Page:Le Dantec — L'Athéisme.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE VIII

Quelques objections au monisme.



§ 35. — LA CONSCIENCE ÉPIPHÉNOMÈNE

En moniste convaincu, j’ai naturellement défendu dans plusieurs ouvrages[1] la théorie de la conscience épiphénomène, que je n’avais d’ailleurs pas inventée[2] ; j’ai dû l’exposer d’une manière défectueuse, car les critiques qui l’ont attaquée ne l’ont pas comprise ; la façon dont je viens de l’expliquer par une comparaison avec un sourd qui ferait de l’acoustique ne me paraît laisser prise à aucune ambiguïté ; je ne dis pas que ma comparaison aura convaincu quelqu’un ; au contraire, je crois que les dualistes qui méritent ce nom repousseront ce système essentiellement moniste, avec d’autant plus de vigueur qu’ils le comprendront

  1. Le Déterminisme biologique ; l’Individualité et l’erreur individualiste. Paris, Alcan.
  2. Elle est de Maudsley et a été adoptée par Huxley.