Un gentilhomme/Note

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ernest Flammarion (p. 5).
Chapitre I  ►


NOTE DE L’ÉDITEUR



Un gentilhomme, qui donne son titre à ce quatrième volume des œuvres inédites d’Octave Mirbeau, est le dernier roman du maître, celui auquel il travaillait quand la mort vint le surprendre. Bien qu’inachevé, Un gentilhomme constitue une œuvre solide, homogène, qui eût manqué à l’ensemble des livres d’Octave Mirbeau. On n’eût pu le laisser ignoré du public sans trahir la mémoire de l’écrivain et ses intentions mêmes. Et il ne sera pas injuste de faire, à ce point de vue, un rapprochement entre Un gentilhomme et cet ouvrage demeuré incomplet d’un grand aîné d’Octave Mirbeau, Bouvard et Pécuchet, de Gustave Flaubert.

Les quelques contes qui terminent ce volume sont également inédits en librairie.