Une petite gerbe de billets inédits/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une petite gerbe de billets inédits  : Beaumarchais, sa femme, Mme Campan
(pp. 18-19).

III

À Monsieur luce
Rue d’Ambroise, n° 7, Paris[1]


J’ai l’honneur d’envoyer cent franc[2] à Monsieur Luce, reste deux cens six. D’ici à quelques jours je le prierai de me continuer ses bons offices.

Salut et considération,

Grétry.

(Date ajoutée au crayon par une autre main : 16 décembre 1815)[3].

  1. Je ne sais quel était ce correspondant de Grétry (n’y a-t-il pas du Lancival là-dedans) je ne sais pas davantage comment ce billet se trouve mêlé à la correspondance Raguet-Lépine.
  2. Sic. Qui donc a dit que pour les musiciens l’orthographe n’est pas obligatoire ?
  3. Pour consoler le lecteur de l’insignifiance de ce billet, je reproduis ici quelques lignes récentes d’un éminent critique, comme avant la fatale invasion du phylloxéra en Gascogne, on renforçait un vin trop léger en y ajoutant la saveur et le parfum d’une généreuse eau-de-vie d’Armagnac : « De tous les artistes appartenant à l’Institut, depuis l’époque de sa fondation, Grétry était celui dont la foule connaissait le mieux le nom et les ouvrages, celui qui, pour elle, représentait avec le plus d’éclat les progrès accomplis en France vers la fin du XVIIIe siècle et au commencement du XIXe. Ni Houdon, ni Méhul, malgré leur célébrité déjà longue, ni David lui-même, malgré le prestige de son rôle de réformateur et l’étendue de son influence, n’étaient arrivés à posséder une gloire aussi populaire. De là l’émotion universelle à la nouvelle de la mort du maître et les honneurs sans précédents, au moins dans notre pays, dont on entoura son cercueil. Peut-être faudrait-il remonter jusqu’au souvenir des pompes déployées à Rome, lors des obsèques de Raphaël, ou à Londres, le jour où les restes de Garrick reçurent dans l’abbaye de Vestminster une sépulture quasi royale, pour trouver à l’étranger l’équivalent de ce qui se passa chez nous à l’occasion de la mort de Grétry. En tout cas, notre propre histoire ne fournirait pas à une date antérieure l’exemple d’un deuil aussi unanime, des témoignages aussi solennels de vénération pour un homme qui n’avait été ni un grand de ce monde par la naissance ou par les fonctions, ni un de ces héros que Dieu suscite à son heure pour la défense du territoire ou des institutions de leur pays. » (L’Académie des Beaux-Arts depuis la fondation de l’Institut, par le vicomte Henri Delaborde, dans la Revue des Deux-Mondes du 15 août 1889, p. 761) L’éloge de Grétry et la description de ses funérailles remplissent les deux pages suivantes. M. Delahorde rappelle que l’auteur de Richard Cœur-de-Lion, de Zémire et Azor, et « de tant d’autres bienfaisants chefs-d’œuvre » mourut le 24 septembre 1813, « dans cette petite maison de l’Ermitage près de Montmorency, que Jean-Jacques Rousseau avait autrefois habitée ».