100%.svg

Une raillerie de l’amour/21

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


LE DEMI-JOUR.


Il faut vous récréer un peu, car vous n’avez pas encore pris d’exercice aujourd’hui, bien que l’air fut si tiède et le soleil si riant ! Jamais on n’a vu tant de papillons !

Charles Nodier.

XXI.


— Ma sœur ! dit Ernest, en entrant avec précaution dans cette obscurité où venait de pénétrer une si douce lumière ; permettras-tu que je te présente notre bon ami monsieur Laumonier qui accompagne au Havre un malade en quête de la santé ?

— Crois-tu la mienne si menacée que tu m’apportes un médecin ?

— Un ami, Georgina.

— Oh je veux bien le voir, pour qu’il te dise que je me porte mieux que toi.

— Il faut qu’il en puisse juger sur ta figure, ma sœur, car je te jure que je ne te reconnais qu’à la voix, perdue comme tu l’es dans ce cachot factice.

— Fais ce que tu voudras, dit-elle, résignée à ce qu’elle eut appelé une heure avant sa fatale destinée, qui ne la laissait mourir ni à propos ni en paix. Cette trompeuse atonie commençait à s’émouvoir sous les battemens impérieux de son cœur.

Ernest usa de son consentement pour soulever à demi les draperies tombantes sur les stores qu’il entr’ouvrit.

— Le docteur peut entrer maintenant, dit-il, non sans avoir jeté sur Georgina pâle et charmante, un coup-d’œil de frère… qui veut marier sa sœur.

Le docteur, après les complimens qu’on doit à une belle malade pour la disposer à la confiance, et l’examen scrupuleux du mal qui troublait une existence naguère si florissante, dit : — Je ne vois dans tout cela, madame, qu’un étouffement passager de la vie, qui tient à votre volonté seule, appuya-t-il sérieusement. Cette prostration qui vous semble invincible ne résistera pas huit jours à l’exercice des champs ; mais vous renouvelez Paris à la campagne, vous vous asphyxiez dans une chambre noire, et vous dédaignez tous les bienfaits que la nature répand autour de vous. C’est une coupable ingratitude. Courez, madame, courez chercher la santé qui ne vous fuit que parce que vous la mettez aux arrêts. Ouvrez-moi toutes ces fenêtres et laissez couler le soleil jusque dans votre âme. Votre âme vient du ciel, elle veut de l’air ; vous lui ployez les ailes avec violence : Remettez-la sur pieds dès aujourd’hui, courez ! un peu de gaîté au bout d’une longue promenade, et je vous réponds de vous-même ; je vous réponds de nous, ajouta-t-il en lui baisant la main ; et Georgina sourit.

— Ma tante, interrompit Ernest, il y a en bas quelqu’un qui vous a cherchée trop loin pour que vous refusiez de le recevoir.

— Qui donc ? mon neveu ? le commandant peut-être ?

— Oh ! le commandant serait déjà monté, ma tante.

Georgina regarda sans parler ; et lui, comme s’il demandait grâce des yeux :

— Je n’ai pu m’opposer à sa démarche… et il est là. Même silence de Georgina. Mais au frisson qui la parcourut, et à la rougeur qui remonta dans ses traits, Ernest connut bien qu’il frappait avec la même puissance par le nom sous-entendu de Camille, sur le cœur de l’orgueilleuse et faible femme.

— Nous ne le recevrons pourtant pas, dit-il avec une soumission hypocrite en se penchant sur le front coloré de sa sœur, si sa visite te désoblige trop.

— Pourquoi donc ? pourquoi donc ? cria vivement M. Laumonier, madame a besoin de distraction, de beaucoup de distraction, et la présence d’un jeune homme, fort aimable, ma foi ! qui tremble autant que nous sur une santé si chère, ne peut lui nuire en rien. Un militaire qui pâlit pour une belle malade, ne doit faire peur qu’à la maladie.

— Je cours le recevoir, dit madame Nilys sans attendre d’autre réponse, et encore une fois du parti de Camille contre Georgina, dont les joues émues et l’étonnement immobile n’avaient pas ordonné que les portes se fermassent pour lui.

— Il faut se lever tout à l’heure, madame, reprit le docteur plein d’espoir. Le temps est superbe ! il vous rendra la force qui vous manque. Votre pouls s’est ranimé d’une manière sensible par le seul effet de notre conversation ; avec un peu de parure et une visite à votre jardin, vous nous battrez tous ce soir. Je vous laisse le soin, Ernest, de surveiller mes ordonnances qui sont, j’espère, les plus innocentes du monde ; avec cela, je vous jure que ma présence n’est ici nécessaire qu’à moi, dit-il galamment.

— Hélas ! docteur, répliqua Ernest, elles ne sont pas si faciles que vous prétendez. Ma sœur est la femme la plus femme que je connaisse ; et j’ai peur qu’elle ne s’oppose à ce que notre amour à tous ramène autour d’elle d’élémens de bonheur. Peut-être va-t-elle commencer par refuser de descendre, et de nous rendre heureux de sa présence.

— Tu te trompes ! dit Georgina, qui ne perdait plus un mot de tout ce qui se passait autour d’elle. Le docteur dit vrai : sa conversation me transforme, et ta présence aussi, Ernest. Je descendrai, mon ami, je ne veux pas troubler ton bonheur ; mon Dieu ! est-ce à moi de troubler le bonheur de personne !