Trente-six Ballades joyeuses/Dizain à Villon

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trente-six Ballades joyeusesAlphonse Lemerre, éditeur (p. 271).
Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890 (page 281 crop).jpg

DIZAIN À VILLON

Sage Villon, dont la mémoire fut
Navrée, hélas ! comme une Iphigénie,
Tant de menteurs s’étant mis à l’affût,
Dans ta légende abſurde, moi je nie
Tout, grand aïeul, hors ton libre génie.
Ô vagabond dormant ſous le ciel bleu,
Qui vins un jour nous apporter le feu
Dans ta prunelle encore épouvantée,
Ce vol hardi, tu ne l’as fait qu’à Dieu :
Tu fus larron, mais comme Prométhée.


31 juin 1873.


Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890 (page 61 crop).jpg