Utilisateur:Bécarre/Italique et ponctuation

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un problème récurrent est la composition des signes de ponctuation en ce qui concerne la mise en italique (ou plus rarement en gras, je n'indiquerai ici que l'italique, ce sera la même chose pour le gras).

Règle générale[modifier]

Il me semble de bon ton de se fixer une règle précise à laquelle se tenir pour l'ensemble d'un ouvrage, par souci d'homogénéité. Cette règle se fondera sur le choix majoritaire de l'éditeur, lorsque ce choix parait être acceptable.

Notons que cette règle peut souffrir d'exceptions : c'est notamment le cas lorsque l'auteur cite un extrait d'une autre œuvre et s'attache à respecter scrupuleusement la typographie d'origine.

Cas simples[modifier]

Lorsque l'italique est utilisé pour souligner un mot, une expression, un titre d'œuvre, l'italique est restreint à ce mot, expression ou titre (voir cependant plus bas le cas spécial de la virgule). Lorsqu'une phrase complète est composée en italique, toute la ponctuation de cette phrase est en italique.

Exemple intéressant du premier cas ici dans la note. Le point-virgule en italique du fac-similé est pour moi une faute : on peut croire qu'il s'agit d'un seul ouvrage dont le titre contient un point-virgule ; je l'ai donc corrigé. Voilà donc un cas où le caractère romain ou italique du point-virgule est porteur de sens.

Cas intermédiaires[modifier]

Lorsqu'une partie de la phrase est composée en italique:

  • il semble logique de composer les ponctuations internes à cette partie en italique (lorsque la partie en italique forme un « tout » en ce qui concerne la raison d'être italique : un contre-exemple est décrit dans la section précédente, où la ponctuation sépare deux parties indépendantes, mais qui sont en italique toutes les deux ; voir aussi le cas de l'énumération mentionné plus bas) ;
  • si le signe de ponctuation concluant la partie en italique y est sémantiquement rattaché (je pense ici aux points d'interrogation et d'exclamation), on le compose en italique ; pour le point-virgule, le deux-points, cela me semble plus indécis, je prends en général le parti de composer en romain, ce qui me semble le plus cohérent (notamment dans le cas des points-virgules concluant les éléments d'une liste).

Lorsqu'une énumération est composée en italique, il s'agit de déterminer si l'italique vient souligner chaque mot de l'énumération, ou bien l'énumération complète en tant que telle. Dans les cas où :

  • les pénultième et dernier éléments sont coordonnés par « et » ;
  • l'énumération se termine par « etc. » ;

la virgule sera composée comme le « et » ou l'« etc. » (sauf si le choix a été fait de composer la virgule comme le mot la précédant, voir la section consacrée à la virgule).

De même, si un ou plusieurs éléments de l'énumération sont en romains, il s'agit clairement de ne souligner que certains éléments de l'énumération, donc toutes les virgules de l'énumération seront composées en romain (sauf si… voir la section consacrée à la virgule ci-dessous).

La virgule[modifier]

Pour la virgule, il y a deux écoles :

  1. L'école « rationaliste » : la virgule est traitée comme les autres signes de ponctuation.
  2. L'école « esthétique » : la virgule est systématiquement composée comme le caractère qui la précède.

Ayant l'impression que ces deux façons de faire sont considérées comme valables, il s'agit donc de voir laquelle a plutôt été privilégiée par l'éditeur, et de s'y tenir.

Note : apparemment, certains éditeurs étendent la règle esthétique aux autres signes de ponctuation (le deux-points et le point-virgule notamment), c'est le cas ici. Lorsque cette règle est homogène, je m'y plie.

Les parenthèses[modifier]

Ici aussi, il semble qu'on retrouve les deux écoles à l'œuvre. Soit les parenthèses sont composées dans le style du passage dans lequel elles sont insérées (école rationaliste), soit elles sont composées dans le style du texte qu'elles contiennent, uniquement si ce texte est entièrement dans ce style (école esthétique).

Bien entendu, la parenthèse fermante est composée à l'identique de la parenthèse ouvrante.

Les guillemets[modifier]

Hors les cas où le texte comprenant le passage entre guillemets est en italique, je ne suis pas certain de voir les cas de mise en italique des guillemets. Je n'en ai juste pas encore rencontré, si tel est le cas, je l'ajouterai. En tout cas, s'ils enserrent une expression latine (qui doit se mettre en italique), ils ne se mettront pas en italique.