Un Canadien errant

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Un Canadien errant
Air : « Par derrière chez ma tante », puis « J’ai fait une maîtresse »
1842
Bureaux du Foyer Canadien (p. 29).



Un Canadien errant,
Banni de ses foyers, (bis)
Parcourait en pleurant
Des pays étrangers. (bis)

Un jour, triste et pensif,
Assis au bord des flots, (bis)
Au courant fugitif
Il adressa ces mots : (bis)

« Si tu vois mon pays,
Mon pays malheureux, (bis)
Va, dis à mes amis
Que je me souviens d’eux. (bis)

Ô jours si pleins d’appas
Vous êtes disparus… (bis)
Et ma patrie, hélas !
Je ne la verrai plus ! (bis)

Non, mais en expirant,
Ô mon cher Canada ! (bis)
Mon regard languissant
Vers toi se portera… » (bis)