais pour ce que je te montre là, tu dois ne t’en servir que selon tes idées et te laisser guider par ton propre sentiment.

Tu trouveras des gens qui te feront faire sur panneau des camaïeux verdâtres et voudront que tu les vernisses. Je t’avertis que ce n’est pas l’usage, et que la terre verte n’en a pas besoin. Mais si tu dois les contenter, suis cette méthode : Aie des raclures de parchemin bien bouillies dans l’eau claire tant qu’ils arrivent à l’état de tempera ou colle ordinaire. Avec un pinceau d’écureuil assez gros, passe légèrement partout et avec soin de cette colle deux ou trois couches sur tes figures ou histoires, partout également où tu veux vernir. Quand tu as bien couvert deux fois de ta colle claire et propre, laisse ce travail sécher pendant trois ou quatre jours ; alors vas tranquillement avec ton vernis, tu trouveras partout que la terre verte prend le vernis aussi bien que les autres couleurs.

  1. Vasari, enseignant à broyer l’or, ne parle pas du blanc d’œuf pour tempera, mais dit de prendre le miel et la gomme. Cennino n’admet la gomme que pour les miniatures sur papier.