Un soir d’octobre

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Société du Mercure de France (p. 158).


UN SOIR D’OCTOBRE


L’automne et le soleil couchant ! Je suis heureux !
          Du sang sur de la pourriture !
L’incendie au zénith ! La mort dans la nature !
          L’eau stagnante, l’homme fiévreux !

Oh ! c’est bien là ton heure et ta saison, poète
           Au cœur vide d’illusions,
Et que rongent les dents de rats des passions,
           Quel bon miroir, et quelle fête !

Que d’autres, des pédants, des niais ou des fous,
           Admirent le printemps et l’aube,
Ces deux pucelles-là, plus roses que leur robe ;

Moi, je t’aime, âpre automne, et te préfère à tous
           Les minois d’innocentes, d’anges,
Courtisane cruelle aux prunelles étranges.

10 octobre 1862.